Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'avenir des partis politiques en France et en Allemagne

 | 
Claire Demesmay
, 
Manuela Glaab

Les systèmes partisans en France et en Allemagne : une analyse comparative

France et Allemagne : des systèmes partisans en forte mutation

Eddy Fougier et Johanna Schmidt-Jevtic
Traduction de Nicolas Peretti

Texte intégral

1La France et l’Allemagne ne présentent pas seulement deux régimes politiques différents, mais divergent également du point de vue du mode de désignation des parlementaires par le peuple et de leurs structures partisanes. Si l’Allemagne est le pays par excellence de la social-démocratie, à gauche, la structure partisane française se caractérise plutôt d’un point de vue historique par l’importance des mouvements communistes (au sens large du terme) et l’absence notable de tradition social-démocrate, avec un Parti socialiste (PS) qui n’est pas lié de façon organique à un syndicat et n’a jamais vraiment eu d’assise électorale forte dans les catégories ouvrières. À droite, à la différence de l’Allemagne, les partis chrétiens-démocrates ou libéraux n’ont jamais été dominants. Les mouvements politiques y ont été plutôt construits depuis le début de la Ve République autour d’une personnalité charismatique (Charles de Gaulle, Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac, etc.) dans un objectif d’ordre électoral, et non sur la base d’une idéologie bien déterminée.

  • 1 Voir par exemple A. Cole, « Stress, Strain and Stability in the French Party System », in J. Evans (...)
  • 2 G. Grunberg et F. Haegel, La France vers le bipartisme ? La présidentialisation du PS et de l’UMP, (...)

2Il est néanmoins assez étonnant de voir à quel point les évolutions affectant les systèmes partisans allemand et français ont été au fond assez proches depuis les années 1980. Le système allemand, comme nous le verrons, est progressivement passé d’un bipartisme imparfait à « deux partis et demi » à un quasi-multipartisme à cinq partis. Quant au système français, il a lui aussi beaucoup évolué. Le « quadrille bipolaire » des années 1970 a laissé la place à un « multipartisme imparfait » ou « multipartisme bipolaire1 », même si certains auteurs, tels Gérard Grunberg et Florence Haegel, estiment que la France évolue vers le bipartisme2.

Des systèmes partisans différents en apparence

3Les deux systèmes partisans sont en apparence assez différents. Cela s’explique notamment par des raisons institutionnelles et de culture politique.

France : entre bipolarisation et multipartisme

  • 3 P. Perrineau et D. Reynié (dir.), Dictionnaire du vote, Paris, PUF, 2001, p. 106-108.
  • 4 Le fait majoritaire est la coïncidence entre majorités présidentielle, parlementaire et gouvernemen (...)

4La bipolarisation de la vie politique apparaît comme une tendance commune à la plupart des grandes démocraties occidentales, que l’on peut définir comme « le processus par lequel la compétition politique tend à s’organiser autour de deux pôles constitués par des alliances de partis qui occupent la totalité ou la quasi-totalité de l’espace politique, condamnant à la marginalisation, voire à la disparition les formations qui refusent de s’associer à l’une ou l’autre de ces coalitions3 ». Elle n’existait pas en tant que telle durant la IVe République (1946-1958). En revanche, les institutions de la Ve République (depuis 1958), la révision constitutionnelle de novembre 1962 instaurant l’élection du président de la République au suffrage universel direct, la pratique de ces institutions par les différents présidents dans le sens d’une présidentialisation du régime, le mode de scrutin (scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour les élections législatives se substituant à la représentation proportionnelle durant la IVe République) et l’apparition du fait majoritaire4 ont favorisé une bipolarisation de la vie politique.

  • 5 Cas de figure qui ne s’est pas produit lors des élections présidentielles de 1969 ni bien entendu d (...)
  • 6 L’UMP signifiait d’ailleurs Union pour la majorité présidentielle lors de sa création juste après l (...)
  • 7 Un président de la République dont le mandat n’est pas achevé est dans l’obligation de cohabiter av (...)

5Dans ce nouveau contexte, le second tour de l’élection présidentielle devient l’élection décisive. Ceci tend à provoquer une simplification du système politique et une bipolarisation à partir du moment où, dans la plupart des cas, le candidat de droite qui a recueilli le plus de suffrages au premier tour affronte le candidat de gauche le mieux placé5. Cette présidentialisation affecte notamment la fonction des partis politiques et du Parlement. Dès lors, les partis deviennent surtout des instruments de sélection des candidats à l’élection présidentielle – d’où l’expression d’« écuries présidentielles » que l’on retrouve souvent dans la presse. Un certain nombre de leaders ont ainsi décidé de créer des formations politiques (Jacques Chirac avec le Rassemblement pour la République [RPR], Valéry Giscard d’Estaing avec l’Union pour la démocratie française [UDF], François Bayrou avec le Mouvement démocrate [MoDem]) ; ou de prendre la tête de partis existants (François Mitterrand avec le PS, Nicolas Sarkozy avec l’Union pour un mouvement populaire [UMP]6, François Bayrou avec l’UDF avec pour objectif principal de se présenter à l’élection présidentielle avec l’appui de ces partis. De plus, dans le cadre de la Ve République, les législatives deviennent des élections qui n’ont pas pour objectif de désigner une majorité dont le leader deviendra le chef du gouvernement. Leur but est soit de fournir une majorité au président de la République qui vient d’être élu afin qu’il puisse mettre en œuvre la politique pour laquelle il a été choisi par le peuple, soit de lui renouveler sa confiance en reconduisant cette même majorité, soit d’exprimer une défiance vis-à-vis de la politique menée en envoyant à l’Assemblée nationale une majorité qui lui est hostile, conduisant à une « cohabitation7 ».

6La combinaison du fait majoritaire, du mode de scrutin et du multipartisme tend donc à favoriser à droite comme à gauche des alliances qui peuvent prendre la forme d’un programme commun de gouvernement (PS-Parti communiste français [PCF]-Parti radical de gauche [PRG] entre 1972-1977), d’une alliance électorale (RPR-UDF durant les années 1980 et 1990, « gauche plurielle » entre 1997 et 2002), voire de la formation d’un parti unique (UMP à droite à partir de 2002) en vue d’obtenir une majorité à l’Assemblée nationale. Ainsi, les formations politiques qui refusent toutes formes d’alliances sont de fait exclues du système politique. C’est le cas en particulier pour les partis extrémistes (de droite ou de gauche), mais aussi pour les partis centristes ou écologistes. Ces derniers sont amenés à s’allier à des formations de droite ou de gauche, sous peine de se marginaliser. Dans ce système bipolaire, un centre autonome, par exemple, n’apparaît guère viable. François Bayrou en a fait l’amère expérience en 2007. Alors qu’il a recueilli 18,6 % des suffrages exprimés lors du premier tour de l’élection présidentielle, son parti n’a obtenu que trois sièges de députés à l’Assemblée nationale. Ceci amène les partis à établir des stratégies de désistement mutuel pour le second tour au profit du partenaire avec lequel ils sont alliés, mais aussi à se trouver dans des situations de dépendance car le mode de scrutin tend à favoriser les grandes formations politiques.

