Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'avenir des partis politiques en France et en Allemagne

 | 
Claire Demesmay
, 
Manuela Glaab

Les systèmes partisans en France et en Allemagne : une analyse comparative

Des leaders plutôt que des programmes ? Les stratégies de communication des partis politiques dans la démocratie médiatique

Manuela Glaab et Arnaud Mercier
Traduction de Aline Brachet

Texte intégral

  • 1 Voir la contribution de Jérôme Vaillant et Wolfram Vogel dans cet ouvrage.

1Dans les systèmes politiques français et allemand, le statut constitutionnel et le rôle des partis sont différents1. Il n’en reste pas moins que dans les deux pays, les partis sont présents dans la sphère publique pour concourir au suffrage, élaborer et proposer des programmes de gouvernement et administrer les différents niveaux de décision politique. À cette fin, ils éprouvent la nécessité de mettre en œuvre des stratégies de communication et ont besoin de passer par les médias s’ils veulent toucher largement l’opinion publique et diffuser leurs idées. Celles-ci permettent ensuite aux citoyens d’agir en conscience et en connaissance de cause, puisque les médias sont la principale source d’information politique dont disposent les citoyens pour se forger une opinion. Seul un cercle restreint des citoyens a, de sa propre initiative, directement accès à cette sphère via le militantisme. On peut donc affirmer que l’image de la politique et des hommes politiques est en grande part une construction médiatique.

2Nous étudierons dans un premier temps comment la notion de démocratie médiatique est appréhendée dans les deux pays, étant donné que les fondements juridiques du système médiatique diffèrent. Nous nous pencherons ensuite sur les transformations de ces systèmes de part et d’autre du Rhin. Nous analyserons les structures des deux systèmes ainsi que les cultures journalistiques propres à chaque pays, notre objectif étant de comprendre sur quelles bases repose la communication politique ici et là. Enfin nous tenterons de comprendre les stratégies de communication politique des partis : comment s’adaptent-ils à la logique des médias ? Observe-t-on des tendances similaires en Allemagne et en France ? Et surtout, quels problèmes en découlent ?

La démocratie des médias en France et en Allemagne

  • 2 Cet article est renforcé par d’autres textes de loi ainsi que par la jurisprudence de la Cour const (...)
  • 3 Sur ce sujet, voir le « jugement Spiegel » (Spiegel-Urteil) en 1966 ; voir aussi Entscheidungen des (...)

3En Allemagne, à la suite des errements de la propagande nazie, la liberté de la presse a été inscrite et garantie dans la Constitution : L’article 5 de la Loi fondamentale garantit la liberté de la presse écrite et audiovisuelle. Il précise que celle-ci doit être protégée des influences de l’État ainsi que des intérêts économiques et des situations de monopole2. Les médias sont considéreés comme un « quatrième pouvoir » bien plus que comme un outil neutre de communication, et notamment comme une « force d’orientation du débat public3 », grâce à laquelle les citoyens peuvent forger leurs convictions. Si les médias diffusent des informations, expriment des opinions et posent un regard critique sur les événements politiques, ils jouent également un rôle d’acteur politique indépendant, qui contrôle efficacement les instances de l’État et ses dirigeants.

4Il en va de même en France, mais le principe de la liberté de la presse a été posé dès la Révolution ; il figure à l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui stipule que « la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. » Ce principe a été bafoué par les régimes impériaux et royalistes du XIXe siècle et est devenu un combat des républicains, qui l’ont rétabli avec force à leur retour au pouvoir grâce à la loi sur la presse de 1881, toujours en vigueur. Il a fallu un certain temps avant que la radio, puis la télévision bénéficient de ce régime libéral, l’attribution des ondes étant devenue une question technique et non plus politique. La tentation de contrôle politique du service public audiovisuel reste toutefois présente. Il faut avoir à l’esprit ce cadre légal lorsque l’on veut comprendre comment la médiatisation s’est imposée dans la vie partisane.

  • 4 U. Sarcinelli, « Mediatisierung », in O. Jarren et al. (dir.), Politische Kommunikation in der demo (...)

5Le terme de « médiatisation » décrit généralement les relations fluctuantes entre la politique, les médias et l’opinion publique. Selon Ulrich Sarcinelli4, le phénomène a trois dimensions : une fusion croissante entre la réalité médiatique et la réalité politique et sociale ; la perception croissante de la politique à travers les médias de masse ; ainsi que l’adaptation de la vie politique à la logique du système médiatique.

6Le principal argument de la théorie de la médiatisation est celui de la convergence des intérêts entre la politique et les médias de masse : ceux-ci ont besoin d’avoir accès aux informations issues du monde politique et les partis ont eux aussi besoin des canaux de communication des médias s’ils veulent atteindre leurs destinataires en grand nombre. Il existe donc une situation constante d’échange d’informations contre de la publicité. Dans le même temps, il faut souligner des changements fondamentaux dans le système médiatique : la part croissante de l’économie dans ce secteur a entraîné un changement structurel, modifiant la perception du rôle des médias dans la communication politique. Ils doivent s’imposer sur un marché très concurrentiel : ils ont donc revu leurs critères de sélection et de présentation de l’information politique en fonction d’une logique de marché. Par conséquent, pour passer à travers le filtre de sélection des médias, le monde politique a dû s’adapter à ces changements et adopter la logique de ces moyens de communication. De plus, l’image de la politique est déterminée par leur présentation et leur diffusion.

  • 5 W. Schulz, « Reconstructing Mediatization as an Analytical Concept », European Journal of Communica (...)

7En outre, entrer dans une logique de médiatisation n’est pas anodin. Ce ne peut être une simple accommodation afin de préserver au maximum ses pratiques antérieures. La médiatisation est en effet structurante et, comme l’écrit Winfried Schulz, il faut « reconstruire la médiatisation comme un concept analytique5 ». Selon cet auteur, les processus de transformation sociale induits par l’avènement d’une ère des médias audiovisuels de masse sont de quatre ordres – extension, substitution, amalgamation, accommodation :

  • extension, car « les technologies médiatiques élargissent les limites naturelles de la communication humaine (espace, temps et expressivité), les médias servent à réduire les distances spatiales et temporelles » ;

  • substitution, car les technologies médiatiques « se substituent partiellement ou complètement à certaines activités sociales ou institutions et donc en changent les caractéristiques » (par exemple Internet et les services bancaires en ligne en lieu et place des interactions humaines au guichet) ;

  • amalgamation, car « l’usage des médias étant devenu une part intégrale de notre vie privée et de notre vie sociale, la définition de la réalité par les médias s’amalgame à la définition sociale de la réalité » ;

    • 6 Parmi les travaux pionniers décrivant cette adaptation, D. Nimmo et J. Combs, Mediated Political Re (...)

    accommodation, car l’ensemble des acteurs sociaux « prennent en compte la logique médiatique, c’est-à-dire ses routines de production et ses formats de présentation », donc « les modalités d’action politique et les processus politiques changent6 ».

