Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'avenir des partis politiques en France et en Allemagne

 | 
Claire Demesmay
, 
Manuela Glaab

Les systèmes partisans en France et en Allemagne : une analyse comparative

Les élites politiques. Recrutement et carrières

Hervé Joly et Simone Weske

Texte intégral

  • 1 On entend ici par « élite politique » – dans une acception restrictive, pour simplifier la comparai (...)
  • 2 Par définition, le concept d’élite semble ne pouvoir être articulé à celui de démocratie que dans u (...)

1Le recrutement du personnel politique est une des fonctions essentielles des partis politiques. Ainsi, nous nous intéresserons ici à la question du rôle joué par les partis dans le recrutement de l’élite politique1 en France et en Allemagne2, et nous interrogerons sur les parallèles et les différences qu’une analyse comparative des deux systèmes partisans nationaux permet d’appréhender.

Le concept d’élites en Allemagne et en France

  • 3 Par définition, le concept d’élite semble ne pouvoir être articulé à celui de démocratie que dans u (...)
  • 4 Entretien avec Hartmut Rahn, « Zwischenfrage », Süddeutsche Zeitung, 11 janvier 1993, p. 8. La Fond (...)

2La nature des différences de contexte entre la France et l’Allemagne tient à l’acception du mot « élite » dans chacun des deux pays. Depuis le national-socialisme, le concept d’élite est systématiquement connoté de façon assez négative en Allemagne3. En politique comme au sein de la société civile, les Allemands se méfient depuis longtemps du recrutement ciblé d’une élite. On ne trouve ainsi en Allemagne aucune « grande école » sur le modèle français. Le secrétaire général de la Fondation universitaire allemande (Studienstiftung des deutschen Volkes) constatait encore en 1993 au cours d’un entretien : « Nous n’utilisons jamais le mot élite, car, en Allemagne, il s’est chargé, dans le langage commun, d’une nébuleuse de représentations négatives et faussées, si bien qu’il se retrouve en général associé à des notions d’arrogance et de privilège. Il s’agit donc là d’une notion qu’il faut laisser reposer plusieurs siècles durant4. »

  • 5 Cf. M. Busemeyer, « Chancen für alle durch Elite-Universitäten », Berliner Republik, 2008/3, p. 25- (...)

3Le refus systématique de recourir à la notion d’élite s’est entre-temps adouci : depuis quelques années, l’Allemagne redécouvre le concept, en s’efforçant de le rendre consensuel. Pour illustrer la nouvelle acception positive de ce mot, on peut citer l’Initiative d’excellence (Exzellenzinitiative) de l’État fédéral et des länder, qui s’est donné pour objectif de renforcer la recherche de pointe en Allemagne. Dans le langage courant, les universités bénéficiant du soutien de cette initiative sont d’ores et déjà qualifiées d’« universités d’élite5 ».

  • 6 Paris, Le Seuil (rééd. 1994).
  • 7 Paris, PUF.
  • 8 Paris, PUF.
  • 9 P. Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979, p. 128-138.
  • 10 Paris, Fayard (rééd. 2006).

4En France, l’usage du concept d’« élite(s) » s’est en revanche banalisé dans les sciences sociales depuis plusieurs décennies en l’absence de dimension normative. Un sociologue comme Pierre Birnbaum l’a employé à de nombreuses reprises dès les années 1970, comme le reflète le titre de ses ouvrages comme Les Sommets de l’État. Essais sur l’élite du pouvoir en France (19776) ou Les Élites socialistes au pouvoir (19857) – même s’il a aussi utilisé le concept de « classe dirigeante » (La Classe dirigeante française, 19788). En revanche, Pierre Bourdieu a toujours soigneusement évité de parler d’« élites » qui seraient associées dans son esprit à des « représentations unidimensionnelles en strates de l’échelle sociale9 » ; il leur préfère le concept de « classe dominante », divisée en « fractions » au sein d’un espace social dynamique à trois dimensions. Quant à Christophe Charle, un historien fortement inspiré par l’œuvre de Pierre Bourdieu, il l’emploie régulièrement (voir, par exemple, Les Élites de la République [198710]).

5Outre cet usage savant, il existe aussi un usage courant dans un pays qui en a même fait, avec le concept d’« élitisme républicain », un des fondements de sa méritocratie. La société française se caractérise en effet par un système de formation officiellement ou officieusement très hiérarchisé, depuis les prestigieux lycées du centre des grandes villes jusqu’aux grands corps de l’État, ces filières très étroites d’accès à la haute fonction publique, en passant par l’opposition entre grandes écoles sélectives et universités ouvertes à tous les bacheliers, et, au sein même des grandes écoles, par un classement fin entre les « très grandes » et les autres reposant sur les choix des élèves après les concours d’entrée. De manière générale, les élites françaises seraient étroitement sélectionnées dès le plus jeune âge, le diplôme acquis à 20 ans valant souvent viatique pour le reste de la carrière ; il y aurait peu de place pour des parcours alternatifs (le mot Quereinsteiger, qui évoque une promotion par une filière « latérale », n’ayant même pas de véritable traduction en français…). De plus, les sociologues comme Pierre Bourdieu ont montré que cet élitisme scolaire recouvre largement une « reproduction sociale » qui profite surtout aux enfants de la « classe dominante », avec pour seul brassage des passages de sa fraction culturelle dominée à sa fraction dominante en termes de pouvoir. Cependant, si ces thèses valent pour les élites administratives et, à un degré moindre, économiques, il n’en est pas de même pour les élites politiques. Il est vrai que l’on insiste souvent sur le poids de l’« énarchie » (les anciens élèves de l’École nationale d’administration [ENA]) dans le personnel politique français, mais cette vision ne reflète pas la diversité de ses origines. De même, son recrutement social est bien loin de se limiter à la grande bourgeoisie. L’importance des filières à la fois partisanes et locales introduit d’autres logiques.

Les carrières politiques en Allemagne

  • 11 D. Herzog, Politische Karrieren. Selektion und Professionalisierung politischer Führungsgruppen, Op (...)

