Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les démarches locales de développement durable à travers les territoires de l'eau et de l'air

 | 
Helga-Jane Scarwell
, 
Isabelle Roussel

Introduction

Texte intégral

1L’enjeu de cet ouvrage consiste à saisir comment la gestion locale utilise le concept du développement durable pour gérer l’eau et l’air avec toutes les implications que présentent ces deux ressources fondamentales dans la gestion de l’environnement. Il s’agit, en même temps, d’examiner comment l’eau et l’air, de par la complexité des acteurs impliqués et l’intrication des échelles mises en œuvre, imposent, dans l’évolution des pratiques de gestion, une vision qui passe de l’hygiénisme au développement durable.

  • 1 Cette étude a été réalisée par téléphone du 27 au 28 mai 2004 auprès de 1.004 personnes représenta (...)

2Selon un baromètre Louis-Harris publié en mai 20051, 58,5 % des Français affirment avoir entendu parler du développement durable mais seulement 16,2 % déclarent pouvoir en décrire précisément le contenu. Parmi les personnes qui ont entendu parler du concept, 53,8 % font confiance aux communications d’entreprises qui le revendiquent, mais 44,3 % expriment leur scepticisme. 25,9 % estiment que c’est une nouvelle expression que l’on voit dans les publicités pour faire croire que les produits respectent l’environnement et n’y croient pas. Qu’en est-il ?

  • 2 « Art. 6. – « Les politiques publiques doivent promouvoir un développement durable. A cet effet, e (...)

3Nos propos n’ont pas pour objectif de reprendre les définitions du développement durable, de nombreuses autres contributions se sont attelées à cette tâche qui, conceptuellement, relève d’une mission difficile pour ne pas dire impossible. En revanche, ce concept a fait son chemin bien avant qu’il ait été stabilisé intellectuellement. C’est l’aspect opératoire de ce concept qui fait l’objet ici de notre étude puisque de nombreux textes de loi s’appuient sur cette notion avant même qu’elle ait été adossée à la Constitution à travers la Charte de l’environnement2.

4Il convient d’interroger, à travers les politiques territoriales de l’air et de l’eau, l’idée du développement durable et de tenter de formuler une réponse politique aux enjeux de demain. Devant l’ampleur des enjeux, la notion de développement durable propose une réponse qui entraîne beaucoup plus loin qu’il n’y paraît et pourtant, il semblerait qu’un certain nombre d’acteurs transforme cette notion en formule incantatoire (Godard, 2002) pour promouvoir, paradoxalement, un immobilisme confortable.

5L’émergence du concept de développement durable correspond à un moment où l’irruption de deux mouvements contradictoires, le local et le global, font complètement éclater une vision hygiéniste de l’environnement sur laquelle nous voudrions nous attarder à travers la gestion de l’eau et de l’air. Les perspectives dans lesquelles s’insèrent la vision de l’eau, comme celle de l’air, se sont considérablement élargies. Le changement climatique et les incertitudes sur l’équilibre de la planète relativisent les préoccupations limitées jusqu’alors à une vision sanitaire individuelle, voire individualiste. En même temps, face à ces inquiétudes, le droit de savoir s’impose et l’obéissance aveugle, au nom d’un intérêt général incarné le plus souvent par l’État, n’est plus de mise. Le désir d’information est fort, même si information et responsabilisation ne se conjuguent pas nécessairement. Cette démocratisation consubstantielle à l’environnement impose une nouvelle forme de gouvernement qui se décline sur une dialectique délicate entre l’individu et la collectivité. En effet, l’environnement relève nécessairement, pour partie, du domaine du sensible et la rationalité scientifique, pour essentielle qu’elle soit, ne peut pas apporter toutes les réponses, ni toutes les solutions.

