Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les démarches locales de développement durable à travers les territoires de l'eau et de l'air

 | 
Helga-Jane Scarwell
, 
Isabelle Roussel

Partie 2. Du réseau au territoire

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

1Le point de départ de cet ouvrage se situait autour d’une réflexion sur l’utilisation des ressources naturelles et des enjeux à l’échelle de la région Nord-Pas-de-Calais car il nous importait de ne pas sous-estimer le poids de ce passé spécifique au regard du contexte français. Territoire où les affrontements dont il a été l’enjeu sont au cœur de la dynamique historique, industrielle et collective. La ville représente le lieu privilégié sur lequel se croisent et s’imbriquent les différentes échelles qui imposent de décliner sur un mode local les enjeux planétaires. C’est pourquoi notre observation se situera dans cette seconde partie autour d’une réflexion sur l’utilisation urbaine des ressources naturelles. D’autant que la région Nord-Pas-de-Calais est, compte tenu de sa densité tout à fait exceptionnelle au sein du territoire français (400 hab/Km2), une région dans laquelle le phénomène urbain est généralisé. A ce titre, le développement durable, appliqué à ces deux ressources naturelles que sont l’air et l’eau a pour objectif de dégager quelques idées générales sur l’environnement urbain et la ville durable mais aussi de saisir quel est le poids du contexte et des particularités locales dans l’appréhension de l’environnement qui, par définition ne peut être séparé de données locales. D’où la gestion des héritages dans la perspective de reconquête de l’air et de l’eau. Cette reconquête incontournable a représenté un défi important pour la métropole lilloise comme pour l’ensemble de la région Nord Pas de Calais, qui devait surmonter les stigmates du passé pour offrir un cadre de vie décent à ses habitants.

2Ce défi n’est pas nécessairement considéré comme une contrainte à surmonter. La maîtrise de l’eau ou de l’air peut aussi être représentée comme un atout à exploiter (canal de Roubaix), voire même comme un prétexte à utiliser pour imposer ou favoriser des modes de transports ou des infrastructures (PDU).

3A travers l’air et l’eau, on voit que la ville génère ses propres risques. La concentration des habitants, leur consommation en eau et en espace, la mobilité motorisée, le chauffage et la densité du bâti sont autant de facteurs qui font que les aménités offertes par la ville ont un prix et que ce prix à payer est lourd et grève fortement le budget des collectivités. Les inondations offrent un bon exemple des risques urbains amplifiés, voire générés par l’imperméabilisation et les dysfonctionnements du réseau d’assainissement. Cependant, face à ce risque, choisir la prévention plutôt que la remédiation présente des contraintes puisqu’il faut soustraire un certain nombre de zones à l’urbanisation, surveiller l’utilisation des terres qui est faite autour des champs captants, limiter l’imperméabilisation des surfaces en réduisant les constructions et l’étalement urbain. Progressivement, au fil des ans, les collectivités ont élargi leur mode de gestion des risques. La maîtrise du risque sanitaire a servi de levier pour la gestion de ces deux ressources avec une perspective très hygiéniste qui s’appuyait sur la lutte pour la propreté à travers la désinfection. Mais, petit à petit, le mode de gestion est passé de la remédiation à la prévention. Les collectivités ont dû dépasser leur vision très technique pour les responsabiliser les habitants.

4On voit ainsi, indépendamment des principes du développement durable, s’élaborer une politique de gestion des ressources qui évolue dans le temps au rythme de la sensibilité de la société et de la nécessaire prise en compte de l’environnement. Cette gestion « au fil de l’eau » s’appuie sur des outils très techniques, indispensables mais insuffisants.

5C’est ainsi que des différences apparaissent entre l’air et l’eau. L’usager a peut-être mieux installé sa place au sein du concert des acteurs de l’eau. Il a sans doute contribué à restaurer la qualité des milieux, mais il reste très réservé pour dénoncer les nuisances qui peuvent affecter la valeur foncière de sa maison. La gouvernance de l’air, quant à elle, est encore timide : seule la surveillance et son aspect technique paraissent construits à l’heure actuelle. Politiques et ingénieurs ont tendance à réduire la gouvernance de l’air à la surveillance en regrettant le déficit de connaissances.

6On peut constater également la lenteur des progrès opérés en dépit des investissements considérables effectués. Certes, ces investissements font sentir leur bénéfice sur le temps long du développement durable, mais ils montrent également que sans une volonté forte consistant à économiser la ressource, les normes techniques seront impuissantes pour assurer, à elle seules, la salubrité de l’environnement urbain. Peut-être que le changement climatique en imposant l’urgence d’un changement d’échelle rendra la perspective du développement durable plus opératoire pour changer le rythme des actions entreprises en faveur de l’environnement.

7Toutes ces considérations, à résonance essentiellement politique montrent combien la gestion de ces ressources naturelles a largement dépassé la vision techniciste des réseaux pour interroger l’ensemble du territoire et des habitants comme l’incitaient les deux textes législatifs de 1992 (loi sur l’eau) et 1996 (loi sur l’air : LAURE).

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540