Version classiqueVersion mobile

Les loteries royales dans l’Europe des Lumières

 | 
Marie-Laure Legay

Troisième partie. Loteries royales et espaces publics

Chapitre 9. Loteries et esprit critique

Texte intégral

  • 1 Fragments de l’Émile de Rousseau et des lettres de Lord Chesterfield, publiés par M. Sellon, Genève (...)
  • 2 Jean-Antoine-Nicolas de Caritat de Condorcet, Tableau général de la science, qui a pour objet l’app (...)

1Les parieurs étaient-ils le jouet de la passion comme certains auteurs les décrivirent en cette fin du XVIIIe siècle ? Ils constituaient en tout cas un défi à la raison. Leur passion du gain, leur débordement, étaient stigmatisés par les admirateurs de Jean-Jacques Rousseau, chez qui le jeu provoquait « une sorte de dégoût »1. Quant aux entrepreneurs, il fallait les combattre sur leur propre terrain. Leurs calculs trompaient-ils le public ? Aux savants de démontrer leur duperie. Un Condorcet, pour qui les sciences morales et politiques ne pouvaient progresser sans le recours aux méthodes rigoureuses du calcul et à la science des combinaisons2, avait bien les moyens de dénoncer ces calculateurs à la petite semaine. À ses côtés, on trouve d’autres scientifiques, comme Buffon, mais aussi de grands polémistes du moment.

1. Philosophie de l’espérance et vérités mathématiques : l’apport de Buffon

  • 3 Lorraine Daston, « L’interprétation classique du calcul des probabilités », Annales. Économies, Soc (...)

2Comme l’a montré Lorraine Daston, le premier traité de calcul des probabilités, celui de Christian Huygens publié en 1657, essayait de quantifier les espérances de gains et de pertes selon une philosophie fondamentale de l’équité3. À cette époque en effet, les mathématiciens comme Pascal interrogeaient l’idée d’un partage égal des espérances, idée appliquée à plusieurs types de situation. Dans le cas du jeu, le partage des espérances était égal si le jeu lui-même était équitable. En ce sens, le calcul des probabilités visait à vérifier les conditions d’équité d’un contrat entre deux parties. Il importait d’apprécier l’égale valeur du risque encouru et du gain espéré, comme dans les contrats aléatoires des marchands, les contrats d’assurance par exemple. Le rapport juste entre le risque et le gain fondait l’équité.

  • 4 Gua de Malves Jean-Paul, Discours pour et contre la réduction de l’interest naturel de l’argent qui (...)
  • 5 Journal encyclopédique ou universel, dédié à Son Altesse Sérénissime Mgr le duc de Bouillon, année (...)

3L’esprit probabiliste prolongeait donc la pensée chrétienne tout en rationalisant par le calcul les raisons d’espérer. C’est pour cela que nombre d’esprits ne condamnaient pas la loterie royale. D’autres jugeaient néanmoins que les conditions d’équité n’étaient pas respectées car dans ce type de contrat entre l’État et le joueur, l’État gagnait à coup sûr, pensaient-ils : d’une part, l’équiprobabilité des gains entre les deux parties n’était pas assurée ; d’autre part, pour le joueur seul, il n’y avait pas de rapport égal entre la perte et le gain. Les hommes des Lumières prenaient d’autant plus aisément position qu’ils pouvaient s’appuyer sur des vérités arithmétiques, de ces calculs « très difficiles à faire » d’après de Gua, et qui permettent de cacher au public tout l’avantage de l’opération4. La duperie des loteurs agaçait tout esprit un tant soit peu éclairé, surtout quand elle s’exerçait sur le menu peuple. Si ces derniers se contentaient de montrer un avantage de deux contre un dans les villages et d’attirer le chaland par la modicité de la mise, ils opéraient plus sournoisement dans les villes, « où l’on réfléchit un peu davantage » d’après le Journal encyclopédique5.

  • 6 Idem, p. 429.
  • 7 Journal encyclopédique ou universel, op. cit., p. 425.

4Le premier argument était assez facile à repérer : il consistait à souligner que l’équiprobabilité des gains n’était pas assurée. « Le plus essentiel est l’immensité des points perdans, comparés à ceux qui gagnent un lot de quelque valeur », indique le Journal encyclopédique6. Cette assertion fut publiée au moment de rendre compte d’un ouvrage de Bernard-Laurent Soumille, correspondant des académies des Sciences de Paris, Toulouse et Montpellier, paru en 1773 sous le titre La Loterie insidieuse. Soumille répondait à une demande du Magistrat d’Avignon confronté à des loteurs forains qui savaient frapper les esprits faibles par l’espérance de gros gains en proposant une loterie basée sur 7 dés7. Sa démonstration frappa bien des esprits, non seulement les rédacteurs du Journal, mais par la suite tous ceux qui s’intéressaient au sujet. Il raisonna à partir de probabilités sur les dés. Il est vrai que l’on pouvait envisager une roue de loterie comme un dé à 43 949 268 faces, c’est-à-dire dont le nombre de faces est égal à celui des quines possibles avec 90 numéros. L’auteur mit d’abord en scène le loteur :

On joue avec sept dez marquant chacun depuis 1 jusqu’à 6 ; il y a trois ou quatre pièces de prix destinées à être l’une après l’autre la récompense de ceux qui seront assez heureux pour amener une des six rafles, le reste des lots consiste en merceries usuelles étiquetées par les points gagnans ordinaire : « vous savez, dit le maître loteur, que depuis sept jusqu’à quarante-deux, on peut amener quarante points effectifs, eh bien, de ces quarante points, j’en abandonne vingt-neuf à l’avantage des joueurs & je ne m’en réserve que onze qui commence à vingt & finissent à trente inclusivement, tous les autres sortent à profit pour les joueurs. »

5D’après des calculs faits, on voit que les onze points que se réserve le maître loteur produisent 173 271 combinaisons qui sont en gain pour lui, tandis que les autres points, y compris les six rafles, ne donnent que 106 664 combinaisons en gain pour le joueur, ce qui fait par conséquent une différence de 66 608.

Ce n’est pas tout. Il n’y a de lots véritablement gagnans que les six rafles, les autres lots sont communément proportionnés à la mise ; il est clair qu’elles ont chacune en but la sixième partie de la totalité des combinaisons, & cette sixième partie est précisément avec sept dez de 46 656 coups, puisque la somme totale est de 279 936. La mise de ces loteries est ordinairement de douze sols & quelquefois de six pour échauffer le joueur ; l’on a su faire de ce jeu, où l’on perd presque toujours, un jeu où l’on croit presque toujours gagner.

