Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'avenir des partis politiques en France et en Allemagne

 | 
Claire Demesmay
, 
Manuela Glaab

Les systèmes partisans en France et en Allemagne : une analyse comparative

La mobilisation partisane

Sophie Burkhardt et Florence Haegel
Traduction de Stephanie Bauer

Texte intégral

L’importance des adhérents en France et en Allemagne

  • 1 Fl. Haegel, « Parties and Organizations », in A. Cole, P. Le Galès et J. Lévy (dir.), Developments (...)
  • 2 P. Mair et I. van Biezen, « Party-Membership in Twenty European Democracies 1980-2000 », Party poli (...)

1En termes de mobilisation partisane et de recrutement des adhérents, la France et l’Allemagne partent de situations de départ fort différentes. Les deux caractéristiques principales du système partisan français sont la faiblesse des organisations partisanes en tant que telles et leur inscription dans un système multipartisan, bipolarisé à deux partis dominants1. La faiblesse congénitale des partis français se manifeste en termes de légitimité, d’institutionnalisation et d’insertion sociale. Les travaux comparatifs européens2 ont permis de prendre la mesure de la difficulté des partis français à s’insérer dans la société et à mobiliser en recrutant des adhérents – difficulté qui a du reste pu être masquée par l’importance accordée par la science politique française au Parti communiste français (PCF), seule organisation ayant pu revendiquer le label de parti de masse. Avec environ 1,87 % de l’électorat membre d’un parti politique en 2006, la France se trouve en effet reléguée au bas de l’échelle de mobilisation partisane.

  • 3 E. Wiesendahl, Mitgliederparteien am Ende? Eine Kritik der Niedergangsdiskussion, Wiesbaden, Verlag (...)
  • 4 P. Mair et I. van Biezen, op. cit. [2], p. 15.
  • 5 H. Kleinert, « Abstieg der Parteiendemokratie », Aus Politik und Zeitgeschichte, n° 35-36, 2007, p. (...)

2Inversement, en Allemagne, les partis de militants connurent leur apogée au début des années 1970. À l’époque, le contexte de concurrence entre les fronts politiques sociaux-libéraux au gouvernement et de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) à l’opposition entraîna une forte politisation des citoyens allemands. De 1969 à 1972, le Parti social-démocrate (SPD) passa de 732 446 membres à 954 394. En 1968, la CDU comptait 286 541 adhérents ; en 1976, ce chiffre s’élevait à 652 0103. Cela ne signifie certes pas que la majorité des Allemands étaient organisés en partis – tout juste 4,5 % de la population en âge de voter était en 1980 membre d’un parti4. Cependant, cette époque correspond, dans la conscience collective nationale, à un « idéal de démocratie partisane5 ».

  • 6 D. M. Farrel et P. Webb, « Political Parties as Campaign Organization », in R. J. Dalton et M. P. W (...)

3Partant de configurations fort différentes, les deux pays ont été marqués par des transformations convergentes de leur environnement. En France comme en Allemagne, la modernisation de la communication politique a eu des conséquences sur la mobilisation partisane. À l’âge du papier, au temps du tractage et du porte-à-porte, le militant représentait une ressource indispensable ; à celui de la télévision, il deviendrait moins précieux6, la figure de l’expert en communication l’ayant supplanté. De même, la part croissante du financement public des partis permettrait aux organisations partisanes de survivre sans les cotisations de leurs adhérents.

  • 7 E. Wiesendahl, op. cit. [3], p. 140.
  • 8 P. Norris, « The Rise of Postmodern Communications? », in P. Norris (dir.), Politics and the Press: (...)

4Dans les deux pays, les partis politiques redoublent pourtant d’efforts pour rallier toujours plus d’adhérents. En Allemagne, l’idéal d’un parti de masse fortement enraciné, représentant une large fraction de la population, explique que l’on accorde aujourd’hui encore une importance si cruciale à la figure de l’adhérent. En outre, les adhérents sont des éléments incontournables pour ce qui est de l’organisation financière du parti : le financement par l’État ne se fait pas seulement sur la base des voix recueillies, mais aussi sur celle des cotisations des adhérents et de leurs dons7. En dépit des phénomènes de professionnalisation et de médiatisation, la campagne électorale traditionnelle menée par les adhérents n’a pas cessé d’exister. Les adhérents des partis politiques ont sans aucun doute un grand rôle à jouer dans le cadre des campagnes électorales postmodernes8. C’est bien pour cela que le recul massif de leur nombre depuis les années 1980 est analysé comme une crise majeure.

Graphique 1. Évolution chiffrée de l’adhésion partisane en Allemagne

Graphique 1. Évolution chiffrée de l’adhésion partisane en Allemagne

Sources: O. Niedermayer, « Parteimitglieder in Deutschland. Version 2008 », Arbeitshefte aus dem Otto-Stammer-Zentrum, n o 13, Berlin, 2008, disponible sur <www.polwiss.fuberlin.de/people/niedermayer/docs/AHOSZ13.pdf > ; G. Bannas, « Pofalla : “Ein historischer Tag” », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 29 juillet 2008, disponible sur <www.faz.net/s/Rub594835B672714A1DB1A121534F010EE1/Doc~E98717B630F794bvEC3948E11AFB14EB33C~ATpl~Ecommon~Scontent.html>. Par la suite, lorsqu’sera question de l’Union, nous nous concentrerons sur la CDU (graphique réalisé par les auteurs).

  • 9 E. Wiesendahl, op. cit. [3], p. 48.

5Lorsqu’en juin 2008, le SPD ne compta plus que 529 999 membres à peine – soit, pour la première fois de son histoire, moins que la CDU –, on y vit l’indice, évident au regard de la tradition partisane allemande, d’une crise du parti. Pourtant la CDU elle aussi n’a cessé de perdre des adhérents ; en 2008, le chiffre était de 539 755. Ces pertes substantielles s’expliquent en partie par le décès ou la défection de nombreux membres. La politique de réforme du gouvernement Schröder a par exemple largement motivé plusieurs membres du SPD de rendre leur carte d’adhérent9. Les partis politiques n’arrivent plus à gagner la jeunesse et à attirer dans leurs rangs de nouveaux militants.

  • 10 D. Andolfatto, « Les adhérents : une ressource réévaluée », in D. Adolfatto, F. Greffet et L. Olivi (...)
  • 11 P. Delwit, op. cit. [2].
  • 12 C. Ysmal, « Transformations du militantisme et déclin des partis politiques », in P. Perrineau, L’E (...)
  • 13 Cette évaluation peut être faite grâce à la publication dans L’Hebdo des socialistes du nombre d’in (...)
  • 14 Voir, sur la transformation de la LCR, F. Johsua, « Les conditions de (re)production de la LCR : l’ (...)