6Effectivement, le regard sur l’eau et sur l’air dans l’agglomération lilloise et plus généralement dans la région Nord-Pas-de-Calais montre qu’après un siècle, au cours duquel les solutions techniques se sont considérablement développées, la question environnementale est loin d’être réglée. L’état des lieux qui est esquissé présente encore de nombreuses zones d’ombres. En particulier, la question de l’alimentation en eau est loin d’être résolue équitablement tant en quantité qu’en qualité. Malgré un prix de l’eau qui n’a cessé d’augmenter, les habitants font plus souvent appel à l’eau en bouteille de telle sorte que la somme consacrée à l’eau pèse de plus en plus lourd dans le budget des ménages. Les disparités du prix de l’eau renforcent les tensions entre les communes, mais ces disparités ne sont pas toutes d’ordre monétaire, la qualité de l’eau qui coule du robinet de la cuisine étant loin d’être la même pour tous. Rappelons que Lille prélève surtout dans l’eau de la nappe de la craie, les inquiétudes restent donc vives même si les pollutions de surface ne percolent que lentement en profondeur. La ressource est donc vulnérable.

7L’insalubrité de l’habitat qui caractérise, depuis de longues années une partie de l’agglomération, se pose encore actuellement sous la forme de la pollution à l’intérieur des locaux. Mais surtout, dans l’agglomération lilloise, les quartiers sensibles cumulent les handicaps lorsque la dégradation environnementale se conjugue avec les problèmes sociaux et la pauvreté, en raison de la forte empreinte du passé industriel, essentiellement textile pour Lille. L’essor de ces industries s’est appuyé sur la présence d’une ressource en eau abondante. C’est l’eau qui, en alimentant la machine à vapeur, a permis de basculer dans la modernité.

8Lille, Roubaix et Tourcoing et d’autres villes de la Région ont vu la gestion municipale de l’air et de l’eau se concentrer au sein du bureau municipal d’hygiène. Ce type de structure, loin d’être généralisé dans d’autres villes, s’est beaucoup investi dans la lutte contre les microbes, préfigurant en cela toute une partie, trop oubliée, de la santé environnementale. En revanche, l’environnement est entré dans les municipalités par d’autres portes (en particulier les espaces verts), tandis que le département s’est investi fortement dans le champ de la santé. L’expertise nécessaire pour appréhender les caractéristiques physico-chimiques d’un environnement devenant de plus en plus complexe, a manqué aux municipalités qui, par ailleurs, ont toujours été soucieuses d’accompagner le développement industriel pourvoyeur d’emplois et de richesse. C’est l’implication du Ministère en charge de la santé qui a permis à l’Institut Pasteur de Lille de faire les premières mesures de pollution atmosphérique. Dans le domaine de l’eau, après l’âge d’or de l’hygiénisme municipal incarné par Calmette, c’est l’expertise privée, développée au sein des grands groupes, qui a fait reculer les régies municipales. Si l’expertise technique n’apporte pas toutes les solutions, elle a joué un grand rôle dans la répartition du poids relatif des différents acteurs de l’environnement. Ce sont souvent les mesures, les technologies disponibles qui mettent en lumière un problème plutôt qu’une demande sociale bien identifiée. Or de plus en plus, les habitants s’aperçoivent que les grands choix de société ne sont pas construits par des questions techniques qui pourraient, au contraire apporter des réponses « alibi » en détournant l’attention par rapport aux vrais enjeux auxquels la population souhaite être associée. Il était donc légitime de se demander si le développement durable, tel qu’il est mis en œuvre dans l’agglomération, se ressent dans les éléments de solution apportés par les collectivités en réponse aux interrogations que pose la gestion de ces ressources vitales et les générations futures.

9Pour répondre à cette question, il est nécessaire d’adopter une démarche diachronique (Partie 1) dans la mesure où, les questions environnementales étant nécessairement conceptualisées, l’enracinement historique est un facteur explicatif de la situation actuelle. Précisément, dans le cadre d’une utilisation urbaine de l’air et de l’eau, le passage de l’hygiénisme au développement durable change complètement la vision urbaine de ces deux ressources puisque leur consommation doit, actuellement, conjuguer la sobriété avec la salubrité.