6Le principe de la tromperie est que le loteur prétend à une équiprobabilité des totaux, ce qui est faux car ce sont les tirages qui sont équiprobables ; pour mieux visualiser les choses, considérons le même jeu avec seulement 2 dés : il y a 36 tirages possibles qui ont chacun la même probabilité de se produire : (1, 1) (1, 2) (1, 3) (1, 4) … (6, 4) (6, 5) (6, 6) ; si l’on veut calculer la probabilité d’avoir un total déterminé, il faut voir à combien de tirage il correspond : les totaux extrêmes 2 et 12 ne correspondent chacun qu’à un seul tirage : (1, 1) et (6, 6) : la probabilité d’obtenir l’un ou l’autre est donc 1/36 = 2,78% ; le total médian 7 peut être obtenu par 6 tirages différents ; (1, 6) (2, 5) (3, 2) (4, 3) (5, 2) (6, 1) ; sa probabilité est donc 6/36 = 16,67%. On peut facilement faire un tableau des totaux possibles et du nombre de tirages correspondants :

Total Nombre de tirages Total Nombre de tirages
2 1 8 5
3 2 9 4
4 3 10 3
5 4 11 2
6 5 12 1
7 6

7Imaginons la loterie à 2 dés où l’on perd avec un total de 5, 6, 7 ou 8 et où l’on double sa mise avec un total de 1, 2, 3, 4, 9, 10, 11 ou 12 (2 fois plus de possibilités) : le loteur pourrait dire « vous avez 2 fois plus de chances de gagner que de perdre ». Or, si l’on calcule les vraies probabilités en considérant le nombre de tirages, il y a 20 tirages perdants et seulement 16 tirages gagnants. Les calculs sont plus longs à faire avec sept dés mais il est facile de voir que la multiplication des dés accentue le phénomène car augmente le nombre de tirages correspondant aux totaux médians et diminue la probabilité des tirages extrêmes : il n’y a qu’une seule façon d’obtenir 7 (que des 1) sur 279 936 tirages, c’est-à-dire une probabilité de 1/279 936 = 0,00036%, espérance à laquelle on peut attacher un gros lot !

Ce rafinement d’industrie consiste à attacher des demi-lots à tous les points perdans, afin que ceux qui commencent par gagner ces bagatelles s’engagent plus avant ; mais les maîtres loteurs, en établissant des demi-lots, ont doublé la mise qui de douze sols est passée à vingt-quatre sols, ce qui revient pour eux au même que s’ils eussent laissé les lots en pure perte & la mise à douze sols…

8La démonstration de Soumille rencontra un grand succès et fut reprise par nombre d’auteurs pour dénoncer les loteries en général. Il en convint lui-même :

Quoique ce qu’on vient de lire semble ne s’appliquer qu’à la loterie dont il s’agit ici, cependant on peut en tirer des lumières pour se prémunir contre les illusions spécieuses présentées avec art par des gens adroits & saisies trop avidement par des personnes plus aveugles encore que la fortune après laquelle elles courent.

  • 8 Lettre de Georges-Louis Leclerc de Buffon à M. Richard de Ruffey, Paris, 9 août 1732. Correspondanc (...)
  • 9 Georges-Louis Leclerc de Buffon, Essai d’arithmétique morale, dans Œuvres complètes, vol. 9, Paris, (...)
  • 10 Idem, p. 402.
  • 11 Idem, p. 381 et 404.

9Buffon développa un raisonnement plus subtil encore dans son Essai d’arithmétique morale publié en 1777. Ayant la ferme intention d’éteindre la passion de ce jeu « avec des vérités que je prétends démontrer mathématiquement à tous ceux qui ont l’esprit assez net et l’imagination assez forte pour combiner sans géométrie et calculer sans algèbre », il entreprit de prouver l’absence de rapport entre la perte et le gain et calcula ce qu’il nomme « l’espérance morale ». Déjà en 1732, le naturaliste avait jugé la loterie de Saint-Sulpice comme une « friponnerie »8 ; il réitérait ses critiques avec constance, voulant que tout homme sage n’estimât la valeur de ses sentiments de crainte ou d’espérance que par le degré de probabilité. La base de son raisonnement est simple : il part de deux hommes disposant de la même fortune, 100 000 livres, qui décideraient de jouer au sort 50 000 livres, c’est-à-dire la moitié de leur bien. L’un gagnera la somme de 50 000 livres et augmentera donc son capital d’un tiers, tandis que l’autre perdra la moitié de son bien, « donc la perte est d’une sixième partie plus grande que le gain »9. Quoique l’un des joueurs n’ait perdu précisément que ce que l’autre a gagné, cette égalité numérique de la somme n’empêche pas l’inégalité vraie de la perte et du gain. Ainsi, la loterie apparaît à Buffon comme un « pacte vicieux ». Poursuivant son raisonnement, l’auteur rapporte aussi que jusque-là, les mathématiciens qui se sont penchés sur les jeux de hasard, n’ont considéré l’argent que comme quantité numérique, et non pour sa valeur morale. Or, nous explique-t-il, « la valeur de l’argent n’est pas proportionnelle à sa quantité, mais plutôt aux avantages que l’argent peut procurer ». Buffon calcule la somme équivalente à l’espérance de gagner et présente une suite qui représente « la quantité géométrique de l’argent donnée par l’expérience, et par conséquent sa valeur morale et réelle »10. Enfin, le savant met en garde contre une probabilité trop faible de gagner, c’est-à-dire inférieure à 1/10 000, considérée comme nulle, aussi infime que la probabilité d’une mort subite dans les vingt-quatre heures11. Au total, son jugement est sans appel et mérite ici un développement :

  • 12 Idem, p. 405.

L’étalage de l’espérance est le leurre de tous les pipeurs d’argent. Le grand art du faiseur de loterie est de présenter des grosses sommes avec des petites probabilités, bientôt enflées par le ressort de la cupidité. Ces pipeurs grossissent encore ce produit idéal en le partageant, et donnant pour un très petit argent, dont tout le monde peut se défaire, une espérance qui, quoique bien plus petite, paroît participer de la grandeur de la somme totale. On ne sait pas que, quand la probabilité est au-dessous d’un millième, l’espérance devient nulle…12

10Mais indépendamment de cette réduction des probabilités à rien, l’espérance, d’après Buffon, souffre un « déchet successif et proportionnel à la valeur morale de l’argent, toujours moindre que sa valeur numérique ». Ainsi, celui dont l’espérance paraît double de celle d’un autre, n’a en réalité, d’après le botaniste, que 2/5 d’espérance au lieu de 2. L’espérance morale diffère donc de l’espérance numérique. « L’homme sage doit donc rejeter comme fausses toutes les propositions, quoique démontrées par le calcul, où la très grande quantité d’argent semble compenser la très petite probabilité ».