7Cette tendance à la présidentialisation du régime a été encore renforcée par la réforme constitutionnelle de 2000 qui a ramené le mandat présidentiel à cinq ans, au lieu de sept auparavant, faisant ainsi coïncider le mandat du président de la République et celui des députés ; par l’inversion du calendrier électoral en 2001, l’élection présidentielle précédant les élections législatives, réformes qui ont toutes deux été appliquées à partir de 2002 ; et enfin par la façon très « présidentielle » dont Nicolas Sarkozy exerce son mandat, en s’appuyant par exemple sur un important cabinet dont les membres ont souvent plus de pouvoirs que les ministres. Dans ce contexte, les législatives deviennent une simple confirmation des résultats de la présidentielle. La bipolarisation, voire le bipartisme, selon Gérard Grunberg et Florence Haegel, seraient ainsi renforcés dans la mesure où seuls deux partis désormais, l’UMP et le PS, seraient en mesure de gagner cette « élection à quatre tours », à savoir l’élection présidentielle à deux tours rapidement suivie par les élections législatives à deux tours.

8En même temps, la France continue à se caractériser par un multipartisme lié à une fragmentation des courants politiques. Cette fragmentation est le résultat d’une histoire politique tourmentée au moins depuis la Révolution française, qui a conduit à la multiplication des courants : extrême gauche, notamment trotskiste, communiste, socialiste, radical de gauche, radical de droite, démocrate-chrétien, libéral, gaulliste, droite conservatrice, extrême droite, écologiste, etc. Symptôme de ce multipartisme, en 2002, sept candidats représentant autant de courants ont obtenu plus de 5 % des suffrages exprimés lors du premier tour de l’élection présidentielle.

Allemagne : un système « à deux partis et demi »

  • 8 Th. Poguntke, « Das Parteiensystem der Bundesrepublik : Von Krise zu Krise ? », in Th. Ellwein et E (...)

9Après la fondation de la République fédérale d’Allemagne (RFA) en 1949 et au cours de la première législature du Bundestag, le paysage politique allemand a fait l’objet d’un processus de concentration. En conséquence, seuls trois des « partis de Bonn » étaient représentés au sein de l’institution parlementaire en 1961, année d’élection fédérale : l’Union chrétienne-démocrate et l’Union chrétienne-sociale (CDU/CSU), le Parti social-démocrate (SPD) et le Parti libéral-démocrate (FDP). Ce « système à deux partis et demi » s’est maintenu sous cette forme et a perduré jusqu’en 1983, date de l’entrée des Verts (Die Grünen) au Bundestag. La phase initiale durant laquelle s’est formé le système partisan de l’Allemagne fédérale a certes connu une réorganisation totale des formations politiques, mais s’est aussi caractérisée par une certaine continuité. D’un côté, des partis se sont appuyés sur la tradition politique de la République de Weimar (comme les sociaux-démocrates et les communistes). De l’autre, les libéraux et les chrétiens-démocrates se sont volontairement opposés, dans leur majorité, à une simple refondation des partis politiques déjà présents à l’époque de Weimar8. Les courants qui composent le mouvement libéral, traditionnellement divisés (libéraux « de droite », ultralibéraux et libéraux « de gauche »), ont ainsi uni leurs forces au sein du FDP. La CDU et la CSU ont pris la forme de partis chrétiens interconfessionnels, regroupant des courants libéraux ainsi que des mouvements catholiques ou issus du protestantisme conservateur. Il existait aussi d’autres formations politiques de taille plus modeste. Lors de l’élection de 1949, 11 partis politiques sont entrés au Bundestag, formant la première assemblée parlementaire de la RFA.

  • 9 Le conflit constitutionnel démocratie/dictature expliquait l’existence du Parti communiste d’Allema (...)
  • 10 Th. Poguntke, op. cit. [7], p. 431.
  • 11 W. Rudzio, op. cit. [8], p. 120.

10Ce système multipartite, qui reposait sur quatre grands clivages de nature thématique9, était l’expression de préférences électorales déjà présentes sous Weimar et qui perduraient. À l’époque, les partis qui seraient plus tard à l’origine du « système à deux partis et demi » concentraient à eux trois 72,1 % des voix10. À la différence du régime de Weimar cependant, le paysage politique était fort polarisé : d’un côté, la majorité gouvernementale (CDU/CSU, FDP, Parti allemand [DP]) ; de l’autre, l’opposition démocrate (avec à sa tête le SPD). Entre 1949 et 1953, le paysage politique a connu un processus de concentration, porté pour l’essentiel par deux mécanismes : alors que le parti conservateur (CDU/CSU) a aspiré les plus petites formations, la social-démocratie n’a cessé de gagner en importance – et ce, jusqu’en 1972. Le pourcentage de voix en faveur de la CDU/CSU s’est accru à chaque scrutin : 31 % en 1949, 42,2 % en 1953 et 50,2 % en 1957 ; les scores électoraux de la CDU se sont ensuite stabilisés autour de 45 %. Le SPD a lui aussi connu une ascension continue, bien qu’à un rythme moins soutenu : 28,8 % en 1953, 42,7 % en 1969 puis 45,8 % en 1972. Par leur poids électoral, les sociaux-démocrates sont ainsi devenus progressivement une alternative crédible à la CDU/CSU11. Si le SPD a gagné en popularité, c’est non seulement parce qu’il a profité des changements inhérents à la société allemande, mais aussi et surtout grâce au tournant qu’il a opéré à la fin des années 1950 en termes de programme. En adoptant son programme de Bad Godesberg en 1959, il s’est en effet présenté comme un grand parti populaire, libéré de toute forme d’idéologie et s’adressant à l’ensemble des citoyens.

11Issue de la compétition électorale entre les diverses formations politiques, la disparition des petits partis au cours des 12 premières années de la RFA a entraîné une simplification de la structure des clivages politiques. Dès les années 1960, le système des partis se caractérise par deux principales oppositions : d’un côté un conflit (dominant) d’ordre socioéconomique (le SPD s’opposant à la CDU/CSU et au FDP) ; de l’autre, un affrontement entre des valeurs conservatrices, liées à la tradition et à la religion, et des orientations progressistes centrées sur l’individu et un ordre séculaire (sur ce plan, le SPD et le FDP étaient en désaccord avec la CDU/CSU).

  • 12 W. Rudzio, op. cit. [8], p. 122.

