Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les démarches locales de développement durable à travers les territoires de l'eau et de l'air

 | 
Helga-Jane Scarwell
, 
Isabelle Roussel

Partie 1. De l'hygiénisme au développement durable

Chapitre 2. Le contexte régional

Texte intégral

1Les enjeux liés au respect et à la gestion de ressources vitales présentent des caractères communs mais, comme pour toutes les questions environnementales, la prise en compte des caractéristiques locales est forte. Cet ancrage territorial est sans doute plus évident pour l’eau dont la gestion est inséparable de son basin versant que pour l’air qui, par définition se joue des frontières. En France, depuis la loi de 1890, la gestion de l’eau relève de la responsabilité du maire tandis que pour l’air, la responsabilisation des élus locaux a été plus fluctuante. Le lien entre la prévention de la pollution atmosphérique et l’aménagement du territoire est récent et sa lisibilité au sein des documents de planification urbaine est faible. Paradoxalement, les évaluations effectuées sur l’ensemble des PDU issus de la LAURE, soulignent l’absence de références à la pollution atmosphérique. En revanche, les agglomérations, en dépit des difficultés d’application de la loi de santé publique de 1902 dans les communes, se sont senties concernées par les questions de salubrité, que ce soit pour l’eau potable et les eaux usées. Pour l’air, la préoccupation municipale s’est effectuée à travers la salubrité de l’habitat et la prise en compte de la pollution atmosphérique à l’intérieur des locaux, même si l’assimilation entre la salubrité du logement et la qualité de l’air intérieur mériterait d’être, à bien des égards, nuancée.

2Or, la région Nord-Pas-de-Calais offre des caractéristiques environnementales bien spécifiques en ce qui concerne son hydrosystème, très marqué par l’influence des nappes souterraines mais aussi par l’importance des stigmates laissés par l’industrialisation ancienne. Cette expérience d’un développement non durable se traduit par l’impact donné au renouvellement urbain au sein duquel l’eau et l’air devraient également s’intégrer. Mais peut-on parler de la construction d’un renouvellement urbain durable ?

1. Le territoire de l’eau à Lille et dans la région Nord-Pas-de-Calais

3Le toponyme même de Lille montre le lien étroit entretenu par l’agglomération avec l’eau. L’urbanisation de l’agglomération lilloise se traduit par une longue conquête des zones humides. Cependant, la présence d’eau en abondance, n’exclut pas la pénurie liée, en partie, aux caprices des précipitations. Ces aléas imposent à la métropole d’étendre largement son champ d’approvisionnement en eau. Si ces nappes locales ont permis autrefois le développement de l’industrie, elles sont actuellement, polluées ou déficitaires, et ne suffisent pas pour alimenter une métropole millionnaire. Enfin, le territoire de l’eau, lillois inclut toute la gestion régionale et interrégionale des voies d’eau puisque leur régulation permet de choisir les zones d’expansion des crues pour protéger la métropole le cas échéant. A ce titre, les relations internationales concernant l’eau sont de mieux en mieux formalisées.

Figure 1 : carte de présentation du territoire ci-dessous.

Figure 1 : carte de présentation du territoire ci-dessous.

1.1. Les précipitations et les aléas climatiques

4L’aire métropolitaine lilloise, au sens large, s’étend principalement sur le bassin versant de la Lys et de ses affluents ou sous-affluents, la Deûle et la Marque. La limite orientale du territoire de la Communauté Urbaine de Lille et la frontière franco-belge coïncident à peu près avec la ligne de partage des eaux entre la Lys et l’Escaut, sauf au nord-est, au niveau de Roubaix et Wattrelos, où cette limite englobe la partie amont du bassin de l’Espierre qui s’écoule directement vers l’Escaut. Si l’on excepte la partie amont du bassin versant de la Lys qui appartient à l’Artois, l’ensemble de ces bassins versants s’étend sur des plaines plus ou moins vallonnées, dont les altitudes sont comprises pour l’essentiel entre 15 et 50 m, et ne dépassent que très ponctuellement 100 m (Mont Pévèle, 107 m). Ces plaines situées sous le vent de l’Artois sont caractérisées par des précipitations annuelles médiocres, souvent inférieures à 700 mm (637 mm à Lille-Lesquin). L’évapotranspiration potentielle est, en moyenne annuelle, comparable aux précipitations, ce qui, par suite d’une répartition saisonnière des précipitations très équilibrée, ne laisse qu’une faible part aux précipitations « efficaces » d’un point de vue hydrologique (20 à 25 % du total). C’est la principale raison de la médiocrité des débits des cours d’eau de la région : environ 20 m3/s en moyenne pour la Lys à Wervicq, pour un bassin versant de 2 900 Km2, soit 7l/s/Km2 environ ; encore faut-il souligner qu’une part importante de ces eaux provient de la partie du bassin versant, situé dans l’Artois, en amont d’Aire-sur-la-Lys. Le débit annuel moyen de la Deûle, entièrement canalisée, est difficile à évaluer, mais celui de la Marque à Bouvines n’atteint pas 1 m3/s.

  • 1 Il s’agit de la pluie disponible pour la végétation

5La ressource en eau superficielle, dépendante d’une pluviométrie en moyenne peu abondante et peu efficace en termes hydrologiques, accuse certaines années une diminution dramatique par un manque d’apport en eau de pluie en automne et en hiver, période de reconstitution des réserves. La réalimentation des nappes superficielles s’en trouve altérée comme en 1962-63 et plus récemment au cours des années 1990, 1991 et 1996. La variabilité interannuelle de la pluie efficace1 entraîne ainsi des variations de plus ou moins 30 % de la ressource globale superficielle malgré les apports en eau souterraine. Dans des conditions de déficience pluviométrique, renforcée par une élévation de l’évapotranspiration liée à des températures relativement élevées et une insolation plus importante, les débits des cours d’eau urbains (La Deûle et La Marque), à écoulements faibles en année normale, diminuent considérablement. La Marque, à Bouvines (bassin versant de 135 Km²), qui écoule seulement en débit moyen annuel 0,83 m3.s-1, s’est pratiquement asséchée en 1976 (débit moyen mensuel minimum d’août égal à 0,05 m3.s-1) alors que plus récemment, son débit d’étiage chutait à 0.38 m3.s-1 en octobre 1996 (période de retour inférieure à 5 ans). Ce déficit en eaux de surface explique l’importance des nappes souterraines.

