Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des rythmes de vie aux rythmes scolaires

 | 
Claire Leconte

Chapitre II : Les rythmes chez les psychologues : une autre histoire ?

Texte intégral

II.1. Les psychologues pionniers des premiers travaux sur les rythmes

1Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le rythme est inscrit dans toutes les recherches liées aux théories des phénomènes psychiques. Les acquis des recherches seront recensés par Wundt (1886), ses propres recherches aboutissant à la mise en évidence du caractère synthétique de la perception du rythme, articulant selon lui trois aspects essentiels, perceptif, moteur et affectif. Les expériences suivantes développeront ces trois aspects et conduiront Christian Ruckmick, en 1928 à définir le rythme comme « la perception d’une forme temporelle dans laquelle les éléments intellectuels répétés périodiquement sont variés d’une manière suivie dans leurs attributs qualitatifs et quantitatifs ». L’analyse des formes rythmiques à partir de leurs réalisations motrices produira de nombreuses recherches en psychologie expérimentale.

2Alfred Fessard, élève de Henri Piéron, pionnier dans l’enregistrement du potentiel d’action nerveux, de l’EEG et de l’activité électrique des nerfs et des muscles de divers groupes d’animaux, avait une prédilection pour les automatismes rythmiques de la matière vivante. Il n’oubliait pas qu’il était psychologue de formation et s’est très tôt intéressé aux relations entre les mécanismes nerveux et les réflexes, les temps de réaction, les seuils et le conditionnement du rythme. En 1931 (p. 78), il écrit déjà : « Lorsqu’on se trouve en présence d’une manifestation rythmique quelconque d’un système défini, on doit d’abord se demander s’il n’y a pas quelque cause étrangère au système qui pourrait en expliquer la périodicité, ou tout au moins la régulariser. Pensons par exemple aux rythmes nycthéméraux, à l’influence sur nos mouvements de la musique de danse, et, de façon cachée, à l’influence toujours présente du battement cardiaque et du mouvement respiratoire qui exercent sans aucun doute une action latente sur le rythme de nos mouvements et peut-être, de nos pensées. […]. La question de savoir si une rythmicité est exogène ou endogène dépend évidemment de notre façon de découper les systèmes. […] Avec raison les physiologistes ont toujours été acharnés à rendre compte d’un rythme à l’aide de causes extérieures aux systèmes, ou à découper ceux-ci de façon à trouver dans leur organisation interne le secret de leurs propriétés. Pour le cœur même ils ont cherché dans les variations du calcium ou dans la distension des parois une cause d’excitation extérieure. […]. En ce qui concerne les rythmes nerveux élémentaires que nous avons passés en revue, il est clair qu’une cause périodique extérieure est hors de question ; […] Nous pouvons [seulement] confronter différentes hypothèses, lorsqu’elles consistent simplement à imaginer des structures ou des forces cachées capables d’engendrer les rythmes observés. […]. Le monde physique nous offre une foule d’exemples de phénomènes rythmiques. Un très grand nombre d’entre eux dérivent d’un mécanisme dont les physiciens sont arrivés à faire une théorie mathématique extrêmement précise et générale. [….] On devrait fatalement chercher à appliquer aux rythmes biologiques la théorie qui avait si bien réussi en physique. » Et p. 89, il notait : « Lorsqu’un phénomène est la résultante d’un grand nombre de facteurs non périodiques mais indépendamment variables, il se trouve lui-même soumis à des fluctuations d’intensité qui lui donnent parfois une certaine allure de rythmicité peu régulière. Ainsi les oscillations d’une courbe d’apprentissage, ou encore, au moins pour une part, la variabilité d’un seuil sensoriel. C’est encore le hasard qui est responsable de ces apparences. Pour cette raison appelons-les des pseudorythmes et dispensons-nous, pour les expliquer, de faire appel à une dynamique spéciale ». Il faudra nous en souvenir quand nous serons amenée à faire quelques critiques concernant des travaux ayant mis en évidence de soit disant rythmicités de capacités attentionnelles par exemple.

3Il fut l’un des premiers en France également à introduire l’electro-encéphalographie dans ses travaux, ce qui ensuite sera largement repris par les psychophysiologistes étudiant par exemple les relations entre sommeil et activités cognitives. Barbara (2009) rappelle quelques déclarations innovantes de Fessard : « avec l’électroencéphalogramme humain, dit Fessard, ces multiples rythmes d’origine incertaine et leurs variations, corrélatives de changements déterminés dans l’attitude mentale du sujet, j’étais à nouveau placé en face d’une manifestation globale et complexe de la vie. J’étudiais quelques-unes de ces corrélations et découvris, en 1935, que les variations du rythme alpha sont conditionnables […] ».

4C’est donc un psychologue français, certes également neurophysiologiste, qui a été promoteur d’une réflexion à mener sur les rythmicités dans les activités psychologiques, en lien avec les rythmicités biologiques commençant à être étudiées. Reinberg (2005, p. 65) reconnaît d’ailleurs que, lorsqu’en 1957 il déclarait avec Ghata que « l’activité rythmique est une propriété fondamentale de la matière vivante », ils ne faisaient que généraliser la proposition de Fessard (1936) pour qui « le processus rythmique est le mode normal d’activité de tous les systèmes excitables ».

5Paul Fraisse fut également élève de Henri Piéron, puis son collaborateur avant de devenir son successeur. Dans une conférence au Collège de France (1988), en l’honneur de Henri Piéron, il rappelle que celui-ci a été le véritable instaurateur de la psychologie scientifique en France et même au-delà de nos frontières. Il cite ainsi la définition qu’il donna en 1916 de cette « science du comportement » (1988, p. 117) : « En somme, il n’y a qu’une psychologie qui n’est pas du tout… l’étude des faits de la conscience, mais qui est la science du comportement des êtres vivants, Science qui peut utiliser plusieurs méthodes, dont la méthode introspective n’est certes pas la plus satisfaisante. C’est une science biologique qui étudie la manière dont un être vivant reçoit les influences du milieu et élabore ses réactions. Entre l’action et la réaction, il y a des processus d’élaboration complexes que la psychologie cherche à élucider, c’est là son but essentiel (c’est moi [Paul Fraisse, NDA] qui souligne) ». Fraisse rappelle ainsi les travaux menés par Piéron autour de l’anticipation et de la rythmisation, à partir de ses études sur les animaux marins. En observant la périodicité des compor­tements variés de ces animaux qu’il voit rapidement comme n’étant pas réflexes, il expérimente les effets de conditions artificielles constantes : les rythmes continuent à se manifester, ce qui est tout à fait innovant pour l’époque. Piéron se demandera d’abord si ces rythmes sont des propriétés de l’organisme mais découvrant qu’en conditions constantes les oscillations s’atténuent et finissent même par disparaître, il en conclura que les rythmes sont induits par les variations périodiques des conditions du milieu. Il découvrira en fait que ces variations de comportements anticipent les variations du milieu et se révèlent donc comme une forme d’adaptation. Fraisse, (Ib. p. 120) fait alors un constat particulièrement important : « Les chonobiologistes, qui sont aujourd’hui au premier plan de l’actualité, ignorent trop les travaux d’Henri Piéron ou plutôt ils les rejettent parce que Piéron aurait trop sousestimé le caractère endogène et trop surestimé l’origine exogène de ces rythmes. Il est vrai qu’il lui a manqué une vue claire de ce que l’on appelle les synchroniseurs qui expliquent les décalages des rythmes dont la base est endogène. Cependant, il a réalisé sur l’homme ou plutôt sur des femmes infirmières de l’Asile de Villejuif, la première grande expérience qui montre que le rythme circadien de la température du corps humain s’inverse peu à peu, quand le travail de jour est remplacé par le travail de nuit ou l’inverse. Ses travaux de la même époque sur la physiologie du sommeil vont dans le même sens. Après avoir démontré sur des chiens qu’il a maintenus pendant dix jours en état d’insomnie, que l’organisme secrétait ce qu’il a appelé des hypnotoxines [voir chapitre précédent de cet ouvrage] pouvant altérer ou même détruire les neurones cérébraux, il a conclu que l’existence de phases de sommeil périodiques est une nécessité au moins pour les vertébrés supérieurs et que le déclenchement du sommeil précède le moment où les déchets toxiques dus à l’activité de veille deviendraient nuisibles à l’organisme. Il s’agit bien ici encore d’un rythme circadien ». À l’heure où tout un chacun s’approprie la terminologie « rythmes », parfois de façon abusive, il nous est apparu important de rappeler les chercheurs, psychologues qui plus est, à l’origine des découvertes aujourd’hui parfois trop vite oubliés.

6Paul Fraisse eut comme premier maître, Albert Michotte qui se lança dans les années 1920-1930 dans des études sur l’apprentissage des gestes, la structure spatiale et temporelle des mouvements, programme dans lequel « devaient s’insérer mes premiers travaux sur les rythmes » (Fraisse, 1966, p. 355). Michotte commença ses études par la philosophie, ce qui l’avait conduit à dire « aucune science ne paraît avoir des attaches plus profondes avec la philosophie que la psychologie », (1936, p. 208), mais s’inscrivit rapidement ensuite à la Faculté de sciences afin de pouvoir se préparer aux recherches expérimentales, car il estimait qu’une saine philosophie doit s’appuyer sur les faits pour lesquels des données expérimentales du domaine psychique sont indispensables. Dans le même temps il lui semblait que le psychologue a grand intérêt à se trouver en possession d’un système d’idées fondamentales qui fût équilibré et surtout d’une conception saine de l’être humain, d’où sa volonté d’installer l’institut de psychologie de Louvain à proximité de l’institut de philosophie. Ainsi la maîtrise de philosophie qu’il soutint était consacrée à un sujet de psychologie et avait comme promoteur un enseignant de psychologie physiologique. Michotte se consacra dès lors à la psychologie et étudia les conditions de perception de la causalité, sujet important en psychologie : appréhendons-nous les relations entre objets ou événements de façon immédiate ou appréhendons-nous d’abord objets d’un côté et événements de l’autre et construisons-nous ensuite une connaissance de la relation grâce à une formation particulière ou un autre moyen artificiel ? À partir de ses expériences il montra qu’il est facile de produire l’illusion de la causalité, et qu’un intervalle de temps entre deux événements pendant lequel rien ne se passe est fatal à l’impression de causalité. Il fonda en 1923, l’institut de psychologie appliquée et plus spécialement psychologie appliquée aux problèmes de l’éducation, devenu par la suite Institut de Psychologie et des Sciences pédagogiques de Louvain. Il devint aussi par la suite un des membres de l’Institut de filmologie de la Sorbonne à Paris.

7C’est dans ce contexte que Paul Fraisse imagina ses expérimentations autour des rythmes.

II.2. Paul Fraisse, initiateur des études sur la psychologie des rythmes et la naissance de la chronopsychologie

8Paul Fraisse a donc été baigné de psychologie expérimentale, mais aussi de psychophysiologie et de philosophie puisqu’il passa deux ans dans le laboratoire de Michotte à l’Institut Supérieur de Philosophie de Louvain. Il y accumula l’essentiel des expériences qui lui permirent de soutenir sa thèse, de publier un article en 1948 et de publier un premier ouvrage en 1956 sur Les structures rythmiques. Cet ouvrage va complètement renouveler un vieux problème de psychologie, en utilisant des moyens beaucoup plus rigoureux, à savoir le rythme. Pour Fraisse, la notion de rythme implique deux aspects distincts, essentiels l’un et l’autre : d’une part l’aspect de structuration, soit l’organisation interne d’une série successive d’éléments ou d’événements et d’autre part, l’aspect de périodicité, soit de récurrence temporelle de cette série d’éléments structurés.

9Fraisse rappelle que le rythme peut être le fruit d’une élaboration comme quand on parle du rythme des saisons, mais il peut être simplement une perception. En ce qui concerne la perception du rythme par les psychologues, les premières investigations remontent à la deuxième moitié du XIXe siècle en Allemagne et furent suivies d’un grand nombre de recherches aux États-Unis dans les dix premières années du XXe siècle. Ainsi pour Wundt (1880, 1886), « le premier aspect du rythme qui fut souligné est celui du rythme en tant qu’affect ou émotion produit par une succession de tensions et de relaxations ». (Ib., p. 234). Dans quelles conditions une telle perception est-elle possible ? Ces recherches se sont regroupées sous la terminologie « rythmicisation sujective ». Les recherches se sont alors intéressées à tous les critères nécessaires pour qu’un groupe d’événements puisse être perçu comme un rythme. Dès 1948 Fraisse montrait chez tous les sujets une difficulté de synchronisation aux stimulations visuelles et il concluait qu’un stimulus visuel se révèle moins précis que son équivalent sonore. De fait la liaison préférentielle entre signaux sonores et mouvement se révèle dès le plus jeune âge ne serait-ce qu’à travers le sursaut facilement observable chez le jeune enfant au bruit d’un coup de tonnerre qui ne se produit jamais à la vue de l’éclair. Fraisse dira par la suite (1974, 70 -71) qu’il paraît très complexe de synchroniser un groupe d’êtres humains avec simplement une série de signaux lumineux, qu’il s’agisse de danse ou de travail.

