Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La désobéissance civile

 | 
David Hiez
, 
Bruno Villalba

Chapitre 9. Désobéissance civile et recompositions des pratiques protestataires dans le mouvement altermondialiste en France

Nathalie Tenenbaum

Texte intégral

1« L’altermondialisme est un exercice de désobéissance » déclarent José Bové et Gilles Luneau (Bové, Luneau, 2004 : 151). Du « Démontage » du Mac Donald’s de Millau en août 1999, à la mise en œuvre de tactiques de blocage, associant sit-in et tentatives d’outrepasser la « zone rouge » lors des contre-sommets altermondialistes (Nice, Prague, Gênes, Évian), à la multiplication des fauchages d’OGM par d’inflexibles groupes de « Faucheurs volontaires », au « recouvrement » d’espaces publicitaires dans le métro parisien, et au déploiement de « brigades anti-pub » contre la « marchandisation des esprits » : les mobilisations altermondialistes constituent un terrain propice à l’expérimentation de formes radicales d’engagement politique, qui puisent leurs sources dans l’action directe non violente. Avec l’avènement d’un nouveau cycle de protestation en France à partir des années 1990 (Tarrow, 1991), nous assistons à l’émergence de « nouvelles minorités actives » (Moscovici, 1996) qui prônent la désobéissance civile comme mode alternatif de la contestation. Témoignant de ce revival de l’humeur contestataire, le recours à la désobéissance civile comme pratique militante, au sein de la « nébuleuse altermondialiste », laisse percevoir une recomposition des répertoires d’actions et des revendications invitant à un dépassement de notre héritage socio-politique dans le domaine de l’action collective.

2À travers une analyse des discours et des pratiques des militants du collectif « Vamos ! » (Vive l’Action pour une MOndialisation des Solidarités !), nous tenterons de déterminer les caractéristiques de la posture désobéissante dans le mouvement altermondialiste. Ce groupe protestataire parisien, membre du Réseau Intergalactique, incarne une de ces « entreprises du mouvement social » qu’Olivier Fillieule définit comme « toute organisation, ou groupe d’organisations, mettant en œuvre des stratégies d’action composées de séries d’interactions avec des cibles et qui comporte, de manière privilégiée, le recours à l’action protestataire » (Fillieule, 1997 : 37-39). Ce collectif, qui rassemble une trentaine de jeunes militants, s’est constitué en France, en avril 2001, pour préparer la mobilisation contre le G8 de Gênes. Conciliant les pratiques festives (la samba) et désobéissantes, il revendique l’organisation d’actions de « désobéissance non violente » comme une modalité particulière de son répertoire d’action collective.

3L’enquête ethnographique, associant l’observation participante, la conduite d’entretiens approfondis et la passation d’un questionnaire, a débuté en juillet 2001, lors des événements tragiques qui ont marqué les mobilisations contre le G8 à Gênes. Nous avons suivi les pérégrinations des militants du collectif « Vamos ! », des réunions parisiennes aux sommets européens de Barcelone ou d’ailleurs, jusqu’à l’aventure autogérée du « Village Intergalactique », à Annemasse, en juin 2003. Le choix de ce terrain d’enquête a permis d’étudier un groupe protestataire où se trouvent concentrées la plupart des caractéristiques des « nouvelles » formes de militantisme : nouveauté de la cause, du recrutement des militants dotés d’un capital scolaire particulièrement élevé, des formes d’organisation (réseau, horizontalité et démocratie directe), du répertoire d’action collective, etc. Derrière la nouveauté revendiquée n’y-a-t-il qu’un effet incontrôlé de l’ignorance de l’Histoire ? Faut-il y voir la réapparition d’un phénomène récurrent ?

4Renvoyant à une posture spécifique dans le champ politique, la désobéissance civile se construit d’abord sur une dénonciation du recours à la violence. Comment les militants altermondialistes réinventent-ils leur répertoire d’action collective ? Comment être « radical » sans être « violent » ? Comment être « non violent » tout en étant « activiste » ? En outre, le recours à cette modalité du répertoire d’action collective semble révélateur de représentations du « politique » et plus largement d’une vision du monde social qu’il nous faut porter au jour. Il s’agit donc d’expliciter les schèmes générateurs du discours sur la désobéissance civile dans le mouvement altermondialiste, de mettre en évidence la manière dont ce discours est produit, diffusé et imposé, d’étudier la mise en place de cette sorte de matrice symbolique, capable d’engendrer des manières de voir, de dire, et surtout de faire. Nous verrons, dans un premier temps, en quoi la désobéissance civile est perçue comme une nouvelle culture de la contestation par ces militants altermondialistes, et comment le recours à cette modalité du répertoire d’action collective valorise les usages protestataires du corps. Ensuite, nous montrerons en quoi la désobéissance non violente apparaît comme une forme de résistance symbolique au pouvoir étatique. Derrière la « nouveauté » revendiquée de ce militantisme, il s’agit d’analyser les luttes symboliques qui traversent la « nébuleuse altermondialiste », avec pour objet la légitimité de la désobéissance civile et des usages du corps protestataires dans le répertoire d’action collective.