6Le politiste Dietrich Herzog, dans Carrières politiques (1975), pose les jalons de la recherche scientifique sur l’élite politique allemande. À travers 124 entretiens qualitatifs recueillis auprès d’hommes politiques d’envergure, il met en évidence des modèles types dans les carrières des hauts dirigeants politiques allemands : 60 % des personnes interrogées ont suivi, selon sa terminologie, une « carrière standard », caractérisée d’une part par une ascension continue au sein des organes du parti aux différents échelons régionaux et d’autre part par un fort cumul des mandats. En Allemagne, il est très rare d’être appelé à exercer un mandat politique sans avoir au préalable assis sa carrière professionnelle. Le début de la carrière politique se fait ainsi de façon bénévole, parallèlement à la profession exercée, avant de devenir dans un deuxième temps l’activité principale. Selon Dietrich Herzog, les individus au parcours atypique qui parviennent à se hisser aux postes de décision en contournant les voies classiques sont rares, tout comme les carrières purement politiques, même si leur nombre a eu tendance à augmenter11.

  • 12 H. Rebenstorf, « Karrieren und Integration. Werdegänge und Common Language », in W. Bürklin, H. Reb (...)
  • 13 Cf. A. Gruber, « “Ox tour” or Springboard? Parties and Elite Access in German Democracy », contribu (...)
  • 14 Pour une présentation plus détaillée du concept d’Ochsentour, voir A. Gruber, art. cit. [13], p. 3.

7De son côté, la sociologue Hilke Rebenstorf a mis en évidence, à partir de données issues de l’étude de l’Université de Potsdam sur les élites, menée en 1995, que la typologie des carrières politiques énoncée par Dietrich Herzog reste encore largement valable aujourd’hui. La « carrière standard » est toujours la règle en Allemagne12. Actuellement, de nouvelles recherches empiriques ont interrogé les théories de Dietrich Herzog : le politiste Andreas Gruber a soumis 369 personnalités politiques allemandes de premier plan à un questionnaire standard. Ses résultats montrent que le parcours de l’élite politique en Allemagne passe obligatoirement par une longue carrière au sein d’un parti13. La littérature spécialisée qualifie communément ce long parcours propre au système allemand de « parcours du combattant » (Ochsentour). À chaque échelon hiérarchique, jusqu’aux positions les plus élevées, correspond un long périple14.

  • 15 En l’occurrence Eduard Edert, soutenu par les différents partis bourgeois pour éviter l’élection du (...)

8Si les partis possèdent donc un monopole dans le recrutement de l’élite politique, il existe toujours formellement la possibilité de faire une carrière politique en Allemagne indépendamment d’une appartenance partisane. Les partis peuvent ainsi présenter des candidats sans étiquette aux élections législatives, en particulier quand, au regard du prestige social du candidat, ils en attendent un certain succès auprès des électeurs. En outre, ces candidats non affiliés à un parti peuvent se présenter aux élections législatives (mandat direct de la circonscription) s’ils sont en mesure de rassembler les signatures d’au moins 200 électeurs de leur circonscription. Pour ces candidats indépendants, il reste cependant très difficile de concourir aux côtés de candidats portés par les structures et l’organisation d’un parti. Jusqu’à aujourd’hui, on ne compte qu’un cas de victoire pour un candidat indépendant, lors des premières élections législatives de 1949 – reste que ce succès électoral était largement dû à l’intervention de partis qui, n’ayant pas pu présenter de candidat dans les circonscriptions en question, avaient reporté leur soutien sur ces candidats libres15.

9De même, les membres de gouvernement sans étiquette politique restent une exception en Allemagne : Hans Leussink, professeur et ancien président de l’Université technique de Karlsruhe (ou Université Fridericiana), président du Conseil scientifique allemand (ministre fédéral de l’Éducation et de la Science au sein du gouvernement Brandt, 1969-1972), et Werner Müller, un ancien dirigeant d’entreprise énergétique (ministre fédéral de l’Économie et de la Technologie au sein du gouvernement Schröder, 1998-2002), sont jusqu’à aujourd’hui les seuls ministres de toute l’histoire de la République fédérale à ne pas avoir été affiliés à un parti jusqu’à la fin de leur mandat.

10On ne devient chancelier qu’à l’issue d’une longue carrière au sein d’un parti. L’exemple de l’actuelle chancelière fédérale Angela Merkel, dont l’ascension politique fut relativement rapide, vient contredire une tradition pourtant bien établie : peu après son premier mandat de députée en 1990, elle a exercé les fonctions de ministre dans deux cabinets, en 1991-1994 et en 1994-1998, puis a été élue présidente de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) en 2000, avant de devenir en 2005 la première chancelière de l’histoire du pays.

  • 16 Le nombre de représentants de chaque land à l’Assemblée fédérale est calculé au prorata de la popul (...)

11Le président de la République fédérale lui-même, qui, selon les textes, est le plus haut représentant de l’État et astreint au principe de neutralité politique, n’échappe pourtant pas aux logiques partisanes. Il est élu tous les cinq ans par l’Assemblée fédérale (Bundesversammlung), composée à égalité numérique de tous les députés du Bundestag et de représentants des länder16. En théorie, tout Allemand âgé de 40 ans révolus est éligible et tous les membres de l’Assemblée fédérale peuvent proposer des candidats. Toutefois, dans la pratique, les membres de cette assemblée se rassemblent en groupes parlementaires selon les logiques de parti. Jusqu’à aujourd’hui, tous les présidents fédéraux appartenaient à un parti. La décision du Parti social-démocrate (SPD) de présenter l’universitaire sociale-démocrate Gesine Schwan comme candidate à la prochaine élection présidentielle en mai 2009 contre Horst Köhler témoigne d’une politisation croissante de ce scrutin. Cette décision vient ainsi briser une règle non écrite en vigueur, selon laquelle les partis de l’opposition s’abstiennent de présenter un candidat à la présidence si le président sortant est lui-même candidat à sa réélection.

  • 17 Comme toujours, c’est l’exception qui confirme la règle : Oswald Metzger, député au Bundestag depui (...)
  • 18 E. Wiesendahl, art. cit. [2], p. 105
  • 19 Il faut en général plus de temps pour s’élever au sein de la hiérarchie des grands partis de masse (...)