6La situation française, si l’on prend en compte les principaux partis, est sensiblement différente, dans la mesure où la France est – avec l’Espagne – un des seuls pays européens à avoir connu, depuis 2000, un accroissement du nombre d’adhérents. Partant d’un niveau particulièrement bas, elle se distingue par un mouvement de réévaluation des adhérents10 et de mobilisation partisane11. Dans le début des années 1990, le nombre des membres du Rassemblement pour la République (RPR) était estimé à 200 00012 ; l’Union pour un mouvement populaire (UMP) revendiquait autour de 100 000 adhérents en novembre 2004, date à laquelle Nicolas Sarkozy est devenu président, et déclarait à l’été 2008, probablement de manière très exagérée, avoir dépassé le cap des 350 000. De son côté, alors qu’à la fin des années 1990, le Parti socialiste (PS) rassemblait environ 110 000 adhérents13, il en accueillait 167 953 en 2007. En novembre 2008, lors de l’élection controversée de Martine Aubry au poste de secrétaire national, le PS revendiquait 233 000 adhérents répartis dans 3 200 sections. Parmi eux, 65 000 n’étaient pas à jour de cotisations, mais disposaient encore d’un statut d’adhérent pendant une durée de deux ans. Le Mouvement démocrate (MoDem), fondé après le bon score de François Bayrou au premier tour de l’élection présidentielle de 2007, privé d’une large partie de ses élus et de ses cadres ralliés à l’UMP, s’est lancé dans une campagne d’adhésion de nouveaux membres, nouvelle génération constituée de militants plus que de notables. De même, à l’extrême gauche, la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) a doublé ses effectifs après le 21 avril 2002 et la mobilisation contre Jean-Marie Le Pen. Alors que ce parti, devenu officiellement en 2009 le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), ne comptait que 1 500 militants dans toute la France avant 2002, fin 2007, il revendiquait 8 000 à 10 000 adhérents14.

7En Allemagne, les partis continuent donc à miser sur leurs membres sans que le déclin soit enrayé, tandis qu’en France la mobilisation partisane, historiquement faible, s’est récemment revivifiée sans que l’on sache si ce mouvement va durer. De plus, dans les deux pays, les efforts pour recruter de nouveaux membres vont de pair avec une réflexion sur le rôle du militant et les différentes possibilités de rendre l’adhésion à un parti plus attrayante.

Les changements du lien d’adhésion

  • 15 Pour une analyse de cette notion, voir G. Grunberg et F. Haegel, Vers le bipartisme ?, Paris, Press (...)

8Face à la diminution conséquente du nombre des adhésions partisanes, les partis allemands se sont penchés dès les années 1990 sur les différentes possibilités de réforme. Le SPD a ainsi fondé la commission « SPD 2000 » en 1991. Quant à la CDU, elle a publié en 1989 sa feuille de route « Pour une action partisane moderne dans les années 1990 ». En France, l’effort pour gagner de nouveaux membres a commencé bien plus tard. Les deux partis dominant le système français, l’UMP et le PS15, dans une logique mimétique, se sont lancés quasiment au même moment, à la veille de l’élection présidentielle de 2007, dans des actions volontaristes de recrutement. Dans les deux cas, la compétition interne pour la désignation par les adhérents d’un candidat à l’élection présidentielle faisait du recrutement un enjeu décisif. Dans la même logique, d’autres partis français se sont récemment transformés et ont mis l’accent sur le recrutement des adhérents.

  • 16 E. Wiesendahl, op. cit. [3], p. 84 ; J. Ion, La Fin des militants ?, Paris, Éditions de l’Atelier, (...)
  • 17 K. Heidar, « Party Membership and Participation », in R. Katz et W. Crotty (dir.), Handbook of Part (...)

9Les efforts des partis politiques pour recruter de nouveaux adhérents doivent cependant tenir compte des changements significatifs qui affectent le comportement et la participation électorale des citoyens : ceux-ci sont supposés préférer les formes de participation démocratique directes, ponctuelles, limitées dans le temps, qui soit n’exigent pas un grand effort d’organisation, soit partent d’une initiative populaire spontanée, à l’engagement politique partisan, lié à une structure organisationnelle fixe, sur la longue durée16. Il est donc logique que les différents partis politiques proposent aujourd’hui des formes plus lâches et plus flexibles d’adhésion partisane. La question de savoir jusqu’à quel point les partis sont prêts à modifier les modalités de l’adhésion dépend de plusieurs facteurs. La définition de l’adhérent varie en effet selon les organisations et peut également se modifier dans leur histoire17. Les procédures formelles, le lien qui se noue avec le parti, la manière dont les membres sont encadrés, voire formés ne sont pas équivalents.

La diversification de formes d’adhésion

10En Allemagne, la notion d’adhésion est aujourd’hui encore la grande référence. Les membres adhèrent au parti, reçoivent leur carnet de membre (Parteibuch) et payent une cotisation. Depuis leurs sections locales respectives, ils sont durablement intégrés à l’action partisane. Sur ce point, seuls les Verts (Die Grünen) font exception à la règle. Au sein des différents « nouveaux mouvements sociaux » (Neue Soziale Bewegungen), qui ont donné naissance au parti dans les années 1990, régnait une véritable aversion pour le carnet de membre en tant qu’objet traditionnel de l’adhésion partisane. Dès leur origine, les Verts ont donc envisagé des formes d’adhésion dépassant le statut figé de membre du parti.

  • 18 Statuts de la CDU, Art. 4 (2).
  • 19 Statuts du SPD, Art. 10a.

11L’importance décisive que l’on accorde traditionnellement à la figure et à la fonction du militant en Allemagne rend un assouplissement de l’adhésion partisane assez difficile. On s’est en somme contenté d’introduire un nouveau statut, celui de « membre invité ». À la CDU, ce statut est limité à un an et n’est pas soumis à cotisation. Les membres invités ont le droit de parole, de motion et de proposition, mais non celui de participer aux votes du parti18. Le SPD propose lui aussi un statut d’adhérent invité sur un an, libre de cotisation. Les membres invités peuvent participer aux assemblées du parti, ont le droit de parole, celui de présenter des motions, de proposer des candidats et, dans les groupes de projets, celui de participer aux élections, aux votes et d’être affiliés aux comités élus19. Ce statut de membre invité revient en somme à une sorte d’adhésion-test. Sur le même principe que les abonnements à l’essai proposés par les journaux, il s’agit avant tout, à travers une formule à l’essai sans engagement, de gagner de nouveaux adhérents.

  • 20 M. Machnig, « Auf dem Weg zur Netzwerkpartei », Die Neue Gesellschaft. Frankfurter Hefte, vol. 47, (...)
  • 21 CDU, « Beschluss des 17. Parteitages der CDU Deutschlands 2003 Bürgerpartei CDU. Reformprojekt für (...)

12Parallèlement, les partis politiques allemands s’efforcent de mettre en place des réseaux de communication pour toucher, voire fidéliser, le groupe cible des sympathisants. Matthias Machnig, alors « directeur gérant » (Bundesgeschäftsführer) du SPD, a exposé en 2000 son idée, jusqu’aujourd’hui reprise à de multiples occasions, de « parti réseau ». Il s’agit d’un « parti composé à parts inégales et à différents moments de militants, de soutiens actifs et d’interlocuteurs intéressés20 ». Ce nouveau modèle de parti a pour objectif de mettre en réseau les différents centres de l’activité politique et de les fédérer en « coalitions démocratiques de citoyens ». La CDU a repris l’idée à son compte et entend proposer « un forum pour les réseaux, les groupes sociaux et les initiatives citoyennes » et apparaître à la fois comme « l’initiateur, la base logistique et l’animateur du travail de réseau21 ». À cette fin, le parti a mis en place en 2003 au niveau fédéral une « unité de travail pour le dialogue en réseau » chargée de la coordination et de la communication des différents contacts et projets.

