Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les démarches locales de développement durable à travers les territoires de l'eau et de l'air

 | 
Helga-Jane Scarwell
, 
Isabelle Roussel

Partie 3. La vision globale du développement durable peut-elle être locale ?

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

1La relation entre le développement durable et la gestion territoriale de l’air et de l’eau va être envisagée de manière plus détaillée à travers l’exemple de l’agglomération lilloise.

  • 1 En particulier le partage de compétence peut poser des problèmes notamment lorsqu’il s’agit de gér (...)

2Les réponses apportées à la gestion de l’air et de l’eau, par l’agglomération lilloise1 montrent une forte implication des services techniques, à la fois sur le plan financier et sur celui de l’expertise dans la gestion de l’environnement.

3Compte tenu de la lourdeur des héritages, le retard accumulé par rapport aux normes européennes a nécessité des investissements considérables, largement justifiés par la nécessité de revaloriser l’image de « l’Enfer du Nord ».

4L’air et l’eau, en raison de leur caractère multiscalaire et de leurs multiples usages, imposent, dans leur reconquête qualitative, une vision de l’environnement qui dépasse le simple aspect technique. La maîtrise des impacts négatifs imposés par la pollution de l’air ou de l’eau suppose la prise en compte du fonctionnement de l’écosystème dit « naturel » et de la santé humaine.

5En dépit de textes législatifs nombreux se référant au dévelop­pement durable, le droit peut-il prendre en compte ce « supplément d’âme » qui fait que la qualité de l’environnement doit être choisie et non imposée ? Les choix renvoient à la politique, puisque gouverner c’est choisir et que, précisément, les multiples usages de l’air et de l’eau, imposent des choix au nom d’un intérêt collectif difficile à définir et qui nécessite du courage pour être déterminer et à imposer.

6Le temps n’est plus où l’État incarnait l’intérêt général. La recherche du bénéfice collectif doit s’effectuer à travers une gouvernance réunissant de nouvelles structures politiques qui sont largement en phase d’apprentissage.

7L’eau et l’air impliquant de nombreux acteurs, aux intérêts souvent contradictoires et situés à différentes échelles sont de bons révélateurs de l’existence ou de l’absence de ces nouvelles formes de politique. Le développement durable, imposé par les lois, permet-il de mettre en œuvre une nouvelle politique de l’environnement qui ne pourrait plus uniquement produire de la richesse au sens du « business » mais aussi répondre à des aspirations plus qualitatives. Les enjeux vitaux liés à l’air et à l’eau reviennent sur le devant de l’actualité, de « l’agenda politique » et qu’on avait pu, trop longtemps, les oublier et les traiter comme de simples ressources…

8Le cadre législatif national et international peut donner des indications, des normes à suivre, des principes à appliquer, mais en ce qui concerne les aspects plus éthiques du développement durable, le contexte dans lequel celui-ci s’inscrit prend toute son importance. En effet, les normes techniques ne suffisent plus pour mettre en perspective un développement harmonieux de l’homme dans son cadre naturel. Des procédures sont alors imaginées pour intégrer différentes composantes biologiques et socio-politiques dans une gestion plus intégrée des ressources. Les politiques sont fondamentales et les actions locales, même si elles sont de plus en nombreuses, s’inspirent du concept du développement durable, ne peuvent que constituer l’amorce d’une démarche qui devrait s’intégrer dans une politique plus large, puisque l’air et l’eau ne peuvent pas être gérés uniquement au niveau local.

9La gestion des héritages à travers la politique du renouvel­lement urbain constitue un contexte local particulier qui mobilise des solidarités situées à différentes échelles. Cet élargissement des perspectives entraîne t-il dans son sillage l’air et l’eau à travers une politique de renouvellement urbain durable ? Au contraire, la réconciliation entre l’environnement et le développement économique à travers un certain marketing territorial et une expertise affirmée par le renouvellement urbain ne pourrait que représenter qu’une forme dégradée du développement durable que les économistes baptisent « durabilité faible ». Or, l’examen du concept de développement durable révèle souvent des hiatus entre la théorie et l’action, des discontinuités dans l’imbrication des échelles, des ruptures entre des actions locales et une politique nationale et des coupures entre les aspirations des habitants et les politiques publiques mises en œuvre.

Notes

1 En particulier le partage de compétence peut poser des problèmes notamment lorsqu’il s’agit de gérer des questions de proximité à travers l’agenda 21. C’est Ainsi que les réalisations sur l’eau, priorité de l’agenda 21 lillois dépendaient davantage des compétences métropolitaines.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540