10Sa formation auprès de Michotte et Piéron l’avait amené à s’intéresser tout autant au monde animal qu’aux humains. Il découvre ainsi des travaux contemporains des siens comme ceux de Popov, (1948), qui s’appuient sur diverses observations (chez le poisson, le lapin, le pigeon) démontrant que l’ajustement de nombreux comportements moteurs rythmés à d’autres rythmes dominants est la preuve du rôle fondamental dans l’adaptation des animaux à leur environnement de ces phénomènes de synchronisation. Ces différentes expérimen­tations confèrent un nouveau sens au concept d’horloge biologique naissant, celui-ci pourrait ne plus se référer seulement à la simple régulation métabolique mais aussi à l’organisation même du comportement. Fraisse (1957) relève ainsi de nombreux phénomènes d’horlogerie comportementale observés dans le monde animal : « On constate, en particulier chez les insectes, des activités qui se reproduisent toujours à la même heure et qui sont entièrement le fruit d’une expérience acquise. […] Des poissons se rendent tous les jours au même lieu à l’heure où on les nourrit et des oiseaux manifestent une recrudescence d’activité peu avant l’heure de leur repas » (p. 23).

11En 1968, il fait une conférence intitulée Psychologie des rythmes humains, dans laquelle il dit : « parce que les rythmes biologiques sont communs à l’animal et à l’homme, j’hésite à les qualifier seulement d’humains et, pour répondre au titre de la conférence, j’aimerais me pencher maintenant vers d’autres rythmes. L’homme n’est pas seulement soumis aux grands rythmes de la nature, il est créateur de rythmes. […] Au long de cette conférence je voudrais essayer de manifester comment l’homme est créateur de rythmes en se dégageant peu à peu des contraintes biologiques où ces rythmes prennent naissance, sans qu’il en soit cependant jamais complètement séparé ». (1988, p. 257). Ainsi va-t-il montrer que des balancements spontanés apparaissent de façon très primitive chez l’enfant où, dès six mois, on observe des balancements de la tête et du tronc, avant la marche. Pour lui ces mouvements sont en relation avec l’activité rythmique endogène du système nerveux. Ils vont être peu à peu inhibés à mesure que l’enfant grandit, et selon les médecins, ces balancements normaux deviennent un signe pathologique au-delà de cinq ans. Mais il affirme aussi qu’ils peuvent réapparaître chez l’enfant plus âgé dans des états de fatigue ou de distraction. Ce constat nous intéresse tout particulièrement, car nous reverrons, dans le dernier chapitre, que de tels comportements peuvent apparaître collatéralement à une activité en train d’être réalisée, coûteuse du point de vue attentionnelle, et nécessitant de la part de l’élève un investissement particulier. Savoir reconnaître ces mouvements spontanés en tant qu’indispensables pour permettre à l’enfant de rester concentré fait partie des connaissances pédagogiques que devrait avoir tout enseignant ou tout éducateur, parent compris. D’autant plus que, comme l’affirme Fraisse, ces mouvements simples de balancements sont les mouvements qui, au point de vue énergétique, sont les plus économiques. Ils ont manifestement une signification biologique et affective, ils semblent correspondre chez le jeune enfant à la recherche d’une excitation. Certes nous pouvons chercher celle-ci dans le monde extérieur, mais cela demande alors une adaptation à notre environnement qui est coûteuse, ce qui n’est pas le cas de ces balancements qui produisent facilement des sensations kinesthésiques et labyrinthiques créant une tonicité croissante qui permet par exemple de maintenir un haut niveau de concentration

12Fraisse dégage ainsi trois caractères principaux de ces premiers rythmes humains : activité biologique fondamentale, mouvements économiques, signification excitatrice qui, selon lui, peuvent nous introduire dans une compréhension générale de la signification du rythme chez l’homme. En effet, quand il y a dans notre environnement un stimulus périodique, celui-ci entraîne une synchronisation de nos mouvements. Or « le fait que nos mouvements se produisent lorsque nous accom­pagnons du pied ou de la main un métronome ou une musique, n’est possible que parce que nous anticipons le moment de l’arrivée du stimulus et nous pouvons l’anticiper uniquement parce qu’il est périodique. Ces synchronisations sensorimotrices sont une caractéristique propre du comportement humain, liée au phénomène de périodicité. Cette induction reste toujours chez l’homme spontanée, même si elle devient évidemment par la suite de plus en plus contrôlée ». (Ib.p.262). Nous retrouvons ici une des fonctions très utiles du rythme déjà évoquée précédemment, à savoir qu’il permet d’anticiper, de prévoir un événement qui est rythmé. Fraisse affirme que ces mouvements rythmiques, de synchronisation, de production de rythmes moteurs, sont spécifiquement humains, ils ne peuvent être réalisés chez l’animal. De plus selon lui, les deux éléments caractéristiques que sont la périodicité et la structure, sont retrouvés dans les créations artistiques de l’homme mais aussi dans les différentes langues. Toutes selon lui se construisent en fonction d’une certaine périodicité et d’une certaine structuration et c’est le poids relatif de ces caractères qui différencient les langues. Il donne ainsi les exemples de marques de périodicité et de structuration différentes dans des langues comme l’italien, l’anglais, le latin, le grec, l’arabe (Ib. p. 265). Si ce double caractère périodique et structuré apparaît constitutif de tous les rythmes humains, Fraisse insiste cependant sur le fait que la périodicité est malgré tout première et que c’est en rompant avec elle que des structures rythmiques nouvelles peuvent se glisser. « Les rythmes non seulement nous synchronisent avec les événements périodiques de notre environnement, mais ils peuvent nous synchroniser entre humains. […]. Le rythme induit une harmonie sociale et nous savons que là où il y socialisation du comportement, il y a renforcement des effets affectifs. Ces effets dynamogéniques, cette communication entre l’organisme et l’environnement, entre moi et les autres justifient qu’il y ait autour du mot rythme une certaine aura magique. [NDA : on verra plus loin que ce “magique” est parfois largement dévoyé]. On a parlé de sens du rythme : il n’existe pas, mais les travaux que j’ai faits pour l’analyser montrent qu’il correspond à une pluralité d’aptitudes particulières correspondant aux divers aspects du rythme lui-même. Mais parce que le rythme crée par son caractère périodique cette unité profonde du biologique et du social, il nous apparaît comme ayant une valeur très spécifique ». Il ne nous a pas semblé utile de réinventer, comme certains parfois laissent croire qu’ils le font, des idées déjà fort bien exprimées et correspondant aux miennes. Nous verrons aussi combien ce rôle de synchronisation est important dans les relations mère-enfant.

13En 1974, Fraisse publie un ouvrage qui fera date dans la science des rythmes puisqu’il donnera lieu à d’innombrables recherches dont certaines sont toujours très actuelles, il s’agit de Psychologie du rythme. Il y montre les relations privilégiées entre les modes perceptif et moteur de l’être humain, en particulier une forme de synchronisme engageant une affection particulière pour le rythme. Il existe selon lui, « une coïncidence notable entre la vitesse du mouvement corporel et les potentialités perceptives de la succession, qui explique la “résonance affective” du rythme, perçu et agi tout à la fois » (p. 10-11). Pour lui, la perception du rythme nous amène à nous poser deux questions fondamentales : celle des limites temporelles dans lesquelles la succession est perçue et celle de la nature des structures qui se prêtent à la répétition. Il montrera les limites de la perception humaine du rythme sonore : on peut percevoir la succession de deux sons identiques qui vont du seuil de la distinction (environ 0,1 sec.) à une durée maximum de 1,8 sec. Au-delà de cette durée, les sons deviennent des éléments perçus comme indépendants les uns des autres (voir travaux de Michotte sur la perception de la causalité). Les sujets dans ces expériences, sont chargés de synchroniser leurs frappes avec le moment précis où ils identifient une stimulation sonore : la synchronisation se révèle impossible dans le cas d’une suite aléatoire de signaux, elle nécessite la présence d’une cadence, d’une répétition à intervalles réguliers d’un son ou d’un mouvement (Fraisse, 1974, 63-64). Mais on ne synchronise pas nos activités à n’importe quelle période rythmique. Il a ainsi mis en évidence une « zone de synchronisation sensorimotrice » située entre 20 et 180 coups/seconde environ, dans laquelle on peut classer l’ensemble des rythmes moteurs spontanés et où l’on peut discerner une certaine cadence.

  • 1 C.E. Seashore, Measures of Musical Talent. Chicago : Stoelting, 1919.
  • 2 Fraisse (1982) définit le présent psychologique comme l’intervalle de temps durant lequel les événe (...)

14Fraisse montre que nous avons tous un tempo, qu’on dit soit préféré s’il s’agit d’écoute, soit spontané s’il s’agit de frappe de la main ou du pied. En 1900 Stern avait déterminé le « tempo psychique » en faisant frapper les sujets sur une table à leur vitesse naturelle. De nombreuses études ont suivi qui ont montré la constance et la fidélité de ce tempo pour un sujet donné, sa grande variabilité interindividuelle, et sa situation à l’intérieur d’une gamme de fréquence allant de 20 centièmes de seconde (cs) à 140 cs, soit de 300 à 40 frappes par minute, intervalle temporel qui correspond aux tempos de la musique (Celtan, 2002, p. 118). À cette époque débutent les recherches sur des tests de rythme. Ainsi apparaît en 1919 le premier test de discrimination rythmique1, consistant à juger de la différence ou de l’identité de deux groupes rythmiques : il était inclus dans une batterie de tests destinée à mesurer le talent musical. En 1926 le même auteur développe des études sur les performances rythmiques mesurées par l’aptitude à synchroniser frappes et sons organisés en des groupes variés. Smith en 1957 montrera qu’il existe une forte corrélation entre la discrimination des rythmes et les performances en synchronisations sensorimotrices. Stambak (1963) et Fraisse (1974) montreront que le tempo est une caractéristique qui évolue avec l’âge : lent chez l’enfant de 5 ans (50 cs, 120 frappes par minute), il s’accélère jusqu’à 7-8 ans (36 cs, 160 frappes par minute), pour ralentir ensuite en même temps qu’augmente la variabilité interindividuelle ceci environ jusque 10 ans où s’opèrent, selon Mira Stambak, fidélité et stabilisation. Pour elle, la signification du tempo est en relation avec la vitesse pour d’autres activités, mais aussi avec certains aspects typologiques comme l’instabilité ou l’impulsivité. Reprenant entre autres les travaux de Fraisse dans lesquels il admettait l’existence d’un présent psychologique2, elle va créer une batterie rythmique. En ce qui concerne le nombre d’éléments, les limites de ce présent psychologique nous permettent de percevoir et de restituer dans l’ordre sept à huit éléments. Cette caractéristique de notre perception a intuitivement guidé le nombre de signaux pour le morse (pas plus de cinq éléments) et le braille (de un à six points). Dans le Manuel pour l’examen psychologique de l’enfant, (Ed. Zazzo, 1969), elle propose une batterie de tests pour étudier les difficultés de la structuration temporelle d’enfants dyslexiques et présente les trois épreuves suivantes : tempo spontané, reproduction de structures rythmiques (au nombre de vingt-et-un) et compréhension de structures et leur reproduction. Ces trois épreuves de rythme peu-vent être passées à partir de 5 ans, 6 ans pour le nouvel étalonnage (jusqu’à 12 ans, 2000). Pragmatique, la démarche de Mira Stambak, qui précise des régularités dans les phénomènes, est également descriptive car elle est à même de prévoir l’émergence des compétences temporelles et rythmiques, nous donnant ainsi des repères pour prendre en compte les possibilités de l’enfant (Celtan, 2002, p. 120). Cette batterie peut être utilisée avec profit par les psychologues scolaires pour vérifier les potentialités des enfants devant accéder à l’apprentissage de la lecture et même prévenir certains échecs.

15Demany, Mc Kenzie et Vurpillot (1977) ont été les premiers à mettre en évidence, avec la méthode d’habituation, que des bébés de deux mois sont déjà capables de discriminer une série de sons se produisant à intervalles de temps égaux par rapport à une série de groupes de 4 sons, ou même par rapport à deux séries de groupes différents : ils ont donc, dès ce jeune âge, des capacités de groupement. Pour Chang et Trehub, (1977), les bébés de 6 mois sont capables de distinguer deux structures temporelles assez complexes, à 12 mois ils détectent à la fois un changement dans le nombre de groupements et dans le nombre d’unités par groupe (Morrongiello, 1984), ce qui révèle des capacités précoces de mémoriser dans le temps une succession d’éléments.

