Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les démarches locales de développement durable à travers les territoires de l'eau et de l'air

 | 
Helga-Jane Scarwell
, 
Isabelle Roussel

Partie 1. De l'hygiénisme au développement durable

Chapitre 3. L’eau et l’air : la gestion et la surveillance au fil des ans : de la mesure à la remédiation

Texte intégral

1Reconstituer l’histoire des relations d’une société à l’eau ou à l’air, c’est en effet « souligner la responsabilité des rapports sociaux dans les formes de dégradation de l’environnement » (Godard, 1980), car l’histoire de ces relations traduit des choix antérieurs. C’est aussi remettre en cause certains modes techniques d’exploitation de la ressource et certains modes d’occupation du sol, notamment dans la ville ; au-delà, c’est apporter un regard critique sur les conditions socio-institutionnelles du développement des territoires. C’est ce que nous proposons en analysant les acteurs de l’eau, et plus globalement l’évolution des modes de gestion de l’eau dans l’agglomération lilloise. En parallèle, les techniques de surveillance mises en place, plus tardivement pour l’air, permettent de montrer les limites d’un système fondé principalement sur le respect des normes. Ces rapides rappels soulignent d’une part, l’importance des héritages pour comprendre l’évolution des approches actuelles sur la gestion de ses ressources et constituent d’autre part, des éléments de compréhension dans la perspective de démarches de développement durable qui relaient nécessairement une vision trop techniciste des pollutions.

2Il ne s’agit pas tant ici d’inventorier avec précision chaque acteur et de définir pour chacun d’entre eux les actions entreprises, mais de souligner, qu’il s’agisse de gestion de l’eau ou de surveillance de l’air, comment les modalités de gestion étaient en phase avec les caractéristiques socio-économiques de la région et comment elles doivent évoluer en fonction de l’émergence de besoins et d’aspirations nouvelles.

3On pourrait alors formuler l’hypothèse que les principes du développement durable, à travers des pratiques judicieuses, offrent aux pouvoirs publics locaux une opportunité pour redonner à l’environnement ses multiples dimensions politiques, spatiales et sociales. Le développement durable s’impose pratiquement de lui-même pour répondre aux nouvelles exigences de la gestion des ressources naturelles. Encore faut-il que les élus s’approprient ces enjeux et se donnent les moyens d’y répondre dans une acceptation renouvelée de la notion de territoire et de l’échelle du temps avec laquelle il doivent agir.

1. La vision hygiéniste de la gestion de l’eau

4Dans la première moitié du 19e siècle, l’alimentation en eau des ménages lillois se fait essentiellement par l’intermédiaire des puits. Ces derniers sont creusés à des profondeurs variant de 10 à 75 mètres mais de nombreux problèmes persistent. Tout d’abord la qualité des eaux ne cesse de se dégrader en raison de l’infiltration des eaux usées dans le sol et qui atteignent les nappes. Dans certains quartiers, l’eau a un goût très désagréable de fer ou de soufre. Ailleurs, l’eau est très chargée de sels calcaires et contient des sulfates en proportion nuisibles. Les terrains perméables facilitent l’infiltration de substances diverses, telles les matières organiques qui représentent de réels dangers pour la santé des citoyens. Les courettes des maisons ouvrières, espaces de rejet des eaux usées, les abattoirs, les distilleries ou autres teintureries sont autant de sources de pollution des nappes souterraines (ADN, série O, 357 1697).

5De plus, la population lilloise (environ 155 000 en 1870) ne cesse de s’accroître et le niveau des nappes subit en conséquence de fortes variations aggravées pendant les périodes de sécheresse (ex : été 1857, 1858 et 1859) (Bernard, 2000). Il apparaît donc urgent d’établir à Lille une distribution d’eau potable afin d’améliorer l’hygiène publique, mais également d’alimenter les industries qui subissent des carences d’eau notamment en fin de journée.

6Une prise d’eau dans la Deûle permettrait le bon fonctionnement des usines, mais cette idée est réfutée par le conseil municipal en raison du coût de mise en place trop important (double canalisation, modification de la voirie) mais également à cause de la mauvaise qualité des eaux de la rivière, inutilisables pour les arrosages de la voie publique et source d’insalubrité.

1.1. De l’acquisition de nouvelles sources à la distribution d’eau potable

7Afin de trouver une alternative aux modes traditionnels d’alimentation en eau (i.e. les puits), André Richebé, maire de Lille, installe une commission chargée d’étudier l’institution de la distribution d’eau potable à Lille. Les sources autour de la commune d’Emmerin sont privilégiées. Cette commune située au sud de Lille dispose en effet de sources facilement extensibles suivant la demande (ADN, série O, 357 1707). Le projet d’approvisionner la ville grâce aux sources d’Emmerin est adopté par le Conseil Municipal le 11 juillet 1867. La ville de Lille achète quatre sources à Bénifontaine (Pas-de-Calais), dans la partie amont du flot de Wingles puis les sources de Billaut, de Guermanezet et la source de la Cressonière achetée au territoire d’Emmerin. Les sources de Seclin, perdues au fond du canal du même nom, sont écartées en raison de leur mauvaise qualité. L’ensemble de ces sources, même en situation d’étiage, est assuré de fournir un volume d’environ 17 000 m3, sachant que celles de Wingles fournissent à elles- seules 10 000 m3.

8Le rapport de l’ingénieur en chef prévoit une ressource journalière minimum assurée dans une fourchette allant de 176 à 259 litres par habitant. Mais, en 1872, les sources captées fournissent seulement 100l/jour/habitant alors que le minimum acceptable est de 150 l/jour/habitant. L’explication de ce phénomène est l’assèchement des marais de la Haute-Deûle qui entraîne une baisse des nappes d’eau d’Emmerin (ADN, série O, 357 1707).

9La réalisation des ouvrages d’alimentation en eau est confiée à Masquelez, ingénieur chef des Ponts et Chaussée et directeur des travaux municipaux de la ville de Lille. La première tranche du réseau de distribution est inaugurée le 9 janvier 1870.

10Au sud de la commune d’Emmerin, 17 points de forages sont effectués et alimentent grâce à des aqueducs collecteurs le réservoir inférieur d’Emmerin (figure ci-dessus). De là, deux conduites d’environ 2,5 kilomètres de long et 60 centimètres de diamètre mènent les eaux jusqu’au lieu dit, l’Arbrisseau, où se localise le réservoir supérieur. Ce dernier est relié à la cuve réservoir de la place Barthélemy Dorez (Porte des Postes) à partir de laquelle trois canalisations alimentent la ville. En 1886, un deuxième réservoir, appelé Saint Maurice, est établi à la Louvière afin de combler le manque de pression des eaux au Nord de la ville.

11Au sein de la ville de Lille, le raccordement des foyers à l’eau courante se fait grâce aux bornes fontaines qui sont elles-mêmes reliées aux réservoirs. La première ville à se doter de ce système est Paris qui dispose en 1840 de 1 600 bornes fontaines. Deux fois par jour et durant une heure, les fontaines débordent et permettent ainsi le nettoyage des rues par ruissellement des eaux. Mais ce système présente de nombreux désavantages. Tout d’abord, la circulation des eaux ne doit pas être trop lente, au risque de voir apparaître des flaques, sources d’insalubrité, ni non plus trop rapide si l’on veut éviter un nettoyage et un écoulement trop concentrés.

1.2. Explosion démographique et besoin en eau au 20e

12Au 31 décembre 1908, Lille dispose de 117 bornes fontaines et sur les 220 000 habitants, seulement 13 941 sont raccordés à l’eau courante (Bernard, 2000). Les sources d’Emmerin ne sont donc pas suffisantes pour alimenter la ville en eau potable, notamment lors des périodes de sécheresse. Afin de compenser ce manque, les eaux de l’Arbonnoise sont captées et redistribuées dans les quartiers de Lille Sud grâce à l’usine élévatoire de la rue Saint Bernard (figure n° 4). Les eaux de l’Arbonnoise sont alors principalement utilisées pour l’activité des usines des quartiers Sud de Lille. Cependant, la qualité de ces dernières se trouve aggravée à travers cette utilisation secondaire.

Figure 4 : Photo Usine élévatoire da la rue Saint Bernard.

Figure 4 : Photo Usine élévatoire da la rue Saint Bernard.

13Le 17 Août 1905, une commission spéciale est nommée afin de rechercher les moyens d’alimenter la ville de Lille en de nouvelles eaux potables. Cette assemblée est formée de divers corps de métier allant de professionnels reconnus, tel le Docteur Calmette, directeur de l’Institut Pasteur, à des personnes travaillant plus dans l’ombre, tels des conseillers municipaux ou des ingénieurs (ADN, série O, 357 1716). La craie fragmentaire aquifère se rencontre dans les vallées et vallons, notamment dans les vallées principales et secondaires de la Deûle et de la Scarpe. C’est en ces lieux que les recherches principales sont poussées. En 1870, Masquelez se cantonna à trouver de l’eau en quantité, laissant de côté la qualité. En effet, les installations présentent de nombreux inconvénients comme le défaut d’isolement des sources et galeries des eaux superficielles des marais voisins mais également la communication possible avec les eaux malsaines et contaminées du Canal de Seclin, affluent de la Deûle.

14La basse vallée de la Deûle, sillonnée par des marais importants, se prête mal au captage de nouvelles eaux potables. La ville de Lille et la commission spéciale se reportent donc sur la haute vallée de la Deûle où les limons imperméables constituent une protection efficace de la nappe de la craie contre l’infiltration des eaux superficielles (ADN, série O, 357 1716).

15La région de la Bassée commence alors à être exploitée. Six forages sont descendus à des profondeurs variant de 70 à 100 mètres. Les analyses chimiques et bactériologiques des eaux se révèlent excellentes : eaux limpides, sans odeurs, faible minéralisation, faible nature organique et absence totale de nitrites et d’ammoniac. Afin de faire une expérience plus concluante, la ville exécute un dernier puits de 0,7 mètre de diamètre comme forage définitif. Après avoir pompé pendant un mois, jour et nuit, les analyses des eaux sont encore parfaites et le débit par 24 heures s’élève à environ 6 000 m3. La ville de Lille décide donc d’établir le projet de captation et d’adduction des eaux de la nappe de la Bassée.

16Les besoins de la ville pour une alimentation en eau potable domestique, industrielle et de voirie et pour une population future de 300 000 habitants sont évalués à 80 000 m3 par 24 heures. La nappe de la craie ne pouvant délivrer une quantité si importante, on limite cette dernière à 30 000 m3 à destination des ménages. Les 50 000 m3 restant, à destination des industries et de la voirie, trouvent leur origine dans les eaux superficielles. Il est décidé que les sources et galeries d’Emmerin donneront un débit journalier de 10 000 à 30 000 m3 après épuration par traitement par l’ozone. Les eaux de la Bassée quant à elles donneront le complément nécessaire, selon les besoins (ADN, O 357 1855).

17Le programme suivant est donc adopté (ADN, série O, 357 1855) :

18« Première urgence »

  1. traitement par l’ozone des eaux d’Emmerin

  2. captage dans la région de La Bassée des eaux de la craie en quantité voulue pour constituer avec les eaux d’Emmerin, les 30 000 m3 nécessaires à l’alimentation en eaux potables

19« Deuxième urgence » :

  1. déviation de la rivière de l’Arbonnoise de 50 000 m3 d’eau de voirie

  2. clarification et désodorisation de ces eaux. »

20L’usine d’épuration des eaux par l’ozone, située à proximité des réservoirs supérieurs de distribution d’Emmerin, peut traiter des volumes entre 10 000 et 30 000 m3 par jour avec une extension possible à 40 000 m3. Finalement, le traitement à l’ozone, mis au point par Louis Marmier, collaborateur du Docteur Calmette, est délaissé après la Première Guerre Mondiale au profit de systèmes moins onéreux. En effet, cette stérilisation des eaux nécessite l’achat d’appareils électriques dont le coût est trop important par rapport au budget municipal (Bernard, 2000). Les captages de la Bassée devant fournir un volume d’eau maximum de 20 000 m3, il est prévu d’effectuer 20 forages à 1000 m3 de débit chacun. Ces derniers, espacés de 150 mètres, se placent sur une ligne parallèle au canal d’Aire à la Bassée, à 100 mètres de distance.

Figure 5 : Intégration des risques hydrologiques dans l’aménagement urbain.

Figure 5 : Intégration des risques hydrologiques dans l’aménagement urbain.

L’exemple du schéma directeur, « évolution de la prise en compte des ressources en eaux entre 1997 et 2002 ».

21La conduite d’amenée des eaux de la Bassée à Emmerin formée de deux conduites en fonte de 0m 65 est capable de débiter 30 000 m3. Un service de distribution d’eaux industrielles existe déjà depuis 1899 pour certains quartiers, mais ce dernier insuffisant, il doit considérablement être étendu et radicalement transformé. L’avant-projet joint à celui des eaux potables prévoit donc (ADN, série O, 357 1855) :

  • la dérivation de l’Arbonnoise vers une usine de filtration et d’élévation aux réservoirs supérieurs de 50 000 m3 par jour ;

  • une usine d’épuration de ces eaux, où les eaux sont clarifiées, désodorisées.

22Le principe du projet des eaux potables et de l’avant projet des eaux de voirie est admis par le Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France dans sa séance du 29 Juillet 1912. Le conseil préconise une surveillance constante dans la région de la Bassée afin d’empêcher l’établissement de champs d’épandage ou de puits perdus susceptibles de polluer la nappe aquifère. Cet avis est adopté par le Ministre de l’Intérieur le 6 Août 1912 (Bernard, 2000).

23En 1914, le réseau de distribution lillois apparaît encore insuffisant et des études d’extension des forages sont mis à l’étude, mais la guerre freine ces projets.

2. Les acteurs de l’eau ou la gestion de l’eau du XVIIIe siècle à nos jours dans l’agglomération lilloise

24Depuis que la conscience collective a été mobilisée autour de la défense du patrimoine hydraulique, la gestion de l’eau s’est réorganisée en tenant compte de la raréfaction de la ressource, de son caractère social et culturel (Ghiotti, 2001). L’explosion des besoins a fait apparaître la nécessité d’une approche globale des problèmes de l’eau, mais aussi, de toutes les questions liées à l’environnement, comme l’énonce la loi sur l’eau de 1992 : « l’eau est un patrimoine commun dont la gestion équilibrée est d’intérêt général ». Ainsi, les modes de gestion des risques hydrologiques ne peuvent s’envisager qu’au travers de l’évolution historique de la gestion plus générale de l’eau, d’abord par filière, puis globale, et enfin intégrée dans le cadre du bassin versant, voire à l’échelle du district hydrologique transfrontalier.

25La région Nord-Pas-de-Calais au cours des siècles précédant la Révolution industrielle a été le siège de nombreuses activités artisanales, activités souvent de complément à l’activité agricole. Toutes ces activités sont liées au réseau hydrographique et l’artisanat a longtemps été un artisanat de bord de rivière.

