Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des rythmes de vie aux rythmes scolaires

 | 
Claire Leconte

Chapitre I : La science des rythmes chez l’homme : toute une histoire

Texte intégral

Dans le cadre du cosmos dans lequel nous vivons et dont il est difficile de dire si son début et sa fin correspondent à des absolus ou ne sont que le début et la fin d’une phase évolutive précédée puis suivie d’autres phases, tout se renouvelle cycliquement : les individus, les espèces comme aussi les étoiles naissent et meurent. (Chauchard, 1973).

I. 1. Quelques généralités sur les rythmes

1Depuis l’Antiquité, l’importance de la périodicité est reconnue : ainsi la création du Monde commence par la séparation de la lumière et des ténèbres, nous verrons que cette partition a tout son sens dans notre vie quotidienne. L’Ecclésiaste quant à lui, déclare que notre devenir, y compris notre survie sont liés à la compréhension et au respect des phénomènes biopériodiques. Hippocrate dégageait déjà des variations cycliques dans les processus pathologiques, Aristote et Pline ont rapporté l’existence de rythmes d’animaux marins. Sophocle, Virgile, Ovide se sont constamment interrogés dans leurs œuvres littéraires sur un des rythmes majeurs pour l’homme à savoir le sommeil. Plotin, qui prônait la réincar­nation dans l’Ennéade 7, déclare : « L’univers, au bout d’un temps donné, revient toujours au même état, dans l’alternance mesurée de ses vies périodiques ».

2Dans un autre registre, Platon, au Livre III de La République, (397 a-d), définit les deux types de discours qu’il analyse, le discours narratif de « l’homme mesuré », celui qu’il apprécie hautement, et le discours imitatif de l’autre homme, cet « orateur différent » qu’il juge médiocre parce qu’il imite tout ce qu’il peut imiter. S’interrogeant alors sur ces deux sortes de discours qui résultent de dispositions opposées, il caractérise ainsi les deux manières : « […], la première ne comporte que de faibles variations, et lorsqu’on aura donné au discours l’harmonie et le rythme qui lui conviennent, on n’aura guère qu’à conserver cette même et unique harmonie – qui est presque uniforme – et un rythme qui, semblablement, ne change pas.[…] Mais l’autre n’exige-t-elle pas le contraire ? Ne lui faut-il pas toutes les harmonies, tous les rythmes pour s’exprimer de la manière qui lui est propre, puisqu’elle comporte toutes les formes de variation ? » (Platon, 1966).

3Dans ses enseignements sur l’éducation, il insiste sur l’importance de l’éducation musicale : « N’est-ce donc pas, Glaucon, repris-je, que l’éducation musicale est souveraine parce que le rythme et l’harmonie ont au plus haut point le pouvoir de pénétrer dans l’âme et de la toucher fortement, apportant avec eux la grâce et la conférant, si l’on a été bien élevé, sinon le contraire ? ». Le rythme et l’harmonie sont pour lui d’une importance capitale parce qu’ils apportent avec eux beauté et grâce. Celui qui est correctement éduqué par la musique saura distinguer la beauté de la laideur et il n’appréciera et ne se réjouira que des belles choses, les acceptant dans son âme comme nourriture, devenant ainsi parfait dans ses valeurs et réellement bon. (401d - 402a). Toutefois Platon n’accorde pas la même vertu éducative à toutes les harmonies et à tous les rythmes : certains selon lui amollissent l’âme, alors que d’autres l’ennoblissent en la prédisposant à la force et à la vertu (République, III, 398d - 400e).

4Ainsi il est admis que chez Platon le rythme est ramené à une loi de régularité qui correspond au retour des mêmes éléments (ce qui crée la rime en poésie) à la même position. Cette notion de rythme est alors directement reliée à une notion d’harmonie relevant d’un ordre purement mathématique. Avec lui, on peut dire que le rythme est « l’ordre dans le mouvement ». Pourtant pour beaucoup de linguistes, le rythme linguistique représente quelque chose de bien différent. Pour exemple Benveniste (1966, p. 334) évoque une autre définition de Platon qui, dans un texte mystérieux, dit que de la même manière que « l’harmonie est une consonance, la consonance un accord […], le rythme résulte du rapide et du lent, d’abord opposés puis accordés. ».

5Par rythme, on peut donc entendre soit la reprise d’un élément au sein d’une structure soit le mouvement d’ensemble alternant temps forts et temps faibles, un tel rythme est impliqué dans tous les phénomènes, naturels comme vitaux.

6La notion de rythme aujourd’hui traverse de nombreuses disciplines, de la physique à la linguistique, en passant par la biologie, l’anthropologie, la psychologie, la sociologie, l’économie, l’esthétique, la musicologie et la poétique. Paul Valéry, (cité par Lucie Bourassa, 1992, p. 103) après avoir abordé la notion sous différents angles (comme loi de fonctionnement, système, mouvement, régularité, etc.), disait avoir « lu ou […] forgé vingt définitions du rythme dont [il] n’adoptait aucune ». Plusieurs chercheurs, constatant les multiples divergences dans les théories, ont souligné le caractère fuyant de ce concept. Le psychologue Paul Fraisse (1956) fut l’un des premiers à le faire, qui explique que les définitions souvent « partielles ou exclusives […] ne permettent pas d’unir les acceptions différentes » du rythme en particulier parce que celui-ci n’est pas « un concept univoque, mais un terme générique ».

7Bourassa (1992) s’intéresse aux conceptions naturelle et anthropologique du rythme et s’appuie sur une question philosophique de Benveniste, qui fait ressortir deux conceptions opposées du rythme : la première l’envisage comme un phénomène naturel sur lequel s’appuieraient les activités humaines : ainsi de nombreux théoriciens, poéticiens et musiciens fondent la nécessité de rythmes dans l’art, si complexes soient-ils, dans un rapport avec une battue originelle, qu’elle soit cosmique ou physiologique ; la seconde (qu’adopte Benveniste dans Problèmes de linguistique générale, 1966, p. 327-335, In Bourassa) considère que la notion de rythme servirait à « caractériser distinctement les comportements humains (Ib., p. 327) ». Pour Émile Bréhier (1989), « Lorsqu’un philosophe ancien parle du temps, il songe avant tout à la succession régulière et périodique des jours et des nuits, des mois et des années ».

8Nombreux sont les débats concernant la posture à adopter vis à vis de la poétique du rythme ceci en fonction du choix que l’on fait de la traduction des termes originels. Doit-on expliquer tous les rythmes par un principe naturel (comme le mouvement des flots par exemple) ce qui, selon certains, provoquerait diverses confusions comme celles qui ont conduit à expliquer l’alexandrin par le fait que sa longueur était idéale parce que naturellement accordée aux possibilités respiratoires, et donc sans lien avec un quelconque choix esthétique ? Cependant s’il est contestable d’affirmer que tel ou tel phénomène naturel a engendré l’idée de rythme et par la suite de voir en toute manifestation rythmique une reproduction d’un rythme naturel, on ne peut pas pour autant ne pas s’interroger sur les raisons de la permanence de tels faits principiels dans les théories sur les rythmes, ce que nous démontrerons par la suite. Un tel positionnement théorique est avéré dès lors qu’on considère les phénomènes naturels tels que les mouvements des flots, les battements du cœur, la scansion de la marche, comme étant l’origine et la condition des rythmes artistiques qui, en fait, ne feraient que les répéter. Laurent Jenny (1982, p. 223) s’appuie sur Jousse qui « propose de rapporter le rythme à une “loi de l’oscillation universelle” dont les racines les plus profondes plongeraient dans le métabolisme dynamique de la vie cellulaire ». Pour Jenny (ibid., p. 225), dans ces deux théories, « le rythme ne se produit pas, il n’est que l’écho d’un grand principe toujours là ».

9Selon Bourassa, (1992), pour définir une notion qui puisse aider à décrire les modes de signification dans les œuvres littéraires, il importe peu de savoir si, à l’origine, le sens de rhuthmos s’est développé depuis l’observation de la nature ou si l’application du terme aux phénomènes naturels est venue tardivement. Mais si l’on considère le rythme dans son apparaître, on peut dire que phénomènes naturels et œuvres humaines disposent des rythmes en tant qu’ils se manifestent.

10Les rythmes qui ont notre intérêt dans toutes les recherches qui sont les nôtres sont bien les rythmes qui se manifestent au cours de toute la vie des hommes.

I. 2. Origine et nature des rythmes biologiques

1.2.a Le besoin de recherches novatrices

11Le monde où nous vivons est un monde rythmique, celui de la succession des jours et des nuits, de la succession des saisons, etc, et ce caractère rythmique des processus naturels se retrouve dans notre organisme. Les rythmes du cœur ou de la respi­ration, le rythme de la marche sont pour nous une évidence, même si nous ne pensons à leur existence que quand justement leur rythme est interrompu (accélération cardiaque, apnées) mais l’évolution de l’analyse scientifique a permis de découvrir que tout est rythme : pulsations des ondes électriques du cerveau, messages sensoriels et ordres moteurs assurés par des pulsations rythmées d’ondes d’influx nerveux.

12Pour Paul Chauchard, neurophysiologiste, (1973) « c’est une grave cause de déséquilibre nerveux que la méconnaissance et l’irrespect des rythmes naturels dans la vie moderne grâce aux techniques qui permettent de vivre activement de nuit ou aux climatisations qui nous font perdre contact avec les saisons dans un univers de béton où disparaîtrait toute végétation. Un tel univers mené par l’intelligence technique oublieuse de la chair et visant à asservir la nature sans la respecter est de conception essentiellement masculine. Il est facile à l’homme d’oublier le rythme. C’est au contraire impossible à la femme profondément marquée, de la puberté à la ménopause, par son cycle génital avec ses deux phases folliculinique et progestative et les deux crises générales du milieu du cycle (ovulation) et du moment des règles. ». Selon lui cette possibilité de conscience d’être cyclique est une supériorité féminine, et la femme est là pour rappeler à l’homme que s’il ne l’est pas dans son activité génitale, il n’en est pas moins un organisme charnel qui ne peut s’équilibrer dans le mépris du rythme. Est-ce vraiment une supériorité ? je ne le sais, mais pourquoi donc la nature a-t-elle voulu que la femme soit, de fait, plus en phase avec elle ?

13La fin du 19e siècle a été marquée par deux événements majeurs qui vont bouleverser notre société et par là même, la recherche scientifique. En 1882 est promulguée la loi de Jules Ferry instaurant l’école obligatoire pour tous les enfants de France (et de Navarre). Ce fut le démarrage, entre autres, des préoccupations sur les emplois du temps scolaire, ce que nous reprenons dans un autre chapitre. À la même époque, l’accélération intense de l’industrialisation va mettre les exagriculteurs subitement promus au statut d’ouvrier, à rude épreuve : en effet, cette révolution industrielle, ouvrant la voie au libéralisme et au capitalisme, s’accompagne d’une recherche de rentabilité qui va nécessiter de faire tourner les machines en non-stop, jour et nuit, si ce n’est 7 jours sur 7. L’homme découvre alors le travail posté, le travail de nuit, lui qui jusqu’alors vivait et travaillait au rythme de la nature et des saisons. Ces brusques changements de vie n’ont pas tardé à avoir des répercussions sur la santé des enfants comme sur celle des adultes, ce qui a donné lieu à une multitude de publications de médecins concernant les symptômes surprenants apparus chez ces nouveaux travailleurs.