12Les deux grands partis populaires ont dominé le système partisan pendant plus de deux décennies, allant jusqu’à cumuler à eux deux environ 90 % des voix. À partir des années 1960, ils ont cessé de se concevoir comme les représentants de groupes de population spécifiques, mais ont cherché à toucher le plus grand nombre d’électeurs possible. En réalité, le SPD et la CDU disposent d’un électorat très hétérogène et doivent donc veiller à la cohésion de leur offre politique tout en s’efforçant de satisfaire ses diverses composantes. Leurs programmes se veulent donc plutôt pragmatiques. En même temps, depuis cette époque, on observe dans ces deux partis une « dérive vers le centre12 ». L’électorat allemand se reconnaît majoritairement dans les idées centristes : si l’on devait désigner le centre de gravité idéologique des grands partis politiques, il se trouverait quelque part au milieu d’un axe droite/gauche. Par conséquent, le système des partis de la République fédérale, tel qu’il a existé à partir des années 1960, renvoyait à un système relativement bipolarisé et soumis à une sorte de force centripète.

  • 13 Voir Th. Poguntke, op. cit. [7], p. 433.
  • 14 Voir Th. Poguntke, op. cit. [7], p. 433.

13Chaque parti était alors en mesure de former une coalition avec n’importe lequel de ses concurrents. Le FDP constituait le principal « faiseur de majorité », jouant ce rôle jusqu’en 1998 – sauf durant la parenthèse de la grande coalition entre 1966 et 1969. Dans les autres pays européens, il n’existe aucun phénomène similaire de concentration de l’offre politique. On a beaucoup discuté des raisons ayant contribué à un tel phénomène en Allemagne13. L’introduction du seuil électoral de 5 % (en dessous duquel une formation politique ne peut accéder à la répartition des sièges) à l’occasion de l’élection de 1953 y a certainement contribué, et le succès des partis « attrape-tout » que sont la CDU/CSU et le SPD, annoncé par Otto Kirchheimer, semblait ainsi s’être vérifié. Ceci étant, la thèse développée par Gordon Smith semble plus convaincante : selon lui, le succès des partis « attrape-tout » serait lié à la situation particulière de l’Allemagne après la Seconde Guerre mondiale. En raison du passé national-socialiste du pays et de la permanence du conflit systémique opposant les idéaux occidentaux et soviétiques, il était devenu inacceptable d’adopter une approche idéologique trop radicale – en quelque sorte, cela représentait même un tabou. Dans de telles circonstances, les partis politiques allemands, dans une logique de concurrence, n’ont eu d’autre solution que de se tourner vers le centre de l’échiquier politique14.

Des systèmes partisans faisant face aux mêmes défis

14Dès les années 1960-1970, le système partisan des deux pays a été progressivement mis en cause. Le phénomène s’est accentué à partir des années 1980 avec l’émergence ou la réémergence de partis politiques « périphériques » par rapport au « système politique ». Les membres des partis hégémoniques à la droite de l’échiquier politique (CDU et UMP) et à sa gauche (SPD et PS) tendent en effet à occuper les principales positions de pouvoir dans les deux pays : gouvernement, Parlement, länder, grandes villes en Allemagne ; présidence de la République, gouvernement, Parlement, régions, départements, grandes villes en France.

La fin du « quadrille bipolaire » en France

  • 15 M. Duverger, La République des citoyens, Paris, Ramsay, 1982.

15À partir des années 1980, la bipolarisation et tout particulièrement le « quadrille bipolaire15 » sont mis en cause en France. Ce quadrille, qui a atteint son apogée entre 1974 et 1981, était composé de quatre grands partis dominants de force à peu près équivalente : ils représentaient chacun environ 20 % de l’électorat, avec deux partis à gauche – PS et PCF, et deux partis à droite – le parti gaulliste, le RPR, et le parti du centre droit, l’UDF.

16Cette mise en cause s’explique tout d’abord par l’effondrement progressif de deux des acteurs de ce quadrille : le PCF et l’UDF. Le premier subit un déclin électoral continu depuis 1981. La seconde, qui était au départ une confédération de différents courants de centre droit – courant démocrate-chrétien, libéral, radical de droite, éléments plus conservateurs – se vide progressivement en se divisant sur les grands débats qui agitent la droite au cours des années 1990-2000 : l’Europe (1992), les candidatures d’Édouard Balladur et de Jacques Chirac à l’élection présidentielle (1995), les alliances de certains élus avec le Front national (FN) en vue de conserver leur poste à la suite des élections régionales (1998), puis la création de l’UMP (2002) et enfin l’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy (2007). Quittent ainsi l’UDF les souverainistes autour de Philippe de Villiers en 1994, les libéraux de Démocratie libérale (DL) en 1998, de très nombreux élus pour l’UMP en 2002 et enfin la plupart des élus de centre droit pour rejoindre la majorité soutenant Nicolas Sarkozy en 2007. Le Mouvement démocrate (MoDem) de François Bayrou, ce qui reste de l’UDF, en est donc réduit à la portion congrue et n’est plus un acteur central dans le système partisan.

17Le quadrille fait également l’objet de fortes pressions externes de la part d’acteurs qui souhaitent entrer dans le jeu politique en niant cette bipolarisation et la prédominance de ce que Jean-Marie Le Pen, le leader du Front national (FN), a appelé la « bande des quatre ». Ils peuvent en effet se définir comme « ni de droite, ni de gauche » (Front national, Verts jusqu’au milieu des années 1990), ou bien s’opposer aux partis dits de gouvernement incarnés par le quadrille bipolaire sur les enjeux économiques et sociaux (extrême gauche), l’immigration, la sécurité ou la corruption (extrême droite) ou encore l’Europe (extrême droite, extrême gauche, souverainistes eurosceptiques de droite et de gauche). Plusieurs tendances peuvent être identifiées de ce point de vue. La première est la résurgence de courants extrémistes, à droite comme à gauche. À partir de 1983-1984, un fort courant d’extrême droite réapparaît avec le Front national de Jean-Marie Le Pen. Celui-ci s’appuie dans un premier temps sur l’exaspération et la radicalisation d’une frange de l’opposition de droite face à la gauche au pouvoir, puis sur le désarroi d’une grande partie des catégories populaires face à la politique de « rigueur » menée par cette même gauche au pouvoir et la décrédibilisation de plus en plus nette du PCF en tant que parti protestataire.

  • 16 D. Reynié, « La gauche pure », in D. Reynié (dir.), L’Extrême Gauche, moribonde ou renaissante ?, P (...)