8Par conséquent, selon Winfried Schulz, « au fur et à mesure que les médias ont accru les capacités de communication et de perception des humains, ils ont imposé leurs contraintes médiatiques spécifiques sur les messages suivant le processus de communication, d’une manière que les utilisateurs ne peuvent que difficilement contrôler. » Pourtant les acteurs politiques les plus en vue dans ces 20 dernières années sont justement ceux qui ont su s’adapter à cette nouvelle donne, s’inscrivant dans un véritable dispositif politico-médiatique.

9En Allemagne, ce type de médiatisation a ouvert le débat sur une transformation de la « démocratie des partis » en « démocratie des médias ». En suivant cette interprétation, les partis auraient été privés de leur rôle privilégié de courroie de transmission entre la société civile et l’État dans le processus de construction de l’opinion. À leur place, les médias sont considérés comme l’acteur influant qui, par sa présentation des informations politiques, détermine assez largement ce que le peuple perçoit comme la réalité politique.

  • 7 B. Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

10On retrouve une théorisation historique semblable en France, dans les travaux de Bernard Manin. Ce dernier propose de replacer dans l’histoire les caractéristiques actuelles de nos sociétés politiques depuis l’apparition des médias de masse. Il distingue trois temps dans l’histoire moderne de la représentation. Après le modèle parlementariste, né avec la Révolution, sont apparues « la démocratie de parti », puis « la démocratie du public7 ». L’auteur dégage alors trois effets des médias (surtout audiovisuels) sur la politique : la personnalisation du choix électoral, les médias conférant un caractère direct et sensible à la perception des candidats par les électeurs ; la quasi-disparition de la presse d’opinion, du fait des évolutions techniques et économiques, puis de la désidéologisation – radio et télévision ayant finalement réussi à se construire sur des bases non partisanes et grand public, la perception des objets publics dépend moins des préférences politiques – ; l’apparition d’une volatilité électorale, partiellement due aux électeurs instruits, intéressés par la politique et en mesure de bien s’informer. Pour une partie de l’électorat, le vote redeviendrait le fruit d’une délibération individuelle rationnelle.

Les transformations parallèles des deux systèmes médiatiques

  • 8 Nous ne développerons pas ce sujet ici, faute de place.

11De part et d’autre du Rhin, le secteur des médias a subi de profondes transformations, sur les plans structurel et culturel à la fois. Au-delà de l’apparition des « nouveaux médias » au milieu des années 1990, des évolutions différentes touchent les médias traditionnels des deux pays (télévision, radio8 et presse écrite).

L’explosion de l’offre audiovisuelle

  • 9 Voir M. Glaab, « Le rôle des médias », in Cl. Demesmay et H. Stark, Qui dirige l’Allemagne ?, Paris (...)
  • 10 Dans les organes des 14 instances de régulation des länder siègent des représentants de groupes soc (...)

12En Allemagne, on peut distinguer trois étapes9 : tout d’abord, l’arrivée des télévisions privées au milieu des années 1980 a marqué une rupture dans le monde de la radio et de la télévision ; puis, suite à la réunification du pays en 1990, le processus de concentration des médias s’est accéléré ; enfin, à la fin des années 1990, le déménagement du Parlement et du gouvernement à Berlin (ce que l’on associe à « la République de Berlin ») entraîne des changements politiques et culturels qui promeuvent un nouveau modèle de journalisme, le « journalisme métropolitain ». Rappelons que l’introduction de la radiodiffusion privée a longtemps été controversée en Allemagne. Depuis l’après-guerre, le système radiophonique se caractérisait par sa structure fédérale et son organisation de droit public, éloignée de toute influence étatique. Ce n’est qu’en 1981 que la Cour constitutionnelle précisa que la radiodiffusion publique était une forme d’organisation non exclusive de la radiodiffusion. À la suite de cette décision, les länder élaborèrent entre 1984 et 1989 des « lois des médias des länder » afin d’introduire la radiodiffusion privée. L’admission et le contrôle de radios privées en Allemagne furent alors soumis aux instances de régulation des länder (Landesmedienanstalten)10.

13En France, les grandes étapes sont la légalisation des radios « libres », de la bande FM dès 1981, puis l’ouverture de la télévision au privé et à la concurrence, avec la création de nouvelles chaînes dès 1984-1985 par les socialistes, enfin la privatisation de la première chaîne en 1987 par la droite, la constitution des chaînes publiques en holding en 1989 – le tout accompagné de la création (chaotique, avec trois institutions successives en huit ans) d’une instance « indépendante » de régulation de l’audiovisuel pour attribuer les fréquences, nommer les PDG et contrôler le respect des cahiers des charges. C’est l’actuel Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Cependant, le président Sarkozy a annoncé en 2008 le retour à une nomination directe des PDG en Conseil des ministres avec pour première application celle du PDG de Radio France en mai 2009.

  • 11 Voir W. Darschin et H. Gerhard, « Tendenzen im Zuschauerverhalten. Fernsehgewohnheiten und Fernsehr (...)
  • 12 Voir C. Zubayr et H. Gerhard, « Tendenzen im Zuschauerverhalten », Media Perspektiven, n° 3, 2008, (...)