14S’ajoutent à ce tableau les dégradations morales que beaucoup ont supposé directement produites par les conditions de la vie urbaine et l’industrialisation. Par exemple l’ivrognerie des ouvriers s’est rapidement développée concomitamment à l’installation de quantités de marchands de vin dans de nombreuses petites villes ce qui, selon divers sociologues rapportant les constats d’observateurs critiques de l’époque, reflète l’influence néfaste de la ville sur les habitudes de vie. Face à ces maux, que faire ? Dans son ouvrage intitulé « La ville délétère » (1999), Sabine Barles montre la mise en œuvre d’efforts conjugués des autorités médicales, des ingénieurs, des architectes et des autorités locales et départementales pour tenter de « soigner » ces villes malades au XIXe siècle, efforts rendus nécessaires tant l’insalubrité fut galopante avec les modifications urbaines imposées par l’accélération de l’industrialisation ; malgré cette conjonction d’approches, les progrès sont restés longs et difficiles.

15Le 19e siècle est par ailleurs caractérisé par la domination totale du temps de l’entreprise sur la journée, sur la semaine, sur l’année et sur la vie des travailleurs. De la fin du 19e jusqu’aux années 1970, on va assister à un combat permanent de ces travailleurs, marqué par des avancées et des reculs, pour gagner la maîtrise de leur temps : réduction de la durée du travail, progression du temps libre et conquête des loisirs, amélioration des conditions de travail pour acquérir une disponibilité hors du travail, luttes pour les garanties collectives et les statuts, pour une protection sociale pérenne (sécurité sociale et retraite). Sur le site Travail et organisation du travail (2007), on peut lire : « Aujourd’hui la progression de la précarité, la flexibilité et l’imprévisibilité grandissantes du temps de travail, l’évaluation du travail par le résultat, une frontière qui s’estompe entre travail et hors travail, pourraient consacrer la fin d’un siècle de recherche de stabilité, de sécurité et de prévisibilité par les salariés. La situation est cependant différente de celle du 19e siècle, malgré de nombreuses similitudes, sur au moins trois points : le premier est que les femmes sont massivement et définitivement présentes sur le marché du travail, ce qui renforce les questions de l’équilibre travail et hors travail. Le deuxième tient à la nature du travail qui, de poreux au 19e (le travail est volumineux mais entrecoupé d’espaces libres arrachés à l’employeur) est aujourd’hui d’une telle densité qu’il contamine directement ou indirectement le temps hors travail. Le troisième point enfin, ce n’est plus le rythme naturel du temps qui régule le travail (les saisons, le jour et la nuit, les intempéries, les traditions,…) mais “le marché et ses impératifs”, autrement dit un système cent fois moins cohérent et moins prévisible que la nature ».

16À l’heure où tous les acquis sociaux précédemment évoqués ne cessent d’être remis en question, il est important de rappeler à quel point ils ont été l’objet de luttes liées aux difficultés sans cesse plus grandes dans les conditions de travail et la vie de famille. Or comme l’écrivait Racle, (1986) : « La machine humaine, comme celle des vivants, est alternative : elle ne marche qu’avec ses cycles, elle ne suit que ses rythmes ; si on lui impose ligne droite et marche forcée, elle craque ». (Ib., p. 7). Ceci nous impose de mener une réflexion sur le rapport évident entre temps de travail et rythmes de vie.

17D’un point de vue politique, la question de la durée du temps de travail est sans cesse au cœur des débats, généralement uniquement par rapport aux questions économiques, et non pas relativement au problème de la qualité de vie des travailleurs. Grossin, (1996) développe une thèse dans laquelle il affirme que ses travaux n’ont pas reçu l’écoute qu’ils méritaient parce qu’il abordait, depuis ses premières recherches, un sujet polémique s’il en est. Il introduit ainsi son ouvrage : « Le projet de cet ouvrage date des premières recherches de terrain de l’auteur sur les durées de travail dans l’industrie et sur les comportements et attitudes à l’égard “du” temps. Il a mûri durant une trentaine d’années. Il n’a pas été écrit plus tôt, jugé irrecevable » (Ib. p. 11). Il développe au sein de son ouvrage ses idées l’amenant à militer pour une reconnaissance scientifique de ce qu’il appelle l’« écologie temporelle », qui invite à l’action collective immédiate et résolue permettant de « détruire la principale entrave à la conception d’une organisation sociale et personnelle nouvelle que constitue la représentation collective d’un temps fondamental unique, […] entretenue et mise à profit par la société industrielle mécanisée. […] Au développement de l’automation, de la robotisation, de l’informatique corres­pondent de nouveaux outils de pensée, une vision nouvelle des rapports sociaux, une éthique sociale garantissant à tous, dans l’équité, l’accès à des temps choisis ». (Ib. p. 247). Notons encore que l’OMS a classé, fin 2007, le travail posté comme « probablement cancérigène » (en particulier quand il est pratiqué pendant plus de quinze ans).

18De nombreux travaux ont été menés dès la fin du 19e siècle pour cerner les causes des difficultés et parfois même dysfonc­tionnements rapportés par les familles et les nouveaux ouvriers. Ces travaux ont persuadé les chercheurs qu’il fallait aborder les problèmes de fonctionnement biologique autrement que par le biais de la recherche du maintien de stabilité par l’organisme.

1.2.b. L’origine des rythmes biologiques

19Au XIXe siècle, l’apparente stabilité de certains paramètres biologiques a semblé confirmer le dogme de l’homéostasie, qui se définit comme la capacité de l’organisme à maintenir un état de stabilité relative des différentes composantes de son milieu interne et ce, malgré les changements constants de l’environnement externe. Dans ce schéma théorique, tout changement de l’environnement, interne ou externe, de l’individu entraîne une variation plus ou moins importante des besoins énergétiques de celui-ci. En fait en 1868, Claude Bernard (1813-1878), médecin et physiologiste français, a observé les fonctions du corps et des organes grâce aux méthodes de recherche de l’époque. Il a constaté qu’il y a une distinction entre le milieu intérieur (intraorganique) et le milieu extérieur (extraorganique). Les deux milieux ont des rapports d’échanges et d’équilibre. L’organisme possède la capacité de maintenir constantes les conditions de vie du milieu interne quel que soit l’environnement extérieur. Il propose le concept d’équilibre du milieu intérieur. Dès 1865, ce chercheur avait indiqué, dans son Introduction à la médecine expérimentale, que la « constance du milieu intérieur » est la condition essentielle à une vie libre. Mais il est nécessaire de trouver un concept qui permettrait de relier entre eux les mécanismes qui effectuent ce contrôle de l’organisme. La découverte d’un tel concept est le fait du physiologiste américain Walter Cannon.

20En 1932, impressionné par « la sagesse du corps », (Shaijarernwana, 2007) capable de garantir l’efficacité du contrôle de l’équilibre physiologique, Cannon invente le mot homéostasie. En 1935, il publie « Stress and strain of homeostasis » dans lequel il démontre le mécanisme qui permet à l’organisme de faire face aux changements de température, aux besoins énergétiques ou encore aux variations de la pression artérielle de l’oxygène dans l’air. Ce mécanisme dépend d’une hormone sécrétée par la médullosurrénale, l’adrénaline (JF Marchand, 2008). Son travail sur le stress physiologique l’amène à le considérer comme un élément indispensable au déve­loppement, ce qui sera souvent par la suite repris par les psychologues. De ces recherches est née une conception simplifiée de la physiologie et de la médecine, dans laquelle les êtres vivants sont considérés comme des machines autorégulées.

21À la même époque, les préoccupations pour le rythme cessent d’être l’apanage des artistes, philosophes et écrivains pour devenir un objet de recherche important de la psychophy­siologie actuelle. Il a fallu en effet dès cette époque expliquer la fatigue nerveuse qui résulte du travail de nuit surtout s’il n’est effectué qu’à certaines périodes limitées. Par la suite les recherches n’ont cessé de progresser pour trouver des explications à la fatigue provenant du décalage horaire rapide des déplacements en avion, mais encore, – et de nombreux travaux avec la NASA en ont été la concrétisation –, la recherche des meilleures conditions d’équilibre dans les séjours cosmiques où n’existera pas l’alternance terrestre des jours et des nuits. Cette recherche d’explications a permis, entre autres, d’expérimenter de nombreux aménagements des temps, dans des milieux aussi différents que l’école ou l’entreprise, avec comme objectif principal une baisse significative de la fatigue induite par les décalages horaires.

22Selon Reinberg, (1989), ce sont les différences avérées entre les philosophies orientales et occidentales qui ont fait que l’existence de rythmes biologiques a été admise, sans démons­tration expérimentale, par la médecine traditionnelle chinoise ou indienne alors qu’en Europe, ce n’est qu’au XVIIIe siècle que des phénomènes biopériodiques sont décrits. (Ib., p. 6-7). Néanmoins on peut démontrer que la contradiction entre les sujets d’étude de la chronobiologie et le concept d’homéostasie n’est qu’apparente et probablement pour partie liée à des difficultés d’interprétation. En effet l’homéostasie traite de la capacité qu’a le milieu intérieur d’un être vivant à se maintenir dans un état apparemment ou globalement stable et ce malgré les fluctuations et changements survenant au sein de son environnement. Or ce dernier n’est jamais constant au sens physiologique du terme, ses caractères observables évoluent sans cesse au cours du temps ; soit de manière rythmique, facilement prévisible, comme le fait que la Terre qui tourne sur elle-même et autour du Soleil induit une alternance observable (sauf aux Pôles extrêmes de notre terre) lumière/obscurité dite rythme nycthéméral, comme aussi la présence des saisons (bien que de moins en moins visible aux dires des climatologues) ; soit de manière aléatoire, auquel cas les alternances sont alors souvent plus difficiles à percevoir et à prévoir. En psychologie, il n’est d’ailleurs pas rare que de vraies confusions soient faites entre des fluctuations aléatoires des activités cognitives et des variations rythmées de ces mêmes fluctuations. En fait ces fluctuations rythmiques environnementales vont avoir comme effet sur un organisme « homéostasique » d’induire une compensation du même ordre pour maintenir l’équilibre de cet organisme. Ces rétrocontrôles permettent dès lors l’équilibre d’un état de « non-équilibre ». La chronobiologie s’inscrit quant à elle dans le cadre de l’étude des processus non linéaires et elle s’intéresse aux oscillations constatées sur des systèmes ouverts et évolutifs.

23Reinberg (2004, p. 5) affirme que tout médecin ou biologiste se doit de répondre à quatre grandes questions : où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? Il démontre qu’à la question Où ?, la réponse est donnée en termes d’anatomie. À la question comment, les réponses s’appuyaient sur une conception de constance dans le temps, tant à l’échelle du jour que de l’année, des fonctions correspondant à l’ensemble des organes et systèmes d’organes (le cœur, le cerveau, les systèmes hormonaux, …) ; on parlait alors de « fonctions linéaires » et de « constantes biologiques ». « Bref, la question “quand” n’était pas posée ». (Ib. p. 6). Cet auteur (2003, p. 8-9) démontre aussi que selon de nombreux chronobiologistes, les rythmes biologiques correspondent à une adaptation des êtres vivants, dès leur apparition sur la terre, aux variations prévisibles de l’environnement.