Un répertoire d’action réinventé

5Charles Tilly définit en ces termes la notion de répertoire d’action : « ce sont les moyens établis que certains groupes utilisent afin d’avancer ou de défendre leurs intérêts. De la résistance fiscale du XVIIe siècle au défilé-manifestation du XXe, se dessine l’évolution d’un nouveau répertoire d’action collective. » (Tilly, 1984). En d’autres termes, les modes d’action des mouvements sociaux sont issus d’emprunts, d’inventions et de réinventions de standards d’action qui vont de la manifestation à la pétition, via le charivari ou le sit-in. D’abord local, restreint à l’espace de la communauté ou du village, le répertoire protestataire se déploie dans l’espace national à partir du XIXe siècle sous l’influence de la construction de l’État Nation et des transformations du capitalisme marchand. Flexible, ce répertoire reflète l’identité d’un groupe inscrit dans une conjoncture : étroitement corrélées aux différentes catégories d’acteurs en lutte, les formes d’action, les cibles, les justifications changent au fil du temps. Si originalité (« créativité ») de ces groupes contestataires altermondialistes il y a, elle réside dans la synthèse de strates historiques de l’action collective (Sommier, 2001). Le recours à la désobéissance non violente conduit les militants du collectif « Vamos ! » à entrer dans le champ de la contestation avec l’objectif majeur de transgresser la loi, de susciter un débat, afin de parvenir à un changement politique (Ackerman, Kruegler, 1994 ; Bleiker, 2000). Par opposition à l’infraction, la désobéissance civile désigne l’accomplissement délibéré d’une action prohibée par une loi ou par un règlement. C’est une forme d’action qui se revendique comme non violente, et par laquelle des citoyens, ouvertement et délibérément, transgressent de manière concertée une ou plusieurs lois en vigueur, dans le but d’exercer, soit directement, soit indirectement, par l’appel à l’opinion publique, une pression sur le législateur ou sur le pouvoir politique, afin de parvenir à la modification d’une décision politique.

« Bon, l’idée de la désobéissance, c’est que, à partir d’un moment donné, ne rien faire, c’est-à-dire seulement agir passivement quoi, rester passif, c’est être complice des décisions qui se prennent. Et la désobéissance, c’est d’aller à l’encontre de ça, par notre combativité, refuser d’être complice de ceux qui prétendent agir en notre nom. Donc, fondamentalement, le concept, c’est ça ! Ne pas obéir, ne pas faire comme si de rien n’était. Et la pratique, ensuite, que l’on met en œuvre, c’est une désobéissance non violente. […] Aujourd’hui cela correspond à une tactique militante comme une autre : être capable de bloquer un sommet, de perturber le fonctionnement d’une entreprise, etc. par une action non violente, c’est possible et on pense que cela peut avoir un impact politique. Voilà le principe ! »

6La radicalité de cette modalité spécifique du répertoire d’action collective se fonde sur une critique de la loi, envisagée comme une sorte de parodie masquant la violence d’un pouvoir qui tente de faire passer cette violence pour « la loi ». Brocardant cette régression démocratique, les protestataires du collectif « Vamos ! » refusent la passivité. La posture de ces militants altermondialistes s’appuie sur un discours de démystification de la loi : la souveraineté de la loi n’est pas considérée comme un absolu ; si le droit rend cohérent et durable un monde commun, il est néanmoins perçu comme contestable, révocable. La disqualification symbolique de la loi s’opère par le recours à des principes universels de légitimation et de consécration. Les militants soumettent la loi à un test d’universalité afin de légitimer leurs pratiques désobéissantes. Procédant à une sorte de surenchère dans cette stratégie d’universalisation, les protestataires ont recours à une rhétorique de la transgression. La nécessité de transgresser un état de fait, de défier les symboles de la domination politique est essentielle dans ce type de militantisme. Visant l’instauration de nouvelles formes de démocratie, la transgression de la loi permet à ces militants de s’attaquer aux modes de reproduction des normes et des croyances propres au champ politique. Enfreindre la loi devient alors une sorte de jeu avec la règle du jeu : les militants altermondialistes justifiant leur désobéissance à une loi au nom de l’obéissance à une autre loi jugée supérieure. Il s’agit de parvenir ainsi à conquérir une légitimité qui annule la transgression dont ils se rendent coupables au nom d’une morale supérieure.

Un discours de démystification de la loi
« La désobéissance non violente, je pense que ça recouvre d’abord une certaine volonté de radicalité face à des réunions dont on dit qu’elles sont illégales comme dans le cas du G8, face à d’autres types de réunions ou face à d’autres trucs qui se passent dont on pense qu’ils sont illégitimes, qu’ils sont franchement scandaleux. Ça marque une volonté d’opposition forte, ça marque vraiment une volonté de ne pas se cantonner aux témoignages, de ne pas se cantonner à la protestation, mais ça recouvre la volonté d’aller plus loin et, si possible, d’empêcher des trucs, des trucs dont tu penses qu’ils sont inacceptables. Si on pense vraiment que Bush, Poutine, pour prendre les deux exemples les plus scandaleux mais aussi les autres, n’ont pas vocation à diriger le monde et à s’ériger en maîtres du monde, si on pense que la mondialisation tue vraiment, que le libéralisme est vraiment meurtrier au sens le plus littéral du terme, alors oui, les actions de désobéissance civique sont justifiées. »