18La force électorale du Front national, notamment lors des premiers tours de l’élection présidentielle, contribue à largement rogner la prédominance des partis du quadrille. Néanmoins, en raison de la radicalité de ce parti et du refus global de la droite parlementaire de s’allier à l’extrême droite, le FN reste une force marginale dans le système politique, exclue ou absente des trois principaux lieux de pouvoir : la présidence de la République, le gouvernement et même le Parlement, où il n’a eu un nombre significatif de députés qu’entre 1986 et 1988, lorsque le mode de scrutin était la représentation proportionnelle. À partir des années 1990, on observe également la réémergence d’un autre courant protestataire, celui de l’extrême gauche, dans le sillage du renouveau des mouvements sociaux après la grande grève des services publics de 1995 ; l’émergence d’un important courant altermondialiste autour de l’Association pour la taxation des transactions financières pour l’aide aux citoyens (Attac), créée en 1998, et de la figure de José Bové ; des critiques de plus en plus vigoureuses exprimées par une partie de la gauche au sujet du « social-libéralisme » du PS et tout particulièrement de la politique menée par le gouvernement Jospin (1997-2002) ; et, plus récemment, de la popularité d’Olivier Besancenot, le porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste (NPA). Le poids électoral de ces courants, qui restent très divisés, est cependant marginal. Ils n’ont aucun parlementaire, très peu d’élus locaux et refusent toute forme de participation à un gouvernement avec le PS, tant que celui-ci reste « social-libéral ». Ils n’en jouent pas moins un rôle de « mauvaise conscience de la gauche16 » dans un pays où la protestation et la quête de « pureté idéologique » continuent à séduire une partie de l’électorat et des militants.

  • 17 Devenu depuis le Mouvement républicain et citoyen (MRC).

19La seconde tendance est l’émergence de nouveaux courants qui s’appuient sur des clivages inédits : matérialisme/post-matérialisme, ouverture/fermeture. Comme en Allemagne, un courant écologiste apparaît dans les années 1970. Il se structure sur le plan politique dans les années 1980, avec notamment la création des Verts en 1984. Même si les scores électoraux des mouvements écologistes restent assez modestes, ils pèsent sur le débat politique et ont une influence notable sur certains segments de l’électorat. Durant les années 1980, les écologistes en France souhaitent rester dans une logique de « ni droite, ni gauche ». Cette position évolue à compter des années 1990, les Verts se définissant comme une force politique de gauche et participant à la coalition de la « gauche plurielle » au pouvoir entre 1997 et 2002. De nouvelles formations politiques émergent également durant les années 1990, dans le sillage du débat sur l’Europe à l’occasion du référendum de 1992 sur le traité de Maastricht. Ce sont en fait des courants eurosceptiques et souverainistes qui ont décidé de quitter différents partis du quadrille : le Mouvement des citoyens (MDC) de l’ancien socialiste Jean-Pierre Chevènement17, qui quitte le PS en 1993, le Mouvement pour la France (MPF) créé par Philippe de Villiers en 1994 après son départ de l’UDF, et le Rassemblement pour la France (RPF) de Charles Pasqua fondé en 1999 après s’être séparé du RPR. Durant les années 2000, un autre clivage sur l’Europe divise également les partis du quadrille, tout particulièrement le PS : il s’agit d’un clivage entre libéraux et antilibéraux. Parmi les nouveaux courants, on peut citer enfin la montée en puissance des partis qui défendent un enjeu unique et, dans une moindre mesure, des forces dites « citoyennes » lors d’élections locales. L’exemple le plus emblématique est bien entendu le mouvement Chasse, pêche, nature et traditions (CPNT), qui a réalisé des scores importants lors d’élections européennes ou de l’élection présidentielle de 2002.

20La résurgence de formations politiques d’extrême droite et d’extrême gauche et l’apparition de nouveaux courants sont liées en premier lieu à la montée de nouvelles préoccupations, qui ne sont pas toujours prises en charge par les partis traditionnels du quadrille, comme la protection de l’environnement, l’immigration, la montée de la précarité ou la ruralité. La politique économique et sociale menée par la gauche au pouvoir à partir de 1983-1984 (politique du « franc fort » arrimé au mark allemand, de « désinflation compétitive », de libéralisation et de restructurations industrielles), et les périodes de cohabitation entre un président de la République et un Premier ministre appartenant à des camps opposés, ont également brouillé les repères de très nombreux électeurs. Ce n’est pas un hasard si les scores importants de Jean-Marie Le Pen au premier tour de l’élection présidentielle ont toujours été réalisés juste après des périodes de cohabitation : 1988, 1995, 2002. Enfin, on observe une désaffection vis-à-vis des principaux partis de gouvernement, ceux-ci apparaissant impuissants à résoudre la principale préoccupation de l’opinion publique depuis près de trois décennies : le chômage. Cette situation favorise le soutien électoral des formations politiques en dehors du quadrille bipolaire, mais se traduit par une montée régulière de l’abstention et une très forte volatilité électorale. Si la droite est toujours restée au pouvoir et la gauche dans l’opposition entre 1958 et 1981, aucune majorité parlementaire n’a pu être reconduite de 1978 à 2002, et tous les détenteurs effectifs du pouvoir n’ont pu obtenir la confiance d’une majorité d’électeurs lorsqu’ils ont dû remettre en jeu leur mandat.

La montée en puissance des « outsiders » en Allemagne

21La concentration du système partisan autour de quelques grandes formations principales, à laquelle s’ajoute une orientation résolument centriste des deux grands partis, influence le comportement de la base électorale de ces derniers. Au cours des années 1960, les militants et sympathisants de la CDU et du SPD se sont en effet tournés vers des positions plus marquées à gauche ou à droite. Certaines catégories d’électeurs ne se reconnaissaient plus dans une organisation politique qui n’avait pas vraiment réussi à intégrer leurs attentes, ce qui a eu pour conséquence d’accentuer les divergences parmi ceux qui soutenaient le parti. On a reproché aux deux grands partis populaires, non seulement de trop se ressembler, mais aussi de ne pas offrir de véritable alternative dans leurs programmes. Le mécontentement qui en a résulté a conduit d’une part à augmenter les taux d’abstention, d’autre part à renforcer des partis situés plus à la marge de l’échiquier politique, à droite comme à gauche. La stabilité d’un système « à deux partis et demi », qui était pourtant rôdée, a ainsi été mise à l’épreuve par des acteurs situés aux extrémités du spectre politique allemand.

  • 18 Fr. Decker, « Parteiendemokratie im Wandel », in Fr. Decker et V. Neu (dir.), Handbuch der deutsche (...)

22L’évolution de la droite allemande au niveau national montre que le processus de concentration des partis n’a été interrompu qu’une seule fois depuis les années 1980, durant le bref épisode de la « deuxième vague » de l’extrémisme de droite. À partir du milieu des années 1960, le Parti national-démocratique (NPD), fondé en 1964, a fait son entrée dans plusieurs parlements régionaux (Landtage)18. Lors des élections législatives de 1969, l’extrême droite a franchi de justesse le seuil électoral des 5 %. Par la suite, ses scores sont vite redevenus peu significatifs au niveau national.