1.2. Des aquifères vulnérables mais précieux pour l’alimentation en eau

  • 2 L.M.C.U. : Lille Métropole Communauté Urbaine.

6La nappe du calcaire carbonifère est captive sous les terrains crétacés de l’agglomération lilloise où des prélèvements très importants sont effectués (28 000 m3 par jour en 1998 pour les besoins de la LMCU)2. L’eau est de qualité mais le niveau piézomètrique ne cesse de diminuer. L’alimentation de la nappe s’effectue par l’infiltration des eaux de pluie de la région de Tournai, et par le réseau hydrographique (canaux de l’Escaut, de la Deûle et de la Marque) mais aussi par drainance verticale descendante de la nappe des alluvions ou de la craie. Cependant, malgré les quotas de prélèvement en accord avec les Belges, le niveau piézomètrique de la nappe ne cesse de diminuer. Les forages installés dans cette nappe carbonifère ferment les uns après les autres. Ils ne fournissent plus que 15 % de la ressource en eau et imposent une gestion transfrontalière de l’eau.

7Le réservoir de la craie joue dans notre région un rôle remarquable tant dans la ressource en eau potable (128 000 m3 par jour en 1998 pour les besoins de la métropole) que dans l’alimentation de l’hydrologie de surface même si l’eau stockée dans le sous-sol n’atteint les cours d’eau qu’après un long cheminement. L’aquifère crayeux, développé dans le Turonien supérieur et le Sénonien constitue l’aquifère le plus important du nord de la France. La craie aquifère occupe 90 % de la surface du Nord-Pas-de-Calais, 64 % en nappe libre, 26 % en nappe captive. Le renouvellement annuel est de l’ordre de 1,4 milliard de m3. La réserve (eau gravitaire seulement) serait comprise entre 3 et 6 milliards de m3. La roche crayeuse est très poreuse mais peu perméable elle ne devient donc aquifère que si elle est suffisamment fracturée et ouverte.

8L’alimentation de la nappe de la craie est donc réalisée :

  • à partir des précipitations qui affectent l’affleurement de la craie, là où l’urbanisation n’est pas continue et systématique ;

  • par les pertes des réseaux d’eau ;

    • 3 Le débit d'alimentation verticale de la craie par la nappe alluviale approche 50 l/s/km². Cette ali (...)

    par la drainance de la nappe alluviale qui possède une pression hydraulique supérieure à celle de la nappe de la craie3. D’autre part, les variations spatiales de la qualité sont très accentuées, la mauvaise qualité physico-chimique des eaux de la nappe de la craie indiquant l’existence de communications hydrauliques entre la nappe alluviale polluée et la nappe de la craie.

  • 4 En effet, la directive européenne concernant la distribution des eaux potables stipule que l'eau di (...)

9La productivité de la nappe de la craie est concentrée dans la vallée de la Deûle, là où l’alimentation, très tributaire de l’alluvion, est sensible à toutes les pollutions domestiques, agricoles et industrielles de surface. Cet aquifère est particulièrement vulnérable en raison d’une série d’années sèches. Le niveau piézomètrique baisse mais la qualité se détériore de telle sorte que certains forages dans la région lilloise ont dû être fermés4.

10La vulnérabilité de l’aquifère dépend :

  • de la nature lithologique des affleurements (présence, épaisseur et nature de la couverture). La vulnérabilité de la nappe est variable selon les régions en fonction de l’importance et de l’imperméabilité des formations superficielles de recouvrement. C’est ainsi que dans le Mélantois, l’absence de recouvrements importants explique la rapidité des répercussions des pollutions superficielles. A l’inverse, lorsque la nappe est captive ou bien recouverte par des terrains imperméables, elle est davantage protégée comme dans le nord de l’agglomération. La proximité de la nappe par rapport à la surface du sol a permis de creuser de nombreux forages qui, une fois abandonnés, facilitent le transit des éléments polluants directement vers la nappe ;

    • 5 Bureau de recherches géologiques et minières.

    de la profondeur de la nappe libre et de l’épaisseur de la zone non saturée. Le BRGM5 a mis au point des modèles qui prennent en compte les phénomènes hydrodispersifs, les transferts de polluants qui dépendent de phénomènes de rétention, de transferts convectifs et de diffusion moléculaire ;

  • des échanges nappe-rivière. On sait qu’il existe un drainage naturel de la nappe de la craie par les cours d’eau. Dans les vallées, si les rivières alimentent la nappe, il y a alors propagation rapide de la pollution des eaux superficielles. Or, en cas de baisse du niveau de la nappe, ce cas de figure est fréquent. On peut se demander si le même phénomène ne se produit pas avec les canaux, quoique le fond des voies navigables soit bien souvent colmaté par une épaisseur importante de dépôts ;

  • enfin, la surexploitation de la nappe peut induire une réalimentation en eau de surface de qualité inférieure contenant des nitrates, des chlorures et des sulfates.

  • 6 M.E.S. : Matières en Suspension.

