Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnement et gouvernance des territoires

 | 
Claude Kergomard
, 
Richard Laganier
, 
Helga-Jane Scarwell

Partie 3. Représentations spatiales et cartographiques : de la connaissance à la gouvernance des questions environnementales

Introduction de la partie 3

Richard Laganier

Texte intégral

1Les risques environnementaux qui concernent les régions urbanisées et industrialisées ont en commun de n’être pas directement perceptibles, sinon par des effets dont l’occurrence est différée ou aléatoire dans le temps et l’espace. De même la qualité du cadre de vie, les impacts de l’activité humaine sur les milieux ou encore les rapports qu’entretiennent les sociétés à leur environnement ne sont pas aisément mesurables d’autant qu’ils ne relèvent pas nécessairement de données quantifiables. Par conséquent, la gestion ou la gouvernance de questions environnementales aussi diverses que la présence des sites et sols pollués, la qualité du cadre de vie, le risque d’inondation ou la pollution de l’eau ou de l’air réside précisément dans une prévention du risque, à une réduction de ses effets ou encore à la prise en compte de valeurs affectives subjectives alors même que la nature ou l’ampleur de ceux-ci restent sujettes à l’incertitude, et parfois à la controverse. Même si la nécessité d’agir dans ce contexte d’incertitude est aujourd’hui affirmée à travers l’émergence au sein de nos sociétés du “principe de précaution”, et même avec l’inscription de celui-ci dans la législation, la réduction de l’incertitude s’inscrit au premier rang des tâches dévolues à l’action publique en matière d’environnement, et représente la condition sine qua non à la mise en œuvre d’une politique de l’environnement ou de l’aménagement du territoire qui doit être fondée sur un consensus minimal quand à la nature et à l’ampleur du risque ou des enjeux environnementaux au sens large. Pour autant, en matière environnementale, il n’est pas nécessaire de tout connaître pour agir. La gouvernance se situe alors dans un contexte d’incertitude où personne ne peut prétendre à la connaissance de la vérité. Autrement dit, la gouvernance ne s’appuie pas toujours sur les outils de la connaissance des phénomènes environnementaux, mais davantage sur différentes formes de connaissance, expertes ou non, des impacts (sanitaires, économiques, environnementaux, esthétiques…) pour mieux les prévenir. Ce faisant elle s’inscrit à la croisée de deux modes cognitifs distincts, celui, plus quantitatif des phénomènes eux-mêmes et celui, plus qualitatif du monde social voire même sanitaire. Ce qui explique l’utilisation des normes qui se situent à la charnière entre ces deux modes (Scarwell, 1996,1998). Les trois chapitres qui vont suivre questionnent les liens entre connaissance et gouvernance en s’intéressant tout particulièrement à la mobilisation des formes de connaissance dans la gestion d’un certain nombre de problématiques environnementales. Ils s’interrogent sur conduite de la gouvernance des défis environnementaux, de façon générale dans le premier chapitre et à travers les exemples des inondations, des zones humides et du domaine de l’air dans les deux derniers chapitres. L’évolution en cours du mode de production des cartes dans le domaine des inondations et des zones humides, de plus en plus ancrée dans la concertation si l’on en croît la législation, interroge ainsi le décalage entre les représentations de la nature et des risques associés qui anime l’action publique et celles qui dominent encore largement dans la population, représentations héritées de pratiques plus anciennes. Le dernier chapitre fait par ailleurs une lecture critique des outils développés dans le domaine de la qualité de l’air en analysant leur rôle ou leurs manquements dans la conduite de la gouvernance proclamée. Ces analyses indirectement posent la question centrale de la responsabilisation des citoyens dans la gestion de l’environnement, de la place qui leur est accordée dans les processus décisionnels réellement mis en œuvre et proposent, dans ce cadre, un regard particulier sur les outils de connaissance mobilisés pour atteindre cet objectif.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540