23À gauche, l’évolution a été tout autre. Un courant écologiste est apparu au cours des années 1970 et a gagné peu à peu en importance, prenant la forme d’un vaste mouvement pacifiste et d’initiative citoyenne. Le parti des Verts qui en a découlé, marquant une institutionnalisation du mouvement, s’est appuyé sur le clivage entre matérialisme et postmatérialisme (ou économie et écologie) qui traversait alors la société. Son entrée au Parlement en 1983 marque le début de la pluralisation des partis formant l’échiquier politique allemand. Le manque de représentativité, conçu comme une faiblesse importante du système, a ainsi été surmonté et les électeurs écologistes ont pu prendre part au débat parlementaire à travers ce parti des Verts. De plus, le SPD a vu s’ouvrir un champ d’options de coalition gouvernementale bien plus large. En s’alliant aux sociaux-démocrates en 1998, les Verts ont chassé le FDP de la place qu’il avait jusqu’alors occupée en exclusivité, celle de troisième parti, le « faiseur de majorité ».

  • 19 Voir M. Glaab et A. Kießling, « Legitimation und Partizipation », in K.-R. Korte et W. Weidenfeld, (...)
  • 20 Fr. Decker, op. cit. [19], p. 22.

24Après l’entrée des Verts au Bundestag en 1983 a émergé de cette situation une structure inédite, renvoyant à un système à quatre partis, de nature bipolaire : d’un côté, la droite avec la CDU/CSU et le FDP ; de l’autre, la coalition rouge-verte. N’ayant pas la possibilité de se consolider, ce système a toutefois eu une durée de vie relativement limitée. L’enjeu principal était alors la baisse toujours plus importante de la participation électorale – à tous les niveaux –, qui traduisait la distanciation des électeurs vis-à-vis des partis politiques, mais aussi du système démocratique dans son ensemble19. La frustration et le mécontentement des citoyens expliquent non seulement le phénomène d’abstention, mais aussi la percée électorale d’autres partis, dont certains se reconnaissaient ouvertement protestataires. Les grands gagnants ont été les représentants de l’extrême droite, qui offraient d’eux-mêmes une image essentiellement populiste. Une troisième vague d’extrême droite est apparue à la fin des années 1980 et n’est toujours pas véritablement retombée20. Toutefois, les succès électoraux des partis d’extrême droite (comme les Républicains ou l’Union populaire allemande [DVU]) se sont pour le moment limités aux élections régionales (les premiers dans le Bade-Wurtemberg en 1992, la seconde en Saxe-Anhalt en 1998 ou dans le Brandebourg en 1999). Le NPD a fait son entrée au Landtag à deux reprises, en 2004 en Saxe et en 2006 en Mecklembourg-Poméranie occidentale.

  • 21 En 2002, le PDS n’a pas franchi la barre des 5 % lui permettant de former un groupe parlementaire, (...)
  • 22 Fr. Decker, op. cit. [19], p. 24.

25Le système des partis s’est sensiblement transformé avec l’unification de l’Allemagne en 1990. Au départ, le scénario le plus probable était celui d’une extension du système partisan ouest-allemand aux nouveaux länder. Presque tous les partis d’Allemagne de l’Est ont fusionné avec leurs homologues de l’Ouest. Seul le Parti du socialisme démocratique (PDS) – qui avait succédé au Parti socialiste unifié (SED) – s’est maintenu, formant ainsi le cinquième parti allemand. Grâce à sa forte implantation dans les nouveaux länder, il a pu entrer au Bundestag à trois reprises, en 1990, 1994 et 199821. Étendus à l’ensemble du territoire allemand, ses résultats restaient cependant trop faibles pour remettre en cause le schéma classique qui sous-tendait la formation des majorités gouvernementales. Cette situation a changé en 2005. En Allemagne de l’Ouest, la contestation des réformes sociales menées par le gouvernement Schröder a débouché sur la création d’une alternative politique à gauche : l’Alternative électorale pour le travail et la justice sociale (WASG). Une fois l’accord électoral conclu entre le Parti de gauche (Linkspartei) et le PDS, la nouvelle gauche radicale a pu élargir sa base électorale dans les länder de l’Ouest22. Lors des élections législatives anticipées de 2005, le Parti de gauche et le PDS ont remporté à eux deux 8,7 % des suffrages, empêchant un des deux grands camps politiques (SPD-Verts et CDU/CSU-Libéraux) d’obtenir la majorité.

La structure actuelle de la compétition partisane

26Les systèmes partisans français et allemand ont largement évolué au cours des années 2000. Une fois au pouvoir, les principaux partis de gouvernement ont eu tendance à développer des pratiques assez proches, dans une sorte de « lutte pour le centre », contribuant ainsi à réduire l’importance du clivage droite/gauche. Cette attitude est en grande partie liée au fait que, de part et d’autre du Rhin, la gauche au pouvoir a mis en œuvre une politique économique et sociale tenant compte des contraintes européennes, donc souvent proche de celle menée par les gouvernements de droite. Ce fut le cas en France à partir de 1983 et dans les deux pays au tournant des années 1990-2000 avec les gouvernements Jospin et Schröder. Un espace s’est ainsi dégagé pour les forces protestataires, qui ont cherché à exploiter un nouveau clivage : système/antisystème. Ce dernier oppose des forces politiques acceptant le consensus « centriste » des forces gouvernementales sur la politique économique et sociale ou encore sur l’Europe (qualifié de « pensée unique » en France) et celles qui le dénoncent. Ces tendances ont été renforcées par des événements spécifiques, comme les évolutions institutionnelles en France faisant suite aux différentes périodes de cohabitation et l’impact de l’unification allemande sur le système partisan.

Une « bipartisation » croissante du système partisan français

27Depuis le début des années 2000 en particulier, on observe en France une tendance assez nette à la « bipartisation » du système partisan autour de l’UMP et du PS, notamment lors des élections décisives. Cette bipartisation est liée bien entendu à l’effondrement progressif de deux des quatre partis du quadrille (PCF et UDF). De plus, si les résultats des différentes forces extérieures aux quatre « grands » ont été notables depuis les années 1980, en particulier ceux de l’extrême droite, ils ont surtout été enregistrés lors d’élections de « second ordre », à faibles enjeux et dont le mode de scrutin était la représentation proportionnelle. C’est tout particulièrement le cas des élections au Parlement européen et des élections régionales. Les élections européennes de 1994 et de 1999 ont ainsi vu des outsiders venir perturber les représentants des quatre principaux partis. Le premier tour de l’élection présidentielle tend également à constituer une sorte de défouloir collectif : les électeurs peuvent exprimer leur « humeur » électorale, notamment face au gouvernement sortant ou plus largement aux élites politiques, sans trop de conséquences puisqu’il ne s’agit pas du tour décisif. Ils sont d’autant plus tentés de le faire que beaucoup de candidats se présentent, chacun pouvant alors trouver une offre politique correspondant à ses attentes, et que la qualification pour le second tour semble quasiment acquise, comme ce fut le cas en 2002 avec 16 candidats et un second tour qui semblait acquis à Jacques Chirac et à Lionel Jospin.