2. « Un impôt sur les imbéciles » ? Comportement du joueur et calcul de l’État

  • 13 Condorcet, Arithmétique politique, textes rares ou inédits (1767-1789), édités par Bernard Bru et P (...)
  • 14 Idem.
  • 15 P.N., Huyn., La théorie des jeux de hasard, 1788, p. 47.

11Fallait-il donc que l’État s’enrichisse sur la banqueroute de quelques particuliers ? Était-ce là les vues et les règles d’une bonne administration ? Outre la mise en garde des scientifiques vis-à-vis des arguments insidieux des entrepreneurs de loteries, les Lumières dénoncèrent le rôle du pouvoir royal. L’abbé de Gua, qui, « livré à de vaines espérances », avait tiré profit de la loterie, Jean Dusaulx, qui avait été lui-même un joueur invétéré, ou encore Étienne Bonnot de Condillac, dénonçaient une usurpation, une fraude pratiquée par l’État. Dans son Cours d’étude pour l’instruction du prince de Parme, ce dernier comparait le procédé de la loterie à l’altération de la Monnaie : « si cette fraude moderne duroit autant que la première, je suis persuadé qu’elle causeroit bien d’autres ravages ». Jean-Paul de Gua « commençait tous ses mémoires sur les loteries par avouer qu’elles sont un jeu de hasard auquel on fait jouer une nation entière et un impôt déguisé », rapporte son ami Condorcet dans son éloge13. Ce dernier n’était d’ailleurs pas loin de penser la même chose, considérant qu’« une loterie est un de ces impôts pour lesquels la nation paye beaucoup et qui ne font entrer dans le trésor public qu’une faible partie de ce qu’elle a payé »14. Ici, le calcul était relativement simple à faire. Pour montrer la duperie de l’État, il suffisait de rapprocher ce que la loterie royale payait et ce qu’elle aurait dû payer au regard des chances. Le dénommé Huyn, dans sa Théorie des jeux de hasard, s’y employa en 1788 et conclut qu’il n’était « point de jeu plus pernicieux que le lotto »15. Il fut repris presque mot pour mot par Caminade dans son Dictionnaire des jeux de 1800 :

Pour que les gains fussent proportionnés aux risques, il faudrait que les banquiers rendent aux pontes 18 fois la mise sur l’extrait simple ; 90 fois sur l’extrait déterminé ; 400,5 fois sur l’ambe simple, 8 010 fois sur l’ambe déterminée, 11 748 fois sur le terne, 511 038 fois sur le quaterne et 43 949 268 fois sur le quine. Mais les taux des gains sont fixés bien différemment : on ne paye à Paris aux pontes lorsqu’ils viennent à gagner que quinze fois la mise sur l’extrait simple, 70 fois sur l’extrait déterminé, 270 fois sur l’ambe déterminé, 5 500 fois sur le terne, 70 000 fois sur le quaterne et un million de fois sur le quine… On voit par cet exposé jusqu’où s’étend le désavantage énorme qu’éprouve le ponte en jouant à la loterie.

12L’État ne payait donc pas à proportion. Caminade avait d’ailleurs lui-même présenté deux projets de loteries à l’Académie des Sciences en 1787. Les commissaires chargés d’apprécier son travail furent Condorcet, Borda et Legendre. Le procès-verbal du 12 mai rend compte de son intention :

  • 16 Condorcet, Arithmétique politique, Bru Bernard et Crétel Pierre (éd.), op. cit., p. 639.

L’auteur se propose de rendre les loteries moins désavantageuses au peuple, sans cependant diminuer leur produit actuel. Son moïen, par rapport à la Loterie roïale de France, est d’ajouter des prismes aux lots ordinaires et d’augmenter en même temps le prix des billets. Si d’un côté la Loterie perd, soit par les lots additionnels, soit par la multitude de petites mises qui n’auraient plus lieu, de l’autre elle peut gagner par l’appât des primes qu’elle offre de plus aux actionnaires aisés. La Loterie royale de France serait toujours composée de 90 numéros dont cinq tirés à l’ordinaire… On tirerait ensuite les 85 numéros restans dont 75 rangés suivant l’ordre de sortie seraient destinés aux primes, savoir : cinq d’extraits, cinq d’ambes, cinq de ternes, cinq de quaternes, cinq de quines, il resterait encore dix numéros dont les cinq premiers serviraient aux chances déterminées et les cinq autres à des primes de ces mêmes chances16.

  • 17 Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, Des Loteries, Paris, Barrois, 1789, p. 12.

13Le procédé ne fut pas adopté, mais il révèle cependant l’iniquité de la loterie. Pour Charles-Maurice de Talleyrand, versé dans les finances, elle était plus injuste encore que la taille ou la gabelle. Rien de plus pernicieux, d’après lui, que cette loterie dont les profits étaient usuraires, même lorsqu’elle rendait 5/6e des mises sous forme de lots dans le cas de la première combinaison, car en réunissant toutes les combinaisons, elle était assurée d’un bénéfice de 96 %17.

  • 18 Chapitre 3.

14On notera qu’un prélat comme Talleyrand distinguait bien les loteries-jeux de celles qui se formaient dans le cadre de lancement d’emprunts publics. Pour ces dernières, le joueur consentait à placer son argent à un intérêt plus faible, dans l’espérance d’un lot en sus de son intérêt. Mais dans ce cas aussi, l’État calculait ses intérêts au mieux. Comme nous l’avons vu18, le succès des emprunts-loteries ne provenait pas d’un rendement anormalement élevé mais de leur structure originale asymétrique combinant épargne et jeu. Les gouvernements jouaient sur l’attrait de telles combinaisons pour attirer l’argent de la nation.

  • 19 Edmund Berger, Psychology of gamblig, New-York, Hille & Wang, 1958.
  • 20 Simon Schama, L’embarras des richesses, une interprétation de la culture hollandaise au siècle d’Or (...)

15De ce point de vue, on peut considérer, encore que de manière relative, que le comportement du joueur fit aussi et surtout le succès des loteries. Edmund Bergler a mis en évidence les lois comportementales du ponte et il relève que le joueur passionné est pathologiquement optimiste à propos de sa capacité de gagner19. Il n’apprend rien de ses pertes. Les loteries auraient beau jeu, dès lors, d’exploiter un tel filon. Il faut toutefois indiquer que tel n’était pas le calcul des administrations du XVIIIe siècle. Les loteries hollandaises et belges en particulier pariaient non pas sur la passion du joueur, mais plutôt sur sa pusillanimité ! Elles excellaient dans la capacité à tirer profit de l’« embarras des richesses » d’une part20, et de cet esprit d’économie industrieuse d’autre part, qui faisaient préférer aux capitalistes marchands un petit gain certain à des fortunes à acquérir par de trop grands hasards. Depuis Vienne par exemple, l’esprit flamand fut décrit comme peu enclin à se prêter au jeu du loto, hormis pour de petites mises. Écoutons le chancelier Kaunitz :

  • 21 AGR, Conseil des Pays-Bas à Vienne, portefeuille 452, lettre de Kaunitz à Cobenzl, 29 juin 1762. Ci (...)