***

« Moi, je parle de désobéissance au sens où on pense que la légitimité des actions que l’on peut faire ne s’arrête pas à la loi. Ce n’est pas la loi qui est l’ultime rempart. Bon, la loi, elle passe, elle change mais il y a des normes qui sont au-delà de ces lois. Et, nous, on pense qu’il peut être justifié de mener des actions pour faire connaître nos revendications, pour faire connaître des problèmes que l’on a identifiés, donc d’enfreindre des lois, et de mener des actions pacifiques de désobéissance qui signifient que nous n’acceptons pas la domination de telle entreprise, nous n’acceptons pas la légitimité de telle réunion de chefs d’État. Et, donc, on va essayer de perturber de manière symbolique et pacifique le fonctionnement de telle ou telle institution. »

7Il y a un paradoxe certain à clamer le respect des valeurs démocratiques, voire à demander son renforcement et, dans le même temps, à transgresser la loi qui constitue précisément la pierre angulaire de ce système politique. L’originalité de ces groupes, notamment au sein de la « nébuleuse altermondialiste », réside dans la réflexion menée par ces militants à propos de la désobéissance civile : selon eux, il est possible de contrevenir à la loi en faisant preuve de « civilité dans la transgression » (Pedretti, 2001). C’est la civilité de l’acte désobéissant qui résout la contradiction. En effet, il s’agit, pour les protestataires altermondialistes, de désobéir sans violence et publiquement, de justifier sa position par des « motifs de conscience », voire d’en accepter les sanctions pénales. Dans cette logique, la désobéissance civile est pensée, selon Mario Pedretti, comme une « valeur ajoutée à la démocratie ». La civilité de l’acte de transgression se définit par la noblesse des motivations qui fondent l’acte désobéissant et par une exigence de non-violence dans les pratiques militantes. Ainsi, les militants du collectif « Vamos ! » enfreignent la loi mais respectent la norme de l’abstention de violence dans l’action collective.

8Avec l’épuisement de la pensée marxiste, la thématique de la révolution, associée à la conquête du pouvoir d’État et à la transformation radicale des rapports sociaux, est tombée en désuétude. Le recours à la violence, exercée à des fins politiques, passe pour être disqualifié. La marginalisation de la violence, la in de tout utopisme violent, se présente alors comme une exigence du fonctionnement des sociétés contemporaines (Sommier, 1998). La dimension non violente du combat que mènent la plupart des militants, au sein du mouvement contre la mondialisation néolibérale, participe de ce désaveu de la violence protestataire comme mode d’action. « La contestation du modèle libéral n’emprunte plus les chemins totalitaires et romantiques de l’insurrection armée », soulignent José Bové et Gilles Luneau (2004 : 152). Indice d’une euphémisation et d’un auto-contrôle de la violence dans la manifestation, le recours à l’action non violente repose certes sur le refus de la violence, mais il est surtout un principe d’action ayant pour objectif la transformation du conflit en négociation. Les militants du collectif « Vamos ! » souhaitent opérer ainsi une dramatisation de la situation, une mise en scène d’une réalité autrement invisible.

Une « Realpolitik » de la non-violence
« La désobéissance non violente ? C’est désobéir pour pouvoir se rebeller. L’action directe non violente, en fait c’est ça l’idée, c’est pas du pacifisme. On n’est pas des pacifistes. On est en guerre sociale, en guerre avec le pouvoir étatique mais tant que le rapport de force ne sera pas dans notre camp, toute action de violence, aussi légitime soit-elle, sera réprimée par la force, et on se fera mettre en échec. Moi, je pense qu’on ne doit pas donner de prétexte à la classe dirigeante de nous foutre la pâtée, quoi. »

***

« La désobéissance non violente à « Vamos ! », cela veut dire que symboliquement, nous, on voudrait que le sommet, que nous considérons comme illégitime, ne se tienne pas. On est prêt, même physiquement, à s’y opposer. Par contre, on n’est pas prêt à aller se taper dessus avec qui que ce soit pour le faire parce qu’on pense que le système est violent et qu’on ne veut pas rajouter à cela. L’idée, c’est de dire que symboliquement on veut passer mais on n’est pas prêt à assumer la violence pour le faire. »

9De façon générale, les militants altermondialistes semblent vouloir incarner un contre-pouvoir face à des institutions politiques dénaturées. Brocardant les structures et institutions existantes, tout en prenant au sérieux les mécanismes démocratiques, ils tentent ainsi une réappropriation du politique en se livrant à des jeux de moralité qui permettent une critique symbolique de l’ordre politique et social existant, par l’appel à des principes universels de légitimation (Arato, Cohen, 1992).

