Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La désobéissance civile

 | 
David Hiez
, 
Bruno Villalba

Chapitre 10. A Tale of Two Movements

Manifestations anti-OGM en Grande-Bretagne et en France

Brian Doherty et Graeme Hayes

Texte intégral

1En France et au Royaume-Uni, des campagnes d’« action directe » ont détruit des champs d’organismes génétiquement modifiés (OGM), perturbé des essais menés par l’État pour évaluer leur sécurité, et provoqué un débat public. Ils ont gagné le soutien d’hommes politiques et d’une partie des médias, dont on attend d’ordinaire peu de sympathie à l’égard du sabotage. Bien qu’en augmentation, la pénétration commerciale des OGM demeure limitée en France et pratiquement inexistante en Grande-Bretagne. Dans aucun de ces deux pays, on n’observe une confiance ou un appétit des consommateurs vis-à-vis des produits alimentaires issus de la biotechnologie. La situation est radicalement différente aux États-Unis où les OGM n’ont pas rencontré d’opposition significative (les cultures d’OGM y sont bien implantées et leur présence dans l’alimentation demeure un enjeu peu controversé). S’agit-il alors d’un cas de protestation basée sur des réseaux européens et des traditions communes qui n’existent pas aux États-Unis ? Si cet argument est partiellement fondé eu égard à l’opinion publique et à l’attitude des consommateurs en Europe (Gaskell, et al., 1999), l’histoire de la contestation anti-OGM en France et au Royaume-Uni révèle des différences significatives entre ces deux pays.

2Ce chapitre décrit les modèles d’action protestataire contre les OGM dans les deux pays, en ajustant la focale sur la manière dont les registres justificatifs de l’action renvoient à des rapports spécifiques au contexte national. En France, les campagnes d’action directe contre les cultures d’OGM sont passées d’une série d’actions spectaculaires (et réussies) mais relativement sporadiques à une campagne de masse, systématique et collective, de désobéissance civile (ou « civique ») contre les essais d’OGM en champ ouvert, destinée à chasser hors du marché français les firmes transnationales agri-technologiques qui les financent. Dès la première destruction de récolte (croptrashing) en juin 1997, des actions ont été menées en plein jour, les militants acceptant la responsabilité de leur participation. Avec le lancement de la campagne des Faucheurs volontaires à la fin de l’été 2003, la destruction des champs a été menée en référence explicite aux récits et mythes (narratives) nationaux de la citoyenneté républicaine active. Au Royaume-Uni, les tentatives pour mettre en place des formes similaires de désobéissance civile au sein des réseaux contestataires ont systématiquement échoué : la plupart des fauchages ont été réalisés de nuit pour éviter les arrestations. Autre différence significative, le syndicat agricole de la Confédération paysanne (CP) a joué un rôle central en France dans la construction de l’opposition aux OGM comme une défense de l’autonomie des agriculteurs indépendants, et en utilisant l’État comme un rempart à la globalisation néo-libérale débridée. Ne disposant pas de liens similaires avec les agriculteurs, les réseaux anti-OGM britanniques ont développé un discours plus abstrait ayant pour cible le pouvoir des multinationales (corporate power) sans référence spécifique au territoire. Bien sûr, de nombreux arguments se recoupent chez les contestataires des deux pays, mais les différences dans le choix des formes d’action et l’articulation des thèmes publicisés soulignent à quel point la contestation s’enracine dans des traditions nationales distinctes, et se développe en réponse aux pratiques et stratégies adoptées par les adversaires et le gouvernement de chaque pays.

3Dans les deux cas, l’action directe contre les cultures d’OGM a débuté en 1997. En France, une première action en juin 1997 à Saint-Georges-d’Espéranche – où 300 militants de la Confédération paysanne, des Verts et de la FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature) ont détruit un champ de colza génétiquement modifié de la société Monsanto – a été suivie par une série d’actes de sabotage fortement médiatisés et principalement organisés par les militants de la CP, José Bové et René Riesel, dans des sites variés du sud du pays en 1998 et 1999. Devant l’opposition croissante de l’opinion publique aux OGM, Novartis n’est seulement parvenu à obtenir des agriculteurs français qu’ils cultivent près de 1 500 ha de maïs génétiquement modifié, bien loin des 30 000 ha ciblés initialement. De leur côté, les gouvernement successifs de droite et de gauche plurielle se sont efforcés de définir un certain nombre de solutions de compromis vis-à-vis des cultures commerciales, jusqu’à ce que le gouvernement Jospin accepte de soutenir, en juin 1999, le moratoire européen quinquennal sur l’autorisation de mise sur le marché de nouvelles variétés d’OGM. Les attaques sur les essais en champ ouvert d’OGM – autorisés par le gouvernement et réalisés par les firmes multinationales de biotechnologie à des fins de recherche et développement – n’ont toutefois pas cessé. Et en dépit du désaccord virulent entre R. Riesel et J. Bové sur les choix tactiques et idéologiques de la campagne anti-OGM, notamment survenu suite au célèbre démontage d’un restaurant McDonald’s à Millau en août 1999, cette action – et les sanctions judiciaires imposées en retour à une poignée de militants, dont Bové – a réussi à populariser et revigorer un certain nombre de thématiques liées à la production et à la souveraineté alimentaires (« la malbouffe ») et à l’emprise croissante des sociétés multinationales sur celles-ci.