  • 22 <www.fdp-bundespartei.de/webcom/show_article.php/_c-684/_nr-1/_lkm-51/i.html>.
  • 23 F. Drieschner, « Alkoholfrei, aber glücklich. Mehr als nur Protestpartei: Wie die Linken sich im We (...)

13De son côté, le Parti libéral démocrate (FDP) a ouvert les portes, pour ses sympathisants, d’une « antichambre libérale » (Liberales Vorfeld), dont font notamment partie les groupes universitaires libéraux et la Fondation Friedrich Naumann, proche du parti22. Quant à La Gauche (Die Linke), nouvellement constituée, elle s’efforce actuellement de pénétrer les réseaux traditionnels des sociaux-démocrates et des Verts, autrement dit de recruter dans les syndicats et parmi les sympathisants des nouveaux mouvements sociaux. À Hanovre, la jeunesse syndicaliste organise ainsi différentes manifestations en collaboration avec Attac et la Fondation Rosa Luxemburg, proche de La Gauche23.

  • 24 J. Ion, S. Franguiadakis et P. Viot, Militer aujourd’hui, Paris, Autrement/CEVIPOF, 2005.
  • 25 M. C. Lavabre et F. Platone, Que reste-t-il du PCF ?, Paris, Autrement/CEVIPOF, 2003.

14En France également, le rôle attribué à la figure du militant varie fortement d’un parti à l’autre. Pour certains, l’adhésion y est prise au sens littéral et il faut adhérer et dès lors s’ajuster à l’organisation24. Pour cela une période probatoire peut être même prévue comme pour Lutte ouvrière (LO), qui constitue un exemple radical de fermeture de l’organisation sur elle-même. Au PCF, la prise de carte (tout autant que le renvoi de la carte en cas de désaccord) a été pendant longtemps une étape marquante des trajectoires militantes. Avec le déclin de ses membres, le parti a été entraîné dans une forme de déstructuration de l’organisation25 et de délitement du lien d’adhésion.

  • 26 R. Lefebvre et F. Sawicki, La Société des socialistes, Paris, Éditions du Croquant, 2006.
  • 27 J. Charlot, Le Gaullisme d’opposition, 1946-1958, Paris, Fayard, 1983.
  • 28 J. Lagroye, G. Lord, L. Mounier-Chazel et J. Palard, Les Militants politiques dans trois partis fra (...)

15Chez les socialistes26, l’esprit de parti et la valeur du militantisme apparaissaient aussi comme des composantes historiques et culturelles centrales avec parfois des dispositifs de fermeture comme celui du parrainage, voire des logiques locales de malthusianisme. La compétition entre courants qui traversent le PS, du bas vers le haut, a parfois en effet entretenu une forme de méfiance de certains responsables locaux soucieux de ne pas bouleverser l’équilibre interne par l’arrivée de nouveaux adhérents. Si le militantisme n’était pas absent de toute la droite partisane française, le gaullisme partisan de la IVe République27 et du début de la Ve République28 l’ayant beaucoup cultivé, une forme de souplesse de l’adhésion a toujours été de mise.

16C’est ce qui explique que l’UMP n’a pas eu beaucoup de difficultés à diversifier ses formes d’adhésion. Une variété de statuts est désormais offerte : l’adhérent (cotisation individuelle de 25 euros, 35 euros pour les couples, 10 euros pour les jeunes) dispose seul du droit de voter, le partenaire se contente d’être informé et le bénévole offre ses services sans coût financier ni rétribution autre que la satisfaction d’œuvrer pour la bonne cause. Dans le cas du PS, les résistances à la flexibilité de l’adhésion sont, de manière attendue, beaucoup plus fortes. En témoigne l’accueil reçu par la proposition d’introduire un statut d’« adhérent du projet », notion évoquée avant l’élection présidentielle de 2007 pour désigner ces adhérents dont la contribution aurait été moins élevée (10 euros) et l’engagement temporaire ciblé (le temps de l’élaboration du projet présidentiel). Cette proposition a été dénoncée comme une manière de brader l’adhésion, comme une dérive vers un parti de « supporteurs » et de « groupies » et non plus de militants. On comprend dès lors le bouleversement qu’a introduit la mise en place par Ségolène Royal durant la campagne 2007 des comités Désirs d’avenir, qui concurrencent directement la structure du parti, et la controverse qu’a suscitée cette question lors de l’élection du secrétaire national en novembre 2008 – Ségolène Royal défendant un assouplissement du lien d’adhésion, Martine Aubry préférant un engagement militant plus classique.

Les adhérents en ligne

  • 29 Notons que la section régionale en ligne n’est pas un organe officiel du parti, mais une organisati (...)

17Grâce à Internet, de nouvelles formes d’adhésion sont devenues possibles. En Allemagne, la Toile sert avant tout à relier les adhérents entre eux. La CDU a mis en place un « réseau d’adhérents » exclusivement réservé aux membres du parti, le numéro inscrit sur la carte d’adhérent servant d’identifiant et de code d’accès. De son côté, le FDP a créé un réseau similaire : parallèlement à la structure traditionnelle des sections locales du parti, les adhérents bénéficient ainsi d’une section régionale « en ligne », où même les sympathisants sont libres de laisser des commentaires29.

  • 30 SPD, « Wir sind die Internetpartei », 1er août 2008, disponible sur <www.spd.de/menu/1753753>.

18Le SPD a lui aussi ouvert son réseau Internet aux sympathisants. Depuis 1995, il existe ainsi sur Internet des « sections virtuelles » ouvertes aux non-adhérents. Pour réagir à la chute de ses effectifs, le parti a lancé en 2007 une nouvelle initiative : la SPD-Community « meineSPD.de » (monSPD.de). Celle-ci devait permettre de « simplifier le travail classique mené au niveau des sections locales » et de « mieux associer au travail militant les adhérents flexibles et mobiles du fait de leur activité professionnelle ». Ce service est également ouvert aux sympathisants. Tout comme les adhérents, ces derniers peuvent se connecter, animer des blogs, des forums et créer des groupes sur Internet. Les adhérents bénéficient cependant sur le site d’un espace supplémentaire qui leur est exclusivement réservé30.

  • 31 A.-S. Petitfils, « L’institution partisane à l’épreuve du management. Rhétoriques et pratiques mana (...)