Les Flamands n’envisagent point la lotterie comme un jeu, ils ne paraissent ne s’y intéresser que comme un objet de commerce ; gagnent-ils ? C’est autant d’épargné ; à peine osent-ils en détacher de quoi tenter fortune encore une ou deux fois. Quelqu’un perd-il, tout est dit, personne ne s’anime, personne ne s’échauffe, le jeu ne se répand pas. Il n’y a que deux classes de citoïens qui y donnent, ce sont ou gens qui, comme je viens de dire, veulent absolument y gagner ou ne plus jouer, ou des gens qui n’y cherchent qu’un amusement momentané dont le goût passe au bout de trois ou quatre tirages : un gros gain n’excite point comme ici (Vienne) et en Italie une espèce de fermentation qui fait doubler et tripler trois, quatre fois de suite la recette21.

  • 22 AGR, Conseil des finances, carton 2558, Avis de Delplancq, 1772.
  • 23 La banqueroute de l’État royal, op. cit., et Histoire de l’argent, op. cit.
  • 24 René Pomeau, dans Le jeu au XVIIIe siècle, actes du colloque d’Aix-en Provence de 1971, Aix-en-Prov (...)
  • 25 Sur le développement de l’épargne au XVIIIe siècle, Françoise Hildesheimer (dir.), L’Épargne sous l (...)

16De fait, la moitié des mises à la loterie de Bruxelles entre 1762 et 1783 étaient des extraits simples. « Les treize quatorzièmes de la recette consistent en extraits et en ambes », confirme le conseiller Henri Delplancq22. In fine, l’esprit bourgeois de patiente accumulation de gains, petits certes, mais sûrs, étendu à une large part de la société, l’emportait en cette fin de siècle sur le pari insensé du pauvre qui n’a plus rien à perdre, ou du riche pour qui, comme l’indique Buffon, l’espérance de gain est relative. L’émergence du rentier, déjà constatée par ailleurs23, caractérise cette fin de siècle et permet de comprendre comment la Révolution s’est assise sur une nation des petits créanciers de l’État. Nous sommes loin alors de l’espèce d’insouciance qui caractérisa le jeu à ses débuts et même du temps de Voltaire. Avec son ami mathématicien, La Condamine, le philosophe avait participé massivement à la loterie du Contrôleur général des finances Michel Robert Le Peletier des Forts en 1729 et 173024. Les loteries de la fin du XVIIIe siècle se comprennent davantage comme un investissement envisageable pour tous ceux qui, nouveaux épargnants, diversifiaient leurs sources de revenus25.

3. Loteries « insidieuses » et patriotisme

  • 26 Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, Mémoires, publié par le duc de Broglie, t. 1, Paris, Calman (...)
  • 27 Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, Des Loteries, op. cit, p. 46.

17Ainsi se confirmait-il pour les patriotes que la Loterie du roi de France était une vaste duperie sur laquelle il s’engraissait. In fine, l’argument qui emporta la décision de la suppression ne fut pas arithmétique, mais bien moral. L’éthique sociale en formation, visant à protéger le citoyen de la misère, eut raison de la Loterie royale. Pour Talleyrand, pour qui « la suppression des loteries était de ses pensées favorites »26, les neuf millions de recettes étaient arrachés à la misère par les moyens les plus honteux, car elle produisait des milliers de citoyens dépravés, égarés par l’illusion, « aimant mieux rêver leur fortune que de s’occuper des moyens de la faire »27. Le prélat voulut proposer au clergé de racheter au gouvernement la Loterie royale pour la supprimer au moyen d’un don gratuit annuel équivalent aux revenus qu’elle produisait. Louis Sébastien Mercier joua de même sur la même fibre sociale :

  • 28 Louis Sébastien Mercier, Le Tableau de Paris, nouvelle édition corrigée et augmentée, t. 3, Amsterd (...)

Il n’y a aucune proportion entre la mise et le lot ; et ils font jouer au pauvre peuple, deux fois par mois, le jeu le plus insensé et le plus dévorant. Le stupide vulgaire se flatte d’attraper un quaterne ou un quine. Les suites funestes de cette cruelle loterie sont incalculables. L’illusion fait porter aux cent douze bureaux l’argent réservé à des devoirs essentiels. Les domestiques, incités par un appas dangereux, trompent et volent leurs maîtres. Les parens, aveuglés par leur tendresse, croient doubler leur fortune et la perdent entièrement28.

  • 29 Louis Sébastien Mercier, Songes et visions philosophiques, Songe VIII, de la Fortune et de la Gloir (...)
  • 30 Éphémérides universelles, t. IV, Paris, Corby, 1834, p. 478.

18Dans ses Songes et visions philosophiques, il imaginait une femme nue, un bandeau sur les yeux, un pied sur la roue de la fortune, appelant à elle hommes et femmes, jeunes et vieux, magistrats et gens de guerre, artisans, citoyens et étrangers, qui tous se fourvoyaient dans l’avidité la plus basse. Et l’auteur de décrire ces scènes d’empressement lors du tirage de la loterie et de conclure sèchement : « Celui-ci croit ramasser un Trésor, il ne ramasse que le goût des chimères & de la prodigalité »29. Devenu député du Conseil des Cinq-Cents, Louis Sébastien Mercier demanda pourtant le rétablissement de la loterie et sollicita même une place de contrôleur dans la nouvelle administration en 1797. On connaît ce revirement que Mercier justifia auprès de Boissy d’Anglas en expliquant qu’il avait pour cible l’Ancien Régime : « Depuis quand n’est-il plus permis de vivre aux dépens de l’ennemi ? », demanda-t-il à cette date30 ?

19Lorsque la parole fut donnée à l’ensemble des Français, la Loterie, surtout connue dans les grandes villes, ne constitua pas un objet majeur de revendication. Tout au plus la dénonça-t-on là où les intellectuels soucieux d’établir une morale civique tenaient la plume pour rédiger les cahiers de doléances. Ce fut le cas à Nemours. Le cahier du bailliage de cette ville se distingue en effet pour avoir réclamé la suppression de la Loterie royale sur l’inspiration de Dupont de Nemours, conseiller et ami de Turgot. On retrouve dans ce texte l’esprit philosophique des Lumières, promoteur de la raison, associé à l’esprit patriote de 1789, notamment lorsque les habitants demandent :

  • 31 Pierre-Samuel Dupont de Nemours, De la loterie, par l’assemblée électorale du ci-devant bailliage d (...)