16Droit-Volet et al. (2005) confirment que les recherches chez le nourrisson ont permis de montrer que dès leur plus jeune âge, les enfants sont capables de discriminer différentes durées et de réguler leurs actions dans le temps. Dans cet article, les auteurs remettent en cause partiellement la théorie de Piaget (1946) pour qui l’intuition subjective de la durée n’est pas primitive, mais elle dépend de la notion de vitesse, selon lui ce n’est qu’à l’âge de 8 ans, (stade des opérations concrètes), que l’enfant est capable d’admettre l’égalité des durées pour des mouvements différents. Très vite Fraisse avait contesté ces résultats estimant que les épreuves piagétiennes, fondées sur le raisonnement, étaient trop complexes pour les jeunes enfants et de ce fait, minimisaient leurs compétences temporelles. Un débat Piaget-Fraisse eut lieu dans les années 60 autour de ces compétences et de leur âge d’apparition, ce qui, comme le dit Fraisse lui-même, ne les a pas empêché de publier un traité de psychologie expérimentale en plusieurs tomes ensemble. Montangero en 1977, prouva que la vitesse ne joue pas le rôle prédominant que lui accorde Piaget dans l’estimation des durées.

17Droit-Volet et al. relèvent encore que c’est probablement pour des raisons de capacité attentionnelle que la perception du temps chez le nourrisson n’a principalement été étudiée qu’avec des durées brèves, car avec des procédures de conditionnement, de nombreux chercheurs sont parvenus à montrer que les nourrissons peuvent aussi s’adapter à des durées de valeurs plus élevées. (Ib., 2005, p. 148), qu’ils peuvent précocement discriminer différentes durées et réguler leurs actions dans le temps. Elles ont par ailleurs mené une expérimentation leur permettant de suggérer que le jeune enfant possède comme l’animal et l’homme adulte un mécanisme de mesure du temps s’apparentant à une horloge interne dont malheureusement on ne connait pas encore de façon précise les mécanismes physiologiques sousjacents ni ses différentes phases de maturation. Mais selon les auteurs, le jugement temporel ne résulte pas que du fonctionnement d’une horloge interne : de nombreuses études ont montré le rôle déterminant de l’attention dans ces jugements, dont la maturation développementale permet qu’à 8 ans, les enfants portent des jugements temporels proches de ceux de l’adulte. Cet âge renvoie à la maturation physiologique évoquée par Reinberg dans la plasticité des rythmes veille-sommeil, qui ne sont pas sans rapport avec les capacités attentionnelles. Pouthas et al. (1986) montrent aussi que de nombreux auteurs ont vérifié que 7-8 ans correspond à un âge de maturation des capacités à juger fidèlement des durées, à reproduire des intervalles de temps, à s’ajuster précisément à des délais d’attente : ces mêmes auteurs rappellent que jusqu’à 8 ans, les enfants ont besoin d’indices kinesthésiques (remuer les lèvres et les doigts, même quand la consigne leur demande de ne pas le faire), pour compter mentalement 30 secondes. Rythmes biologiques et rythmes psychologiques semblent bien interdépendants et l’insistance apportée dans notre premier chapitre sur le nécessaire respect du rythme veille-sommeil très tôt chez l’enfant trouve dans ces études des confirmations que je ne peux que relever.

18Bobin et Provasi (2008) ont analysé les capacités de l’enfant âgé de 1½ à 3½ ans à modifier son tempo moteur spontané (TMS) en fonction de tempi auditifs. Elles confirment qu’à un âge très précoce le très jeune enfant est capable de discriminer des patterns rythmiques. Les TMS sont plus rapides que chez l’adulte. La variabilité interindividuelle augmente avec l’âge, résultat qui suggère qu’au cours du développement et avec l’expérience, la gamme d’intervalles produits et perçus deviendrait plus importante. Les auteurs émettent l’idée de l’utilisation d’un oscillateur unique qui, dans le contexte de développement des attentes rythmiques, évoluerait vers le couplage de multiples oscillateurs permettant à l’auditeur d’accéder à une plus grande gamme de tempi. Dans l’étude, seuls les enfants les plus âgés modifient leurs rythmes de frappes si le tempo auditif diffère d’au moins 20 % de leurs propres rythmes. La capacité des enfants à ralentir leurs rythmes de frappes se met en place plus tardivement que leur capacité à les accélérer.

19Dans un travail complémentaire, Provasi et Bobin (2008) ont montré que le TMS existe dès la naissance (activités de succion) mais l’activité motrice des nourrissons de deux mois est mieux synchronisée à la stimulation rythmique que celle des nouveau-nés. Pour les auteurs, le tempo auditif externe perturbe le fonctionnement de l’horloge interne : quand la stimulation est plus lente que le TMS, elle augmente la variabilité de l’horloge, quand la stimulation est plus rapide que le TMS, elle accélère le rythme de l’horloge. L’accélération du tempo d’un comportement moteur est là aussi plus facile à réaliser que son ralentissement. Les auteurs concluent que dès la naissance, le jeune enfant peut modifier la structure temporelle de son activité motrice pour interagir avec son environnement, aptitude qui, pour elles, est fondamentale pour le développement cognitif de l’individu. On doit s’appuyer sur ces données pour utiliser à bon escient comptines et jeux de rythmes avec les très jeunes enfants : de même elles confirment à nouveau la nécessité de fournir précocement à ces enfants toutes les conditions environnementales respectant leurs rythmes et ainsi de favoriser chez eux un développement harmonieux.

20En 2006 Lewkowicz et Marcovitch ont étudié la perception de schémas complexes de rythmes audiovisuels chez des nourrissons entre 4 et 10 mois. Ils ont montré que malgré leur jeune âge, les enfants perçoivent aussi bien les rythmes invariants que les tempo variables. Ils rappellent que Chang et Trehub (1977) avaient montré que chez des nourrissons de cinq mois, le rythme cardiaque est déstabilisé dès qu’ils entendent des mélodies dont les contours mélodiques et rythmiques ont été modifiés. Les auteurs concluent que le rythme semble jouer un rôle fondamental dans l’acquisition de la langue et joue probablement un rôle semblable dans le développement d’autres domaines psychologiques comme la perception d’événements de vie et les interactions interpersonnelles, donc en définitive dans la socialisation des enfants. Fraisse a montré (voir p. 38) que les langues se différencient en fonction de périodicités et de structuration différentes. L’acquisition de chacune d’elles réclame donc une adaptation différente. Or Bobin et Provasi ont montré que l’accès à une large gamme de tempos évolue avec l’âge. Est-il bon dès lors de demander aux enfants de traiter trop tôt une multitude de langues qui ont des rythmes différents ?

21À partir des travaux de Lecanuet, (1995), Renard et Querleu ont montré que le fœtus est capable de reconnaître grâce à la perception du rythme et de l’intonation, la voix de sa mère parmi d’autres. Pour Lecanuet, « il est clair qu’une grande variété de stimulations acoustiques, parmi lesquelles les sons musicaux, sont assez intenses pour être perçus par le fœtus, et développer son système auditif […] il est clair enfin que l’exposition prénatale aux stimulations acoustiques a des effets structuraux et fonctionnels sur le système auditif ». « La mémorisation par l’enfant des sons rythmés de l’univers fœtal, les bruits de l’aorte et du cœur maternel, sont peut-être à l’origine de l’effet apaisant universellement vérifié du balancement, des tapotements rythmiques, de la répétition d’onomatopées et du chant des berceuses, peut-être aussi tout simplement à l’origine de la musique et du goût marqué de l’humanité pour cette forme d’expression, à travers l’histoire et les différentes civilisations ». (Stork, 1997, p. 31). Grâce à cette importante activité auditive prénatale, le fœtus va pouvoir établir ses premiers liens avec son environnement physique et humain car dès la 24e semaine de gestation, il va s’imprégner des intonations et des rythmes de la voix maternelle qui va constituer pour lui un repère sécurisant lors de ses premières expériences de vie extrautérine.

22Devouche et Gratier (2001) rappellent que des bébés nés jusqu’à deux mois avant terme sont capables de synchroniser leurs expressions vocales avec celles d’un adulte pour participer à des « protoconversations ». Ces auteurs notent que grâce au développement de ses capacités attentionnelles, l’aptitude du bébé à s’exprimer par le rythme partagé devient particulièrement manifeste vers l’âge de 6 semaines et ils confirment que cette capacité à percevoir, intégrer et produire des informations organisées dans le temps est fondamentale pour le développement moteur, affectif et cognitif du nourrisson. De nombreux chercheurs ont par ailleurs relevé une coordination précoce entre les comportements de la mère et ceux de son bébé, ainsi qu’une certaine rythmicité dans les échanges. Or parmi les caractéristiques du discours de la mère adressé au nourrisson, on observe un élargissement de la fréquence habituelle, une élévation de la hauteur des sons, des mélodies qui mettent en valeur les voyelles en les prolongeant par d’importantes modulations, un contour mélodique simplifié, un tempo ralenti, la longueur des silences augmentée, le rythme bien marqué et des séquences de chuchotements (cité par Mechthild Papousek, 1995, p. 107). Les adultes se mettent au « diapason » de l’enfant en adaptant leurs stimulations vocales, visuelles, faciales et tactiles à sa capacité à percevoir, en respectant ses préférences, ses désirs, en jouant avec les premiers sons qu’il émet. L’enfant de son côté suscite et bientôt recherche ces moments d’échanges, de jeu et de plaisir. L’enfant et l’adulte mêlent alors leur savoir-faire, leur savoir-être et apprennent à communiquer à travers ces rythmes coconstruits qui leur permettent de s’accorder affectivement. Devouche et Gratier ont étudié des dyades mère-bébé : leurs résultats suggèrent que l’interaction spontanée entre une mère et son bébé est composée d’unités temporelles organisées de façon hiérarchique : les cycles longs de l’engagement mutuel semblent composés d’unités stables de durées plus courtes. Les auteurs concluent ainsi : « Au-delà de son intérêt théorique pour la recherche fondamentale, cette recherche nous amène à réfléchir sur les implications cliniques potentielles d’une telle méthode d’étude de l’interaction précoce. Une systématisation de l’analyse des interactions mère-bébé du point de vue de la coordination temporelle fine, pourrait permettre d’élaborer un outil diagnostique favorisant la détection précoce des troubles interactifs. Cette approche est encouragée par les recherches actuelles sur les interactions vocales de mères déprimées qui mettent en évidence des changements de rythme néfastes pour la qualité de l’engagement mutuel ». (Ib. p. 78). Apprendre dès la maternité aux jeunes mamans à établir des interactions ayant une rythmicité adéquate faciliterait les échanges affectifs.

23En 1979, Fraisse s’interroge sur la relation de l’homme au temps : car il est un bien, dit-il, dont personne ne peut le [l’homme] priver, à moins de lui prendre la vie elle-même : je veux parler du temps. Le rythme est indissociable du temps et les lois qu’il avait édictées à l’époque ont encore une vraie résonance dans toutes les réflexions que nous avons à conduire pour proposer des aménagements des temps de vie – de l’enfant comme de l’adulte – qui soient les plus cohérents possible. « Le devoir du psychologue est de rechercher les lois générales qui commandent nos appréciations. Celles-ci dépendent d’une comparaison entre le temps objectif qui nous est imparti par les cycles des jours et des années, et le temps dont chacun de nous aimerait disposer en fonction de ce qu’il fait et de ce qu’il désire.

24Les observations de la vie courante et les travaux scientifiques permettent, semble-t-il, de ramener nos réactions à trois lois fondamentales qui sont toutes liées à notre activité. Ce dernier terme doit être pris dans son sens le plus général et recouvre tout ce qui fait la trame de nos journées, à l’exception du temps du sommeil proprement dit qui nous place hors du temps ». (Ib. p. 66). Fraisse, à partir de 1968, avait participé, avec Siffre, aux recherches dites « hors du temps » que nous allons revoir.