12Ce sont donc bien les partis qui contrôlent les portes d’entrée de la carrière politique et de son éventuelle envolée vers les mandats les plus influents. Dans ce contexte, les changements de bord sont rares17. De façon générale, le recrutement et la nomination des candidats aux élections législatives ne sont pas le fait de la direction du parti, mais des assemblées de militants ou de délégués au niveau de chaque circonscription. Ce recrutement local est censé assurer la représentation des différentes sensibilités et courants du parti. La désignation d’un candidat aux élections législatives récompense en général un engagement de longue durée au niveau local ou régional. Selon le politiste Elmar Wiesendahl, « les carrières se construisent sur le principe d’un engagement et d’un dévouement partisans sur la longue durée pour gravir les échelons. La logique de désignation n’est pas une logique prospective reposant sur les compétences des individus, mais bien une logique rétrospective de récompense des services rendus18. » Le système peut se révéler extrêmement frustrant pour les candidats hautement qualifiés et ambitieux, parce qu’il empêche toute ascension politique de nouveaux talents externes ayant rejoint tel ou tel parti19. D’un autre côté, cette logique de la récompense permet aux militants méritants de prévoir assez précisément les étapes successives de leur carrière politique au sein du parti.

  • 20 K. Grabow, « Zur Rolle der Eliten in der demokratischen Gesellschaft », in O. Gabriel, B. Neuss et (...)
  • 21 Pour plus de détails, voir H. Rebenstorf, « Parteieliten – zwischen Organisationsinteressen, öffent (...)

13Plus que la compétence d’expert, c’est bien la connaissance approfondie des structures et des mécanismes partisans, acquise au cours d’un long processus de socialisation au sein du parti, qui prime20. Les réseaux partisans internes et les mouvements de jeunesse des partis jouent ainsi un rôle excessivement important dans l’évolution et l’avancée d’une carrière. De nombreuses personnalités politiques de premier plan conservent, même après avoir atteint le niveau fédéral, un mandat local, tant la présence sur le terrain est importante pour qui entend être de nouveau désigné et réélu. Les différents ministres appelés au gouvernement en raison de leurs seules compétences techniques après une carrière éclair au sein d’un parti ont pour la plupart échoué à l’épreuve de la pratique politique, car ils ne bénéficiaient pas du soutien décisif d’un véritable réseau partisan21.

  • 22 E. Wiesendahl, art. cit. [2], p. 110

14Qui veut se hisser au rang de l’élite politique allemande se voit donc soumis, pendant de nombreuses années, à une double contrainte : il faut en effet réussir à combiner engagement partisan, dans un premier temps bénévole, et activité professionnelle parallèle. Ce mode de sélection élimine donc d’emblée tous ceux dont le métier ne laisse ni le temps ni l’énergie pour se consacrer à un premier engagement bénévole. Elmar Wiesendahl analyse ici l’effet d’une fermeture sociale : « Les phénomènes d’autonomisation et de disjonction de la classe politique vont sans doute aller croissant, précisément parce que cette dernière, dans sa majeure partie, n’a jamais participé directement à la création de la valeur qu’elle redistribue, ni jamais véritablement partagé les difficultés quotidiennes de la vie et du monde du travail communes à la plupart des classes sociales22. »

  • 23 Cf. les statistiques du dictionnaire du Parlement : Kürschners Volkshandbuch Deutscher Bundestag. 1 (...)
  • 24 Ainsi, l’ancien ministre de l’Économie Wolfgang Clement (SPD) siège dans plusieurs conseils de surv (...)

15De fait, les députés du Bundestag ne reflètent aucunement la structure sociale de la République fédérale. En témoigne par exemple leur niveau d’éducation : au sein de la 16e assemblée (2005-2009), seuls 11 des 613 députés étaient diplômés de la filière la plus faible de l’enseignement secondaire (Hauptschulabschluss), alors que 436 d’entre eux avaient fait de plus hautes études. Sur la même période, la proportion de diplômés de l’enseignement supérieur était élevée (377 députés). Parmi eux, le nombre de juristes est écrasant (132), les enseignants formant le second groupe professionnel le plus important (46). Les jeunes sont également peu représentés au Parlement fédéral : seuls 58 des 613 membres de la 16e assemblée sont nés à partir de 1971 ; 333 députés sont nés entre 1951 et 1970, alors que 222 sont nés jusqu’en 1950. Environ la moitié des députés sont élus pour la troisième fois au moins ; 164 députés le sont pour la deuxième fois et 147 pour la première fois. Près de la moitié des membres du Bundestag, avant de faire de la politique leur seule activité professionnelle, étaient fonctionnaires ou employés, soit du secteur public, soit au sein d’organisations politiques, syndicales et associatives : 213 députés au Bundestag de la 16e législature sont issus du secteur public ; 83 d’entre eux étaient employés au sein d’organisations politiques et sociales, dont 27 au sein de partis et de groupes parlementaires23. Les exemples de dirigeants d’entreprises reconvertis dans une carrière politique sont rares. Cela s’explique d’une part par le manque de temps à consacrer à un engagement politique de longue haleine au sein d’un parti et d’autre part par la baisse de revenu que le dirigeant en question devrait concéder pour entrer en politique. L’inverse est beaucoup plus courant : les grandes figures politiques sont souvent nommées à des postes de dirigeants de grandes entreprises après avoir quitté leurs fonctions24.

Les carrières politiques en France

  • 25 Cette étude repose sur des recherches personnelles, déjà exploitées pour les données jusqu’en 2003 (...)

16En France, la Ve République est souvent présentée comme construite, selon les vœux du général de Gaulle, contre les partis politiques dont l’emprise aurait entraîné la faillite de la république précédente. Cependant, si son fondateur s’est voulu « au-dessus des partis », il s’est appuyé sur un parti gaulliste puissant. Même si le mode de scrutin aux élections législatives est toujours resté uninominal (sauf en 1986 avec l’introduction éphémère de la proportionnelle sur listes départementales), il n’y a guère eu de salut pour les candidats en dehors du soutien d’un parti important. À l’Assemblée nationale, les députés « non inscrits », n’appartenant à aucun groupe parlementaire, se comptent toujours sur les doigts d’une ou de deux mains et encore ne sont-ils pas pour autant dépourvus du soutien d’un parti25. Ils sont souvent non inscrits parce que leur parti ne dispose pas, avec le déséquilibre de la représentation entraîné par le suffrage majoritaire, d’assez d’élus pour constituer un groupe (le seuil est fixé à 20 députés). En 2008, les 7 députés non inscrits se répartissent ainsi entre les trois seuls élus (avec 7,6 % des suffrages au premier tour) du parti centriste de François Bayrou (Mouvement démocrate, MoDem), deux du parti de la droite nationaliste de Philippe de Villiers (Mouvement pour la France, MPF) et deux dissidents antieuropéens de l’Union pour un mouvement populaire (UMP).