14La création d’un système de radiodiffusion dual durant les années 1980 a durablement marqué les paysages audiovisuels allemand et français. En Allemagne, de nombreuses chaînes privées ont fait leur apparition aux côtés des deux chaînes publiques que sont l’ARD (la première chaîne ainsi que la troisième chaîne régionale) et la ZDF. Les trois quarts du marché télévisuel allemand sont couverts par seulement sept chaînes, dont RTL, Sat1 et ProSieben. Parallèlement, le nombre de chaînes a fortement augmenté. En 2003, un foyer allemand pouvait recevoir en moyenne 41 chaînes11 ; 63 chaînes existent aujourd’hui depuis l’arrivée de la télévision numérique en 200812. En France, le réseau hertzien gratuit diffuse une dizaine de chaînes (dont plusieurs sont entièrement publiques : France 2, France 3, France 5), chiffre doublé avec l’arrivée de la télévision numérique terrestre (TNT) en 2005. Or, en janvier 2009, 87 % de la population métropolitaine reçoit la TNT : ces nouvelles chaînes rognent donc sur l’audience des grandes chaînes traditionnelles hertziennes. Si on ajoute les abonnements payants, le nombre moyen de chaînes dépasse 70.

15En conséquence, l’éventail de choix devient plus important, mais la structure des programmes évolue, accordant une place moindre à l’information politique : la communication politique se teinte de divertissement. Ainsi, dans les deux pays, les talk-shows et l’« infospectacle » (infotainment) font aujourd’hui figure d’arène politique. Les émissions d’information représentent toutefois une part élevée des programmes des chaînes publiques allemandes (43,1 % pour l’ARD, 49,5 % pour la ZDF), ce qui est plus important qu’en France ; de plus, les programmes plus classiques comme les journaux télévisés, magazines, documentaires ou reportages prédominent. En outre, dans les deux pays, l’information politique occupe toujours davantage de place sur les chaînes publiques que sur les chaînes privées comme RTL, Sat1 et ProSieben en Allemagne ou TF1 et M6 en France, qui privilégient les sujets du quotidien et à sensation. Ceci s’explique par des obligations civiques contenues dans le cahier des charges (obligation de diffuser des programmes officiels réservés aux partis durant les campagnes électorales, par exemple). Notons aussi l’existence en France de deux chaînes parlementaires (une pour l’Assemblée nationale, une pour le Sénat) accessibles sans abonnement, dirigées par des journalistes politiques, et qui font la part belle aux interviews et aux reportages politiques. En Allemagne, de telles chaînes n’existent pas. Cependant, Phoenix, une chaîne publique spécialisée, a été fondée en 1997. Gérée en commun par l’ARD et la ZDF, elle se concentre sur les informations parlementaires et relatives à l’Union européenne. En 2006, elle touchait en moyenne 4,1 millions de téléspectateurs par jour.

Des situations nationales contrastées pour la presse écrite

  • 13 Toutes les données proviennent de la Informationsgemeinschaft zur Feststellung der Verbreitung von (...)
  • 14 Moyenne pour l’année 2008, d’après l’IVW. Voir aussi « Mich stört die Weinerlichkeit – Spiegelgespr (...)
  • 15 Voir Bundesverband der deutschen Zeitungsverleger, <hauptseite/markttrends_daten/wirtschaftliche_lage/2008/assets/ZahlenDaten_2008.pdf>. (...)
  • 16 Voir W. J. Schütz, « Deutsche Tagespresse 2006 », Media Perspektiven, n° 11, 2007, p. 560-588.
  • 17 Voir H. Röper, « Konzentrationssprung im Markt des Tageszeitungen », Media Perspektiven, n° 8, 2008 (...)

16Quant à la presse écrite, elle connaît dans les deux pays une situation sensiblement différente. En Allemagne, ce marché se caractérise par son large choix de titres, et ce, malgré une concentration croissante des entreprises. Il existe encore beaucoup de quotidiens à fort tirage, pour la plupart des titres locaux et régionaux. Cependant, on compte très peu de journaux dont la diffusion couvre l’ensemble du territoire : la Süddeutsche Zeitung (445 393 exemplaires vendus en avril 200813) est en tête des ventes, suivie de la Frankfurter Allgemeine Zeitung (373 393) et, plus loin, de Die Welt (270 207) et de la Frankfurter Rundschau (152 332). Les journaux hebdomadaires (comme Die Zeit : 501 394) et les magazines hebdomadaires (Der Spiegel : 1 046 090 ; Focus : 738 675) consacrent, et de loin, une large place à la politique. Enfin, il ne faut pas oublier le poids publicitaire que représentent les journaux à fort tirage, notamment la Bild Zeitung qui, malgré une perte de terrain au cours des dernières années, affiche des ventes quotidiennes de l’ordre de 3,3 millions d’exemplaires et attire environ 12 millions de lecteurs14. Depuis les années 1990, les tirages des journaux allemands sont nettement en baisse. Selon les chiffres de l’Union nationale des éditeurs de journaux (Bundesverband der deutschen Zeitungsverleger), le tirage total des quotidiens, hebdomadaires et journaux du week-end réunis ne dépasse pas 25,95 millions d’exemplaires (chiffres d’août 200815). Les disparitions de titres, très nombreuses durant les 10 dernières années, affectent surtout la presse locale et régionale. On trouve aujourd’hui des journaux locaux dans seulement 60 % des villes allemandes. Dans l’Est de l’Allemagne, quelques titres régionaux à fort tirage dominent le marché16. Les quotidiens et les hebdomadaires nationaux, qui font figure de référence à l’Ouest, notamment pour l’information politique, ont des difficultés sur le marché est-allemand. Le nombre important de quotidiens sur le marché allemand n’est donc qu’un « pluralisme de façade » car quelques grands groupes de presse détiennent à eux seuls la majeure partie du secteur, et ce, malgré des restrictions anti-trust. Ces dernières années, les quotidiens à fort tirage n’ont pas échappé à ce mouvement de rachat. En Allemagne, les 10 principaux groupes de presse détiennent 58,5 % du tirage total des quotidiens17.

  • 18 Direction du développement des médias (DDM), Infos-médias, n° 4, août 2008, p. 4, <www.ddm.gouv.fr/IMG/pdf/infomedias_no14.pdf>.
  • 19 Chiffres calculés chaque année par l’Observatoire de la presse et rendus publics sur Ojd. com.