25La première loi proposée par Fraisse, est : plus une activité est morcelée, plus elle paraît durer longtemps. Il explique ainsi que notre vie de tous les jours est faite d’une succession d’actes plus ou moins nombreux, chacun d’eux intégrant à des degrés divers des activités plus élémentaires. Comment apprécions-nous la durée de nos actes ? Le morcellement des actes dans une journée est très variable : il n’est pas le même pour la ménagère qui accomplit des tâches multiples, pour l’ouvrier à la chaîne qui doit réaliser parfois plusieurs centaines de gestes précis par jour, pour l’ingénieur qui construit un pont, ou pour l’écrivain qui rédige un chapitre d’une œuvre. Toutes ces activités sont décomposables en une série de gestes très élémentaires, mais cependant ils sont perçus d’une manière très différente. Leur unité relative dépend de nos attitudes individuelles et particulièrement, comme nous le verrons dans la deuxième loi, de nos motivations. (p. 67). Il affirme que cette constatation est à la base de recherches, qui se poursuivent, pour améliorer la qualité de vie, par exemple pour aller à l’encontre de ce que Friedman a appelé « le travail en miettes ». Le meilleur moyen d’enrichir les tâches consiste à recréer des unités d’activités plus complexes et plus durables afin de diminuer le nombre d’actes à produire pendant le temps de travail. Il est important d’y penser quand on veut améliorer la qualité de travail des enfants mais aussi de celles et ceux qui ont en charge leur éducation.

26La deuxième loi est : plus une activité est intéressante et plus elle paraît brève. C’est une évidence pour chacun de nous, mais comment l’explique-t-on ? La motivation agit à travers les déterminations de la première loi. L’intérêt pour une activité en unifie les différents segments, une forte motivation peut unifier des tâches parcellaires, et en les unifiant, les rendre plus intéressantes. Quand il y a à la fois unité et intérêt pour la tâche, apparaît le concept de niveau d’activité proposé par Pierre Janet : plus le niveau d’activité est grand et moins la durée apparaît importante. Sur le plan pratique il est important d’apprendre aux enfants à occuper les temps qui leur paraissent inutiles (comme par exemple un temps de trajet en voiture), par une activité parallèle intéressante, activité qui peut n’être que de la rêverie, qui malheureusement disparaît de plus en plus chez les jeunes d’aujourd’hui, toujours occupés avec un appareil électronique quelconque. Quand l’appareil dysfonctionne, l’ennui apparaît et le jeune ne sait plus y remédier. Pire, il en souffre et finit par rechercher n’importe quelle activité le comblant. C’est dès le plus jeune âge qu’il faut entraîner les enfants à combler les temps apparemment inutiles par des activités ne nécessitant aucun matériel particulier.

27La troisième loi est : le temps d’une attente est toujours trop long. (p. 69). L’attente : ce cas se présente quand notre motivation pour le présent, que nous soyons actifs ou passifs, est dominée par le désir de réaliser une autre activité qui doit succéder à celle du présent. N’est-ce pas le cas du collégien qui attend la sonnerie qui ouvrira les portes d’une activité plus intéressante que celle du moment ? Cette troisième loi concerne aussi nos réactions à l’activité présente dans la mesure où nous sommes capables de prévoir et d’anticiper l’avenir. Cette capacité se développe avec l’âge, le très jeune enfant vit dans le présent. Ce n’est qu’à partir de cinq ans qu’il devient capable d’imaginer dans le concret ses activité ultérieures et de ce fait, de les désirer ou de les craindre. Ce n’est qu’un peu plus tard que le « dimanche » ou les « grandes vacances » deviennent des réalités concrètes, bases de projets.

28En fait selon Fraisse, ces trois lois se recoupent forcément : c’est parce que l’activité présente est inintéressante qu’elle allonge la durée subjective de l’attente pour l’activité suivante, et parce que nous finissons par nous concentrer sur l’activité future que nous attendons, nous découpons plus qu’il ne le faut l’activité présente qui perd alors toute unité. « Le temps s’efface, se laisse oublier dès lors que nous sommes occupés à une tâche qui a une unité et qui mobilise toute notre énergie. Le temps n’apparaît comme une contrainte que lorsqu’il nous résiste parce que nous en avons trop ou pas assez ». (p. 70).

29Il apporte alors un regard tout à fait pertinent encore aujourd’hui par rapport aux débats qui nous intéressent, à savoir comment aménager les temps des enfants. « Une activité n’est intéressante que pour quelqu’un qui est fortement motivé, ce qui dépend du caractère de chacun mais aussi de sa culture. Je ne pense pas ici seulement à la culture intellectuelle, mais au champ d’expériences acquises dans la famille, dans les activités éducatives, scolaires et parascolaires. Activités d’éveil, dit-on dans le jargon pédagogique. Pour que ce capital soit utilisé, encore faut-il que l’environnement social offre des possibilités, voire même des sollicitations. Ces conditions s’imposent spontanément à tous ceux qui ont à s’occuper d’enfants. Le “je ne sais pas quoi faire” ou le “je m’ennuie” rappellent cette vérité à tout parent ou à tout éducateur. […] En résumé, nous jouissons de notre temps quand il y a harmonie entre ce que nous souhaitons faire et ce que nous devons faire, et le temps qui nous est accordé pour le faire. Cette harmonie dépend de notre personnalité telle qu’elle a été modelée par notre éducation, mais elle est surtout conditionnée par les conditions temporelles que nous propose la société, aussi bien pour nos activités économiques que pour nos activités ludiques » (p. 71). Nous devrons reprendre ces considérations dans les propositions à faire pour mieux aménager les temps de vie des enfants et des jeunes.

30En 1980, Fraisse publie un article qui va marquer un tournant dans les recherches sur ce qu’on appelle à tort « les rythmes scolaires ». Il y rappelle que toutes les formes de vie présentent des variations cycliques de leur activité et que l’étude scientifique de ces phénomènes a connu un développement considérable depuis 1950. Toutes ces études, dit-il, ont été regroupées sous le terme de chronobiologie. Mais il affirme aussi : « Certes, comme nous allons l’esquisser, les comportements humains sont très dépendants des rythmes biologiques (eux-mêmes dépendant des rythmes cosmiques), mais les rythmes du comportement ne peuvent pas être seulement expliqués par les rythmes biologiques. Il est nécessaire d’étudier les rythmes du comportement pour eux-mêmes. Pour caractériser ces études, je propose que l’on utilise le terme de chronopsychologie. […] Pour mieux situer les caractéristiques propres de la chronopsychologie, il faut rappeler d’abord que tous les indicateurs physiologiques mettent en évidence une variation circadienne de toutes les fonctions physiologiques appréhendées à partir de l’analyse du sang, des secrétions, des variations électriques de l’activité cérébrale, etc. […] De tous ces paramètres, celui qui à l’heure actuelle semble le plus intéressant pour le psychologue est la température du corps humain. […] Nous allons présenter successivement les faits où on trouve une corelation entre température et comportement, puis nous présenterons d’autres faits qui échappent à cette loi. Ces derniers justifient que l’on doive envisager à côté d’une chronobiologie une chronopsychologie ». Une littérature abondante est parue ensuite autour des travaux portant sur l’application de la chronopsychologie, les plus médiatisés étant ceux de Testu et Montagner. Nous montrerons que la surmédiatisation de certaines données obtenues dans ces travaux, sans véritable recul sur les outils utilisés pour obtenir ces données, ont quelque peu faussé les réflexions à avoir pour aménager au mieux les temps de vie et les temps d’apprentissage des enfants. On peut trouver une synthèse de la plupart de ces travaux dans deux ouvrages parus, Beugnet-Lambert et al. (1988) et Leconte-Lambert (1995). Il est important de reprendre cet article princeps car sa relecture permet de confirmer que beaucoup de données médiatisées doivent être prises avec circonspection ne serait-ce que parce que les auteurs ont oublié les recommandations faites par Fraisse lui-même. D’une part on ne peut que constater que la majeure partie des recherches ont été réalisées chez des adultes, avec des épreuves relativement brèves, principalement de type sensorimotrices. D’autre part, il relève le fait qu’il existe une grande disparité dans les résultats, expliquée par les différences de protocole et/ou d’outils d’évaluation utilisés, nous reviendrons sur ce problème dans nos critiques sur les rythmes scolaires. D’autre part enfin il rappelle que Blake (1971) a montré que dans des épreuves de barrage de lettres, le score des sujets évolue peu avec les heures de la journée quand ils ont connaissance de leurs résultats. Mais il ajoute rapidement que cette connaissance a surtout un effet chez les extravertis, dont les performances entre le matin et le soir diffèrent le plus fortement quand ils ignorent leurs résultats. « Ce résultat est capital. […] il montre qu’outre une régulation circadienne à base biologique, la motivation peut nous affranchir dans une certaine mesure de ce déterminisme. […] Un bonne motivation diminue l’amplitude des variations circadiennes de performances. Mais cette amplitude augmente à nouveau si la charge de travail est trop grande (faire deux choses à la fois par exemple). […] Cet effet de la motivation peut, dans certains cas, expliquer les résultats discordants d’un auteur à l’autre ». Ce constat est pour nous d’importance capitale, nous l’avons déjà écrit par ailleurs, car on ne dit jamais assez aux enseignants que motiver suffisamment leurs élèves permettrait d’éviter de trop fortes variations temporelles de l’attention. Dans une partie qu’il intitule « les recherches sur le terrain », il réaffirme que l’homme échappe difficilement aux rythmes circadiens de son activité, mais il peut en moduler les effets en fonction de ses motivations. (Ib. p. 367). De même, chaque fois que l’homme est plus impliqué dans son activité, soit par une motivation personnelle, soit par un rythme de production imposé, les variations de son efficience dépendent moins des paramètres biologiques. Il affirme encore que les rythmes de l’activité sont des synchroniseurs des manifes­tations biologiques, mais aussi qu’un rythme circadien demeure le fait dominant de toute la chronopsychologie comme de la chronobiologie. (p. 368). Nous reprendrons largement ces données car il nous est apparu, et ce depuis longtemps, que traiter de l’aménagement des temps de l’enfant à l’école nécessite aussi impérativement qu’outre la prise en considération de simples emplois du temps, on se préoccupe des pratiques pédagogiques avec le souci d’utiliser celles susceptibles d’entrainer le moins de coût cognitif chez les élèves. Les méthodes Montessori et Freinet sont de ce point de vue assez exemplaires.

31En 1984, (p. 27) il écrivait : « mesurer le temps implique de savoir rapporter une série de changements avec une autre, prise pour étalon. L’histoire de la mesure du temps est là pour nous montrer les difficultés théoriques et techniques rencontrées par les hommes pour choisir un étalon de durée (le jour, la lunaison, l’année) et pour arriver à une conception de l’heure indépendante de la durée du jour et de la nuit ». Nous allons voir que la relation de l’homme au temps et à ses rythmes est loin de se faire naturellement en toutes circonstances. De plus cette relation est source fréquente de dysfonctionnements.

32Dans un échange personnel avec Alain Reinberg, celui-ci me confia que Montaigne pouvait bien être un des premiers chronopsychologues : Dans les Essais II « Apologie de Raymond de Sebonde », il raconte que les rythmes de jeu de sa chatte et les siens ne coïncident pas nécessairement. Il écrit : « Quand je me joue à ma chatte, qui sait si elle passe son temps de moi plus que je ne fais d’elle. Nous nous entretenons de singeries réciproques. Si j’ai mon heure de commencer ou de refuser, aussi a-t-elle la sienne ». Ces phrases sont dans l’édition de 1595 mais ne figurent pas toujours dans les autres.

33Paul Fraisse et Alain Reinberg apparaissent bien comme des visionnaires en ce qui concerne les rythmes de vie, et il m’est apparu assez injuste qu’il ne leur soit pas rendu hommage aussi souvent qu’ils le méritent dans les travaux qui n’ont cessé d’essaimer autour de ce que d’aucun appelle aujourd’hui les « rythmes scolaires ». C’était important de le faire dans cet ouvrage qui n’en est pas moins pour autant d’actualités.