11Une des raisons de la baisse du niveau de la nappe de La craie est la quasi disparition de la nappe phréatique de surface. En effet, au lendemain de la guerre, les fossés ruraux, creusés à 80 cm de profondeur, atteignaient la nappe, alors qu’actuellement il faut creuser jusqu’à 3 mètres de profondeur pour retrouver l’eau. Cette baisse tout à fait inquiétante s’explique par l’importance du ruissellement et du drainage agricole qui limitent considérablement l’infiltration et donc la recharge de la nappe. La part de plus en plus grande du ruissellement correspond à l’imperméabilisation de la surface, mais aussi aux pratiques agricoles actuelles qui, en utilisant de gros engins, engendrent une semelle de labour ; celle-ci forme un niveau imperméable qui accélère le ruissellement superficiel et l’entraînement des particules solides avec les eaux de ruissellement qui rejoignent rivières et canaux dont la charge en MES6 ne cesse d’augmenter. Le drainage agricole contribue à alimenter l’hydrologie de surface avec une eau chargée.

1.3. L’approvisionnement en eau : d’une autosuffisance à une gestion des flux problématique

  • 7 Projet d’intérêt Général.

12L’alimentation en eau de la métropole lilloise dépend largement de la nappe de la craie et particulièrement des champs captants situés au sud de l’agglomération lilloise (près de 50 millions de m3 par an jaillissent des forages effectués dans la nappe de la craie). Cependant, cet aquifère, très proche de la surface en raison du dôme du Mélantois, n’est recouvert que par une mince pellicule d’alluvions, ce qui explique sa vulnérabilité. La préservation de cette ressource s’impose soit par différentes procédures (procédure de P.I.G7) soit par des mesures d’aménagement du territoire (parc de la Deûle). La vulnérabilité des aquifères suppose une gestion prospective de l’eau très stricte, puisque des sources d’approvisionnement plus lointaines et donc plus coûteuses doivent être envisagées. D’ores et déjà, une partie de la ressource (17 %) provient de forages plus lointains effectués dans la région de Douai (Pecquencourt, Flers-en- Escrebieux). En outre, le caractère superficiel de la nappe nécessite une forte vigilance au niveau de l’assainissement et proscrit un certain nombre de solutions dites alternatives (assainissement individuel, fossés).

13La question de la protection des champs captants a été au cœur du débat concernant le Schéma Directeur de Lille. Il montre combien la sensibilité aux questions de l’eau peut interférer avec le débat sur les infrastructures routières.

14L’approvisionnement en eau potable ne représente qu’une partie de la dépendance de l’agglomération lilloise par rapport à un territoire de l’eau plus vaste. Le réseau hydrographique, très artificialisé, a été utilisé comme moyen de communication et a participé à la maîtrise des inondations tout en encourageant le drainage et la mise en culture des terres. Que ce soit à travers les voies de communication, les réseaux d’approvisionnement en eau potable ou la gestion des eaux usées, l’hydrosystème lillois ne se limite pas aux frontières de l’agglomération, il est très ouvert vers la Belgique. L’existence d’un lieu de concertation, la commission internationale de l’Escaut (CIE), permet actuellement de négocier des intérêts nationaux contradictoires, puisque les pollutions rejetées à l’amont des canaux ou dans les nappes affectent les riverains situés à l’aval. Ainsi, les Néerlandais, qui s’efforcent de dessaler l’eau des polders, voyaient d’un mauvais œil arriver des rejets d’eau salée, emportés par les eaux de l’Escaut.

15En conclusion, on notera que l’eau se joue des territoires administratifs et ne peut être gérée que par des intercommunalités et des partenariats entre les différents acteurs à l’image des SAGE. En effet, la dépendance des villes par rapport aux communes périphériques est forte pour l’approvisionnement en eau, elle s’impose également pour la gestion des flux (inondations et sécheresse) et s’intègre même dans la vaste problématique de l’équilibre climatique planétaire. Cependant, en même temps, la gestion de l’eau représente une marque de pouvoir revendiquée par chaque commune, ainsi que l’illustre le nombre de structures communales et intercommunales pour la gestion de la distribution d’eau potable. A l’échelle de l’agglomération lilloise, ces structures sont nombreuses et ne contrôlent pas un territoire homogène. L’enjeu du prix de l’eau y est pour beaucoup. Mais l’agglomération n’est pas non plus à l’abri des inondations en raison de la saturation de ses réseaux d’écoulement des eaux pluviales.

2. Le territoire de l’air à Lille et dans la région Nord-Pas-de-Calais

16La dispersion des polluants et donc leur concentration est tributaire des conditions climatiques locales.

2.1. Les conditions climatiques sont assez hétérogènes

  • 8 Indice ATMO, indice synthétique de la qualité de l’air qui concerne toutes les grandes agglomératio (...)

17En effet, le climat se continentalise rapidement de l’ouest vers l’est avec la fréquence des vents forts qui diminue tandis que les amplitudes de températures s’affirment. La rigueur de l’hiver est alors plus marquée à l’Est tandis que la chaleur de l’été est plus forte. La spécificité des phénomènes locaux observés sur le littoral : régime des vents locaux, ozone troposphérique marine… rend difficile l’application de normes de surveillance homogènes sur l’ensemble de la région. Pendant longtemps, on a pu considérer, sur le littoral, que le calcul de l’indice ATMO8, à partir de deux stations situées dans des domaines géographiques différents étaient un non sens compte tenu des nombreuses nuances climatiques littorales. D’ailleurs, les tentatives de modélisation effectuées dans la région (Schadkowski, 1999) mettent en lumière les difficultés supplémentaires introduites par le contexte littoral.

2.2. Une région très marquée par un passé industriel

18En effet, ce passé est plus ancien pour le bassin minier et plus récent sur le littoral. De même que c’est une région marquée par de gros émetteurs industriels : 44 établissements Seveso sur 350 en France : 4 dans la zone de Calais, 10 à Dunkerque, 4 à Lille, 3 dans le Valenciennois, 8 dans le Douaisis et 14 ans le Bassin Minier.

