Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'avenir des partis politiques en France et en Allemagne

 | 
Claire Demesmay
, 
Manuela Glaab

Les systèmes partisans en France et en Allemagne : une analyse comparative

Les campagnes électorales en France et en Allemagne : entre traditions nationales et modernisation

Karl-Rudolf Korte et Thierry Vedel
Traduction de Stephanie Bauer

Texte intégral

1Une campagne électorale s’ouvre toujours sur les mêmes questions : quels sont les thèmes que je voudrais traiter, et quels sont les messages que je voudrais faire passer ? Quels sont les groupes que j’entends cibler avec ces messages, et quels sont les instruments, les formats de communication et les médias qui me permettront de les atteindre effectivement ? Qui sont mes adversaires, et sur qui puis-je au contraire m’appuyer ? Comment organiser et conduire au mieux ma campagne ? En un mot, comment remporter les élections ?

  • 1 D. M. Farrel, « Campaign Strategies and Tactics », in L. LeDuc, R. G. Niemi et P. Norris (dir.), Co (...)

2Les réponses à ces questions ont changé au cours des 50 dernières années dans toutes les démocraties occidentales, sans que les contenus de ces mutations soient très différents d’un pays à l’autre. Ce processus est au fondement de la théorie de la modernisation, soutenue par toute une branche de la sociologie électorale comparative, que l’on appelle aussi « théorie de l’américanisation1 ». Désidéologisation, personnalisation, médiatisation et professionnalisation croissantes sont, selon cette théorie, les caractéristiques majeures des campagnes électorales modernes. Nous analyserons ici les impacts réels de ces phénomènes de modernisation en France et en Allemagne, leur origine et leurs conséquences pour les partis et leurs candidats.

La modernisation des campagnes électorales

  • 2 P. E. Converse, « The Concept of a Normal Vote », in A. Campbell, P. E. Converse, W. E. Miller et D (...)

3Les campagnes traditionnelles visaient à mobiliser une clientèle électorale partisane. Pour les partis, qui cherchaient à réactiver le « vote normal », il ne s’agissait pas de « convertir » les électeurs et de changer leurs préférences, mais d’inciter leurs adhérents à aller aux urnes. La transformation des idéaux latents en un comportement électoral concret peut être considérée comme la principale fonction d’une telle campagne2. Les mutations du comportement électoral et de la formation de l’opinion politique à partir des années 1950 et 1960 obligent les partis à adapter leur stratégie de campagne. Si toujours plus de citoyens sont prêts à modifier leurs préférences partisanes et politiques, le champ d’action et l’impact des campagnes électorales ne se limitent plus à la mobilisation d’une clientèle électorale partisane et traditionnelle, qui a tendance à disparaître. Désormais, on peut attendre des campagnes qu’elles servent les conversions, sous la forme de gains de voix à court terme auprès de nouvelles couches d’électeurs. La campagne d’aujourd’hui, en perpétuelle modernisation depuis les années 1970, cible l’idéal type de l’électeur issu des classes moyennes, volatil et non lié à un parti. Les stratégies qui se profilent sont articulées autour des notions suivantes comme les grands marqueurs des campagnes modernes et postmodernes :

  • 3 P. Norris, op. cit. [1]; D. M. Farrel, op. cit. [1].

4La désidéologisation : les électeurs ne se voient plus proposer le choix entre des images fermées du monde qui sépareraient partisans et adversaires, amis et ennemis. Dans la campagne moderne, la gestion des thèmes ne considère plus les grands enjeux fondamentaux comme autant de convictions, mais comme des produits pour lesquels on invente des marchés et que l’on vend en utilisant des méthodes de marketing. Pour se frayer un chemin jusqu’à l’électeur avec des enjeux, il faut les mettre en scène et, mieux encore, leur donner un visage3.

  • 4 F. Brettschneider, Spitzenkandidaten und Wahlerfolg. Personalisierung, Kompetenz, Parteien. Ein int (...)

5La personnalisation : les personnes l’emportent largement sur les véritables enjeux. Pour les candidats, les thèmes choisis sont des instruments qui leur servent à se construire un profil, tant ce sont leurs qualités individuelles, entre autres leur crédibilité, leur compétence ou leur intégrité morale, qui feront pencher la balance lors du choix des électeurs. De fait, la figure du candidat-vedette devient centrale dans la publicité politique électorale, au détriment de son parti4.

  • 5 R. Schmitt-Beck et D. M. Farrel, « Do Political Campaigns Matter ? Yes, but It Depends », in D. M. (...)

6La médiatisation : la montée en force des nouvelles techniques de communication électronique a modifié en profondeur le processus de formation de l’opinion politique. À travers les médias électroniques, il est possible d’atteindre des millions d’électeurs, qui plus est pratiquement en temps réel. La télévision est devenue le média de campagne par excellence. Pour pouvoir l’utiliser comme plateforme de l’enjeu politique, les instruments de la campagne doivent s’adapter aux logiques de fonctionnement de la télé-démocratie. La campagne à la télévision va de pair avec une accélération sans précédent de l’information. Un parti doit être en mesure d’opposer une réaction immédiate aux prises de positions ou aux critiques de ses adversaires5. De plus, Internet représente un moyen de communication nouveau, à l’importance croissante. Ce n’est pas un « médium qui filtre » comme la télévision, mais un moyen d’établir un contact direct avec les partisans et les électeurs. Les campagnes en ligne constituent donc un élément clé des campagnes postmodernes, caractérisées par la renaissance d’une communication directe et interpersonnelle.

  • 6 J. Raschke, Die Zukunft der Grünen, Francfort-sur-le-Main/New York, Campus, 2001, p. 112.

7La professionnalisation : la base partisane et le milieu politique servaient jadis de caisse de résonance aux thèmes, programmes et messages politiques électoraux. Le passage de l’« idéologie au marché6 » vole aux élites politiques d’aujourd’hui leurs certitudes d’antan. Elles se voient contraintes de recourir à l’expertise scientifique et d’analyser la volonté des électeurs à l’aide d’enquêtes d’opinion. Afin d’adapter la lutte politique électorale au fonctionnement d’une démocratie médiatique en perpétuel mouvement, on a recours à des spécialistes. Les spin doctors sont les nouvelles figures de la campagne moderne. La professionnalisation suppose de centraliser la direction de la campagne électorale, d’où souvent une externalisation en dehors des rangs du parti.

  • 7 P. Norris, op. cit. [1], p. 3
  • 8 T. Moorstedt, Jeffersons Erben. Wie die digitalen Medien die Politik verändern, Francfort-sur-le-Ma (...)