24À la lumière de la littérature existant dans ce domaine en 2011, on peut constater que la question du « pourquoi » ? reste sans véritable réponse. Reinberg dit que tenter d’y répondre introduirait la question de la finalité, principalement de celle des mécanismes de l’évolution des êtres organisés, de leur adaptation spécifique – propre à l’espèce – et individuelle à l’environnement. Les « preuves expérimentales » permettant d’apporter des réponses incontestables sont ici bien difficiles à fournir. Les rythmes biologiques apparaissent donc comme une condition de survie des individus ou d’une espèce donnée vivant sous la dépendance de la périodicité de l’environnement terrestre même si certains rythmes semblent ne pas correspondre a priori à une nécessité d’adaptation environne­mentale. Le concept d’homéostasie doit alors nécessairement intégrer les notions de dynamisme et de biopériodicité. Comme l’écrivait Halberg, « ignorer les rythmes en biologie et en particulier en médecine, peut être comparé au fait de ne pas se laver les mains avant une opération chirurgicale : le patient en paie le prix ». (1989, p. 38).

1.2.c. Les différents rythmes biologiques

25L’étude de la dynamique biologique à l’œuvre dans l’environnement fait partie du quotidien de l’homme depuis plusieurs millénaires. Klein (cité par Sainte Marie, 2008, p. 7), note que l’un des témoignages les plus précoces de cette connaissance pré-scientifique nous est fourni par les hiéroglyphes égyptiens : « Sur l’une des parois de la tombe de Toutankhamon, pharaon de la XVIIIe dynastie (…), vingt-quatre babouins sont représentés, qui figurent la ronde des heures. Les anciens égyptiens avaient en effet remarqué que cet animal avait la particularité d’uriner toutes les heures. Ils prirent donc sa vessie pour une pendule » (Klein, 2003 : 22-23).

26Dès 1729, D’Ortous de Mairan, astronome français, s’intéresse aux effets du soleil sur les plantes. Le resserrement des tiges et des feuilles sur elles-mêmes et la fermeture des fleurs sont-ils dus seulement à l’absence de lumière ? À l’inverse est-ce le retour de la lumière à l’aube qui « réveille » les plantes ? Pour le savoir il place ses plantes telles que le mimosa au fond d’un cabinet sans fenêtre, dans une pénombre constante, soit non soumises aux variations de lumière jour/nuit, or elles continuent de présenter des mouvements rythmés (feuilles qui s’enroulent et se déroulent, fleurs qui s’ouvrent et se ferment), comme si elles étaient à l’extérieur ; seule l’amplitude des mouvements est un peu réduite. Ce même constat est fait en 1758 par Duhamel de Monceau qui note de plus que la persistance des rythmes journaliers d’un végétal placé à l’obscurité est indépendante de la température de la pièce. Ainsi est-il démontré qu’un organisme vivant est capable de distinguer le jour de la nuit sans disposer d’aucune information extérieure, avec de plus un tempo interne indépendant dans une large mesure de la température externe. De Candolle en 1825 confirme les résultats de De Mairan mais observe de plus que l’intervalle de temps séparant deux périodes où les feuilles placées en lumière continue sont totalement étalées, se situe aux alentours de 22 ou 23 heures plutôt que de 24 heures (Hopkins, 2003). Il réalise de la sorte, sans le vouloir, la première expérience « en libre cours ». Virey soutient une thèse de médecine consacrée aux rythmes biologiques, en 1814. Il y démontre que ces rythmes ont un caractère « inné » et qu’ils sont contrôlés par des « horloges vivantes » elles-mêmes entrainées par les variations pério­diques de l’environnement comme l’alternance jour/nuit. Dès cette époque il rapporte que l’effet des médicaments varie en fonction de l’heure de leur administration, ceci 150 ans avant que Scheving et al. (1968) mettent en évidence le rythme circadien du pentobarbital chez le rat. Il publiera même la première observation quantifiée des rythmes circadiens et annuels de la mortalité humaine. La justesse de ces observations confirmées depuis avec l’évolution des méthodes statistiques appropriées fait dire à Reinberg et Lewy (2000) que Virey fut probablement le premier chronobiologiste (Ib. p. 90). En 1971, Reinberg et al. créent le terme « chronothérapie » en lui donnant un contenu et un sens précis : le but de la chrono­thérapie est de contribuer à recouvrer un bon état de santé, y compris le retour à la normale de l’organisation temporelle altérée par la maladie.

27Malgré ces découvertes, il restera « difficile de renoncer à l’idée que les rythmes journaliers ne sont qu’une simple conséquence de la rotation terrestre et d’admettre que l’évolution biologique a réussi, en produisant de véritables horloges vivantes, à faire ce qui a longtemps semblé relever de la seule prérogative divine : inscrire une régularité dans l’Univers. » (Klarsfled, 2009, p. 21). Ainsi faudra-t-il attendre 1935 et les travaux de Bünning (1935, 1964, 1973) pour que l’origine génétique des rythmes biologiques soit suggérée. Celui-ci montrera qu’il existe des horloges héréditaires dans les plantes, capables de leur permettre de mesurer le temps. Bünning prouva que les végétaux sont capables d’« évaluer » la durée respective des jours et des nuits ainsi que leurs variations saisonnières afin de fleurir au bon moment.

28L’étude de nos rythmes endogènes doit beaucoup par la suite aux mouches drosophiles (ou mouches du vinaigre). C’est en effet chez cet insecte qu’ont été découverts les premiers gènes impliqués dans le fonctionnement de notre horloge biologique. L’avantage des mouches pour faire de la recherche en génétique est qu’elles sont petites, se reproduisent rapidement, et qu’on peut donc les faire se reproduire par milliers en laboratoire jusqu’à ce que des mutations intéressantes surviennent, ce qu’ont fait Ron Konopka et Seymour Benzer au début des années 1970. Après avoir administré une substance provoquant des mutations à leurs mouches, Konopka et Benzer (1987) ont examiné l’activité de 2000 de leurs descendants. La plupart de ceux-ci avaient un cycle circadien normal de 24 heures, soit environ 12 heures d’activité et 12 heures de repos. Mais trois mouches mutantes avaient des cycles très différents : l’une d’elles avait un cycle de 19 heures, une autre de 28 heures, et une troisième n’avait apparemment pas de rythme circadien, s’activant et se reposant de manière aléatoire. Ce n’est qu’une dizaine d’années plus tard, au milieu des années 1980, que des recherches menées dans d’autres laboratoires permirent de conclure que ces trois mutations affectaient un même gène que l’on appela per (pour « period », en anglais). Ces recherches – et d’autres ayant découvert d’autres gènes – prouvant l’hérédité des rythmes biologiques ont depuis été développées chez l’homme et font l’objet de nombreux travaux de recherches internationales, comme entre autres ceux de Bendayan (2007).

29En France, Alain Reinberg et Jean Ghata tentent, dès 1953, de faire entendre leurs voix dans la nécessité de prendre en considération dans toutes les sciences de la vie y compris la médecine, la dimension temporelle. En 1957, considérant avoir accumulé suffisamment de preuves scientifiques, ils publient le premier ouvrage recensant les travaux sur « les rythmes biologiques » dans lequel ils déclarent : « l’activité rythmique est une propriété fondamentale de la matière vivante », généralisant ainsi la proposition de neurophysiologistes tels que Albert Fessard qui dès 1936 écrivait : « le processus rythmique est le mode normal d’activité de tous les systèmes excitables ». Comme le signale Jürgen Aschoff (1990), on constate aujourd’hui que plusieurs chercheurs et chercheuses revendiquent la même découverte à propos des rythmicités des activités humaines tant ce domaine de recherches connut alors un succès important. C’est ainsi que la même année, 1954, Franz Halberg propose le concept de synchroniseur et Jürgen Aschoff celui de Zeitgeber pour évoquer les « donneurs de temps » qu’ils venaient de découvrir simultanément : alternance jour-nuit, bruit-silence, chaud-froid, impératifs horaires de la vie sociale, sont capables d’entraîner sur 24h les rythmes biolo­giques des animaux dont ceux de l’homme. Il fut dès lors admis que les facteurs extérieurs ne sont pas la cause des rythmes biologiques, ceux-ci sont endogènes (c’est bien un mécanisme interne à l’organisme qui est responsable de la rythmicité), mais les facteurs extérieurs peuvent modifier la périodicité de ces rythmes. L’alternance nycthémérale jour-nuit est un synchroniseur très puissant, régulateur de nombreuses activités des organismes vivants.

30À partir de ces années 1950, l’étude des rythmes biologiques enfin reconnue a créé ses propres méthodes de caractérisation et de quantification et s’est concentrée sur la recherche des mécanismes qui produisent et contrôlent ces variations pério­diques. Ces travaux ont donné naissance, dit Reinberg (2003) à la chronobiologie qui « étudie l’organisation temporelle des êtres vivants, ses altérations et les mécanismes qui en sont responsables » (Ib. p. 19), définition qui sera celle à laquelle nous nous reporterons tout au long de cet ouvrage. Par la suite, un rythme biologique, assimilé à une fonction sinusoïdale, a été caractérisé par 4 paramètres : la période (symbolisée par τ, qui est l’intervalle de temps mesuré entre deux événements se reproduisant, identiques à eux-mêmes, au cours d’une variation temporelle donnée ; l’amplitude (la moitié de la variabilité totale – différence pic-creux – pour la période étudiée) ; le niveau moyen de la variation ou MESOR (Midline Estimating Statistic Of Rhythm) et l’emplacement du pic (ou acrophase) de cette variation au cours de cette période (donné en heures et minutes dans une période de 24h mais en jours du mois pour une période mensuelle et encore en mois et jours de l’année pour une période annuelle). L’opposée de l’acrophase est la batyphase (ou le creux ou le nadir).

31Pour Reinberg (1979) les aspects les plus importants de la chronobiologie sont :

  • la plupart des rythmes biologiques ont un caractère endogène prépondérant, c’est-à-dire qu’à de rares exceptions près, ils ont un caractère héréditaire.
  • les variations rythmées d’un certain nombre de facteurs du milieu ambiant ou de l’environnement sont capables d’exercer une influence sur les rythmes biologiques et de modifier les paramètres qui les caractérisent : période, ampli­tude, niveau moyen et phase.
  • la modification du mode de synchronisation d’un sujet est suivie de perturbations et d’altérations plus ou moins impor­tantes et plus ou moins longues des variables physiologiques de ce sujet
  • on peut analyser, à l’aide d’instruments statistiques, les paramètres des rythmes biologiques (Halberg, 1969). Celui-ci a mis au point la méthode cosinor qui, grâce à des modèles mathématiques, permet de rechercher la courbe sinusoïdale qui se rapproche le plus de la courbe créée par la série des données recueillies au cours de l’expérimentation.

32Ces recherches sont lourdes et complexes. Pour Reinberg, la période τ, par son importance, prime sur tous les autres paramètres, il est indispensable de la quantifier pour pouvoir quantifier les trois autres. Or pour pouvoir évaluer vala­blement le τ d’un rythme circadien, il faut que le recueil de données couvre plusieurs cycles de 24h. Chez l’humain, ce n’est jamais facile, surtout lors de recherches de terrain : enfants dans les écoles, travailleurs postés, etc. De plus les travaux réalisés en psychologie pour mettre en évidence l’existence de telles rythmicités sont rendus plus complexes encore par la difficulté des protocoles à mettre en place pour obtenir des données fiables (fatigabilité des sujets, démoti­vation, effets d’apprentissage, quand on reproduit les mêmes épreuves de nombreuses fois). Deux stratégies sont envisagées : l’étude transversale, pour laquelle les mesures expérimentales de n sujets (n>5) sont recueillies pendant 24 h ou l’étude longitudinale pendant laquelle ces mesures sont faites pendant n jours (avec n>5) chez le même sujet. L’avantage de la première stratégie est l’acquisition relati­vement rapide des données, mais impose de faire le pari que le τ moyen de la population étudiée est bien de 24 h. L’avantage de la seconde stratégie est de fournir une valeur incontestable de τ pour un sujet donné.