10Au-delà de la créativité qui caractérise ces modalités du répertoire d’action collective, il s’agit d’inventer des pratiques qui puissent échapper à la fois au stigmate de la violence (et à le faire retomber sur l’État et les forces de l’ordre) et à celui du pacifisme et/ou de l’intellectualisme. La promotion de la désobéissance non violente et l’usage pacifique des corps protestataires est « la solution » pratiquée, théorisée et promue par les militants de « Vamos ! ». En ce sens, il est important de saisir les affinités qu’entretiennent ces protestataires avec la désobéissance civile, de rendre compte des processus d’appropriation et de réinvention subis par ce mode d’action et qui renvoient tant à leurs dispositions qu’à leurs positions dans le mouvement social. L’univers protestataire des mobilisations altermondialistes apparaît comme un point de rencontre entre des trajectoires, des attentes et des logiques d’adhésion différentes. La surreprésentation d’agents à fort capital scolaire demeure cependant une caractéristique significative de ce champ de la contestation (Agrikoliansky, Sommier, 2005). Cette valorisation du capital scolaire dans le « capital militant » (Matonti, Poupeau, 2004) a des répercussions majeures sur le répertoire d’action collective choisi par les protestataires. Dans la mesure où la plupart appartiennent à une région de l’espace social où le capital culturel se révèle prépondérant, on peut émettre l’hypothèse que les atteintes au capital symbolique sont décisives dans la dynamique de la mobilisation. En outre, n’étant pas dotés des mêmes ressources, ces derniers s’opposent radicalement au mouvement ouvrier où la résistance corporelle et la force physique étaient considérées comme des dimensions fondamentales du militantisme. Bref, il semble que l’élévation du capital scolaire dans le mouvement social ait pour corollaire une dévalorisation du recours à la force physique dans la mobilisation collective.

11L’enquête menée auprès des protestataires du collectif « Vamos ! » tente de rapporter ces prises de position à des positions occupées dans l’espace social et aux trajectoires qui y mènent. Le décalage croissant entre le capital scolaire accumulé et les postes auxquels il donne accès peut aussi rendre compte de cette résurgence de l’humeur contestataire : ce déclassement structural voue ces militants à investir leur capital scolaire hors du marché du travail, dans cette « bohème militante ». Ainsi peut-on comprendre le refus de toute remise de soi, la quête d’originalité, la recherche d’actions festives et créatives, etc. Le collectif « Vamos ! » propose ainsi des moyens d’action auxquels ses militants semblent socialement prédisposés : actions directes non violentes et pragmatisme d’une part, radicalité et opposition d’autre part, qui peuvent être considérés comme deux modalités d’actualisation de ces dispositions désobéissantes. « Vamos ! » apparaît ainsi comme un lieu où ces contestataires vont pouvoir inventer des pratiques de rupture avec l’ordre dominant. Ces ruptures symboliques, relayées médiatiquement, sont des moments d’euphorie et de justification de l’engagement. Permettant la concrétisation d’une révolte contre l’ordre social, les pratiques désobéissantes menées au sein du groupe « Vamos ! » se prévalent de la légitimité contre la légalité. Les militants valorisent la lutte, notamment les rapports conflictuels avec la police, exprimant ainsi un goût pour une confrontation physique, mais pacifiée. Désobéir devient une transgression permise car contrôlée et surtout festive. La lutte, parce qu’elle est illégale, est aussi ludique, grisante, valorisante.

Pratiques de désobéissance non violente
« Alors, la première à laquelle j’ai participé, c’est celle à Beaubourg. Donc, il y avait deux groupes. Il y avait un petit groupe qui était chargé de suspendre une immense banderole, avec écrit « liberté de circulation » sur la façade de Beaubourg, donc, là, c’était un peu technique parce qu’il y avait des gens qui étaient rentrés avant par la bibliothèque, des gens qui étaient en bas pour faire passer la banderole, etc. Et, il y avait un autre groupe qui devait animer la place, le parvis de Beaubourg, avec une petite animation sur la question des frontières, où on faisait participer les gens qui passaient. On leur donnait des faux passeports et, selon ce qu’ils avaient comme passeport, ils avaient le droit ou pas de passer une frontière virtuelle, ça, c’était super ! Alors il y a eu pas mal de flics, avec lesquels on avait pu négocier, mais ils sont restés vraiment en dehors. Et, comme ça se passait sur le parvis de Beaubourg et, qu’en fait, ça dépend de Beaubourg, ils ont pas le droit, a priori, d’y aller sans autorisation. Ça s’est bien passé, et on n’a pas eu de problème là-dessus, donc, pour ça, c’était pas mal ! Et puis, une autre action qui a été bien réussie, c’était à Séville en fait. Quand on avait occupé l’église. Pendant le sommet de Séville, il y avait des sans-papiers qui occupaient l’Université à Séville. Et nous, on était allé donc avec un petit groupe assez international, où il y avait des Français, des Espagnols, des Italiens, des Allemands. On avait occupé une église au centre ville de Séville. Donc là, il y avait un petit groupe qui est rentré dans l’église. On était une centaine. Il y avait un petit peu d’affrontements avec les policiers, et, finalement, on avait rejoint le grand cortège de la manif, mais ça avait duré bien tout l’après-midi, et on avait bien tenu la place ! Il y a eu beaucoup de retombées médiatiques, et, du coup, c’était pas mal ! »

Contraindre l’adversaire

12Le recours à la désobéissance non violente comme modalité spécifique du répertoire d’action collective dénote cette volonté, émanant des militants du collectif « Vamos ! », de mener des actions directes non violentes, dans lesquelles l’adversaire est placé face à ses responsabilités dans l’injustice dénoncée, en marquant symboliquement le refus de collaborer avec lui. Par la confrontation, la désobéissance non violente vise à délégitimer l’adversaire, à le pousser dans ses retranchements. L’engagement des protestataires à ne pas recourir à la violence repose sur la conviction que la lutte sans armes favorise l’apparition, dans le camp adverse, de contradictions internes, qui, dans d’autres circonstances, resteraient potentielles. Il s’agit de parvenir à se servir de la force de l’adversaire pour le déséquilibrer, processus que Gene Sharp nomme « le jiu-jitsu politique » (Sharp, 1973).