19C’est une région marquée par la désindustrialisation : de 1975 à 1992, la région Nord-Pas-de-Calais a perdu 95 400 emplois soit 6.9 % de ses effectifs et 41,3 % de ses emplois industriels. Ce phénomène global se traduit selon des disparités locales fortes.

20Si de 1975 à 1992, l’emploi progresse de 9,1 % dans le Calaisis, de 9,1 % dans la zone de Béthune-Bruay, de 8,8 % dans la région de Saint- Omer, il diminue de 25.5 % dans la Sambre-Avesnois, de 23.3 % dans le Valenciennois, de 19.5 % dans le Cambrésis et de 17,2 % dans la région Roubaix-Tourcoing. Plus précisément, l’emploi industriel diminue de 58.3 % dans le Valenciennois, de 54 % dans la zone de Lens-Hénin, de 52.6 % dans la Sambre-Avesnois et de 51.1 % dans la région de Roubaix-Tourcoing. A l’Ouest les pertes sont plus faibles car la zone est plus rurale.

  • 9 Constructions automobiles du groupe PSA.

21C’est une région qui doit sa reconversion industrielle à la construction automobile : Renault à Douai en 1970, la Française de mécanique à Douvrin en 1969, Sevelnord9 à Valenciennes en 1980, et Simca-Chrysler à Hordain en 1972, et, plus récemment Toyota. Il est donc difficile pour cette région de se positionner par rapport à de la pollution automobile. Sur 58 000 emplois créés dans la région entre 1967 et 1979, périodes centrales de la reconversion industrielle, 25 000 l’ont été dans l’automobile, soit 43 % du total. L’ancien Bassin Minier devient ainsi très marqué par les transports, aussi bien dans leur dimension de construction que celle des infrastructures et de la logistique. Le tunnel transmanche a renforcé l’efficacité de l’A26 tandis que la plateforme multimodale de Dourges doit également renforcer la logistique de la fonction de transit.

22Les mutations du tissu industriel sont profondes et affectent la gestion de la pollution industrielle. En effet, les industries génératrices ou consommatrices d’énergie disparaissent au profit de l’industrie automobile ou agro-alimentaire. Les grandes entreprises génératrices d’emploi tendent à être remplacées par un tissu plus large de P.M.E. plus impliquées dans l’innovation, mais pas toujours créatrices d’emplois nombreux.

23La tertiarisation accompagne cette désindustrialisation avec, toutefois, une concentration de l’emploi tertiaire à Lille. C’est le phénomène de la métropolisation, comme le montre l’accentuation du poids de Lille dans l’emploi régional. La forte croissance de Lille a compensé le déclin de Roubaix-Tourcoing.

24L’emploi tertiaire a augmenté de 34.4 % au cours de la période de 1975 à 1992. Les écarts dans la progression de l’emploi tertiaire sont importants : + 56.3 % dans le Calaisis, 52.9 % dans le bassin minier, Béthune-Bruay, 50.9 % dans l’arrondissement de Saint- Omer, 9 % dans le Cambrésis, + 21.7 % dans la Sambre, + 27.4 % à Roubaix-Tourcoing.

 

25Cette tertiarisation affecte peu le monde de la recherche institutionnelle et universitaire. Le nombre de chercheurs dans la région est à l’image du retard culturel et scolaire que la multiplication du nombre d’universités est en train de combler. Ce déficit dans le domaine de la recherche est tout à fait dommageable pour le champ de la pollution atmosphérique qui, par sa définition même, « dépend des connaissances scientifiques du moment ». En dépit des efforts réalisés par le Conseil Régional lors des derniers contrats de plans, les importants programmes de recherche dans le domaine de la pollution atmosphérique se situent en dehors de la région. En effet, la région est effet tributaire de mécanismes de transferts de connaissances qui sont encore trop peu développés. Ce handicap se retrouve fortement dans le domaine de la modélisation. Ce retard est d’autant plus dommageable que, du temps de la pollution industrielle, la région avec l’Ecole des Mines de Douai et les structures de recherche des industries nationalisées (Houillères, EDF…) était considérée comme pilote en la matière.

26Les disparités spatiales en matière d’emplois qualifiés se sont aggravées. La progression de la zone du littoral est sensible, surtout à Dunkerque qui concentrait 5.53 % de l’emploi régional en 1962 et 6.86 % en 1990. En revanche, les anciennes zones industrielles du bassin minier connaissent des baisses marquantes.

27La région présente une mobilité forte : elle est à la fois une voie de transit et une zone dans laquelle les recompositions territoriales vécues, au cours des dernières années, ont engendré une transformation des comportements, laquelle s’orientent vers davantage de mobilité tant quotidienne que résidentielle. Le taux de mobilité intercommunale (nombre d’individus ayant changé de commune) au sein de la région est de 3.11 % dans le Nord et dépasse la moyenne nationale de 2.5 %. Les actifs travaillant en dehors de leur lieu de résidence représentent 50 % en moyenne française et 60 % dans la région, 66 % dans l’aire métropolitaine.

28Cette forte mobilité correspond également aux densités élevées qui caractérisent la région et l’apparentent à la « banane bleue ». Il s’agit d’une région jeune qui maintient un solde démographique positif grâce à un solde naturel élevé. La proximité de régions fortement urbanisées et industrialisées se fait sentir dans les immiscions de pollution transfrontalière, certains jours. Il est difficile d’extraire la région de son contexte européen : la pollution n’a pas de frontière.