Que doit penser le peuple en voyant affiché, sur le même pilier, que LOUIS, par la grâce de Dieu, proscrit en son parlement les jeux de hasard, où les banquiers ont trop d’avantage sur les ponteurs ; & que LOUIS, par la grâce de Dieu, se déclare, en ses lettres-patentes enregistrées au même parlement, le banquier du plus inégal, du plus séducteur, & du plus atroce de tous ces jeux ?31

20Les habitants de la ville de Paris réclamèrent également contre la Loterie royale. Les articles IV et V s’en prennent à Loménie de Brienne car les Parisiens jugèrent que le ministre détourna à d’autres usages une loterie établie pour la fondation de quatre hospices, sans même acquitter les lots échus aux gagnants ; l’article VII fut plus radical encore :

Tous les ordres de citoyens se réunissent pour adresser aux États Généraux les plus vives réclamations contre les abus de la Loterie royale de France, évidemment nuisible à la fortune des sujets du roi, et particulièrement à la portion la plus indigente qui en suit les chances avec l’aveuglement le plus funeste.

  • 32 Archives parlementaires, première série, tome XVI, du 31 mai au 8 juillet 1790, séance du 3 juillet (...)

21Cet esprit patriotique embrassa toute l’Assemblée constituante, mais la Loterie royale ne constituait pas une priorité dans l’ordre des révolutions à mener. La question ne fut abordée que le 3 juillet 1790, après que le Comité de finances eut présenté son rapport. Encore les députés se trouvèrent-ils gênés car les loteries étrangères continuaient de drainer le numéraire pour leur compte. Laisser ces établissements profiter de la manne entrait en contradiction avec la défense de l’intérêt national. « La morale de tous les temps a proscrit les loteries et votre comité n’entreprendra pas de les défendre. Mais elles sont devenues la maladie générale de l’Europe », commença le député Charles-François Lebrun en présentant son rapport32. De fait, les administrateurs avaient déposé des cautions que l’Assemblée n’était pas en mesure de rembourser, non plus que les avances faites par le receveur général et les receveurs particuliers. Les Constituants se contentèrent donc de réduire les charges de l’administration, sans songer à la suppression immédiate.

  • 33 AN, G9 114, « Mémoire sur les loteries, par Gomband Lachaise, rédacteur du Bulletin », 1790.

22Cette position ne fut pas du goût de tous, et surtout pas de Gomband Lachaise qui s’exprima avec acrimonie dans un « Mémoire sur les loteries » de 179033. Ce patriote souhaitait la suppression totale des administrateurs, tous aristocrates enragés :

  • 34 Idem.

L’Assemblée nationale a eu beau borner la traite de ces administrateurs à 9 000 livres, cette réduction a été illusoire vis-à-vis des hommes à qui l’habitude et les moyens de se dédommager ne manquent pas, ce que leur conduite présente prouve suffisamment. Il faut donc leur écarter les moyens, couper au pied ces plantes parasites et cadavéreuses, les détruire tout à fait et adopter un nouveau plan de régie34.

  • 35 Idem.
  • 36 Almanach impérial pour l’année 1813, Paris, Testu, p. 633. On a de lui deux ouvrages : Réponse sur (...)

23Et Lachaise de dénoncer un à un les administrateurs : Laroche, premier commis de finances dont l’épouse était femme de chambre d’Adélaïde Capet, « aristocrate forcené » ; Sémonin, présent dès 1776, « aristocrate forcené » également ; Morel, « Mercure de la Cour parvenu par les intrigues », Diancourt, « aristocrate forcené »… « tous gens ennemis jurés de la Révolution ayant encore la morgue et l’impudence des écuries de Versailles et l’astuce rapacière de l’ancienne finance »35. Tous resteront en place toutefois, à l’instar de Sémonin de Montgy, d’Etienne Morel de Chefdeville, qui fut en outre intendant du Comte de Provence et trésorier des Menus-Plaisirs ou encore de César Auguié, receveur général des finances de Lorraine qui épousa la sœur de Madame Campan, Henriette-Adélaïde Genet. Celle-ci, on le sait, soutint Marie-Antoinette dans sa fuite, ce qui valut aux époux Auguié d’être poursuivis et incarcérés. Louis-Augustin Gourbillon-Diancourt, qui avait été chargé de suivre les embellissements de l’hôtel de la Loterie et fait ériger le buste de Louis XVI par Houdon en mai 1789, n’imaginait pas davantage quitter les lieux. On le retrouvera dans l’administration de la Loterie impériale36.

  • 37 Sur cette Révolution, voir Suzanne Tassier, Les démocrates belges de 1789. Étude sur le Vonckisme e (...)
  • 38 AGR, Loteries royales des Pays-Bas autrichiens, liasse 18, lettre de Gossens à de Reul, 31 décembre (...)
  • 39 Idem, registre 7, lettre de Crumpipen au baron Charvet, commissaire royal, 24 août 1787.
  • 40 AGR, Conseil des finances, 2565, Rapport à leurs altesses royales, 12 mars 1792.
  • 41 AGR, Loteries royales des Pays-Bas autrichiens, liasse 18, « Mémoire de 1791 de M. de Reul », pour (...)
  • 42 Idem.
  • 43 Voir chapitre 4.

24De même, la Loterie impériale et royale des Pays-Bas résista à la Révolution brabançonne37. Le buraliste Gossens, installé à Tirlemont, relata le pillage de sa caisse dans la nuit du 22 au 23 juillet 1789, soit un vol de 910 florins « sans compter son argent propre », mais ce type de récit est rare38. L’esprit patriotique pénétra dans locaux de la loterie. Le secrétaire d’État et de Guerre, Henri de Crumpipen, exigea en 1787 que « les employés de la Loterie cessent de porter les cocardes et autres signes patriotique »39. On congédia le prote de l’imprimerie de Bruxelles, Dours, pour avoir imprimé le manifeste de l’avocat Henri van der Noot après le départ des troupes impériales de cette ville40. Dours avait pourtant bonne réputation auprès de ses employeurs. « Le plus jeune des anciens, il remplit bien tous ses devoirs tant à la grande presse qu’à l’impression des billets du loto », lit-on dans un rapport de 179141. Il avait imprimé le manifeste en 2 000 exemplaires sur ordre du comité de Breda sans la permission de l’administrateur de Reul42. Toutefois, la plus grande concession que la loterie royale fit à la Révolution fut sans doute, comme nous l’avons vu, la transformation en avril 1792 de la ferme, – ou régie intéressée – de Reul et Mansi en une régie directe qui correspondait sans doute mieux à l’esprit du temps. La trésorerie fut enlevée définitivement à la maison Walkiers, représentant de la finance traditionnelle, et confiée à cette époque à la Recette générale43. Point de débat enflammé, comme en France, sur la question de savoir si la loterie devait être supprimée ou non. L’esprit commerçant des Belges n’avait pas ce genre de scrupules.