33On classe les rythmes en fonction de leur fréquence, inverse de la période :

  • les rythmes circadiens (circa=environ, dies= jour), dont τ est compris entre 20 et 28 heures. Ils sont très nombreux, comme le rythme veille-sommeil de l’humain, le cycle de température centrale (creux entre 3 et 5 h du matin, pic entre 16 et 18h), la composition sanguine et de nombreuses fonctions métaboliques.
  • les rythmes infradiens dont τ est supérieur à 28 h. On peut citer en exemples le rythme circahebdomadaire (environ 7 jours) de la reproduction de certains champignons, les rythmes circadiseptiens (environ 14 jours) tels que celui du réveil de quelques heures de la marmotte pendant sa période d’hibernation, les rythmes circamensuels (environ 30 jours), parfois appelés rythmes séléniens en référence au cycle lunaire (28 jours) comme celui du cycle menstruel de la femme, les rythmes circannuels (1 an) comme celui de l’hibernation, de la migration ou de la reproduction de certaines espèces animales, de la dépression saisonnière chez l’humain, et enfin les rythmes pluriannuels, comme celui de certaines variétés de bambous qui ne fleurissent que tous les 15 ans quelle que soit leur implantation géographique ou encore la floraison tous les 25 ans de quelques variétés d’arbres situés dans les ex DOM-TOM.
  • les rythmes ultradiens, comme ceux de périodicités très courtes tels les ondes électroencéphalographiques, les rythmes cardiaque et respiratoire, ou ceux dont la périodicité est inférieure à 20h comme les cycles des différents stades de sommeil ou certaines variations des caractéristiques électroencéphalographiques.

34On accorde souvent une valeur sélective aux rythmes circadiens et aux rythmes annuels en fonction de leur adéquation aux périodicités solaires. « L’existence de rythmes circadiens et de rythmes circannuels implique la prise en compte des phénomènes périodiques de l’environnement liés à la rotation de la Terre sur son axe d’une part et autour du Soleil d’autre part. Cependant la nature des relations entre les rythmes de l’environnement terrestre et les rythmes biologiques n’a été clairement comprise qu’à partir de 1954 » (Reinberg, 2003).

35Au final, pour parler de rythmes biologiques, il faut qu’existent un être vivant, une fonction au niveau de celui-ci et que cette fonction présente une variation cyclique. Le rythme biologique peut se présenter soit comme une fonction physiologique (battements de notre cœur, notre respiration, le cycle de notre température corporelle et leur évolution au cours de 24h), soit comme une fonction biochimique telle que la synthèse enzymatique ou hormonale (comme le cycle de 24h de la sécrétion de cortisol). Lorsqu’un rythme biologique persiste en conditions constantes (obscurité ou luminosité constantes), on dit que ce rythme possède une composante endogène, c’est-à-dire qu’il existe au sein de l’organisme un mécanisme de repérage du temps, mécanisme appelé horloge biologique. La localisation de l’horloge varie en fonction du groupe animal.

36Il n’est pas question pour nous de réaliser un ouvrage scientifique inaccessible au public auquel il est destiné, mais étant donnée l’actualité très médiatisée autour des rythmes dits « scolaires », il nous est apparu fondamental d’apporter à tous les connaissances avérées, prouvées, qui permettent de réfléchir avec raison à ce qui peut être fait pour respecter réellement les besoins des enfants en aménageant au mieux leurs temps de vie qui sont loin de n’être que scolaires. Or une meilleure connaissance de nos propres rythmes est pour cela indispensable.

  • 1 Situés au dessus du croisement des nerfs optiques, ils reçoivent des prolongements de ces nerfs qui (...)

37Chez les mammifères et l’homme, l’emplacement de l’horloge maîtresse qui régule l’ensemble des cycles circadiens (Pevet, 1998) est aujourd’hui connu. Il s’agit de deux toutes petites structures cérébrales (de la taille d’une pointe de crayon) comprenant plusieurs dizaines de milliers de neurones chacune et situées à la base de l’hypothalamus. On les appelle Noyaux SupraChiasmatiques (NSC)1 parce qu’ils sont aussi situés juste au-dessus du chiasma optique, lieu de croisement des nerfs optiques. Chez l’homme ce NSC n’est pas fonctionnel à la naissance, il met environ deux mois à le devenir.

38L’être humain, comme tous les êtres vivants, est constamment changeant et les modifications biologiques rythmiques se réalisent selon des périodicités extrêmement diverses. Certains phénomènes ont une double, voire une triple rythmicité, c’est-à-dire que plusieurs rythmes de périodicités différentes se superposent et conditionnent, par leur effet conjugué, l’apparition d’un phénomène particulier : c’est le cas du sommeil.

I.3. Le rythme veille-sommeil et les effets de ses dérèglements

  • 2 La phase du rythme indique la position du rythme dans le temps, à un moment donné.

39Les horloges circadiennes sont donc des horloges biologiques qui génèrent des rythmes dont la période est d’environ 24 heures (Reinberg, 1979 ; Moore-Ede et al., 1982 ; Boissin and Canguilhem, 1998 ; Saunders et al., 2002 ; Dunlap et al., 2004). Elles sont présentes chez la plupart des organismes vivants et interviennent dans le contrôle de fonctions physiologiques et comportementales variées telles que différenciation cellulaire (champignons), éclosion (insectes) ou cycles activité-sommeil (insectes et mammifères). Leur période est génétiquement déterminée mais leur phase2 est sensible aux stimuli environne­mentaux tels que lumière et température, ce qui permet leur entraînement par les cycles nycthéméraux imposés par la rotation de la terre. Nous avons pris le parti de nous intéresser particulièrement au rythme veille-sommeil car c’est celui qui régule majoritairement nos activités quotidiennes mais c’est aussi celui dont les dérégulations ont le plus d’effets délétères sur nos comportements et ce à tout âge.

I.3.a. Les aspects généraux du sommeil

40Borbely (1982) insiste sur le fait que le sommeil résulte de l’effet conjugué d’un processus circadien interne (qui module la pression de sommeil en fonction du temps) et d’un processus homéostatique externe qui dépend de la durée de veille qui précède. La quantité, la qualité et l’horaire de survenue du sommeil sont les trois paramètres qui peuvent varier d’un jour à l’autre et d’un individu à l’autre.

  • 3 Le petit dormeur se contente de 4 à 5 h de sommeil alors que le long dormeur a besoin de 10 à 11h p (...)
  • 4 Le vespéral ne peut s’endormir que très tardivement alors que le matinal est éveillé très tôt le ma (...)

41Ils dépendent du rythme et des conditions de vie (privation de sommeil, sieste, travail, climat, repas), et du chronotype qui est défini par les caractéristiques individuelles du dormeur (petit ou gros dormeur3 ; matinal ou vespéral4 ; plastique ou peu plastique).

42L’alternance activité-repos existe chez tous les êtres vivants, le sommeil est une fonction vitale. mais on ne peut parler de sommeil que lorsque l’on dispose de moyens objectifs de mesurer des variations de l’activité électrophysiologique ; ainsi l’immobilisation des insectes à certains moments n’est proba­blement qu’un pseudo-sommeil. Le système nerveux n’est pas suffisamment développé chez les poissons pour que l’on puisse lui appliquer les critères de l’EEG (Electro-EncéphaloGramme). Les batraciens ne présentent pas de différence EEG pendant l’activité et le repos. En revanche les reptiles présentent des modifications EEG lors des périodes de repos et les oiseaux ont un sommeil qui ressemble à celui des mammifères. Une des curiosités de la vie est le dauphin de la mer Noire qui ne « dort » que d’un hémisphère cérébral à la fois, pour ne pas se noyer !

43Chez tous les mammifères on trouve les mêmes aspects généraux du sommeil : existence de deux états, le sommeil à ondes lentes et le sommeil paradoxal qui alternent ; proportion à peu près constante de ces deux sommeils dans le nycthémère ; la structure nycthémérale se reproduit d’un jour à l’autre. Chez tous les mammifères, selon des degrés divers, le sommeil évolue au cours de la vie : notamment le sommeil paradoxal, qui occupe la majeure partie du sommeil chez le fœtus, diminue progressivement avec la maturation (celle-ci étant plus ou moins rapide selon les espèces) pour se stabiliser ensuite. Chez l’homme, le sommeil représente plus de la moitié de la première année de la vie et à peu près un tiers de la vie adulte (Beugnet-Lambert, 1985, Leconte, 2009).

44Nos connaissances sur les états de veille et de sommeil ont d’abord reposé sur l’observation de l’homme éveillé et endormi. L’électroencéphalographie, utilisée dès 1937, a complété les données de l’observation en permettant de distinguer cinq états de la veille au sommeil profond. En 1953, le neurologue américain pionnier des recherches sur le sommeil chez l’homme, Nathaniel Kleitman, et son élève Eugen Aserinsky ont décrit un type particulier de sommeil comportant des mouvements oculaires rapides. Ils ont distingué quatre stades de sommeil sans mouvements oculaires rapides (NREM sleep pour Non Rapid Eye Movement sleep) et un stade de sommeil avec mouvements oculaires rapides (REM sleep pour Rapid Eye Movement sleep). En 1957 Dement et Kleitman ont montré chez l’homme que ce stade de REM sleep était en rapport avec l’activité onirique (stade de rêves). En 1959, Michel Jouvet et son équipe découvrent chez le chat l’existence d’épisodes de quelques minutes de sommeil revenant cycliquement toutes les heures : ce sommeil s’accompagnait paradoxalement d’une activité rapide au niveau du cerveau, identique à celle de l’éveil, avec toutefois un seuil d’éveil élevé, des mouvements oculaires rapides et une disparition totale de l’activité musculaire alors que celle-ci restait présente, bien que réduite par rapport à son niveau dans l’éveil, au début du sommeil. Jouvet et Courjon (1959) décidèrent alors de lui donner le nom de Sommeil Paradoxal. En 1962 Jouvet confirme le rôle du sommeil paradoxal dans le rêve. Il rappelle d’ailleurs que la dualité des états du sommeil avait déjà été devinée par les mystiques Hindous qui opposaient au sommeil sans rêve (Prajna) l’éveil intérieur du rêve (Taijasa). Une nouvelle classification des différentes phases de veille et de sommeil, fondée sur l’enregistrement parallèle de trois paramètres électrophysiologiques (l’électro-Encéphalogramme (EEG), l’électro­Oculogramme (EOG), l’élec-troMyogramme (EMG)), toujours utilisée aujourd’hui, permet de distinguer, outre l’Éveil, cinq stades de sommeil dont les critères ont été codifiés (Rechtenschaffen & Kates, 1968).