26L’évolution des modes de gestion de l’eau et des risques hydrologiques s’effectue d’abord par filière, puis elle s’est progressivement intégrée à un ensemble de plus en plus vaste, le bassin versant dans un premier temps puis le district hydrologique transfrontalier dans un second temps.

27L’émergence d’une gestion dite intégrée traduit une transformation des rapports entre la société et les milieux naturels, mais surtout dans les modes d’action publique. Si l’intégration de la dimension spatiale permet en outre de parfaire la compréhension de l’hydrosystème, la transformation des logiques d’action dans le temps autorise, quant à elle, d’envisager la prise en compte de nouvelles préoccupations sociétales (environnement, participation) et illustre l’évolution de la gestion de l’eau dans l’espace et dans le temps.

2.1. Les temps de la proximité (18-19esiècles) et des pollutions historiques

28« Pays d’eau, le Nord a construit son dynamisme économique au gré de ses canaux, chemins de halage, petites rivières ou canaux à grand gabarit, péniches flamandes » (Boutique, 1997). A ce titre, le développement du territoire est lié aux divers usages de l’eau : usages qui mettent en péril les eaux, tant de surface que souterraines ; usages concurrentiels entre les diverses activités au point de réduire les zones humides. En effet, de vastes prairies bordaient autrefois le cours des rivières. Or, depuis des siècles, les rivières de cette région ont été sujettes à une exploitation intense et massive des hommes. Elles sont presque toutes canalisées et l’urbanisation croissante et le développement industriel ont favorisé l’imperméabilisation des sols. Les prélèvements de leurs eaux, pour des raisons agricoles et industrielles, ont également transformé leurs régimes, tout comme les activités des riverains sur ces milieux humides. Les paysages d’eau, milieux originaux et naturels dans les époques anciennes, se sont progressivement transformés en espaces de plus en plus artificialisés. Cette gestion de proximité n’a pas permis un partage équilibré des usages de l’eau. Ainsi, à Lille, après avoir dompté les eaux de la Deûle par des canaux et asséché les marais, la physionomie de la ville changea du fait de la volonté des élus d’améliorer la salubrité publique. A ce titre, de nombreux canaux furent remblayés. Les pollutions historiques qui se sont reflétées par l’état des nappes témoignent d’un lourd passé industriel. Comment nier que les sous-sols ont hérité de ce qui se passait en surface ? Bien évidemment, les eaux souterraines ont hérité des pollutions du passé. Et comment, face aux intérêts divergents, sinon contradictoires, faire valoir les intérêts des milieux aquatiques ? L’eau a été longtemps un territoire de rencontres de petits métiers pour qui les préoccupations de maîtrise des cours d’eau avaient toute leur importance. Les villes ont fortement contribué au dysfonctionnement et à l’altération des rivières qui les traversaient. C’est le cas, par exemple, de la ville de Lille et de plusieurs communes de la métropole lilloise. L’essor industriel entre la Lys et la Marque a favorisé une forte demande en eau motrice et en eau destinée aux différents traitements. Enfin, la croissance démographique contribue à l’augmentation de la demande en eau domestique. D’autant qu’avant 1884, il n’existe aucun système généralisé de distribution de l’eau, du fait de sa gratuité. L’approvisionnement est laissé à l’initiative individuelle et chacun puise la quantité lui semblant nécessaire. Les industriels utilisent le réseau hydrographique de surface et dérivent un volume important d’eau afin, par exemple, d’actionner les roues motrices. L’alimentation jusqu’aux années 1870 est assurée par le captage de source ou par des puits, puis par la multiplication de fontaines. On ne s’étonnera pas que ces comportements aient des répercussions sur le milieu naturel : dégradation de la qualité de l’eau en raison de la croissance de la production industrielle et de l’essor démographique qui conduisent à des rejets pollués en augmentation. Or le réseau hydrographique est l’unique récepteur de tous les effluents de la ville, ce qui favorisera la contamination des eaux de surface dans la ville de Lille. Enfin, les conflits s’expriment entre usagers tant d’amont que d’aval, en raison de l’irrégularité des débits et de la mauvaise qualité des eaux. Sur la Lys, on pratique des éclusées en été et au début de l’automne. Pendant ce temps, les roues hydrauliques sont paralysées. De nombreuses pétitions portant sur la qualité de l’eau sont adressées aux élus qui les transmettent à leur tour à l’ingénieur. Ces problèmes de pollution persisteront plusieurs décennies. Ces pollutions caractérisent l’inadéquation entre la demande en eau et les réelles possibilités de la ressource, mais elles illustrent également la difficile conciliation entre les diverses utilisations de l’eau entre les usagers et ce, en l’absence d’un cadre législatif adéquat et pertinent, en raison de la mauvaise application de la législation existante face aux pressions des milieux économiques. Cette dimension historique doit être intégrée dans les études actuelles, notamment celles retraçant l’évolution de la prise en compte de l’environnement dans les grandes villes.

2.1.1. Hygiénisme et mise en place des réseaux d’assainissement dans la métropole lilloise

  • 1 In Barles S. (1999), la ville délétère, médecins et ingénieurs dans l’espace urbain XVIIIe et XIXe, (...)

29Comme le souligne Henri Darcy dans son ouvrage sur les fontaines publiques : « […] sans un bon système d’égout, il n’existe pas un bon système de distribution des eaux […] »1.

30A la fin du XIXe siècle, le réseau d’égout de Lille est très peu développé et les rejets d’eaux usées se font vers la Basse-Deûle donnant à cette dernière un aspect répulsif. C’est pourquoi, le conseil municipal du 4 juin 1861 accepte le dossier d’évacuation des eaux résiduaires qui lui est proposé. Ce projet prévoit l’évacuation des eaux usées du Vieux-Lille, mais également des communes récemment annexées que sont Moulins, Wazemmes et Esquermes. Un réseau d’égout primaire puis secondaire est relié à un collecteur principal qui suit le trajet Boulevard de la Liberté, rues Nationale et de la Grande Chaussée avant de se jeter dans la Basse-Deûle. Finalement, seule une partie du grand collecteur sera achevée et la majorité des égouts se déverse dans trois collecteurs principaux au niveau de Port Vauban, de l’Esplanade et de Becquerel. Afin d’améliorer la qualité des eaux de la Deûle, ne font que reporter le problème sur d’autres rivières telle que l’Arbonnoise. Cet extrait du rapport de la commission d’étude sur l’insalubrité des canaux de la Deûle, daté du 22 Juillet 1881, en est un parfait exemple : « […] il conviendrait peut être même au moyen de rigoles s’étendant sur les deux rives parallèlement à la Deûle de rejeter une certaine quantité d’eau dans l’Arbonnoise avant son entrée dans la ville. La municipalité de Lille compte faire de l’Arbonnoise l’égout collecteur du réseau constitué par tous les canaux intérieurs de façon à éviter de salir le canal de transit. Cet apport des eaux de la Deûle à l’entrée de l’Arbonnoise purifierait notablement ce réseau de canaux intérieurs et le courant du collecteur déversé dans la Deûle à la sortie de la ville de Lille pourrait se faire alors sans inconvénients pour l’hygiène publique. […] » (ADN, série O, 357 3035).

31L’hygiénisme et la mise en place des réseaux d’assainissement

32Les autres solutions apportées par la commission sont respectivement d’établir des mesures rigoureuses contre les industriels riverains et de les contraindre à épurer complètement leurs eaux de rejet. Dans un deuxième temps, le débit de la Deûle doit être augmenté par tous les moyens et les canaux intérieurs doivent être couverts autant que possible avec un déversement dans un égout collecteur s’écoulant dans la Basse-Deûle (ADN, série O, 357 3035).

33En 1908, sur 200 kilomètres de voirie, seulement 90 kilomètres d’égout ont été réalisés et aucun système de rejet des eaux pluviales et ménagères n’existe réellement.

  • 2 Cité par Bernard D. (2000) : Lille au fil de l’eau, La Voix du Nord, 222 pages.

34L’entre deux-guerres ou la prise en compte d’un nouveau paramètre : la gestion des eaux pluviales. Au lendemain de la Grande Guerre, Lille malgré ses destructions et ses quatre années d’occupation connaît un essor industriel et humain conséquent. Gustave Delory, maire de Lille et Albert Calmette, directeur de l’Institut Pasteur, souligne en 1920 le besoin urgent de mieux distribuer et assainir efficacement les eaux de la capitale des Flandres. La solution viendra en 1923 par l’autorisation de l’Etat de détruire les remparts, favorisant ainsi le développement spatial de la ville et l’implantation d’infrastructures d’assainissement. En 1925, Roger Salengro, maire de Lille, accélère la mise en place du tout-à-l’égout, notamment en autorisant la destruction de nombreux logements insalubres. En 1930, entre la Citadelle et la Madeleine, sept forages sont effectués dans la craie et fournissent 12 000 à 14 000 m3 par jour. La consommation en eau de Lille est alors équivalente à 60 000 m3 par jour2.

35Jusqu’à la première Guerre Mondiale, le réseau d’égout de la ville consistait en des canaux sous les maisons, anciennes dérivations de la Deûle et en divers égouts qui débouchaient soit en Haute, Moyenne ou Basse-Deûle. Le fossé des fortifications recevait également les eaux du bassin versant à partir de la porte d’Arras et les déversait dans la Basse-Deûle. Ces ouvrages, pour la plupart, étaient établis sans plan d’ensemble et présentaient des accumulations de vase d’autant plus nuisibles que beaucoup d’habitations privées étaient en communication directe avec les canaux à travers les ordures ménagères.

36La ville de Lille, durant la séance du Conseil Municipal du 19 octobre 1932, soumet au Conseil Départemental d’Hygiène le projet d’ensemble de son réseau d’égout et d’eaux pluviales (figure 6). Ce dernier a notamment pour but de supprimer les inondations périodiques de divers quartiers : rue Cabanis, Dumont d’Urville, de Douai et d’Arras. Le projet général d’assainissement de la ville est du système dit « séparatif », mais en attendant que le second réseau dit du « tout à l’égout » soit également réalisé, les eaux de lavage comme les eaux industrielles sont provisoirement admises dans les égouts d’eaux pluviales.

Le plan d’ensemble du réseau d’égout d’eaux pluviales comprend trois collecteurs (ADN, série O, 668 769) :
- le collecteur sud qui se déverse dans la dérivation de la Haute-Deûle. Deux raccordements sont prévus avec l’égout de la rue des Postes et le collecteur Ouest, pour évacuer par ces derniers le débit des petites pluies.
- le collecteur du Boulevard de la Liberté dont le point de déversement est le Quai du Wault en cas de fortes pluies et le collecteur Est lors des petites pluies.
- le collecteur Est qui se déverse en Basse-Deûle, ce dernier reçoit d’autres tributaires importants tels les collecteurs de la rue du Molinel, de Fives Saint-Maurice, du Boulevard Carnot et le collecteur Ouest.

37Tous ces points de déversement ne sont prévus que pour les grands débits d’orage ; pour les petites pluies, il n’y a qu’un seul point de déversement, celui du collecteur Est ; cela permet d’y placer, si besoin, une installation unique d’épuration de toutes les eaux pluviales et de lavage du bassin versant de Lille.

38

Figure 6 : Les réseaux d’assainissement de Lille vers 1935.

Figure 6 : Les réseaux d’assainissement de Lille vers 1935.

39Le Conseil Municipal de Lille, dans sa séance du 18 juin 1932, examine le « programme définitif des grands travaux de réseaux d’égouts d’eaux pluviales et d’égouts secondaires » et arrête la première tranche des travaux à réaliser immédiatement. Dans cette première partie, trois travaux sont classés prioritaires :

  • le collecteur de la rue du Faubourg d’Arras qui est indispensable pour assurer l’écoulement des eaux pluviales et ménagères du groupe des habitations à bon marché en construction dans ce quartier.

  • le collecteur du Boulevard de la Liberté (entre la rue Molière et la rue de Valmy)

  • des sections des affluents suivants du collecteur Est, collecteur Ouest- Arbonnoise, collecteur de Faubourg de Douai, collecteur de Fives Saint Maurice, collecteur du Becquerel.

40Le collecteur Est et quelques égouts ont été écartés de cette première tranche, de façon à rester dans la limite fixée de 7 404 500 francs (à l’époque). Certains égouts ont toutefois un caractère prioritaire tel l’égout de la rue de Maubeuge et celui du Boulevard des Ecoles, l’égout entre les rues Lamartine et Jeanne d’Arc ainsi que celui des rues de Philadelphie, Gosselin et Necker. Un égout d’environ 1900 mètres de longueur est également compris dans le programme pour desservir la Cité Hospitalière (ADN, série O, 668 769).

41Au début des années 70, les stations d’épuration de Grimonpont, Marquette, Houplin-Ancoisne et Comines-Ploegsteert voient tour à tour le jour afin de traiter les eaux usées dont la teneur en phosphate ne cesse d’augmenter en parallèle de la croissance des équipements électro- ménagers.

2.1.2. De la « civilisation du fongique et de la putréfaction3 » à la ville moderne

  • 3 Cf. Guillerme A, (1983) : p. 181.

42Avant le 19e siècle, il n’existe pas de gestion de l’eau en tant que telle. L’eau est indispensable à différents usages économique ou militaires comme l’illustre l’ouvrage d’André Guillerme (1983), D’ailleurs, l’affectation de l’eau nécessaire aux différents usages, ceux des populations, des industries et de l’agriculture, comme ceux de la navigation ou des loisirs, va progressivement poser des problèmes de concurrence. Historiquement et chronologiquement, selon cet auteur, du 14e à la fin du 18e siècle, la ville s’entoure d’un fossé d’eau défensif extrêmement large de trente à cent mètres, favorisant de la sorte une humidité saturée dont la stagnation nouvelle est progressivement mise à profit, d’abord pour la production du salpêtre nécessaire à la fabrication de la poudre, puis grâce à la putréfaction et à la fermentation, pour la production de toile, de papier, de teinturerie et de tannage. De façon pratique, la stagnation est utilisée pour la séparation des fibres et la détente. Il conclut en soulignant que « c’est véritablement une économie fondée sur la fermentation qui prend corps durant le 14e siècle pour s’achever à la fin du 18e siècle » (p. 179). Plus tard, la phase couvrant les 18ième et 20e siècles se caractérise par la canalisation des rivières et l’enterrement des réseaux d’eau, entraînant un bouleversement dans la gestion de l’eau. Cette mutation est notamment soutenue par les Lumières et a pour incidence l’essor de l’hydraulique et l’avènement dans les milieux scientifiques du cycle atmosphérique de l’eau (Goubert, 1986). Dès lors, comme le décrit Guillerme, à « la demande du pouvoir politique, (l’ingénieur), s’efforce d’éponger, de cureter ou de cautériser cette plaie ouverte qu’est devenu le réseau de surface » (p. 189). Ajoutons que celui-ci est devenu inutile pour l’industrie, qui demande désormais une eau épurée et sous pression.