4En septembre 2003, une pétition signée par 1 400 scientifiques et chercheurs, estimant que la moitié des champs d’essai avaient été détruits pendant l’été, exprimait une certaine frustration vis-à-vis des destructions de récoltes. Cette période correspond d’ailleurs au début d’une nouvelle phase d’action avec le lancement, à l’occasion du rassemblement altermondialiste du Larzac, d’une campagne de masse de désobéissance civile contre les cultures d’OGM. Environ 7 000 militants se sont jusqu’à aujourd’hui inscrits formellement comme Faucheurs volontaires, une organisation réticulaire (umbrella organization) coordonnée par la CP et J. Bové. Ceux-ci participent à une campagne systématique d’actions collectives, ouvertes, responsables (accountable), non violentes et menées en plein jour, qui ont progressivement réduit une partie des campagnes françaises à l’état de siège apparent. En particulier, la France rurale a été le théâtre, à la fin de l’été 2005, d’une série de confrontations tendues entre militants déterminés à détruire les expérimentations d’OGM et policiers venus pour les protéger. Cette période s’est aussi caractérisée par le déploiement croissant d’une stratégie de répression policière qui a débouché sur la tenue de sept procès fort médiatisés de militants tout au long de l’automne et de l’hiver 2005.

5En Grande-Bretagne, le sabotage de cultures OGM a débuté en 1997 par des actions discrètes contre des essais de taille réduite menés par divers instituts agricoles. Celles-ci ont commencé à attirer l’attention des médias au printemps 1998 quand la destruction nocturne d’un champ de betteraves sucrières génétiquement modifiées à Norfolk s’est prolongée, in situ, par l’établissement, pendant deux semaines, d’un camp de contestation (‘crop-squat’). Dès la mi-juin, la presse rapportait que 21 lieux d’expérimentation avaient été endommagés (Independent 18/6/1998). D’autres destructions de culture ont été réalisées en 1998 et 1999 à mesure que le programme gouvernemental élargissait le champ d’expérimentation à l’échelle de la superficie moyenne des exploitations agricoles (farm-scale trial programme). A l’automne 1999, sur les sept essais en champ ouvert répertoriés d’une telle envergure, trois avaient été endommagés ou détruits.

6La plupart des actions au Royaume-Uni contre les cultures d’OGM ont été orchestrées par des petits groupes de militants environnementalistes radicaux qui avaient déjà été impliqués, au début des années 1990, dans des campagnes d’action directe environnementale contre le programme routier du gouvernement conservateur. Cette campagne avait été relativement réussie en ce qu’elle était parvenue à obtenir des coupes importantes dans le programme de construction de routes. Elle avait également contribué à populariser une nouvelle approche de la politique routière qui ne considérait plus, par principe, la construction continue de voies de circulation comme la réponse la plus adaptée au problème de la congestion (Richardson, 2000). Bien entendu, ce changement de paradigme n’était pas uniquement le résultat de ces campagnes d’action directe puisqu’il participait aussi des nouvelles conceptions en cours parmi les experts gouvernementaux de la politique de transport. En outre, un réseau substantiel d’environ 300 groupes plus « conventionnels » mobilisés contre la politique routière avait, également, joué un rôle significatif. Ces groupes, issus de « communautés locales » opposées à des programmes spécifiques de construction de routes, avaient plus ou moins collaboré avec les jeunes radicaux environnementalistes adeptes de l’action directe. Néanmoins, la principale conséquence de cette campagne routière a été de conforter davantage la croyance des activistes radicaux que les actions illégales et perturbatrices de contestation pouvaient être efficaces, tout en s’assurant un soutien notable de l’opinion publique.

7Ces groupes étaient composés majoritairement de jeunes militants diplômés et issus des classes moyennes. Ils étaient essentiellement implantés dans les villes universitaires et organisés en groupes locaux informels. Ils communiquaient entre eux à travers le réseau « Earth First ! » qui diffusait des newsletters nationales et organisait des rassemblements annuels pour élaborer les stratégies d’action. On aurait tort, cependant, de décrire ces militants anti-OGM comme des membres de Earth First ! dans la mesure où ce réseau ne proposait pas d’adhésion formelle. Comme une grande partie du mouvement altermondialiste, Earth First ! était plutôt une entité libertaire informelle autour de laquelle la plupart des activistes se regroupaient. Ce réseau d’action directe environnementale était ainsi composé d’une pléthore de groupes dont le nom était parfois créé pour l’occasion comme, par exemple, les « faucheurs du Lincolnshire » (‘Lincolnshire Loppers’) qui ont revendiqué la perturbation d’une foire commerciale céréalière en juin 1998 (Earth First Action Update, n° 49, 1998).