8La modernisation de la direction de campagne connaît un nouveau saut qualitatif dans les années 1990 : d’après Pippa Norris, professeur en sciences politiques à l’Université Harvard, l’heure des campagnes « postmodernes7 » a sonné. Celles-ci présentent les quatre caractéristiques des campagnes modernes, mais s’en distinguent par le rôle central attribué au contact direct avec l’électeur et à la communication interpersonnelle. Le « web 2.0 » permet une communication interactive avec des groupes cibles, et les réseaux sociaux sur Internet peuvent servir à générer un « système boule de neige » : les partisans diffusent les messages et arguments au sein de leurs réseaux, et attirent ainsi de nouveaux partisans. Bien que la campagne en ligne postmoderne ait un grand potentiel, elle n’a pas encore été mise en œuvre en Europe, où les partis manquent (pour l’instant) des ressources nécessaires en termes de financement et d’organisation. Toutefois, l’utilisation des médias continuant à se diversifier, les directeurs de campagne accordent une importance croissante à la communication interpersonnelle8.

De la transformation des campagnes électorales en Allemagne

Personnalisation et désidéologisation

  • 9 V. Hetterich, Von Adenauer zu Schröder. Der Kampf um Stimmen. Eine Längsschnittanalyse der Wahlkamp (...)
  • 10 F. Brettschneider, op. cit. [4], p. 14-20.
  • 11 Notre analyse est centrée sur les élections au Bundestag, dans la mesure où les campagnes pour les (...)

9« Parallèlement à la personnalisation toujours croissante de la décision électorale, on assiste à l’émergence d’un réflexe violent et durable de rejet des partis politiques en soi. Toute stratégie de publicité politique électorale devrait par conséquent viser le plus haut degré de personnalisation possible et imaginable. » Cette citation semble tout droit sortie de la bouche d’un conseiller en stratégie politique des années 1990-2000. Or, il s’agit d’un extrait du concept fixant la stratégie de l’Union chrétienne démocrate (CDU) lors de la campagne électorale de 19659. La notion de personnalisation a donc toujours fait partie des instruments centraux dont se servent les directeurs de campagne allemands10. Le chef du gouvernement allemand concentrant l’essentiel des pouvoirs, on a coutume de parler de « démocratie du chancelier » (Kanzlerdemokratie) pour caractériser le système politique de la République fédérale d’Allemagne (RFA). Même si la démocratie parlementaire définie par la Loi fondamentale ne prévoit pas de vote direct du chancelier, « les élections au Bundestag sont des élections à la chancellerie11 ».

10Depuis les élections de 1953, la CDU s’appuie sur la popularité de ses chanceliers, figures centrales de ses campagnes. Ce parti a par exemple voulu faire des élections de 1969 un plébiscite personnel autour de Kurt Georg Kiesinger : « C’est le chancelier qui fait la différence ! » La concurrence social-démocrate, qui n’avait opposé qu’une faible résistance à la campagne personnalisée de Konrad Adenauer dans les années 1950, se met à utiliser l’instrument stratégique de la personnalisation dès 1961. Cette année-là, les stratèges du parti inventent le poste de « candidat-chancelier ». Dans les rangs du Parti social-démocrate (SPD), on tente de styliser le jeune Willy Brandt en « Kennedy allemand » en le présentant comme une alternative rafraîchissante au vieil Adenauer. L’élection de 1972 est restée dans les mémoires et dans les livres d’histoire comme « l’élection de Willy ». Sans trop s’arrêter sur les impératifs du droit électoral dans une démocratie parlementaire, le SPD appelle alors les Allemands à « voter Willy Brandt ! »

  • 12 P. Radunski, « Politisches Kommunikationsmanagement. Die Amerikanisierung der Wahlkämpfe », in Bert (...)
  • 13 F. Brettschneider, op. cit. [4], p. 181.

11Peter Radunski, qui fut longtemps directeur de campagne de la CDU, dresse un bilan des nombreuses campagnes menées avec succès par Helmut Kohl dans les années 1980 et 1990 : « Le candidat importe plus que le parti12. » Pour la campagne des élections législatives de 1994, la CDU opte pour de grandes affiches où l’on peut voir un Helmut Kohl prenant un bain de foule – sans logo ni slogan. Lors des élections législatives de 1998, le magazine Der Spiegel critique la « représentation de soi vide de sens idéologique » pratiquée par Gerhard Schröder, poussant les autres partis à adopter une stratégie semblable et ouvrant l’ère des campagnes électorales « sans contenu13 ». Pourtant, Schröder réussit, ce qui semble une fois de plus confirmer l’adage : « Candidates matter ! »

12Pourtant, à y regarder de plus près, la victoire électorale ne s’explique ni par le choix spontané d’un électorat apolitique et volatil, ni par les options et les décisions d’une direction de campagne désidéologisée et sans idées. Sur tous les enjeux importants, en 1998, les électeurs jugent le SPD (et pas seulement ses candidats-vedettes) bien plus compétents que la CDU au pouvoir. Dans leur discours de campagne, les sociaux-démocrates ont su lier leur spécificité idéologique en matière de programme (la sécurité et l’égalité sociales) aux enjeux thématiques de la modernisation économique (lutte contre le chômage). Ceci les installe durablement au rang de leader d’opinion pour la résolution des problèmes qui sont au cœur des préoccupations des Allemands.

  • 14 K. R. Korte, Wahlen in der Bundesrepublik Deutschland, Bonn, BpB, 2003, p. 127-131.

13Lorsque, quatre ans plus tard, il devient évident que la coalition rouge-verte n’a pas non plus su apporter de réponse à la crise des systèmes de sécurité sociale et du marché du travail, la campagne électorale du SPD prend des allures de débâcle avant l’heure. Quelques mois avant les élections de 2002, une victoire de la CDU/CSU (Union chrétienne-sociale en Bavière) semble inévitable. Le dos au mur, le chancelier Schröder cherche le duel direct avec le candidat à la chancellerie de l’Union, Edmund Stoiber. Le fait que le SPD ait tenté de faire redescendre le niveau de l’élection à celui d’un simple plébiscite personnel n’est pas une marque de modernité, mais un signe d’impuissance. Les deux duels télévisés qui opposent, pour la première fois, un chancelier sortant et son challenger viennent conforter la « stratégie » du SPD et renforcer la tendance de la personnalisation des campagnes. Si ces débats télévisés servent le SPD, ce n’est qu’en raison des faiblesses tactiques que la CDU laisse alors entrevoir en matière de politique sociale et fiscale, d’une part, et, d’autre part, grâce à un contexte avantageux, où crise irakienne et inondations dans l’Est de l’Allemagne sont une occasion rêvée pour l’exécutif de prouver son potentiel d’action. Ce sont bien les thèmes et les messages véhiculés qui ont permis de convertir la popularité de Gerhard Schröder en voix pour son parti. En 2002, les Verts présentent pour la première fois un candidat vedette en la personne de Joschka Fischer, ministre des Affaires étrangères, et le Parti libéral-démocrate (FDP), va jusqu’à avancer sur l’échiquier politique son propre « candidat-chancelier », Guido Westerwelle. Or, si le candidat des Verts pouvait sembler en accord avec le profil du programme de son parti, le candidat libéral fit piètre figure au cours d’une « campagne-farce » au contenu bien léger. La stratégie de personnalisation des Verts fonctionne, alors que les libéraux subissent une assez lourde défaite14.