13Les militants altermondialistes recourent à une multiplicité de tactiques (Les Intergalactiques, 2003 ; Starhawk, 2003), allant de la protestation et de la persuasion non violente à des méthodes d’obstruction ou d’interposition, jouant de la complémentarité entre provocations symboliques, non-violence, jeu et désobéissance civile. En ce qui concerne la protestation et la persuasion non violente à « Vamos ! », il s’agit d’une catégorie d’actions, principalement symboliques : opposition pacifique ou tentatives de persuasion, qui vont au-delà de la simple expression orale, mais sans aller jusqu’à l’obstruction. Elles peuvent être considérées comme les pratiques les plus modérées dans le registre de la désobéissance non violente : défilés, manifestations, discours publics, prises de position, actes publics à valeur de symbole, réunions de protestation. Le plus souvent, les protestataires du collectif « Vamos ! » utilisent l’obstruction non violente. Cette pratique se distingue nettement de la précédente dans la mesure où l’objectif est d’intervenir directement de manière offensive. Il s’agit alors d’interpeller en s’interposant de façon méthodique : interposition physique directe qui est non violente par définition et par souci d’efficacité (on ne peut pas user de la violence pour s’opposer à un adversaire dont on dénonce la violence). Les corps sont alors utilisés comme barrages humains, par exemple en s’asseyant par terre (sit-in), ou en se couchant sur le sol (lie-in ou die-in). Autre manière d’exercer une pression physique : l’occupation en masse d’un lieu que l’on refuse de quitter ou que l’on tente d’investir. Ces modes d’action exigent une participation la plus large possible ; l’efficacité du blocage étant proportionnelle au nombre de corps rassemblés. Dans certains cas, l’obstruction se donne une limite temporelle car elle vise seulement à attirer l’attention de l’opinion publique (donc des médias). Dans d’autres cas, l’objectif est beaucoup plus radical : la détermination des manifestants est telle qu’ils veulent exercer une contrainte prolongée qui soit de nature à interrompre un processus. Ces actions très risquées posent évidemment la question des limites et des possibilités de la désobéissance non violente face à la répression.

14Avec ces actions de désobéissance non violente, les militants altermondialistes misent sur la disproportion des forces en présence, et sur la répression brutale exercée contre eux, afin d’obtenir le désaveu des partisans de l’adversaire dont le pouvoir s’effrite. La violence étant considérée par les protestataires comme structurelle, inhérente à l’appareil d’État, le recours à cette modalité du répertoire d’action prétend révéler une violence invisible, transformer la situation en conflit à résoudre par un rapport de forces symboliques. L’objectif principal de cette désobéissance non violente est de contraindre l’adversaire à utiliser des moyens illégitimes. Il s’agit d’acculer l’État à exhiber sa violence, à dévoiler son fondement selon Max Weber. Avec ces méthodes d’interposition non violente, les militants du collectif « Vamos ! » font une utilisation stratégique de leurs corps : les exposer ostensiblement à la violence policière, c’est aussi obliger l’État à exercer le monopole qu’il détient, en matière de violence physique légitime, dans des conditions qui lui échappent (une mise en scène dramatisée). Ajoutant une dimension ludique et festive à la protestation, les militants du collectif « Vamos ! », à l’image de la plupart des organisations se revendiquant de l’altermondialisme, cherchent à créer des situations spectaculaires ou insolites, à faire preuve d’imagination afin d’émouvoir, d’amuser l’opinion publique, de mobiliser des soutiens et, par là, d’inquiéter l’adversaire.

« Disons que nous n’étions pas préparés à un tel niveau de violence. Donc, nous on a agi en amont d’un point de vue politique, c’est-à-dire que l’on a essayé d’améliorer le plus possible l’image de « Vamos ! », du point de vue médiatique et de la population, sachant que l’on allait être diabolisé. Le but du jeu d’un gouvernement qui souhaite attaquer un mouvement, c’est de le diaboliser, de le ridiculiser, puis de le démolir. Par exemple, à Gênes, on a agi en amont, pendant une semaine, à l’aide de différentes actions : nous, on est arrivé le dimanche, les premières manifs étaient le jeudi, donc on a eu quatre jours. Et, pendant ces quatre jours, on a amélioré notre image auprès des médias, on a fait un petit match de foot entre Français et Italiens, juste devant la zone rouge, en imposant aux policiers de siffler la fin du match, en s’intégrant de fait à cette zone rouge, avec le caractère festif du foot, France-Italie, la revanche de la Coupe d’Europe, pour améliorer l’image et sachant qu’ils allaient avoir du mal à nous attaquer, à nous faire passer pour des criminels terroristes. »

Protester avec son corps

15Quelles sont les spécificités des usages du corps protestataire au sein du collectif « Vamos ! » ? Comment définir la contribution de ces corps militants aux pratiques désobéissantes ? La désobéissance non violente se présente comme une modalité du répertoire d’action collective exploitant intensément l’expressivité corporelle : les techniques d’obstruction et d’interposition sont avant tout des pratiques corporelles dans lesquelles les militants s’exposent physiquement. On peut considérer que les militants altermondialistes de « Vamos ! » utilisent leurs corps comme des supports de leur combat politique : ils semblent dire leur engagement physique dans le rapport de force politique et dans l’action collective.