8Les groupes d’action directe environnementale, en établissant des camps de contestation où ils s’attachaient à des arbres et à des maisons, s’enterraient dans des tunnels ou encore s’enchaînaient aux équipements pour maximiser leur vulnérabilité physique et marquer leur détermination face à la puissance de la « machine » utilisée contre eux, ont été capables de retarder la construction de nouvelles routes et l’extension d’aéroports. Par ailleurs, parallèlement à ces mises en scène d’éviction fortement publicisées, ces groupes ont également développé des actions plus offensives dans les zones urbaines où ils sont majoritairement implantés. Parmi celles-ci, on peut citer le blocus de voies de circulation majeures pour reprendre les rues (‘Reclaim the Streets’) aux véhicules motorisés en organisant une street party (une forme d’action reprise dans d’autres pays) ; l’occupation de bureaux et la perturbation de réunions d’actionnaires de certains de leurs adversaires ; l’organisation d’actions secrètes de sabotage des engins de construction. Aussi, quand les OGM sont devenus un enjeu important, ces groupes disposaient déjà d’une expérience substantielle en matière d’occupation de sites, de dégradation de biens et d’action illégale. Cette expérience et la confiance acquise à travers leur relatif succès dans les contestations anti-route expliquent qu’ils ont été les seuls groupes disposés à pratiquer des actions illégales à l’encontre des OGM au Royaume-Uni.

1. L’importance d’être responsable (accountable)

9Comme en France, les campagnes environnementalistes britanniques menées contre les OGM n’ont pas débuté par l’action directe. Au début des années 1990, Greenpeace avait collaboré avec d’autres groupes environnementaux pour organiser une coalition de lobbying contre les OGM (Purdue, 2000) ; et avait soutenu la formation, en 1997, d’une coalition plus lâche, le Genetic Engineering Network (GEN). Participaient à cette coalition : Corporate Watch, Earth First!, GenetiX snowball (GS), Genetix Food Alert, Five Year Freeze, le Green Party, Greenpeace (GP), le Women’s Environmental Network et la Fondation Gaia. Bien que le financement de Greenpeace fût crucial pour cette coalition, Greenpeace ne contrôlait pas ce réseau et comptait sur des groupes indépendants pour la coordination et, à l’origine, l’engagement dans l’action directe. En 1996, un certain nombre d’activistes radicaux, auparavant investis dans la protestation contre l’extension des routes, ont assisté au World Food Summit à Rome (une alternative au sommet de la Food and Agriculture Organization des Nations unies) qui réunissait des campaigners radicaux venus du monde entier et mobilisés sur les enjeux du développement et de la lutte contre la faim.

10Cette expérience a été extrêmement déterminante dans la décision des protestataires de faire campagne contre les OGM. Les environnementalistes radicaux britanniques y ont appris beaucoup sur l’économie politique de la production agroalimentaire, notamment au sujet des menaces sur la souveraineté alimentaire que pourrait constituer, à terme, le contrôle des semences par les firmes biotechnologiques. Toutefois, comme ces groupes disposaient de connexions très faibles avec les réseaux britanniques d’agriculteurs, ils ont principalement construit un cadrage de l’injustice qui mettait l’accent sur la menace pesant sur les paysans des pays du Sud. En effet, au Royaume-Uni – où l’agribusiness jouit d’une position hégémonique dans le monde agricole – les activistes environnementaux considéraient plutôt que les agriculteurs, animés par la quête de rendements et de profits toujours plus grands, étaient nuisibles à l’environnement. Par conséquent, ils ont essentiellement présenté les OGM comme une menace pour la biodiversité. Pour les radicaux anarchistes comme pour les organisations environnementalistes les plus institutionnalisées, les essais d’OGM étaient jugés dangereux en raison des effets potentiels sur la biodiversité, par la pollinisation croisée entre les espèces génétiquement modifiées et les autres. Les actions de sabotage avaient alors pour objectif de prévenir la « pollution génétique » en détruisant les cultures avant leur floraison.

11La nature des stratégies à adopter ne faisait toutefois pas consensus au sein des réseaux d’action directe environnementale. Le débat opposait ceux qui étaient en faveur d’une action de sabotage nocturne et secrète des cultures, afin d’en détruire le plus possible, et ceux qui préféraient une action « ouverte et responsable » (« open and accountable »), pour reprendre leurs termes, ayant pour cible la destruction d’une quantité symbolique de la récolte. Cette stratégie était promue par le groupe GenetiX snowball créé en 1998. Ses fondateurs comptaient des militants activement investis, depuis les années 1980, dans les campagnes contre l’armement atomique et le commerce des armes, ainsi que dans les mobilisations anti-route des années 1990. Parmi ceux-ci, Angie Zelter, impliquée dans l’action directe environnementale, est également connue pour avoir fait partie du groupe de femmes qui avaient « désarmé », à coups de marteaux, un avion de type Hawk dans l’usine de British Aerospace de Warton en janvier 1996. Lors de leur audition devant la Liverpool Crown Court, ces quatre femmes avaient plaidé que leur action était rendue nécessaire dans la mesure où cet avion de chasse, vendu à l’armée de l’air indonésienne, était utilisé pour tuer des civils au Timor Oriental. Le jury, reconnaissant qu’elles avaient agi en fonction de motifs raisonnables, les avait acquittées. En l’espèce, il y avait d’importantes connexions entre les réseaux d’action directe environnementale et les militants anti-guerre pour lesquels le point culminant de « l’action directe non violente » demeure les camps et les manifestations de 1983 contre le déploiement des missiles Cruise américains en Europe occidentale. Comme dans la plupart des pays européens (excepté la France), il existait un mouvement de masse pour la paix en Grande-Bretagne qui mobilisait régulièrement des centaines de milliers de militants entre 1980 et 1987. GenetiX snowball s’est constitué à partir de ce mouvement pour la paix du milieu des années 1980 dont des centaines de militants s’étaient fait arrêter dans les manifestations qui s’étaient amplifiées progressivement par effet boule de neige (« snowball »). Vis-à-vis des OGM, l’objectif visait à encourager un nombre suffisant de personnes à s’engager dans des actions contre les cultures d’essai afin que le gouvernement institue un moratoire de cinq ans sur toutes les cultures et essais d’OGM. La méthode choisie conjuguait publicité et absence de provocation : la police et les agriculteurs étaient informés de l’action à l’avance, les manifestants étaient limités à 100 plants chacun et étaient préparés à leur arrestation.