2.1.3. Les topographes de l’eau

43Les ingénieurs avaient une place particulière dans la gestion de l’eau et des risques hydrologiques, en particulier en raison du domaine dans lequel la technique moderne est apparue, le domaine « du meilleur possible », de la maîtrise des aléas et du progrès. Les ingénieurs seront rattachés tout au long du 18e siècle au contrôle général des Finances, responsable de la politique économique de la Monarchie. Ceci souligne que leur rôle ne consiste pas uniquement à réaliser des infrastructures, mais bien, conformément à l’apport des Lumières, à faire circuler hommes et marchandises, selon une conception de l’excellence, fondée sur le volume de la production et des échanges (Perrot, 1992). Mais Jean-Baptiste Narcy (2004) nous rappelle que « l’apparition ou la disparition d’une gestion de l’eau assimilable à une gestion de flux ne sont pas uniquement dues, […], à l’évolution des techniques ou à une progression supposée linéaire des préoccupations sanitaires (on voit combien cette linéarité est fausse, avec la mise en place d’une civilisation de la putréfaction » basée sur l’eau stagnante « succédant à un Moyen Age particulièrement soucieux de son hygiène » (Narcy, 2004, p. 47).

44On trouve aussi dans les travaux d’Antoine Picon (1992) l’illustration de l’importance de l’eau, ce qui entraîne d’ailleurs une lutte contre l’eau sous toutes ses formes. Selon cet auteur, l’eau représente l’un des principaux problèmes posés aux techniciens (Picon, 1992). Car, ajoute-t-il, la voie d’eau constitue le principal mode de transport des denrées pondéreuses, les rivières fournissent la seule source d’énergie capable de faire fonctionner régulièrement des machines de forte puissance. « La sidérurgie proto-industrielle est par exemple tributaire du cours d’eau qui actionne ses martinets et qui doit être aménagé en conséquence. Par le biais de ce type d’aménagement, l’architecture hydraulique structure la géographie manufacturière » (p. 57). Le terme « architecture » se rapporte aux références communes que partage l’ingénieur avec l’architecte et notamment, l’usage de la géométrie et des proportions, afin de dimensionner les ouvrages. La monarchie française, après avoir investi dans la défense du royaume, demande aux ingénieurs de privilégier la vie économique, l’agriculture, les manufactures et le commerce.

  • 4 On relira avec attention l’ouvrage de Sabine Barles et notamment son chapitre deux sur « La ville d (...)

45Ainsi, la tâche qui revient aux ingénieurs consiste à construire à moindre coût des routes, des canaux. Héritiers des pratiques et des savoirs remontant au Moyen-Age ou à la Renaissance, l’aménagement du territoire ne reflète qu’une partie de leurs compétences (Gille, 1978)4.

46Au 18e siècle, influencée par la conception newtonienne qui encourage à l’édification d’un univers mécanisé, l’objectif demeure la domestication des eaux, comme en témoignent les missions confiées aux associations syndicales hydrauliques. Plus tard, avec les prescriptions hygiénistes et saint-simoniennes, les espaces ne sont plus gérés en fonction de la contrainte à maîtriser mais « de plus en plus affectés, grâce au développement de la mécanisation, à l’agriculture intensive ou à l’urbanisation » (Narcy, 2004, p. 34). Saint-Simon, auteur du « Catéchisme des industriels », proposait un modèle de société laissant la première place à l’industrie, et jugeait que le pouvoir devait revenir aux savants et techniciens, seuls capables selon lui d’organiser la société de façon rationnelle et efficace. Dans cet esprit, on ne s’étonnera pas qu’il revient aux ingénieurs d’inventer des solutions techniques particulières, « sinon inédites, voire d’innover » (Vérin, 1993, p. 11). Leur mission est bien de faciliter les décisions en opérant des choix justifiés selon un double impératif : anticiper et optimiser, grâce aux mathématiques. Les ouvrages doivent aussi résister à toute force ennemie en fortifiant au sens premier du terme, mais également en construisant les constructions défensives contre les crues et les inondations. Il va sans dire que les territoires de l’eau et du risque constituent l’espace de la technique. Certains se demandent d’ailleurs si l’ingénieur « personnifie l’intelligence qui surmonte les désordres du monde et ses violences, ou bien sa raison s’implique-t-elle dans la diversité obscure des ruses de la nature ? » (Vérin, 1993).

47L’accent est mis sur les processus de production et sur les échanges qui participent d’un idéal circulaire, reprenant par là les thèses des physiocrates. Les hommes autant que les richesses ou idées doivent être mis en mouvement. Antoine Picon rapporte qu’ « il faut rendre encore plus fluides les circulations existantes afin de vivifier toutes les parties du royaume ». L’étude de la nature ne révèle t-elle pas que le mouvement purifie, tandis que l’immobilité laisse la corruption se développer, que l’on envisage l’air, l’eau ou encore le sang dans l’organisme (Guillerme, 1990) ? Ce qui fera dire à André Parmentier que « c’est une vérité reconnue que l’eau la plus parfaite s’altérerait bientôt sans le mouvement qui l’entretient dans sa propre pureté » (Parmentier, 1787, p. 21). Alors même que l’architecture hydraulique n’est plus le modèle par excellence de l’art de l’ingénieur à la fin du 18e, la lutte contre l’eau demeure un élément essentiel. Ceci étant, la théorie de la fluidité basée sur les impératifs de circulation continue de s’appliquer comme le signale Samuel Bordreuil : « Ici, c’est le mouvement qui est son propre maître et l’ingénieur qui s’en fait le patient, le zélé serviteur et rétablit la continuité là où elle s’interrompt, la régularité, là où elle manque, comme chaque fois qu’il le peut, toute rupture de charge. Désir d’une ville circulant en continu » (2004). L’impératif de circulation devient, selon Christine Dourlens, « le principe directeur de la réorganisation globale, de la gestion de flux » (Dourlens et Vidal-Naquet, 1992, p. 73).

2.2. Les communautés municipales

48Dès la loi municipale de 1884, le conseil municipal s’est vu confier l’ensemble des affaires communales. A ce titre, pour la gestion de l’eau, la commune a désormais officiellement compétence pour créer des services publics constituant un monopole de fait et nécessitant une occupation du domaine public. La salubrité de l’eau distribuée demeure sous la responsabilité du maire, en vertu de cette loi et elle sera renforcée par la loi de 1898. C’est d’ailleurs à l’échelle de la commune qu’est réalisé le premier bilan comptable des usages « urbains » de l’eau, depuis la mise en œuvre de la ressource jusqu’à l’évacuation et à l’épuration des effluents domestiques ou industriels, sous la forme d’un budget spécifique, distinct du budget général.

2.2.1. La loi du 8 avril 1898 : une gestion par filière centralisée

49Avant la loi sur l’eau du 16 décembre 1964, la gestion de l’eau est définie comme une gestion par filière et par usage (Barouch, 1989). Elle est caractérisée, à l’échelle de l’Etat, par un partage des responsabilités entre différents ministères : l’irrigation et l’aménagement dépendent du ministère de l’Agriculture, la navigation et la protection contre les crues du ministère des Travaux publics ; le ministère de l’Industrie et des Mines s’occupe de la production d’énergie et de la filière eau pour l’industrie. A côté de cette gestion verticale de l’eau, seul le ministère de la Santé Publique organise une gestion horizontale autour des questions de l’hygiène et de la protection de la santé. De fait, la gestion de l’eau est calquée sur les structures administratives traditionnelles. La loi du 8 avril 1898 constitue le texte de base du régime juridique de l’eau, même si elle ne porte que sur les eaux courantes et organise la gestion de l’eau à partir d’une distinction entre cours d’eau navigables et non navigables. C’est également de cette loi que le maire tient son pouvoir de police « Le maire surveille au point de vue de la salubrité, l’état des ruisseaux, rivières, étangs, mares ou amas d’eau ».

50L’époque est marquée par des prélèvements importants, notamment pour les cours d’eau non navigables et non flottables, alors que les prises d’eau ne peuvent être pratiquées dans les fleuves et rivières navigables et flottables sans autorisation de l’administration. Localement, on constate une régression des zones humides au profit des terres labourées et au profit de l’industrialisation et de l’urbanisation.

2.2.2. La régression des espaces humides au temps des sociétés ou la modification anthropique des milieux

51Dans le département du Nord, alors que la Lys, la Deûle ou encore la Marque aval ont été canalisées, on constate des débordements fréquents de ces rivières d’autant que très tôt, pour éviter les inondations, les hommes ont construit des digues ou ont détourné les rivières de leurs cours, notamment pour assurer la protection des localités les plus importantes. Ces travaux se poursuivront au cours de la deuxième moitié du 19e siècle, et visent à améliorer, redresser et surtout élargir la Lys. Mais les inondations continuent de se produire.

52Des inondations sont survenues au cours de l’année 1841, entraînant des dégâts importants, surtout sur le plan agricole. « Il y a eu en janvier et juillet 1841 des inondations qui ont mis en péril les villes d’Estaires, de La Gorgue et de Merville et détruit la récolte des herbes dans la vallée de la Lys » (S 6610 ADN).

53Les populations riveraines ont essayé pendant de longues années de lutter contre les envahissements des eaux de la Lys, comme en témoigne cet extrait du rapport de l’ingénieur ordinaire à la Résidence de Lille qui, sur demandes formées par les conseils municipaux de Sailly-sur-la-Lys, Steenwerck, Merville, Estaires et Erquighem-Lys, propose au concessionnaire de la Lys : « de curer cette rivière sous le pont rouge et ses abords de manière à donner à son lit la même section sur la rive gauche que sur la rive droite, à dévaser les décharges de Pont Neuf, ainsi que les dessous du dit pont et construire un pont de halage de 3m d’ouverture à l’embouchure de la décharge de la Lys » (Ingénieur Kolle141 J 505).

54Ce sont finalement les canaux de drainage et les digues, réalisés au fur et à mesure de l’appropriation des marais, depuis le milieu du 18e siècle, qui représentent les seules empreintes d’une volonté individuelle ou collective de contrôle de l’eau. L’installation progressive d’un réseau de drainage et des digues marque ainsi la volonté d’accroître la mise en valeur du fond de vallée. Ce mouvement s’inscrit dans la politique de dessèchement des marais et de lutte contre les inondations engagées dans la région (le Marquenterre en baie de Somme, le Val d’ Authie…). Dans le val de Canche, ce réseau hydraulique est achevé au début du 19e siècle.

2.2.3. L’assainissement et l’aménagement des marécages de plaines

55Pour faciliter la navigation, le tracé des canaux a été rectifié et les cours d’eau ont été régulièrement curés, ce qui avait pour conséquence de mieux maîtriser les inondations.

56En 1890, fut également établie une dérivation de la Lys par le vœu du conseil général du Nord dans les communes d’Estaires et de La Gorgue entre le pont de la Meuse et le pont d’Estaires. Cette dérivation dite d’Estaires avait pour but de remédier aux problèmes causés par la dérivation de Merville, car les eaux issues des crues rapides et intenses débordaient, allant jusqu’à envahir les établissements industriels en plus des prairies voisines. La réalisation de ce canal de décharge avait pour but de faciliter la navigation, déjà difficile à la remontée en traversant la ville d’Estaires, et d’éviter les inondations des prairies en été.

57La rivière a été diguée en amont de Merville, mais dans sa partie aval, elle ne l’est pas, rendant le tirage des bateaux très difficile. Aussi, lorsque fut réalisée la ligne du chemin de fer Lille-Calais en 1880, le pont destiné à la traversée de la Lys fut établi en dehors de la rivière. La Lys fut détournée de son cours et se trouva divisée en deux tronçons. Ces derniers, situés entre les communes de Nieppe et d’Erquinghem-Lys, ne représentent « aucune utilité publique pour la navigation et seront l’objet d’un déclassement » (S 6664 ADN).

58Les fossés de dessèchement empruntant les anciens bras de la Vieille Lys situés entre Aire et Nieppe avaient été curés en 1878.

59En 1894, la rivière est de nouveau curée, car le fond était très envasé par les boues, les herbes et les immondices, faisant obstacle à la navigation.

60Ainsi, la voie d’eau joue un rôle éminent dans le développement de l’industrie, d’autant que la Lys canalisée devient une force motrice, grâce à sa navigabilité et son énergie hydraulique. Ainsi, de nombreuses usines de filature du lin se sont également implantées sur les bordures de la Lys, notamment entre Merville et Erquinghem-Lys, ce qui témoigne d’une riche tradition artisanale : blanchisseries (l’eau, constitue la matière première), brasseries, usine de cuir, scieries (elle assure le rôle de flottage pour le bois destiné aux chantiers de bateaux).

61L’activité industrielle était assurée par des fabriques de toiles de linges de table, de broderies. Il y avait aussi des blanchisseries du fil, des fabriques de bascule, des raffineries de sel, des ateliers de construction de bateaux. « Les fossés permettent de faire communiquer le contre fossé avec la Lys à volonté, l’on a de plus construit dans ce contre fossé une écluse en F et un barrage en H de telle sorte que l’on peut aussi le mettre à volonté en communication avec la rivièrette et comme nonobstant les écluses et les chemins de la targuette, les eaux du contre fossé pourraient par infiltration s’élever au dessus du niveau des prairies, celles-ci sont munies d’une diguette en terre le long de ce fossé dont elles ne reçoivent les eaux que par des éclusettes. Voilà un système complet de moyens hydrauliques adapté au blanchiment de toiles » (S 66610 ADN).

62La culture du lin est cependant une des activités les plus remarquables et les plus importantes de cette industrie agricole. Cette rivière dont les bords sont favorables au rouissage du lin, est jalonnée d’usines de blanchisseries de brasseries et de malteries (Pierrard, 1970).

63Le développement des villes lié à l’évolution démographique favorise la création de son armature matérielle, apparition de réseaux techniques qui en « assurent l’urbanité » (Blancher, Lavigne, 1989). La technique est « une dimension essentielle de la création d’ensemble que représente chaque forme de vie sociale […] (Castoriadis, 1973). Elle se voit assigner un rôle de protection tant des individus que des biens. C’est à partir des dispositifs et des règles de protection successivement adoptés que nous avons tenté de repérer l’évolution des modes de problématisation de l’eau dans la ville ou les espaces peuplés et notamment à travers l’exemple de la ville de Lille.