17La presse française est quant à elle en crise. En 2007, le volume du chiffre d’affaires total de la presse quotidienne nationale peinait à se maintenir au niveau de 1990. Il diminue régulièrement depuis huit années consécutives. Cette baisse est due pour l’essentiel, comme dans le cas des « news magazines », à la chute du chiffre d’affaires de la publicité et des annonces18. Les six quotidiens nationaux généralistes (nés sur des bases politiquement engagées sans toutefois être associés à un parti, sauf pour L’Humanité liée au Parti communiste français) perdent du lectorat et des recettes publicitaires ; plusieurs titres ont dû licencier du personnel lors de plans de sauvetage. La presse quotidienne régionale, encore forte, s’affaisse lentement du fait du vieillissement de son lectorat, d’où un important mouvement de concentration méta-régional, nécessaire à sa survie. Le Figaro (de droite) et Le Monde (que l’on peut qualifier de social-démocrate) tournent autour de 340 000 exemplaires par jour seulement en 2008, tandis que Libération (de gauche) émarge à 130 000 et La Croix (issu de la mouvance catholique) est autour de 100 00019. Seul le journal populaire et apolitique Le Parisien et son extension nationale (Aujourd’hui en France) dépassent les 500 000. La presse magazine est en revanche assez prospère, y compris les hebdomadaires d’information généralistes facilement marqués à gauche (Le Nouvel Observateur : 540 000 par semaine, Marianne : 300 000) ou à droite (L’Express : 565 000, Le Point : 440 000), mais sans liens directs avec un parti. Valeurs actuelles, clairement conservateur, est un hebdomadaire plus confidentiel (90 000).

  • 20 On peut citer Vorwärts (SPD), Bayernkurier (CSU), Die liberale Depeche (FDP) et Schrägstrich (Allia (...)
  • 21 À l’époque de la RDA, le tirage atteignait 1 million d’exemplaires. Le journal est publié par une S (...)
  • 22 La holding DDV a acquis 90 % des parts en 2004 et n’en détient plus que 40 %. Voir <www.fr-online.de/verlagsservice/ueber_die_fr/in_eigener_sache/?em_cnt=930856&> et <www.ddvg.de>.

18La majorité des journaux qui paraissent en Allemagne se considèrent comme indépendants sur le plan politique et idéologique. Quant à la « presse partisane », elle ne joue qu’un rôle minime, puisqu’elle ne concerne a priori que les sympathisants20. Il convient cependant de mentionner la place particulière du quotidien Neues Deutschland, dont les ventes atteignent 41 000 exemplaires, principalement dans l’Est de l’Allemagne. Ce quotidien, qui appartenait au Parti socialiste unifié (SED), l’ancien parti communiste, se définit lui-même comme un « quotidien socialiste ». Le directeur de la publication n’est autre que Lothar Bisky21, le premier secrétaire de La Gauche (Die Linke). L’Humanité, en France, atteint difficilement les 50 000 exemplaires. Le Parti social-démocrate (SPD) détient des parts importantes dans des maisons d’édition et des imprimeries du pays, à travers la holding « Deutsche Druck- und Verlagsgesellschaft mbH ». En 2004, l’entrée du parti dans le capital de la Frankfurter Rundschau avait déclenché une vive polémique22.

Le poids croissant des logiques de marché sur l’information

19Dans les deux pays, le secteur des médias – et, par là-même, le journalisme politique – est de plus en plus soumis à la loi du marché. À première vue, le déménagement du Parlement et du gouvernement à Berlin a entraîné en Allemagne un « boom » du journalisme métropolitain, contribuant à renforcer les similarités avec la France. En même temps, de part et d’autre du Rhin, la presse fait face à des mesures de restructuration, justifiées par la logique de rentabilité (externalisation et réorganisation des rédactions locales, surtout en Allemagne, pour plus de profits, réduction du personnel, etc.) et qui conduisent parfois à une baisse de la qualité. On observe les mêmes tendances dans l’audiovisuel car la télévision publique est elle aussi touchée par la logique de l’audimat. Dans les deux pays, la réduction du réseau de correspondants, l’accélération du rythme de travail, la recherche du scoop et des gros titres remet en question les méthodes classiques du journalisme. Il faut y ajouter la pression de la mise en ligne de l’information : beaucoup de journalistes de l’audiovisuel et de la presse écrite doivent aussi alimenter le site Internet de leur chaîne ou de leur groupe. On observe particulièrement des stratégies de regroupement de la part des éditeurs de presse qui en font de véritables conglomérats et cumulent titres de presse, radios-télévisions privées et sites Internet. Ce phénomène entraîne une très forte concurrence avec la télévision – qui se développe de son côté sur Internet.

  • 23 La controverse récente au sujet de l’indépendance de l’audiovisuel public émane des membres du cons (...)
  • 24 Voir A. Feser, Der Genossen-Konzern. Parteivermögen und Pressebeteiligung der SPD, Munich, Ozlog, 2 (...)

20Au-delà de ces similarités, une différence touche au rapport entre médias et politique. En France, bien plus qu’en Allemagne, le débat sur l’influence du monde politique dans les médias est très vif. Les partis allemands ont, il est vrai, une certaine influence sur l’audiovisuel public, notamment de par leur participation aux conseils d’administration23. De plus, le SPD surtout – qui détient un groupe de presse – n’est pas exempt de critiques24. En France toutefois, les attaques sont beaucoup plus directes, comme en témoignent les réactions face à la décision de Nicolas Sarkozy, en 2008, de supprimer progressivement le financement de l’audiovisuel public par la publicité (qui représente plus de 40 % de recettes publicitaires), sans qu’une compensation financière par l’État ne soit pleinement garantie.

21Nous voyons donc que, si les tirages de la presse écrite sont en recul, la télévision s’est imposée comme le média dominant de chaque côté du Rhin. En raison de l’authenticité prêtée aux images, elle profite d’une plus grande crédibilité auprès du public que la presse écrite. La multiplication des chaînes de télévision entraîne cependant une grande fragmentation du public, la division en « groupes cibles » allant de pair avec la fin d’un public unique. Enfin, notons qu’Internet abolit la frontière entre les médias, ce qui entraîne de nouveaux formats de reportages politiques et une nouvelle forme, plus interactive, de communication politique.

L’adaptation des stratégies de communication partisane aux transformations médiatiques

22En tant qu’acteurs collectifs, les partis politiques aspirent à attirer vers eux le plus grand nombre possible d’électeurs et de mandats électifs pour pouvoir influencer l’organisation politique du pays. En diffusant leur point de vue, ils communiquent aussi sur leurs programmes et leur personnel politique. En d’autres termes, ils briguent l’adhésion du public à leurs propositions et à leurs candidats. Les stratégies de communication visent à obtenir une certaine publicité, à être présents dans l’agenda des médias (agenda building) et à peser dans les débats. Dans un univers où les sondages politiques (publics ou privés) et les taux d’audience permettent de tester au plus près et au quotidien la popularité politique, la bataille pour attirer l’attention du public ne se limite plus aux campagnes électorales : elle fait désormais partie du quotidien politique. Les postures de communication, longtemps limitées aux périodes électorales et impliquant une forte mobilisation de moyens spécifiques, se sont généralisées ; désormais, elles nourrissent en permanence les stratégies de communication partisanes et gouvernementales (permanent campaining).