12Rowan Tilly décrit cette forme d’action comme responsable (« accountable ») : « l’accountability consiste à présenter de manière délibérée et proactive son identité, le sens et les raisons de son action. Etre responsable signifie entreprendre une action et expliquer ensuite ce qui a été réalisé ainsi que son rôle dans le processus » (Tilly 1998). Elle opère toutefois une distinction vis-à-vis des formes libérales de la désobéissance civile : « La cour, et plus particulièrement le jury, peuvent être invités à examiner ce qui s’est passé et à s’en emparer pour rendre justice. Si nous sommes en désaccord avec le système légal, nous pouvons l’ignorer mais il ne nous ignorera pas ! Ainsi nous pouvons, en allant directement dans la gueule du loup, faire face à des lois injustes et les contester – en s’adressant au pouvoir avec le langage de la vérité (« speaking truth to power »). Les médias et l’opinion publique peuvent également évaluer notre action et celle de la justice. Certains militants responsables refusent de reconnaître le système légal en allant au tribunal ; ils récoltent des peines de prison » (Tilly 1998).

13GS était donc composé de militants qui, tout en ne reconnaissant pas la légitimité des arrestations policières ni des sanctions judiciaires, ne refusaient pas de se soustraire aux arrestations ni aux procès. Dans le mouvement français des Faucheurs volontaires, la soumission à l’arrestation (et l’auto-dénonciation par des militants non arrêtés) revêt clairement une dimension tactique, comme l’a démontré l’efficacité du « Tour de France » des procès des militants en automne et hiver 2005-2006, qui a permis à la campagne de faire l’objet d’une attention soutenue des médias et d’exploiter ces tribunes publiques pour marquer une série de points politiques majeurs contre les OGM. Pour autant, la responsabilité devant la loi comporte également une dimension éthique : la soumission à l’arrestation démontre l’engagement de la campagne vis-à-vis de l’état de droit et la primauté de l’ordre public. L’illégalité de la destruction des récoltes – bien que Bové considère ces actions comme « extra-légales » (Bové, Luneau, 2004, pp. 61-64) – doit être mise en relation avec l’apparent dédain du gouvernement à l’égard de toute consultation démocratique sur cet enjeu et, en particulier, son extrême lenteur à transposer en droit français la directive européenne de 2001 sur la culture d’OGM. Accepter la responsabilité (accountability) formelle pour des actions légales, c’est créer un espace public pour la proclamation d’un droit démocratique et démontrer la dimension républicaine de cet engagement citoyen. L’acceptation préalable de la responsabilité légale prend ici la forme d’une déclaration écrite formellement requise pour participer à la campagne des Faucheurs volontaires. Pour J. Bové, « même si nous ne connaissons pas un par un tous les participants à nos actions de désobéissance civile, ceux qui sont là se sont engagés par écrit pour assumer pleinement leur geste. Je crois beaucoup à cet engagement écrit que nous demandons avant tout à chacun. C’est une sorte de serment citoyen, de charte amenant au respect de ce fameux collectif. Il induit une très grande responsabilisation » (cité dans Libération 8 novembre 2004).

14À l’inverse, pour GS, les sanctions avaient une valeur purement tactique : les tribunaux pouvaient être exploités comme une arène publique pour contester l’injustice. S’il existe, dans cet usage particulier des tribunaux, une ambiguïté par rapport à ce qui est contesté (est-ce la loi, des injustices spécifiques, ou plus généralement le système ?), Tilly affirmait clairement qu’elle ne considérait pas sa position comme réformiste ou libérale : « L’accountability est en cohérence avec […] une idéologie de la démocratie participative, ou de l’anarchie, ou, en termes plus généraux, avec l’idée de créer un changement social radical pour le bien commun. Cela incarne une (part de) vision. » (Tilly, 1998).

15Néanmoins, les actions « responsables » de GS ont rencontré l’assentiment de peu de militants actifs dans l’action directe environnementale contre le programme routier. Ces derniers étaient plutôt en faveur de méthodes secrètes parce qu’elles permettaient à ceux qui ne voulaient pas risquer de se faire arrêter de participer plus facilement, mais aussi parce que ce type d’action « ne requiert pas de faire confiance à des institutions qui occupent une place centrale pour les intérêts auxquels sont opposés les militants. L’action secrète questionne la légitimité du système légal qui délivre les sanctions – assurément une question cruciale à poser à l’égard d’une institution qui a prouvé à plusieurs reprises que ses priorités n’étaient ni de faire cesser l’injustice ni d’arrêter la dégradation écologique. Quand tout est contre nous et que le système ne partage pas nos intérêts, l’action secrète a un rôle à jouer dans une stratégie qui se veut efficace. »

  • 1 http://www.insurgentdesire.org.uk/critique.htm, consulté le 27/05/06.