14Lors de la campagne de 2005, c’est encore l’aspect thématique qui fait la différence. Pour le SPD, la situation de départ était encore moins favorable que trois ans auparavant. Fortement divisé dans ses rangs et déserté par ses membres, le parti venait de subir défaite sur défaite aux élections des différents Landtage. À l’origine de cette perte de vitesse, le fameux « Agenda 2010 », ensemble de réformes sociales et politiques prévoyant une réduction des allocations aux chômeurs et une privatisation partielle des systèmes de sécurité sociale. À l’été 2005, tout le monde s’accordait sur une victoire triomphale des partis de l’Union. Il n’en fut rien.

  • 15 M. Spreng, « Wahlkampf als eiskalte Polarexpedition », Forschungsjournal Neue Soziale Bewegungen, v (...)

15Les électeurs font toujours le bilan des mesures passées et à venir du gouvernement, et non celui de l’opposition. Par le vote, on conforte ou sanctionne son gouvernement, mais on ne choisit pas l’opposition comme prochain gouvernement. La campagne de 2005 fonctionne selon des schémas inversés : forts des sondages qui les donnaient largement vainqueurs, la CDU et la CSU glissent peu à peu dans le rôle qu’on leur attribue par anticipation de partis de gouvernement « pressentis », tandis que le SPD (encore) au pouvoir adopte soudain le style de campagne agressif traditionnel de l’opposition. Une fois les rôles échangés, c’est le programme des partis de l’Union qui est au cœur du débat – programme qui aurait pu sortir tout droit d’un bureau de conseil en gestion d’entreprise : assouplissement de la protection contre le licenciement, suppression des avantages fiscaux pour les employeurs, augmentation de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Michael Spreng, directeur de campagne de la CDU en 2002, fait du profil du programme la principale explication de son mauvais score : « Le contexte de la campagne était froid, sans enthousiasme ni émotion. La CDU/CSU a proposé aux électeurs une sorte d’expédition polaire réfrigérante alors que la majorité des électeurs préfèrent la chaleur du Sud15. » L’Union avançait encore plus en direction de ce que les électeurs avaient rejeté à l’occasion de chacune des précédentes élections au Landtag.

  • 16 F. Brettschneider op. cit. [4], p. 207.

16La personnalisation n’est pas un phénomène nouveau dans les campagnes allemandes. Malgré les tendances de personnalisation du politique, ce sont toujours les thèmes qui font gagner – ou perdre – les élections. Les candidats vedettes ont certes une importance non négligeable et peuvent parfois donner une impulsion décisive. Pourtant, cela ne vaut que si ces candidats s’inscrivent dans un concept stratégique d’ensemble : la personne, le programme et le parti doivent être intrinsèquement liés, se compléter et en aucun cas se contredire. Dans une démocratie parlementaire comme l’Allemagne, adopter une stratégie de personnalisation ne fait sens que si la popularité du candidat-vedette apporte des voix à son parti. Un candidat qui opte pour un programme éloigné ou contraire à celui de son parti ne peut pas engendrer de mouvement de mobilisation, et ce, même si sa cote de popularité est au plus haut16. Mal dosée, la personnalisation politique, symptôme de faiblesse et de désidéologisation, peut rapidement s’avérer désastreuse.

  • 17 K. R. Korte, « Populismus als Regierungsstil », in N. Werz (dir.), Populismus, Opladen, Leske und B (...)

17Si le phénomène de désidéologisation s’accompagne d’un abandon progressif de leur spécificité idéologique, qui se traduit en matière de programme, les partis se privent d’un instrument essentiel pour la création et la réactivation de loyautés partisanes. Les partisans disparaissent et se fondent dans le maelström des abstentionnistes ou se replient vers les périphéries du champ politique. La notion de spécificité dans le discours politique permet de réduire la complexité des contenus et facilite le jonglage thématique grâce auquel on peut espérer gagner l’électorat volatil du centre. Si un parti réussit à placer ses thèmes spécifiques à l’ordre du jour (économie, environnement, sécurité intérieure ou encore politique sociale), il se positionne automatiquement en tête de la course. Opter pour un populisme centriste et fluctuant revient à se priver de potentiels stratégiques substantiels17.

Médiatisation et professionnalisation

  • 18 V. Hetterich, op. cit. [9], p. 87.

18La notion de consulting professionnel n’est pas non plus un phénomène tout à fait nouveau. Déjà dans les années 1950, la CDU de Konrad Adenauer avait recours à des sondages d’opinion pour optimiser la gestion de ses thématiques. Au début des années 1960, les sociaux-démocrates se sont fait conseiller par les directeurs de campagne des démocrates américains, afin de développer une campagne sur le modèle de celle de John Kennedy18. Cependant, à la différence des États-Unis, on ne trouve pas en Allemagne de directeurs de campagne « professionnels », experts externes au parti qui, pour le temps de la campagne, en assurent la direction et la coordination des activités. Les directeurs de campagne allemands sont profondément enracinés dans leurs partis respectifs et y occupent généralement des fonctions de premier plan. Spécialistes reconnus des médias, leur influence en phase de campagne n’a néanmoins cessé d’augmenter ces 20 dernières années. Leur implication toujours croissante ainsi que le recours de plus en plus systématique à des prestations de services et de consulting de nature commerciale (agences de publicité, instituts de sondages) sont au cœur de la « modernisation » des campagnes électorales allemandes.

19Pour atteindre une présence médiatique massive au niveau de l’information politique ainsi que des talk-shows et des émissions de divertissement, les experts développent des stratégies de « Free Media ». Les campagnes fédérales sont avant tout des campagnes télévisuelles. L’exercice est devenu sensiblement plus difficile ces 20 dernières années. À l’époque du monopole d’État sur la télévision, on pouvait, sans gros effort et pour une dépense minime, être présent sur le petit écran et toucher plusieurs millions de téléspectateurs. Avec l’expansion de la télévision privée, le public s’est progressivement retiré vers les niches de divertissement. Les chaînes privées considèrent généralement que les émissions politiques font fuir l’audience et écornent les recettes publicitaires. Les partis ont donc besoin d’experts qui comprennent comment adapter la présentation des personnes et des thèmes aux impératifs et aux formats de la télévision. Il faut des provocations, des scoops surprenants, des pseudo-événements, du « negative campaigning » (nuire à son adversaire par tous les procédés possibles) et des conflits personnalisés.

  • 19 W. Gellner et G. Strohmeier, « Parteien in Internet-Wahlkämpfen », in U. Alemann et St. Marschall ( (...)
  • 20 C. Bieber, « Der Online-Wahlkampf 2005. Supporter-Sites, Negative Campaigning, Weblogs », in Bundes (...)