II.3. Les rythmes de travail et leurs effets sur la santé

34Comme le rappelle Reinberg, (2003, p. 189), l’existence d’une veille permanente et donc d’un travail de nuit est sans doute aussi vieille que le développement des sociétés humaines, ne serait-ce que pour des raisons de sécurité (gardiens du feu, guetteurs, chevaliers du guet, devenus services de police, de pompiers, d’hospitalisations d’urgence). S’y ajoutent les impératifs socioéconomiques de l’industrie dite « à feu continu » ainsi que des moyens de transport et de communication non-stop. Luc Gwiazdzinski (2002) écrit : « le temps en continu de l’économie et des réseaux s’oppose au rythme circadien de nos corps et de nos villes. Le temps mondial se heurte au temps local ». Il constate que la lumière a pris possession de l’espace urbain permettant la poursuite d’activités diurnes, que les radios et télévisions fonctionnent 24h sur 24, Internet permet d’échanger la nuit avec des régions où il fait jour, les entreprises industrielles fonctionnent en continu pour rentabiliser leurs équipements, le travail de nuit se banalise dans tous les secteurs y compris les sociétés de service qui se mettent à fonctionner 24h sur 24 et 7 jours sur 7, tout le monde peut aussi acheter un billet d’avion ou passer commande sur catalogue en pleine nuit. Ces changements ont des effets non négligeables sur nos rythmes biologiques mais génèrent aussi des conflits entre individus, groupes et quartiers car des tensions ne cessent de s’exacerber entre la ville qui dort, la ville qui travaille et la ville qui s’amuse. Mais on constate également que ces changements sont à l’origine de nombreux conflits sociaux : grèves de nuit des médecins pour préserver la plage horaire de majoration de nuit, grèves des urgences, manifestation des étudiants en médecine pour une meilleure rémunération des gardes de nuit, grèves dans les centres de tri postaux contre la réorganisation des horaires de nuit. L’auteur rappelle encore que pour des questions de sécurité, les convoyeurs de fonds ont réclamé la suppression du travail de nuit et la SNCF a décidé de limiter certains arrêts de nuit. On est en droit de se demander s’il est vraiment sain de laisser ainsi la société imposer à l’organisme de devoir sans cesse s’ajuster à un nouvel horaire, autrement dit de devoir se resynchroniser. Quels effets à terme cela peut-il avoir ? Depuis peu, des chercheurs ont montré l’existence d’un rythme circannuel de morbidité et de mortalité pour de très nombreuses maladies. Ils ont révélé des changements circannuels de la susceptibilité humaine vis-à-vis d’agents nocifs pour l’organisme, le taux de mortalité semble maximal en février et l’organisme diminue ses capacités de résistance en hiver. Or, les rythmes d’activité des hommes sont plus intenses en hiver car c’est une période où il y a très peu de congés alors que l’organisme en aurait davantage besoin. On constate cela très régulièrement chez les enfants et les adolescents. De plus en plus de recherches médicales ont encore montré les effets délétères des horaires atypiques de travail (travail posté, travail de nuit, travail émietté).

35Au début du 20e siècle, plusieurs médecins hygiénistes se sont préoccupés des symptômes constatés chez les travailleurs découvrant le travail posté, dont en particulier la fatigue au travail. Ainsi en 1931, Lahy et Pacaud ont commencé à développer des analyses du travail en entreprise, mais en fait davantage pour répondre aux besoins de sélection des personnels qu’en vue d’une amélioration des conditions de travail : ils analysent les activités de certaines employées à partir d’anomalies dans leurs résultats aux tests. « Le comportement de certains sujets dans chacun des tests est de nature à nous fournir des renseignements curieux et souvent intéressants pour le travail professionnel. C’est ainsi que H., très inférieure dans la régularité des temps de réactions, se signale dans son travail professionnel par un faible rendement (600 au lieu de 800) dû à des arrêts incessants causés par des erreurs remarquées par elle et des gommages fréquents. Son incoordination psychomotrice lui fait faire des fautes, mais sa supériorité en attention concentrée et une certaine aptitude au travail monotone, lui permettent de suivre son travail et de rectifier ses erreurs » (p. 148). Les auteurs n’ont alors nulle préoccupation des causes des erreurs commises. En 1955, Ombredane et Faverge publient un ouvrage qui va modifier les conceptions de l’époque sur l’analyse du travail. Ils affirment que l’observation montre que ce que fait réellement le sujet ne correspond jamais exactement à ce qu’il est censé faire. Et réciproquement selon eux, l’activité ne peut être définie par les caractéristiques du sujet parce que l’activité les transforme. C’est ce constat de transformation du travailleur par l’activité de travail qui va modifier fondamentalement les recherches qui vont suivre.

  • 3 À pour objet d’étude l’environnement et les processus physiques et mentaux du travail pour en améli (...)

36Historiquement parlant, l’un des premiers chercheurs à s’être intéressé aux effets du travail posté sur la santé de l’ouvrier est Alain Wisner, médecin ORL. Sa découverte des atteintes à la santé des jeunes ouvriers l’amène en 1952 à se former à l’ergonomie, alors naissante au niveau mondial. Appelé comme médecin sur les chaînes de production par le président de la Régie Renault, il y fonde en 1955 le premier service d’ergonomie3, puis devient en 1962 enseignant au Laboratoire de Physiologie du travail du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), d’orientation expérimentaliste. Les nombreuses expériences qu’il met en place vont ouvrir la voie à la méthodologie de l’analyse du travail. Se démarquant des courants anglo-saxons marqués par la psychologie expéri­mentale, il se refuse à adapter l’Homme au travail pour adapter le travail à l’Homme. Avec Antoine Laville, il affirme que le travail et la santé au travail ne peuvent pas s’étudier seulement en laboratoire, il transporte la recherche sur le terrain, dans les entreprises. Tous deux soutiennent la nécessité de considérer les travailleurs et leurs représentants comme des interlocuteurs légitimes des chercheurs, au même titre que les responsables d’entreprises. Leurs travaux sur l’activité mentale des ouvriers à la chaîne, menés à la fin des années 1960, bouleversent le regard sur le « travail manuel ». Antoine Laville quant à lui, constate – et déplore – alors qu’il est jeune médecin, un cloisonnement existant entre les problèmes de santé observés chez ses patients et les conditions de travail auxquelles ils sont soumis. Il initiera des enquêtes de terrain en réponse à des demandes syndicales. Ses recherches sur les problèmes de santé en lien avec les conditions de travail se développent sur plusieurs axes dont : travail répétitif sous contraintes de temps et santé, horaires postés, horaires de nuit, sommeil et santé. En 1989 il prendra la direction d’un laboratoire principalement composé de psychologues qui partagent ses objectifs. À la même époque, à Toulouse, Yvon Queinnec, biologiste spécialisé en physiologie, soutient une thèse en 1963 sur le fonctionnement d’insectes, mais avec un objectif particulier qui est d’étudier des insectes qui causent des dégâts aux cultures afin de mener une recherche « qui pouvait éventuellement servir à quelque chose ». En 1973 il soutient sa thèse d’état toujours avec le même objectif, sur la physiologie du fonctionnement cardiaque de la mouche et du fonctionnement de l’œil chez le criquet migrateur, dans laquelle il étudie l’influence de l’état interne sur le fonctionnement des systèmes sensoriels, ce qui deviendra son thème de recherche majeur : il ne cessera ensuite d’étudier en quoi les transformations internes du sujet (liées aux variations circadiennes) modifient certains aspects du fonctionnement perceptif, ou plus généralement le comportement. Dans le même temps il enseigne les bases biologiques aux psychologues et se rend compte qu’il enseigne une biologie de biologiste à des étudiants ne pouvant voir le lien avec leur discipline. On est post-68, enseignant en psychophysiologie animale, il participe à des réunions de réflexion pédagogique avec des tenants de la pédagogie Freinet, entre autres. Il décide avec un collègue de réorganiser son enseignement pour qu’il réponde davantage aux attentes des étudiants, ceci en reprenant divers aspects de la psycho­physiologie possibles à appliquer aux sous-domaines de la psychologie d’alors, soit la psychologie de l’enfant, la psychologie pathologique, la psychologie sociale et la psychologie du travail. Queinnec, qui oriente dès lors peu à peu ses recherches vers l’étude des comportements humains, développe un enseignement de psychophysiologie du travail pour lequel son directeur de laboratoire l’encourage à rencontrer un chercheur ayant les mêmes préoccupations que lui : Alain Wisner. Ce qu’il fit au CNAM. Celui-ci l’encouragera à poursuivre dans son projet et le fera rencontrer Antoine Laville et Catherine Teiger. C’est ainsi qu’est né un axe Toulouse-Paris en ergonomie, il créera son nouvel ensei­gnement en innovant également sur le plan des relations enseignants-enseignés à partir des fondements de l’ergonomie et de ses définitions des rapports sociaux. Ces relations fondées sur l’ergonomie ne sont pas le seul fait des universitaires, elles concernent aussi les écoliers, les collégiens et les lycéens, ce qui donne un autre éclairage aux propositions d’aménagement des temps scolaires. (Leconte-Lambert, 1999).

37Nous sommes en 1974, Queinnec rappelle que l’idée que le scientifique puisse s’intéresser aux « conditions de travail » apparaît pour la première fois sur la scène publique : Giscard d’Estaing, dans sa campagne politique pour les présidentielles, utilise pour la première fois en France, le terme « mauvaises conditions de travail » et s’engage à les améliorer au cours du prochain septennat. Les conditions de travail deviennent ainsi un enjeu de société récupéré du mouvement de la rue, ce qui permet au moins qu’un intérêt grandissant soit porté à l’ergonomie permettant que le ministère de la Recherche soutienne de plus en plus de projets consacrés à l’étude des conditions de travail. Divers psychologues s’intéresseront alors à ces problématiques et répondront à ces appels à projets. Parmi ceux-ci il en est un qui intéresse tout spécialement Queinnec, c’est « travail de nuit et rythmes biologiques ». Des rapports avaient déjà été remis au ministère du travail qui montraient bien qu’il n’est pas normal de travailler la nuit, mais on en savait beaucoup moins alors, tant sur le fonctionnement du travailleur de nuit que sur les rythmes biologiques. Il fallait, comme le faisaient déjà Laville et Wisner, aller sur les milieux de travail et y obtenir des terrains d’analyse.

38On sait que le travail de nuit provoque divers problèmes de santé comme des troubles du sommeil, des troubles digestifs, mais comment passe-t-on du travail de nuit à l’ulcère ou l’insomnie ? Les recherches qui s’ensuivirent furent très importantes car elles permirent de montrer qu’il n’y a pas de causalité directe entre le travail de nuit et un effet santé, cette relation est médiée par l’activité, elle dépend du type de travail qu’on fait. C’est tout à fait essentiel, car à une autre échelle nous montrerons que le problème est exactement le même dès lors qu’on s’intéresse aux rythmes de vie des enfants et à la charge de travail que l’école – ou autres – leur impose.

39Toujours à la même époque, dans le champ de la psychologie, Charles Gadbois, devenu chercheur CNRS, développe ces recherches en psychologie du travail.

40Ainsi à partir des années 1980, en même temps que naît la chronopsychologie et que se développe largement la chrono­biologie, les préoccupations concernant les rythmes de vie des travailleurs prennent un véritable essor.

II.3.a. Les effets sur la santé

  • 4 Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail.

41Le bimestriel de l’ANACT4 de Janvier-février 2011 livre un dossier intitulé : « Nouvelles organisations : les temps changent ». En introduction, il est constaté que depuis plus de vingt ans, les formes des organisations du travail ont considérablement évolué au point de réinterroger le rapport au temps des salariés et des entreprises. En particulier la montée en puissance des nouvelles technologies a déporté le travail hors de l’entreprise ce qui rend plus floue la frontière entre vie privée et vie professionnelle. Alain Lancry, professeur de psychologie du travail, (co-rédacteur de notre ouvrage de 1988) défend dans ce dossier une approche chronoergonomique du temps de travail qui englobe la durée du travail, la fragmentation des temps, les horaires atypiques. Il dit : « elle intègre le temps linéaire, qui définit des durées et des périodes, le temps cyclique de travail, qui renvoie aux aspects répétitifs, mais aussi les conflits et interactions entre temps de travail et temps hors travail. La chronoergonomie pose le temps à la fois comme une condition de travail et comme un facteur de charge de travail. Ce n’est pas une approche nouvelle, […] mais il est certain que la fragmentation du temps de travail, l’émergence du phénomène d’urgence, la porosité entre vie personnelle et vie professionnelle sont de nouvelles données qui l’ont enrichie et ont élargi le périmètre » (p. 7). Ce sont donc de nouvelles problématiques liées à l’organisation du temps de travail qui vont devoir être étudiées, mais les effets sur la santé sont toujours identiques, ce d’autant plus que le travail posté n’a pas pour autant disparu. De plus, une étude européenne de 2005 a montré que depuis 10 ans, le travail de nuit comme le travail de soir (de 20h à minuit) augmentent davantage pour les femmes et ce dans toutes les catégories socioprofessionnelles.