16Les critiques émanant des réseaux d’action directe arguaient que, en demandant un moratoire de cinq ans sur les cultures d’OGM et une réévaluation financée par le gouvernement, GS avalisait le pouvoir de l’État sur la société. « Nous estimons que la résistance ne doit pas être légitimée en fonction des termes du système et de son idéologie. Elle est justement légitime parce qu’elle résiste à ces choses. GenetiX snowball, en revanche, ne se positionne pas vis-à-vis du capitalisme ou de la résistance à ce dernier. [GS] est ainsi forcé de se justifier en mettant l’emphase sur son ultra non-violence, son accountability et le caractère modéré et raisonnable de ses demandes. Dans ce cas, nique les désobéissants, devenons civils ! (fuck the disobedient, let’s get civil !) ! GenetiX snowball n’est pas une résistance mais une désobéissance civile accentuée (souped up), un lobbying spectaculaire qui, par conséquent, se tire une balle dans le pied ». (Activists from Leeds1).

17Il s’agissait essentiellement ici d’un argument interne au réseau anarchiste à propos des formes de protestation et de leur cohérence avec la critique de l’État. Cela renvoie, d’une certaine manière, au type d’arguments échangés entre Bové et Riesel, au moment de la rupture amère de 1999, à propos de la légitimité de l’État dans la prise de décision sur les biotechnologies. Riesel demeure fortement critique à l’égard de la politique citoyenne et de toute stratégie qui considère l’État comme un allié potentiel pour ralentir la dissémination des nouvelles technologies. La Grande-Bretagne n’a cependant pas connu de stratégie équivalente à celle suivie par Bové ni de débats publics à propos de la signification de la désobéissance civile, et certainement pas ce type de mouvement de masse incarné par les Faucheurs volontaires.

18Au moins sur un point, GS a été capable de répondre à ces critiques : l’argument selon lequel un grand nombre de militants auraient été arrêtés et emprisonnés, empêchant de fait les protestataires de saboter les essais en champ ouvert, a été mis à mal par la manière dont les procès se sont déroulés. En Grande-Bretagne, la plupart des actions de destruction de récolte étaient considérées comme des délits suffisamment importants pour justifier un procès avec jury (le verdict est entre les mains de membres du public sélectionnés au hasard, plutôt que – comme c’est le cas en France pour les procès de militants – d’un panel de trois magistrats). Même quand la preuve d’un délit criminel était évidente, les jurys populaires acquittaient régulièrement les militants impliqués dans des actions directes contre les cultures OGM. Cela participait d’un modèle plus général où, tout au long de ces dix dernières années, « les poursuites judiciaires à l’encontre de militants opposés à la construction de nouvelles routes ou aux firmes qui font du commerce d’armes nucléaires et chimiques, s’effondraient après que la défense avait fait valoir que ceux-ci avaient agi selon leur conscience et qu’ils essayaient de prévenir un crime plus important » (The Guardian 28 Juin 2001).

19C’est le succès de GS qui a encouragé Greenpeace UK à faire de même avec sa propre destruction de culture à Norfolk, en juin 1999, après que 28 militants de Greenpeace, dont Lord Peter Melchett, un ancien ministre et directeur exécutif de GP, ont été acquittés par la Norwich Crown Court en septembre 2000. Cette affaire a provoqué un débat et une couverture médiatique de la désobéissance civile plus importants que les actions anti-OGM antérieures. Cela s’explique par la réputation de GP dans les médias nationaux, mais aussi par la volonté de ses leaders de débattre de leurs actions en public, une posture qui n’est généralement pas partagée par les réseaux d’action directe.

20Les acquittements ont toutefois continué à être prononcés. En juin 2001, deux jurys ont déclaré non coupables sept militants du Dorset et onze autres de Colchester arrêtés dans des manifestations distinctes où ils avaient arraché des pieds de maïs OGM. Même quand il avait été démontré que les militants, comme cinq d’entre eux dans le Compté de Durham, avaient causé pour plus de 2 000 £ de dégâts dans un champ de colza, les juges se sont montrés compatissants. Dans ce cas précis, le juge précisa qu’« il acceptait le fait qu’ils croyaient honnêtement servir un objectif noble (« positive purpose »). Ils ont été libérés en conditionnelle sans être astreints à payer une compensation ni à Aventis, qui réalisait l’essai, ni aux agriculteurs » (The Guardian, ibid.). Le rôle des jurés dans la prise de décisions aussi ouvertement politiques est significatif parce qu’il traduit un relatif respect à l’égard de ceux qui pratiquent l’action directe, comme tendent à le confirmer certains sondages.

21En dépit de demandes pour une protection plus importante des sites d’expérimentations, le gouvernement travailliste était réticent à l’idée de créer des situations de siège alors que les données sur l’opinion publique démontraient une opposition résolue de celle-ci aux cultures OGM. En France, des magistrats, à Orléans en décembre 2005 et à Versailles en janvier 2006, ont relâché des militants, à partir de motifs similaires aux verdicts rendus par les jurys britanniques, estimant que leurs actions, bien qu’illégales, étaient justifiées par leur caractère « urgent et nécessaire ». Néanmoins, d’une manière générale, les juges français ont eu tendance à distribuer des peines de prison combinées avec des amendes importantes, même si leurs verdicts étaient fréquemment plus indulgents que ceux exigés par les procureurs de la République.