20En Allemagne, la campagne en ligne est apparue fois en 1998. Elle n’était d’abord qu’un instrument au service d’une organisation rationalisée pour fournir rapidement et à peu de frais du matériel d’information aux journalistes et à la base partisane. Marque de modernité et de professionnalisme, cette campagne électorale relevait plutôt de la méta-communication19. Avec la campagne de 2002, Internet est enfin devenu un instrument de « micro-marketing » : on s’adresse à des groupes très ciblés, ce qui, en raison du manque de données disponibles, s’avère néanmoins très délicat. Autre caractéristique de la campagne en ligne, une tendance à l’exacerbation du « negative campaigning ». On crée des sites spécialement dédiés à la concurrence pour y rassembler tous les « faits » accablants. Les partis embauchent des blogueurs, pour entretenir la polémique sur les forums contre les adversaires politiques ou faire la promotion du programme du parti. Les campagnes sur Internet s’adressant cependant avant tout aux partisans, les effets réels de ces stratégies en ligne sont encore peu connus20.

  • 21 D. Webel, « Der Wahlkampf der SPD », in E. Noelle-Neumann, H. M. Kepplinger et W. Donsbach (dir.), (...)

21On a coutume de considérer la campagne du SPD de 1998 comme le prototype de la campagne professionnalisée. Le parti a externalisé sa direction de campagne en dehors de ses structures et organisé son propre QG de campagne (la « Kampa ») selon le modèle américain21. Depuis la « salle des opérations » (war room), une nouveauté dans l’histoire des campagnes allemandes, le SPD a mis au point et coordonné l’ensemble de son travail médiatique. Le département « observation de l’adversaire » réagissait immédiatement aux activités et aux messages de la concurrence politique. Introduit pour la première fois, l’intranet fournissait à la base arguments et directives officiels. Pour chacune des 32 circonscriptions âprement disputées ou détenues par un ministre poids lourd de la CDU, le QG de campagne du SPD développait une stratégie adaptée au cas par cas. La « Kampa » à elle seule symbolisait ce qu’elle était censée communiquer : un Parti social-démocrate « innovant », « moderne » et renouvelé. Les journalistes pouvaient réserver une visite guidée du QG pour se convaincre de sa modernité et de son professionnalisme. Les sociaux-démocrates voulaient faire passer le message suivant : la modernité et le professionnalisme qui sont au cœur de notre style de campagne seront aussi au cœur de notre façon de gouverner.

  • 22 M. Klein, « Der professionalisierte Wahlkampf. Die strategische Positionierung der Parteien », in M (...)

22Le succès médiatique de la « Kampa » et sa capacité à « frapper en premier » ont impressionné les autres partis, comme en a témoigné la campagne de 2002. Bonne élève, la CDU a fondé à son tour son QG de campagne avec à sa direction un spin doctor des plus efficaces dans la sphère publique, Michael Spreng. Du côté social-démocrate, on trouve Matthias Machnig, un des architectes de la stratégie de la campagne de 1998. Pour la première fois dans l’histoire des campagnes électorales allemandes, il n’y avait donc pas seulement duel de candidats, mais aussi duel public de directeurs de campagnes. Toutefois, la campagne de 2002 a montré que le phénomène de professionnalisation du politique a déjà largement atteint ses limites. Des problèmes de coordination entre la chancellerie et le QG de campagne du SPD ont conduit à l’« éviction » de Matthias Machnig dans la dernière phase de la campagne. Le SPD a de nouveau coordonné sa campagne depuis la chancellerie – tout comme la CDU sous Helmut Kohl dans les années 1980 et 199022. Pour les Verts et les libéraux, il est plus difficile de se professionnaliser, leurs ressources financières étant plus faibles. Le FDP a mis sur pied une stratégie de « Free Media », en tentant d’attirer l’attention des médias à coups de provocations et de pseudo-événements (propre candidat à la chancellerie, objectif de 18 % des voix). Ceci a réussi dans une certaine mesure, mais sans que les électeurs apprécient vraiment le procédé. À l’opposé, les Verts ont misé, avec succès, sur l’instrument « pré-moderne » d’un travail de fond, engagé et décentralisé.

23La campagne pour les législatives de 2005 n’a entraîné aucune nouvelle poussée de professionnalisation : il n’y eut ni war rooms, ni sorties publiques de spin doctors, ni évaluation de groupes cibles à coups de sondages d’opinion. Ce sont les thèmes, et non les personnes, qui ont occupé l’avant-scène. Il s’agissait là encore d’une campagne télévisuelle, mais les partis (notamment de gouvernement), à court de recette miracle, sont revenus puiser leur inspiration dans les vieux livres d’école : la base social-démocrate a de nouveau distribué des tracts devant les entreprises, tandis que les Verts cherchaient à affiner leur profil de parti écologiste d’opposition. Avec Joschka Fischer, ministre des Affaires étrangères, le parti a eu un candidat-vedette, mais sans que cet élément stratégique de personnalisation n’ait la même signification dans la stratégie de communication électorale que trois ans auparavant.

Les campagnes électorales françaises

  • 23 J. Gerstlé, « Les campagnes présidentielles depuis 1965 », in P. Brechon (dir.) Les Élections prési (...)

24Les campagnes électorales françaises ont beaucoup changé au cours des 50 dernières années23. Comme en Allemagne, on constate une tendance à une plus grande personnalisation du débat électoral, à une professionnalisation des équipes de campagne et à une sophistication des méthodes et techniques, notamment dans les relations avec les médias. Ces évolutions s’observent surtout pour les campagnes menées à une échelle nationale, particulièrement celles des élections présidentielles. En revanche, les campagnes menées à une échelle infranationale (législatives, régionales, cantonales et municipales) ont, elles, assez peu changé. Elles reposent sur des méthodes plus artisanales et relèvent encore parfois du modèle pré-moderne de la communication politique.

De la personnalisation à la pipolisation

25Avant même de résulter de stratégies délibérées de communication politique, la personnalisation des campagnes électorales françaises est sans doute inscrite dans le système institutionnel. Elle est un effet combiné de la place centrale qu’occupe l’élection présidentielle dans la vie politique du pays et de la nature et de la pratique de ce scrutin.

  • 24 Le congrès du Parti socialiste à Reims en novembre 2008 en est l’illustration la plus récente. Les (...)
  • 25 J. Charlot, La Politique en France, Paris, Le Livre de Poche, 1994.
  • 26 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, Paris, Fayard, 1994-2000.

26Depuis 1965 et l’introduction du suffrage universel direct pour l’élection du président de la République, la vie électorale s’organise autour du scrutin présidentiel, en fonction duquel les partis et les responsables politiques définissent leurs projets, nouent des alliances et élaborent leurs stratégies de communication24. L’élection présidentielle étant par définition une compétition entre des individus, il est naturel que le débat électoral tende à se personnaliser et se centre sur la question des aptitudes et capacités personnelles à gouverner. La pratique institutionnelle léguée par le général de Gaulle a accentué cette personnalisation25. Celui-ci considérait ce scrutin comme un dialogue direct entre une personnalité et la nation, et minorait le rôle des partis, ceux-ci étant de nature à pervertir l’expression du peuple. Pour lui, ce qui définit un homme d’État, c’est sa force de caractère, qui lui permettra de faire face à des situations changeantes et imprévues, et non les intérêts qu’il représente ou le programme électoral qu’il défend26. À diverses reprises, des personnalités politiques (notamment Édouard Balladur en 1995) se sont ainsi engagées dans la compétition présidentielle, non pas en tant que représentants d’un parti politique ou d’un courant d’idées, mais sur la base de leur « équation personnelle » et de leur popularité.