42Dans un entretien du 17 mars 2011 : « il faut sensibiliser les salariés sur la façon de gérer le sommeil » pour l’Institut de Santé au Travail du Nord de la France, (plateforme santé travail), Jean-Loup Godron, médecin d’Arcelor Mittal, revient sur l’étude « Travail, sommeil et vigilance » menée en France et en Belgique, à partir de 22 sites sidérurgiques. « Un certain nombre de corrélations ont été réalisées pour tenter de mesurer l’impact du travail posté sur la vie sociale, familiale, conjugale et sexuelle des salariés : un impact négatif du travail posté sur ces 4 aspects de la vie a été mis en évidence pour les salariés travaillant en sens antihoraire. […] Les troubles digestifs, les pathologies douloureuses et les troubles du sommeil sont plus importants chez les travailleurs postés et les travailleurs de jour expostés, ce qui laisse penser que ces pathologies sont inhérentes au travail posté. Des corrélations positives et indépendantes ont été mises en évidence, chez les travailleurs postés, entre hypertension artérielle, insuffisance coronarienne, diabète et le travail en postes longs de plus de quatre jours. Il existe une corrélation positive entre la prise de poids et l’ancienneté dans le travail, ainsi qu’entre la présence de troubles digestifs et les postes longs de plus de 5 jours. Une corrélation significative est mise en évidence entre la prise de poids et plusieurs troubles du sommeil. […] Clairement le fait de travailler en postes longs et en sens antihoraire a un impact négatif, notamment sur l’IMC et sur certaines pathologies, ainsi que sur différents aspects de la vie du salarié. Nous avons vu l’importance de la dette de sommeil qui était contractée, notamment sur les postes du matin et de nuit. Le poste du matin est manifestement le poste le plus pénible. La consommation de tabac est plus importante chez les travailleurs postés, nous avons vu également l’importance de la prise de poids chez les travailleurs postés, et le lien qui existait entre Indice de Masse Corporelle et les troubles de sommeil ».

43Gadbois (1998) avait déjà démontré que ces altérations de la santé résultent avant tout des perturbations de la rythmicité circadienne, mais aussi en partie des discordances des horaires de travail avec les rythmes de la vie sociofamiliale. Les troubles les plus souvent allégués sont des difficultés d’endormissement et des réveils précoces. La prise d’hypnotiques est un signe précoce de désadaptation ainsi que la survenue de rêves à prédominance professionnelle. Lors du travail de nuit, il existe une baisse de vigilance entre 2 et 4 heures du matin, heures les plus propices à l’accident, ce qui met en cause la sécurité du travailleur et des installations de travail. L’impact de ces situations de désynchronisation se conjugue en outre avec les effets pathogènes propres à la nature du travail accompli. Le délai d’apparition et l’ampleur des altérations de la santé subies par les travailleurs postés sont fonction des caractéristiques du système pratiqué : les données acquises à ce sujet fournissent une série de repères aidant à concevoir un système d’horaires aussi approprié que possible au contexte professionnel, socioéconomique et aux caractéristiques des salariés concernés (âge, sexe).

44L’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS, 2004), publie un document concernant les horaires atypiques au travail. Après un repérage des différents aménagements du temps de travail, le document aborde les risques pour l’homme de tels horaires. L’analyse de la littérature que fait ce document montre que la tolérance au travail posté varie considérablement d’un individu à l’autre. Un « effet travailleur sain » a été mis en évidence dans les études épidémiologiques correspondant au fait qu’une autosélection des salariés participant aux enquêtes se ferait en fonction de leur capacité à supporter les effets des rythmes atypiques du travail. Un paradoxe apparaît donc à savoir que les salariés les plus affectés par ces rythmes les auraient en fait quittés et seraient les moins représentés dans les enquêtes. Sur la question du sommeil et/ou de la vigilance, le travail de nuit, à l’origine d’une surfatigue, provoque à long terme une usure prématurée de l’organisme, une dégradation accusée de l’état de santé. La recherche d’effets différentiels selon l’âge, centrée sur les périodes voisines du milieu de vie active, montre que, quelle que soit la population concernée, le pourcentage de salariés présentant une perturbation du sommeil croît avec l’âge. Cependant, les salariés actuellement en horaires décalés sont ceux qui ont le plus fréquemment des troubles du sommeil. Chez les femmes, la différence est marquée dès 42 ans. Du point de vue psychologique, une enquête réalisée en 2000 sur « pour ou contre le travail effectué le week-end » met en évidence une divergence des avis. Une grande disponibilité en semaine sera vécue par les uns comme positive « pour s’occuper des enfants et de la maison, les économies de frais de garderie pour les enfants en bas âge », par les autres de façon négative car se « trouvant en déphasage avec les autres membres de la famille, avec les relations amicales ». Cette enquête permet de constater que la tolérance à cette forme d’aménagement temporel ne dépend pas simplement de la physiologie, de la fatigue, des rythmes biologiques, mais essentiellement de la vie sociale de chacun. En ce qui concerne la question de l’articulation entre la vie professionnelle et la vie privée, il est nécessaire de porter une attention particulière à la dimension individuelle dans son rapport au temps de travail. « La durée peut parfois s’effacer derrière les formes de l’aménagement du temps de travail : travailler à telle période de la journée ou de la semaine a parfois plus d’importance que le nombre d’heures travaillées » (Grossin, 2000). Les auteurs du document concluent que de l’acceptabilité ou du refus, par les salariés, de ces rythmes hors normes dépendra, pour une large part, leur santé psycho­logique. Au final la bonne tolérance au travail de nuit ou aux décalages horaires est tributaire de paramètres génétiques et comportementaux.

  • 5 Stratégies pour travailleurs de nuit - La société canadienne du sommeil - 2003 - Marie Dumont.

45Une étude canadienne de 20035 signale que quand les heures de repas sont modifiées pour répondre aux exigences d’un quart de travail de nuit, il est fréquent que des problèmes digestifs se produisent et que le cholestérol sanguin augmente. À long terme, les travailleurs de nuit pourraient aussi être plus à risque de souffrir de troubles cardiovasculaires. Un déséquilibre de la régulation hormonale est une autre conséquence de l’horaire éveil-sommeil inversé et a été associé avec des difficultés métaboliques et reproductives ainsi qu’à des troubles de l’humeur. Le décalage horaire avec la vie familiale et amicale augmente davantage les sentiments d’irritabilité et de dépression.

  • 6 Le travail de nuit posté, cancérogène probable.

46La dérégulation de l’horloge veille-sommeil liée au travail de nuit fait qu’à long terme, l’exposition nocturne à la lumière bloque la synthèse de la mélatonine, ce qui induit une baisse des défenses immunitaires. Elle est également responsable de la dérégulation de certains gènes pouvant aboutir à la formation de cellules cancéreuses. L’INRS (07/01/2008)6 signale que le Centre international de recherche sur le cancer vient d’ajouter le travail de nuit à la liste des agents « probablement cancé­rogènes » (groupe 2A). Selon l’agence, le travail de nuit augmenterait le risque de cancer dans des proportions modestes mais néanmoins réelles. L’avis rendu par les experts du CIRC s’appuie sur une séries d’études épidémiologiques réalisées auprès d’infirmières travaillant de nuit et d’hôtesses de l’air soumises à de fréquents décalages horaires. Bien que limitées, ces études mettent en évidence un risque de cancer du sein plus élevé parmi ces salariées que chez celles travaillant de jour. Les résultats des expérimentations réalisées chez l’animal sont encore plus parlants. Ils montrent un lien clair et direct entre l’exposition nocturne à la lumière ou le décalage horaire chronique et la survenue de cancer.

47Marie Dumont démontre aussi que certaines personnes n’éprouvent pas de difficultés à travailler de nuit, mais ces personnes ne représentent que 10 % des travailleurs exposés à ce rythme. Ce sont principalement des petits dormeurs vespéraux (cf. chapitre I). À l’autre extrême, environ 20 % des travailleurs qui essaient le travail de nuit ne peuvent absolument pas le tolérer. Ce sont le plus souvent des gros dormeurs, matinaux, incapables de dormir dans la journée. Ils accumulent très rapidement des privations sévères de sommeil qui les obligent à se trouver un travail différent s’ils ne peuvent changer leur horaire.

48À la question posée à Gadbois (1998) : « comment peut-on faire des horaires de travail plus soutenables ? », celui-ci répond que c’est en premier lieu en les rendant biologiquement compatibles, ensuite « socio-compatibles » et enfin ergonomiquement compatibles, c’est-à-dire en s’interrogeant sur un contenu du travail en phase avec la rythmicité chronobiologique et le niveau d’activation (pour une revue détaillée des problèmes d’incompatibilité entre le rythme biologique et les performances attentionnelles, mnésiques et motrices chez le travailleur posté, voir Lancry In Beugnet-Lambert et al., 1988). « Dans le milieu hospitalier par exemple, faire débuter le traitement d’un patient, exigeant l’intervention d’infirmières toutes les 4 heures, à 20 heures ou à 22 heures, n’implique pas les mêmes périodes d’activité pour les infirmières au cours de la nuit, et ce sera plus ou moins compatible avec les rythmes circadiens. […] De même on a pu montrer qu’achever sa nuit de travail pour les infirmières à 6 heures ou bien à 7 heures du matin n’avait pas les mêmes conséquences sur leur sommeil. À 6 heures du matin, elles peuvent rentrer suffisamment tôt pour se coucher avant que toute la famille ne se réveille, laissant le soin à leur compagnon de s’occuper du lever du matin. En revanche, arriver une heure plus tard ne laisse plus cette opportunité ; ce sont elles qui se chargent des contingences familiales ». (p. 74-75).

49Queinnec (2008), qui parle de « syndrome du travailleur posté », affirme qu’on ne doit pas oublier qu’il n’y a pas d’accoutumance au travail de nuit, mais une intolérance progressivement croissante. Pour lui de nombreux paramètres (conditions de travail, tâche effectuée, mode de vie, âge, ancienneté) vont aggraver ou restreindre les conséquences de l’exposition aux horaires sociaux. Mais, dit-il, ils ne masquent pas totalement les effets négatifs concernant le vieillissement prématuré, la détérioration chronique de la santé et la réduction probable de l’espérance de vie.

50Des perturbations psychoaffectives sont obligatoirement associées aux modifications des rythmes biologiques. De manière générale, le sentiment d’exclusion de la communauté, la non-participation à la vie sociale, aux responsabilités collectives sont mis en relief. Les changements d’horaires compromettent souvent la vie conjugale et l’éducation des enfants, ceci d’autant plus que la femme travaille aussi en équipe. Pour Prunier et Gadbois (2004, p. 193) ce sont les restrictions quotidiennes, cumulées au fil des ans, des temps de rencontre avec le conjoint, les enfants et le cercle des relations amicales qui aboutissent à des modifications qualitatives des relations familiales et sociales. Ce d’autant plus que selon Volkoff (2008) l’évolution au long terme de l’organisation du travail, sous l’effet de logiques techniques et surtout commerciales, a amplifié deux contraintes difficiles à gérer pour les salariés : une part croissante d’entre eux doit s’accommoder de périodes de travail qui se scindent (un peu de travail le matin, un peu le soir), tandis que la programmation des horaires est, pour certains, peu prévisible, à l’échelle d’une semaine par exemple. Ce morcellement et cette incertitude compliquent beaucoup l’organisation de la vie quotidienne, ils sont source de fatigue et de préoccupations multiples. Rappelons nous ce que disait Fraisse sur les effets négatifs du morcellement de l’activité sur la perception du temps. De plus Prunier et Gadbois (2004) signalent que l’impact sur les enfants de la pratique d’horaires postés apparaît sans doute plus important que l’attention qui lui a été accordée jusqu’ici. Ce constat appellerait, selon eux, le développement de recherches qui permettrait d’en approfondir l’analyse et d’en prendre la juste mesure. Nous nous demandons si les modalités actuelles d’évaluation des chercheurs dans les universités permettront que de telles recherches voient le jour… Volkoff (2008) enfin écrit qu’une préoccupation abondamment analysée par les travaux des ergonomes, découle du fait qu’une même activité ne s’effectue pas de la même façon, ni avec les mêmes résultats et les mêmes « coûts » pour celui qui la réalise, selon l’heure à laquelle elle se déroule. On le sait, la plupart des fonctions biologiques ou psychophysiologiques présentent une rythmicité circadienne. Ces rythmes ne sont pas tous en phase : pour la mémoire le maximum est atteint vers la fin de matinée, pour les gestes rapides, au milieu de l’après-midi, pour la force motrice, en début de soirée. Si le travail oblige à mémoriser des informations, exercer de la force ou rester vigilant à des heures anormales, ces actes ne s’effectueront pas de façon aussi aisée, performante et protectrice pour la santé. « Le bilan, impressionnant, des accidents industriels graves survenus en pleine nuit constitue en ce domaine une information précieuse à rappeler ». Ce problème des effets du déphasage des rythmes sur les activités psychologiques et d’apprentissage sera repris pour les élèves.

II.3.b. Comment protéger les hommes ?