Audiovisuel triomphant et modifications du style politique

  • 25 Voir notamment P. Donges, Medialisierung politischer Organisationen. Parteien in der Mediengesellsc (...)
  • 26 Voir la contribution de Karl-Rudolf Korte et Thierry Vedel dans cet ouvrage.

23Les responsables politiques ont su saisir l’importance croissante des médias et se sont efforcés de professionnaliser leurs rapports à ces derniers25. Pour cela, les sièges des partis ont développé des structures internes et des pôles de communication, notamment, des services de presse et des porte-parole. Ils font également appel à des sociétés de conseil en communication (les fameux spin doctors). Le recours à ces stratégies est devenu une constante de la vie politique et ne concerne plus seulement les campagnes électorales26.

  • 27 J. Mouchon, La Politique sous l’influence des médias, Paris, L’Harmattan, 1998.

24Le jeu politique dans son ensemble a été modifié par la montée en puissance des médias audiovisuels de masse. Le style politique a été totalement renouvelé : pour « bien passer » à l’antenne, les hommes politiques sont condamnés à se plier aux logiques audiovisuelles. Les élites politiques se sont adaptées aux contraintes du style audiovisuel en s’attachant les services de conseillers en communication. Elles adaptent également leurs discours aux contraintes de l’outil, préparent des « coups » médiatiques ou des « petites phrases » que reprendront à coup sûr les journalistes ou calibrent le niveau lexical de leurs discours sur les capacités de mémorisation et de compréhension que permet un outil essentiellement audiovisuel. Elles s’obligent à paraître plus décontractées, à jouer de la séduction, à faire appel aux affects plus qu’à la raison, à maîtriser leur gestuelle, à soigner leur image, à monter des événements et à jouer la carte du spectaculaire, ce qui appauvrit souvent la valeur des discours en termes de programme comme d’idéologie. Le style de communication politique ne peut plus être aussi austère qu’avant. Comme le montre Jean Mouchon27, les longs monologues sur le modèle des conférences de presse du général de Gaulle ont cédé la place à des dispositifs de mise en scène plus « interactifs » ; le dialogue remplace le monologue. Les médias induisent aussi une certaine « starisation » qui incite les politiciens à « se livrer » davantage, à mettre en scène leur intimité. La politique s’humanise donc en apparence mais se privatise également, ce qui contribue à une certaine dépolitisation. À une rhétorique de la mobilisation se substitue une esthétique de la séduction. La construction syntaxique est également allégée, la diction se veut plus lente, les images et les métaphores prolifèrent. Une telle adaptation de la forme rejaillit sur le fond. La nécessité de séduire non plus un réseau de militants motivés, mais un vaste cercle de citoyens peu ou pas intéressés par la politique, amène à standardiser le discours, notamment lors des campagnes. Une partie du propos est vidé de ses aspects les plus idéologiques. En revanche, pour accroître leur visibilité et attirer l’attention des médias, les représentants des partis ne s’interdisent pas de recourir à des propos qui font polémique et cristallisent l’agenda médiatique autour de leur personne et de leur parti.

Les moyens dont disposent les partis politiques

25Il faut distinguer les instruments de communication directe, non maîtrisés par les médias (meetings, publicité, journaux des partis, nouvelles technologies d’information et de communication) et la communication à travers les médias de masse (conférences et communiqués de presse, interviews, participation à des émissions non exclusivement politiques, reportages journalistiques d’épisodes institutionnels comme les séances au Parlement). Alors que les journaux des partis s’adressent surtout à un public précis et acquis, Internet a pris une importance considérable en matière de communication interne et pour s’adresser aux électeurs.

  • 28 Voir <www.prodialog.org/pages/download.php?id=Moderne_Wahlkampfkommunikation.pdf>
  • 29 J. Schmidt et al., « Themenscan im Web 2.0 », Media Perspektiven, n° 2, 2009, p. 50-59.

26L’ensemble des partis représentés au Bundestag et au Parlement français possèdent leur propre site, tout comme les députés. Le potentiel d’Internet ne semble toutefois pas épuisé. Les sites Internet, tout d’abord, ne disposent pas toujours de plateformes interactives, comme les blogs ou les forums, qui permettent de dialoguer avec les citoyens. De plus, ils ne touchent qu’un petit cercle d’internautes. Selon un sondage allemand de 2007, 25 % des personnes interrogées et âgées de plus de 18 ans utilisent Internet pour s’informer sur la politique, mais seules 3 % d’entre elles consultent régulièrement voire très souvent les informations en ligne des partis. Les internautes se rendant rarement sur les pages des partis sont nombreux (15 %). Un internaute sur deux ne consulte jamais ces sites. Le Parti libéral-démocrate (FDP) et les Verts (Die Grünen) ont quant à eux un rayonnement plus large que les grands partis chez les internautes car ils touchent des sympathisants en général plus jeunes et plus éduqués28. Les blogs – qui ont été introduits depuis peu dans la communication partisane – ne sont pas encore un phénomène de masse. Une étude récente montre qu’en 2008, seuls 6 % des internautes allemands ont visité un blog, et 2 % seulement participé activement à ces nouvelles plateformes du Web 2.029. Une enquête française conduite en janvier 2007 par le Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po, Paris) montrait que, si les Français recherchent de l’information politique sur Internet, les sites des partis sont relativement peu visités. Les sites institutionnels sont bien fréquentés (11,5 % souvent et 41,5 % de temps en temps pour les collectivités territoriales, 5 % et 30 % pour les ministères). Plus de 50 % se rendent « souvent » et « de temps en temps » sur les sites d’information des médias traditionnels ou des grands portails ; en revanche les sites des partis présentant à l’époque un candidat à la présidentielle ne dépassaient pas 3,5 % de « souvent » et 6 % de « de temps en temps ». Les blogs politiques sont un peu plus fréquentés, mais cela reste marginal : 26 % des enquêtés se déclarant de gauche ont visité au moins une fois un blog politique, 21 % de ceux de droite, 17 % de ceux qui se déclarent centristes et 12 % de ceux qui se disent ni de droite ni de gauche.