22Les campagnes d’action directe contre les OGM ont cessé au Royaume-Uni quand les expérimentations à l’échelle des exploitations agricoles ont été achevées (DEFRA 2003). Les résultats avaient montré que la betterave sucrière et le colza résistants à l’herbicide représentaient une menace pour la biodiversité, tandis que le maïs OGM était en fait plus performant à cet égard que le maïs conventionnel. Bien que le gouvernement semblât désireux d’accorder des permis pour différents maïs OGM, aucune compagnie n’a jusqu’à présent cherché à en obtenir pour cultiver commercialement ce type de plante. Il était clair que le gouvernement britannique avait modifié sa position vis-à-vis des OGM à partir du moment où l’opposition de l’opinion publique était manifeste. Plus précisément, cette opposition se faisait encore davantage sentir dans l’attitude des consommateurs qui ont fait pression sur les supermarchés pour qu’ils retirent de leurs rayons les produits contenant des OGM, mais c’était encore une fois un cas où l’action directe était largement en phase avec l’opinion publique.

2. Approche comparative de l’action désobéissante

23La comparaison de la manière dont se sont développées, en France et en Grande-Bretagne, les campagnes d’action directe anti-OGM révèle quatre différences significatives. La première réside dans le fait que les modes d’action des acteurs principaux du mouvement social dans chaque pays s’inscrivent dans une tradition du mouvement social enracinée nationalement. En Grande-Bretagne, les seuls groupes disposant d’une expérience et d’une confiance suffisantes pour s’engager dans des actes de sabotage étaient ceux qui avaient déjà participé au premier mouvement d’action directe d’envergure contre la construction de routes dans les années 1990. Cependant, bien que ces groupes aient été occasionnellement en mesure de mobiliser un public important, ils faisaient néanmoins partie d’un réseau de petite taille comparé à la puissance mobilisatrice de la Confédération paysanne. Il est probable que le nombre de militants impliqués dans la destruction de cultures au Royaume-Uni soit inférieur aux 600 inscrits à Genetix Update (mars 1997). De surcroît, comme on l’a vu précédemment, ces militants étaient divisés entre les partisans d’une action secrète et ceux d’une action responsable (accountable). La plupart des militants agissaient dans le secret, et même si GS a connu quelques succès en 1998 et 1999, en gagnant des procès, et en encourageant Greenpeace à entreprendre des actions de sabotage de cultures, aucun groupe n’a été en mesure d’empêcher le programme d’expérimentation d’arriver à son terme. Si une de leurs contraintes stratégiques résidait dans l’incapacité d’adopter une position commune, ce type d’activisme s’enracine dans l’héritage des mouvements sociaux des années 1970 et 1980 qui privilégie la primauté de la conscience individuelle sur la discipline de groupe et la prise de décision formelle. Les conceptions libertaires, dominantes parmi les groupes d’action directe environnementale, se sont développées à partir de ce que Roseneil définit, en référence au camp des femmes pour la paix installé à proximité de la base Greenham Common, de la USAF, dans le Berkshire dans les années 1980, comme « un héritage d’attitude anti-establishment, une fibre anarchiste hostile aux hiérarchies, une critique du matérialisme des sociétés industrielles, de la démocratie représentative et de l’État, et une croyance en la nécessité et la légitimité de formes d’action non parlementaires » (Roseneil, 2001 : 95).

24Une des particularités de cette tradition qui s’est développée depuis les années 1980 a été le recours à l’humour et à la parodie dans la communication autour des actions menées. Ainsi, des militants ont dessiné de grand X dans les champs de Fife où ils avaient détruit les cultures, évoquant la série télévisée X-Files sur les extra-terrestres ainsi que le débat intense dans les années 1990 autour de l’origine de l’apparition de formes circulaires dans les plantations (crop circles). D’autres se sont déguisés en « genetically-modified super-heroes » tandis qu’un autre groupe fauchait les cultures d’OGM en diffusant la bande-son du film Mission : Impossible. Les militants avaient le sentiment que l’humour, l’amusement et l’esprit carnavalesque diminuaient les risques d’une réponse agressive et violente tout en étant liés à l’ethos de non-violence (au moins à l’égard de l’être humain) caractéristique des réseaux britanniques. Comme le remarquait Seb Kelly de GEN, « [c]’est complètement non violent et non conflictuel… C’est très British en fait » (The Guardian 1/8/1999). À cet égard, le contraste avec les actions françaises est saisissant : même si l’esprit ludique, le déguisement, la parodie et l’ironie ont souvent été manifestes dans les actions menées, dans le cadre des réseaux anti-publicitaires, par des groupes comme Stopub, Les Dégonflés, et La Coordination des Sans-Cravates (Hayes, 2006), la destruction des cultures s’est caractérisée par un climat de sérieux impressionnant associé à la mise en avant d’une identité collective par des groupes arborant, lors des actions récentes, le T-shirt blanc distinctif des Faucheurs volontaires. De manière plus remarquable, il n’y avait en Grande-Bretagne aucune démonstration de citoyenneté alors qu’il s’agissait d’un enjeu particulièrement important dans les débats et les pratiques françaises. Les activistes britanniques se considéraient comme des radicaux, complètement différents du reste de la société avec laquelle ils n’étaient capables de communiquer qu’uniquement sur des enjeux comme ceux des OGM.