  • 10 Surface Agricole Utile.
  • 11 Il y a une grosse différence de densité entre le département du Nord (400 hab/Km2 et celui du Pas-d (...)
  • 12 Plan régional de la qualité de l’air.

29Même si l’image de marque de la région est surtout attachée au passé industriel, l’agriculture représente un secteur économique puissant sous des formes diverses allant de la petite exploitation spécialisée à la grande culture céréalière. Les trois quarts de l’espace appartiennent à la SAU10 ce qui est tout à fait remarquable pour une région urbaine dense11. Néanmoins, le monde agricole, très organisé, ne se sent pas investi par les questions de pollution de l’air comme on a pu le constater au moment de l’élaboration du PRQA12, même si les services de la région ont beaucoup investi dans le domaine des pesticides. Cette agriculture est dynamisée par la présence de grosses industries alimentaires : Haagen Daas, Bonduelle, Beghin-Say, Mc Kain…

  • 13 Il s’agit de la Suisse, de l’Allemagne et de la France.
  • 14 Regio Klimat Project.

30Le caractère frontalier de la région a été beaucoup moins exploité qu’en Alsace sans doute parce que, dans la région alsacienne, la géographie du fossé rhénan imposait une entité topographique déterminant des caractéristiques de la pollution atmosphérique communes aux trois pays13 (brouillards, inversions de températures). Les coopérations transfrontalières ont commencé en s’appliquant aux phénomènes climatiques (programme Reklip14). Au contraire, dans le Nord-Pas-de-Calais, la frontière ne représente aucune réalité géographique. Les industries fluctuent de part et d’autre de la frontière au gré des barrières douanières et des protectionnismes. La frontière administrative est restée très présente en dépit de l’existence d’une euro-région. Les éléments de coopération sont récents et ils relèvent davantage d’initiatives universitaires que de coopérations entre les réseaux de surveillance.

3. L’agglomération lilloise : un champ d’action privilégié de l’hygiénisme municipal ?

31L’indigence du réseau hydrographique de surface traversant le plat pays lillois est manifeste. En dépit de l’étendue des plaines drainées, des zones inondables et de la densité du réseau de voies navigables, l’absence d’un organisme fluvial de quelque importance, susceptible de constituer une ressource en eau et d’agrémenter le paysage urbain de l’agglomération lilloise, peut sembler à première vue paradoxale.

32La région lilloise, comme l’ensemble des « Bas-Pays » du Nord, n’occupe en effet que la partie amont de bassins versants de plaine qui s’étendent ensuite en Belgique, au-delà de la frontière.

33Cependant, quel que soit le contexte hydroclimatique, l’agglomération n’est pas à l’abri des inondations. La ville génère ses propres inondations en cas de saturation du réseau d’écoulement des eaux pluviales. En outre, l’imperméabilisation et la rapidité du ruissellement augmentent la vulnérabilité des zones urbaines face à l’aléa hydroclimatique. Aussi à Lille, les crues apparaissent à la suite de pluies, longues et continues, qui saturent les nappes. Les inondations, générées par ce processus, durent longtemps. En cela, ces dernières années, les habitants ont été très affectés par des inondations estivales liées à des pluies orageuses, exceptionnelles, dépassant nettement les capacités du réseau d’assainissement prévu pour écouler les pluies habituelles, plus longues et moins intenses.

34Paradoxalement, les villes génèrent leurs propres risques, mais dépendent aussi des territoires alentours pour maîtriser les aléas liés aux variations de l’eau et de l’air.

35L’eau, comme l’air, élargissent le territoire de la ville en imposant des relations plus ou moins conflictuelles avec la campagne voisine et en se plaçant dans une perspective planétaire des changements climatiques et des aléas liés aux sécheresses et aux éventuels déficits d’approvisionnement en eau.

3.1. Une métropole, symbole de la révolution industrielle en France

36Les stigmates d’un développement non durable n’affectent pas uniquement l’eau, mais également les autres ressources de la ville.

  • 15 L’assimilation de l’insalubrité à la détérioration de la qualité de l’air intérieur est sans doute (...)

37Si l’habitat n’est pas spécifiquement mentionné à travers les deux thématiques étudiées, il est très présent, dans la mesure où la dégradation écologique la plus mal vécue par les habitants est celle de leur logement. L’humidité, la fréquence des inondations et l’insalubrité15 sont des éléments qui ont contribué à la réduction de la qualité de vie et qui doivent disparaître. En outre, la qualité de l’air intérieur est un facteur majeur de la disqualification de l’habitat. Or, la pollution extérieure est en partie responsable de la dégradation de la qualité de l’air à l’intérieur des logements.

38L’habitat, comme l’eau ont été les champs d’action privilégiés de l’hygiénisme municipal lequel a par ailleurs montré ses limites, puisque les réparations des séquelles liées à l’exploitation industrielle ne peuvent se faire à l’échelle d’une agglomération.

39Lille fait partie de ces « villes-bassins », à l’histoire courte et longue, courte parce que sa croissance majeure, massive et marquante date de 150 ans, longue parce que les paysages et les mentalités ont été durablement marqués, et parce qu’après une période de prospérité (qui avait son revers de dur labeur et de conditions de vie difficiles), les hauts et les bas des cycles économiques ont scandé la vie locale avant qu’une lente mais forte désindustrialisation affecte les bases de la vie économique.

40Il va sans dire que cette métropole demeure un symbole des révolutions industrielles en France. Depuis la fin du 18e siècle et surtout, depuis le milieu du 19e siècle, les diverses activités manufacturières ont contribué à une expansion rapide du noyau urbain de la ville, tandis que le développement industriel a marqué fortement le territoire dans son paysage, dans son urbanisme, dans sa sociologie, dans les mentalités. Rappelons qu’à Roubaix, la croissance de la population industrielle est très importante (Voix et al, 2005).