  • 27 J. Dakhlia, « La représentation politique à l’épreuve du people : élus, médias et peopolisation en (...)

27De plus, la personnalisation de la vie politique française a connu de nouvelles formes au cours des 10 dernières années avec la « pipolisation ». Ce terme désigne deux phénomènes distincts quoique complémentaires27. Il renvoie d’abord à la tendance croissante des responsables politiques à mettre en avant certains aspects de leur vie privée. Cette publicisation de l’intime s’opère souvent par l’intermédiaire de vecteurs médiatiques non spécialisés dans la vie politique. Depuis une quinzaine d’années, la plupart des responsables politiques interviennent dans des talk-shows où ils débattent avec des acteurs, des chanteurs ou des sportifs de sujets souvent très éloignés de la politique et parlent de leurs passions ou de leur entourage familial ou amical. De nombreux candidats se prêtent à des reportages dans des magazines de la presse « people » (qu’ils ont parfois sollicités) les montrant dans leur résidence ou sur leur lieu de vacances. En 1992, Ségolène Royal, alors jeune ministre, avait même accepté d’être photographiée dans sa chambre d’hôpital après son accouchement. Lors de l’élection présidentielle de 2002, les épouses de plusieurs candidats ont activement participé à la campagne de leur conjoint, en apparaissant dans des réunions publiques ou en livrant dans des interviews ou des livres des informations sur leur vie de couple. Lorsque Nicolas Sarkozy a été nommé ministre de l’Intérieur, il a participé à plusieurs reportages qui le mettaient en scène avec son épouse et son jeune fils, évoquant assez ouvertement des images similaires du président Kennedy et de sa famille.

28Les responsables politiques français justifient souvent ce style de communication en expliquant qu’il vise à démocratiser la politique. Il s’agit, en intervenant hors des tribunes habituelles, de toucher un public plus large, et sans doute moins intéressé par la politique ; mais également, dans un contexte de défiance à l’égard des élites politiques, d’instaurer une relation de plus grande proximité avec les citoyens en leur montrant que leurs leaders politiques ne sont pas des êtres froids et désincarnés, éloignés de la vie réelle, mais des personnes qui leur ressemblent et qui ont, comme eux, des sentiments et des préoccupations très prosaïques.

29La pipolisation recouvre en second lieu la propension des médias à s’intéresser à l’activité des candidats sous l’angle de leur vie affective. Jusqu’à la réélection du président Mitterrand en 1995, les journalistes français respectaient une séparation entre sphères publique et privée. Ils s’abstenaient en général de publier des informations relatives à l’intimité des candidats et considéraient qu’elles n’apportaient rien au débat politique, celui-ci devant se concentrer sur la confrontation d’idées et de projets. La révélation de l’existence de la fille de François Mitterrand, Mazarine Pingeot, puis du manque de sincérité des bulletins de santé du président durant les dernières années de son mandat, a provoqué une rupture. Elle a conduit les médias à s’interroger sur la pertinence de cette attitude et à changer progressivement leur éthique en la matière. De nombreux journalistes estiment aujourd’hui qu’il est légitime de couvrir certains éléments de la vie privée des responsables politiques, soit parce que ces éléments sont susceptibles d’avoir des répercussions sur leurs actes publics, soit parce qu’ils sont délibérément mis sur la place publique par les intéressés dans le cadre de stratégies de communication visant à construire une image. La campagne de 2007 a illustré de façon spectaculaire cette évolution. À plusieurs reprises, les médias français ont ainsi rendu compte des difficultés conjugales de Nicolas Sarkozy et celui-ci a été interrogé en direct à la télévision sur ce sujet.

Le rapport aux médias : du « news management » à Internet

  • 28 Th. Vedel, « Les électeurs et les médias », in P. Perrineau (dir.) Atlas électoral. Qui vote quoi, (...)
  • 29 Sur ce point, voir la contribution de Manuela Glaab et Arnaud Mercier dans cet ouvrage.

30La communication électorale en France est centrée sur la télévision. Aux yeux des candidats, ce vecteur de communication présente deux avantages capitaux. C’est d’abord un média universel qui permet de toucher toutes les catégories de population et dont la force de frappe est sans pareil. Chaque jour en effet, les trois quarts des électeurs regardent un journal télévisé et, lors du dernier mois de la campagne présidentielle de 2007, 81 % déclaraient que la télévision était leur première ou deuxième source d’information pour suivre l’actualité politique28. La télévision est ensuite une tribune à laquelle les candidats peuvent accéder gratuitement et sans grande difficulté. En période électorale, la législation française oblige les médias audiovisuels, publics ou privés, à couvrir, de manière équitable puis égalitaire, les activités des candidats29.

31Jusqu’à une date récente, le problème des dirigeants politiques français n’a donc pas été d’accéder à la télévision, mais de savoir utiliser efficacement ce média. L’exemple de François Mitterrand témoigne bien des difficultés de la génération entrée en politique dans les années 1950 à maîtriser le langage spécifique de l’outil télévisuel. Les contraintes et les attentes de la télévision sont désormais bien intégrées par les candidats, qui organisent leurs activités de façon à optimiser leur reprise dans les journaux télévisés. Les grands meetings électoraux sont ainsi pensés et mis en scène pour produire de belles images pour la télévision, et tous les candidats savent ciseler des petites phrases, à la fois courtes et frappantes, qui seront reprises par les chaînes de télévision ou les radios.

  • 30 C. Artufel et M. Duroux, Nicolas Sarkozy et la communication. Paris, Éditions Pepper, 2006.
  • 31 C. Salmon, Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, La (...)

32La campagne présidentielle de 2007 marque sans doute un tournant dans le rapport aux médias des candidats. Les deux principaux candidats, Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, ont souvent été décrits comme des enfants de la télévision. Nés à la fin des années 1950, la télévision a toujours fait partie de leur environnement. Ils ont à l’égard de ce média, qui a accompagné leur socialisation, une intelligence sans doute plus innée et un rapport plus décomplexé que leurs aînés en politique. Dans le cas de Nicolas Sarkozy, ce tropisme pour la télévision s’est accompagné d’une stratégie de gestion de l’attention médiatique (news management) extrêmement offensive, visant à garder constamment l’initiative et le contrôle de l’agenda médiatique30. Son équipe s’est attachée à proposer très régulièrement, et presque quotidiennement dans les dernières semaines de la campagne, des événements (visite d’une entreprise innovante, rencontre avec des travailleurs au petit matin, déplacement dans un lieu historique de la Résistance, réception d’une victime d’une agression, commémoration, etc.) lui permettant d’aborder différents thèmes. Cette stratégie lui a permis d’orienter le débat sur les questions de nature à l’avantager (ou à désavantager ses adversaires), comme l’insécurité ou l’immigration. Elle a également contribué à renforcer l’intérêt des journalistes pour ses activités tout en les empêchant, du fait du nombre et de la variété des événements proposés, d’effectuer un véritable travail de critique. Au travers de ce fil continu d’événements et de discours, Nicolas Sarkozy a pu construire sa candidature comme une sorte de grand récit31 dont il était le héros et illustrer, par des actes forts et symboliques, les grandes orientations de son programme.