  • 26 Cette personnalité d’« ouverture », ancien directeur adjoint du cabinet du Premier ministre Lionel (...)

17Les groupes parlementaires ne sont certes pas totalement homogènes, avec le statut possible de simple apparenté, non membre du parti associé, mais ils sont soit peu nombreux (5 sur 318 à l’UMP), soit eux-mêmes affiliés à un autre parti satellite (7 députés du Parti radical de gauche [PRG] et des députés de partis autonomes d’outre-mer parmi les 18 apparentés au groupe socialiste sur 204). Quelques candidatures dissidentes connaissent parfois la réussite face au candidat officiel imposé par le parti, mais elles bénéficient surtout à des députés sortants, bien implantés, qui n’ont pas, notamment pour des raisons d’âge, de parité ou de diversité, été réinvestis par leur parti. Ils sont ainsi quatre députés ex-socialistes à n’être pour l’instant qu’apparentés, dans l’attente d’une réintégration formelle au sein du parti. La plupart de ceux qui sont investis par les partis dans une élection législative en sont des militants de longue date, souvent déjà détenteurs de mandats locaux. Ceux dont la trajectoire est plus rapide, désignés pour leur notoriété dans leur circonscription (personnalité du monde économique à droite, associatif à gauche, par exemple), adhèrent généralement au plus tard au parti à l’occasion de l’élection : il s’agit d’une étape indispensable pour s’assurer le contrôle de la section locale et y empêcher l’émergence d’un concurrent. Chez les ministres, certains gouvernements, comme celui de Michel Rocard en 1988, ont bien fait appel à des personnalités issues de la « société civile », membres d’aucun parti et désignées en fonction de leur compétence dans un domaine particulier, mais ces trajectoires sont restées depuis très minoritaires : il n’y en avait qu’un dans le gouvernement Juppé 2 de novembre 1995 (le médecin Xavier Emmanuelli, secrétaire d’État à l’Action humanitaire d’urgence), aucun dans le Jospin 1 de 1997, quatre dans le Raffarin 1 de 2002 (le philosophe Luc Ferry à l’Éducation nationale, le grand patron Francis Mer à l’Économie et aux Finances, l’astronaute Claudie Haigneré à la Recherche et la haute fonctionnaire Noëlle Lenoir aux Affaires européennes), trois dans le gouvernement Fillon formé en juin 2007 (le rugbyman Bernard Laporte à la Jeunesse et aux Sports, le haut fonctionnaire Jean-Pierre Jouyet aux Affaires européennes26 et le responsable associatif Martin Hirsch aux Solidarités actives contre la pauvreté).

  • 27 Les dates sont choisies en fonction des élections municipales les années précédentes qui constituen (...)

18Leur carrière politique ne peut être qu’éphémère, réduite à cet unique portefeuille ministériel souvent exercé, en l’absence d’expérience et de soutien politiques, sans grande réussite, sauf à se pérenniser par un ralliement au parti au pouvoir. Christine Lagarde a intégré, en tant qu’avocate d’affaires ayant réussi aux États-Unis, le gouvernement Villepin en 2005 comme ministre déléguée au Commerce extérieur, mais elle a poursuivi sa carrière ministérielle en 2007 dans le gouvernement Fillon, avec une promotion au portefeuille de l’Économie, des Finances et de l’Emploi, après avoir entre-temps adhéré à l’UMP (dont elle a ensuite été candidate aux élections municipales à Paris en mars 2008). Si le gouvernement Fillon manifeste un important renouvellement, avec 22 néophytes sur 38 dans des fonctions ministérielles, ils ne sont que 6 à ne pas avoir eu de mandats électifs avant 2007 (dont 3 qui sont devenus conseillers municipaux à l’issue des élections de mars 2008) ; 27 en avaient avant 2002, 23 avant 1996, 18 avant 1990, 9 avant 1984 et 4 avant 197827 !

  • 28 Ou d’un député décédé depuis 2007 pour le seizième. Depuis une loi organique du 13 janvier 2009 ado (...)
  • 29 119 au moins avaient déjà un mandat électif avant 2002, 77 avant 1996, 45 avant 1990, 27 avant 1984 (...)
  • 30 Certains mandats locaux antérieurs ne sont pas toujours répertoriés sur les fiches biographiques du (...)
  • 31 O. Costa et E. Kerrouche, op. cit. [25], p. 42-43 ; M. Sineau et V. Tiberj, art. cit. [25], p. 170.

19À l’Assemblée nationale, le renouvellement est encore plus lent. Parmi les 577 députés en fonction en septembre 2008, près d’un tiers (178) n’étaient pas sortants en 2007 ; mais, si l’on enlève ceux qui siègent à titre de suppléants de députés devenus ministres (16)28 et ceux qui ont déjà été députés auparavant (24), la proportion tombe à moins d’un quart. Et les 138 nouveaux élus à titre personnel sont souvent loin d’être des néophytes en politique29. De manière générale, malgré les alternances politiques, l’ancienneté est assez forte à l’Assemblée nationale, avec près de la moitié des députés élus pour la première fois avant 2002 (287), un tiers avant 1997 (191) et moins d’un cinquième avant 1993 (104). L’ancienneté élective globale est encore plus forte, avec une valeur médiane de près de 20 ans (1989). Seuls 29 députés ont eu leur premier mandat électoral après 2001, 97 au moins30 en ayant eu un avant 1981. L’âge des députés est logiquement élevé, avec une valeur médiane à 57 ans. Les moins de 40 ans ne représentent qu’à peine 3 % des députés, alors que 39 % ont atteint ce qui est (encore…) l’âge légal de la retraite en France (60 ans). La tendance est habituelle ; seules des conjonctures particulières, avec des alternances politiques de grande ampleur comme en 1958, 1981 ou 1993, peuvent faire exception31. Elle est cependant particulièrement accentuée dans l’actuelle législature ; même les néophytes ne sont pas très jeunes, avec un âge médian de 51 ans, 25 d’entre eux étant déjà sexagénaires… Les instances nationales des partis n’ont donc finalement guère de prise sur le choix des candidats ; elles sont souvent contraintes de reconduire les sortants, sous peine de se heurter à des dissidences souvent victorieuses. On peut seulement remarquer qu’elles sont plus ou moins parvenues à imposer une limite d’âge : les renouvellements sont plus rares après 70 ans, surtout à gauche, où on ne compte que quatre députés septuagénaires (le plus âgé n’ayant « que » 73 ans) ; en revanche, la droite en conserve 20 dans ses rangs (avec un doyen de 79 ans). Lorsqu’un député renonce à se représenter, il parvient souvent à orienter le choix de son dauphin, qui est généralement déjà un élu local important de la circonscription. Les directions parisiennes n’ont guère les moyens d’imposer des nouveaux venus sans ancrage territorial. Les véritables « parachutages » en province de personnalités parisiennes sont de plus en plus rares et difficiles. À l’échelle locale, les partis se déclinent en entreprises autonomes au service des grands élus (« les barons locaux »).