25Une deuxième différence réside dans le rôle dévolu à Greenpeace dans chaque pays. En Grande-Bretagne, GP a très tôt joué un rôle stratégique important dans les coalitions de groupes environnementalistes qui se sont développés pour faire du lobbying contre les OGM au début des années 1990. Cette stratégie a été un succès puisqu’un large front s’est créé autour d’organisations comme WWF, Friends of the Earth et le Women’s Environmental Network, mais aussi autour d’organisations non environnementalistes comme les Women’s Institutes et le National Trust. En France, Greenpeace – et particulièrement le directeur de la campagne anti-OGM, Arnaud Apoteker – continue à jouer un rôle important en termes de lobbying institutionnel, d’information du public, de contentieux juridique, tout en organisant des actions fortement visibles (comme l’interception par le navire de Greenpeace, l’Esperanza, au large du Portugal, d’un cargo transportant du soja génétiquement modifié en provenance d’Argentine et à destination de Lorient). De plus, c’est la campagne de Greenpeace contre l’importation de soja génétiquement modifié à l’automne 1996 qui a suscité la controverse publique en France autour des OGM. La manchette du numéro de Libération du 1er novembre 1996 « Alerte au soja fou ! » associait ainsi explicitement l’alimentation génétiquement modifiée à la série d’enjeux de sécurité alimentaire récents (en particulier, la détection de l’ESB dans le cheptel bovin). Malgré tout, il s’agit d’une campagne européenne et non pas française : en dépit de récents succès en matière de recrutement, Greenpeace a longtemps souffert d’un défaut de soutien populaire et de légitimité publique en France (Lefèvre, Ollitrault, 2006), et à partir de 1997, GP a joué un rôle beaucoup moins prééminent dans la campagne anti-OGM. En effet, il y a une différentiation très claire en France entre la focale transnationale de Greenpeace sur les questions de consommation et la focale nationale et localisée de la Confédération paysanne sur les questions de production. Pour Chaia Heller (2002, pp. 23-4), l’entrée de la CP dans les réseaux anti-OGM a déplacé le cadrage de l’enjeu du registre scientifique, basé sur le risque, tel que défini par Greenpeace, vers un registre socio-culturel, « post-risque », dans lequel l’autonomie individuelle, la tradition collective et le terroir sont mis en avant. Au Royaume-Uni, l’importance continue de Greenpeace dans les réseaux anti-OGM – Greenpeace UK a contribué à mettre en place le Genetic Engineering Network, basé à Totnes, qui a joué un rôle majeur dans la diffusion d’information pour les campagnes d’action directe anti-OGM – a maintenu un cadrage de l’enjeu ciblant la consommation et la menace sur la biodiversité.

26Une troisième différence importante renvoie à l’existence d’une compétition organisationnelle et idéologique au sein du secteur agricole. En France, l’émergence du mouvement des paysans-travailleurs dans les années 1960, en particulier à l’occasion des luttes au Larzac dans les années 1970, a débouché sur la création de la Confédération paysanne en 1987. En dépit du fait que les promesses initiales du Parti socialiste d’un réseau d’action publique davantage pluraliste ont été minimisées par l’hostilité du syndicat dominant, la FNSEA, et par la victoire des gaullistes aux élections législatives de 1986, la CP offre une alternative radicale et anti-productiviste à l’orientation agri-business managériale de la très conservatrice FNSEA. En Grande-Bretagne, la représentation agricole ne connaît pas une telle fracture : la NFU (National Farmers’ Union) y reste la seule organisation représentative majeure pour les agriculteurs. Proche historiquement du ministère de l’Agriculture (aujourd’hui absorbé dans le Département pour l’Environnement, l’Alimentation et les Affaires Rurales, DEFRA), ce syndicat a systématiquement adopté des positions pro-OGM, et a fourni peu d’opportunité pour le développement d’un raisonnement davantage critique sur le génie génétique. Aussi, tandis que quelques agriculteurs biologiques et organisations de petits agriculteurs (tels la Farmers’ Union of Wales) ont pris position contre les OGM, aucun groupe organisé majeur ne s’est exprimé de l’intérieur de la communauté agricole contre les modifications génétiques. Au Royaume-Uni, le conflit a donc opposé des environnementalistes de types divers aux firmes multinationales, Tony Blair modulant sa position d’un soutien initial aux OGM à une politique plus modérée d’évaluation en champ ouvert, pour reconnaître finalement l’existence de « risques véritables » (« genuine risks ») (The Guardian, 28 février 2000) à mesure que l’opposition du public devenait de plus en plus évidente.