51Diverses stratégies d’adaptation au travail de nuit peuvent être proposées. Nous ne les développerons pas ici car elles seront reprises dans une partie consacrée aux conseils à donner à toutes les catégories de personnes concernées par des déphasages de rythmes. L’INRS conseille de prendre en compte le contenu des activité de travail (exigences physiques et psychologiques), de prendre connaissance de l’évaluation des risques professionnels réalisés sur les postes concernés et vérifier que les mesures de prévention nécessaires ont été prises et restent adaptées pendant les horaires atypiques, associer les salariés de l’entreprise aux discussions sur les modalités des horaires : notamment les heures de prise de poste, les rythmes et les sens de rotation, l’amplitude des journées de travail et le temps de récupération, enfin s’assurer de l’acceptation des horaires par le salarié et avoir le souci de considérer la tolérance de ces rythmes par l’entourage familial. Toutes ces mesures de prévention sont-elles toujours efficacement mises en œuvre ? L’INRS suggère encore de sensibiliser les salariés par des campagnes d’information sur la nécessité de conserver une hygiène de vie tant sur le plan du sommeil que sur le plan de l’alimentation, d’évaluer régulièrement la santé perçue tant au niveau physique que psychologique (le taux d’absentéisme est un indicateur à consulter), dans les entreprises où coexistent des horaires atypiques et des horaires classiques, faciliter la mobilité d’un type d’horaire à l’autre en prenant en compte l’évolution de l’âge, la situation familiale, les contraintes financières, la santé des salariés. Là encore, ces efforts de suivis sont-ils toujours respectés ?

52Si le potentiel temporel de l’homme était pris en compte (comme d’autres potentiels tels que les capacités physiques ou mentales), si l’horloge interne de l’être humain était prise en considération au quotidien, cette démarche n’amènerait-elle pas l’homme à un mieux-être par une meilleure connaissance et utilisation consciente de ses capacités individuelles ? Nous verrons que nous militons aussi pour que l’enfant apprenne à mieux connaître ses propres capacités temporelles pour respecter ses rythmes. Entendons de plus qu’outre les effets délétères sur la santé des travailleurs postés aujourd’hui reconnus, le stress que celui-ci provoque et le morcellement de plus en plus présent dans les temps de travail ont une répercussion directe sur les relations à la famille, psychologique dans le rapport aux enfants mais aussi matérielle, dans les horaires de vie – tôt le matin ou tard le soir – imposés aux enfants et dont il faut malheureusement tenir compte dès lors qu’on travaille sur une autre organisation des temps de vie des enfants, y compris scolaires.

II.4. Les rythmes en psychopathologie - accidentologie - thérapeutiques

53En analysant les connaissances de son temps (1949-1960) Kleitman envisageait deux formes de rythmes biologiques, ceux qui seraient d’origine exogène, acquis par chaque individu de chaque génération (ce qu’il appelait les cycles) et ceux qui seraient d’origine endogène, soit innés ou héréditaires (auxquels il donnait le nom de rythme). Vers 1950, il imagina plusieurs expériences prolongées au cours desquelles les sujets (dont lui-même) vivaient dans un environnement naturellement constant du point de vue de la température, la lumière et le bruit. Au cours d’un séjour prolongé dans une grotte du Kentucky (Mammouth Cave) il observa la persistance des rythmes veille-sommeil, température corporelle et fréquence cardiaque avec changements de périodes pour ces deux derniers. En outre, la « manipulation » du rythme veillesommeil (période imposée de respectivement 21h ou 28h) entraînait les rythmes thermique et cardiaque sur ces périodes. Aschoff et Wever ont réitéré ces expériences dans des bunkers où toutes les conditions environnementales étaient contrôlées et ont confirmé les résultats du pionnier Kleitman. De fait la synchronisation des rythmes humains par les variations circadiennes des facteurs sociaux et écologiques de l’environnement fut mise en évidence par des expériences d’isolement en groupe. Les signaux prépondérants chez les végétaux et les animaux sont l’aube et le crépuscule qui indiquent l’alternance nycthémérale jour-nuit. Chez l’humain ce n’est plus le début et la fin du jour mais les impératifs de la vie sociale qui servent aujourd’hui de signal. Pendant des siècles ce fut le coq, le « gallicinum » des Romains qui, par son chant, donnait l’heure de la reprise du travail. Il fut remplacé par la cloche de l’église mais resta symboliquement sur le clocher.

54Fin 1999, Michel Siffre, spéléologue et chercheur, décide de reproduire l’expérience « hors du temps » qui lui avait permis en 1962 de découvrir qu’une pendule interne très précise régule la durée du cycle veille-sommeil à 24h30 en ce qui le concernait. Lorsqu’il réalisa son premier séjour « hors du temps », son but était de battre le record de survie dans ces conditions (57 jours). Lorsqu’ils eurent connaissance de cela, Franz Halberg et Alain Reinberg proposèrent au spéléologue d’analyser les données qu’il avait recueillies. Les séries temporelles comportaient des manques et des trous (absence d’enregistrement pendant le sommeil, oublis, données incomplètes). Il fallait des techniques spéciales pour l’analyse statistique de ces séries temporelles non linéaires, aux données irrégulièrement espacées. Siffre qui, à l’époque (1963) n’avait aucune connaissance de chronobiologie, accepta la proposition. Les résultats obtenus pour les périodes des rythmes étudiés furent les suivants : veille-sommeil, τ = 24,57 h, fréquence cardiaque, τ = 24,62h, estimation d’un intervalle court (compter de 1 à 120 en battant la seconde, i.e. le tempo de Fraisse), τ = 24,58h. Ainsi la persistance des rythmes avec une désynchronisation (τ différant de 24h de façon statistiquement significative) en isolement prolongé dans un environnement constant se trouvait confirmé une fois encore. Ce qui était totalement nouveau concernait le tempo. Pour la première fois la désynchronisation d’une variable de nature psychologique était observée, apportant ainsi la démonstration expérimentale du caractère endogène de ce rythme. Au cours de son expérience, Siffre semble flotter dans un espace inconnu entre temps subjectif et temps physiologique. Quand de l’extérieur on lui annonça, le 14 septembre 1962, la fin de l’expérience, il pense qu’on veut le faire sortir plus tôt car il se croit le 20 août. Il comprend alors à travers l’échange qu’il aura avec l’équipe, que ses « journées » étaient beaucoup plus longues que ce qu’il évaluait, il pensait s’être ennuyé quelques heures alors qu’il avait en fait veillé jusqu’à 14 ou 18 heures sans pause, il déjeunait en fait en fin de matinée. Le temps qu’il percevait s’écoulait presque deux fois moins vite que le temps réel : au bout de deux mois, il avait vingt-cinq jours de retard sur l’horloge ! En fait cette expérience de Michel Siffre reste la seule expérience « pure » d’isolation temporelle, la seule où le sujet, ignorant l’existence de son horloge interne, ne pouvait pas être influencé par elle. Après sa récidive en 1999, il dira aux journalistes qui l’interrogeaient qu’il fut étonné par la découverte de la traduction d’un ouvrage soviétique décryptant ses expériences dans lequel il lut cette citation de Gagarine : « Je lis Siffre très attentivement. Ce qu’il dit sur la perte de mémoire, je l’ai ressenti exactement ». En 1962, au fond de son gouffre, il se demandait : « est-ce la durée perçue qui conditionne le vieillissement ? ». Reinberg regrette encore que cette expérience, comme les suivantes menées par Siffre, ne comportât pas de contrôle : étude des mêmes rythmes chez les mêmes sujets en présence des synchroniseurs naturels de l’humain.

  • 7 Désolidarisation entre les horloges circadiennes : les principaux paramètres dotés de fluctuations (...)

55Par souci d’objectivité scientifique, il faut ici constater que Siffre a fait preuve pour le moins d’inconscience quand il a dirigé une nouvelle expérience impliquant une des ses élèves, Véronique Le Guen. Celle-ci est descendue le 18 août 1988 dans une grotte près de Millau, seule, désireuse d’aller toujours plus loin dans l’isolement temporel. Elle y passera 111 jours en isolement complet, mais malheureusement succombera à une overdose de barbituriques le 18 janvier 1990, 14 mois après sa sortie du gouffre. Dans son journal de bord elle fait état de ses journées rythmées par le rituel des prises de température, mesures de l’activité cardiaque et cérébrale, tests de vigilance, etc, et si ses cycles menstruels semblent conservés et lui permettent de conserver une notion assez correcte de la durée totale écoulée, il fut relevé que dès le début de son expérimentation, son rythme veille-sommeil est passé à 58 heures régulièrement au lieu de 24, ses « petites siestes » dues à une sensation de fatigue duraient 18 heures, elle écrit régulièrement dans son journal qu’elle a l’impression de devenir folle. De façon évidente, pour Reinberg, Véronique Le Guen a développé une dépression liée à la désynchronisation interne7 très rapidement installée et jamais récupérée. De plus plusieurs médecins ont reproché qu’aucune attention n’ait été portée sur la nécessité d’un accompagnement psychologique ou psychothérapique à la suite d’une telle épreuve, un suivi psychologique à long terme aurait dû être assuré après l’expérience. Dans son ouvrage publié aux éditions Arthaud en 1989, Seule au fond du gouffre, Véronique Le Guen écrivait : « … mais je dois avouer qu’il m’arrive de vivre des périodes en “complet déphasage psychologique” où je ne sais plus quelles sont mes valeurs, le but de ma vie, etc. Des moments de “creux” (après 4 mois de trou c’est un peu normal !) qui ne durent guère longtemps, et que l’action efface très vite. Toutefois, je ne peux moi-même rien écrire de définitif sur les suites de l’Expérience car je sais que je vais encore la vivre, sous diverses formes, dans les années à venir. Mais ceci est une autre histoire ». Rappelons tout de même que ces expériences de désynchronisation sont vécues régulièrement par de nombreux travailleurs mais aussi, dans une moindre mesure, par nos enfants lors des déstructurations de rythmes provoquées par les ruptures permanentes au cours d’une semaine de classe particulièrement mal structurée.

56Pendant 15 jours, 7 jeunes femmes volontaires ont séjourné dans les grottes de Lacave dans un environnement constant. Elles communiquaient aux chercheurs, par téléphone, leurs heures respectives d’éveil et de coucher. L’analyse spectrale du rythme veille-sommeil de chacune d’elles révéla un τ de 24,7h : elles s’étaient désynchronisées du rythme de 24h de leur environnement habituel pour toutes se resynchroniser socialement entre elles, par l’audition des paroles, la vue des gestes (allumage des lampes frontales pendant la veille), alors que des différences interindividuelles de la période circadienne se manifestent lors d’un isolement solitaire. Les auteurs (Apfelbaum et al., 1969) constatent qu’on sous-estime trop l’importance synchronisatrice (et désynchronisatrice) de signaux périodiques sociaux de notre niche écologique.

57Durand et Barlow publient en 2000 un ouvrage permettant une perspective multidimensionnelle de la psychopathologie, dans lequel ils évoquent les troubles du sommeil. Les perturbations du sommeil constituent un repère des troubles de l’humeur. Les personnes dépressives ont des périodes de sommeil significativement plus courtes après leur endormissement et avant le début de la phase de sommeil paradoxal. Les dépressifs entament leur phase de SP non seulement beaucoup plus rapidement mais aussi beaucoup plus intensément. De même, les étapes du sommeil lent profond (le plus reposant), ne se manifestent que beaucoup plus tard et parfois pas du tout (ibid., p. 337 Kupfer, 1995). Il semble que ces perturbations du sommeil ne surviennent que lorsque la personne est dépressive et pas à d’autres moments (ibid. Rush et al., 1986), bien que des données plus récentes suggèrent que les troubles de la continuité du sommeil ainsi que la réduction du sommeil profond seraient une caractéristique individuelle en ce qu’ils sont aussi présents chez les non déprimés (ibid., Kupfer, 1995). Il n’est toujours pas clairement établi que ces perturbations du sommeil caractérisent les patients bipolaires (ibid., Goodwin & Jamison, 1990), bien que les observations préliminaires indiquent chez ces derniers un excès plutôt qu’un manque de sommeil (ibid., Kupfer, 1995). Une autre observation intéressante est que lorsqu’on prive les patients dépressifs de sommeil, particulièrement pendant la seconde moitié de la nuit, on améliore temporairement leur état dépressif (Wehr et Syack, 1988). Cependant la dépression se manifeste à nouveau aussitôt que le patient s’est remis à dormir normalement. Pour les auteurs, dans tous les cas, puisque les schémas du sommeil reprennent nos rythmes biologiques, il est possible qu’il y ait une relation entre les troubles affectifs saisonniers, les perturbations du sommeil chez les dépressifs et une perturbation plus globale des rythmes biologiques.