19Tandis qu’en Allemagne, on considère Internet davantage comme un complément des sections locales traditionnelles, les partis français ont développé de manière plus systématique le recrutement en ligne. L’UMP a fortement intégré Internet dans sa stratégie de mobilisation. La hausse de ses adhérents repose sur l’importation d’une rhétorique et d’une pratique managériale31 et mêle forme classique de mobilisation (par interaction de face-à-face) et forme nouvelle (par Internet). Les fédérations sont mises en concurrence, leurs résultats en termes de recrutement sont publiés dans les journaux du parti, leurs responsables sont conviés à des réunions pour être récompensés ou re-motivés, etc. En juillet 2007, une « fédération numérique » a été créée ; elle est chargée de fédérer les sites, et ses instigateurs s’adressent explicitement aux sympathisants internautes réputés rétifs à la prise de carte et jugés peu intéressés par l’ancrage local. En outre, l’UMP n’exige pas, par exemple, que les nouveaux adhérents par Internet prennent contact avec les échelons locaux alors que théoriquement les e-adhérents socialistes doivent le faire. De même, l’UMP s’est démarquée durant la campagne présidentielle 2007 par son offensive sur Internet orchestrée par un prestataire spécialisé : création d’un blog intitulé « Blogs de la France d’après », d’un site dédié aux donateurs, d’une cyber-fédération mais surtout d’une stratégie de marketing sur Internet incluant des campagnes d’e-mailings – soulevant des plaintes de nombreux internautes auprès de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) – et des liens associés à certains mots clés. Ainsi, après les émeutes urbaines de l’automne 2006, en tapant sur le clavier les termes « racailles », « émeutes », « banlieue », un lien était établi avec une pétition UMP de soutien à Nicolas Sarkozy.

20À gauche, à côté du PS, les comités Désirs d’avenir mis en place par Ségolène Royal, ont largement utilisé Internet, mais ont surtout insisté sur la dimension participative par la multiplication des débats très visibles sur le site et des blogs. Dans tous les partis, des consultations internes par Internet (cf. infra) ont lieu régulièrement : l’UMP a organisé de telles consultations pour soutenir des initiatives parlementaires (nécessité d’organiser un référendum pour l’adhésion de tout nouvel entrant dans l’Union européenne) ou présidentielle (accueil des enfants à l’école les jours de grève) ; le PS a quant à lui lancé une pétition pour s’opposer à l’initiative gouvernementale de modifier le système de financement des écoles privées, etc.

La motivation des adhérents

  • 32 D. Gaxie, « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue française de science polit (...)
  • 33 O. Niedermayer, « Beweggründe des Engagements in politischen Parteien », in O. Gabriel et al. (dir. (...)
  • 34 Cf. M. Florack et al., « Strategien erfolgreiche Mitgliederrekrutierung der politischen Parteien »,(...)

21Les multiples motivations de l’adhésion partisane peuvent être regroupées en différentes catégories : motivations « symboliques » ou « matérielles32 », « expressives » ou « instrumentales33 ». Font partie des motivations dites symboliques ou expressives la satisfaction de certains besoins émotionnels ou affectifs comme l’admiration d’un leader charismatique ou l’intégration sociale dans le parti, le partage d’identifications, de normes et de valeurs spécifiques et d’une vision globale du monde. Parler de motivation matérielle ou instrumentale signifie avant tout que l’adhésion est essentiellement perçue comme un moyen au service d’une fin. Les militants aspirent à des avantages matériels et professionnels bien précis ; ils entendent faire carrière ou influencer directement la prise de décision politique34.

Personnalités et idéologies

  • 35 F. Haegel, « La mobilisation partisane à droite. Les logiques organisationnelle et sociales d’adhés (...)

22Les données disponibles sur les partis français ne permettent pas de comparer systématiquement les motivations de l’adhésion à un parti. Elles fournissent toutefois des éléments conduisant à souligner l’importance que revêtent les campagnes électorales, en particulier les campagnes présidentielles – bien plus que les élections législatives, notamment pour les élections présidentielles de 1995 et 2002 – comme contexte de recrutement de nouveaux adhérents. Le phénomène est manifeste à l’UMP35 et au PS. L’alternance de 1981, avec l’élection de François Mitterrand, a par exemple marqué une mobilisation à droite comme à gauche. L’impact de l’élection présidentielle se retrouve aujourd’hui également dans des partis d’extrême gauche, qui avaient jusqu’ici résisté au mouvement de présidentialisation. Le cas de la LCR est particulièrement significatif puisque cette organisation a doublé ses effectifs après le 21 avril 2002, marqué par la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle.

  • 36 Enquête « Les nouveaux adhérents de l’UMP », IPSOS, réalisée les 21 et 22 septembre 2005, échantill (...)
  • 37 Enquête réalisée par le Parti socialiste auprès des nouveaux adhérents par Internet, mai 2006 (écha (...)

23Cette forte présidentialisation du recrutement partisan va souvent de pair avec une personnalisation du lien d’adhésion, particulièrement forte à droite et au centre. Selon une enquête commanditée par l’UMP en 200536, les motivations de ses nouveaux adhérents sont claires. Ils adhèrent d’abord pour désigner le candidat à l’élection présidentielle (85 %) et, plus précisément, pour soutenir Nicolas Sarkozy : 78 % déclarent avoir adhéré « pour la personnalité et le discours de Nicolas Sarkozy ». Au PS37 – où la personnalisation est moins légitime –, si 10 % des nouveaux adhérents déclarent adhérer pour soutenir une personnalité, 65 % expliquent leur adhésion par leur volonté de « peser sur le choix du candidat PS » à l’investiture du parti juste après « la volonté que la gauche gagne les prochaines élections » (76 %). Les activités militantes que s’apprêtent à remplir ces e-adhérents socialistes sont d’abord de « voter pour désigner le candidat » (83 %) et ensuite de « participer au débat sur le projet » (51,5 %) ; ils ont moins l’intention de s’impliquer dans la vie de leur section locale (48 %).

  • 38 Dans le cadre du projet « Parteimitglieder im Vergleich » de l’Agence allemande de la recherche (De (...)
  • 39 E. Heinrich, M. Lübker et H. Biel, « Parteimitglieder im Vergleich : Partizipation und Repräsentati (...)

24Le système parlementaire allemand n’est pas aussi radicalement centré sur un leader politique que l’est le système français, semi-présidentiel38. Les chanceliers fédéraux ont bien une certaine influence sur le recrutement des adhérents – on cite souvent l’exemple de la hausse du nombre des partisans à la suite de l’élection de Willy Brandt. Toutefois, la plupart des militants allemands adhèrent par solidarité idéologique, engagement normatif, lien affectif ou préférence politique39. Seuls 33 % des militants du SPD déclarent avoir pris leur carte à cause d’une personnalité du parti, 85 % évoquent au contraire des raisons idéologiques. À la CDU, l’attachement à une personnalité joue un rôle légèrement plus important : pour 42 % de ses membres interrogés, ce sont les personnalités du parti qui ont suscité leur adhésion ; 55 % d’entre eux évoquent des motivations idéologiques.

Les avantages matériels

  • 40 M. Hasting, Halluin la Rouge 1919-1939. Aspects d’un communisme identitaire, Villeneuve d’Ascq, Pre (...)
  • 41 V. Martin, Toulon la noire, Paris, Denoël, 1996.