  • 44 Procès-Verbaux du Comité d’Instruction Publique de la Convention Nationale, publiés et annotés par (...)
  • 45 Idem, p. 103-104.

25La Loterie française fut de nouveau mise en débat lors de la Convention. Les membres du Comité d’Instruction publique chargèrent en effet Jean Dusaulx et Louis-Sébastien Mercier, tous les deux adeptes de la morale rousseauiste, d’établir un rapport « contre les jeux de hasard et loteries »44. Celui-ci fut présenté dans les séances des 20 et 30 novembre 1792. Dans son article premier, le rapport déclarait que la « Convention ne [devait] pas plus longtemps supporter l’injustice et l’opprobre des loteries ». Il proposait de mettre au carcan, avec l’écriteau « FABRICATEUR INFÂME DE LOTERIES INSIDIEUSES » tous ceux qui établiraient des loteries, de même que tous ceux qui tiendraient des bureaux de loteries étrangères ou diffuseraient des billets. Le Comité des finances fut chargé de prévoir les indemnités aux employés des différentes loteries de France ; tandis que les hôpitaux devaient s’adresser au ministère de l’Intérieur pour pourvoir aux secours des pauvres à la suite des pertes de leurs fonds de loterie45. La Convention fit imprimer le rapport en 1793, mais ne mit pas immédiatement en œuvre son contenu.

  • 46 Albert Soboul, Les sans-culottes parisiens en l’an II. Mouvement populaire et gouvernement révoluti (...)
  • 47 Sur Bourdon : Michael J. Sydenham, Leonard Bourdon. The Career of a Revolutionary. 1754-1807, Water (...)
  • 48 J. Madival, E. Laurent (éd.), Archives parlementaires de 1787 à 1860, série 1, t. 79, Convention na (...)

26Le décret supprimant les loteries ne fut adopté que le 25 brumaire an II, tandis que Jean Dusaulx était emprisonné avec le duc d’Orléans pour avoir signé la protestation dite des Soixante-treize. À cette époque, l’influence des Sans-culottes sur la Convention était maximale. Bien que composée d’éléments hétérogènes mêlant les patrons de boutique et les compagnons, la sans-culotterie réclama d’une seule voix « l’égalité des jouissances » et de là, la limitation du droit de propriété46. Elle exprimait avec force l’opposition à l’esprit d’enrichissement sans frein et défendait maladroitement le concept d’une économie domestique de simple satisfaction des besoins. Au plus fort de la crise économique et politique, cet idéal mettait en cause l’accès à l’argent même. Celui-ci se faisait extrêmement rare, d’autant que les pratiques spéculatives atteignaient des sommets. Proscrire les métaux précieux pour sauver l’assignat et la Révolution, tel était le leitmotiv en ces années de sang. « Avilissons l’or et l’argent. Traînons dans la boue ces dieux de la monarchie », éructa l’opportuniste Joseph Fouché. Portée par cet esprit, la Convention mit fin à toute forme de spéculation : la Bourse de la rue Vivienne fut fermée, les compagnies financières et sociétés par actions interdites. La Terreur montagnarde s’abattit sur les banquiers. Les plus étroitement liés à la clientèle émigrée furent guillotinés, comme les Magon ou les Vandenyver. Le même esprit anima les députés à la Convention contre les loteries. Léonard Bourdon par exemple fit valoir la nécessaire régénération par l’éducation de la société, en ardent défenseur de la morale rousseauiste qu’il était47, mais il voulut également convaincre sur le terrain de la répression nécessaire de tous les ennemis du nouvel ordre, parmi lesquels on trouvait… les spéculateurs qui prospéraient sur le dos du peuple : les organisateurs de loteries. Le débat animé par la Commune de Paris dans la séance du 15 novembre 1793 fut décisif48. Ouvert par Hébert qui jugea qu’il était temps de supprimer « cet impôt immoral des loteries levé sur la portion du peuple la moins fortunée », relayé par Thuriot et Gossuin, il aboutit à la suppression des loteries royales. Les propos de Hébert reprenaient une rhétorique parisienne très orientée contre le gouvernement royal :

  • 49 Idem, p. 293.

Après avoir anéanti l’agiotage et l’accaparement, il nous reste encore un monstre à étouffer. Il est d’autant plus dangereux qu’il absorbe la substance du peuple ; nous voulons parler des loteries qui sont des inventions détestables du despotisme. Dans un gouvernement républicain, ces établissements immoraux ne doivent pas subsister49.

  • 50 AN, G4 8, Décret de la Convention nationale relatif aux loteries supprimées, 27 frimaire an II, 8 p

27En application du décret du 25 Brumaire, la Convention supprima tous les administrateurs, receveurs et employés, procéda à la liquidation des effets des différentes succursales, des lots gagnants et du remboursement des cautionnements. Elle n’accorda aucun dédommagement ni indemnité aux receveurs, remboursés en assignats ; en revanche, elle prit soin d’indemniser les employés en leur accordant trois mois de leur traitement général50.

  • 51 Baudin Pierre-Charles-Louis, Opinion sur le projet de rétablissement de la loterie, séance du 23 ge (...)

28Toutes aussi véhémentes furent les passes d’armes de 1797 lorsqu’il s’est agi de rétablir la loterie. De nouveau, les défenseurs de la morale républicaine, soucieux d’interdire toute forme de spéculation nationale bâtie sur la passion du jeu, se heurtèrent aux tenants de la nécessité financière. Le député des Ardennes par exemple, Pierre-Charles-Louis Baudin, demeura intransigeant face aux besoins urgents de la Trésorerie51. Mis à l’ordre du jour des séances de germinal an V (avril 1797), le projet de rétablissement d’une Loterie fut d’abord rejeté. Le Directoire la rétablit le 9 vendémiaire an VI (30 septembre 1797) seulement sur la base d’un loto à 90 numéros, dont 5 gagnants. Comme auparavant, deux tirages par mois furent prévus, puis trois à partir de l’arrêté des Consuls du 4 vendémiaire an IX (26 septembre 1800). Par ce même arrêté, quatre loteries nouvelles furent établies dans les villes de Bruxelles, Strasbourg, Lyon et Bordeaux. Les billets les moins chers étaient proposés à 10 sous ou 50 centimes.