  • 32 Th. Vedel et Y.-M. Cann, « Internet. Une communication électorale de rupture ? », in P. Perrineau ( (...)
  • 33 S. E. Schier, « Aiming a Riffle and Missing Millions : Campaign Polling in Contemporary Politics », (...)

33Parallèlement, cette campagne présidentielle s’est appuyée sur Internet32. Deux axes stratégiques sont apparus dans ce domaine. En premier lieu, les candidats des grands partis ont cherché à organiser et à optimiser leur visibilité dans l’espace numérique bien au-delà de l’indispensable création d’un site web. Pour cela, les équipes de campagne ont encouragé et aidé leurs sympathisants à créer des dizaines de blogs ou sites personnels ainsi qu’à intervenir dans les forums de discussion ou sur les sites des médias. Ce type de stratégie illustre la tendance de la communication politique moderne à être de moins en moins un processus global de mobilisation et de plus en plus un processus sélectif d’activation33. L’objectif d’une campagne électorale n’est plus seulement de diffuser le message d’un candidat vers l’ensemble des électeurs en s’appuyant sur des organisations politiques et des médias de masse. Il s’agit également de faire relayer (et expliquer) ce message par des citoyens de base susceptibles d’influencer certains segments stratégiques de l’électorat. La deuxième utilisation innovante d’Internet est le fait de l’équipe de Ségolène Royal. Celle-ci a hébergé sur son site de nombreux forums de discussion sur lesquels plus de 150 000 contributions ont été déposées entre février 2006 (ouverture du site) et la fin de la campagne. Censé à la fois illustrer et outiller la démarche participative prônée par la candidate, ce site lui a permis de disposer d’un canal autonome de mobilisation de ses supporters alors même que l’appareil du Parti socialiste (PS) ne la soutenait que mollement. Ce site web a sans doute aussi favorisé, par les échanges horizontaux qu’il autorisait, une plus grande implication des sympathisants de Ségolène Royal, ceux-ci se sentant davantage associés à sa campagne.

La professionnalisation : un défi pour les appareils partisans

34Les campagnes électorales ont connu sous la Ve République une professionnalisation continue, dans les deux sens du terme : mise en œuvre de savoir-faire s’appuyant sur une expertise technique ; recours aux services rémunérés de prestataires extérieurs aux partis politiques.

  • 34 Th. Vedel, op. cit. [23].

35Dans les années 1960, les équipes de campagne, souvent restreintes, étaient composées de cadres du parti ou d’amis personnels du candidat. L’équipe de François Mitterrand pour l’élection de 1965 ne comptait qu’une trentaine de personnes travaillant dans un appartement de trois pièces. Désormais beaucoup plus nombreuses, les équipes des grands candidats reposent sur une structure hiérarchisée, avec un état-major commandant une administration de campagne généralement organisée autour de trois types d’activités : l’élaboration du projet du candidat qui s’appuie sur divers réseaux d’experts ; la communication et les relations avec les médias, avec de nombreux professionnels extérieurs ; enfin, la mobilisation des électeurs et des soutiens – organisation de réunions, actions sur le terrain, etc. – est coordonnée avec le parti du candidat. Les responsables français des campagnes électorales citent souvent en exemple le dispositif, extrêmement centralisé et spécialisé, mis en place par Tony Blair lors de sa campagne victorieuse de 199734. Ce modèle a en partie inspiré l’« atelier de campagne » installé par Lionel Jospin en 2002. En 2007, la stratégie de Nicolas Sarkozy a aussi repris cette approche en adoptant un système de petites cellules spécialisées, axées chacune sur une activité opérationnelle particulière (popularisation du message du jour, riposte aux messages des adversaires, création d’événements pour les médias, mobilisations spécifiques pour la dernière semaine de campagne, etc.).

  • 35 R. Cayrol, Médias et démocratie. La dérive. Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 45-48.
  • 36 A. Chauveau, « L’homme politique et la politique : l’influence des conseillers en communication », (...)
  • 37 Officiellement depuis 1989, mais il travaillait dans l’équipe de Jacques Séguéla en 1981. Jacques P (...)

36Dans le domaine proprement dit de la communication, on peut repérer trois dates marquantes dans la montée en puissance des professionnels au sein des dispositifs de campagne électorale35. En 1965, Jean Lecanuet fait appel au consultant Michel Bongrand, directeur général de Services et méthodes, une agence de publicité spécialisée dans le domaine industriel, pour définir sa stratégie globale de communication. Si celle-ci apparaît rétrospectivement très classique dans ses modalités, le score inattendu réalisé par Jean Lecanuet (15,8 %) a accrédité l’idée selon laquelle une campagne électorale devait désormais s’appuyer sur des techniques de marketing et des méthodes de relations publiques particulières36. Seize ans plus tard, l’élection présidentielle de 1981 marque la reconnaissance de la fonction de communication dans les campagnes électorales. Pour la première fois, l’organigramme officiel d’une équipe de campagne (celle de François Mitterrand) fait apparaître une division de la communication dirigée par un publicitaire (Jacques Séguéla). Comme le note Roland Cayrol, « la présence d’un homme de publicité est non seulement confessée […], mais revendiquée. » Bien plus, François Mitterrand semble se soumettre délibérément aux exigences du marketing politique. Il modifie son apparence physique et vestimentaire, organise les étapes de sa campagne comme un processus de construction d’image, et adapte son message à l’outil télévisuel. Enfin, 1995 marque la reconnaissance de la communication politique comme activité purement professionnelle. À la suite de son élection, Jacques Chirac conserve comme conseiller en communication Jacques Pilhan, qui exerçait déjà cette fonction auprès du président Mitterrand37. Sur le plan symbolique, cette décision institue la communication politique en discipline autonome : elle reconnaît que les conseillers en communication sont des experts à part entière, maniant un savoir et des techniques propres qui échappent à la logique des orientations partisanes.

  • 38 P. Bréchon, Les Partis politiques français, Paris, La Documentation française, 2005 (nouvelle éditi (...)
  • 39 A. Panebianco, Political Parties: Organization and Power, Cambridge, Cambridge University Press, 19 (...)
  • 40 J. Ion, S. Franguiadakis et P. Viot, Militer aujourd’hui, Paris, Autrement, 2005.
  • 41 Sur ce point, voir la contribution de Sophie Burkhardt et Florence Haegel dans cet ouvrage.

