Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les démarches locales de développement durable à travers les territoires de l'eau et de l'air

 | 
Helga-Jane Scarwell
, 
Isabelle Roussel

Partie 2. Du réseau au territoire

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1Ces investigations illustrent l’importance des questions d’échelle qui, à la faveur d’une pensée éthique, doivent pouvoir intégrer les revendications individuelles dans une stratégie communautaire plus vaste. La notion de subsidiarité (Million-Delsol, 1993), peu utilisée dans des pays jacobins comme la France, devrait être davantage repensée car il est dommage de limiter cette notion à la recherche du niveau territorial optimal de gouvernement.

  • 16 En raison de l’unité topographique du fossé rhénan conjugué à une volonté politique, le climat et (...)

2L’échelle européenne a su s’imposer. La DCE propose de nouveaux cadres territoriaux. Pour l’air, l’Europe est très présente à travers les directives et des tentatives de normalisation des gestions nationales. En revanche, contrairement à ce qui a pu se passer en Alsace16, les collaborations territoriales transfrontières sont encore timides et peu institutionnalisées.

3La subsidiarité active se traduit par des formes de gouvernance nouvelles qui associent, non sans difficulté, les citoyens à l’action publique. Ces appropriation, encore timides, de l’eau et de l’air par les habitants renvoient, dans une certaine mesure à la proximité. Les risques (inondations), les nuisances (odeurs, bruit) nécessitent de nouvelles formes partagées de gestion locales mais, en même temps et paradoxalement, les enjeux climatiques imposent d’autres échelles de gestion.

4Dix ans après le texte législatif, la notion de territoire induite par la Laure doit être repensée à l’aune de la mobilité individuelle et de la stabilité des territoires. La qualité de l’air ne constitue pas seulement une question, elle n’a de sens que dans la perspective d’une évolution face à la gêne, aux désagréments, aux multiples inconvénients, aux problèmes de santé et autres impacts négatifs qu’elle génère. Elle s’inscrit dans la perspective d’une transformation globale des rapports à toute une part du monde social se situant dans une territorialité qu’elle conduit à interroger. Bien souvent, la disparition des « points chauds » de la pollution de l’air revient à lutter contre la stigmatisation sociale de certaines zones. L’amélioration de la situation en matière de pollution atmosphérique ne dépend pas uniquement de choix locaux, mais d’interventions à de multiples échelles en relation les unes avec les autres (de l’évolution de la technologie des véhicules à celle de l’aménagement urbain). La question se pose cependant de voir quelle est la part de la qualité de l’air et en quoi les choix locaux peuvent y contribuer en articulation avec des interventions à d’autres échelles. La question de la qualité de l’air doit être intégrée dans une vision plus large de l’aménagement urbain et de la stratégie de développement souhaitée pour l’agglomération.

  • 17 Le rapport de l’IEE prônant une gestion intégrée de l’air a déjà été mentionné…

5La vision intégrée de l’air, encore très balbutiante, peut se concevoir de différentes façons. Certes, l’air est encore appréhendé à travers des catégories peu perméables entre elles : effet de serre, air ambiant, air intérieur, ambiances professionnelles. Dans cette perspective, la gestion territoriale de l’eau intègre, non sans les hiérarchiser, les différents usages de cette ressource alors que les différents usages locaux de l’air apparaissent peu. Pourtant, on s’aperçoit de plus en plus que les pollutions de proximité intègrent des phénomènes qui se manifestent à des échelles différentes17. Cependant, la vision intégrée de l’air peut aussi se concevoir comme une intégration des préoccupations liées à l’air au sein de différentes politiques urbaines : transport, énergie, étalement urbain, habitat etc. Cette intégration progresse tout en inquiétant les acteurs locaux de l’air qui craignent de perdre une certaine lisibilité qui perdurerait à travers les anciennes associations de surveillance.

6Comme élément du territoire, l’air s’impose peu à peu de même que l’eau. Il est de plus en plus reconnu comme un enjeu planétaire. Comment le développement durable accompagne t-il ces deux démarches, apparemment opposées (l’air allant vers le local tandis que l’eau s’avance vers une vision plus planétaire) ?

  • 18 Rapport d’information fait au nom de la Délégation à l’aménagement et au développement durable du (...)

7Ce sont des réponses à cette question que se propose de donner l’analyse des réalisations concrètes, encore peu nombreuses, qui se réclament, plus ou moins ouvertement, du développement durable. Cette notion chemine progressivement à travers des initiatives locales qui manquent encore de mise en perspective plus large. Le récent rapport de Jean-Pierre Dufau et Emile Blessig18 sur le développement durable montre, lui-même combien cette notion, n’a pas servi d’armature pour l’instant à une politique environnementale plus largement développée et mieux validée.

8Les réponses données par les agglomérations pour la gestion de l’eau et de l’air s’inscrivent dans une démarche environnementale. Est-elle suffisante pour correspondre à une vision du développement durable ? Les actions réalisées peuvent elles être attribuées à une application du développement durable même si cette référence n’est pas affichée ?

Notes

16 En raison de l’unité topographique du fossé rhénan conjugué à une volonté politique, le climat et la qualité de l’air font l’objet de collaborations entre l’Alsace, le Bade-Wurtemberg et le canton de Bâle.

17 Le rapport de l’IEE prônant une gestion intégrée de l’air a déjà été mentionné…

18 Rapport d’information fait au nom de la Délégation à l’aménagement et au développement durable du territoire sur les instruments de la politique de développement durable par Jean-Pierre Dufau et Emile Blessig.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540