2.2.4. Lille : de la ville « puante » de l’Ancien Régime à la ville polluée de l’époque industrielle : la maîtrise de l’eau, comme facteur de développement du territoire

64La toponymie ne peut être plus explicite : « Lille » (venant réellement de « l’île »), l’eau fait partie intégrante de son histoire et y est omniprésente. Dès l’apparition des sources écrites (10e siècle), et sans doute bien avant, comme semblent le prouver des découvertes archéologiques récentes qui évoquent une navigation fluviale sur la Deûle dès l’époque romaine, on perçoit plusieurs fonctions de l’eau dans le développement de la ville :

  • le site marécageux, avec les nombreux bras de la Deûle et la convergence de plusieurs petits affluents (Arbonnoise, Becquerel), est apparu comme favorable à la défense en périodes de troubles, et l’on y voit apparaître au 11e siècle une motte surélevée (Motte Châtelaine) et un castrum, enceinte fortifiée entourée d’eau ;

  • située à une rupture de pente (3 à 4 m) entre la Haute et la Basse Deûle, Lille, site de rupture de charge, a vu naître non pas un mais deux ports fluviaux, dont l’existence est attestée au 13e siècle. Le Rivage, sur la Basse-Deûle, s’ouvrait sur la Flandre par la liaison avec la Lys ; le Wault, sur la Haute-Deûle, accueillait les marchandises en provenance ou en direction du sud. Le transbordement entre les deux ports assurait un revenu à de nombreux débardeurs, porteurs et charroyeurs.

65A travers la ville, l’écoulement de l’eau dans une série de canaux fournissait à la fois l’énergie (moulins) et la ressource à toute une série de métiers : teinturiers, tanneurs, foulons, brasseurs… Mais, dès la fin du Moyen-Âge, l’envasement des canaux et l’abondance des rejets domestiques et industriels entraînaient conflits d’usages, pollution et épidémies. La ville connaît de nombreuses inondations qui accentuent les conditions d’hygiène déplorables. La présence de l’eau dans la ville sera progressivement éradiquée (Scarwell et Laganier, 2004).

66A la fin du 17e siècle, l’aménagement du canal de la Haute Deûle jusqu’à Douai et la construction de la Citadelle, entourée de canaux et de glacis inondables, s’accompagne de la construction du Canal de l’Esplanade, achevé en 1750, qui relie désormais la Haute et la Basse Deûle à travers plusieurs écluses. C’est le début d’une tendance qui, du milieu du 18e siècle à celui du 20e, aboutit, surtout par souci d’hygiène, à transformer progressivement en égouts souterrains la totalité des canaux de la ville intra-muros, à combler la plupart des bassins et à rejeter vers l’ouest, jusqu’au-delà de la Citadelle, le cours de la Deûle.

67A l’image d’autres fleuves ou rivières, la Deûle et ses affluents constituent donc très tôt un atout majeur pour cette grande ville et ses alentours, notamment comme axe de communication ponctué de nombreuses écluses, comme protection naturelle dont Vauban a su tirer profit et enfin, en qualité de richesse indispensable pour l’industrie textile.

68Pourtant, les Lillois semblent payer cher le développement des industries qui s’appuient sur cet avantage géographique. Au 19e siècle, pendant la Révolution Industrielle qui touche particulièrement la région, comme l’atteste l’image toujours présente d’un « Nord industrieux », la Deûle devient à la fois zone de rejet et source d’eau potable pour Lille et les communes riveraines.

69De nombreux documents consultables aux archives du Nord soulignent cette utilisation en contradiction avec le souhait d’une bonne santé de la population. Dans la série O des archives du Nord, à la rubrique « eaux industrielles » comme à la rubrique « insalubrité », les plaintes s’accumulent. La pollution est alors très importante et ce, dans la majorité des cours d’eau de la région. Les descriptions des odeurs et de la couleur de la Deûle nous laissent imaginer le pire. Les Belges en subissent d’ailleurs les conséquences. Une gestion transfrontalière dans le cadre de l’ensemble du district hydrologique semblerait plus pertinente.

70Apparaît ainsi le cruel dilemme devant lequel se trouve, dès le 19e siècle, la municipalité de Lille : privilégier le développement économique, sachant que les industries du Nord consomment beaucoup d’eau, mais rejettent aussi des quantités importantes d’eaux usées, ou bien améliorer la salubrité de l’eau. En effet, la région est très peuplée et les épidémies se propagent à grande vitesse. Un choix n’a jamais été vraiment fait. Les autorités ont tenté de concilier les deux, au prix de nombreuses hypocrisies, mensonges, lenteurs, avec toujours un léger profit pour l’industrie. Calmette le dénonce d’ailleurs haut et fort en 1904 dans le journal « L’Echo » en date du 14 juillet : « le conseil départemental (d’hygiène) proposait un projet tout établi dressé par le service de la Navigation pour éviter de nouveaux retards, lorsqu’il traitait, par son rapport, la ville de Lille « en demeure » de prendre toutes les mesures convenables dans un délai de 6 mois, la municipalité trouvait moyen de laisser subsister l’état de choses, se moquant comme de la première culotte de l’huissier du maire, de tous les graves inconvénients qui pourraient résulter de sa négligence ou de son mauvais vouloir » (ADN série M 265 2).

71Cette question de la salubrité de l’eau autour de Lille soulève des enjeux économiques et humains importants et souvent divergents que la montée en puissance des idées de l’hygiénisme va mettre en exergue.

2.2.5. La structuration du mouvement hygiéniste lillois : Lille dans le miroir de la santé

72Condition sine qua non au développement de l’hygiène corporelle et de l’hygiène publique, l’accès des populations à davantage d’eau et à une eau plus abondante et saine est un grand défi dans lequel s’engage la France à partir de la seconde moitié du 19e siècle.

73Au-delà de l’accès à un volume d’eau nécessaire, les hygiénistes vont, dès la fin du 19e siècle, s’attacher à distribuer une eau saine, débarrassée des germes dont la présence faisait de l’eau un vecteur d’épidémies. Les techniques de filtration, puis de désinfection à l’ozone et au chlore y pourvoiront. Les expérimentations de Calmette à la station d’épuration de La Madeleine- lès-Lille en sont la preuve.

74Plus d’eau pour une meilleure hygiène, une eau saine mettant fin aux grandes vagues d’épidémies du 19e siècle comme celle du choléra, une approche rationnelle des eaux usées pour favoriser la salubrité publique… L’ensemble de ces avancées a permis l’essor d’une nouvelle ère dans le domaine de la santé publique.

75Dans le domaine de l’eau, les théories hygiénistes vont non seulement contribuer au développement des adductions d’eau, de l’évacuation des eaux usées et du traitement de l’eau potable, mais également encourager l’hygiène corporelle. L’amélioration de l’hygiène permettra ainsi un allongement tout à fait significatif de l’espérance de vie. Cependant, les enjeux économiques s’imposent et occultent par conséquent les restrictions relatives à l’hygiène, comme le rappelle à juste titre le rapport sur les causes de l’insalubrité des eaux de la Deûle : « Les industriels ne manquent pas de dire que ces conditions sont inefficaces ou irréalisables, mais lorsqu’on sait avec quel souci des difficultés et des intérêts de l’industrie ces conditions sont établies il est permis de passer outre ». Les industriels sensibles aux impératifs économiques n’hésitent pas à avancer des arguments qui peuvent leur éviter des pertes de profits. Les structures consultatives émergentes, comme le Conseil Départemental d’hygiène ou le Bureau Municipal d’hygiène, vont ainsi se heurter aux logiques structurantes du mouvement d’industrialisation.

76De la même façon, la physionomie de la ville a changé du fait de la volonté des élus d’améliorer la salubrité publique. Ainsi, les canaux autour de la future cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille furent remblayés comme le canal du Cirque, de la Monnaie, prolongé par le canal du Pot des Weppes comblé vers 1890. A la place de l’avenue du Peuple – Belge, le port de la basse – Deûle permettait encore le transbordement des marchandises vers la Haute-Deûle. Plusieurs ponts reliaient les deux rives : le pont Maudit (au niveau de l’Hospice Général) qui fut détruit par les Allemands en 1918 et le Pont-Neuf qui existe toujours, mais « n’enjambe » désormais qu’un espace vert. Le port du Vieux-Lille, le quai du Wault, était alors fréquenté par des péniches qui approvisionnaient les brasseries et les usines textiles. Sur les berges de la Basse-Deûle, appelées « le grand rivage », s’élevaient la prison et l’ancien Palais de justice. D’ailleurs, c’est dans ce quartier que l’Institut Pasteur fut établi, lors de sa création, dans les locaux de l’ancienne Halle au sucre.

77On voit bien que l’eau et le territoire entretiennent des liens étroits qui sont à l’origine de la physionomie des villes de la région. L’émergence de la notion de « réseau » va constituer l’une des composantes l’évolution de leur rôle et de leur emprise sur la gestion du territoire. Autrefois, cette notion n’était utilisée qu’à propos des voies navigables et des routes (Guillerme, 1988). Antoine Picon rappelle dans son ouvrage « De l’espace au territoire » : L’aménagement en France du 16e au 20e siècle » que « Dans les années 1820, l’Essai sur le système général de navigation intérieure de la France rédigé par l’ingénieur des Ponts et Chaussées Brisson, ainsi que le Rapport au Roi sur la navigation intérieure de la France de Becquey qui s’en inspire, n’envisagent déjà plus les rivières et les canaux comme des moyens de joindre deux à deux des points remarquables du territoire, mais plutôt comme un maillage encore incomplet qu’ils se proposent d’achever » (Picon, 1997, p. 73).

2.3. La gestion des réseaux comme facteur de regroupement

78Après l’entrée en vigueur des lois de 1884 et de 1898 que nous avons ci-dessus mentionnées, les communes assurent la distribution de l’eau et mettent en place progressivement des réseaux techniques territoriaux de distribution de l’eau et d’assainissement. Pour des raisons d’efficacité, ils se sont structurés en réseaux, notamment en raison des économies des rendements d’échelle qu’ils permettent. Ils se substituent progressivement aux initiatives individuelles. Ainsi le porteur d’eau, la fontaine publique et le « tout-à-la rue » ont peu à peu fait place à distribution d’eau à domicile et au tout-à-l’égout. Cette transformation est due à la réalisation d’infrastructures et d’équipements dans le respect de l’ordre public et grâce à d’importants moyens financiers et efforts techniques. Sous la pression d’une demande en qualité et en quantité, on passe du portage traditionnel d’eau à la mise en place d’une politique municipale (Guillerme, 1984). Les destructions de l’après-guerre seront l’occasion de donner un nouvel élan à la politique d’assainissement et le programme d’installations modernes prendra son essor dans la décennie soixante (Goubert, 1984).

79Cependant, lorsque l’activité industrielle et minière a forgé l’histoire, la géographie et la culture d’une région entière, entraînant des bouleversements humains, économiques, affectant le paysage et la stabilité des sols, les séquelles sont durables. La région du Nord-Pas-de-Calais illustre parfaitement cette situation. L’extraction minière, la sidérurgie, la carbochimie sont des activités très polluantes et génèrent des quantités énormes de déchets solides et/ou d’effluents. Le choix des sites, pour l’essentiel au 19e siècle, commandé par la localisation de gisements, n’a évidemment jamais tenu compte de la présence d’éventuelles nappes. Lorsqu’une nappe est proche, les conséquences sur l’eau peuvent être importantes. Ce constat est connu et parfaitement analysé par le Directeur de l’Agence de l’eau Artois-Picardie. « Dans son histoire industrielle, la région Nord-Pas-de-Calais a aujourd’hui un passif environnemental lourd à assumer. 200 km de cours d’eau, naturels ou artificiels, sont pollués par des sédiments toxiques, 200 Km2 de nappes très productives ont vu leur qualité irrémédiablement détruite. Dans certains lieux, les pratiques industrielles du 19e siècle ont laissé un champ de ruines écologiques ». La montée de préoccupations environnementales est notamment à l’origine de l’implication de la collectivité sur ces questions.

  • 5 Hellemmes, Ronchin, Faches-Thumesnil, Lambersart, Saint-André, Wambrechies, Wattignies, Seclin, Was (...)

80Autrefois, l’eau était considérée comme un bien économique intéressant les grands industriels. C’est dans la perspective de la valeur économique de l’eau que, contrairement aux autres pays d’Europe (Cornut, 2003), Lille, comme beaucoup de villes françaises, a confié la gestion de l’eau à la Société des Eaux du Nord (SDN), société privée, filiale paritaire des groupes Suez (Lyonnaise des Eaux France) et Veolia Environnement (Générale des Eaux), créée le 25 avril 1912. En 1913, Le Préfet du Nord attribue à la Société des Eaux du Nord la concession de la distribution publique d’eau potable dans treize communes de la banlieue lilloise5. A la veille de la Seconde Guerre Mondiale, la Société des Eaux du Nord distribue l’eau dans 42 communes et fournit un appoint à Lille, Armentières et La Madeleine. Elle comptait environ 30 000 abonnés.

81A la création de la Communauté Urbaine de Lille (CUDL), en 1968, la SDN signe un contrat entérinant la gestion du service des eaux et des réseaux d’assainissement des communes de la CUDL déjà desservies en eau et assainissement par la Société des Eaux du Nord. En 1986, un nouveau contrat est conclu entre la Société des Eaux du Nord et la Communauté Urbaine de Lille. Il assure à la Société des Eaux du Nord la distribution d’eau en délégation auprès des communes de la Communauté Urbaine de Lille, cette dernière reprenant l’activité « assainissement » déléguée à la Société des Eaux du Nord à l’intérieur du périmètre communautaire.

82Cette société est un acteur incontournable de l’eau, elle a joué un rôle politique et financier reconnu au sein de la vie municipale. Elle a contribué à augmenter l’expertise sur l’eau dans la région Nord- Pas-de-Calais. Actuellement, la politique interne de la société se tourne davantage vers l’usager, ce qui infléchit son comportement dans le sens d’un développement durable.

2.4. Le temps des bassins ou l’articulation de la gestion de l’eau et du territoire

83La gestion de l’eau, basée sur l’offre abondante en qualité et en quantité, était sectorielle (Loriferme, 1987 ; Valiron, 1990), cloisonnée par grands type d’usage (filière agricole, industrielle et énergétique par exemple) et relevait aussi d’une action publique fortement centralisée. A partir du moment où l’eau « disponible n’est plus extensible à souhait et que les ponctions et rejets à outrance ont des répercussions sur la ressource, c’est la relation homme/nature qui se trouve en décalage avec l’environnement scientifique social, culturel et économique » (Ghiotti, 2001). Il devient alors urgent de substituer une gestion intégrée et territoriale de l’eau à l’approche par filière. De même, une meilleure connaissance des hydrosystèmes a favorisé l’intégration du long terme dans les dimensions spatiales et temporelles de la gestion (Bravard, 2000).