37Si la professionnalisation est une tendance de fond dans la communication politique française, on doit toutefois en relativiser l’ampleur. Elle concerne surtout les campagnes des grands candidats, seuls à même de mobiliser des budgets conséquents. En revanche, les campagnes des petits candidats restent largement artisanales et s’appuient surtout sur le bénévolat et le savoir-faire militant. De plus, la professionnalisation se heurte souvent aux réticences des cadres et des membres des partis. Ceux-ci ont souvent du mal à accepter que l’on fasse appel à des professionnels extérieurs pour l’élaboration de la stratégie et du message du candidat, ou pour les contacts avec les électeurs. Nombre de militants restent attachés à une conception des partis héritée du début du XXe siècle38. Ils les voient comme des organisations ayant pour fonction l’élaboration de grandes idéologies et la mobilisation des masses populaires, et non comme des machines électorales pour gagner les élections. La professionnalisation des campagnes interroge ainsi la place et le rôle des partis et de leurs adhérents dans la vie politique39. Ce problème commence à être perçu par les dirigeants politiques français. Les grands partis, le PS, l’Union pour un mouvement populaire (UMP) et le Mouvement démocrate (MoDem), ont ainsi commencé à proposer des formes d’engagement plus flexibles et plus pragmatiques qui semblent répondre à l’aspiration d’une partie des citoyens (notamment les plus jeunes)40 : abaissement du tarif des cotisations, possibilité d’adhérer simplement et instantanément grâce à Internet, choix à la carte de différents niveaux d’implication. Bien qu’encore limitées, ces mesures semblent annoncer une lente transformation des grands partis politiques en clubs de supporters41.

Conclusion

38L’évolution des campagnes électorales en Allemagne et en France fait apparaître de nombreuses similarités. Les responsables politiques des deux pays se sont en effet efforcés de s’adapter à la logique des médias, de personnaliser leur message, de professionnaliser leurs dispositifs de campagne. Cette modernisation soulève deux questions importantes pour la communication politique.

  • 42 R. Negrine et S. Papathanassopoulos, « The ‘Americanization’ of Political Communication », Press/Po (...)
  • 43 En raison de l’avancement du système médiatique et du cadre réglementaire plus souple et libéral de (...)

39La première est celle de l’influence des cultures nationales. La modernisation des campagnes électorales est souvent décrite comme une américanisation de la communication politique42. Celle-ci peut s’interpréter comme un effet de la domination des États-Unis et désignerait alors une tentative des Américains d’imposer leur ingénierie électorale et leurs méthodes de communication. A contrario, on peut aussi penser que l’américanisation de la communication politique n’est qu’un effet d’optique. Les évolutions récentes des campagnes seraient ainsi inscrites dans la dynamique « naturelle » des systèmes politiques occidentaux et les États-Unis ne seraient qu’un révélateur ou un précurseur43 de tendances structurelles affectant inéluctablement tous les pays. Autrement dit, et un peu à la manière dont on a posé le débat sur le sous-développement économique, on peut avoir une lecture exogène ou endogène de l’américanisation des campagnes.

40Quelle que soit l’interprétation à laquelle on souscrit, il faut constater que l’américanisation des campagnes électorales européennes est encore partielle. De puissantes forces de convergence contribuent certes à rapprocher les campagnes électorales nationales, notamment de France et d’Allemagne, au premier rang desquelles l’évolution des technologies et l’universalisation des méthodes de connaissance et de gestion de l’opinion. Cependant, dans chaque pays, au moins trois facteurs singularisent la communication politique. Tout d’abord, les cadres institutionnels nationaux réglementant les élections définissent l’espace stratégique des candidats, notamment en fixant leurs ressources et leurs moyens – en Europe, la publicité politique à la télévision est généralement interdite et les budgets de campagne, plafonnés. Ensuite, les systèmes médiatiques offrent des modalités de communication avec les électeurs qui diffèrent d’un pays à l’autre – les secteurs audiovisuels publics sont soumis à des contraintes particulières lors des périodes électorales. Enfin, les normes sociales conditionnent les styles des campagnes nationales. Dans leur façon de se présenter au public, les candidats allemands et français utilisent des codes de communication différents et doivent tenir compte des schémas culturels implicites de leurs concitoyens. Contrairement à l’Amérique, le ciblage des électeurs à partir de leurs données personnelles n’est pas courant en Europe.

41Même si, dans les pays industrialisés, les campagnes tendent à se ressembler, voire à s’homogénéiser, elles portent toujours la marque spécifique du pays dans lequel elles se déroulent. Sorte de concentré ethnographique, elles peuvent nous renseigner sur une multitude de petites choses de la vie quotidienne constitutives de la singularité d’une nation. Leur analyse constitue donc un outil précieux pour comprendre ce qui fait que nous sommes allemands ou français avant d’être des Européens ou des citoyens d’un monde global.

  • 44 R. Schmitt-Beck, op. cit. [5].

42La deuxième question de fond que pose la modernisation des campagnes est celle du rôle de la communication en politique. L’analyse rétrospective des dernières campagnes allemandes et françaises montre que la modernisation et la professionnalisation ne suivent pas un développement linéaire et irrésistible, et, surtout, qu’elles ne sont pas toujours synonymes de succès. Les partis de masse qui se modernisent et se professionnalisent peuvent être comparés à un coureur sur un tapis roulant, « contraint de courir de plus en plus vite pour rester en position44 ». La modernisation de la communication est comme une fuite en avant qui donne l’impression d’être en phase avec son époque. Pourtant, même cet objectif peu ambitieux semble de plus en plus difficile à tenir. Les partis disposent de techniques avancées de connaissance des opinions des citoyens et de leurs comportements électoraux et ils peuvent mettre en œuvre des méthodes de communication très sophistiquées pour toucher telle ou telle cible électorale. Pourtant, cet outillage ne leur permet pas forcément d’obtenir l’adhésion de la population. Alors que les grands partis n’ont jamais été aussi bien équipés pour analyser les attentes des électeurs et communiquer avec eux, ils ont du mal à élaborer un message répondant aux aspirations fondamentales de la population. Au-delà des loyautés partisanes, une peur commune fondamentale, celle du déclassement social dans une société de plus en plus complexe et mondialisée, unit les classes moyennes. Face à ce phénomène, la modernisation et la professionnalisation de la communication politique ne sont pas des réponses suffisantes. Elles ne résolvent pas le difficile défi auquel font face les grands partis : élaborer des programmes d’action qui concilient la sécurité (dans tous les sens du terme) et la modernité économique.

Notes

1 D. M. Farrel, « Campaign Strategies and Tactics », in L. LeDuc, R. G. Niemi et P. Norris (dir.), Comparing Democracy, Thousand Oaks, Sage, p. 160-183; P. Norris, The Rise of Postmodern Political Communication, in P. Norris (dir.), Politics and the Press: The News Medias and their Influences, Boulder, Riener, 1997, p. 1-17.

2 P. E. Converse, « The Concept of a Normal Vote », in A. Campbell, P. E. Converse, W. E. Miller et D. E. Stokes (dir.), Elections and the Political Order, New York, John Wiley, 1966, p. 9-39.

3 P. Norris, op. cit. [1]; D. M. Farrel, op. cit. [1].

4 F. Brettschneider, Spitzenkandidaten und Wahlerfolg. Personalisierung, Kompetenz, Parteien. Ein internationaler Vergleich, Wiesbaden, Westdeutscher Verlag, 2002, p. 8-28.