25L’avantage matériel escompté est une des motivations instrumentales les plus courantes de l’adhésion à un parti. En France, la dimension du travail d’encadrement social pris en charge par les partis a surtout été soulignée dans les travaux portant sur les partis « anti-système » (PCF et Front national [FN]) en liaison avec leur implantation municipale. Des travaux historiques ont montré que le PCF s’était historiquement enraciné dans le Nord de la France par sa capacité à intervenir dans l’ensemble de la vie économique, sociale et culturelle40, et à fournir des services à la population locale. Plus récemment, dans le Sud de la France41, l’implantation municipale du FN est passée par des pratiques clientélistes auprès de couches défavorisées de la population, la mobilisation d’un réseau associatif et la pratique d’activités festives.

  • 42 K. Kipping, « Rede zur Generaldebatte auf dem Parteitag », 15 juin 2007, Berlin, disponible sur <www.katja-kipping.de/generaldeb.htm>.
  • 43 E. Heinrich, M. Lübker et H. Biel, op. cit. [39].
  • 44 F. Drieschner, op. cit. [23].

26En Allemagne, La Gauche a connu des développements similaires. Son prédécesseur dans l’Est de l’Allemagne, le Parti du socialisme démocratique (PDS), se présentait déjà comme un « parti d’assistance », parce qu’il fournissait une aide pratique aux problèmes du quotidien, par exemple pour remplir les formulaires de demande d’allocation chômage42. Aucun autre parti n’est à ce point considéré par ses militants comme le porte-parole et l’organe de transformation de leurs propres intérêts43. Désormais, les responsables politiques de La Gauche cherchent aussi à se présenter à l’Ouest de l’Allemagne comme des « travailleurs sociaux bénévoles44 ».

27En Allemagne comme en France, ce genre de prestations de services n’est pourtant pas la seule motivation matérielle qui conditionne l’adhésion à un parti. Adhérer signifie aussi pouvoir faire carrière en politique ou voir s’ouvrir de nouvelles perspectives professionnelles grâce à un réseau partisan. Obtenir sur ce point des réponses sincères et fiables des personnes interrogées reste cependant délicat.

La démocratie interne

  • 45 Fl. Faucher, « Les Verts et la démocratie interne », in Fl. Haegel (dir.), Partis politique et syst (...)

28Un dernier type de motivation pour adhérer à un parti tient à l’influence que l’on peut obtenir sur la vie interne de l’organisation. La diffusion de pratiques de démocratie interne varie selon les partis. En France, les Verts fidèles à leur courant politique sont de loin l’organisation la plus attachée à cette pratique et la plus inventive dans ce domaine45. Aujourd’hui, dans la plupart des partis, les adhérents élisent leur leader et interviennent – selon diverses modalités – dans la sélection des candidats ; ils sont également consultés dans l’élaboration des programmes ou au minimum les valident. Au PS, l’intervention des adhérents est assez largement prévue puisqu’en plus de la désignation du candidat à l’élection présidentielle, ils votent pour les investitures locales (cantonales, municipales et législatives) et, à l’occasion, sont consultés lors de référendums internes. Les procédures formelles dans l’élaboration du programme sont nombreuses : états généraux, mise en place d’une commission du projet, élaboration de textes par les fédérations, adoption d’un projet par les adhérents, transmission des amendements par les fédérations, sélection de ces amendements par un groupe de travail. Il n’en demeure pas moins vrai que les canaux officiels sont généralement court-circuités (notamment par la mobilisation d’experts extérieurs) et que la confection du projet est de fait centralisée.

29À l’UMP, les procédures d’intervention des adhérents sont nettement plus réduites, que ce soit dans le choix des responsables, dans celui des candidats ou dans l’élaboration des programmes. Le président tout comme le candidat à l’élection présidentielle sont certes élus au suffrage direct, par vote électronique, mais l’existence d’un candidat unique y a longtemps été la règle. Depuis la fondation de l’UMP, deux élections au poste de président du parti ont eu lieu. En 2002, Alain Juppé faisait face à quatre rivaux ; en 2004, Nicolas Sarkozy en affrontait deux. Néanmoins, dans les deux cas, il s’agissait de candidatures de témoignage. En 2002, moment de re-fondation du parti, Alain Juppé a été élu avec 71 % de participation et, en 2004, Nicolas Sarkozy l’a été avec seulement 53,3 %.

  • 46 Fl. Haegel, Ch. Pütz et N. Sauger, « Les transformations dans et par les partis : l’exemple de l’UD (...)

30La désignation des responsables locaux ne procède pas systématiquement par élection : seuls les secrétaires de circonscription sont élus par la base. Quant à la consultation des adhérents sur le programme, elle a pris en 2007 la forme d’un questionnaire proposé sur le site du parti. La validation finale du projet a été effectuée par un vote des adhérents46.

  • 47 Rappelons que Lionel Jospin avait recueilli 66 % de leurs suffrages.

31Le droit de vote comme rétribution attachée au statut d’adhérent est donc décisif dans la décision de sympathisants ou d’anciens membres de (re)prendre leur carte. À l’issue de l’examen des taux de participation, on peut dire que les adhérents utilisent dans l’ensemble leurs droits. Par exemple au Parti socialiste, en 1995, la participation des adhérents pour départager les candidats, Lionel Jospin et Henri Emmanuelli, avait été forte : 73 % des adhérents socialistes de l’époque (soit 82 562) avaient voté début février 199547 – en dépit des appels au boycott de Ségolène Royal ! Plus récemment, en juin 2006, la participation à la consultation sur le projet socialiste a été nettement plus faible : autour de 47 % des adhérents (40 % des nouveaux adhérents) ont voté. En 2002, le projet avait été adopté avec un taux de participation de seulement 45 %. En revanche, lors de la désignation du candidat socialiste en novembre 2006, le taux de participation de 80 % signalait une forte mobilisation des adhérents.

  • 48 E. Heinrich, M. Lübker et H. Biel, op. cit. [39], p. 49.
  • 49 Ibid., p. 49
  • 50 Ibid., p. 47.

32En Allemagne, les possibilités de participation directe des membres du parti sont limitées par la loi. La loi sur les partis politiques (Parteiengesetz, Art. 9 [IV]) prévoit que seul le congrès peut élire le chef du parti, ses seconds ainsi que les autres membres du comité directeur. Aucune élection primaire ne peut lier juridiquement le congrès lors de la désignation du candidat. Les partis peuvent tout au plus organiser des consultations auprès de leurs militants, juridiquement non contraignantes, que le congrès peut prendre en compte au moment de son vote48. Même dans le cas de la désignation des candidats pour les élections législatives, toute élection primaire qui prendrait la forme d’un vote par correspondance ou par les urnes est interdite par la loi. Selon le code électoral allemand (Bundeswahlgesetz, Art. 21 [I]), les partis doivent se rassembler pour élire les différents candidats à la candidature. La seule ouverture possible en direction d’une plus grande participation des membres est donc le recours à l’assemblée militante de circonscription, où les candidats directs aux élections au Bundestag sont finalement désignés49. Quant au pouvoir de codécision des militants sur les questions de fond, il se trouve en contradiction avec la règle de la « liberté du mandat » énoncée dans l’article 38 (I) de la Loi fondamentale. Celle-ci stipule en effet que les députés sont seulement obligés de voter selon leur propre conscience50.