Protester avec son corps
« C’est l’idée de s’impliquer intégralement, avec son corps, avec tout quoi ! Et de faire passer un message à travers ça. Je pense pas que ça s’oppose aux manifs, et tout ça. Ça se complète vachement, et ça permet de toucher plus les gens et de montrer à quel point on est mobilisé sur une cause, à quel point on est capable de s’impliquer à fond dans une cause, pour un objectif, et pas uniquement par des slogans. Je pense que l’idée c’est vraiment de trouver une nouvelle façon de faire passer des messages aux gens, et que c’est quelque chose qui peut marcher à travers ça. ».

***

« Il y a une certaine insatisfaction vis-à-vis des seules manifs, qui sont très importantes, mais qui ne correspondent pas aux rythmes de tout le monde. La deuxième chose, c’est qu’il y a une exigence de radicalité, une certaine urgence. L’idée que ce mode d’action peut permettre de répondre à cette exigence de radicalité, tout en étant moins stérile que des slogans très radicaux qui n’ont pas de débouchés, ou alors en étant moins stérile aussi que des actions super minoritaires qui peuvent envoyer trois caillasses sur une rangée de CRS, mais qui, au bout du compte, ne changent rien ! Donc il y a l’idée de pouvoir exprimer dans les actes une certaine radicalité. Et puis, il y a aussi toute la problématique autour des corps. La désobéissance civile, c’est non seulement protester avec sa voix, mais c’est aussi avec son corps. C’est aussi engager son corps dans une action de blocage. Là, il y a aussi un certain investissement personnel, dépasser les peurs, il y a aussi une certaine solidarité qui se crée là-dedans et qui est politiquement importante ! ».

16Avec ces « technologies politiques du corps » (Foucault, 1975), il s’agit, pour les altermondialistes de « Vamos ! », d’éprouver collectivement et physiquement l’engagement, de susciter, par une mise en scène théâtralisée des rapports de domination, une certaine solidarité militante dans l’épreuve et, par là-même, de renforcer la cohésion du groupe protestataire. Sorte de mise en jeu du corps, la désobéissance non violente permet d’user de son corps comme d’une arme. Du « corps-bouclier » au « corps-barrage », le corps devient un objet de mobilisation en soi par sa dynamique de résistance physique, et témoigne de l’engagement total des militants dans l’action contestataire. Dans cette sorte de guerre symbolique, le corps des militants est utilisé comme un instrument détourné permettant de mieux dénoncer la violence de l’adversaire. La désobéissance non violente permet de contraindre l’adversaire au recours à la force, à la violence guerrière. Comme le souligne Johanna Siméant, à propos de la grève de la faim, c’est « un répertoire qui ne fait sens que parce qu’il s’insère dans une anthropologie politique du corps qui touche à la fois à la question du monopole de la violence légitime et aux dimensions symboliques de la violence physique. Ce que la grève de la faim et le suicide politique mettent en jeu, c’est, pour paraphraser Max Weber, le monopole de la violence légitime sur les corps. » (Siméant, 1993). Le recours à la désobéissance non violente comme modalité spécifique du répertoire d’action collective cherche ainsi à enclencher une lutte symbolique dans le jeu avec le corps à corps, son évitement et son affichage comme toujours possible à l’horizon du rapport de forces. Il s’agit de faire souffrir son corps, d’exhiber la violence des rapports de domination que les militants ont subie, de rendre visible cette souffrance, et de dénoncer ainsi la violence d’état.

Une forme de résistance symbolique

17La tendance croissante à l’autonomisation et à la différenciation interne du champ politique suscite l’apparition et le développement de sous-champs relativement autonomes – journalistes, politologues, instituts de sondage, spécialistes en communication, etc. – qui, chacun à leur façon, avec leurs intérêts propres et leurs enjeux spécifiques, participent au jeu politique. L’un des effets les plus prégnants de cette évolution est sans doute le développement de mécanismes de domination proprement symbolique et la diminution corrélative des formes les plus brutales de l’affrontement politique. Le jeu politique tend ainsi à se caractériser, dans nos sociétés très différenciées, par la prédominance des luttes symboliques : il s’agit de faire croire, de convaincre, de faire partager son point de vue et d’imposer une vision du monde social parmi d’autres possibles, bref d’agir moins par la force sur les corps que par la persuasion sur les esprits. Cette transformation des modes de domination de la culture étatique semble se répercuter mimétiquement sur les modes de résistance qu’ils suscitent. Les manifestations de rue témoignent, à cet égard, de ce processus d’euphémisation de la violence physique et de la sophistication croissante des mécanismes de domination proprement symbolique (Girling, 2004). Le processus de monopolisation de la force au profit de l’État s’accompagne d’une intériorisation des contraintes qui contribue à une certaine pacification de l’action collective.