28Néanmoins, lorsque l’on en vient à la désignation des pouvoirs présidentiel, gouvernemental et parlementaire en tant que tels, c’est-à-dire aux « choses sérieuses », on s’aperçoit que deux partis dominent outrageusement le système partisan français depuis 1981 et que cette tendance n’a fait que s’accentuer depuis 2002, même si cela est également favorisé par le mode de scrutin. Les présidents de la République et les Premiers ministres depuis 1981 ont appartenu soit au PS, soit au RPR, devenu UMP en 2002. En outre, le PS et le RPR/UMP ont également le plus grand nombre de députés à l’Assemblée nationale. Ces partis peuvent même détenir à eux seuls la majorité absolue, comme cela a été le cas pour le PS entre 1981 et 1986 ou comme c’est le cas pour l’UMP depuis 2002.

29Cette tendance au bipartisme semble s’être accélérée depuis 2002, notamment depuis le « choc » représenté par l’échec du candidat socialiste à se qualifier pour le second tour de l’élection présidentielle et, plus globalement, par le faible score des candidats représentant les partis « de gouvernement ». Ce phénomène s’est traduit par la concrétisation de l’idée de créer un parti unique à droite, idée qui datait au moins des années 1980. L’Union pour la majorité présidentielle a ainsi été fondée en 2002 dans le sillage de l’élection présidentielle, en réunissant l’ancien RPR, Démocratie libérale et de très nombreux élus de l’UDF. L’UMP rassemble ainsi désormais les principales familles politiques de droite et du centre droit. L’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République a encore accéléré cette tendance à l’unification des forces de droite en un seul parti ou du moins en un parti dominant avec des satellites ; ceux-ci sont représentés par les centristes de droite qui étaient restés avec François Bayrou en 2002, désormais réunis autour du Nouveau centre et d’autres formations politiques créées par des ministres ou secrétaires d’État « d’ouverture » du gouvernement Fillon, c’est-à-dire des hommes politiques venant de la gauche qui ont accepté de participer au gouvernement en 2007. À gauche, le traumatisme représenté par l’élimination de Lionel Jospin dès le premier tour de l’élection présidentielle de 2002, a incité le PS à se « présidentialiser ». Cette volonté s’est notamment traduite par l’organisation de primaires pour désigner le candidat socialiste en 2007, la négociation avec des partis « satellites », comme les radicaux de gauche ou les chevènementistes, afin qu’ils ne présentent pas de candidat à cette élection, ainsi que par une rhétorique, durant la campagne, du « vote utile » pour éviter toute dispersion des voix comme en 2002. Ceci a très bien fonctionné en 2007. Malgré la percée de François Bayrou au premier tour de l’élection présidentielle, qui contestait justement ce bipartisme UMP-PS, le second tour a opposé le candidat de l’UMP à la candidate du PS. Ceux-là ont obtenu 57 % des suffrages exprimés au premier tour, et les élections législatives ont permis à l’UMP et au PS d’obtenir respectivement 320 et 204 sièges, soit 92 % du total. Cela semble confirmer la thèse de Gérard Grunberg, selon laquelle seuls l’UMP et le PS sont en mesure de pouvoir gagner les quatre tours des scrutins décisifs (élection présidentielle suivie des élections législatives).

30En définitive, le système partisan français semble divisé en plusieurs cercles. Un premier cercle est composé des partis dominants (UMP, PS) qui ont seuls la capacité d’accéder aux trois pouvoirs importants (présidence de la République, gouvernement, Assemblée nationale) et sont largement hégémoniques en ce qui concerne les autres pouvoirs (régions, départements, grandes municipalités). Au sein de ce premier cercle, on tend du reste à voir une division des tâches entre l’UMP, qui monopolise depuis 2002 la présidence, le gouvernement et le Parlement, et le PS qui, lui, tend à dominer les régions, les départements et les grandes municipalités. Lorsqu’il s’agit de désigner un détenteur de ces pouvoirs, les électeurs choisissent le plus souvent entre un candidat du PS et de l’UMP sur la base d’un clivage droite/gauche. Celui-ci tend à dominer lorsque les élections sont décisives (second tour des élections présidentielle et législatives), lorsque les différents camps affirment clairement leur identité et qu’ils sont identifiés comme tels et bien différenciés par les électeurs, et lorsque les principaux enjeux de la campagne sont des lignes de fracture nette entre la droite et la gauche (immigration, école privée ou 35 heures). Le second tour de l’élection présidentielle en 1981 ou en 2007 en est l’exemple typique.

31Un deuxième cercle comprend les partis « satellites » des deux partis dominants : les radicaux de gauche, les chevènementistes et, dans une moindre mesure, le PCF et les Verts pour le PS ; le Nouveau centre et diverses petites formations de membres d’ouverture à gauche du gouvernement Fillon et, dans une moindre mesure, le MPF pour l’UMP. Ces petites formations ne survivent que parce que le parti dominant décide d’organiser un désistement mutuel lors d’élections au mode de scrutin majoritaire en retirant leur candidat dans certaines circonscriptions. Ces partis peuvent être tentés de réaliser des alliances avec des formations antisystème. C’est le cas notamment pour les Verts et le PCF, dont une partie des militants seraient tentés par une alliance avec l’extrême gauche par exemple. Cependant les contraintes électorales et financières ramènent vite ces partis à la « raison ».

32Un troisième cercle regroupe des partis qui refusent toute forme de satellisation. Ils se situent généralement aux extrêmes, à l’extrême droite comme à l’extrême gauche. Les campagnes électorales de 2007 ont montré que François Bayrou et le parti du centre, le MoDem, se situaient également dans cette logique de refus de toute tutelle de la part des deux grands partis en les renvoyant dos à dos. Cette posture de contestation hégémonique peut certes attirer un vote protestataire lors d’élections ou de tours non décisifs, mais cela se traduit en fin du compte par une marginalisation, en particulier en termes d’élus. Ces partis tentent d’exploiter le clivage système/antisystème qui domine les scrutins lorsqu’un certain nombre de conditions sont réunies : quand les élections ne sont pas décisives, que les différences entre droite et gauche ne sont pas clairement identifiées par les électeurs – notamment après une période de cohabitation durant laquelle la droite et la gauche partageaient le pouvoir – et que les enjeux de la campagne portent sur des thèmes qui divisent les partis et surtout pour lesquels la droite et la gauche de gouvernement sont globalement d’accord (comme l’Europe) – ce qui peut amener une partie de l’opinion à penser que le débat oppose le peuple aux élites politiques. Le premier tour de l’élection présidentielle en 2002 et le référendum de 2005 sur le Traité constitutionnel européen en ont été les exemples les plus emblématiques.