5 R. Schmitt-Beck et D. M. Farrel, « Do Political Campaigns Matter ? Yes, but It Depends », in D. M. Farrel et R. Schmitt-Beck (dir.), Do Political Campaigns Matter, Londres/New York, Routledge, 2002, p. 183-193.

6 J. Raschke, Die Zukunft der Grünen, Francfort-sur-le-Main/New York, Campus, 2001, p. 112.

7 P. Norris, op. cit. [1], p. 3

8 T. Moorstedt, Jeffersons Erben. Wie die digitalen Medien die Politik verändern, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp Verlag, 2009.

9 V. Hetterich, Von Adenauer zu Schröder. Der Kampf um Stimmen. Eine Längsschnittanalyse der Wahlkampagnen von CDU und SPD bei den Bundestagswahlen 1949 bis 1998, Opladen, Leske und Budrich, 2000, p. 301.

10 F. Brettschneider, op. cit. [4], p. 14-20.

11 Notre analyse est centrée sur les élections au Bundestag, dans la mesure où les campagnes pour les élections aux Landtage suivent des dynamiques particulières.

12 P. Radunski, « Politisches Kommunikationsmanagement. Die Amerikanisierung der Wahlkämpfe », in Bertelsmann Stiftung (dir.), Politik überzeugend vermitteln. Wahlkampfstrategien in Deutschland und den USA, Gütersloh, Verlag Bertelsmann Stiftung, 1996, p. 33-52, ici p. 34.

13 F. Brettschneider, op. cit. [4], p. 181.

14 K. R. Korte, Wahlen in der Bundesrepublik Deutschland, Bonn, BpB, 2003, p. 127-131.

15 M. Spreng, « Wahlkampf als eiskalte Polarexpedition », Forschungsjournal Neue Soziale Bewegungen, vol. 19, n° 3, 2006, p. 7-13.

16 F. Brettschneider op. cit. [4], p. 207.

17 K. R. Korte, « Populismus als Regierungsstil », in N. Werz (dir.), Populismus, Opladen, Leske und Budrich, 2003, p. 209-222.

18 V. Hetterich, op. cit. [9], p. 87.

19 W. Gellner et G. Strohmeier, « Parteien in Internet-Wahlkämpfen », in U. Alemann et St. Marschall (dir.), Parteien in der Mediendemokratie, Wiesbaden, Westdeutscher Verlag, 2002, p. 86-108.

20 C. Bieber, « Der Online-Wahlkampf 2005. Supporter-Sites, Negative Campaigning, Weblogs », in Bundeszentrale für politische Bildung (dir.), Dossier Bundestagswahl, Bonn, BpB, p. 32-44.

21 D. Webel, « Der Wahlkampf der SPD », in E. Noelle-Neumann, H. M. Kepplinger et W. Donsbach (dir.), Kampa, Meinungsklima und Medienwirkung im Bundestagswahlkampf 1998, Munich, Alber, 1999, p. 13-39.

22 M. Klein, « Der professionalisierte Wahlkampf. Die strategische Positionierung der Parteien », in M. Güllner et al. (dir.), Die Bundestagswahl 2002. Eine Untersuchung im Zeichen hoher politischer Dynamik, Wiesbaden, VS-Verlag, 2005, p. 57-66.

23 J. Gerstlé, « Les campagnes présidentielles depuis 1965 », in P. Brechon (dir.) Les Élections présidentielles en France. Quarante ans d’histoire politique. Paris, La Documentation française, p. 73-107 ; Th. Vedel, Comment devient-on président(e) de la République ? Les stratégies des candidats, Paris, Robert Laffont, 2007.

24 Le congrès du Parti socialiste à Reims en novembre 2008 en est l’illustration la plus récente. Les militants se sont à cette occasion divisés non pas tant sur la base de clivages idéologiques qu’autour du choix de la personnalité la mieux à même de défendre les couleurs socialistes en 2012.

25 J. Charlot, La Politique en France, Paris, Le Livre de Poche, 1994.

26 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, Paris, Fayard, 1994-2000.

27 J. Dakhlia, « La représentation politique à l’épreuve du people : élus, médias et peopolisation en France dans les années 2000 », Le Temps des médias, n° 10, printemps 2008, p. 66-81.

28 Th. Vedel, « Les électeurs et les médias », in P. Perrineau (dir.) Atlas électoral. Qui vote quoi, où, comment ?, Paris, Presses de Sciences Po, 2007, p. 115-118.

29 Sur ce point, voir la contribution de Manuela Glaab et Arnaud Mercier dans cet ouvrage.

30 C. Artufel et M. Duroux, Nicolas Sarkozy et la communication. Paris, Éditions Pepper, 2006.

31 C. Salmon, Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte, 2007.

32 Th. Vedel et Y.-M. Cann, « Internet. Une communication électorale de rupture ? », in P. Perrineau (dir.), Le Vote de rupture. Les élections présidentielle et législatives d’avril-juin 2007. Paris, Presses de Sciences Po, 2008, p. 51-76.

33 S. E. Schier, « Aiming a Riffle and Missing Millions : Campaign Polling in Contemporary Politics », communication présentée à la Conference on Polling and Campaigns, Hubert Humphrey Institute, Université du Minnesota-Twin Cities, 27 février 2006.

34 Th. Vedel, op. cit. [23].

35 R. Cayrol, Médias et démocratie. La dérive. Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 45-48.

36 A. Chauveau, « L’homme politique et la politique : l’influence des conseillers en communication », Vingtième siècle, n° 80, 2003, p. 89-100.

37 Officiellement depuis 1989, mais il travaillait dans l’équipe de Jacques Séguéla en 1981. Jacques Pilhan avait joué un rôle important en conseillant François Mitterrand lors du difficile référendum sur le traité de Maastricht en 1992.

38 P. Bréchon, Les Partis politiques français, Paris, La Documentation française, 2005 (nouvelle édition).

39 A. Panebianco, Political Parties: Organization and Power, Cambridge, Cambridge University Press, 1988.

40 J. Ion, S. Franguiadakis et P. Viot, Militer aujourd’hui, Paris, Autrement, 2005.

41 Sur ce point, voir la contribution de Sophie Burkhardt et Florence Haegel dans cet ouvrage.

42 R. Negrine et S. Papathanassopoulos, « The ‘Americanization’ of Political Communication », Press/Politics. vol. 1, n° 2, 1996, p. 45-62; J. G. Blumler et M. Gurevitch, « ‘Americanization’ Reconsidered: U. K.-U. S. Campaign Communication Comparisons Across Time », in W. L. Bennett et R. M. Entman (dir.). Mediated Politics. Communication in the Future of Democracy, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, p. 380-406.

43 En raison de l’avancement du système médiatique et du cadre réglementaire plus souple et libéral de ce pays.

44 R. Schmitt-Beck, op. cit. [5].

Auteurs

Professeur de science politique à l’Université de Duisburg-Essen.

Chargé de recherche (Centre national de la recherche scientifique [CNRS]) au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF).

Stephanie Bauer (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540