  • 32 Auxquels s’ajoutent, sous la Ve République, les Premiers ministres Maurice Couve de Murville (1968- (...)
  • 33 Auxquels s’ajoute, également sous la Ve République, le Premier ministre Michel Debré (1958-1962), e (...)
  • 34 D’autant plus qu’il faudrait ajouter le cas de Michel Debré (1968-1969), conseiller d’État d’avant (...)
  • 35 Les autres écoles d’ingénieurs les plus prestigieuses, l’École centrale de Paris et l’École des min (...)
  • 36 En ne comptant que les diplômés, certains, comme Nicolas Sarkozy, ayant fréquenté l’établissement s (...)

20L’autre lieu commun en France serait la prédominance des anciens élèves des grandes écoles, en particulier de l’ENA (créée en 1945), au sein du personnel politique. La tendance est effectivement marquante chez les présidents de la République avec, dans les générations concernées, Valéry Giscard d’Estaing (1974-1981) et Jacques Chirac (1995-2007). Chez les premiers ministres, la tendance est encore plus nette avec successivement le même Jacques Chirac (1974-1976 et 1986-1988), Laurent Fabius (1984-1986), Michel Rocard (1988-1991), Édouard Balladur (1993-1995), Alain Juppé (1995-1997), Lionel Jospin (1997-2002) et Dominique de Villepin (2005-2007). De plus, plusieurs de ces énarques ont intégré, à la sortie de l’École, les corps les plus prestigieux, réservés aux meilleurs élèves, que sont l’inspection des Finances (Valéry Giscard d’Estaing, Michel Rocard, Alain Juppé32), le Conseil d’État (Laurent Fabius, Édouard Balladur33) et la Cour des comptes (Jacques Chirac). Toutefois, pour l’ensemble des membres des gouvernements, la proportion devient plus faible : ils ne sont ainsi que 7 énarques parmi les 22 titulaires successifs du poste de ministre de l’Économie et des Finances depuis 1969, 5 sur 16 parmi les ministres de l’Intérieur. La proportion n’est plus forte au cours de la même période qu’au ministère des Affaires étrangères (8 sur 1734). Globalement, les énarques représentaient à peine un quart des membres du gouvernement Juppé 2 (8 sur 33), un tiers du gouvernement Jospin 1 (9 sur 27), un cinquième du gouvernement Raffarin 1 (7 sur 35) et un huitième du gouvernement Fillon (5 sur 38). Si l’on considère l’ensemble des « grandes écoles » les plus prestigieuses – Polytechnique35, les trois grandes écoles de commerce parisiennes (HEC, l’ESSEC et l’ESCP-EAP) et surtout Sciences Po Paris36 –, les pourcentages atteignent, il est vrai, respectivement 42 %, 52 %, 41 % et 29 % seulement dans le gouvernement Fillon, qui continue à se démarquer. On pourrait y ajouter, parmi les filières sélectives, plusieurs docteurs en médecine ou titulaires de l’agrégation de l’enseignement secondaire ou supérieur. De manière générale, les diplômés du supérieur sont bien plus nombreux que dans l’ensemble de la population française ; rares sont ceux qui n’ont pas dépassé l’enseignement secondaire (respectivement 0, 2, 2 et 4, le gouvernement Fillon se distinguant encore). Malgré tout, il reste excessif de réduire le recrutement gouvernemental à l’« énarchie » ou de manière générale aux formations sélectives. Tous les ministres ne sont pas issus de l’élite scolaire, tant s’en faut.

  • 37 Dont, dans celle de 2007, six membres du Conseil d’État et six magistrats à la Cour des comptes sur (...)
  • 38 Un second étant ensuite devenu énarque.
  • 39 Non compris deux autres devenus énarques ensuite.

21La tendance est encore plus nette si l’on considère l’ensemble des députés. Dans les trois assemblées successives élues en 1997, 2002 et 2007, les énarques n’y représentent qu’une petite minorité d’à peine 5 %37, d’autant plus faible que plusieurs d’entre eux sont devenus ministres et doivent laisser leur siège à leur suppléant. La tendance apparaît plutôt au déclin : ils ne sont que 2,6 % parmi les néophytes de 2007. De manière générale, les très grandes écoles sont peu représentées, avec deux polytechniciens dans l’assemblée élue en 2007, un ingénieur de l’École centrale38, 4 anciens élèves de HEC39, etc. Seuls les diplômés de Sciences Po Paris sont plus nombreux (plus d’une trentaine, non compris les énarques), sous réserve que certains se présentent – à l’image de l’actuel président de la République lui-même – comme anciens élèves de l’établissement sans en avoir le diplôme. De manière générale, les formations supérieures sont là encore nettement plus nombreuses que dans l’ensemble de la population française, surtout pour ces générations plutôt âgées, formées bien avant le doublement des effectifs de l’enseignement supérieur dans les années 1980.

  • 40 Les fractions supérieures de chaque groupe professionnel sont toutefois plus représentées que le la (...)