45Le sommeil du jeune adulte est caractérisé par des cycles successifs d’une durée d’environ 90 minutes, qui diffèrent notamment par la structure des ondes cérébrales enregistrées. La régularité de la durée de ces cycles fait du sommeil un rythme ultradien mais il importe de savoir que l’architecture interne de ces cycles change à mesure que la nuit avance, ce qui, on le reverra, impose qu’on respecte le plus possible une régularité dans nos nuits de sommeil, plus encore chez l’enfant jeune et l’adolescent.

  • 5 La profondeur du sommeil dépend de l’intensité d’un stimulus capable de réveiller le dormeur.

46Le sujet entre d’abord dans le stade 1 du sommeil lent (SL) (EEG de faible voltage) pour une durée de quelques minutes. Ce stade peut être interrompu par des micro-éveils dont le sujet n’a pas conscience. Vient ensuite le stade 2 (durant 25 à 40 minutes), sommeil encore très léger qui nécessite d’éviter tout bruit intempestif dans l’environnement, puis suivent les stades 3 et 4, lents profonds (SLP)5, pour une durée de 25 à 45 minutes. Un bref passage en stade 2 peut précéder l’apparition du sommeil paradoxal (SP), qui survient environ 90 minutes après l’endormissement et réapparaîtra ainsi tout au long de la nuit toutes les 90 minutes (4 à 5 épisodes pour un sommeil de 7 à 8 heures). Ce sommeil est caractérisé par un tracé EEG de fréquence rapide (proche de celui du sujet éveillé), par la présence de mouvements oculaires rapides et, paradoxalement, par une abolition totale du tonus musculaire. Le premier épisode de SP est bref, il ne dure que quelques minutes, sa durée va augmenter à mesure que la nuit avance. Le SP s’achève souvent avec un mouvement du corps ou des membres, et un nouveau cycle sommeil lent/sommeil paradoxal recommence. Le SLP (stades 3 et 4) est très important en terme de durée dans les deux premiers cycles de nuit, le stade 4 disparaît rapidement, et le SLP disparaît totalement après le 3è cycle de nuit tandis que les derniers cycles sont les plus riches en SP. Le sommeil lent, léger et profond, représente environ 80 pour cent de la durée totale de sommeil (dont 5 % pour le stade I, 50 % pour le stade 2, 20 à 25 % pour les stades 3 et 4) et le sommeil paradoxal est de l’ordre de 20 pour cent. La durée de sommeil varie selon plusieurs facteurs, dont les plus importants sont l’âge, la génétique et les horaires de coucher et de lever.

I.3.b. L’organisation circadienne du sommeil

47Nous avons vu que le sommeil a la particularité de présenter une double périodicité : ultradienne et circadienne dans son inscription dans le rythme veille-sommeil. Aujourd’hui, on sait que la neurobiologie du sommeil ne peut être envisagée séparément de celle de l’éveil ; elles forment un tout et les influences sont réciproques. cependant, chaque état de veille et de sommeil a son propre réseau de structures neuronales. Les expériences en « libre cours » (reprises dans notre chapitre psychologie), ont montré qu’en l’absence de tout repère temporel, les sujets maintiennent une périodicité de leur cycle veille-sommeil avec une période supérieure à 24 heures dans la plupart des cas (Wever, 1979). Mais dans les conditions habituelles, puisque notre rythme veille-sommeil s’ajuste, par obligation sociale, sur une période de 24 heures, notre « horloge interne » est constamment remise à l’heure sous l’influence des synchroniseurs (lumière, obscurité, température et bruits diurnes ou nocturnes, vie sociale,…). Il existe cependant une forte variabilité interindividuelle dans les caractéristiques circadiennes du sommeil en particulier sur le plan de sa durée et de ses horaires (Forêt, 1984).

48Dans les conditions de vie physiologique, nous nous endormons et nous réveillons chaque jour à des horaires prévisibles. Environ deux heures avant le réveil spontané, la température remonte, les modifications métaboliques liées à la sécrétion de cortisol sont stimulées et nous nous réveillons en forme. En présence de synchroniseurs forts (alternance lumière-obscurité, horaires « normaux » de travail…), la plupart des individus s’endorment alors que leur température interne diminue (le « frisson » ressenti le soir alors que la température de la pièce n’a pas changé est un bon indicateur de l’arrivée du sommeil), quelques heures après le maximum thermique (entre 16 et 18h selon les individus), et se réveillent sur la pente ascendante de la courbe, quelques heures après le minimum thermique (entre 3 et 5 heures). Notons que les périodes de sommeil proches de ce minimum thermique sont les plus riches en SP.

49Les mécanismes neurophysiologiques qui sous-tendent l’endormissement reposent essentiellement sur une balance entre les systèmes d’éveil qui doivent progressivement se désactiver, et les systèmes de sommeil qui, au contraire, se mettent en route. Une insomnie survient quand le réseau de l’éveil continue d’être activé en même temps que s’active celui du sommeil. Le réseau de l’éveil reste activé par des stimulations internes (température corporelle ou émotions entre autres) mais aussi externes, qu’on peut modifier (clarté du jour et bruits par exemple). Le développement des techniques neuroanatomiques a permis d’individualiser les systèmes responsables de l’éveil.

50Les expériences de privation de sommeil montrent l’existence d’une régulation homéostatique. Le retour à l’équilibre se manifeste d’une part par une augmentation de la somnolence proportionnelle à la durée du temps pendant lequel le sujet est resté éveillé, et d’autre part par un rebond d’efficacité du sommeil compensatoire. Celui-ci se manifeste par une augmentation quantitative (augmentation de la durée totale de sommeil) et qualitative (augmentation du pourcentage de temps passé en SL et réduction des phases de transition au sein des cycles de sommeil). Ces rythmes circadiens sont très précieux pour l’organisme car ils permettent de synchroniser le comportement et tous les états du corps avec les changements de l’environnement. L’horloge biologique permet d’anticiper les variations de l’environnement et permet ainsi d’adopter le comportement adéquat avant que les conditions extérieures ne changent (cas des petit rongeurs qui ne sortent que la nuit). À l’inverse les effets de l’imprévisibilité liée à des changements environnementaux inattendus se sont manifestés dans la panique des animaux observée lors de l’éclipse totale de 1999.

51Le fonctionnement de l’organisme n’est donc pas stable au cours d’une journée de 24 h Chaque fonction biologique présente un rythme qui lui est propre ; chacune va passer par un minimum et un maximum qui se situent à des heures bien précises. C’est entre 3 et 5 heures du matin que le fonctionnement de l’organisme est à son plus bas niveau (y compris chez les personnes éveillées), heure connue pour la survenue des catastrophes industrielles et des accidents les plus graves liés à une erreur humaine elle-même dépendante de dettes de sommeil. Comme entre autres l’explosion de la navette Challenger, en 1986, due à une décision inadaptée liée au manque de sommeil : « La privation de sommeil y a contribué, si elle n’en est pas la première cause, d’après un rapport d’investigations. Une commission présidentielle a conclu que les responsables au sol n’avaient dormi que deux heures la nuit d’avant et étaient en fonction depuis une heure du matin le jour du lancement. » (Kryger et al., 2000). Ces rythmes biologiques sont régulés par une horloge biologique interne réglée sur le rythme jour/nuit et sur l’alternance veille/sommeil. Quand les horaires de travail amènent à empiéter sur le sommeil, soit en se levant trop tôt soit en se couchant trop tard, et ce quel que soit l’âge, l’ensemble des rythmes biologiques de l’organisme est perturbé. Chez les personnes soumises à des horaires décalés, les informations des signaux environnementaux tels que les rythmes sociaux par exemple et celles véhiculées par le cycle veille/sommeil ne sont pas en phase et ce déphasage aboutit à des perturbations physiologiques du sommeil, des fonctions digestives, du système cardio-vasculaire et de l’équilibre nerveux. Nous y reviendrons largement, y compris dans la partie consacrée à l’école et aux élèves.

52Enfin comme l’ont montré Touitou et Haus (1994), certains rythmes circadiens, comme ceux de la température, de la pression artérielle, des battements cardiaques, du calibre bronchique, sont plus sensibles aux facteurs exogènes que d’autres : le niveau de ces différentes variables ou fonctions augmente avec les activités physique ou mentale alors qu’il est diminué pendant le sommeil. Les mécanismes de l’endormissement et du sommeil sont, on le sait, particu­lièrement complexes : par exemple, comment expliquer le fait de s’endormir au cours d’une conférence ennuyeuse ?

I.3.c. La rythmicité ultradienne et les mécanismes du sommeil

53L’intérêt des chercheurs pour les rythmes ultradiens fut décuplé avec la découverte par Aserinsky et Kleitman (1953) de l’alternance entre sommeil à ondes lentes et sommeil paradoxal. En effet contrairement aux rythmes circadiens, on ne connaissait pas de synchroniseurs naturels pour des rythmicités de périodes d’environ 90 minutes. Kleitman (1963) postule que la périodicité du REM sleep durant la nuit est seulement une manifestation d’un rythme biologique fondamental d’activation cérébrale qui n’est pas présent uniquement pendant le sommeil, mais aussi pendant la veille. Il appelle ce rythme « basic restactivity cycle » (BRAC), le cycle fondamental activité-repos. Il fut le premier à comprendre que les deux activités corticales (veille et sommeil) constituent un tout sous la forme d’un rythme de 24h, avant lui elles étaient toujours étudiées séparément. Il fut un des premiers à montrer que ce rythme est essentiellement ultradien à la naissance et ne devient nycthéméral qu’après environ 10 ans : ainsi la sieste, nécessaire chez les enfants parfois jusque 10 ans si ce n’est au-delà, n’est que le vestige de la composante ultradienne du rythme veillesommeil sur 24h. Ces épisodes de BRAC ont eux aussi une périodicité de 90 mns qui se manifeste pendant la veille par des fluctuations périodiques de la vigilance. Des étudiants séjournent dans une ambiance calme (Kripke, in Halberg et al. 1965) avec comme seule consigne de ne rien faire (pendant 10 mns) puis d’enregistrer verbalement (10 mns) tout ce qui leur est passé par la tête, ceci pendant des heures. Avec une remarquable périodicité ultradienne, le discours est, à certains moments, cohérent et organisé puis il passe par une phase onirique, un vrai rêve éveillé y compris pour son contenu érotique ; puis en alternance, revient à la phase du discours cohérent, etc. Tout se passe comme si des fonctions comme la vigilance et l’attention ne pouvaient être maintenues de façon constante à un niveau élevé. Ces données sont particulièrement importantes ; elles ont conduit différents chercheurs à considérer qu’à l’école, ces variations devaient être prises en considération pour gérer l’organisation de la durée et du contenu des cours en fonction des capacités de maintien attentionnel des élèves.