  • 51 F. Bösch, « Oppositionszeiten als Motor der Parteireform? », in J. Schmidt et U. Zolleis (dir.), op (...)
  • 52 E. Heinrich, M. Lübker et H. Biel, op. cit. [39], p. 50.

33Malgré ces limitations légales, la CDU et le SPD ont entrepris ces dernières années d’instaurer une plus grande participation de leurs membres à la désignation du personnel politique. Les partis espèrent ainsi augmenter l’attrait de l’adhésion, alors essentiellement motivée par le désir de participer au processus de décision. Presque toutes les fédérations de la CDU ont proposé dans la première moitié des années 1990 des projets de réforme des statuts pour permettre une plus grande participation des militants51. Près de la moitié des candidats directs à l’élection au Bundestag sont désignés lors des assemblées de circonscription52, mais les militants n’ont encore jamais pu participer de façon directe à la désignation du personnel politique au niveau fédéral. Il n’y a guère que lors des situations de crise au niveau régional que les militants ont pu voter pour l’investiture de candidats, comme dans le Bade-Wurtemberg en 2004 au moment de choisir le successeur du ministre-président, ou encore la même année, en Rhénanie-Palatinat, pour désigner la tête de liste pour les élections au Parlement du land.

  • 53 M. Florack et al., op. cit. [34]. ici p. 104.
  • 54 Statuts du SPD, Art. 13 (1).
  • 55 U. von Alemann et T. Godewerth, « Die Parteiorganisation der SPD. Erfolgreiches Scheitern? », in J. (...)

34Au SPD, la procédure de consultation des militants a été instaurée en 1993, à l’occasion d’une crise à la tête du parti. Rudolf Scharping, Gerhard Schröder et Heidemarie Wieczorek-Zeul concouraient au poste de chef du parti. Le SPD a alors organisé une consultation des militants à l’issue de laquelle Rudolf Scharping s’est imposé. Un fort taux de participation (56 %) a persuadé le parti d’ancrer le principe de la consultation dans ses statuts53. Depuis, le SPD n’a pourtant plus jamais eu recours à cette procédure pour désigner un candidat au niveau national. Ses statuts ont la particularité de prévoir que le candidat à la chancellerie puisse être investi par un vote des adhérents54. Jusqu’à aujourd'hui, cette procédure n’a jamais été enclenchée. Au niveau régional toutefois, les militants du SPD de Bade-Wurtemberg ont pu élire en 2001 leur candidate tête de liste pour les élections au Parlement régional55.

35Sur les questions de fond, les partis allemands envisagent deux façons de faire participer leurs membres au processus de décision : d’une part, la consultation directe – les dirigeants du parti décident de faire voter les adhérents sur une question particulière – ; d’autre part, le référendum d’initiative militante – un nombre défini de militants soutiennent une idée et la soumettent au vote interne.

  • 56 M. Florack et al., op. cit. [34], ici p. 103. Statuts de la CDU, Art. 6a (1).
  • 57 Statuts du SPD, Art. 13.
  • 58 « Widerstand gegen Schröders Agenda 2010 bröckelt », Spiegel.de, 6 mai 2003, disponible sur <www.spiegel.de/politik/deutschland/0,1518,248499,00.html>.
  • 59 Ibid.

36À la CDU, les consultations directes sont théoriquement possibles depuis 2003, mais les statuts ne prévoient pas de référendum d’initiative militante56. Au SPD, les deux procédures sont possibles57, ce qui ne signifie pas pour autant que le parti soit totalement prêt à composer avec les suggestions de ses adhérents. Lorsque l’aile gauche du SPD a organisé en 2003 un référendum d’initiative militante contre la politique de réformes du gouvernement Schröder, Franz Müntefering, alors président du groupe parlementaire au Bundestag, a qualifié la procédure de « geste absolument honteux58 ». À certains endroits, ce référendum aurait été, selon son initiateur, Florian Pronold, « massivement bloqué59 ». Le quorum de 67 000 signatures nécessaires à la prise en compte d’une initiative militante n’a pu être atteint.

  • 60 SPD, « Mitgliederbefragung Grundsatzprogramm », disponible sur <1703946/programmdebatte_fragebogen_muster.pdf>.
  • 61 Willy-Brand-Haus-Materialien, « Die Mitgliederbefragung zum, Bremer Entwurf’ für ein neues Grundsat (...)

37Devant l’effondrement du nombre de ses adhérents en 2007, le SPD s’est résolu à emprunter la voie d’une redynamisation de la participation militante sur les questions de fond. La tête du parti a ainsi interrogé sa base sur les grandes lignes du nouveau programme à travers un questionnaire qui invitait à évaluer 25 positions de fond du programme et permettait même de faire des suggestions personnelles sur une question ouverte60. Le SPD a envoyé plus de 500 000 questionnaires en accompagnement de la revue du parti, Vorwärts. Seuls 7,2 % des militants ont participé à l’enquête61.

  • 62 A. Hurrelmann, « Zwischen Regierungsverantwortung und Bewegungserbe. Parteireform bei Bündnis 90/Di (...)

38La politique des Verts en matière de participation militante est intéressante à observer. À l’instar de son homologue français, le parti était à l’origine fortement imprégné par le principe de la démocratie de base. À l’époque où il a été fondé, plusieurs mécanismes y renvoyaient, tels l’ouverture au public de toutes les réunions, le volontariat pour l’ensemble des fonctions, le mandat impératif ainsi que l’obligation pour les élus de consacrer une partie de leur indemnité parlementaire à des projets du mouvement62.

  • 63 Ibid.
  • 64 E. Heinrich, M. Lübker et H. Biel, op. cit. [39], p. 49.

39Les Verts allemands se sont cependant éloignés de certains de ces mécanismes dans les années 1980 et 1990, pour évoluer vers plus de professionnalisation dans la prise de décision et plus de rigueur dans l’organisation des congrès. Au sein du parti règne toutefois, encore aujourd’hui, une certaine méfiance vis-à-vis des oligarchies partisanes63 : seuls 19 % des militants se déclarent favorables, à l’heure actuelle, au principe d’une élection primaire pour désigner le chef du parti au niveau fédéral, alors que 40 % y sont opposés. Les militants ne souhaitent sans doute pas rehausser, à travers une procédure particulière de légitimation, la position traditionnellement faible des porte-parole du parti64.

  • 65 A. Kießling, « Politische Kultur und Parteien in Deutschland. Sind die Parteien reformierbar ? », A (...)

40Chez les Verts allemands, le vote des militants sur les questions de fond existe depuis 198065. Au niveau fédéral, cette possibilité a cependant peu d’effet. Le seul exemple d’un vote des membres du parti au niveau national remonte à 2003, sous la forme d’un vote par acclamation sur une décision prise en amont par les leaders. La tête du parti s’était depuis longtemps déjà prononcée en faveur de la suppression de l’interdiction du cumul des fonctions au sein du parti et des mandats électifs, mais avait échoué plusieurs fois à la faire passer au congrès. La décision des militants en 2003 rend de fait la stricte séparation entre fonction partisane et mandat plus souple, au grand bénéfice des leaders du parti.