22Pourtant, ces formations sont loin de se limiter aux filières d’excellence ; nombreux sont les députés à n’avoir que des formations universitaires non sélectives, voire des formations professionnelles de niveau inférieur (écoles normales d’instituteurs, brevets technologiques, etc.). Les classes populaires sont certes très peu représentées, avec 3 % des députés issus du monde des ouvriers et des employés, 2 % de celui des artisans ou commerçants (pas nécessairement modestes) ou 3 % de celui des agriculteurs (rarement petits exploitants). À côté de 7 % d’anciens hauts fonctionnaires, on trouve 6 % de dirigeants d’entreprises (tous de droite), 7 % de professions juridiques (surtout des avocats), 9 % de cadres du secteur public, 13 % de professions médicales (avec une tendance à la hausse dans les deux dernières législatures), 13 % de cadres d’entreprise et surtout 18 % d’enseignants (qui, contrairement à une légende, ne sont pas tous de gauche, puisqu’ils rassemblent aussi 9 % des députés de droite). Dans ces différentes sphères professionnelles, ils n’appartiennent que rarement aux élites : les patrons sont plus souvent des gérants de petites et moyennes entreprises (PME) que des dirigeants de grandes firmes, les avocats comptent rarement parmi les stars du barreau, les médecins sont plus souvent des médecins exerçant en cabinet que des professeurs de médecine, les enseignants des instituteurs ou des professeurs certifiés du secondaire que des professeurs d’université40, etc.

  • 41 Sur les exigences contradictoires du métier de député, voir O. Costa et E. Kerrouche, op. cit. [25] (...)
  • 42 Il ne s’agit pas ici de nier le décalage considérable souvent constaté dans le recrutement social d (...)

23Le « métier » parlementaire est très exigeant en France. L’élection uninominale dans une circonscription implique un long travail d’ascension dans la double hiérarchie du parti et des mandats locaux. Une fois élu, il faut à la fois être présent au milieu de la semaine à Paris à l’Assemblée et être actif le reste du temps sur un terrain plus ou moins éloigné pour les provinciaux, très vaste dans les zones rurales, entretenir des relations suivies avec les élus et l’ensemble des notables, répondre aux sollicitations diverses des électeurs, etc.41. Le métier n’est pas non plus sans risque. De nombreuses circonscriptions ne se gagnent qu’à un pourcentage infime de voix et sont susceptibles de basculer à chaque alternance. La limitation du cumul à deux mandats électifs directs ne permet pas toujours de maintenir la professionnalisation politique en cas de défaite. Les retours dans les emplois précédents sont souvent difficiles pour ceux qui ne sont pas fonctionnaires. Il n’est donc pas étonnant que, de manière générale, l’engagement politique attire plutôt ceux qui se trouvent dans la fraction inférieure des classes supérieures, pour qui le passage, par exemple, d’un emploi d’enseignant du secondaire, de cadre d’entreprise ou de médecin de cabinet à celui de parlementaire représente une véritable ascension sociale, à la fois en termes de notoriété, de prestige et de revenus42. Les autres élites professionnelles ont souvent plus à y perdre qu’à y gagner.

24Il faut enfin signaler l’importance d’une autre catégorie, celle des purs professionnels de la politique, qui ont fait l’essentiel de leur carrière dans l’univers politique, notamment comme collaborateurs d’élus de statut contractuel (assistants parlementaires, directeurs de cabinet de responsables d’exécutifs locaux, permanents de partis politiques, etc.). La pratique de remplacer leur ancien patron tend à se répandre, avec le passage d’une activité de salarié de la politique à un mandat d’élu. La filière intéressée du professionnel prend le pas sur celle plus désintéressée du militant. L’importance du phénomène n’est pas toujours facile à mesurer, certains déclarant des professions dont l’origine politique n’apparaît pas toujours de manière évidente (chargés d’études ou de missions, consultants, etc.). Sous réserve de ces précautions, la proportion relevée apparaît croissante : 7 % chez les sortants de 2002, 10 % en 2003 et 15 % en 2008, et surtout 22 % parmi les néophytes de cette législature. Une figure typique de ce profil est celle du Premier ministre François Fillon : après des études de droit, il est devenu à 22 ans assistant parlementaire du député gaulliste de sa circonscription d’origine dans la Sarthe puis chef adjoint de son cabinet lorsque celui-ci est devenu ministre deux ans plus tard. Après la mort brutale de Joël Le Theule en décembre 1980, il l’a remplacé, à 27 ans, comme conseiller général et comme député dans les mois suivants. Réélu sans discontinuer depuis, il n’a jamais eu d’autre métier que la politique. De tels parcours ne font que renforcer la dépendance de ces élus à l’égard de leur famille politique, car ils n’ont pas la possibilité de reprendre leur ancien emploi. Toutefois, les allégeances se font là encore moins à l’égard des instances nationales que des mentors locaux.

Élites politiques et partis : une relation de dépendance mutuelle

  • 43 Les candidats se présentent sur une lise commune. Les électeurs peuvent voter pour eux, soit dans l (...)

25De façon générale, l’influence des partis sur les carrières politiques est plus importante en Allemagne qu’en France, ce qui s’explique avant tout par des différences dans le système des partis et le système électoral. Le scrutin de liste, habituel dans la République fédérale, renforce fortement la dépendance des députés vis-à-vis de leur parti, dans la mesure où ces derniers doivent en grande partie leur succès électoral à la place qu’ils ont réussi à obtenir sur la liste de leur parti43. En France, au contraire, un député contrôle généralement un appareil politique local au service de sa réélection ou, à défaut, de l’élection du dauphin qu’il s’est plus ou moins choisi. L’autre grande différence entre les deux pays réside dans les structures sociétales de recrutement des élites. Puisqu’il n’existe pas d’équivalent des « grandes écoles » françaises en Allemagne, les partis sont le passage quasi obligé des jeunes dirigeants politiques qui souhaitent faire carrière. En France, même si le recrutement est plus diversifié que l’on ne le croit généralement, les filières de notabilité sociale restent, surtout à droite, dominantes. L’alternative repose moins dans le militantisme politique gratuit que dans l’engagement professionnel au service des élus.

  • 44 Cf. H. Rebenstorf, art. cit. [21], p. 124.