84La centralisation de la gestion de l’eau est renforcée immédiatement après la seconde guerre mondiale dans le contexte de la reconstruction nationale. Plusieurs facteurs vont cependant mener à un changement dans la politique de l’eau : la croissance démographique, un exode rural qui concentre de plus en plus les populations en ville, un développement industriel et une élévation du niveau de vie impliquant à la fois une augmentation de la mobilisation de la ressource en eau et une dégradation de la qualité des eaux, avec l’accroissement des rejets. Désormais, toute réforme du droit de l’eau ne peut se limiter aux seuls aspects quantitatifs, la pollution de l’eau étant au premier rang des préoccupations. L’harmonisation des actions de lutte contre la pollution, le manque d’eau ou les inondations demeurent problématiques dans les années 50, en raison d’une législation et d’une organisation administrative de la gestion de l’eau mal adaptées aux impacts qui se font jour ou s’accentuent. Ainsi, la police de l’eau ne s’exerce que sur les eaux domaniales, soit moins de 7 % des 270 000 Km du réseau hydrographique. La lutte contre les impacts qualitatifs et quantitatifs, reste sous la responsabilité de différents ministères, amène parfois à des contradictions dans les actions engagées. Cette législation éparse et sectorielle ne conduit pas à une gestion rationnelle des problèmes de l’eau. L’intensification des tensions pour l’utilisation de l’eau, les problèmes de pollution et le surprélèvement dans les nappes d’eau souterraines provoquent une réaction de l’Etat qui se traduit par la création en 1959 d’une commission nationale de l’eau, chargée de mener une réflexion sur une gestion plus rationnelle de la ressource (Hubert, 2001). Cette gestion sectorielle va être remise en cause par la loi sur l’eau du 16 décembre 1964.

85Il convient de réorganiser le territoire juridique de l’eau à un échelon pertinent. A ce titre, le bassin hydrographique est apparu comme s’approchant le plus près des réalités naturelles. On verra plus loin que ce choix n’est finalement pas le plus pertinent.

86Ainsi, progressivement, le linéaire fluvial va être réintégré dans son bassin versant, notamment grâce aux lois de 1964 et 1992, qui ont consacré le bassin versant comme cadre pour une gestion globale de l’eau.

87La réforme de la politique de l’eau en France confirme durablement cette tendance. En effet, l’avant-projet de nouvelle loi sur l’eau entérine la territorialisation de cette gestion et l’inscrit au niveau européen via la Directive-Cadre sur la politique communautaire de l’eau. Ce changement d’échelle, induit par l’accent mis sur le bassin versant, provoque une mutation profonde dans l’appréhension des questionnements. La mise en exergue de la dimension territoriale de l’eau a pour corollaire le décloisonnement de ces problématiques spécifiques pour les ouvrir, les confronter, les intégrer au territoire pris dans sa globalité. Ceci débouche sur la rencontre entre les acteurs de la gestion de l’eau et ceux du développement local.

2.5. Le bassin financier (comité de bassin) : la loi sur l’eau du 16 décembre 1964, une amorce de décentralisation de la gestion de l’eau

88La loi sur l’eau de 1964 marque un tournant décisif. Elle traduit le nécessaire passage d’une gestion par filière à une gestion globale de la ressource en eau, même si la lutte contre la pollution reste le thème privilégié de la loi. En outre, l’article L.212 du code de l’environnement (loi de 1964) organise le territoire juridique de l’eau en bassin hydrographique. Il est fondé sur quelques principes :

89- l’interdépendance et la solidarité entre les usagers, liées au fait que les pratiques d’un usager sur un cours d’eau, une nappe ou un bassin versant influencent les dynamiques hydrologiques et donc les possibilités des autres usagers en aval (création des organismes de bassin). Cette nouvelle circonscription « administrative » reconnaissant la spécificité du bassin hydrographique traduit les multiples interrelations qui existent au sein des hydrosystèmes tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Le territoire métropolitain va être découpé en six grands bassins fluviaux (Artois-Picardie, Rhin-Meuse, Seine-Normandie, Loire-Bretagne, Adour-Garonne et Rhône-Méditerranée-Corse) dont les délimitations, aux seuls critères hydrographiques ou culturels sont contestables, mais qui répondent à la volonté de dépasser le cadre des régions administratives, aux frontières irréelles, ce qui conduit à organiser l’action publique de l’Etat autour de ce nouvel échelon et illustre la mise en place d’une politique territoriale.

90Ainsi, l’administration des bassins est confiée à des Agences financières de bassin, appelées dorénavant Agences de l’eau (depuis l’arrêté du 14 novembre 1991) et à des Comités de bassin. Les Agences de l’eau sont des établissements publics administratifs (EPA) dotés de la personnalité civile et de l’autonomie financière. Chaque agence est gérée par un conseil d’administration composé de représentants des collectivités territoriales, d’un tiers des représentants des usagers, et d’un tiers de représentant de l’Etat, auxquels s’ajoutent un représentant du personnel et son président.

  • 6 L’application du « PPP » par les agences a été critiquée par O. Godard (1995).

91En s’appuyant sur le principe « pollueur-payeur » (PPP)6, les Agences, initialement appelées « agences financières », ont pu prélever des redevances permettant de financer les travaux qui s’imposaient pour répondre à leurs missions (garanties quantitatives et qualitatives de la ressource en eau). La relation entre les redevances prélevées et les aides prévues a pu jeter le discrédit sur la caractéristique de « parlement de l’eau », puisque les membres de l’agence votent pour des redevances dont ils sont redevables !

92Le rôle de l’Agence de l’eau est de préparer et de mettre en œuvre, grâce aux redevances qu’elle perçoit, des programmes pluriannuels d’intervention (ouvrages et actions d’intérêt commun) pour améliorer la ressource tant sur le plan qualitatif que quantitatif. Elle travaille par programmes quinquennaux autour d’axes précis. Elle consulte, par le biais du président du Conseil d’Administration de l’Agence, le Comité de bassin qui donne son avis sur les programmes, sur l’assiette et sur les taux de redevance proposés par l’agence.

93Le Comité de bassin, véritable « parlement régional de l’eau » peut aussi être consulté par l’Etat en cas de conflits entre départements, communes ou structures intercommunales. Il regroupe, en trois collèges égaux, les représentants des usagers, des collectivités locales et de l’Etat. Le Comité appuie son action sur des commissions géographiques, instances locales de concertation et d’échanges. Ces commissions correspondent aux principaux sous-bassins hydrographiques qui structurent le territoire du Bassin. Elles sont constituées des membres du Comité de Bassin concerné par le secteur géographique et d’acteurs locaux (maires de grandes villes, industriels, agriculteurs et autres usagers, représentants du monde associatif et des services de l’Etat). Elles se réunissent environ une fois par an.

94- l’unicité de la ressource en eau dans le cadre des bassins hydrographiques (relation entre les eaux superficielles et les eaux souterraines, entre les aspects qualitatifs et quantitatifs, entre l’amont et l’aval) ;

95- la valeur de l’eau et l’impact économique des risques hydrologiques (pollution, inondation, étiages) : l’eau a un coût, lié aux équipements nécessaires à son épuration et à son acheminement dans les lieux de consommation comme à l’assainissement des eaux usées rejetées. Elle a aussi une valeur esthétique et culturelle qu’une pollution peut fortement altérer (application du principe pollueur payeur : « les frais résultant des mesures de prévention, de réduction de la pollution et de lutte contre celle-ci doivent être supportés par le pollueur » art. L.110-1-II-3° C. env.). Signalons que cette loi traduit déjà le lien entre l’eau et l’aménagement du territoire puisque la création des agences financières de Bassin avait pour objectif d’éviter que la pénurie d’eau, en qualité, et en quantité ne soit un obstacle à l’aménagement du territoire.

  • 7 DATAR Délégation à l’aménagement des territoires et à l’action régionale.

96Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si c’est à la DATAR7 que fut confiée la tutelle des agences dont le programme se devait d’être cohérent avec les orientations du plan. La reconnaissance dans un premier temps d’une ouverture nécessaire des processus de décision tant aux acteurs locaux qu’aux principaux usagers dominants de l’époque (énergie, industrie, agriculture) sera renforcée dans un second temps par l’introduction d’autres usagers naturels de l’eau, notamment les pêcheurs et les associations de protection de l’environnement et de consommateurs. Cette évolution est à mettre en parallèle avec la création du ministère de l’environnement en 1971 et l’adoption d’une législation spécifique de protection de la nature (loi du 10 juillet 1976 sur la protection de la nature).

97Ainsi, la période 1960-1980 connaît une mutation de la gestion de l’eau par l’introduction d’un premier niveau de décentralisation (les comités de bassin) et la reconnaissance de nouveaux acteurs qui revendiquent une participation plus grande dans les processus de décision.

98Ce mouvement de décentralisation de 1982 – 1987 se caractérise par :

  • la multiplication des niveaux d’intervention ;

  • l’élaboration de politiques propres par les collectivités territoriales ;

    • 8 Directive 75/440 CEE relative à la qualité requise des eaux superficielles destinées à la productio (...)

    la montée en puissance du niveau européen dans le domaine de l’eau par le biais des directives communautaires.8

99Ainsi « le monde de l’eau se trouve en relation avec l’ensemble des acteurs du territoire » (Ghiotti, 2001) et comme le soulignent Denis Salles et Marie-Christine Zellem « dans les années 80, les lois de décentralisation (.. .), le développement des réglementations européennes […], ont conduit à la prolifération des politiques contractuelles […]. Même lorsqu’on a affaire à des politiques initiées par l’Etat, les procédures de décision et d’élaboration des politiques publiques sont beaucoup plus complexes, ouvertes et pluralistes » (1997, p. 3). Une nouvelle étape est franchie avec le bilan de l’application de la loi de 1964 réalisée par les pouvoirs publics, par le biais d’un débat sur la politique de l’eau (Assises de Bassin, puis Assises Nationales de l’Eau) et aboutit à la refonte du droit de l’eau consacré par la loi du 3 janvier 1992.

  • 9 Élaborés par le comité de bassin à l’initiative du préfet coordonnateur de bassin, les SDAGE fixent (...)

100L’innovation majeure de la loi du 3 janvier 1992 consiste à instituer une planification systématique et obligatoire de la ressource en eau tant au plan qualitatif que quantitatif, sous la forme des schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE)9, à l’échelle des grands bassins hydrographiques et des schémas d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) à l’échelle des bassins versants de plus petite taille.

101Plus globalement, ce changement d’échelle conjugué aux dynamiques environnementales, intercommunales ou d’aménagement du territoire, met la gestion de l’eau en rapport direct avec le développement territorial et pose ainsi la question de son articulation avec les territoires politico-administratifs existants et les acteurs concernés, d’autant que l’élaboration de ces deux outils de planification nécessite l’engagement de processus de négociation entre tous les acteurs (publics et privés) de la gestion de l’eau (Ghiotti, 2001).

102Ainsi, l’Agence a pu jouer le rôle d’assistance à maîtrise d’ouvrage en collaborant avec les services techniques de l’agglomération qui se sont dotés d’une expertise de plus en plus marquée. L’Agence, en particulier, a réalisé les études diagnostiques qui, dans les années 1995, ont permis de reprendre la rénovation des réseaux et des stations d’épuration. Ce sont ces études qui ont permis de donner un coup d’accélérateur aux travaux à entreprendre pour l’épuration. A cette même époque, la mise en œuvre du projet de schéma directeur et du concept de « ville renouvelée » a remis à l’honneur la présence de l’eau dans la ville : bassin du Wault, canal de Roubaix etc.

103L’Agence a eu à réaffirmer son identité et ses positions vis-à-vis de la fiscalité nationale et de l’instauration de la TGAP (Narcy 2004). Bernard Barraqué (1998) justifie la pérennisation de cette institution présentant certes des limites, par la nécessité de créer une communauté voire une gouvernance de l’eau.

104Également, la loi sur l’eau débouche sur une réorganisation de la gestion au sein de l’État, tant à l’échelle nationale (création d’une Direction de l’Eau au sein du ministère de l’environnement), qu’à l’échelle régionale (mise en place des Directions Régionales de l’Environnement (DIREN) en charge de la politique de l’eau ; nouveau rôle du préfet « coordonnateur de bassin ») et départemental (création des Missions-inter-Services de l’Eau (MISE).

105Avec la loi sur l’eau de 1964, la gestion de l’eau sort d’une vision étroitement sanitaire, hygiéniste, pour s’ouvrir vers des préoccupations environnementales. L’eau n’est plus considérée comme une ressource à exploiter mais comme l’élément d’un milieu aquatique, d’un hydrosystème qu’il convient de respecter. C’est cette vision qui donne naissance à l’écologie urbaine (Garnier, 1993) qui considère la ville comme un écosystème présentant différents métabolismes qui doivent pouvoir s’intégrer dans l’environnement. Cette démarche écosystèmique s’est inscrite plus tardivement dans le domaine de l’air puisque les pollutions industrielles ont largement orienté la gestion de la pollution atmosphérique bien avant que la notion de pollutions urbaines s’impose.

3. Les acteurs de l’air à Lille : les enjeux de la surveillance

106De même le champ de la pollution atmosphérique peut être considéré comme un révélateur majeur, paradigmatique, du champ de l’environnement en général dans la mesure où l’atmosphère constitue le compartiment de l’environnement dans lequel les interactions sont susceptibles de se produire le plus rapidement et le plus largement du fait de la diffusion des gaz. En effet, il s’ouvre aussi à des acteurs de plus en plus nombreux et qu’il convient d’identifier car la pollution atmosphérique se situe dans un contexte scientifique qui relève du flou et de l’incertain en raison d’un univers encore peu stabilisé, avec pour arrière-plan fondamental : passage de la pollution atmosphérique d’origine industrielle (à un moment où l’industrie est encore proche des villes et porteuse d’urbanisation) à la pollution urbaine massivement liée aux transports individuels (automobiles et poids lourds) avec des éléments périphériques non négligeables (aspects régionaux de la production d’ozone, pesticides, etc.). La pollution atmosphérique est un phénomène en transition encore marqué, surtout dans la région Nord-Pas-de-Calais, par le passé industriel. En effet, la prévention de la pollution industrielle s’est appuyée sur la mesure des polluants émis et leur réglementation à l’aide de normes établies en fonction des effets sanitaires connus. C’est la surveillance des niveaux de polluants dans l’air ambiant qui, grâce aux connaissances développées à propos de leur toxicité, a permis la réduction des émissions industrielles.

  • 10 Association Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air : l’organisation des associations de ges (...)

107Cette surveillance est ancienne dans la région et elle s’est organisée différemment à travers la création progressive de réseaux de mesure : les AASQA10.

3.1. L’ancienneté de la surveillance de la qualité de l’air dans la région Nord Pas de Calais

108Dans la région, la surveillance est bien antérieure à la LAURE qui, comme tout texte législatif, a voulu donner un cadre national unique aux questions environnementales. Certes, la structure des réseaux est uniformisée par la loi, les polluants à surveiller ont fait l’objet de décrets et les références aux normes nationales ou européennes sont explicitées. Mais cette homogénéisation cache des histoires locales différentes. Au moment de la promulgation de la LAURE, alors qu’en France 21 départements ne possédaient encore aucun analyseur de la qualité de l’air, la région Nord-Pas-de-Calais, disposait déjà de tout un arsenal de surveillance qui, en totalisant l’ensemble des AASQA de la région pouvait rivaliser avec l’Ile-de-France ou l’Alsace. En effet, le dispositif de surveillance s’appuie sur une large tradition hygiéniste qui a permis de poser les questions de la santé environnementale en termes d’hygiène, tout au long de la période de la croissance industrielle.