33Au total, on peut néanmoins remarquer que le clivage droite/gauche n’a pas disparu au profit des nouvelles césures au cours des années 1980-1990, qui ont permis l’émergence ou la résurgence de courants politiques : matérialisme/post-matérialisme (écologistes), immigration-insécurité (extrême droite), libéralisme économique/antilibéralisme-antimondialisation (extrême gauche), pro-Europe/souverainisme (eurosceptiques). Les principaux partis ont tout d’abord intégré peu à peu ces nouvelles demandes. La plupart ont repris à leur compte la volonté de préserver l’environnement. Les partis de droite ont également durci leur discours sur l’immigration et la sécurité et Nicolas Sarkozy a réussi, comme cela a souvent été écrit, à « siphonner » les voix du FN en 2007 grâce à un discours de fermeté sur l’identité nationale, la sécurité, l’immigration et à un éloge du travail. Le PS s’est également efforcé de répondre tant bien que mal aux inquiétudes relatives à la mondialisation et aux excès du libéralisme économique. Certaines consultations électorales ont favorisé une agglomération des voix antisystème, mais sans réelle cohérence (premier tour de la présidentielle de 2002, référendum de 2005), par exemple entre le « non de gauche » et le « non de droite » en 2005. Ainsi, l’espoir des partisans du « non de gauche » de surfer sur cette vague en présentant un candidat unique à la présidentielle de 2007 a été un échec retentissant.

Un système partisan à cinq partis depuis l’unification

  • 23 Voir M. G. Schmidt, Das politische System Deutschlands, Bonn, C. H. Beck, 2008, p. 102-103.

34L’unification allemande n’a pas eu pour seule conséquence une pluralisation du système partisan, mais plutôt une différenciation : dans l’Allemagne unifiée, deux systèmes coexistent, structurés différemment selon la région du pays concernée. Dans la partie orientale du pays, un système à cinq partis s’est d’abord développé à partir de 1990, avec trois partis plus ou moins importants (la CDU, le SPD et le PDS) et deux formations plus modestes (FDP et Alliance 90/Les Verts [Bündnis 90/Die Grünen]). Au milieu des années 1990, ce modèle a évolué pour finalement se structurer autour de trois partis, à savoir la CDU, le SPD et le PDS. Notons que ce dernier s’est peu à peu ouvert aux deux grands partis populaires. Si l’on tient compte des succès électoraux occasionnels des autres formations politiques de droite et de la popularité toujours aussi importante de l’alliance entre le Parti de gauche et le PDS, on constate que c’est un paysage politique très fragmenté qui se dessine à l’Est – cette tendance allant crescendo. À l’Ouest, le système des partis repose toujours sur cette structure à quatre qui s’est consolidée dans les années 1980, avec les deux « grands » – CDU et SPD – et deux partis plus petits – le FDP et les Verts –, cantonnés à leur rôle habituel du partenaire de coalition23. Toutefois, avec l’apparition de la WASG et les victoires électorales ponctuelles des mouvements populistes et issus de l’extrême droite, la fragmentation du paysage politique a connu le même essor qu’à l’Est de l’Allemagne. Si l’on suppose que le phénomène va aller en s’accélérant tant que la grande coalition sera au pouvoir, un retour à l’ancien système des « petites coalitions » (conduites par un des deux grands partis populaires avec un partenaire de coalition plus modeste) paraît difficilement concevable.

35Pour l’instant, l’Allemagne ne dispose donc que de deux partis dont l’influence s’étend vraiment à l’ensemble du territoire : le SPD et la CDU. Les autres partis politiques ont un rayonnement limité au niveau régional. On peut citer ici la CSU bavaroise, le Parti de gauche, ancré principalement en Allemagne de l’Est, alors que les Verts et le FDP sont implantés à l’Ouest. L’Allemagne réunifiée compte deux systèmes partisans, dont la coexistence reflète la bipartition de l’électorat et la division notable de la culture politique du pays.

  • 24 O. Niedermayer, « Die Entwicklung des bundesdeutschen Parteiensystems », in Fr. Decker et V. Neu (d (...)

36Cinq partis politiques sont représentés au Bundestag. Lors de l’élection législative de 2005, les deux grands partis ont réuni à eux deux 69 % des suffrages exprimés – un score en déclin. Avec les trois autres formations, plus modestes, ils forment un système à cinq partis nettement plus fragmenté qu’auparavant. La situation de concurrence est plus « fluide », dans la mesure où les anciennes structures de concurrence (asymétrie structurelle et existence d’une troisième ou quatrième force politique facilement identifiable) n’agissent plus. Le système des partis se caractérise aujourd’hui par sa polarisation bi-dimensionnelle. La concurrence politique repose sur un clivage d’ordre économique autour du thème de l’État social et sur un clivage culturel, qui voit s’opposer deux systèmes de valeurs, libertaire pour l’un et autoritaire pour l’autre24. Au niveau de l’économie, les deux pôles diamétralement opposés sont représentés par La Gauche et le FDP. Sur le plan des valeurs « culturelles », ce sont les représentants de l’extrême droite (NPD, DVU) d’un côté et les Verts de l’autre, avec une politique « multiculturelle » située à l’opposé du nationalisme, qui incarnent les positions les plus radicales. En outre, le système des partis se caractérise par une forme de segmentation : les options de coalitions sont nombreuses en théorie, mais ce potentiel n’est pas pleinement utilisé. Certaines coalitions, qui n’ont pu se former jusqu’à maintenant au niveau national, ont pourtant vu le jour au niveau régional, à l’échelle des länder. On peut citer les coalitions gouvernementales noire-verte (CDU-Verts) à Hambourg ou rouge-rouge (SPD-PDS) à Berlin. Il est donc possible d’envisager de nouvelles options de coalition à l’échelon du gouvernement fédéral.

Conclusion

  • 25 Commission européenne, « Eurobaromètre 66. L’opinion publique dans l’Union européenne », Eurobaromè (...)