26En dépit des différences de système et de culture politiques, il ressort que les élites politiques – et ceux qui aspirent à l’être – sont largement dépendantes des partis politiques de part et d’autre du Rhin. Il ne faut toutefois pas oublier que cette dépendance joue dans les deux sens : les partis ont besoin de leurs élites pour s’assurer une bonne image à l’extérieur. Quand un homme politique jouit d’une notoriété croissante, son parti gagne aussi en popularité. Inversement, quand la cote de popularité d’un des représentants du parti est en baisse, ou que le représentant en question se trouve impliqué dans un scandale politique, l’image du parti dans son ensemble est susceptible d’en être affectée44.

Notes

1 On entend ici par « élite politique » – dans une acception restrictive, pour simplifier la comparaison empirique, qui exclut aussi bien les responsables de partis, les conseillers ou assistants salariés que les élus régionaux et locaux – les seuls détenteurs de fonctions et mandats nationaux (chefs d’État et de gouvernement, ministres et parlementaires).

2 Par définition, le concept d’élite semble ne pouvoir être articulé à celui de démocratie que dans un rapport d’antinomie : alors que la démocratie repose sur l’idéal de l’égalité entre tous les citoyens, l’« élite » signifie la sélection et la position dominante de quelques-uns. Cf. E. Wiesendahl, « Rekrutierung von Eliten in der Parteiendemokratie. Wer sind die Besten und setzen sie sich in den Parteien durch? », in O. Gabriel, B. Neuss et al. (dir.), Eliten in Deutschland. Bedeutung – Macht – Verantwortung, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2006, p. 94-113, ici p. 94.

3 Par définition, le concept d’élite semble ne pouvoir être articulé à celui de démocratie que dans un rapport d’antinomie : alors que la démocratie repose sur l’idéal de l’égalité entre tous les citoyens, l’« élite » signifie la sélection et la position dominante de quelques-uns. Cf. E. Wiesendahl, « Rekrutierung von Eliten in der Parteiendemokratie. Wer sind die Besten und setzen sie sich in den Parteien durch ? », in O. Gabriel, B. Neuss et al. (dir.), Eliten in Deutschland. Bedeutung – Macht – Verantwortung, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2006, p. 94-113, ici p. 94.

4 Entretien avec Hartmut Rahn, « Zwischenfrage », Süddeutsche Zeitung, 11 janvier 1993, p. 8. La Fondation universitaire allemande est la structure d’allocations et de bourses aux étudiants d’excellence la plus importante d’Allemagne.

5 Cf. M. Busemeyer, « Chancen für alle durch Elite-Universitäten », Berliner Republik, 2008/3, p. 25-29.

6 Paris, Le Seuil (rééd. 1994).

7 Paris, PUF.

8 Paris, PUF.

9 P. Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979, p. 128-138.

10 Paris, Fayard (rééd. 2006).

11 D. Herzog, Politische Karrieren. Selektion und Professionalisierung politischer Führungsgruppen, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1975.

12 H. Rebenstorf, « Karrieren und Integration. Werdegänge und Common Language », in W. Bürklin, H. Rebenstorf et al. (dir.), op. cit. [3], p. 157-199.

13 Cf. A. Gruber, « “Ox tour” or Springboard? Parties and Elite Access in German Democracy », contribution présentée à la conférence internationale « Democratoc Elitism Reconsidered », Altes Schloss Dornburg, 15-16 juin 2007, <bamberg.de/fileadmin/uni/fakultaeten/sowi_professuren/politische_systeme/Forschung/paper_onference-jena.pdf> [9 juin 2008].

14 Pour une présentation plus détaillée du concept d’Ochsentour, voir A. Gruber, art. cit. [13], p. 3.

15 En l’occurrence Eduard Edert, soutenu par les différents partis bourgeois pour éviter l’élection du candidat du parti de la minorité danoise à Flensburg (Schleswig-Holstein), Franz Ott, qui s’était présenté à Esslingen am Neckar (Bade-Wurtemberg) comme représentant du mouvement des rapatriés (Vertriebene) non autorisé comme parti par les Alliés, et l’industriel Richard Freudenberg à Mannheim (Bade-Wurtemberg), soutenu par le Parti libéral démocratique (FDP) sans en être membre.

16 Le nombre de représentants de chaque land à l’Assemblée fédérale est calculé au prorata de la population. Les partis sont représentés en fonction de leur importance respective dans chaque parlement régional.

17 Comme toujours, c’est l’exception qui confirme la règle : Oswald Metzger, député au Bundestag depuis de nombreuses années, fut par exemple membre du SPD de 1974 à 1979, puis membre du parti Vert allemand Alliance 90/Les Verts (Bündnis 90/Die Grünen) de 1987 à 2007 avant d’adhérer à la CDU en avril 2008 ; de même, Otto Schily, élu député vert en 1983, a rejoint le SPD en 1989 avant de devenir ministre de l’Intérieur de Gerhard Schröder en 1998.

18 E. Wiesendahl, art. cit. [2], p. 105

19 Il faut en général plus de temps pour s’élever au sein de la hiérarchie des grands partis de masse CDU/CSU et SPD qu’à l’intérieur des petits partis FDP, Alliance 90/Les Verts et la Gauche (Die Linke), les structures de ces derniers laissant plus de place aux nouveaux talents. Cf. A. Gruber, art. cit. [13], p. 14. L’exemple d’Anna Lührmann (Alliance 90/Les Verts) illustre un parcours atypique réussi : à 19 ans, elle est élue en 2002 députée au Bundestag – après avoir il est vrai adhéré au parti à 14 ans.

20 K. Grabow, « Zur Rolle der Eliten in der demokratischen Gesellschaft », in O. Gabriel, B. Neuss et al. (dir.), op. cit. [2], p. 19-40.

21 Pour plus de détails, voir H. Rebenstorf, « Parteieliten – zwischen Organisationsinteressen, öffentlichem Auftrag und persönlichen Ambitionen », in J. Schmid et U. Zolleis (dir.), Zwischen Anarchie und Strategie. Der Erfolg von Parteiorganisationen, Wiesbaden, VS Verlag, 2005, p. 114-129, ici p. 123.