4. Les beaux jours de la Loterie nationale et impériale

  • 52 Guillaume Thabaud (1755-1836) fut député de l’Indre à la Convention, commissaire de la République, (...)
  • 53 Almanach national de France, an XI de la République, présenté au premier Consul par Testu, Paris, 1 (...)
  • 54 AN, G4 8, lettre de Millot, 15 floréal an X.
  • 55 Idem.
  • 56 Idem.

29L’administration fut logée rue Neuve-des-Petits-Champs, dans les anciens locaux de la Loterie royale de France, sous la direction immédiate du ministre des finances comme faisant partie des contributions publiques ! Les bureaux, supervisés par trois administrateurs (Guillaume Thabaud, le général Jean-François Carteaux et C.E. Devaines)52, s’organisèrent comme autrefois en distinguant la Correspondance (sous la responsabilité de Reth), la vérification des mises et Castelet, la vérification des lots, la comptabilité, le bureau des livres, les archives, la division du contentieux et des cautionnements, la caisse générale, la division des inspecteurs pour les tirages de Paris, celle des tirages provinciaux, et les divisions d’inspection pour les tirages de Lyon, Bordeaux, Strasbourg et Bruxelles53. À Paris, les administrateurs se réunissaient chaque jour, de onze heure à midi ou treize heure ; ils établissaient le procès-verbal de leurs séances54. Les chefs de division tentaient de renforcer leur position les uns vis-à-vis des autres. La division de la Comptabilité fut remaniée de fond en comble, son travail simplifié et le nombre d’employés diminué en conséquence55. Le Contentieux ne fut plus chargé que de la poursuite des affaires en jugement, et les autres divisions, – Archives, Castelet, Vérification des lots –, furent réduites à leurs opérations matérielles56.

  • 57 Idem.

Le caissier ne sera plus qu’une machine recevante et payante et la Correspondance, outre les attributions que vous lui connaissez, sera de plus chargée de toutes les affaires qui ne sont pas opérations matérielles d’une autre division57.

30Ainsi, la division de la Correspondance devint une sorte de Secrétariat général, ce qui permit de réduire aussi le coût de l’administration.

  • 58 AN, G4 8, Tableau comparatif, tirage par tirage, tant de Paris que de Bruxelles, des recettes faite (...)

31Une fois rétablie, la Loterie ne cessa d’augmenter le nombre de ses bureaux et de ses bénéfices. Sous le Directoire, 550 recettes étaient déjà ouvertes, déployant leur réseau dans toutes les villes de provinces. Comme sous l’Ancien Régime, 5 % des mises étaient alloués aux receveurs. À Tours par exemple, ville déjà dotée de trois bureaux, un quatrième fut ouvert le 16 thermidor an IX (4 août 1801), rapportant en moyenne 2 500 francs à 3 000 francs supplémentaires par tirage, soit au bas mot 90 000 francs annuels58.

Tableau comparatif, tirage par tirage, tant de Paris que de Bruxelles, des recettes faites par chacun des bureaux de Tours (en francs).

Date des tirages Montant des recettes des bureaux
Bureau n° 415 416 417 418
Tirage de… Paris Bruxelles Paris Bruxelles Paris Bruxelles Paris Bruxelles
An IX
3 thermidor
3 183 410 3 183 410 3 266 394 1 216 143
1 fructidor 2 487 419 3 595 419 3 021 418 1 129 133
2 fructidor 2 294 697 2 402 697 2 705 1 038 1 820 291
3 fructidor 3 533 959 2 490 1 266 2 762 714 1 829 242
An X
1 vendémiaire
3 435 2 312 2 916 1 579 3 090 1 332 2 552 363
2 vendémiaire 3 779 690 3 287 745 2 755 482 2 365 325
3 vendémiaire 4 166 652 3 298 518 2 546 437 2 197 428
1 brumaire 4 375 642 3 043 494 2 863 422 2 595 443
2 brumaire 5 109 678 3 632 546 2 769 485 2 759 505
3 brumaire 4 499 653 3 258 691 2 906 489 3 162 500
1 frimaire 4 829 751 3 197 776 4 016 472 2 251 412
2 frimaire 6 068 720 3 926 587 4 779 611 2 720 419
  • 59 Sébastien Camillieri, « Les finances publiques et le jeu », thèse de droit public, université Jean- (...)

32Annexée en 1802, Turin devint également un chef-lieu de division. Amsterdam, Hambourg, Florence et Rome ouvriront leurs bureaux de Loterie à la mode française sous l’Empire. Vers 1815, on comptait 1 060 bureaux de recettes. Dans ces conditions, le bénéfice de l’administration atteint vite son niveau d’autrefois. Dès 1802, l’excédent atteignit près de 13 millions de francs. Comme dix ans auparavant, ce bénéfice net représentait autour de 3 % du revenu de l’État59.

Résultats de la Loterie nationale et impériale (en francs), d’après Sébastien Camillieri.

Exercice Recettes des mises % des dépenses Produit net
1800 31 033 043 32.36 + 7 411 577,86
1801 53 312 428 34.81 + 8 830 697
1802 74 911 549 30.90 + 12 934 463
1803 75 707 013 28.73 + 15 345 671
1804 70 155 196 27.95 + 15 157 901
1805 69 302 946 31.10 + 12 971 571
1806 77 822 983 36.69 + 12 273 654
1807 74 371 181 33.51 + 12 202 264
1808 71 475 505 33.26 + 12 862 871
1809 72 600 478 33.80 + 13 007 864
1810 88 263 502 23.18 + 24 199 920
1811 63 535 250 27.42 + 16 741 643
1812 70 433 043 34.24 + 12 895 104
1813 76 769 892 39.10 + 10 798 910
1814 33 287 936 28.66 - 376 697
1815 32 074 443 28.66 + 7 658 250

Notes

1 Fragments de l’Émile de Rousseau et des lettres de Lord Chesterfield, publiés par M. Sellon, Genève, 1833, p. 70. Il s’agit du philanthrope Jean-Jacques de Sellon qui dénonça vigoureusement le loto dans un essai de 1829 (Le loto) primé par l’académie royale d’Arras.

2 Jean-Antoine-Nicolas de Caritat de Condorcet, Tableau général de la science, qui a pour objet l’application du calcul aux sciences politiques et morales, dans A. Condorcet O’Connor, Œuvres de Condorcet, Paris, Firmin Didot frères, 1847, p. 542.

3 Lorraine Daston, « L’interprétation classique du calcul des probabilités », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 44e année, n° 3, 1989, p. 715-731. Voir également A. Glémain, « Probabilités et statistiques à l’époque moderne », Revue de synthèse, t. CXII, n° 2, avril-juin 1991, p. 299-308, et Éric Brian, La mesure de l’État, Paris, Albin Michel, 1994.