54On a vu que l’horloge centrale chez l’homme se situe dans les NSC : il s’agit bien d’une horloge qui a un rythme autonome puisque de nombreuses expériences ont pu démontrer que les variations de notre cycle circadien persistent même en l’absence de tout synchroniseur extérieur telle la lumière du jour. Les rythmes circadiens sont coordonnés par un oscillateur moléculaire situé dans les neurones du NSC. Cette horloge, vue sa situation stratégique dans le prolongement des nerfs optiques qui lui indiquent le niveau d’intensité lumineuse ambiante, reste synchronisée avec l’alternance jour/nuit grâce aux cellules spécialisées situées dans la rétine. Ce processus d’entraînement de notre horloge biologique par la lumière du jour est indispensable car le rythme endogène de notre horloge n’est pas strictement de 24 heures. Diverses études ont montré que les rythmes spontanés de jeunes adultes placés en isolement temporel se situent entre 24,2 et 25,5 heures. L’avancée dans les recherches scientifiques sur les rythmes biologiques depuis les premiers travaux permettent d’admettre aujourd’hui que le NSC est bien l’horloge maîtresse mais elle ne fonctionne pas de manière isolée, elle agit tel un chef d’orchestre qui dirige l’ensemble des horloges périphériques maintenant bien connues. Cette synchronisation des différentes horloges périphériques se fait de différentes façons selon les systèmes concernés, elle est très rapide pour le rythme veille-sommeil et le sommeil lent, très lente pour la température centrale et pour les systèmes hormonaux. Cette différence de vitesse dans la resynchronisation entre les horloges internes explique fort bien les effets des décalages horaires (Benoit et Goldenberg, 2004), qui ne sont pas le fait, comme on le pense souvent, des seules personnes se déplaçant sur plusieurs fuseaux horaires dans le monde ou des travailleurs postés. Les enfants et les adolescents y sont soumis très régulièrement dans leur vie quotidienne.

55Les voies de sortie du NSC permettent à celui-ci d’ajuster les cycles de plusieurs fonctions physiologiques et comportementales, en innervant par exemple principalement l’hypothalamus et les structures qui en sont proches. Les signaux ainsi envoyés sont reçus de façon indirecte par une autre structure très importante, la glande pinéale dite aussi épiphyse. L’œil perçoit la lumière du jour et les signaux lumineux sont captés par l’hypothalamus. Cinq substances vont alors être libérées : l’acétylcholine, la noradrénaline, l’histamine, le glutamate et la sérotonine. Ce sont elles qui nous maintiennent éveillé(e) s. C’est pourquoi les médicaments tels les antihistaminiques qui bloquent la libération de ces substances diminuent la vigilance (d’où risque d’accident pour l’automobiliste qui en prend).

56Quand ces signaux cessent, (quand il fait sombre), l’hypothalamus ordonne à une autre glande, l’épiphyse, la libération de l’hormone du sommeil, la mélatonine. Celle-ci commence à être secrétée, chez l’adulte, aux alentours de 21 heures et sa sécrétion cessera vers 7 heures du matin, dès que la lumière du jour réapparaît. Cette mélatonine étant déversée dans la circulation sanguine, elle peut atteindre tous les organes du corps. Chez l’homme, elle intervient au niveau de phénomènes hormonaux et comportementaux, journaliers et saisonniers.

  • 6 En 1996 Jennings constate que de tous les changements que la civilisation urbaine moderne a fait su (...)

57La découverte de la mélatonine est relativement récente, puisqu’elle date du milieu du 20e siècle. Ce sont les travaux chez l’animal (Dubocovitch et al., 1996) qui ont permis de découvrir qu’elle est secrétée la nuit par la glande pinéale. Sa durée de secrétion varie au cours de l’année puisque la longueur de la nuit varie avec les saisons. Son rôle dans le sommeil a été intensivement étudié dans les années 80. Mais ce n’est qu’en 1995 qu’elle devint connue du grand public avec l’ouvrage de Reiter et Robinson, « Melatonin », marquant le début de l’industrie de la mélatonine aux EU6. Reinberg avait rapidement alerté les utilisateurs potentiels du danger à prendre des cachets de mélatonine en vente libre dans les aéroports américains dont le dosage est très largement supérieur à celui dont l’organisme a besoin naturellement. Mieux vaut, dit-il, un sandwich pris au soleil et une activité physique à l’extérieur plutôt que la prise de tels médicaments pour réguler son rythme veille-sommeil.

58Claustrat et al. (1995) ont montré que la lumière a un effet inhibiteur sur la secrétion de mélatonine quand elle est appliquée pendant un créneau de 3 heures au cours de la phase sombre. Martelons le aux adolescents qui passent plusieurs heures après l’heure normale d’endormissement devant un écran lumineux !

59Finalement l’endormissement et le réveil seraient dus à l’action de plusieurs facteurs nécessairement concomitants : d’une part une diminution provoquée des entrées sensorielles qui excitent les systèmes d’éveil (tels la télévision, les ordinateurs, …), et l’arrêt en même temps de l’action excitatrice des systèmes d’éveil et de l’action inhibitrice du système de sommeil des neurones de l’horloge circadienne localisée dans le NSC. D’autre part, par le processus homéostasique présenté précédemment, les substances qui déclenchent le sommeil (dites hypnogènes, découvertes par Piéron et Legendre en 1912) s’accumulent dans l’organisme au cours de l’éveil : quand une certaine quantité atteint un « seuil haut », le sommeil peut survenir, si les conditions déclinées ci-dessus le permettent. À l’inverse la diminution progressive au cours du sommeil de la quantité de substances hypnogènes jusqu’à repasser sous un « seuil bas » et la reprise d’activité des neurones du NSC (ce qui inhibera les substances délivrées le soir par l’hypothalamus), induiront le réveil en fin de nuit. Ainsi chez l’homme deux horloges biologiques principales fonctionnent : l’une est un « oscillateur fort », peu dépendant de l’environnement, régulant le rythme de la température centrale, de la sécrétion de molécules intervenant dans l’éveil et le sommeil (telles que la mélatonine et le cortisol), ainsi que celui du sommeil paradoxal ; l’autre est un « oscillateur faible », très sensible à l’environnement, il synchronise le rythme veille-sommeil avec celui de la secrétion de certaines hormones comme la prolactine et l’hormone de croissance, il intervient sur le sommeil lent. Il se dérègle rapidement en l’absence de synchroniseurs.

60Le besoin quotidien de sommeil (en moyenne 7 à 8h chez l’adulte) est très variable selon les individus. Dans des limites considérées comme physiologiques, il existe de très courts dormeurs qui sont en forme avec moins de 4 ou 5h de sommeil par jour et de longs dormeurs qui ne peuvent se passer de 11 h. En pratique, il est possible de tolérer des privations de sommeil (travail posté, nuits blanches exceptionnelles) si l’on sait obéir aux règles de « l’homéostasie prédictive » avec, notamment, la pratique de siestes préventives ou curatives. Il est clair que chez l’enfant, de tels fonctionnements doivent être tout à fait exceptionnels. Certains individus seront physiologiquement plus affectés que d’autres par ce type de contraintes. Des études ont montré, chez l’animal, des segments de chromosomes responsables de la caractéristique court/long dormeur et confirment ainsi les donnée issues de l’observation chez l’homme à savoir l’aspect génétique : par exemple, en 1985, Reinberg et al. ont montré que les jumeaux homozygotes (même oeuf) ont des rythmes biologiques identiques.

61Retenons que la variation de la température centrale apparaît comme l’un des principaux déterminants des « portes du sommeil », celle-ci et la variation du cortisol sont les meilleurs indicateurs d’un bon fonctionnement de l’horloge circadienne (Lavie, 1980). Pour certains auteurs, l’envie de dormir le soir correspond à un refroidissement du cerveau. Le risque de somnolence augmente sensiblement entre 13 et 15h et plus encore la nuit, entre 2 et 5 h pour les travailleurs de nuit. La mesure de la somnolence au cours d’un test d’endormissement répété plusieurs fois a confirmé expérimentalement qu’il est plus facile de s’endormir lorsque la température interne baisse. La pression de somnolence qui survient après le repas de midi (souvent dite, à tort, somnolence « postprandiale ») n’est pas provoquée par le repas mais dépend d’un infléchissement de la courbe de température entre 13 et 15 h, elle correspond au creux méridien, milieu du rythme circadien, elle est réelle à tout âge, dans toutes les cultures, le niveau de vigilance physiologique est à ce moment là très bas et impose une activité en conséquence y compris le repos.

62En conclusion, l’équilibre Veille-Sommeil dépend de l’adéquation entre le chronotype de l’individu et de ses choix de vie (régularités des heures de coucher ou utilisation intempestive d’écrans lumineux avant le coucher,…). Expérimentalement la perte de cet équilibre entraîne trois types de troubles : 1. Un excès d’éveil, qui correspond à l’insomnie - 2. Un excès de sommeil, qui correspond à la somnolence - 3. Une désynchronisation interne qui entraîne une perte de l’efficacité du sommeil qui se traduit par une sensation de fatigue et de nombreux troubles fonctionnels.

63Les enfants et adolescents se trouvent plus souvent qu’il ne le faudrait en situation de déphasage du rythme veille-sommeil, de désynchronisation interne, nous y reviendrons largement.

I.3.d. Pourquoi dort-on ?

64À quoi sert le sommeil ? Si l’on pose cette question, il est étonnant de constater la similarité des réponses, que l’on ait 7 ou 77 ans : se détendre, se reposer, rêver, être en forme. Les plus jeunes ajoutent : grandir ou éviter d’avoir des maladies.

65L’importance du sommeil est visible en observant ce qui se passe chez tout un chacun quand on ne dort pas suffisamment ou quand on dort mal. On est somnolent toute la journée, on fait la « grasse matinée » dès qu’on le peut pour essayer de compenser notre dette de sommeil. Quand on n’y parvient pas, de nombreux effets néfastes apparaissent ensuite, d’autant plus graves que la dette est importante, effets bien connus de certains états dictateurs qui n’hésitent pas à utiliser la suppression du sommeil chez leur prisonnier politique comme instrument de torture ne laissant pas de trace visible : diminution de la vigilance, de la concentration et de la capacité de raisonnement logique, ralentissement des réflexes, troubles de la mémoire, fatigue musculaire, sautes d’humeur, parfois agressivité et même, dans des cas de suppressions de sommeil importantes, difficultés à se situer dans le temps et/ou dans l’espace, parfois hallucinations à l’origine d’accidents si on est au volant quand elles se produisent. On ne pense jamais suffisamment au fait qu’un enfant, à l’école ou autre, agressif peut tout simplement être un enfant fatigué.

66Sur le long terme, de nombreuses études (Guieu, 2006, Kerkhofs et al., 2009, Viot-Blanc, 2009, Fabre et Adrien, 2006, Spiegel, 2010) ont trouvé une relation entre la quantité et la qualité du sommeil et plusieurs problèmes de santé chronique tels l’obésité, le diabète, l’hypertension et les risques cardio­vasculaires. Dans tous ces cas le manque ou la restriction de sommeil perturbent des mécanismes régulateurs qui se mettent normalement à l’œuvre durant la nuit, ceci aussi bien chez l’adulte que chez l’enfant. Ce qui a conduit Damien Léger (2008) à déclarer que « le sommeil est définitivement un enjeu de santé publique ». De plus Janice Bell et Frédérick Zimmerman (2010) ont montré que des nuits trop courtes chez les nourrissons et enfants de moins de cinq ans favorisent le développement du surpoids et de l’obésité. Ils montrent de plus que la sieste ne permet en aucun cas de compenser les heures de nuit perdues pour lutter contre l’obésité. Selon les auteurs, qui ont suivi 822 enfants de la naissance à 4 ans pendant 5 ans, « moins de sommeil pourrait conduire à moins d’exercice physique à cause de la fatigue et à une alimentation plus fréquente car l’enfant a plus d’occasions de manger ». Une étude québécoise (2008) menée par Jacques Montplaisir ayant suivi 1 138 enfants de 2 à 6 ans a montré que 26 % des enfants de deux ans qui dorment moins de 10 heures par nuit sont en surpoids à l’âge de six ans. Cette proportion ne dépasse pas 15 % chez les enfants qui dorment 10 heures par nuit et 10 % chez ceux qui ont des nuits de 11 heures. « Lorsque nous dormons moins, nous produisons plus de ghréline, une hormone sécrétée par l’estomac et qui stimule l’appétit, explique Montplaisir. Et avec le manque de sommeil vient une production moindre de leptine, une prohormone qui livre de l’information sur le métabolisme cellulaire et dont la fonction est de diminuer la prise alimentaire. » Il confirme que la sieste ne compense pas le manque de la nuit d’autant moins qu’il montre que ceux qui ont des nuits raccourcies ont aussi tendance à faire des siestes moins longues. Selon la même étude, l’insuffisance de sommeil entraine également un risque d’hyperactivité. Vingt-deux pour cent des enfants qui dormaient moins de 10 heures à l’âge de deux ans et demi étaient hyperactifs à six ans, ce qui est le double du taux observé chez ceux qui dormaient 10 ou 11 heures par nuit. Pour Montplaisir, l’enfant qui manque de sommeil peut devenir hyperactif (ce n’est certes pas la seule cause). « Chez les adultes, le manque de sommeil se traduit par de la somnolence à l’état de veille, mais chez l’enfant, cette carence engendre plutôt de l’excitation. Dans certaines thérapies, on force parfois l’enfant hyperactif à dormir plus longtemps, ce qui réduit l’hyperactivité. ».