3.1.1. L’émergence de la surveillance dans la région Nord- Pas-de-Calais

109Les préoccupations sanitaires quant à la qualité de l’air sont beaucoup plus récentes que pour l’eau. Certes l’acidité de l’air était déjà connue puisqu’au moment des épidémies de choléra, Lille a été épargnée « grâce », selon certains auteurs, à l’acidité de l’air qui tuait les prions responsables de la propagation de la maladie. La révolution de la machine à vapeur et la prospérité industrielle ont été symbolisées par le panache des fumées d’usine.

  • 11 Zone de protection spéciale.

110La prise de conscience nationale de l’insalubrité de l’air est lente. C’est à la suite des accidents de la vallée de la Meuse dans les années 1930 puis de ceux de Londres entre 1950 et 1960 que les municipalités des grandes villes industrielles se sont posées la question de l’impact sanitaire des usines qui étaient fortement insérées dans le tissu urbain. Cette prise de conscience nationale a donné lieu à la promulgation de la loi sur l’air de 1962. Au moment des Trente Glorieuses, il n’était pas question de freiner la croissance industrielle mais de l’accompagner. Pourtant, les entreprises proches de l’Etat, sous l’influence des médecins du travail ont adhéré à l’idée de développer des recherches sur l’impact sanitaire des industries de manière à mieux faire cohabiter développement urbain et industrialisation. La création de l’APPA, en 1958, a abouti, à travers ses nombreux Comités Régionaux à développer les mesures des niveaux de pollution dans l’air ambiant. Au niveau local, les grandes entreprises, fortement incitées à l’auto-contrôle, se sont alors rapprochées des hygiénistes municipaux à travers le BMH (bureau municipal d’hygiène) ou les Professeurs de santé publique. Dans de nombreuses régions françaises, les élus locaux, souvent conscients des enjeux, ont encouragé le développement des mesures des niveaux de pollution. La protection sanitaire des populations, concrétisée par la mise en place de ZPS11 (décrets issus de la loi sur l’air de 1961), n’est pas le seul élément qui explique la réduction des émissions industrielles en ville. Les développements technologiques et les restructurations industrielles ont contribué à réduire les émissions. Le mesurage a certes favorisé le développement d’études d’impact mais les faiblesses méthodologiques des études conjuguées avec la fiabilité défaillante des mesures effectuées n’ont pas abouti à des résultats probants. La reprise en main des mesures par le service des Mines et la constitution d’associations agréées après la création du Ministère de l’environnement ont permis des progrès métrologiques considérables. Le transfert de la compétence sur la qualité de l’air du Ministère de la santé vers le Ministère de l’environnement s’est traduit par le développement d’une expertise technique qui a pris le pas sur les études sanitaires.

111Dans la région Nord-Pas-de-Calais, la tradition hygiéniste bien ancrée a suscité une évolution de la surveillance bien spécifique. En effet, outre la sensibilité solidement établie des bureaux municipaux d’hygiène à la santé environnementale, la présence de l’Institut Pasteur de Lille et de l’Ecole des Mines de Douai a joué un rôle moteur pour créer une véritable dynamique régionale. L’école des Mines de Douai, grâce à la collaboration des industriels, a pu mettre en place un réseau de mesures servant à l’auto-contrôle des grandes usines. La densité des analyseurs d’acidité forte était surtout concentrée autour d’importants émetteurs. La régularité des relevés permettait d’identifier les épisodes de pollution très liés aux situations anticycloniques froides de l’hiver.

112A Lille, la présence de l’Institut Pasteur a favorisé, grâce à un certain nombre de pneumologues de renom, de développer des études sur l’impact pulmonaire des polluants émis. La collaboration entre l’Institut Pasteur de Lille, les services municipaux et l’école des Mines de Douai a permis de développer un réseau de mesures automatiques qui a perduré jusqu’à une date récente. Cette mise en œuvre du mesurage de la question de la pollution atmosphérique a permis d’obtenir des subventions du Ministère de la Santé qui voyait, dans cette organisation, un dispositif exemplaire.

113Cependant, des évolutions métrologiques indispensables, la mise en œuvre d’alertes industrielles, et le poids des prescriptions européennes ont contribué intégrer la surveillance de la pollution atmosphérique dans les compétences du nouveau Ministère en charge de l’environnement et, plus spécifiquement, par les Service des Mines et par les DRIR devenues DRIRE.

3.1.2. Le Ministère de l’environnement et la création d’associations de gestion agréées

114Un des grands objectifs développés par le Ministère, à travers la création de nouvelles associations de gestion des réseaux de mesure, consistait à mettre en place des procédures d’alerte pour passer de la surveillance à l’action. Ce type de gestion industrielle de la qualité de l’air échappait progressivement aux municipalités qui ont vu le poids de l’Etat s’intensifier dans le domaine de la surveillance de la qualité de l’air. Pourtant, les AASQA sont présidées par un élu local et elles sont largement subventionnées par les finances locales. Les SMHS (Services Municipaux d’Hygiène et Santé (ancien BMH)) sont restées sur un mode de gestion plus « microbien » qui avait été délaissé au profit d’une vision plus physico-chimique de la pollution atmosphérique. Cependant, la santé environnementale cherche à remettre en lumière ces approches trop délaissées.

115De manière générale, l’ensemble des services de santé publique, qu’ils soient nationaux ou locaux a présenté un déficit d’expertise technique qui, dans le domaine de l’air, n’a que rarement été comblé au niveau local, contrairement à l’eau.

116En 1970, les services d’hygiène départementaux comptaient 500 personnes essentiellement constituées par des inspecteurs de salubrité avec un niveau de formation qui s’arrêtait souvent, pour les plus anciens, au certificat d’étude, pour les plus jeunes au BEPC et pour les plus jeunes encore au baccalauréat, et des agents de désinfection et de dératisation. Aujourd’hui, les services de l’Etat comptent 1500 personnes auxquelles il faut ajouter bien entendu tout le potentiel des services communaux d’hygiène et de santé qui ont suivi également une forte requalification.

117La surveillance de la qualité de l’air a progressivement évolué vers la constitution d’associations de gestion de réseaux de surveillance, en conséquence d’une décision prise par le Comité interministériel pour l’aménagement de la nature et de l’environnement en 1973, laquelle faisait elle-même suite à la création du ministère de l’environnement en 1971. La philosophie du fonctionnement de ces réseaux (choix des sites, nature des polluants mesurés — fumées noires, acidité forte, monoxyde de carbone) était massivement orientée par les caractéristiques de la pollution industrielle (Vlassopoulou, 1999). Les structures anciennes ne s’intéressaient qu’à un petit échantillon de polluants à partir de capteurs en nombre et aux performances limitées. Dans les régions industrielles comme Dunkerque ou Rouen, ont été créés, dés 1974, les premiers réseaux d’alerte. Dans les années 80 s’est amorcée une inflexion, largement initiée par Airparif, association de surveillance en région parisienne, en direction de la mesure des pollutions liées au trafic automobile. Une des forces d’Airparif a été de situer la rénovation de son réseau dans la perspective européenne. La loi sur l’air elle-même ne correspond d’ailleurs qu’à la transcription dans le droit français d’une directive de Bruxelles (Vazeilles, 2003). Le rôle de l’Europe en matière de qualité de l’air ne saurait être sous-estimé.

118L’École des Mines de Douai, forte de son expérience passée, a pu mettre son savoir-faire au service de l’ensemble du pays en intégrant le LCQA (Laboratoire Central de la Qualité de l’air) qui constitue une cellule de ressource au service des réseaux de mesures dans le domaine de la recherche et du développement technologique.

  • 12 Le secrétaire des réseaux était donc un ingénieur divisionnaire de la DRIRE.

119La surveillance de la qualité de l’air est confiée, dans la région, à quatre réseaux, des AASQA créés à des dates très différentes. Ils correspondent chacun à des ensembles territoriaux bien distincts et également à des subdivisions de la DRIRE12.

3.2. Les différents réseaux de mesures de la région Nord-Pas-de-Calais

120Chaque réseau est porteur d’une histoire ancrée dans le contexte politique local et/ou régional. Ces réseaux sont l’objet d’enjeux et de stratégies tant de la part des acteurs locaux, élus ou agents de l’État en raison de leur mission et des moyens dont ils pourraient se doter. C’est cette évolution diachronique des réseaux régionaux que nous relaterons en reprécisant les spécificités de leur création, le poids des forces « vives », qui selon le contexte peut constituer un avantage ou un inconvénient au regard des enjeux concernés.

Figure 7 : Carte des 4 réseaux

Figure 7 : Carte des 4 réseaux

3.2.1. OPAL’AIR, un réseau de mesure porté par une dynamique forte des élus locaux et marqué par le poids de l’industrie

121Parmi ces réseaux, OPAL’AIR, anciennement AREMADE, a été créé en 1976, quelques années seulement après la création du Ministère de l’environnement. Progressivement, la zone de surveillance a été étendue à la région de Calais. A cette occasion, l’association est devenue l’AREMADEC (1988). Son premier Président a été une personnalité locale, M. Denver, Président de la Communauté Urbaine de Dunkerque (200 000 hab avec une densité de 819 hab/Km2pour 18 communes). Cette communauté a été créée volontairement pour faire contrepoids à l’Etat et aux industriels.

  • 13 Syndicat mixte de la Côte d’Opale.

122En 1984, le réseau prend une certaine autonomie en recrutant un ingénieur/directeur alors que, jusque là, la direction était assurée par l’ingénieur subdivisionnaire de la DRIRE. En 1998, le réseau s’est étendu à l’ensemble de la côte d’Opale. La zone de surveillance passe alors de 500 à 4 000 Km2. OPAL’Air intègre désormais dans son collège de représentants des collectivités locales, le district de Saint- Omer, la mairie de Calais et le SMCO13 présidé par Michel Delbarre.

123L’intégration de l’ensemble de la Côte d’Opale se traduit par un caractère beaucoup plus rural et touristique de l’association. Pourtant, paradoxalement, ce sont encore les habitants et les industriels du dunkerquois qui, continuent à s’investir dans le réseau dont la caractéristique demeure résolument industrielle. Seuls les réseaux de la Basse-Seine et de l’étang de Berre relèvent encore d’une problématique essentiellement industrielle, tandis que les autres réseaux, à l’image de l’AREMA LM (Réseau lillois), sont beaucoup plus tournés vers une problématique urbaine et automobile.

  • 14 Aluminium.
  • 15 Sidérurgie (USINOR- ARCELOR).
  • 16 Composé organique volatile.

124Le territoire dunkerquois est résolument industriel et accepté comme tel par les élus locaux, dont la préoccupation consiste à conjuguer industrie et environnement à travers la notion récente et fortement mise en avant de développement durable. En 1966, l’implantation d’Usinor est voulue par l’Etat. Ce glissement de la sidérurgie sur l’eau entraîne tout un cortège d’industries avec des implantations plus ou moins contestées par la population. La plus contestée étant, celle de Péchiney14, donnant lieu à une campagne menée sous le slogan « On nous empoisonne ». La raffinerie Total s’est implantée en 1974. Les implantations industrielles restent nombreuses et diversifiées. Sollac15 émet en moyenne 300 tonnes de poussières par mois et la raffinerie Total rejette plus de 7000 t de SO2 et plus de 900 tonnes de COV16.

  • 17 Industrie chimique.
  • 18 Émanation de gaz.

125Calais est un autre pôle industriel important avec Tioxide17 qui a enregistré un incident18 important en 1999.

126Du point de vue de la pollution atmosphérique, le littoral se classe parmi les régions émettrices mais avec de bonnes conditions de dispersion puisque les vents sont fréquemment forts. En revanche, les phénomènes climatiques locaux tels que la brise de mer ou les brouillards sont nombreux et rendent les conditions de dispersion très peu généralisables ou même modélisables. La tentative de modélisation de l’ozone faite par Corinne Shadkowski (1999) dans sa thèse montre l’absence de congruence entre la région et le littoral d’un point de vue de la modélisation déterministe des concentrations de polluants dans l’atmosphère. Les spécificités climatiques du littoral mettent en défaut une modélisation régionale.

  • 19 Émanation de gaz.

127Ce caractère industriel entretient une confusion, au sein de la population, entre surveillance de la qualité de l’air et vigilance sur les risques technologiques. Les incidents, à l’image de celui vécu à Calais en 1999 ou par Total en 200219 ont un impact fort sur la population qui exige, de la part du réseau, une plus grande vigilance. Effectivement, ce n’est pas toujours le réseau qui déclenche l’alerte lorsque les émanations sont très localisées et composées par des polluants non mesurés, car non réglementés. C’est dans ce contexte que le réseau vit plusieurs contradictions : celle d’une assimilation trop rapide entre risque technologique et risque lié à la qualité de l’air. OPAL’AIR est présenté comme l’outil permettant de détecter les accidents technologiques alors que sa mission se réduit à la surveillance de la qualité de l’air. La confusion, dans l’esprit des habitants, concerne également la surveillance et l’action. Les associations se sentent frustrées au sein d’une structure qui se veut uniquement être un thermomètre sans aucun pouvoir de prévention des risques technologiques.

128Le poids des industriels dans la gestion du réseau est important. Le réseau a toujours été le lieu d’un « gentleman agreement » entre l’Etat et les industriels. Ceux-ci veulent montrer qu’ils sont prêts à appliquer toute la réglementation et rien que la réglementation. Ils ont toujours considéré que la part de TGAP qu’ils versent au réseau leur donne un droit de regard sur la surveillance et sur le bon usage de cet argent. La présence fréquente aux réunions du bureau d’Opal’air du secrétaire du MEDEF est le signe du poids de ce collège et de la volonté des industriels de jouer un rôle dans la gestion de l’AASQA. Les industriels ont toujours eu en charge la trésorerie car ils souhaitent importer des pratiques de bonne gestion dans cette association de « fonctionnaires ». Ils sont toujours réticents à l’investissement des réseaux dans des missions qui dépassent le strict cadre réglementaire et vigilant sur le recrutement et la rémunération du personnel. Pourtant, dans beaucoup de domaines, il semble difficile aux industriels, in fine, de s’opposer à une politique pilotée par le Ministère qui détient l’agrément et les financements.

129L’ensemble des administrateurs de l’association participe au fonctionnement d’OPAL’AIR et la gestion est effectuée au sein de trois commissions : finance, stratégie et communication. Toutes les collectivités locales et tous les collèges sont présents dans le bureau.

130Le tissu associatif est très actif, au sein d’Opal’Air, comme dans tout le Dunkerquois. Les associations ont des connexions très fortes avec les élus et les techniciens, en particulier ceux de la ville de Dunkerque. Ce sont les associations qui, malgré un niveau d’expertise intéressant, restent fidèles à leur mission de défense de l’environnement. Elles refusent la problématique des pollutions globales, en insistant sur la connaissance des pollutions de proximité et surtout en accordant toujours beaucoup de prix aux alertes en jouant sûrement sur la peur liée à une confusion avec les accidents technologiques. Ce sont les associations qui déplorent le plus la fonction de « thermomètre » du réseau et leur impuissance à s’investir dans le registre de l’action qui relève du préfet.