10Comment omettre l’empreinte historique sur le territoire ? Comment ne pas voir que l’air et l’eau, éléments fondamentaux du développement industriel de la région Nord-Pas-de-Calais, ont fait l’objet d’une gestion essentiellement municipale même si, spécificité très française, le Préfet n’était jamais loin ! Le dynamisme du tissu industriel de la région et l’esprit entrepreunarial ont souvent été soulignés. A ce titre, l’histoire locale doit être évoquée pour comprendre aujourd’hui la problématique plus restrictive de « la ville renouvelée » laquelle constitue non seulement le prolongement évident de ce passé mais a capté toutes les attentions stratégiques en s’arrimant au projet mobilisateur du renouvellement urbain (Partie 2). Dans ces conditions, les démarches locales de développement durable dans la métropole lilloise, directement liées à la prise en compte et à la gestion de ces deux ressources, sont nécessairement liées à la problématique du renouvellement urbain.

11Notre hypothèse de départ considère que l’un des aspects de l’application du développement durable dans les communes consiste à approcher la dimension environnementale non plus uniquement en termes de réseaux, mais en termes de territoire, du local au global. Les réseaux se réfèrent à une conception plus technique, voire technologique, de l’environnement (conception ancienne). En revanche, l’aménagement de l’espace (nouvelle conception) concerne les habitants eux-mêmes. Reste à démontrer alors que l’approche environnementale préconisée à travers les documents de planification reflète les aspirations des habitants à travers leurs représentations de l’environnement. Ces documents, dont les processus d’élaboration et de mise en œuvre s’appuient sur la participation des habitants, permettent de suivre comment l’eau et l’air dépassent actuellement une dimension technique pour être davantage appropriées par la population. Cette appropriation doit correspondre à une démarche plus culturelle et individuelle du développement durable qui s’impose grâce à des choix environnementaux plus sobres et plus réfléchis imposés par une vision plus globale. Qu’en est-il de cette gestion devant concilier, de manière apparemment paradoxale, les impératifs posés à des échelles différentes ?

12L’étude de l’impact sanitaire de la pollution a été un thème récurrent à Lille où la santé publique a toujours été très développée. Le poids de la mesure, l’importance de la métrologie, contribuent à faire glisser progressivement la gestion de l’eau et de l’air du médecin vers l’ingénieur. La diffusion de la notion de développement durable et son usage fréquent dans de nombreux discours politiques ont à leur tour contribué à intégrer la gestion de l’eau et de l’air de l’ingénieur vers le politique qui cherchent à traduire, par des initiatives, une dynamique locale favorisant l’émergence de démarches de développement durable. Ainsi, des mesures locales, voire ponctuelles tendant à prendre en compte les ressources naturelles que sont l’eau et l’air, figurent parmi les objectifs prioritaires des politiques territoriales.

13En définitive, cette « vague déferlante du développementdurable » (Wachter, 2002, p. 171) a-t-elle suscité de nouvelles visions et des pratiques en matière de gestion de l’eau et de l’air, a-t-elle donné un second souffle à ces structures de gestion se réclamant d’une certaine gouvernance ou bien s’est-elle dissoute au travers de nombreuses initiatives locales, certes utiles, mais sans grande visibilité et sans ambition de réforme structurelle ? La notion de développement durable était-elle nécessaire pour répondre à des impératifs environnementaux de plus en plus larges et indispensables pour satisfaire l’évolution des impératifs de gestion de l’air et de l’eau ? (Partie 3)

Notes

1 Cette étude a été réalisée par téléphone du 27 au 28 mai 2004 auprès de 1.004 personnes représentatives de la population française de 18 ans et plus, précédant ainsi la semaine de mobilisation organisée par le ministère de l'Écologie.

2 « Art. 6. – « Les politiques publiques doivent promouvoir un développement durable. A cet effet, elles concilient la protection et la mise en valeur de l’environnement, le développement économique et le progrès social ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540