27Pourtant, en France, les partis ont davantage investi dans les outils Web que leurs homologues allemands, différence qui va en s’accroissant. En avril 2009, une étude des sites du Parti socialiste (PS), de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) et du Nouveau parti anticapitaliste (extrême gauche) montre que ces partis disposent presque tous de certains des services les plus attendus d’une vision interactive d’Internet : fils RSS, liens vers des pétitions, matériel militant téléchargeable, agenda médiatique du mouvement et de son leader, reprises des passages médias du parti, Web-TV propre, newsletter avec abonnement, blogs, boutique. On trouvera aussi, comme au PS, une presse militante traditionnelle en version PDF, ou des forums de discussion à l’UMP. De plus, les partis français savent, au cours des campagnes, adopter de vraies stratégies Internet. Des militants surveillent la toile, participent aux forums de discussions afin de faire des synthèses des propos qui circulent, d’en nourrir les argumentaires du parti ou de rédiger des contre-argumentations que d’autres militants sont chargés de diffuser en participant par exemple à des foruma.

  • 30 A. Dörner, Politainment. Politik in der medialen Erlebnisgesellschaft, Francfort-sur-le-Main, Suhrk (...)

28Toutefois, les médias de masse traditionnels restent très investis par la politique par rapport à Internet, plus encore en Allemagne qu’en France. Les partis ont donc mis en place de véritables « plans médias » afin d’augmenter leur publicité. La professionnalisation de la communication politique ne se traduit pas seulement par une organisation calquée sur celle des médias, mais aussi par un alignement interne sur la logique de l’information. Un des éléments essentiels de cette stratégie de communication est la personnalisation de la vie politique : dans une société de plus en plus soumise à l’image, politique et médias ont besoin de véritables figures, qui sachent délivrer un message avec crédibilité. Les hommes politiques ont recours (ce qui est rarement rendu public) à des séances de coaching ou de media-training. De plus, les partis rendent compte de « pseudo-événements » totalement mis en scène (comme le parrainage d’un ours blanc par le ministre allemand de l’Environnement Sigmar Gabriel) ou des événements de politainment30. Les hommes politiques se rendent aussi dans des émissions de divertissement afin de toucher un autre public, plus intéressé par les talkshows que par la politique. Une des émissions qui garantit la meilleure audience à des hommes politiques est, en France, l’émission dominicale, mêlant confidences et dialogues avec des amis choisis par l’invité, animée par Michel Drucker, un des présentateurs les plus populaires et les moins dérangeants dans ses questionnements. Ces émissions leur permettent d’accroître leur notoriété et leur popularité, même si le risque de déstabilisation est parfois élevé.

  • 31 Le Web offre toutefois une plateforme de communication importante, libre d’accès et peu coûteuse au (...)

29Les (grands) partis qui gouvernent bénéficient d’avantages structurels dans la course à la notoriété, par rapport aux (petits) partis d’opposition. Ils disposent de ressources plus importantes et sont plus en mesure de correspondre aux critères des médias. Ces derniers retiendront ainsi davantage le discours d’un leader de la majorité que celui d’un simple député. En revanche, l’opposition (au sens le plus large du terme, c’est-à-dire au sein de la majorité ou dans les partis adverses) attire de plus en plus l’attention des médias, surtout si les critiques qu’elle exprime ont un parfum de nouveauté ou de provocation. En Allemagne comme en France, quelques hommes politiques connus sont ainsi omniprésents à la télévision, notamment dans les talk-shows qui font des records d’audience (« Anne Will », « Maybritt Illner », « Menschen bei Maischberger », « Hart aber fair » en Allemagne, « Vivement dimanche », « On a tout essayé » en France)31.

  • 32 E. Maigret, L’Hyperprésident, Paris, Armand Colin, 2008, pp. 14-15.

30Ces phénomènes sont davantage marqués en France en raison de la forte présidentialisation du régime et donc de sa forte personnalisation. Le président Sarkozy est la quintessence de l’homme politique qui considère qu’il faut capter l’attention des médias quasiment tous les jours, via la multiplication d’actions de terrain, de coups spectaculaires, de déclarations fracassantes, de révélations intimes, etc. C’est ce qu’écrit avec force Éric Maigret à propos de l’actuel locataire de l’Élysée : « Il est un leader de la troisième vague télévisuelle, après les leaders télégéniques, qui passaient bien dans les médias, s’adaptaient à leur fonctionnement ; après les leaders stratèges, utilisant directement les médias, en amont de leur politique, en visant parfois la manipulation. Sarkozy va au-delà de Blair et de Berlusconi : il n’est pas seulement bon dans les médias, il est devenu un média à lui tout seul, qui plus est un média grand public. Il propose, émet, agit et commente. À droite, au centre, à gauche et ailleurs, tiraillé entre plusieurs significations mais toujours présent32. » Voilà pourquoi l’auteur parle d’hyperprésident, défini comme « une forme avancée de fusion entre communication et politique ».

Conclusion

31En Allemagne comme en France, le poids des médias gagne en importance dans le phénomène de « légitimation par la communication ». Parmi les médias traditionnels, c’est à la télévision que revient le rôle clé. Parallèlement, Internet s’affirme de plus en plus comme un média d’information, notamment pour la communication politique interne et externe, avec une légère « avance » de la France par rapport à l’Allemagne. Les changements structurels des médias et leur soumission au marché ont transformé la communication politique dans les deux pays. La multiplication des programmes télévisés a permis d’augmenter le nombre d’émissions au contenu politique, mais a aussi modifié les standards journalistiques en matière de traitement de l’information politique. Les émissions de divertissement ont pris le pas sur les émissions d’information, car elles génèrent davantage d’audience. Il en résulte un public fragmenté en divers groupes et plutôt peu intéressé par la politique. La place qui lui est accordée se révèle donc restreinte.