131Ce réseau est marqué par une ne dynamique forte des élus locaux : depuis une dizaine d’années, sous l’influence du lien transmanche, s’est mise en place une dynamique locale du littoral qui s’est créée sur des bases empiriques et contradictoires en dehors de toute identité et stratégie régionales (Breuillard, 1996). Le littoral a été de tout temps une zone socio-politico-économique « sous dépendance », ce qui a développé, chez les élus, une culture d’opposition. Les dynamiques territoriales, d’abord dispersées, ont finalement permis l’émergence d’un espace littoral qui se constitue en réseau, même si l’espace administratif est éclaté entre deux départements Le tunnel offre progressivement de nouvelles perspectives au littoral au sein de l’Eurorégion. Cependant, pour l’instant, l’espace littoral Nord-Pas-de-Calais est davantage un réseau de villes qu’un territoire institutionnalisé.

132A une situation initiale où des acteurs extérieurs (l’Etat et Sollac), imposent au territoire un développement nécessairement exogène, s’articule alors un « milieu local » des acteurs de l’aménagement urbain.

133La notion de développement durable est invoquée aujourd’hui pour justifier cette nouvelle forme de maîtrise urbaine qui se substitue à la notion d’environnement industriel. Deux documents majeurs témoignent de la reprise en main du développement économique par les acteurs locaux : le schéma d’environnement industriel de 1993 et le projet de contrat d’agglomération de 2000. Ce schéma montre le désir, par les collectivités locales, de se réapproprier les conditions d’acceptation et de localisation des implantations.

  • 20 Communauté urbaine de Dunkerque.
  • 21 Charte d’Aalborg Charte des villes européennes pour la durabilité qui a été adoptée par les partici (...)

134Le glissement sémantique d’environnement industriel au développement durable n’est pas neutre, il traduit la volonté de mise en cohérence du local avec des préoccupations se manifestant à un niveau plus global. L’adhésion de la CUD20 à la charte d’Aalborg21 et le prix européen des villes durables qui lui a été décerné en 1996 sont les manifestations de ce changement d’orientation. Que ce soit à travers l’environnement ou le développement durable, la qualité de l’air constitue un point nodal. Pourtant, au sein du réseau, cette tension entre les normes internationales du développement durable et les normes plus locales du développement local, n’a pas été ressentie même si les grands groupes industriels sont acquis aux principes du développement durable et à la maîtrise des rejets de gaz à effet de serre.

135Depuis 1990, le réseau mesure aussi la radioactivité en raison de la présence dans son périmètre de la centrale nucléaire de Gravelines, par le biais de trois balises radon à Dunkerque-Rosendäel, Gravelines et Calais-Marck. Ce dispositif témoigne de la méfiance des élus locaux par rapport au discours officiel. Méfiance renforcée par l’accident de Tchernobyl.

  • 22 Institut de recherche en environnement industriel.
  • 23 Contrat de plan État/Région.

136Le souci de développement local se traduit aussi par le désir de faire travailler les entreprises locales, d’avoir des projets Interreg uniquement littoraux et d’attirer la dynamique de recherche vers le littoral (IRENI22 et CPER23).

3.2.2. AREMA LM (Lille Métropole), un réseau confronté à la problématique du transport

  • 24 Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme.
  • 25 Plan de protection de l’atmosphère.

137Le réseau créé en 1979 surveille la qualité de l’air sur le périmètre de la Communauté urbaine de Lille, élargie à l’ensemble de l’arrondissement de Lille en 2000 (périmètre du SDAU24 et du PPA25), environ un million d’habitants sur 600 Km2 avec une densité de 1785 hab/Km2. L’histoire des mesures de pollution à Lille reflète bien celle d’une ancienne métropole industrielle marquée par l’hygiénisme. L’évolution démographique de la ville de Roubaix avec une croissance spectaculaire au XIXe siècle (13 132 hab. en 1826, 126 365 en 1901, 93 000 à l’heure actuelle), montre le lien initial entre la ville et l’industrie et l’importance de la pollution atmosphérique ressentie d’ailleurs davantage à travers l’insalubrité du logement qu’à travers la fumée des usines, gage de la prospérité et de la soupe fumante sur la table. L’agglomération a été très marquée par l’hygiénisme avec sa complicité vis-à-vis de l’industrie naissante et son souci de réduire l’insalubrité de l’habitat. La résorption de l’habitat insalubre et la disparition du tissu industriel orientent l’agglomération lilloise vers une toute autre problématique de la pollution atmosphérique définie par les émissions automobiles et urbaines.

3.2.3. Les mutations de la pollution atmosphérique : de l’insalubrité du logement à l’étalement urbain

  • 26 Cf. notamment pat Pierrard P., (1965) : La vie ouvrière à Lille sous le Second Empire, Paris 532 p. (...)

138Il serait simpliste et inexact d’identifier l’insalubrité du logement à la ville, puisque l’habitat rural était souvent beaucoup plus inconfortable encore que celui de la ville, mais le souci de fixer la main-d’œuvre industrielle a beaucoup joué en faveur de l’entassement des habitations : « L’entassement des habitants au sein de courées à Lille s’explique par le développement des industries et la nécessité de loger les ouvriers à proximité de leur lieu de travail. Enceinte dans ses fortifications séculaires, Lille a vu s’élever dans ses quartiers, de nombreux établissements industriels qui ont attiré autour d’eux des groupes considérables d’ouvriers ; les rues tortueuses, étroites, qui confinent à ces établissements, les courettes où se sont entassés les uns contre les autres de nombreux bâtiments, sont devenues la résidence des ouvriers qui n’ont rien tant à cœur que de restreindre la distance qui séparer leur résidence de leurs ateliers » (Joire, 1951, p. 290). Néanmoins, l’insalubrité de l’habitat s’intégrait, à la fin du siècle dernier, dans un cortège de miasmes urbains abondamment décrit par les historiens26.

139Calmette, mais aussi d’autres décideurs, ont vu dans l’insalubrité du logement une des causes de la tuberculose et tout un courant de pensée a contribué à mobiliser les décideurs du début du siècle pour agir en faveur d’une résorption du logement insalubre. Toutes les épidémies à Lille mettent en évidence l’influence des cours sur la propagation des maladies infectieuses. « Si on considère les cartes de répartition des maladies à Lille, on observe que la tuberculose se plait dans les quartiers à cours, que la fièvre typhoïde y est à l’état endémique, que la gastro-entérite qui fait de nombreux ravages chaque année parmi les nouveaux nés voit ses proportions les plus élevées à Wazemmes et Moulins tandis qu’elle est presque inexistante dans le quartier Vauban » (Pinchemel, 1954, p. 937).

3.2.4. La fin de la surveillance industrielle

  • 27 Usine d’incinération des ordures ménagères.
  • 28 Chambre de Commerce et d’Industrie.
  • 29 Taxe sur les activités polluantes.

140Une ZPS a été créée en 1974, comprenant 10 communes. Elle n’est pas à l’origine de la fermeture des usines qui, progressivement, ont quitté l’agglomération, soit en raison de restructurations, soit pour trouver des terrains plus étendus et plus accessibles. Même les UIOM27 ont fermé récemment pour se concentrer autour de l’usine d’Halluin. Leur fermeture a contribué à faire baisser l’assiette de la TGAP recouvrable par le réseau. La désindustrialisation de la région de Lille se traduit par un déséquilibre au sein du réseau. La CCI28 qui représente les industriels est de moins en moins motivée, même si elle traite toute la partie comptable, mais moyennant finance. EDF a dû quitter le conseil d’administration du réseau en raison de la fermeture des centrales et de sa disparition en tant qu’émetteur de pollution. Les réserves de TGAP29 sont pratiquement nulles, ce qui pose la question du financement du réseau et les limites du principe pollueur-payeur quand il s’agit d’une pollution urbaine.

  • 30 Acidité forte et fumées noires : ancien indicateur de la pollution industrielle remplacé actuelleme (...)

141La disparition de nombreuses activités polluantes industrielles pose également la question récurrente de la restructuration du réseau de mesures. Le nombre d’analyseurs de la pollution acido-particulaire30 n’est-il pas surdimensionné par rapport aux émissions ?

142La désindustrialisation s’est traduite par une reconversion des emplois vers le secteur tertiaire à travers ce que d’aucuns appellent la métropolisation. En dix ans, les emplois tertiaires se sont accrus de 10 points, dans la zone de Lille, pour atteindre 72 % en 1997. Cet accroissement est supérieur à celui des autres capitales régionales françaises. L’augmentation de l’ensemble des emplois dans l’aire urbaine de Lille (+1,8 %) est comparable à celle de Lyon (2,2 %) et inférieure à celle de la région Nord-Pas-de-Calais (+3,2 %).

143La problématique principale est celle des transports avec 20 millions de kilomètres parcourus chaque jour sur les routes de la métropole. L’autoroute A1, entre la porte sud de Lille et Ronchin est l’artère la plus chargée avec plus de 100 000 véhicules par jour. On note, comme pour toutes les grandes agglomérations, une augmentation des valeurs moyennes annuelles du NO2 sur toutes les stations de proximité alors que les valeurs sur les stations de fond varient peu.

  • 31 Adopté en décembre 1997, il a fait l’objet d’un recours de la part de l’association Nord Nature qui (...)

144Les « enquêtes ménages » de 1987, 1994 et 1999 apportent des informations précieuses sur la mobilité des habitants au sein de l’Association Organisatrice de Transports. L’utilisation de la voiture pour les déplacements à l’intérieur de l’agglomération est en constante progression en dépit de tous les efforts réalisés en faveur des transports en commun, lesquels sont peu adaptés, au demeurant, pour répondre aux nouvelles demandes, à savoir des déplacements de plus en plus orientés vers les loisirs, donc à des horaires variables, et une mobilité en rapport avec l’étalement urbain. C’est pourquoi l’étalement urbain a fourni la ligne de mire du SDAU31 qui s’est joué sur le « renouvellement urbain » et la croissance de la ville sur elle-même, de manière à éviter la désertification du versant nord-est de la métropole (Wattreloos et Roubaix) au profit de la croissance de l’agglomération vers le Sud. La question des champs captant a permis également de dénoncer l’extension de la ville vers le sud-ouest (Parc de la Deûle).

145Les déplacements et l’étalement urbain deviennent, pour la métropole, un enjeu fort pour lequel le PDU et le SDAU ne fournissent que des réponses partielles et peu argumentées par rapport à la qualité de l’air. Les documents de planification ultérieurs sauront tirer les leçons du passé et s’appuyer davantage sur une ingénierie pertinente de la qualité de l’air.

146Au moment du renouvellement du conseil d’administration, au lendemain des élections municipales en 2001, en dépit d’une tentative des Verts de présenter leur candidature à la Présidence du réseau, Paul Astier, Président de la mission Plan de déplacement urbain, devient Président de l’AASQA, ce qui ne peut que renforcer les liens entre mobilité et qualité de l’air.

  • 32 Evaluation des Risques de la Pollution URbaine sur la Santé. 1987-2000.

147L’orientation vers l’intégration de préoccupations sanitaires reprend la tradition hygiéniste de Calmette. La présence de l’Institut Pasteur de Lille, de l’ORS et d’une longue tradition de santé publique a mis l’accent sur l’orientation sanitaire de la surveillance lilloise. Bien avant la réglementation européenne, l’Institut Pasteur a mesuré les concentrations en métaux dits lourds dans l’agglomération lilloise. Lille a été choisie parmi les 8 villes qui ont permis le prolongement de l’étude ERPURS32 menée en Ile-de France.

148Le contexte politique de l’agglomération lilloise est favorable à une utilisation pertinente de l’expertise fournie par le réseau. Sans doute, le réseau lillois a-t-il des atouts à développer au sein d’un tissu décisionnel qui pourra imbriquer la recherche universitaire, les exercices de planification, les aspirations à une bonne santé et à un cadre de vie de qualité de la population… C’est-à-dire au sein d’une gouvernance pertinente et intégrant différents échelons de compétence, même si l’air n’a pas été inscrit au rang des compétences communautaires.

3.2.5. L’AREMASSE : un réseau imposé par la DRIRE avec l’aide de quelques industriels

149Au moment où la loi sur l’air préconisait la surveillance de l’ensemble du territoire, cette AASQA a été fondée in extremis en décembre 1996 pour pouvoir bénéficier des crédits FEDER arrivés à échéance. (3 millions de francs. de fonds FEDER Objectif 1 et 2 millions de francs de crédits d’équipements Etat pour l’année 1999). La fondation de cette association est imposée par la DRIRE avec quelques industriels : SEVELNORD, EDF… et des collectivités territoriales de l’arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe, de Cambrai, Douai et Valenciennes. Les élus locaux semblent faire confiance à l’Ingénieur Subdivisionnaire de la DRIRE dont la zone de compétence coïncide avec celle du réseau. La localisation de l’AASQA, dans les locaux de la DRIRE, sur la zone industrielle de Prouvy est significative à cet égard. On accédait à l’AREMASSE après avoir traversé la zone du contrôle technique des poids lourds !

150Les arrondissements réunis au sein de l’AREMASSE sont très différents, puisque l’Avesnois est une zone verte vouée à la récréation et aux loisirs, le Cambresis une vaste zone agricole et le Valenciennois, ainsi que le Douaisis, sont encore marqués par leur passé minier et industriel. Autant le Cambresis relève des paysages ouverts et à l’image de nombreux terroirs du Bassin Parisien consacrés à la grande culture, autant l’Avesnois est un pays bocager et boisé voué à une activité plutôt touristique.

151La fermeture de la mine, mais surtout le retrait de l’activité sidérurgique ont fait de cette zone un secteur sinistré avec des taux de chômage et de pauvreté nettement supérieurs à la moyenne française.

152Le poids de l’industrie est encore très présent au sein du réseau. En effet, le Valenciennois relève de la partie du Bassin minier appartenant au département du Nord. Les activités minières, dans ce secteur, ont toujours été couplées avec une sidérurgie développée. De grosses unités de production subsistent. Le Valenciennois fait partie de ces quelques régions pour lesquelles la pollution industrielle reste d’actualité. Si la centrale thermique de Bouchain a fermé, celle de Hornaing fonctionne encore. Elle fait partie des « roues de secours d’EDF ». La structuration du réseau doit donc également prendre en compte la localisation des industries et la surveillance de leurs impacts. L’ancien réseau géré par l’Ecole des Mines avait pour objectif de surveiller les émissions industrielles.

153Pourtant les habitants, quand ils sont organisés autour d’une association forte, comme à Denain, sont très impatients de voir les résultats des niveaux de la qualité de l’air sur leur commune encore concernée par de gros émetteurs (Air Pur, 2000).

154C’est dans le Valenciennois que la perte d’emplois est la plus nette. Plus d’un emploi sur 5 a disparu depuis 15 ans. A Denain, le plus grand employeur est l’hyper-marché local avec 200 emplois. Nous sommes loin des 6 000 ouvriers employés par USINOR Denain dans les années 1980.