58D’important travaux s’interrogent sur les interactions entre les facteurs psychosociaux et certains marqueurs biologiques, potentiellement importants comme les marqueurs du sommeil. Monroe, Thase et Simons (1992) ont signalé que les personnes souffrant d’un trouble dépressif majeur précédé d’un grand stress n’exprimaient pas de réduction de leur SP. Par contre ce dernier est réduit chez ceux qui ont vécu un événement personnel précipitant leur crise. Thase, Simons et Reynolds (1996) signalent que des profils anormaux du sommeil prédisent une moins bonne réaction au traitement psychosocial.

59Pour Reinberg, (2003, p. 186), « il ne fait plus de doute aujourd’hui que des relations étroites existent entre les états dépressifs et la perturbation de l’organisation temporelle de l’humain. […] Il est possible que la propension à la désynchronisation ait une origine génétique et qu’elle se manifeste avec d’importantes différences interindividuelles. […] Cela a pour conséquence une attitude clinique et thérapeutique qui consiste à rechercher systématiquement une désynchro­nisation chez les malades souffrant d’une dépression et à utiliser les moyens thérapeutiques susceptibles de la réduire ou de la supprimer ».

60Le surpoids et l’obésité continuent d’être des problèmes de société majeurs. De nombreuses études (Bellisle, 1995) réalisées aussi bien chez l’animal que chez l’homme, ont montré que le fractionnement de la ration alimentaire dans la journée en petits repas multiples a plusieurs avantages biologiques comme l’amélioration du métabolisme des lipides et des glucides, une diminution de l’hyperglycémie postprandiale et une diminution de secrétion des hormones de régulation et de contre-régulation (leptine et ghreline). Alors que la disponibilité des aliments dans les pays industrialisés permettrait de fractionner le repas en de petits repas multiples avec les avantages qui ont été démontrés, en étant à l’écoute de ses sensations de faim et de satiété et en respectant son propre rythme alimentaire, elle mène au contraire à des attitudes inverses : perte de reconnaissance de ses sensations de faim, de satiété, prise de poids qui peut amener à l’obésité ayant des conséquences néfastes pour la santé. De fait le grignotage n’est pas un fractionnement correct en petits repas multiples car il n’y a pas de contrôle des quantités, l’apport de glucides et de lipides est trop important d’autant plus si le grignotage se déroule en milieu d’après midi (le niveau d’insuline favorise alors la déposition des graisses). Lestradet et Dantois (1992) ont montré que la plupart des enfants ont une bonne capacité à ajuster leur consommation en fonction de leurs besoins énergétiques et sont même plus sensibles que les adultes à leurs signaux internes de faim et de satiété. L’enfant pourrait perdre cette capacité à répondre aux signaux physiologiques et apprendre à manger sans faim en réponse à des stimuli de l’environnement comme l’heure sociale du repas, la vue et la possibilité d’avoir accès aux aliments, les proportions trop importantes cuisinées, le fait de s’entendre répéter qu’il doit finir son assiette. Aux adultes ayant en charge la première éducation de l’enfant de veiller à être à l’écoute du besoin réel de l’enfant (comme pour son sommeil), et aux collectivités de restauration d’adapter les menus et les quantités à ces mêmes besoins. Prévention et rééducation doivent accompagner les enfants à risque.

61La chronobiologie apporte encore un autre éclairage à la dépendance à l’alcool. Si la consommation d’alcool est d’abord induite par des facteurs sociaux et conviviaux, la dépendance semblerait échapper au contrôle des synchroniseurs et s’imposerait au sujet comme un phénomène périodique et prévisible. Il semble que le craving ne survient pas de manière aléatoire au cours de la journée, mais est soumis à un rythme prévisible (Danel et al., 2003, Danel et Touitou, 2001). En 2003 Danel met en évidence que 87 % des 217 participants sont capables de situer l’heure précise de leur première envie de la journée. Pour beaucoup, cette heure ne varie pas d’un jour sur l’autre. L’heure la plus souvent désignée comme étant celle de la première envie est entre 9 et 11h, n’existait pas dans l’après-midi et réapparaissait en fin d’après-midi. Elle était indépendante de l’heure du lever et de l’heure des repas. Ces données seraient en faveur d’un rythme de consommation, fixe, monotone et constant, suggérant une modulation circadienne de la consommation, indépendante des synchroniseurs externes que sont la prise de repas, les sollicitations extérieures ou l’activité professionnelle. Cette consommation répondrait dès lors à un rythme biologique circadien endogène. Face à une personne présentant une addiction, l’évocation des moments de la consommation pourrait dès lors être utile pour le suivi. Danel et Touitou (2001) ont encore montré que lors d’une alcoolisation aigüe, le taux de mélatonine diminue la nuit, ce qui entraîne des difficultés de sommeil, de plus chez des patients sevrés depuis 4 jours, le taux abaissé de mélatonine ne s’améliore pas par la suite chez 50 % des patients de leur étude. Par ailleurs, Sy-Jye et al. (2010) ont mené une étude qui confirme que la consommation d’alcool s’associe à une destruction de l’expression génétique des rythmes biologiques. Les analyses de sang ont montré que le niveau d’ARN messager provenant des gènes régulateurs des rythmes biologiques est bien moins élevé chez les consommateurs d’alcool. Cette destruction est capable de générer une dérégulation des cycles sommeil/éveil, ou de provoquer une dépression. Cette modification de l’expression génétique n’est pas immédiatement restaurée si l’alcoolisation chronique cesse.

62Bien que l’alcool facilite objectivement l’apparition du sommeil, il altère notablement sa structure : fragmentation, particulièrement en fin de nuit, augmentation de la quantité de sommeil lent profond en début de nuit et diminution de la quantité et de la densité en mouvements oculaires du sommeil paradoxal. Cet effet hypnotique de l’alcool explique peut-être son utilisation abusive chez certains sujets insatisfaits de leur sommeil. Chez l’alcoolique, le sevrage d’alcool provoque l’effet inverse de la prise aiguë d’alcool : allongement de la latence d’endormissement, diminution de la quantité de sommeil lent profond, augmentation de celle du sommeil paradoxal, qui présente par ailleurs une anomalie, celle d’une persistance du tonus musculaire.

63Ces difficultés de sommeil sont importantes à prendre en compte dans la prise en charge psychologique du patient alcoolodépendant car elles ont fatalement des répercussions sur l’ensemble du comportement du patient, d’autant que pour Drummond et al. (1998), l’allongement de l’endormissement et la diminution de l’efficacité du sommeil sont des prédicteurs de rechute importants. Ainsi en pratique quotidienne, la personne alcoolodépendante qui aurait repéré la « périodicité » de ses consommations pourrait anticiper ses compulsions et mettre en place des stratégies de compensation ou d’évitement. L’une des raisons de l’intérêt de l’abstinence totale est qu’elle permet de rompre avec cette occurrence rythmique du désir de consommer. Dans le domaine de l’évaluation des risques d’une addiction, le repérage d’une consommation qui devient régulière et monotone pourrait être l’un des signaux d’une entrée dans le processus de la dépendance.

64Pour un chronophysiologiste, il est facile d’admettre que le rythme d’une fonction vitale (la température corporelle par exemple) va jouer un rôle dans la synchronisation de rythmes cognitifs. Mais il doute parfois de l’inverse alors que les fonctions physiologiques et cognitives sont étroitement liées chez l’homme. On sait aussi que des doses modestes (?) d’alcool (2 verres de vin au repas du soir pendant 10 jours avec 0,02 à 0,10g/l d’éthanol dans le sang) désynchronisent les rythmes circadiens de la température corporelle et de la force musculaire, altèrent les temps de réaction et augmentent le nombre des erreurs lors de ces tests (Reinberg et al., 2010). Qu’une substance toxique, même à faible dose, puisse agir sur les fonctions cognitives est un fait qui se conçoit aisément. Mais qu’en est-il du placebo ? La prise d’une substance inactive donnée comme un médicament, peut-elle modifier les rythmes biologiques de sujets sains ? 40 sujets jeunes adultes et sains (21 hommes et 19 femmes) furent volontaires pour des études longitudinales (8 et 10 jours) au cours desquelles ils ne prirent aucun médicament (contôle) et un placebo. Ils pensaient participer à des essais cliniques d’un médicament « antifatigue » conduits en double anonymat avec placebo. Il s’agissait en fait de deux études distinctes au cours desquelles l’effet placebo sur les rythmes fut éprouvé 4 fois. Le rythme veille-sommeil conserva un τ = 24h chez tous les sujets en toutes circonstances. Par rapport au contrôle, la prise de placebo désynchronisa le rythme thermique de 38,1 % des hommes et de 66,7 % des femmes. Les rythmes de la force musculaire des deux mains étaient en partie désynchronisés chez les hommes et chez les femmes pendant le contrôle. Chez les hommes, mais pas chez les femmes, la prise de placebo a resynchronisé sur 24h les rythmes de la force musculaire des sujets mâles désynchronisés (Reinberg et al., 1994). De telles expériences montrent clairement que le psychisme d’un assez grand nombre de sujets est capable de modifier leur organisation temporelle. C’est tout aussi vrai quand on étudie la charge de travail et la complexité d’une tâche.

65Reinberg (2003) fournit une annexe à laquelle nous renvoyons le lecteur, détaillant une table des heures optimales d’administration des médicaments. Il déclare : « L’optimisation, résultant du choix de l’heure d’administration du médicament, permet d’en augmenter les effets désirés et/ou d’en réduire les effets non désirés » (p. 76), ce que tout médecin, généraliste ou spécialisé, devrait entendre. Nous ajoutons tout citoyen qui aujourd’hui utilise de plus en plus l’auto-médication. Dans ce même ouvrage il consacre un chapitre aux rythmes des risques des accidents, dans lequel il consacre un paragraphe au rythme spécifique des accidents chez l’enfant. Une recherche nous intéresse tout particulièrement, elle concerne une étude prospective réalisée par Olivier Reinberg et al. (2002), dans le service de chirurgie pédiatrique du CHU de Lausanne. De 1990 à 1997, les circonstances de 15110 traumatismes d’enfants (0 à 16 ans) examinés en urgence furent enregistrées. Régulièrement le pic des traumas se situe vers 17h (le creux s’étale entre 00h00 et 5h00), avec une remarquable stabilité d’année en année, une périodicité de 24h statistiquement significative, sans différence entre sexe ni âge, les lieux et les circonstances des accidents n’apportent que des modifications mineures à la situation de l’heure du pic qui reste entre 15h et 17h. Sa conclusion, que nous reprenons bien volontiers tant elle est importante dans les réflexions que nous ne cessons de mener sur les organisations temporelles des activités des enfants, est que « la gymnastique à l’école au début d’après-midi est un facteur de risque important » (p. 271).

66Apprendre à connaître ses rythmes, les respecter, les protéger, ce doit être le leitmotiv de tout un chacun. L’enfant est d’abord dépendant de l’adulte pour acquérir cette connaissance, mais une éducation digne de ce nom doit l’aider à se découvrir puis à se connaître, du point de vue de son fonctionnement rythmé : c’est ainsi qu’il deviendra autonome pour respecter lui-même ses propres rythmes, respecter ceux des autres et demander aux autres de le faire. L’école a évidemment une grande respon­sabilité dans ce parcours éducatif, tant dans son organisation qui doit tenir compte au mieux des besoins connus de ces enfants, mais aussi dans les pratiques éducatives mises en place pour accompagner l’enfant dans son développement et permettre que celui-ci soit harmonieux.

Notes

1 C.E. Seashore, Measures of Musical Talent. Chicago : Stoelting, 1919.

2 Fraisse (1982) définit le présent psychologique comme l’intervalle de temps durant lequel les événements peuvent être perçus sans référence à la mémoire, ce qui permet à l’individu de faire apparaître un rythme en groupant une succession d’éléments pour leur donner une unité.

3 À pour objet d’étude l’environnement et les processus physiques et mentaux du travail pour en améliorer les conditions d’exercice. (Alain Lancry).

4 Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail.

5 Stratégies pour travailleurs de nuit - La société canadienne du sommeil - 2003 - Marie Dumont.

6 Le travail de nuit posté, cancérogène probable.

7 Désolidarisation entre les horloges circadiennes : les principaux paramètres dotés de fluctuations circadiennes conservent une relation de phase fixe soit avec la température centrale soit avec le cycle veille-sommeil. Le rythme circadien de secrétions du cortisol conserve la même périodicité que les variations de la température alors que celle de l’hormone de croissance adopte la périodicité du rythme veille-sommeil. Le Sommeil Paradoxal conserve une relation de phase avec le rythme thermique, pas avec le veille-sommeil. Tout décalage horaire provoque une telle désynchronisation : pensons-y avec les couchers tardifs des élèves les veilles de non-classe ! le cycle veille-sommeil, plus plastique, se resynchronise plus rapidement que le rythme thermique : de nombreux symptômes sont dus à cette perturbation de la relation de phase entre les divers paramètres.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540