41La prospérité industrielle est liée à la présence de l’eau (eau souterraine à Lille) qui a posé des problèmes d’approvisionnement et d’assainissement.

3.2. L’habitat s’est développé de manière anarchique

42A Roubaix, la ville-champignon au 19e siècle a une structure urbaine assez anarchique : elle s’est constituée, sans véritable « plan », autour des multiples usines qui se sont alors installées au gré des opportunités foncières. Ces usines pour attirer et loger la main-d’œuvre (population rurale régionale, travailleurs belges de Flandre et aussi femmes de mineurs du bassin minier voisin) ont édifié, autour des usines, des quartiers très denses, les célèbres « courées » (maisons de très petite taille jointives autour d’une cour étroite en longueur). Cet habitat traditionnel est devenu très largement dominant (plus de 4 000 courées à la fin du 19e siècle). D’autres formes d’habitat se sont développées ensuite (maisons jointives ouvrières classiques en briques, puis ensembles HLM à partir des années 50).

43Au début des années 1970, la crise s’est installée durablement dans la métropole. A Lille, la crise des activités industrielles et essentiellement du textile, industrie de main-d’œuvre. Elle n’est pas achevée au début des années 1990 et laisse un chômage croissant et un nombre de friches importantes dans la partie Nord-Est de l’agglomération. Roubaix connaît, depuis les années 1960, une phase de désindustrialisation sévère. On compte dans la conurbation lilloise une perte de 200 000 emplois dans l’industrie textile ces trente dernières années (Statistiques Emplois, 1999). Pour autant, les villes restent actives, industrieuses, des reconversions sont conduites (textile technique, VPC, distribution) mais avec des décalages importants en termes d’effectifs et de qualification d’emplois.

44Dès 1850, après le vote de la loi sur l’assainissement des logements, de nombreuses courées ont été rasées. Des commissions d’enquêtes se sont déroulées à Lille pour dénoncer l’insalubrité de l’habitat. De nombreuses opérations de résorption de l’habitat insalubre ont eu lieu. La plus célèbre étant la disparition de l’îlot Saint-Sauveur. L’amélioration de la qualité du logement est visible à travers les enquêtes « logement » effectuées au fil des âges. Les résultats des deux derniers recensements sont donnés dans le tableau (1) ci-dessous.

Tableau 1 : Comparaison des caractéristiques du logement entre la région NPC et l’ensemble de la France (source : Données INSEE).

  • 16 Sans confort : sans eau ou avec eau seulement sans sanitaires ni W.C ; De confort insuffisant : eau (...)

1990

1990

1999

1999

Caractéristiques16

NPC

France

NPC

France

immeuble d’un seul logement ( %)

77,8

57

73,7

55,9

sans chauffage central ( %)

32,9

21,1

21,8

15,9

confort* ( %)

sans confort

8,3

3,8

4,7

2,3

confort insuffisant

9,7

5,4

confort acceptable

19,5

15,2

16,6

13,8

tout confort

62,4

75,6

74,3

81,6

nb moyen de personnes par logement

2,81

2,57

2,6

2,4

  • 17 Cf. Une étude sur le logement et la santé (données disponibles dans le Nord-Pas-de-calais) a été ré (...)

45Ils montrent que le confort des logements s’est considérablement amélioré comme dans l’ensemble de la France. Il n’empêche que le différentiel par rapport aux autres régions françaises demeure aujourd’hui et que la région reste encore, et de loin, la moins bien dotée en logements confortables17. Il faut noter que c’est surtout le parc privé qui dispose de logements locatifs inconfortables.

  • 18 Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme.

46La résorption de l’habitat insalubre reste une préoccupation actuelle rappelée par les lois sur l’exclusion et sur le renouvellement urbain. Au risque d’être trop schématique, il est possible de mettre en relation le processus de résorption de l’habitat insalubre avec la démolition, le desserrement de l’habitat organisé en courées, et donc l’installation des populations en périphérie. Cet étalement de la ville, dénoncé par le SDAU18 de 1998, s’est effectué depuis le XIXe siècle avec une période d’accélération du processus au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale.

47L’étalement urbain et la désindustrialisation se conjuguent pour changer complètement le contexte de la pollution atmosphérique de l’agglomération et donc de ses modes et stratégies de surveillance.

4. Des déséquilibres s’installent durablement au sein de la métropole : le nécessaire renouvellement urbain

48Les résultats des « grandes politiques d’aménagement » sur la métropole lilloise, accroissent des disparités : schématiquement, on n’a pas pu ou pas su prévoir, anticiper, accompagner un certain nombre d’évolutions ; à la fin des Trente Glorieuses, dans un contexte où le péri-urbain est relativement facile d’accès et tente plus d’un ménage, on a édifié rapidement et efficacement une ville nouvelle – Villeneuve d’Ascq – alors même que les activités de main d’œuvre étaient en pleine crise, que la poussée démographique disparaissait ; comme, dans le même temps, on était dans l’incapacité de pouvoir (ou de vouloir) vraiment traiter de la requalification de tout cet héritage résidentiel et urbain, il s’est produit un formidable effet de vases communicants : en une dizaine d’années, une bonne partie des classes moyennes (actives par ailleurs dans la vie locale et associative) a quitté ces territoires en voie de déqualification, les plongeant dans un processus marqué et rapide de dévalorisation. L’étalement urbain se poursuit tout au long du 20e siècle.

  • 19 Archives municipales, registre D, F°83.

49La lutte de la municipalité de Lille contre les courées est ancienne comme le montre l’ordonnance du 4 août 155519 : « Pour ce que plusieurs se sont avancés, pour leur profit particulier de faire et ériger, de leurs maisons, jardins, pourpris, plusieurs demeures louages et habitations en les appliquant à cours, courchelles de ménages, en y faisant seulement une couverture ; lesquelles on appelle rues à sacq et occupées par plusieurs sortes de gens…, défense est faite d’en construire dorénavant, sous peine de 60 sols d’amende. ».