155Les industriels se sont regroupés au sein du GIQASSE : Groupement interprofessionnel pour la qualité de l’air en Scarpe-Sambre-Escaut. L’agglomération de Valenciennes comptait 338 400 habitants en 1990 avec 11 communes de plus de 10 000 hab. Le morcellement des communes et les difficiles regroupements tendent à décrédibiliser le pouvoir politique local, qui est loin de parler d’une seule et même voix.

156Pour les élus, la qualité de l’air ne semble pas représenter une priorité par rapport aux enjeux sociaux et à la problématique du « renouvellement urbain » dont le maire de Valenciennes, devenu ministre, s’est fait le chantre.

157Les collectivités locales sont en général, très réticentes pour adhérer au réseau. Par exemple, la Communauté d’agglomération de Cambrai considère que l’air (en dépit de l’usine Béghin) est propre dans cette zone, non seulement rurale mais agricole. L’Avesnois tient également à conserver son image de lieu de détente et de loisirs.

  • 33 Cf. Les travaux de Séverine Frère (2001 - 2005).

158Les Valenciennois sont peu sensibilisés au risque lié à la pollution de l’air, car ils ne se représentent pas l’agglomération comme une grande ville mais plutôt comme un pôle industriel en grandes difficultés économiques. Le PDU de Valenciennes33 a surtout été mobilisé par l’enjeu de la construction du tramway plus que par une réelle discussion sur la diminution du trafic automobile.

159Le réseau associatif est ici beaucoup moins bien organisé que sur le littoral en dépit des efforts de Denain-écologie. La représentante de la fédération Nord-Nature a une orientation beaucoup plus marquée vers l’eau et suit avec attention les questions relatives à l’Escaut.

160L’Université de Valenciennes, est très peu présente au sein du réseau, peut-être la présence d’un professeur de sciences naturelles, très impliqué dans la bio-indication, a permis à l’AREMASSE de se spécialiser dans ce domaine avec le concours de l’APPA et de la Faculté de Pharmacie de Lille II. La présence du nouveau Président, ayant la même formation ne peut que renforcer cette orientation.

161Compte tenu de leurs imbrications territoriales, les deux réseaux de l’AREMARTOIS et de l’AREMASSE sont contraints de travailler ensemble.

3.2.6. L’AREMARTOIS, un réseau marqué par l’histoire du bassin minier

162Ce réseau a été créé en septembre 1990. C’est le seul réseau qui appartient résolument au département du Pas-de-Calais. Il est marqué par l’histoire du bassin minier et par une forte coopération des élus locaux avec les industriels qui distribuent encore une manne non négligeable. Longtemps, c’est le directeur de Metaleurope qui a été le trésorier de l’association, alors même que cette entreprise se faisait toujours remarquer par des émissions importantes diffuses et directes, responsables de taux de dioxyde de soufre très élevés dans l’atmosphère. Il faut noter la spécificité de ce réseau dont les élus locaux issus pour la plupart du bassin minier, disposent depuis peu du pouvoir autrefois détenus par les Houillères, lesquels avec un certain paternalisme, décidaient de la vie du mineur « du berceau à la tombe » en laissant peu de place aux initiatives locales. Le rôle des municipalités était un rôle d’animation et de vecteur de subventions. Ces municipalités considèrent souvent que le mesurage de la qualité de l’air relève de la compétence de l’Etat et qu’il s’agit là d’une mission de la DRIRE. La ville d’Arras qui est plutôt marquée par la présence du monde agricole ne tire pas politiquement partie de l’Aremartois dont le siège social est à Béthune.

163Les séquelles de la mine sont encore présentes et la gestion de l’héritage se traduit par un bras de fer avec l’État contre lequel, une « union sacrée » entre les communistes et les socialistes avaient pu se réaliser. La coalition contre un « transfert de charge » est donc un thème très mobilisateur dans le bassin minier.

164Le déclin de l’activité charbonnière n’a pas signifié la désindustrialisation et la diminution des activités polluantes. Les élus du bassin minier ont longtemps considéré que la survie économique du territoire passait par l’industrie en raison de l’abondance de la main d’œuvre peu qualifiée et des sites disponibles. Dans l’agglomération de Lens les ouvriers représentent 46 % des actifs et 70 % des retraités. La rupture dans le mode de croissance qui s’est opéré depuis 1975 aboutit à une profonde crise d’identité.

165La tradition industrielle explique le faible intérêt marqué pour les questions de transport et de circulation. Pourtant, la densité des routes nationales est de 12,6 Km par 100 Km2 contre 6,6 en moyenne en France.

166En raison de cette même tradition, les entreprises bénéficient d’une certaine impunité aux yeux de la population, car elles véhiculent prospérité et emploi, ce qui n’est pas le cas du Dunkerquois. Les habitants sont encore marqués par l’expérience quotidienne d’un environnement dégradé, ce qui explique le faible investissement associatif en dépit du dynamisme de « Chlorophylle environnement » décrit par Bruno Villalba et Catherine Neveu (2001). Cette association a été représentée au sein du réseau par son ancien Président qui siégeait au conseil d’administration au titre des associations de consommateurs.

  • 34 La difficile information sanitaire : l’exemple de Drocourt :
    La commune de Drocourt (3 104 hab), es (...)

167La présence d’une chargée de communication, employée à temps plein, montre combien les questions de communication sont encore sensibles dans cette région stigmatisée par les pollutions minières. Les mesures de benzène effectuées à Drocourt ont fait l’objet de procédures spéciales, attribuant au Préfet le soin d’une politique de communication portant sur les valeurs dépassant les normes en vigueur34.

  • 35 Secrétariat permanent de prévention des pollutions industrielles.

168La question des impacts sanitaires de la pollution est déléguée au SPPPI35, structure nouvellement créée pour l’Artois. C’est dans cette instance qu’ont eu lieu la plupart des débats, très encadrés, portant sur la santé publique au sujet du plomb, de la dioxine ou du benzène. Néanmoins, selon Bruno Villalba, la culture du secret est encore présente dans les esprits puisque 17 % seulement des habitants pensent qu’on leur dit la vérité sur les risques. Par ailleurs, les Etats généraux de la santé qui se sont déroulés dans cette région en 1998 ont montré le souci de transparence exprimé par les populations.

4. Conclusion

169La description de l’histoire des réseaux de surveillance dans la région met en lumière les questions voire même les contradictions qui animent les modalités de la gestion de la qualité de l’air. D’un côté la technicité de la mesure impose une uniformisation des méthodes et des outils qui pourraient générer des économies d’échelle. D’un autre côté, le fort ancrage politique et social tend à faire évoluer les réseaux de mesure en fonction des besoins et des sensibilités locales. Cette imbrication entre l’expertise technique et la gestion qui relève du politique aboutit à une certaine confusion des genres qui a tendance à assimiler la gestion de la qualité de l’air à la surveillance.

170On remarquera que les structures de la surveillance semblent tout à fait façonnées par le contexte local qu’elles reflètent. A travers la diversité des contextes locaux, appartenant pourtant à une même région, comment peut-on imaginer la mise en œuvre d’un texte législatif unique ? Peut-on, de manière réaliste, plaider pour une reprise en main par l’Etat d’une structure d’expertise de la qualité de l’air uniforme, de manière à répondre aux obligations légales de l’Etat français ? A l’inverse, comment peut-on imaginer que les élus locaux s’investissent financièrement dans une structure qui ne correspondrait pas à leurs attentes ? Toutefois, cette intrication de l’expertise avec le tissu socio-politique local n’est pas sans créer des difficultés qui compliquent le tiraillement, observé actuellement, des réseaux entre l’Etat et les collectivités locales.

171La LAURE avait précisément pour ambition d’élargir la gestion de la qualité de l’air au territoire en ayant recours à la planification. Elargissement qui n’est pas sans causer de grosses difficultés qui seront envisagées dans les chapitres suivants.

Notes

1 In Barles S. (1999), la ville délétère, médecins et ingénieurs dans l’espace urbain XVIIIe et XIXe, ed. PUF ; 370 p.

2 Cité par Bernard D. (2000) : Lille au fil de l’eau, La Voix du Nord, 222 pages.

3 Cf. Guillerme A, (1983) : p. 181.

4 On relira avec attention l’ouvrage de Sabine Barles et notamment son chapitre deux sur « La ville des ingénieurs », illustrant leurs gloires et déboires dans l’aménagement de l’espace (Barles, 1999, pp119-200), ainsi que, d’Antoine Picon, « la mécanique des fleuves au 18e siècle » (1995).

5 Hellemmes, Ronchin, Faches-Thumesnil, Lambersart, Saint-André, Wambrechies, Wattignies, Seclin, Wasquehal, Flers-les-Lille, Haubourdin, Templemars et Auby.

6 L’application du « PPP » par les agences a été critiquée par O. Godard (1995).

7 DATAR Délégation à l’aménagement des territoires et à l’action régionale.

8 Directive 75/440 CEE relative à la qualité requise des eaux superficielles destinées à la production d’eau alimentaire, directive 76/160 sur les eaux de baignade, directive 78/659 CEE sur la qualité des eaux ayant besoin d’être protégées ou améliorées pour la qualité du poisson ou directive 79/923 sur les eaux conchylicoles, directives sur les eaux résiduaires et sur les nitrates d’origine agricoles.

9 Élaborés par le comité de bassin à l’initiative du préfet coordonnateur de bassin, les SDAGE fixent les orientations fondamentales de la gestion équilibrée de la ressource en eau et définissent les objectifs et les aménagements à réaliser. Ils déterminent le périmètre des SAGE dont le contenu doit être compatible avec le SDAGE. Le SAGE, plus détaillé par définition que le SDAGE, fixe les « objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressource en eau superficielle et souterraine » (art. 5). Il est établi par une Commission locale de l’eau (CLE) composée pour moitié d’élus locaux, pour un quart des représentants des usagers, des propriétaires riverains, des organisations professionnelles et des associations concernées et pour un quart des représentants de l’Etat. Sa mise en œuvre peut s’appuyer sur une communauté locale de l’eau regroupant sous la forme d’une structure intercommunale, les communes concernées par le SAGE. La mise à disposition du public des textes des SAGE permet aux citoyens d’exercer un contrôle (possibilité de recours administratifs et contentieux) sur l’action de l’administration et des collectivités territoriales.

10 Association Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air : l’organisation des associations de gestion de réseau est formalisée par la LAURE. Leur conseil d’administration est divisé en quatre collèges représentant respectivement l’Etat, les collectivités locales, les industriels et les associations. L’Etat délègue à ces associations la mission de service public que constitue la surveillance mais, paradoxalement, la Présidence de ces structures est assurée par un élu. Ces associations, obligatoirement agréées par le Ministère de l’environnement, fonctionnent avec plusieurs types de financement. D’une part, des crédits provenant d’une redevance payée par les industriels, selon le principe pollueur payeur. D’autre part, des crédits provenant des collectivités locales et enfin ceux qui sont attribués par l’Etat. La redevance payée par les industriels a été généralisée en 1985 sous forme de la taxe parafiscale. Les industriels peuvent verser une partie de cette taxe directement aux associations de gestion de réseaux les plus proches pour promouvoir la surveillance de la qualité de l’air. Entre 1991 et 1996, l’Etat a assuré le financement des réseaux presque exclusivement par le biais du produit de cette taxe qui ne cesse de diminuer car les rejets industriels sont en baisse. Depuis la loi de finances de 1999, la taxe parafiscale s’intègre dans la Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP).

11 Zone de protection spéciale.

12 Le secrétaire des réseaux était donc un ingénieur divisionnaire de la DRIRE.

13 Syndicat mixte de la Côte d’Opale.

14 Aluminium.

15 Sidérurgie (USINOR- ARCELOR).

16 Composé organique volatile.

17 Industrie chimique.

18 Émanation de gaz.

19 Émanation de gaz.

20 Communauté urbaine de Dunkerque.

21 Charte d’Aalborg Charte des villes européennes pour la durabilité qui a été adoptée par les participants à la conférence européenne sur les villes durables qui s'est tenue à Aalborg, Danemark, le 27 mai 1994.

22 Institut de recherche en environnement industriel.

23 Contrat de plan État/Région.

24 Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme.

25 Plan de protection de l’atmosphère.

26 Cf. notamment pat Pierrard P., (1965) : La vie ouvrière à Lille sous le Second Empire, Paris 532 p. Thèse de lettres Lille.

27 Usine d’incinération des ordures ménagères.

28 Chambre de Commerce et d’Industrie.

29 Taxe sur les activités polluantes.

30 Acidité forte et fumées noires : ancien indicateur de la pollution industrielle remplacé actuellement par SO2 et PM10.

31 Adopté en décembre 1997, il a fait l’objet d’un recours de la part de l’association Nord Nature qui s’opposait au contournement Sud en s’appuyant sur la vulnérabilité des champs captants.

32 Evaluation des Risques de la Pollution URbaine sur la Santé. 1987-2000.

33 Cf. Les travaux de Séverine Frère (2001 - 2005).

34 La difficile information sanitaire : l’exemple de Drocourt :
La commune de Drocourt (3 104 hab), est située dans l’ancien bassin minier, zone densément peuplée (environ 950 hab/Km2). Elle comprend 2 entreprises classées Seveso : Cray-valley et les cokeries.qui ont fermé récemment. Depuis de longues années, des habitants essaient de faire attester les nuisances qu’ils subissent au voisinage de l’usine Cray-Valley. Le maire les accuse de défendre leurs intérêts particuliers car leur habitation est intégrée dans un périmètre Seveso, elle est donc difficilement vendable. Les plaintes des habitants avaient été longtemps laissées sans réponse même après des campagnes du laboratoire mobile de l’Aremartois. Il faut attendre décembre 1999 et janvier 2000 pour que l’AREMARTOIS entreprenne une mesure de benzène avec le camion laboratoire. Les niveaux de benzène se révèlent être très élevés. De nouvelles camapgnes ont été entreprises en 2001 ont enregistré des valeurs plus faibles mais encore nettement supérieures aux normes européennes. Entre les deux campagnes, le nombre de personnes exposées à plus de 2 g/m3 de benzène passe de 70 000 à moins de 25 000 hab ; Cet exemple montre que la politique de communication est difficile si les normes ne sont pas respectées car la communication des résultats sans efforts pour résoudre le problème est inacceptable. Les normes représentent toutefois une garantie très équivoque pour la population.

35 Secrétariat permanent de prévention des pollutions industrielles.

Table des illustrations

Titre Figure 4 : Photo Usine élévatoire da la rue Saint Bernard.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15794/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 5 : Intégration des risques hydrologiques dans l’aménagement urbain.
Légende L’exemple du schéma directeur, « évolution de la prise en compte des ressources en eaux entre 1997 et 2002 ».
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15794/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 6 : Les réseaux d’assainissement de Lille vers 1935.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15794/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 7 : Carte des 4 réseaux
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15794/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540