37Par-delà les différences de culture politique et de configuration institutionnelle entre la France et l’Allemagne, le plus frappant dans l’analyse comparative des systèmes partisans est le fait que ceux-ci ont été soumis à des tendances similaires : bipolarisation croissante, « lutte pour le centre » entre les partis de gouvernement, montée des forces contestataires. On observe également une tendance similaire au rejet des partis politiques de la part d’une grande partie de l’opinion publique dans un contexte de défiance croissante vis-à-vis des élites politiques. Les enquêtes Eurobaromètre indiquent ainsi que la confiance dans les partis politiques est particulièrement faible dans les deux pays. En 200625, seules 12 % des personnes interrogées en France et 15 % en Allemagne faisaient confiance aux partis, contre respectivement 81 et 80 % qui ne leur faisaient pas confiance (17 et 76 % en moyenne dans l’Union européenne).

38De part et d’autre du Rhin, on semble observer une montée de la défiance vis-à-vis du système politique, qui contribue sans aucun doute aux difficultés rencontrées par les deux systèmes politiques, notamment à les rendre plus instables. En France, ce phénomène se traduit par une forte instabilité politique puisqu’aucun pouvoir « sortant » n’a pu obtenir la confiance d’une majorité d’électeurs depuis 1978. En 2007, Nicolas Sarkozy a certes été élu alors qu’il appartenait au gouvernement sortant. On doit tout de même noter qu’il s’est présenté à l’élection présidentielle sur la base d’un programme de rupture, tandis que le président et le Premier ministre sortants renonçaient à se présenter compte tenu des très faibles intentions de vote en leur faveur. En Allemagne, cette défiance croissante des électeurs vis-à-vis des élites politiques semble en revanche se traduire par la difficulté de plus en plus nette à former des gouvernements de coalition dans un système à cinq partis, comme l’ont notamment montré les résultats des élections générales de 2005.

Notes

1 Voir par exemple A. Cole, « Stress, Strain and Stability in the French Party System », in J. Evans (dir.), The French Party System, Manchester, Manchester University Press, 2003; ou A. Knapp, « France. Never a Golden Age », Political Parties in Advanced Industrial Democracies, Oxford, Oxford University Press, 2002, p. 107-151.

2 G. Grunberg et F. Haegel, La France vers le bipartisme ? La présidentialisation du PS et de l’UMP, Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

3 P. Perrineau et D. Reynié (dir.), Dictionnaire du vote, Paris, PUF, 2001, p. 106-108.

4 Le fait majoritaire est la coïncidence entre majorités présidentielle, parlementaire et gouvernementale. L’exécutif s’appuie alors sur une majorité stable au Parlement qui soutient la politique du gouvernement nommé par un chef de l’État élu au suffrage universel. En effet, à la différence des régimes précédents, les majorités parlementaires ont été stables depuis 1958. Dans ce contexte, ce n’est plus le Parlement qui renverse le gouvernement, mais bien le président de la République qui décide d’en changer.

5 Cas de figure qui ne s’est pas produit lors des élections présidentielles de 1969 ni bien entendu de 2002.

6 L’UMP signifiait d’ailleurs Union pour la majorité présidentielle lors de sa création juste après le premier tour de l’élection présidentielle de 2002 et n’est devenue l’Union pour un mouvement populaire qu’à partir de son congrès fondateur en novembre 2002.

7 Un président de la République dont le mandat n’est pas achevé est dans l’obligation de cohabiter avec un Premier ministre d’un autre camp en cas de victoire de l’opposition aux législatives. Même s’il continue à disposer d’importantes prérogatives, c’est le Premier ministre qui exerce véritablement le pouvoir en s’appuyant sur une majorité parlementaire. Cette situation s’est produite à plusieurs reprises : 1986-1988, 1993-1995, 1997-2002.

8 Th. Poguntke, « Das Parteiensystem der Bundesrepublik : Von Krise zu Krise ? », in Th. Ellwein et E. Holtmann (dir.), 50 Jahre Bundesrepublik Deutschland. Rahmenbedingungen, Entwicklungen, Perspektiven, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1999, pp. 429-439, ici p. 431.

9 Le conflit constitutionnel démocratie/dictature expliquait l’existence du Parti communiste d’Allemagne (KPD) et des partis d’extrême droite ; le clivage entre orientation centraliste et orientation fédéraliste-régionale sous-tendait l’existence de partis régionaux comme le Parti de la Bavière (BP) ; le conflit entre cléricalisme et laïcité opposait la CDU/CSU et le Parti du centre allemand, qui se voulaient les représentants des Églises et des valeurs chrétiennes, des autres partis ; enfin, le conflit des classes opposait le SPD et le KPD des autres partis bourgeois. Voir W. Rudzio, Das politische System der Bundesrepublik Deutschland, Wiesbaden, VS Verlag, 2006, p. 114 sq.

10 Th. Poguntke, op. cit. [7], p. 431.

11 W. Rudzio, op. cit. [8], p. 120.

12 W. Rudzio, op. cit. [8], p. 122.

13 Voir Th. Poguntke, op. cit. [7], p. 433.

14 Voir Th. Poguntke, op. cit. [7], p. 433.

15 M. Duverger, La République des citoyens, Paris, Ramsay, 1982.

16 D. Reynié, « La gauche pure », in D. Reynié (dir.), L’Extrême Gauche, moribonde ou renaissante ?, Paris, PUF, 2007.

17 Devenu depuis le Mouvement républicain et citoyen (MRC).

18 Fr. Decker, « Parteiendemokratie im Wandel », in Fr. Decker et V. Neu (dir.), Handbuch der deutschen Parteien, Bonn, VS Verlag, 2007, p. 19-61, ici p. 22.

19 Voir M. Glaab et A. Kießling, « Legitimation und Partizipation », in K.-R. Korte et W. Weidenfeld, Trendbuch. Fakten und Orientierungen, Opladen, 2001, p. 571-611, ici p. 575-576.

20 Fr. Decker, op. cit. [19], p. 22.

21 En 2002, le PDS n’a pas franchi la barre des 5 % lui permettant de former un groupe parlementaire, mais était représenté au Bundestag par deux députés.

22 Fr. Decker, op. cit. [19], p. 24.

23 Voir M. G. Schmidt, Das politische System Deutschlands, Bonn, C. H. Beck, 2008, p. 102-103.

24 O. Niedermayer, « Die Entwicklung des bundesdeutschen Parteiensystems », in Fr. Decker et V. Neu (dir.), Handbuch der deutschen Parteien, Bonn, VS Verlag, 2007, p. 114-135, ici p. 131.

25 Commission européenne, « Eurobaromètre 66. L’opinion publique dans l’Union européenne », Eurobaromètre Standard 66, enquête réalisée en septembre-octobre 2006.

Auteurs

Politologue. Il a été chercheur associé à l’Institut français des relations internationales (Ifri), Paris, de 2008 à 2009.

Chercheur au Centre de recherche politique appliquée (CAP) de l’Université de Munich.

Nicolas Peretti (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540