67Les enfants de l’étude ont de plus été soumis à un test de performance cognitive consistant à reproduire une figure à l’aide de blocs de deux couleurs (Evelyne Touchette, doctorante en psychologie). Chez les enfants en manque de sommeil, le taux de faible performance à ce test est de 41 % alors qu’il se situe entre 17 et 21 % chez ceux qui dorment 10 ou 11 heures chaque nuit. Ce résultat conforte les données anciennes d’une étude de Rösler (cité par Vermeil, 1984) qui comparait le sommeil des enfants classés Bons Élèves (BE) et de ceux classés Mauvais Élèves (ME). Il montrait que 63,6 % des ME présentaient un sommeil perturbé contre 30 % chez les BE (important !) ; 43 % (vs 6,5 %) avaient des difficultés d’endormissement et 22 % (vs 4,7 %) des éveils nocturnes. Reste à savoir ce qui est la cause ou l’effet ! Est-on mauvais élève parce qu’on dort mal ou dort-on mal parce qu’on est mauvais élève ? L’étude longitudinale de Montplaisir se poursuit afin de savoir ce que deviennent les mauvais dormeurs une fois adolescents, car il constate qu’alors qu’un adolescent a besoin d’au moins 9 heures de sommeil, beaucoup d’entre eux dorment moins de 7 heures. Il faut savoir que les données françaises à ce propos sont équivalentes.

68On a montré que le principe homéostasique du rythme veille-sommeil fait qu’une diminution du temps de sommeil joue sur la latence de survenue du sommeil mais aussi sur sa profondeur. Pour un retard de coucher qui crée un décalage de phases de sommeil, le sommeil paradoxal met plusieurs jours à se réadapter alors que le sommeil lent profond s’adapte à ce décalage mais est diminué en quantité. Une privation expérimentale entraîne toujours une augmentation du sommeil lent profond au cours de la nuit de récupération, mais pas du sommeil paradoxal. C’est lui qui est le plus influencé par les rythmes circadiens. Ainsi le fait de dormir dans la mauvaise période du cycle circadien conduit à d’importants troubles de la vigilance.

69Quelle importance ont ces deux phases de sommeil pour la vie quotidienne ?

Les fonctions du sommeil lent profond

70Le sommeil lent est connu pour ses effets bénéfiques sur les récupérations physique et musculaire. Une activité sportive plus intense que la normale induit une augmentation du temps passé en sommeil lent au cours de la nuit qui suit (ce phénomène ne s’observe que pour les sports d’endurance comme la natation, la marche, le footing entre autres). En revanche il est déconseillé de pratiquer un sport intensif moins de deux heures avant d’aller dormir (ce qui nécessite une réflexion quant aux horaires des activités sportives des enfants et adolescents). Parallèlement une réduction brutale de l’activité physique induit très rapidement une perturbation du sommeil profond qui se traduit par l’apparition de troubles fonctionnels (douleurs, malaises, asthénie). L’allongement du SLP s’observe également au cours de la grossesse, de la croissance et de la puberté (Petre-Quadens, 1974). Le SLP contribue de plus à l’élimination des toxines et autres déchets des systèmes respiratoires, cardiovasculaires et glandulaires, ce qui explique que dormir suffisamment participe à la protection contre le stress à l’inverse induit par une privation de sommeil. Toujours pendant le SLP, la synthèse protéïque (processus de fabrication des protéïnes telles la testostérone, l’insuline) est accrue. En particulier c’est au cours de cette période qu’est secrétée l’hormone de croissance indispensable au développement de l’enfant. Certains travaux pointent l’existence d’un « nanisme psychosocial » inhérent à un déficit répété de sommeil lent : la reprise de la croissance n’est possible qu’en recréant des conditions environnementales permettant un sommeil régulier de bonne qualité. Enfin nos défenses immunitaires se façonnent la nuit, le manque de sommeil accroît la sensibilité aux infections, de plus les fonctions de renouvellement, de reconstruction et de réparation de la peau ont lieu en début de nuit : le pic des divisions cellulaires épidermiques chez l’homme adulte se situe vers 1 heure du matin alors que le creux apparaît vers 13 heures, soit douze heures plus tard, lors du creux méridien.

  • 7 Le seul cas connu d’endormissement en sommeil paradoxal est celui d’une pathologie du sommeil, la n (...)

71Comme on le voit, respecter le début de nuit est indis­pensable, ce qui implique de respecter un heure de coucher régulière. On sait aujourd’hui que tout endormissement, quelle que soit son heure, commence par une phase de sommeil lent, jamais par du sommeil paradoxal7. Mais on sait aussi qu’étant donné le peu de plasticité de l’horloge de la température interne qui régule l’heure d’éveil spontané, étant donné aussi la rythmicité circadienne de l’apparition du sommeil paradoxal elle aussi peu plastique, tout retard important de l’heure de coucher va diminuer d’autant le temps passé en sommeil lent profond. C’est ainsi qu’un manque de secrétion d’hormone de croissance chez certains enfants peut être expliqué. C’est aussi ce qui faisait dire aux grands-parents d’antan, eux dont la fatigue physique liée au travaux des champs était très importante, que les heures d’avant minuit comptent double ! Enfin on a montré que quand le sujet est réveillé en sommeil lent profond, il met quelques temps à retrouver ses esprits et un état de vigilance normale. Il faudra s’en souvenir pour l’enfant.

Les fonctions du Sommeil Paradoxal

72Le SP, aussi profond que les stades du SLP, et l’activité onirique qui lui est associée, sont considérés par Jouvet comme la 3e activité fondamentale du cortex, les deux autres étant le sommeil et la veille. La respiration devient irrégulière, la tension artérielle subit des variations brusques (peut-être à l’origine des accidents vasculaires ou infarctus survenant au cours du sommeil), il existe une érection observable aussi bien chez le nouveau né que chez la personne très âgée. Réveillé au cours de ce stade de sommeil, le sujet peut raconter de façon détaillée le rêve en train de se dérouler, quel qu’en soit le contenu y compris aberrant parfois. Au cours du sommeil paradoxal, le cerveau consomme autant de glucose et d’oxygène que pendant l’éveil. La durée du rêve est ainsi dépendante des réserves énergétiques disponibles. On sait que l’hypoxie de haute altitude réduit la durée de sommeil paradoxal.

73L’étude des fœtus in utero semble bien montrer que le SP constitue une grande partie du sommeil au cours de la maturation du système nerveux (Petre-Quadens, 1974). Le constat de la diminution progressive avec l’âge de sa durée au cours du sommeil (il passe de 50 % à la 36e semaine de vie fœtale à 20 % chez l’adulte) permet de penser qu’il a un rôle dans la maturation du cerveau. Pour Michel Jouvet (1985) la grande quantité de SP chez les mammifères immatures à la naissance permet la mise en place puis l’exercice de nos comportements innés. Il ajoute que le rôle du SP serait aussi de maintenir les différences psychiques entre individus, il permettrait de conserver l’ensemble des traits de caractères qui constitue la personnalité d’un individu. Comme le formule ensuite Debru (1990), il serait « le gardien de l’individuation du cerveau ». Challamel et al. (2010) ont cherché à vérifier les théories de Jouvet au travers du lien entre mimiques faciales et sommeil chez le nouveau-né. Les auteurs évoquent diverses publications ayant montré que le sourire spontané fait partie des activités phasiques du sommeil paradoxal. Dans une de leurs études, douze nouveau-nés normaux ont été observés par enregistrement vidéo et enregistrement polygraphique de sommeil, en maternité, entre le 4e et le 9e jour de vie. Les résultats révèlent qu’il existe une relation très étroite entre sommeil agité (équivalent du SP), et sourire : sur 388 sourires analysés, tous sauf 4 sont survenus au cours du sommeil agité. L’analyse des 1 469 autres mimiques faciales observées chez un seul nouveau-né normal a permis de montrer que les six mimiques émotionnelles dites universelles, joie, tristesse, peur, dégoût, surprise et colère, sont toutes retrouvées au cours du sommeil agité.

74Les psychologues ont beaucoup travaillé sur les relations entre « sommeil et apprentissages » (Bloch et al. 1979) et ont pu démontrer que le sommeil n’est pas simplement une période pendant laquelle on dort et on récupère physiquement, mais qu’il pourrait être aussi une période pendant laquelle le cerveau « travaille activement ». Ainsi ces chercheurs ont montré l’effet bénéfique du SP sur la mémorisation d’informations acquises pendant la veille. Dès 1974, Leconte et al. montraient que la suppression sélective de cette phase de sommeil ne permet pas à un apprentissage nouveau de s’effectuer, alors que quand cet apprentissage nouveau se réalise, on constate un accroissement du temps passé en SP. Ce dernier phénomène a même été observé précocement, chez des bébés âgés de six mois et confrontés à un apprentissage nouveau (Paul et Dittrichova, 1975). Dès 1924, Jenkins et Dallenbach ont montré qu’une liste de mots est mieux retenue si la séance d’apprentissage est suivie par une période de sommeil plutôt que par une période de veille de durée équivalente. Dès 1982, nous (Spreux et al.) avons montré que les caractéristiques du SP sont modifiées à la suite d’un apprentissage nouveau chez l’homme. De nombreux travaux ont succédé à ces recherches princeps et en ont confirmé les résultats. Une recherche récente (2010) publiée dans Science, a confirmé que le SP permet de faciliter l’apprentissage. Des sujets volontaires ont été soumis à un test d’apprentissage et observés par imagerie médicale permettant de visualiser les régions du cerveau activées durant le test. Ces mêmes zones l’étaient pendant les phases de SP. Les sujets sont à nouveau testés après avoir dormi, mais certains d’entre eux sont réveillés avant de bénéficier du SP. Les performances posttests de ces derniers sont très fortement diminuées ce qui n’est pas le cas des sujets qui ont été privés expérimentalement des phases de sommeil lent. De plus les chercheurs montrent que les sujets ayant sollicité leurs capacités de mémorisation voient leur SP augmenter comparativement aux sujets n’ayant pas été confrontés à un tel apprentissage.