32Les partis ont professionnalisé leur communication politique, usant des stratégies de personnalisation et des techniques modernes de mise en scène de la vie politique. Une stratégie de communication cohérente, sur le long terme, et ciblée, qui reposerait sur un véritable travail de persuasion, serait pour le moins difficile : à l’ère du diktat de l’actualité, les partis privilégient plutôt une gestion tactique, au jour le jour. Les médias ont très souvent recours aux sondages d’opinion, qui permettent de « prendre la température ». Face à un univers médiatique hyper-réactif, caractérisé par un certain sensationnalisme et personnalisant les enjeux, les partis répondent à leur tour par une communication fondée sur des réactions immédiates face aux pressions de l’actualité et des sollicitations journalistiques. En revanche, pour certains détracteurs, la communication vidée ainsi de toute substance politique ne fait qu’accroître le problème de crédibilité du monde politique.

  • 33 En matière de communication interne – aspect que nous avons peu développé ici –, on peut distinguer (...)

33L’organisation des partis subit ainsi des transformations, sous l’influence croissante de la communication vers les médias. Les stratégies des directions de partis suivent en effet la logique des médias, au risque d’entraîner un déficit de communication interne33 et d’attacher trop d’importance à la représentation et à l’image. Bien souvent, les adhérents ne sont plus les premiers informés : ils prennent connaissance des nouvelles de leur parti par l’intermédiaire des médias, et c’est là que se trouve peut-être le potentiel des nouvelles technologies de l’information et de la communication, en pleine expansion. On peut même affirmer que les adhérents sont rétrogradés, par les partis eux-mêmes, au rang de simples figurants d’une mise en scène bien huilée. C’est le cas notamment des congrès politiques, presque fabriqués pour la télévision, où il reste peu de place pour l’expression libre et le débat. Dans un monde d’image maîtrisée, la spontanéité et les éventuels débordements militants ne sont pas les bienvenus. Tout ceci contribue à marginaliser davantage l’organisation des partis, déjà touchés par l’érosion du nombre d’adhérents et de l’électorat traditionnel.

  • 34 Voir A. Mercier (dir.), La Communication politique, Paris, CNRS Éditions, 2008.

34Si l’on répertorie34 l’impact des logiques combinées de la télévision et de l’adaptation de la classe politique et des partis via le marketing politique, on constate de part et d’autre du Rhin : une accélération du temps, car un événement chasse l’autre ; une usure et une banalisation des images, puisque l’on évite les rediffusions et que l’on recherche l’inédit et le spectaculaire ; une priorité donnée aux « coups », au spectaculaire et à la nouveauté, recherchée pour elle-même et valorisée ; une montée en puissance de la transmission des messages et des informations en suivant une tendance à la mise en récit et à la personnalisation afin d’accrocher l’attention ; la mise en valeur de l’intimité des hommes politiques, par souci de briser les distances ; une désincarnation concrète de l’engagement actif des citoyens au profit d’une sensation de participation et de communion du public à distance – qui peut être forte –, par l’entremise de la télévision, grâce à la visualisation massive et simultanée, des mêmes faits et cérémonies.

  • 35 Le discours de Jacques Séguéla, publicitaire médiatique, est emblématique de cet état d’esprit. Voi (...)

35Face au déficit d’imaginaire politique que les deux pays connaissent depuis la chute du mur de Berlin, la solution souvent adoptée consiste à exploiter au maximum les logiques médiatiques : « paraître », « communiquer », « divertir », « faire diversion ». La faible mobilisation est interprétée comme un défaut de communication35, et les hypothèses inverses ne sont jamais interrogées, comme celle d’un trop-plein ou d’une vacuité de contenus. Pourtant, avec la montée en puissance des logiques de communication, leur généralisation et leur professionnalisation, on peut se demander si les médias n’ont pas des effets néfastes sur l’investissement politique des citoyens. L’affadissement du discours politique montre que la médiatisation a un coût et peut devenir un jeu à somme nulle, voire négative. Ce que les candidats gagnent en impact (nombre de personnes touchées), ils le perdent en force du propos (message adressé). La publicité et la mise en spectacle de la politique finissent aussi par la banaliser, la rabaisser au rang de « produit », tout en disqualifiant ses acteurs. Une spirale de l’insatisfaction et de la dépolitisation peut ainsi s’enclencher. Plus l’échéance électorale approche, plus le discours devient consensuel, rassembleur, visant à attirer les indécis et les peu politisés. Les clivages sociaux sont édulcorés, la personnalisation se fait plus insistante, phénomène renforcé par la couverture journalistique. Les sources de culture et de repérage politiques que sont les informations, les partis, les idéologies et les imaginaires sont alors affaiblis et le flot des indécis peut grossir. Or, plus les indécis sont nombreux, plus on a recours aux techniques qui ont peut-être permis de les mobiliser ponctuellement, mais qui ont surtout augmenté leur part.

36Au total, les évolutions similaires sont nombreuses dans les deux pays, même si les partis français ont pris un peu plus tôt le virage d’Internet et ont donc fait le choix d’une communication directe – peut-être parce que la presse écrite connaît un tassement de son lectorat plus important qu’en Allemagne, où elle reste un relais politique fort. En Allemagne, où les partis sont plus considérés comme une courroie de transmission indispensable entre la société civile et l’État, ces évolutions semblent bien confirmer la thèse de la transition d’une « démocratie des partis » vers une « démocratie des médias ».

Notes

1 Voir la contribution de Jérôme Vaillant et Wolfram Vogel dans cet ouvrage.

2 Cet article est renforcé par d’autres textes de loi ainsi que par la jurisprudence de la Cour constitutionnelle fédérale. Dans les deux pays, l’Union européenne dispose également de compétences de règlementation à ce sujet. Voir U. Branahl, Medienrecht. Eine Einführung, Wiesbaden, VS Verlag, 2002.

3 Sur ce sujet, voir le « jugement Spiegel » (Spiegel-Urteil) en 1966 ; voir aussi Entscheidungen des Bundesverfassungsgerichts (publié par les membres de la Cour constitutionnelle fédérale), vol. 20, Tübingen, 1967, p. 162-230 (ici p. 174 sq).

4 U. Sarcinelli, « Mediatisierung », in O. Jarren et al. (dir.), Politische Kommunikation in der demokratischen Gesellschaft, Opladen, Leske + Budrich, 1998, p. 678 sq.

5 W. Schulz, « Reconstructing Mediatization as an Analytical Concept », European Journal of Communication, 2004, vol. 19 (1), pp. 87-101 ; les citations qui suivent proviennent du même article.