22 E. Wiesendahl, art. cit. [2], p. 110

23 Cf. les statistiques du dictionnaire du Parlement : Kürschners Volkshandbuch Deutscher Bundestag. 16. Wahlperiode, Rheinbreitbach, NDV, 2008, p. 291-303.

24 Ainsi, l’ancien ministre de l’Économie Wolfgang Clement (SPD) siège dans plusieurs conseils de surveillance, dont celui de l’entreprise de production électrique RWE Power, l’ancien ministre de l’Économie et des Transports de Bavière, Otto Wiesheu (CSU), est entré au directoire des chemins de fer allemands (Deutsche Bundesbahn) et Gerhard Schroeder (SPD), chancelier sortant, est actuellement président du conseil de surveillance de Nord Stream AG, contrôlé en grande partie par Gazprom.

25 Cette étude repose sur des recherches personnelles, déjà exploitées pour les données jusqu’en 2003 dans l’article « Les élites politiques : regard croisé sur le cas français », in H. Joly [dir.], Formation des élites en France et en Allemagne, Cergy-Pontoise, CIRAC, 2005, p. 149-167, et inédites pour la période ultérieure. Elles rejoignent d’autres travaux récents sur la précédente législature 2002-2007 : M. Sineau et V. Tiberj, « Candidats et députés français en 2002. Une approche sociale de la représentation », Revue française de science politique, vol. 57, n° 2, 2007, p. 163-185 et O. Costa et E. Kerrouche, Qui sont les députés français ? Enquête sur des élites inconnues, Paris, Presses de Sciences Po, 2007. Pour une perspective historique plus large, voir D. Gaxie et H. Best, « Detours to Modernity: Long-Term Trends of Parliamentary Recruitment in Republican France, 1848-1999 », in H. Best et M. Cotta (dir.), Legislative Recruitment and Careers in Eleven European Countries, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 88-137.

26 Cette personnalité d’« ouverture », ancien directeur adjoint du cabinet du Premier ministre Lionel Jospin, était toutefois proche du Parti socialiste, sans en être de manière établie adhérent. Il a quitté le gouvernement en décembre 2008 pour prendre la présidence de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et a été remplacé par Bruno Le Maire, député UMP nouvellement élu en 2008, lui aussi après une carrière de haut fonctionnaire (il a été directeur de cabinet du Premier ministre Dominique de Villepin).

27 Les dates sont choisies en fonction des élections municipales les années précédentes qui constituent souvent la première étape d’un cursus électif.

28 Ou d’un député décédé depuis 2007 pour le seizième. Depuis une loi organique du 13 janvier 2009 adoptée à la suite de la réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008, les ministres perdant leur portefeuille avant la fin de la législature peuvent récupérer leur siège de parlementaire sans avoir à se faire réélire après avoir provoqué la démission de leur suppléant.

29 119 au moins avaient déjà un mandat électif avant 2002, 77 avant 1996, 45 avant 1990, 27 avant 1984, etc.

30 Certains mandats locaux antérieurs ne sont pas toujours répertoriés sur les fiches biographiques du site de l’Assemblée nationale, <www.assemblee-nationale.fr/13/tribun/xml/liste_alpha.asp>. Les données ont été, dans la mesure du possible, complétées par d’autres sources, comme celles du dictionnaire biographique Who’s who in France.

31 O. Costa et E. Kerrouche, op. cit. [25], p. 42-43 ; M. Sineau et V. Tiberj, art. cit. [25], p. 170.

32 Auxquels s’ajoutent, sous la Ve République, les Premiers ministres Maurice Couve de Murville (1968-1969) et Jacques Chaban-Delmas (1969-1972), entrés à l’inspection des Finances par le concours spécifique antérieur à la création de l’ENA.

33 Auxquels s’ajoute, également sous la Ve République, le Premier ministre Michel Debré (1958-1962), entré au Conseil d’État par le concours spécifique antérieur à la création de l’ENA ; son successeur Georges Pompidou (1962-1968), président de la République ensuite (1969-1974), avait bien été membre du Conseil d’État, mais à la suite d’une nomination en 1946 par le pouvoir politique de l’époque dite « au tour extérieur ».

34 D’autant plus qu’il faudrait ajouter le cas de Michel Debré (1968-1969), conseiller d’État d’avant l’ENA, et d’anciens diplomates ayant également intégré le corps avant 1945.

35 Les autres écoles d’ingénieurs les plus prestigieuses, l’École centrale de Paris et l’École des mines de Paris, ne sont représentées dans aucun des gouvernements étudiés. L’École normale supérieure (ENS) n’est représentée que par des anciens élèves qui ont fait ensuite l’ENA.

36 En ne comptant que les diplômés, certains, comme Nicolas Sarkozy, ayant fréquenté l’établissement sans obtenir le diplôme final.

37 Dont, dans celle de 2007, six membres du Conseil d’État et six magistrats à la Cour des comptes sur 30, mais, de manière intéressante, aucun inspecteur des Finances, le corps qui bénéficie des débouchés les plus intéressants dans le secteur privé.

38 Un second étant ensuite devenu énarque.

39 Non compris deux autres devenus énarques ensuite.

40 Les fractions supérieures de chaque groupe professionnel sont toutefois plus représentées que le laisserait supposer l’attente statistique normale, les enseignants du primaire ou secondaire étant, par exemple, bien plus nombreux dans la population que les professeurs d’université.

41 Sur les exigences contradictoires du métier de député, voir O. Costa et E. Kerrouche, op. cit. [25], chap. 3 « Entre Palais Bourbon et circonscription ».

42 Il ne s’agit pas ici de nier le décalage considérable souvent constaté dans le recrutement social des représentants par rapport aux représentés (cf., par exemple, M. Sineau et V. Tiberj, art. cit. [25], p. 12-15), mais de souligner, de manière plus fine, que le caractère déformant de la représentation profite moins au sommet de la hiérarchie sociale qu’à l’échelon immédiatement inférieur.

43 Les candidats se présentent sur une lise commune. Les électeurs peuvent voter pour eux, soit dans l’ordre proposé uniquement (liste fixe), soit dans l’ordre qu’ils souhaitent (liste libre).

44 Cf. H. Rebenstorf, art. cit. [21], p. 124.

Auteurs

Chercheur au Centrum für Angewandte Politikforschung (CAP) de l’Université de Munich.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540