27Enfin, on peut se demander s’il y n’avait pas une dernière différence autour de la signification de l’opposition aux OGM dans chaque cas. En France, comme cela a été abordé précédemment, le cadrage de l’enjeu par la CP fondait l’opposition au génie génétique et à celle des compagnies multinationales qui le financent, à partir de conceptions sur l’importance nationale, sociale et culturelle de l’alimentation, de l’agriculture et de la vie rurale. À l’inverse, la notion de terroir est assurément faible voire inexistante en Grande-Bretagne où l’agriculture est majoritairement perçue comme une activité économique plus que comme une activité qui génère de l’intégration sociale, et où les liens entre alimentation et agriculture sont davantage indirects (la nourriture préparée y est plus consommée qu’en France). Tandis qu’en France, la campagne est vue comme une ressource peuplée et cultivée (Rogers, 2000, pp. 58-59), elle est majoritairement considérée en Grande-Bretagne comme « non peuplée », comme un « paysage sans silhouettes » (‘landscape without figures’ ; Lowe, Buller, 1990, pp. 14-15) et un refuge pour la faune et la flore (Wiener 1981 ; Thomas, 1983). Sans trop de surprise, alors que l’enjeu de la biodiversité a été relativement marginal dans le débat public français sur les OGM (citons cependant les inquiétudes sur les effets des OGM sur le papillon monarque, qui avaient été un catalyseur pour le moratoire européen sur la commercialisation des cultures OGM en 1999, ainsi que celles sur les effets éventuels des OGM sur les populations apicoles), la menace sur la biodiversité a constitué un cadrage mobilisateur beaucoup plus saillant, dans le débat britannique, que la nature de la production alimentaire.

28Bien entendu, il existe des similitudes entre les manifestants anti-OGM en France et en Grande-Bretagne. Bien qu’ils opèrent dans des traditions étatiques et des contextes socio-politiques différents, les deux mouvements présentent un courant libertaire radicalement opposé à tout ce qui apparaît comme du réformisme. Néanmoins, dans une période où la focale est placée sur le caractère transnational des mouvements sociaux, ainsi que sur un engagement à propos d’enjeux globaux, le plus surprenant est que ces deux mouvements demeurent complètement séparés, sans aucun indice d’échange de ressources ni de personnel. Il s’agit vraiment d’une fable de deux mouvements, voyageant en parallèle et utilisant nombre d’arguments identiques. Néanmoins, ce sont les différences entre eux qui restent les plus révélateurs.

Bibliographie

Bové J. et Luneau G., 2004, Pour la Désobéissance Civique, La Découverte, Paris.

DEFRA, Results of Farm-Scale Evaluations, http://www.defra.gov.uk/environment/gm/fse/index.htm, accessed August 4 2006.

Doherty B., 2002, Ideas and Actions in the Green Movement, Routledge, London.

Gaskell G., Allum N.C., Bauer M.W., et Durant J., 1999, « Worlds Apart? The Reception of Genetically Modified Foods in Europe and the US », Science, July 16, n° 285/5426, p. 367-368.

Hayes G., 2006, « Vulnerability and Disobedience: New Action Repertories and Environmental Protest in France », Environmental Politics, n° 15/5, p. 821-838.

Heller C., 2002, « From Scientific Risk to Paysan Savoir-Faire: Peasant Expertise in the French and Global Debate over GM Crops », Science as Culture, n° 11/1, p. 5-37.

Lefèvre S., et Ollitrault S., 2006, « Local Greenpeace Groups in France: How to Act Locally when you are an International NGO. Greenpeace in Lille and Rennes », Paper presented to ECPR Joint Sessions, April, Nicosia.

Lowe P., et Buller H., 1990, « The Historical and Cultural Contexts », in Lowe P., et Bodiguel M., (eds), Rural Studies in Britain and France, Bellhaven, London, p. 3-20.

Purdue D., 2000, Anti-genetiX: The Emergence of the Anti-GM Movement, Ashgate, Aldershot.

Richardson J., 2000, « Government, Interest Groups and Policy Change », Political Studies, n° 48/5, p. 1006-25.

Rogers S.C., 2000, « Farming Visions. Agriculture in French Culture », French Politics, Culture & Society, n° 18/1, p. 50-70.

Roseneil S., 2001, Common Women, Uncommon Practices: the Queer Feminisms of Greenham, Cassell, London.

Thomas K., 1983, Man and the Natural World: Changing Atitudes in England 1500-1800, Penguin, London.

Tilly R., 1998, « Accountable. Open and Covert Actions », GenetiX snowball, htp://www.gn.apc.org/pmhp/gs/artcl-oa.htm, accessed 28/5/2006.

Wiener M., 1981, English culture and the decline of the industrial spirit, 1850-1980, Cambridge University Press, Cambridge.

Notes

1 http://www.insurgentdesire.org.uk/critique.htm, consulté le 27/05/06.

Auteurs

Maître de conférences dans la School of Politics, International Relations and Philosophy à Keele University au Royaume Uni. Il travaille sur líécologie politique, les mouvements contestataires dans une approche comparative. Il est auteur du livre Ideas and Actions in the Green Movement, 2002 et a codirigé plusieurs ouvrages, dont Democracy and Green Political Theory (Doherty, B & De-Geus, M (eds) (1996), Routledge, London), Green Political Theory (1996) ; Direct Action in British Environmentalism, (2000, London : Routledge). et Beyond Borders : Environmental Movements and Transnational Politics (2008).

Maître de conférences dans la School of Languages and Social Sciences à Aston University au Royaume Uni, et auteur du livre Environmental Protest and the State in France (Basingstoke, Palgrave, 2002). Il travaille actuellement sur le renouveau des modes d’action militante dans les luttes altermondialistes et environnementales en France.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540