4 Gua de Malves Jean-Paul, Discours pour et contre la réduction de l’interest naturel de l’argent qui, ayant été prononcés en 1737, op. cit., 1757, avant-propos, p. cxlviij.

5 Journal encyclopédique ou universel, dédié à Son Altesse Sérénissime Mgr le duc de Bouillon, année 1774, vol. 1, partie 3, à Bouillon, février 1774, p. 428.

6 Idem, p. 429.

7 Journal encyclopédique ou universel, op. cit., p. 425.

8 Lettre de Georges-Louis Leclerc de Buffon à M. Richard de Ruffey, Paris, 9 août 1732. Correspondance de Buffon, édition électronique, lettre L7.

9 Georges-Louis Leclerc de Buffon, Essai d’arithmétique morale, dans Œuvres complètes, vol. 9, Paris, Pourrat frères, 1835, p. 389.

10 Idem, p. 402.

11 Idem, p. 381 et 404.

12 Idem, p. 405.

13 Condorcet, Arithmétique politique, textes rares ou inédits (1767-1789), édités par Bernard Bru et Pierre Crépel, Paris, INED, 1994, p. 548.

14 Idem.

15 P.N., Huyn., La théorie des jeux de hasard, 1788, p. 47.

16 Condorcet, Arithmétique politique, Bru Bernard et Crétel Pierre (éd.), op. cit., p. 639.

17 Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, Des Loteries, Paris, Barrois, 1789, p. 12.

18 Chapitre 3.

19 Edmund Berger, Psychology of gamblig, New-York, Hille & Wang, 1958.

20 Simon Schama, L’embarras des richesses, une interprétation de la culture hollandaise au siècle d’Or, Paris, Gallimard, 1990.

21 AGR, Conseil des Pays-Bas à Vienne, portefeuille 452, lettre de Kaunitz à Cobenzl, 29 juin 1762. Citée également par Georges Bigwood, op. cit., p. 96.

22 AGR, Conseil des finances, carton 2558, Avis de Delplancq, 1772.

23 La banqueroute de l’État royal, op. cit., et Histoire de l’argent, op. cit.

24 René Pomeau, dans Le jeu au XVIIIe siècle, actes du colloque d’Aix-en Provence de 1971, Aix-en-Provence, 1976.

25 Sur le développement de l’épargne au XVIIIe siècle, Françoise Hildesheimer (dir.), L’Épargne sous l’Ancien Régime, Paris, Economica, 2004.

26 Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, Mémoires, publié par le duc de Broglie, t. 1, Paris, Calmann Lévy, 1891, p. 39.

27 Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, Des Loteries, op. cit, p. 46.

28 Louis Sébastien Mercier, Le Tableau de Paris, nouvelle édition corrigée et augmentée, t. 3, Amsterdam, 1782, p. 242.

29 Louis Sébastien Mercier, Songes et visions philosophiques, Songe VIII, de la Fortune et de la Gloire, Amsterdam, 1788, p. 137.

30 Éphémérides universelles, t. IV, Paris, Corby, 1834, p. 478.

31 Pierre-Samuel Dupont de Nemours, De la loterie, par l’assemblée électorale du ci-devant bailliage de Nemours publié par Dupont de Nemours, Paris, Imprimerie nationale, mars 1791, p. 7. Le cahier est inséré dans le libelle de Dupont.

32 Archives parlementaires, première série, tome XVI, du 31 mai au 8 juillet 1790, séance du 3 juillet 1790, p. 683.

33 AN, G9 114, « Mémoire sur les loteries, par Gomband Lachaise, rédacteur du Bulletin », 1790.

34 Idem.

35 Idem.

36 Almanach impérial pour l’année 1813, Paris, Testu, p. 633. On a de lui deux ouvrages : Réponse sur la loterie adressée aux deux Conseils, 1797 et Réflexions sur le système de la loterie royale de France…, Paris, Imprimerie de V. Renaudière, 1821.

37 Sur cette Révolution, voir Suzanne Tassier, Les démocrates belges de 1789. Étude sur le Vonckisme et la révolution brabançonne, Bruxelles, Maurice Lamertin, Libraire Éditeur, 1930.

38 AGR, Loteries royales des Pays-Bas autrichiens, liasse 18, lettre de Gossens à de Reul, 31 décembre 1789.

39 Idem, registre 7, lettre de Crumpipen au baron Charvet, commissaire royal, 24 août 1787.

40 AGR, Conseil des finances, 2565, Rapport à leurs altesses royales, 12 mars 1792.

41 AGR, Loteries royales des Pays-Bas autrichiens, liasse 18, « Mémoire de 1791 de M. de Reul », pour les augmentations de gages.

42 Idem.

43 Voir chapitre 4.

44 Procès-Verbaux du Comité d’Instruction Publique de la Convention Nationale, publiés et annotés par M. J. Guillaume, 7 vols, Paris, Imprimerie nationale, 1891, vol. 1, p. 43.

45 Idem, p. 103-104.

46 Albert Soboul, Les sans-culottes parisiens en l’an II. Mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire (1793-1794), Paris, Le Seuil, 1968.

47 Sur Bourdon : Michael J. Sydenham, Leonard Bourdon. The Career of a Revolutionary. 1754-1807, Waterloo Ontario, Wilfrid Laurier University Press, 1999.

48 J. Madival, E. Laurent (éd.), Archives parlementaires de 1787 à 1860, série 1, t. 79, Convention nationale, p. 292 et suivantes.

49 Idem, p. 293.

50 AN, G4 8, Décret de la Convention nationale relatif aux loteries supprimées, 27 frimaire an II, 8 p.

51 Baudin Pierre-Charles-Louis, Opinion sur le projet de rétablissement de la loterie, séance du 23 germinal an V, Corps législatif, Conseil des Anciens, Paris, Imprimerie nationale, 1797, 20 p.

52 Guillaume Thabaud (1755-1836) fut député de l’Indre à la Convention, commissaire de la République, et membre du Conseil des Cinq Cents. Sous l’Empire, il devint baron de Surins Jean-François Carteaux (1757-1813) était général des armées françaises avant que Bonaparte ne le place à la tête de la Loterie nationale.

53 Almanach national de France, an XI de la République, présenté au premier Consul par Testu, Paris, 1802, p. 183-186.

54 AN, G4 8, lettre de Millot, 15 floréal an X.

55 Idem.

56 Idem.

57 Idem.

58 AN, G4 8, Tableau comparatif, tirage par tirage, tant de Paris que de Bruxelles, des recettes faites par chacun des bureaux de Tours.

59 Sébastien Camillieri, « Les finances publiques et le jeu », thèse de droit public, université Jean-Moulin Lyon 3, 2008, p. 76-77.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search