50Une première vague d’étalement urbain a eu lieu en 1858, lorsque Lille a annexé les communes de Wazemmes, Esquermes et Moulins dans lesquelles des usines s’étaient installées. Le nombre de courées a diminué à Lille pour augmenter considérablement dans les communes annexées. C’est ainsi qu’en 1946 on ne comptait plus que 50 courées à Lille contre 351 dans les communes annexées.

51Ensuite, comme dans toutes les villes de France, l’automobile ainsi que les délocalisations industrielles ont amplifié le mouvement de la périurbanisation qui s’étend de plus en plus loin de la ville centre au fil des recensements. Il suffit de comparer les cartes communales d’évolution de la population, recensement après recensement, pour s’en convaincre. Le recensement de 1999 a montré, pour Lille, la croissance des communes situées en dehors de la Communauté Urbaine. Depuis 1962, pour l’ensemble de la France, la croissance urbaine se traduit par une consommation d’espace grandissante, c’est le phénomène de l’étalement urbain qui, outre des transformations profondes de mode de vie, se traduit par une généralisation de l’utilisation de la voiture. Ce phénomène est la conséquence de la « dédensification » urbaine, il n’est pas seulement motivé par la nostalgie néo-rurale ou par l’amour de la nature. Il est surtout le moyen par lequel, grâce à la voiture, toute la société a réussi à matérialiser ses aspirations à la propriété privée et, plus encore, à un logement plus sain et plus spacieux. Ce mouvement, encouragé par la politique du logement et l’aide à la pierre (il faut attendre 1977 pour que la réhabilitation d’un logement ancien puisse faire l’objet d’une aide) s’accompagne d’un certain nombre d’inconvénients : augmentation du nombre de déplacements et des émissions polluantes, allongement des réseaux et donc augmentation du coût des flux transportés.

52Ce mouvement de périurbanisation est illustré par l’amplification du nombre de déplacements motorisés, conséquence de la dédensification urbaine, de l’étalement urbain indiqués sur la figure n° 2 pour l’ensemble de la France. C’est à partir de 1962, grâce à la généralisation de l’automobile que la croissance urbaine se traduit par une plus forte consommation d’espace et une redistribution des habitants depuis le centre jusqu’à la périphérie. Le dernier recensement (1999) indique un certain tassement de ce phénomène avec une nouvelle attractivité des centres, une diminution de la croissance des banlieues et une augmentation de la population, de manière plus diffuse, à la périphérie de l’agglomération, ce qui allonge les distances parcourues, si ce n’est le temps de trajet puisque, selon Marc Wiel (2001) : « Le choix de la vitesse est bien le choix urbain le plus stratégique parce que la vitesse est la variable clé de l’écosystème urbain… La maîtrise de la vitesse automobile est directement ou indirectement le vrai moyen de modérer des déséquilibres urbains et d’éviter la généralisation de la dépendance automobile ».

Figure 2 : L’évolution de la population urbaine et de la surface consommée par habitant en France entre 1936 et 1999.

Figure 2 : L’évolution de la population urbaine et de la surface consommée par habitant en France entre 1936 et 1999.

Source INSEE.

Figure 3 : Évolution de la population entre 1990 et 1999 de la métropole lilloise.

Figure 3 : Évolution de la population entre 1990 et 1999 de la métropole lilloise.

53Ce phénomène est encore plus accentué dans la région qui, de par sa forte densité de population, se situe dans le prolongement des zones les plus peuplées et les plus urbanisées de l’Europe du Nord. Cette région rassemble trois agglomérations (Lille, Lens-Douai et Valenciennes) parmi les 15 plus peuplées de France. Béthune et Dunkerque se situent non loin dans ce classement. Cette concentration urbaine élevée a pour corollaire d’amplifier les déplacements et spécialement les déplacements automobiles au sein de la région puisque, traditionnellement, les habitants affectionnent la maison individuelle comme le montre la comparaison avec la moyenne nationale (Figures 2 et 3).

  • 20 Cf. Jacques Theys, Cyria Emilianoff, (2001) : Les contradictions de la ville durable, Le débat n° 1 (...)

54La périurbanisation multiplie par trois les déplacements et les consommations d’énergie, par quatre les émissions de gaz à effet de serre20. Or l’augmentation des déplacements motorisés, soulignés par le PDU, de Lille est à l’origine de l’augmentation des rejets atmosphériques.

5. L’orientation vers un grand projet de renouvellement urbain

55Les mesures prises dans l’agglomération lilloise ne sont pas à la taille des enjeux, d’où l’orientation vers un grand projet de renouvellement urbain. Un certain nombre de « blocages » ont entravé la réussite d’une politique locale de développement et d’aménagement, compte tenu d’antagonismes mal maîtrisés : une des manifestations les plus prégnantes a été l’incapacité de mettre en œuvre une première ligne de métro sur le grand axe Lille-Roubaix-Tourcoing.

56Ces difficultés expliquent assez largement le long processus qui, à partir des années 70, a conduit des franges très importantes de ce qu’on appelait à l’époque le « versant nord-est » de la métropole lilloise à entrer durablement dans une spirale négative, dans une dévalorisation urbaine, dans un marquage accentué. L’implication dans une spirale négative était à mettre en parallèle avec l’image de la ville et son déficit d’attractivité. Pourtant, sous différentes formes, actions, opérations, expériences ont été tentées, se sont développées pour améliorer la vie quotidienne, pour aider les personnes en situation de précarité, pour accompagner les entreprises de réhabilitation, pour réduire les antagonismes entre différentes populations, etc. mais les politiques locales entreprises étaient trop sectorielles et surtout elles souffraient d’un déficit de moyens. Les stigmates du chômage et de la désindustrialisation laissaient les finances locales exsangues et incapables d’entreprendre des actions d’envergures. Il fallait alors activer des solidarités régionales, nationales et européennes vis-à-vis de ces agglomérations qui avaient alimenté la prospérité d’antan.