6 Parmi les travaux pionniers décrivant cette adaptation, D. Nimmo et J. Combs, Mediated Political Realities, New York, Longmann, 1983. Parmi les plus récents, L. Bennett et R. Entman (dir.), Mediated Politics. Communication in the Future of Democracy, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

7 B. Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

8 Nous ne développerons pas ce sujet ici, faute de place.

9 Voir M. Glaab, « Le rôle des médias », in Cl. Demesmay et H. Stark, Qui dirige l’Allemagne ?, Paris, Presses universitaires du Septentrion, 2005, pp. 275-290.

10 Dans les organes des 14 instances de régulation des länder siègent des représentants de groupes sociaux représentatifs, qui diffèrent selon les länder. Les questions relatives à l’ensemble des länder sont traitées dans le groupe de travail des instances de régulation des länder (Arbeitsgemeinschaft der Landesmedienanstalten ALM) ; voir Alm.de.

11 Voir W. Darschin et H. Gerhard, « Tendenzen im Zuschauerverhalten. Fernsehgewohnheiten und Fernsehreichweiten im Jahr 2003 », Media Perspektiven, n° 4, 2004, p. 142-150.

12 Voir C. Zubayr et H. Gerhard, « Tendenzen im Zuschauerverhalten », Media Perspektiven, n° 3, 2008, p. 106-119.

13 Toutes les données proviennent de la Informationsgemeinschaft zur Feststellung der Verbreitung von Werbeträgern e. V. (IVW) ; voir Ivw.de.

14 Moyenne pour l’année 2008, d’après l’IVW. Voir aussi « Mich stört die Weinerlichkeit – Spiegelgespräch mit Mathias Döpfner », Der Spiegel, n° 10, 2009, p. 86-88.

15 Voir Bundesverband der deutschen Zeitungsverleger, <hauptseite/markttrends_daten/wirtschaftliche_lage/2008/assets/ZahlenDaten_2008.pdf>. Les journaux en ligne payants ne jouent encore qu’un rôle minime, malgré leur succès croissant.

16 Voir W. J. Schütz, « Deutsche Tagespresse 2006 », Media Perspektiven, n° 11, 2007, p. 560-588.

17 Voir H. Röper, « Konzentrationssprung im Markt des Tageszeitungen », Media Perspektiven, n° 8, 2008, p. 420-437.

18 Direction du développement des médias (DDM), Infos-médias, n° 4, août 2008, p. 4, <www.ddm.gouv.fr/IMG/pdf/infomedias_no14.pdf>.

19 Chiffres calculés chaque année par l’Observatoire de la presse et rendus publics sur Ojd. com.

20 On peut citer Vorwärts (SPD), Bayernkurier (CSU), Die liberale Depeche (FDP) et Schrägstrich (Alliance 90/Les Verts).

21 À l’époque de la RDA, le tirage atteignait 1 million d’exemplaires. Le journal est publié par une SARL qui appartient aujourd’hui au Parti du socialisme démocratique (PDS). La Gauche possède 50 % du capital, placé sous l’administration de la SARL FEVAC. Voir <die-linke.de/fileadmin/download/finanzen/rechenschaftsbericht_die_linke_2007_komplett.pdf> et B. Ciesla et D. Külow, Zwischen den Zeilen. Geschichte der Zeitung “Neues Deutschland”, Berlin, Das Neue Berlin, 2009.

22 La holding DDV a acquis 90 % des parts en 2004 et n’en détient plus que 40 %. Voir <www.fr-online.de/verlagsservice/ueber_die_fr/in_eigener_sache/?em_cnt=930856&> et <www.ddvg.de>.

23 La controverse récente au sujet de l’indépendance de l’audiovisuel public émane des membres du conseil d’administration de la ZDF et notamment du ministre-président du land de Hesse, Roland Koch, afin d’empêcher la reconduction de Nikolaus Brender au poste de rédacteur en chef de la ZDF. Voir « Mainz bleibt meins », Der Spiegel, n° 10, 2009, p. 144-148.

24 Voir A. Feser, Der Genossen-Konzern. Parteivermögen und Pressebeteiligung der SPD, Munich, Ozlog, 2002. Pour les questions de droit constitutionnel, voir H. Reffken, Politische Parteien und ihre Beteiligung an Medienunternehmen. Eine Untersuchung aus verfassungsrechtlicher Sicht, Baden-Baden, Nomos, 2007.

25 Voir notamment P. Donges, Medialisierung politischer Organisationen. Parteien in der Mediengesellschaft, Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaft, 2008.

26 Voir la contribution de Karl-Rudolf Korte et Thierry Vedel dans cet ouvrage.

27 J. Mouchon, La Politique sous l’influence des médias, Paris, L’Harmattan, 1998.

28 Voir <www.prodialog.org/pages/download.php?id=Moderne_Wahlkampfkommunikation.pdf>

29 J. Schmidt et al., « Themenscan im Web 2.0 », Media Perspektiven, n° 2, 2009, p. 50-59.

30 A. Dörner, Politainment. Politik in der medialen Erlebnisgesellschaft, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp Verlag, 2001.

31 Le Web offre toutefois une plateforme de communication importante, libre d’accès et peu coûteuse aux petits partis moins établis.

32 E. Maigret, L’Hyperprésident, Paris, Armand Colin, 2008, pp. 14-15.

33 En matière de communication interne – aspect que nous avons peu développé ici –, on peut distinguer trois approches différentes de la part du bureau central des partis : il peut se définir comme une « machine à faire campagne », animée par la base du parti ou se considérer comme un « prestataire de service », qui rassemble ses membres grâce à sa force de proposition, ou enfin comme une simple cellule de coordination des différentes branches du parti. Voir P. Donges, op. cit. [24], p. 213.

34 Voir A. Mercier (dir.), La Communication politique, Paris, CNRS Éditions, 2008.

35 Le discours de Jacques Séguéla, publicitaire médiatique, est emblématique de cet état d’esprit. Voir par exemple, « Pas de pub, pas de vote », Le Monde, 18 juin 1999, où il explique la très faible participation électorale par les contraintes financières limitant le coût des campagnes et par les limites légales aux campagnes de communication.

Auteurs

Dirige le groupe de recherche sur l’Allemagne au Centre de recherche politique appliquée de l’Université de Munich.

Politologue, est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paul Verlaine de Metz.

Aline Brachet (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540