18À cet égard, la désobéissance non violente, telle qu’elle est pratiquée par les militants altermondialistes du groupe « Vamos ! », apparaît comme une forme de résistance symbolique au pouvoir étatique. Les incidents, les dérapages ou les provocations qui sont toujours possibles demeurent l’exception et sont redoutés par tous les acteurs en présence, moins en eux-mêmes que par les effets symboliques qu’ils induisent. Obligé de recourir à des formes douces et euphémisées de la violence, l’État s’institue comme le détenteur du monopole de la violence symbolique légitime. Revendiquant la mise en œuvre d’actions subversives contre l’ordre symbolique établi, les désobéissants du collectif « Vamos ! » cherchent moins à se conformer à un rituel qu’à « bluffer » et à surprendre leur adversaire. Le recours à cette modalité spécifique du répertoire d’action collective a une dimension proprement stratégique. En fait, elle est condamnée à un perpétuel changement de forme parce que plus elle se routinise, devenant ainsi prévisible, et moins elle est politiquement efficace. Ainsi, mettre en lumière cette dimension stratégique de la désobéissance non violente comme répertoire d’action permet de montrer le travail d’invention permanente auquel se livrent les groupes protestataires dans l’art de manifester. Les utilisateurs d’un répertoire d’action l’apprennent, improvisent et le modifient au cours de l’interaction (Tilly, 1984 : 89-104). Cependant, ils agissent dans les limites de leurs connaissances, donc dans les limites d’expériences antérieurement vécues, assimilées à la mémoire collective : « L’accent théâtral du mot répertoire n’est pas sans incidence. […] Au cours de la pièce, des acteurs peuvent bien utiliser la menace de la violence ou sa provocation afin de prendre un avantage sur les autres aussi bien que pour l’expression de la colère, de la haine, de la méprise. Dans cette mesure, la violence fait partie intégrale du répertoire. […] Si le répertoire des violences stimule celui de la scène, il penche du côté commedia dell’arte plutôt que du côté ballet classique » (Tilly, 1996 : 3-8). Ainsi, on retrouve une certaine homologie entre le recours aux actions de désobéissance non violente et les dispositions des protestataires : gestion de la symbolique et de la mise en scène, goût du spectaculaire et de l’inédit, gestion des médias et de « l’illégalité », prise en charge de la parole et de sa distribution.

19En outre, les mutations du champ politique ont modifié les conditions d’accès à la visibilité publique, incitant les contestataires à renouveler leurs techniques militantes, désormais destinées à capter l’attention des journalistes. On peut se demander, en effet, dans quelle mesure la nouveauté revendiquée de ce militantisme est assujettie aux règles d’un nouveau jeu politique dans lequel les médias jouent un rôle central et soumettent l’existence médiatique de ces groupes militants à la logique du scoop, de l’inédit, etc. (Collovald, 2002). À l’image de la plupart des organisations altermondialistes, le collectif « Vamos ! » tente ainsi d’obtenir le soutien des médias ; il s’efforce de les instrumentaliser pour sensibiliser l’opinion, lui faire partager la cause défendue, susciter le débat au sein de l’espace public. Afin d’attirer l’attention des médias, et donc de l’opinion, les militants cherchent à créer des situations spectaculaires ou insolites, des manifestations « carnavalesques », à faire preuve d’imagination. Comme l’affirme Patrick Champagne : « Plus les manifestations s’éloignent des jacqueries rurales ou des émeutes urbaines pour devenir des formes symboliques de protestation, plus la lutte sur le sens qu’il convient de donner à celles-ci tend à devenir l’enjeu majeur de ces défilés. On lutte aujourd’hui moins physiquement dans la rue que, avant et après la manifestation, par des déclarations visant à imposer un point de vue et une perception du défilé qui n’est plus, à la limite, qu’un simple prétexte pour déclencher une agitation verbale. » (Champagne, 1990 : 329-357). Nous assistons aujourd’hui à une banalisation de ces stratégies de captation de l’attention médiatique par les mouvements sociaux. En ce sens, l’activisme médiatique du groupe « Vamos ! » peut être analysé comme une stratégie multiforme d’action sur l’opinion publique : en faisant apparaître par la combinaison du nombre et de mises en scènes judicieuses une opinion publique mobilisée, qui occupe la rue, les actions de désobéissance non violente, mises en œuvres par ces protestataires, instaurent une forme de guerre symbolique mais dont le commentaire est un aspect décisif, le relais médiatique de ces actions créant ainsi l’opportunité d’un combat rhétorique a posteriori.

Une lutte pour la labellisation des formes d’action collective

20Le mouvement altermondialiste accompagne, à partir du milieu des années 1990, l’entrée dans un nouveau cycle de mobilisation en France, caractérisé par la « floraison » de différentes structures militantes ayant pour ambition de « se réapproprier ensemble l’avenir de notre monde » (Cassen, 2002). Appréhender le « mouvement social » comme un champ, au sens que Pierre Bourdieu donne à cette notion, permet de prendre en compte le travail symbolique de fabrication des groupes, le travail de représentation que les protestataires ne cessent d’accomplir pour imposer leur vision du monde. L’espace social, en effet, n’est pas seulement un objet de perception dans lequel les individus ou les institutions sont définis par la combinaison d’un certain nombre de propriétés et par l’occupation d’une position déterminée dans un système de classement. Il est aussi l’enjeu de luttes entre des agents pour imposer leur construction et leur représentation du monde social, leurs catégories de perception et de classement, afin d’agir sur le monde social.