57C’est dans ce contexte de gestion des héritages que naît, en 1992, le concept de ville renouvelée, qui sera formalisé dans le Schéma Directeur de Lille en cours d’année 1993.

58Le terme de renouvellement s’impose surtout pour l’habitat. Il faut renouveler une part substantielle de l’habitat, du bâti, du cadre de vie, des espaces publics, déficients, obsolètes, marqués, mais il faut le faire rapidement et massivement dans un temps court, car l’expérience montre que ce que l’on fait n’est certes pas négligeable, mais s’apparente à une course-poursuite sans fin, dans laquelle les processus de qualification ne rattrapent pas les processus de déqualification.

59Mais ce terme s’applique également aux pratiques, à la conception de l’intervention publique : il faut vouloir et savoir traiter massivement les morceaux de ville en faisant jouer les différentes échelles de solidarité, de la commune à l’Europe, en passant bien sûr par la Communauté Urbaine, il faut, d’une certaine manière se donner les moyens de l’effort exceptionnel que l’on a su faire à une certaine époque avec les villes nouvelles.

60Il faut préciser que le renouvellement urbain qui est devenu depuis 1998/1999 un des objectifs privilégiés des politiques publiques de la ville et pour la ville, s’est fortement inspiré de l’argumentaire et de la logique développés sous le terme ville renouvelée sur la métropole lilloise.

61La lourdeur des héritages montre que leur gestion doit sortir des voies classiques utilisées jusqu’à maintenant : reconversion industrielle, traitements d’urgence…

62Seulement, pour penser le changement et non pas seulement « changer de pansement », encore faut-il des acteurs qui puissent prendre quelques degrés de liberté avec des structures inadaptées.

6. Conclusion

63Or, dans la perspective qui est la nôtre, l’air et l’eau non seulement sont des éléments inséparables de cette mutation, mais il est également possible de faire l’hypothèse qu’une attention particulière à ces ressources fondamentales puisse constituer des moteurs de ce changement de politique. En effet, les territoires de l’air et de l’eau interrogent des échelles qui dépassent largement une vision « localiste ». L’analyse de l’évolution de la gestion de ces ressources naturelles montre combien, au fil des ans, la vision sanitaire locale doit laisser une place importante à des phénomènes provenant d’une échelle supérieure qui, au sein d’une influence réciproque, fait évoluer le contexte local.

64Dans cette perspective, l’analyse des acteurs de l’eau et de l’air à travers des exemples tirés de la région Nord-Pas-de-Calais pour l’eau montre combien, au fil du temps, les échelles d’intervention se sont élargies en multipliant l’importance des relations verticales à travers des partenariats qui restent à repenser et à renouveler pour s’inscrire dans une vision plus intégrée.

Notes

1 Il s’agit de la pluie disponible pour la végétation

2 L.M.C.U. : Lille Métropole Communauté Urbaine.

3 Le débit d'alimentation verticale de la craie par la nappe alluviale approche 50 l/s/km². Cette alimentation par la nappe de l'alluvion est supérieure à celle de la pluie.

4 En effet, la directive européenne concernant la distribution des eaux potables stipule que l'eau distribuée doit satisfaire à des limites imposées pour 63 paramètres et en particulier présenter un taux de nitrates inférieur à 50 mg/l ; en outre, si l'eau prélevée dans la nappe présente un taux de nitrates supérieur à 100 mg/l, cette eau ne peut être utilisée même après des traitements et des mélanges.

5 Bureau de recherches géologiques et minières.

6 M.E.S. : Matières en Suspension.

7 Projet d’intérêt Général.

8 Indice ATMO, indice synthétique de la qualité de l’air qui concerne toutes les grandes agglomérations de plus de 100 000 habitants. Cet indice et son mode de calcul sont précisément définis au niveau national par l'arrêté du Ministère de l'Écologie et du Développement durable du 22 juillet 2004.

9 Constructions automobiles du groupe PSA.

10 Surface Agricole Utile.

11 Il y a une grosse différence de densité entre le département du Nord (400 hab/Km2 et celui du Pas-de-Calais plus rural (215).

12 Plan régional de la qualité de l’air.

13 Il s’agit de la Suisse, de l’Allemagne et de la France.

14 Regio Klimat Project.

15 L’assimilation de l’insalubrité à la détérioration de la qualité de l’air intérieur est sans doute rapide et pourra faire l’objet de discussions ultérieures.

16 Sans confort : sans eau ou avec eau seulement sans sanitaires ni W.C ; De confort insuffisant : eau et W.C. mais sans installations sanitaires ; Confort acceptable : eau, W.C., sanitaires sans chauffage central ; Tout confort : eau, W.C., sanitaires et chauffage central.

17 Cf. Une étude sur le logement et la santé (données disponibles dans le Nord-Pas-de-calais) a été réalisée en 1999 par C. Declercq dans le cadre de l’ORS.

18 Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme.

19 Archives municipales, registre D, F°83.

20 Cf. Jacques Theys, Cyria Emilianoff, (2001) : Les contradictions de la ville durable, Le débat n° 113 p. 122-135.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : carte de présentation du territoire ci-dessous.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 2 : L’évolution de la population urbaine et de la surface consommée par habitant en France entre 1936 et 1999.
Crédits Source INSEE.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 3 : Évolution de la population entre 1990 et 1999 de la métropole lilloise.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15793/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540