Succès et échecs de la mobilisation partisane

41La perte de signification de la figure du partisan, que l’on prophétise régulièrement dans le cadre du débat sur la transformation des partis, n’est donc pas encore à l’ordre du jour, ni en France ni en Allemagne. Bien au contraire, dans les deux pays, les partis ont multiplié leurs efforts au cours des dernières années pour rallier de nouveaux adhérents. Le bilan reste cependant contrasté.

  • 66 Fr. Walter, « Die deutschen Parteien : Entkernt, ermattet, ziellos », Aus Politik und Zeitgeschicht (...)

42Les partis allemands n’ont pas su enrayer la chute du nombre de leurs membres alors que leurs homologues français ont récemment remobilisé les leurs, faisant même figure d’exception face au déclin du recrutement des partis européens. La difficulté, outre-Rhin, tient d’abord au poids des motivations idéologiques dans l’adhésion partisane. L’âge d’or des partis allemands, dans les années 1960 et 1970, correspond à l’intensité du débat qui opposait la CDU et le SPD sur les réformes intérieures et sur l’Ostpolitik. Le monde politique actuel, largement axé sur la maximisation des résultats électoraux, ne met plus en scène de tels conflits. Il devient difficile de différencier les programmes et leurs contenus : « Les partis ne se battent plus. Ils ont perdu leurs buts de guerre, leurs fantassins, voire leurs ennemis66. » La remobilisation partisane française s’est appuyée sur une revivification de la bataille politique, contre Jean-Marie Le Pen en 2002, à propos de la Constitution européenne en 2005, lors de la campagne présidentielle en 2007. S’agissant de ce dernier épisode, cette dynamique de politisation et de remobilisation partisane s’est accompagnée d’une forte personnalisation, le lien d’adhésion tendant à prendre la forme d’un lien personnel (pour ou contre Nicolas Sarkozy ou Ségolène Royal) dans la logique d’une présidentialisation des partis.

43En Allemagne, la difficulté d’enrayer le déclin tient également au fait que les partis ne cessent de promettre une modernisation de leurs structures sans finalement mettre en place de véritables réformes. L’investiture du candidat SPD à la chancellerie en 2008 en est un parfait exemple. Bien que le parti prévoie en théorie la possibilité de faire participer ses membres à la nomination du candidat, Frank-Walter Steinmeier a été investi par la présidence au terme d’un processus pour le moins obscur. Les partis français, en raison de leur plus faible institutionnalisation, sont allés plus loin dans l’assouplissement du lien d’adhésion, même si ce mouvement connaît de fortes résistances à gauche. Il n’en demeure pas moins que cette apparente (et encore modeste) revitalisation partisane française est encore sujette à caution, car les liens partisans restent d’autant plus fragiles qu’ils sont indexés à des conjonctures et des personnalités particulières.

Notes

1 Fl. Haegel, « Parties and Organizations », in A. Cole, P. Le Galès et J. Lévy (dir.), Developments in French Politics 3, Basingstoke/New York, Palgrave/Macmillan, 2005.

2 P. Mair et I. van Biezen, « Party-Membership in Twenty European Democracies 1980-2000 », Party politics, vol. 7, n° 1, 2001. Voir également plus récemment, P. Delwit, « Still in the decline ? Partymembership in Europe », PARTIREP International Conference on Party Membership, Bruxelles, 30-31 octobre 2008.

3 E. Wiesendahl, Mitgliederparteien am Ende? Eine Kritik der Niedergangsdiskussion, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaft, 2006, p. 32.

4 P. Mair et I. van Biezen, op. cit. [2], p. 15.

5 H. Kleinert, « Abstieg der Parteiendemokratie », Aus Politik und Zeitgeschichte, n° 35-36, 2007, p. 3-11.

6 D. M. Farrel et P. Webb, « Political Parties as Campaign Organization », in R. J. Dalton et M. P. Wattenberg (dir.), Parties Without Partisans, Political Change in Advanced Industrial Societies, Oxford, OUP, 2000.

7 E. Wiesendahl, op. cit. [3], p. 140.

8 P. Norris, « The Rise of Postmodern Communications? », in P. Norris (dir.), Politics and the Press: The News Media and their Influences, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 1997, p. 1-20; S. Burkhardt, Programmfabrik gegen Medienimperium. Neue Kampagnenstrategien im italienischen Wahlkampf 2006, Baden-Baden, Nomos, 2008.

9 E. Wiesendahl, op. cit. [3], p. 48.

10 D. Andolfatto, « Les adhérents : une ressource réévaluée », in D. Adolfatto, F. Greffet et L. Olivier, Les Partis politiques, quelles perspectives ?, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 99-114.

11 P. Delwit, op. cit. [2].

12 C. Ysmal, « Transformations du militantisme et déclin des partis politiques », in P. Perrineau, L’Engagement politique. Déclin ou mutation ?, Paris, Presses de la FNSP, p. 41-66.

13 Cette évaluation peut être faite grâce à la publication dans L’Hebdo des socialistes du nombre d’inscrits aux différentes consultations internes.

14 Voir, sur la transformation de la LCR, F. Johsua, « Les conditions de (re)production de la LCR : l’approche par les trajectoires militantes », in F. Haegel (dir.), Partis politiques et système partisan en France, Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

15 Pour une analyse de cette notion, voir G. Grunberg et F. Haegel, Vers le bipartisme ?, Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

16 E. Wiesendahl, op. cit. [3], p. 84 ; J. Ion, La Fin des militants ?, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997.

17 K. Heidar, « Party Membership and Participation », in R. Katz et W. Crotty (dir.), Handbook of Party Politics, London, Sage Publication, 2006.

18 Statuts de la CDU, Art. 4 (2).

19 Statuts du SPD, Art. 10a.

20 M. Machnig, « Auf dem Weg zur Netzwerkpartei », Die Neue Gesellschaft. Frankfurter Hefte, vol. 47, n° 11, 2000, p. 654-660, ici p. 655.

21 CDU, « Beschluss des 17. Parteitages der CDU Deutschlands 2003 Bürgerpartei CDU. Reformprojekt für eine lebendige Volkspartei », Leipzig, 2003, disponible sur <www.cdu.de/doc/pdf/03_12_02_Beschluss_PT_Buergerpartei.pdf>.

22 <www.fdp-bundespartei.de/webcom/show_article.php/_c-684/_nr-1/_lkm-51/i.html>.

23 F. Drieschner, « Alkoholfrei, aber glücklich. Mehr als nur Protestpartei: Wie die Linken sich im Westen verankern », Die Zeit, 31 janvier 2008, p. 4.

24 J. Ion, S. Franguiadakis et P. Viot, Militer aujourd’hui, Paris, Autrement/CEVIPOF, 2005.

25 M. C. Lavabre et F. Platone, Que reste-t-il du PCF ?, Paris, Autrement/CEVIPOF, 2003.

26 R. Lefebvre et F. Sawicki, La Société des socialistes, Paris, Éditions du Croquant, 2006.

27 J. Charlot, Le Gaullisme d’opposition, 1946-1958, Paris, Fayard, 1983.

28 J. Lagroye, G. Lord, L. Mounier-Chazel et J. Palard, Les Militants politiques dans trois partis français, Paris, Pedone, 1976.