21Dans ces luttes proprement politiques pour modifier le monde en modifiant ces représentations du monde, pour la reconnaissance et pour le pouvoir symbolique, une organisation comme « Vamos ! », en prônant la désobéissance non violente, ouvre des possibilités de revendication et des modalités de protestation renouvelées qui renforcent les luttes de concurrence entre les différentes entreprises protestataires. La production de cette offre politique, à destination d’un certain type de militants, dotés de propriétés particulières, peut être décrite comme un champ de luttes entre différentes entreprises de « salut éthico-politique » (Mauger, 2000) qui s’emploient à cultiver leur originalité par rapport aux concurrents, valorisant signes distinctifs et doctrines discriminantes. Ainsi, afin de compléter notre analyse, il est essentiel de prendre en considération le rôle de l’appartenance organisationnelle et les processus de concurrence au sein du mouvement social pour expliquer le recours à la désobéissance civile. L’appropriation et la réinvention de ce registre de l’action collective témoigne d’une forme d’« investissement concurrentiel » (Penissat, 2005) dans un cycle de protestation où se redessine l’espace contestataire. L’avènement d’une posture désobéissante comme « nouvelle » norme de comportement, véhiculée par de « nouveaux entrants », disposant d’autres ressources et d’un autre type d’imaginaire, conduit à disqualifier d’autres formes d’action, dans une lutte pour la définition des formes légitimes de la contestation au sein de la « nébuleuse » altermondialiste.

Bibliographie

Ackerman P., C. Kruegler, 1994, Strategic Non-Violent Conflict: The Dynamics of people power in the Twentieth Century, Westport, London, Praege.

Agrikoliansky É., I. Sommier (Dir.), 2005, Radiographie du mouvement altermondialiste, Paris, La Dispute.

Arato A., J. Cohen, 1992, Civil society and political theory, Cambridge, MIT Press.

Bleiker R., 2000, Popular dissent, human agency and global politics, Cambridge, Cambridge University Press.

Bourdieu P., 1980, Le sens pratique, Paris, Les Éditions de Minuit.

Bové J. et G. Luneau, 2004, Pour la désobéissance civique, Paris, Éditions La Découverte.

Cassen B. (dir.), (2002) Tout sur Attac, Paris, Éditions Mille et une nuits.

Champagne P., 1990, « La manifestation comme action symbolique », in Favre Pierre (dir.), La manifestation, Paris, Presses de la FNSP, p. 329-357.

Champagne P., 1984, « La manifestation », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 52-53, p. 18-41.

Collovald A. (Dir.), 2002, L’humanitaire ou le management des dévouements. Enquête sur un militantisme de « solidarité internationale » en faveur du Tiers-Monde, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Fillieule O., 1997, Stratégies de la rue : les manifestations en France, Paris, Presses de la FNSP.

Foucault M., 1975, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard.

Girling J., 2004, Social Movements and Symbolic Power: radicalism, reform and the trial of democracy in France, New York, Palgrave Mac Millan.

Les Intergalactiques, 2003, Génération altermondialiste : expériences et pratiques, Paris, Syllepse.

Matonti F., Poupeau F., 2004, « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 155, pp. 5-11.

Mauger G., 2000, « Générations de militants », Pour, n° 166, p. 37-46.

Moscovici S., 1996, Psychologie des minorités actives, Paris, PUF.

Pedretti M., 2001, La figure de désobéissant en politique, Paris, L’Harmattan.

Penissat É., 2005, « Les occupations de locaux dans les années 1960-1970 : processus socio-historiques de « réinvention » d’un mode d’action », Genèses, n° 59, pp. 71-93.

Sharp G., 1973, The Politics of Non-violent Action, Boston, Porter Sargent.

Starhawk, 2003, Parcours d’une altermondialiste. De Seattle aux Twin Towers, Paris, trad., Les Empêcheurs de penser en rond/Le Seuil.

Siméant J., 1993, « La violence d’un répertoire : les sans-papiers en grève de la faim », Cultures et conflits, n° 9-10, pp. 315-338.

Sommier I., 1998, La violence politique et son deuil : L’après 68 en France et en Italie, Presses Universitaires de Rennes.

Sommier I., 2001, Les nouveaux mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, Paris, Flammarion.

Tarrow S., 1991, Struggle, Politics and Reform: collective action, social movements, and cycles of protest, Ithaca, New York, Cornell University Press.

Tilly C., 1996, « Répertoires de la violence », Regards sociologiques, n° 12, p. 3-8.

Tilly C., 1984, « Les origines du répertoire de l’action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne », Vingtième siècle, n° 4, p. 89-104.

Auteur

Doctorante en sociologie, à l’école des Hautes études en Sciences Sociales, rattachée au Centre de Sociologie Européenne (CSE-EHESS). Sa thèse porte sur les modalités d’investissements politiques des intellectuels de la gauche antilibérale depuis 1995 en France. Au Centre d’études et de Recherches Internationales (Ceri) de Sciences Po, elle coordonne le projet international d’Encyclopédie électronique des violences de masse (www.massviolence.org).

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540