29 Notons que la section régionale en ligne n’est pas un organe officiel du parti, mais une organisation périphérique d’échange d’idées (Lvnet.fdp.de).

30 SPD, « Wir sind die Internetpartei », 1er août 2008, disponible sur <www.spd.de/menu/1753753>.

31 A.-S. Petitfils, « L’institution partisane à l’épreuve du management. Rhétoriques et pratiques managériales dans le recrutement des “nouveaux adhérents” au sein de l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP) », Politix, vol. 20, n° 79, 2007, p. 53-76.

32 D. Gaxie, « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue française de science politique, vol. 27, n° 1, février 1997, p. 123-154, et D. Gaxie, « Rétributions du militantisme et paradoxes de l’action collective », Swiss Political Science Review/Revue suisse de science politique, vol. 11, n° 1, 2005, p. 157-188.

33 O. Niedermayer, « Beweggründe des Engagements in politischen Parteien », in O. Gabriel et al. (dir.), Parteiendemokratie in Deutschland, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2001.

34 Cf. M. Florack et al., « Strategien erfolgreiche Mitgliederrekrutierung der politischen Parteien », in J. Schmidt et U. Zolleis (dir.), Zwischen Anarchie und Strategie. Der Erfolg von Parteiorganisationen, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften, 2005, p. 96-113, ici p. 100.

35 F. Haegel, « La mobilisation partisane à droite. Les logiques organisationnelle et sociales d’adhésion à l’UMP », Revue française de science politique, vol. 59, n° 1, février 2009, p. 7-27.

36 Enquête « Les nouveaux adhérents de l’UMP », IPSOS, réalisée les 21 et 22 septembre 2005, échantillon de 604 nouveaux adhérents, méthode des quotas, entretien par téléphone.

37 Enquête réalisée par le Parti socialiste auprès des nouveaux adhérents par Internet, mai 2006 (échantillon de 18 000 nouveaux adhérents).

38 Dans le cadre du projet « Parteimitglieder im Vergleich » de l’Agence allemande de la recherche (Deutsche Forschungsgemeinschaft), les motivations de l’adhésion partisane en Allemagne ont également été analysées.

39 E. Heinrich, M. Lübker et H. Biel, « Parteimitglieder im Vergleich : Partizipation und Repräsentation. Kurzfassung des Abschlussberichts zum gleichnamigen DFG-Projekt », Potsdam, juillet 2002, disponible sur <www.uni-potsdam.de/db/ls_regierungssystem_brd/files/projektbericht_parteimitglieder.pdf>.

40 M. Hasting, Halluin la Rouge 1919-1939. Aspects d’un communisme identitaire, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires de Lille, 1991.

41 V. Martin, Toulon la noire, Paris, Denoël, 1996.

42 K. Kipping, « Rede zur Generaldebatte auf dem Parteitag », 15 juin 2007, Berlin, disponible sur <www.katja-kipping.de/generaldeb.htm>.

43 E. Heinrich, M. Lübker et H. Biel, op. cit. [39].

44 F. Drieschner, op. cit. [23].

45 Fl. Faucher, « Les Verts et la démocratie interne », in Fl. Haegel (dir.), Partis politique et système partisan français, Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

46 Fl. Haegel, Ch. Pütz et N. Sauger, « Les transformations dans et par les partis : l’exemple de l’UDF et du RPR », in P. Perrineau (dir.), Le Désenchantement démocratique, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2003, et Fl. Haegel, « Le pluralisme à l’UMP. Structuration idéologique et compétition interne », in Fl. Haegel (dir.), op. cit. [45].

47 Rappelons que Lionel Jospin avait recueilli 66 % de leurs suffrages.

48 E. Heinrich, M. Lübker et H. Biel, op. cit. [39], p. 49.

49 Ibid., p. 49

50 Ibid., p. 47.

51 F. Bösch, « Oppositionszeiten als Motor der Parteireform? », in J. Schmidt et U. Zolleis (dir.), op. cit. [34], p. 172-185, ici p. 178.

52 E. Heinrich, M. Lübker et H. Biel, op. cit. [39], p. 50.

53 M. Florack et al., op. cit. [34]. ici p. 104.

54 Statuts du SPD, Art. 13 (1).

55 U. von Alemann et T. Godewerth, « Die Parteiorganisation der SPD. Erfolgreiches Scheitern? », in J. Schmidt et U. Zolleis (dir.), op. cit. [34], p. 158-171, ici p. 160.

56 M. Florack et al., op. cit. [34], ici p. 103. Statuts de la CDU, Art. 6a (1).

57 Statuts du SPD, Art. 13.

58 « Widerstand gegen Schröders Agenda 2010 bröckelt », Spiegel.de, 6 mai 2003, disponible sur <www.spiegel.de/politik/deutschland/0,1518,248499,00.html>.

59 Ibid.

60 SPD, « Mitgliederbefragung Grundsatzprogramm », disponible sur <1703946/programmdebatte_fragebogen_muster.pdf>.

61 Willy-Brand-Haus-Materialien, « Die Mitgliederbefragung zum, Bremer Entwurf’ für ein neues Grundsatzprogramm » SPD Projektberichte, n° 2, 2007, disponible sur <www.spd.de/show/1712984/300407_wbhm_mitgliederbefragung.pdf>.

62 A. Hurrelmann, « Zwischen Regierungsverantwortung und Bewegungserbe. Parteireform bei Bündnis 90/Die Grünen », Forschungsjournal Neue Soziale Bewegungen, vol. 14, n° 3, 2001, p. 46-51, ici p. 46.

63 Ibid.

64 E. Heinrich, M. Lübker et H. Biel, op. cit. [39], p. 49.

65 A. Kießling, « Politische Kultur und Parteien in Deutschland. Sind die Parteien reformierbar ? », Aus Politik und Zeitgeschichte, n° 10, 2001, p. 29-37, ici p. 33.

66 Fr. Walter, « Die deutschen Parteien : Entkernt, ermattet, ziellos », Aus Politik und Zeitgeschichte, n° 10, 2001, p. 3-6, ici p. 3.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution chiffrée de l’adhésion partisane en Allemagne
Crédits Sources: O. Niedermayer, « Parteimitglieder in Deutschland. Version 2008 », Arbeitshefte aus dem Otto-Stammer-Zentrum, n o 13, Berlin, 2008, disponible sur <www.polwiss.fuberlin.de/people/niedermayer/docs/AHOSZ13.pdf > ; G. Bannas, « Pofalla : “Ein historischer Tag” », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 29 juillet 2008, disponible sur <www.faz.net/s/Rub594835B672714A1DB1A121534F010EE1/Doc~E98717B630F794bvEC3948E11AFB14EB33C~ATpl~Ecommon~Scontent.html>. Par la suite, lorsqu’sera question de l’Union, nous nous concentrerons sur la CDU (graphique réalisé par les auteurs).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

Auteurs

Doctorante à l’Institut de science politique de l’Université de Munich.

Stephanie Bauer (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540