75En 2011, grâce à l’utilisation de l’imagerie par résonance magnétique permettant de visualiser l’activité du cerveau, Rauchs et al. ont confirmé que le sommeil permet de trier les informations importantes de celles qui ne le sont pas.

  • 8 Toute information comme des faits, des événements, des images, des propositions, qui est emmagasiné (...)
  • 9 La mémoire procédurale est la mémoire du corps, des gestes devenus automatiques, elle correspond au (...)

76En fait, de plus en plus de travaux montrent que les deux phases de sommeil, sommeil lent et sommeil paradoxal, ont leur importance dans les apprentissages, chacun ayant un rôle différent à jouer selon le type de mémorisation attendue. Par exemple les outils utilisée en neuropsychologie ont permis de montrer que ce sont les mêmes zones du cerveau qui sont activées, tant lors de l’éveil, quand les processus attentionnels sont sollicités qu’au cours du sommeil à ondes lentes pendant le premier cycle de nuit, soit le lobe frontal : on peut dès lors penser qu’une augmentation de l’activité de cette zone en début de nuit reflète à la fois la nécessité d’une récupération quand la veille a été très active, et une possibilité d’agir en dormant sur des informations traitées au cours de la veille. Hennevin et al. (2007) montrent que les performances de la mémoire continuent de s’améliorer au cours des deux ou trois nuits qui suivent un apprentissage, mais c’est la toute première nuit qui est capitale. Si vous ne dormez pas suffisamment cette nuit là, si vous êtes réveillé pendant cette nuit, vous ne retiendrez pas aussi bien l’information, même si vous dormez très bien par la suite. De plus, mal dormir durant la troisième nuit, c’est 30 % de l’apprentissage qui disparaît. Peter et al. (2008) constatent que la consolidation de la mémoire déclarative8 est facilitée par le sommeil à ondes lentes alors que le sommeil paradoxal augmente les performances mnésiques pour des tâches d’apprentissage procédural9. Une leçon nouvelle sera donc d’autant mieux retenue qu’elle est apprise en fin d’après-midi ou au cours de la soirée avant d’aller dormir afin que le sommeil lent de début de nuit consolide l’apprentissage dont la trace mnésique pourra être renforcée par le sommeil paradoxal de fin de nuit. La relire au réveil renforce le tout.

77Ces mêmes auteurs relatent que plus la tâche est difficile, plus elle est facilitée par le sommeil. Enfin ils rapportent l’expérience de Korman et al. qui montrent qu’une sieste d’une durée d’environ 90 minutes améliore elle aussi les capacités de conso­li­dation en augmentant les performances après l’apprentissage de tâches de type procédural. Peter et al. concluent que le sommeil nocturne et la sieste augmentent non seulement la performance de la mémoire procédurale mais permettent de plus la stabilisation des traces mnésiques en les protégeant de toute interférence possible si un autre apprentissage avait eu lieu pendant cette période à la place du sommeil.

78Wilhem et al. (2008) ont comparé enfants (6-8 ans) et adultes quant à la consolidation mnésique pour des apprentissages nécessitant la mémoire déclarative et la mémoire procédurale. Ils constatent que les effets positifs du sommeil sont les mêmes dans les deux populations, pour la consolidation de la mémoire déclarative alors que la rétention pour la tâche de type procédurale est moins bonne après le sommeil qu’après un temps d’éveil uniquement chez les enfants. Ils concluent que la dépendance au sommeil de la mémoire procédurale est fonction du stade de développement. Ce résultat conforte des données de chronobiologie (Guérin et al. 2001) dans lesquelles Reinberg confirmait une de ses hypothèses anciennes à savoir que l’âge de 7-8 ans correspond à celui de la maturation physiologique permettant une certaine plasticité dans le rythme veille-sommeil : avant cet âge, (ce que tout parent a certainement pu vérifier), quelle que soit l’heure de coucher de l’enfant, celui-ci se réveillera le lendemain à la même heure. Qui n’a essayé le coucher tardif du samedi soir chez son enfant de quatre ans, avec l’espoir, déçu, d’une grasse matinée le dimanche pour les parents ? Non, ce n’est pas une attitude volontaire de rébellion de la part de l’enfant, ce n’est que le résultat de la non-maturation de son horloge biologique. Malheureusement de plus, cette nuit écourtée va provoquer une attitude tout à fait insupportable chez cet enfant, fatigué et décalé, qui soit se répercutera dans de la nervosité chez les parents soit le conduira à faire une sieste plus longue que d’habitude qui, à son tour, retentira sur le coucher du soir qui suit. Apprenons les bonnes attitudes à adopter dans de telles situations !

Quelques grandes données chiffrées

79Des données complètes et détaillées peuvent être trouvées dans Beugnet-Lambert (1985), Leconte-Lambert (1991, 1995), Leconte (2009).

80Dès la naissance, différents stades de vigilance peuvent être identifiés : sommeil calme, sommeil agité, état de veille calme, états de veille agitée avec ou sans pleurs. Chez le jeune enfant, le sommeil va évoluer dans sa structure et dans sa durée en différentes étapes pour devenir identique à celui de l’adulte entre 10 et 16 ans. Entre 3 et 6 ans le sommeil diurne va progressivement disparaître et le temps de sommeil lent profond nocturne devient plus important. Après 12 ans, le sommeil nocturne est plus léger. À l’adolescence une tendance à la somnolence diurne et à des couchers et levers tardifs se manifeste. Les rythmes veille/sommeil apparaissent irréguliers. Quelques chiffres provenant d’enquêtes nombreuses ont de quoi inquiéter : aussi bien aux USA qu’au Japon, en Australie, ou en Europe, les adolescents se couchent de plus en plus tard. phénomène de plus en plus souvent noté par les pédiatres chez les enfants. Les chiffres montrent une réduction de 2 à 3 heures du temps total de sommeil chez les adolescents en trente ans, plus de 80 % d’entre eux (en 5e) se couchent après 22h la veille d’un jour de classe et la moitié d’entre eux passent plus de 3 heures par jour devant un écran de télévision ou d’ordinateur dont on connaît les effets néfastes sur la secrétion de mélatonine. 25 % des élèves de 3e se couchent après minuit.

81Carskadon (1982) avait déjà montré qu’il existe au cours de l’adolescence des besoins de sommeil plus importants que chez le préadolescent, une « hypersomnie physiologique » très souvent aggravée lors des jours scolaires par une privation de sommeil. L’adolescence est également caractérisée par une tendance naturelle au retard de phase (Carskadon et coll. 1993, 1997), la secrétion de mélatonine est un peu plus tardive. Le sommeil de l’adolescent est donc caractérisé par l’existence d’un retard de phase (d’une heure environ) et par des irrégularités du rythme veille-sommeil. La tendance au retard de phase est semble-t-il partiellement liée aux modifications biologiques qui accompagnent la puberté (Carskadon et coll. 1993 ; Labyak et coll. 1998) mais est largement aggravée par le rythme de vie des adolescents qui se couchent tard pour étudier, ou se démarquer de leur famille. Phénomène à considérer quand il s’agit d’évoquer les horaires d’ouverture des établissements scolaires mais aussi la conduite à tenir au sein des familles.

82Au total, si la structure du sommeil semble assez semblable d’un enfant à l’autre, il existe toutefois de grandes variations en besoin de sommeil.

83Comme le dit Nicolas, (2008), l’âge de l’adolescence est critique dans le domaine hypnologique. L’adolescent va devoir gérer un besoin de sommeil supérieur à celui de l’adulte en concurrence avec des activités scolaires et extrascolaires envahissantes et ses choix se font souvent au détriment du sommeil. Nous nous accordons avec lui pour dire que l’éducation au sommeil chez l’adolescent est possible si l’on évite l’écueil de l’autoritarisme et la moralisation. L’accent doit être mis sur l’autonomisation des jeunes participants à qui l’on va fournir des outils pour gérer au mieux et en toute connaissance leur sommeil. « Il faudra être persévérant et établir des programmes à long terme si l’on veut que les résultats persistent à l’âge adulte et bonheur suprême de l’éducateur soient transmis à la génération suivante ». Nous avons testé ce fait. De 1992 à 1996 j’ai assuré, à la demande d’une collègue de lycée général, 6 heures de cours de biologie en classe de première, chaque année, au cours desquels je présentais les connaissances en chronobiologie. Cela m’a conduite à réaliser à chaque fois un réel travail de prévention, d’autant mieux que ce contact avec les lycéens m’a permis de constater qu’un pourcentage non négligeable d’entre eux a déjà de très mauvaises habitudes : somnifère, sans aucun contrôle parental ou médical, pour s’endormir et excitants en tous genres (coca, café, tabac,...) le matin pour se maintenir éveillés dans la journée. L’infirmière de santé scolaire de ce même lycée m’avait alors demandé d’accepter de faire un travail d’éducation auprès des élèves de classes préparatoires, ce qui a là aussi permis d’améliorer leurs rythmes de vie. Depuis deux ans nous avons recommencé un tel travail avec un lycée professionnel.

Les parasomnies les plus habituelles

84Ce sont des phénomènes anormaux observés au cours du sommeil qui traduisent un état de conscience intermédiaire entre le sommeil et l’éveil. On en distingue deux sortes selon qu’elles surviennent en Sommeil Lent Profond ou en Sommeil Paradoxal. Ces phénomènes sont pour partie d’origine génétique mais leur apparition est le plus souvent sous l’influence de tous les éléments extérieurs capables d’influencer la profondeur et l’architecture du sommeil, tels que le stress, les perturbations psychologiques, le sport, les décalages horaires, divers médicaments, la fièvre.

85Celles qui surviennent en SLP ne laissent aucun souvenir au dormeur. On trouve :

  • Les terreurs nocturnes : c’est l’enfant qui réveille ses parents par des cris de terreur, peut être assis dans son lit, transpirant. Elles suscitent beaucoup d’interrogations et d’inquiétude chez les parents, sans raison car elles sont totalement bénignes. L’enfant dort et il ne faut pas le réveiller pour le laisser profiter de son SLP. Elles apparaissent en début de nuit, lors du 1er ou 2è cycle, sont très fréquentes entre 3 et 6 ans, plus encore chez le petit garçon.
  • Le somnambulisme : Parfois la personne se lève et marche, plus souvent elle est assise dans son lit et fait des mouvements comme en état d’éveil. Le somnambulisme est aussi fréquent entre 3 et 6 ans et plutôt chez les petits garçons. On ne réveille pas le somnambule, ce qui d’ailleurs est difficile à faire, car il risque de présenter des signes de confusion et de peur irraisonnée ou peut même se fâcher. La seule prévention à faire est celui de l’accident : éviter l’accès aux escaliers, une fenêtre ouverte accessible, un radiateur mal placé…
  • Le bruxisme : le sujet produit des grincements de dents assez désagréables pour l’entourage mais sans gravité pour le dormeur. Il peut être concomitant de périodes de stress.
  • La somniloquie : Le dormeur prononce quelques mots, parfois une question, comme s’il discutait avec une personne imaginaire, probablement en lien avec les rêves du SLP.
  • L’énurésie primaire : le sommeil est parfois trop profond pour permettre l’éveil. La fréquence des cas familiaux donne à penser que l’origine est génétique, aucun traitement n’est reconnu comme miraculeux. Le temps et la patience sont les meilleurs remèdes.

Les parasomnies du Sommeil Paradoxal

  • Les cauchemars : apparaissant dans la deuxième partie de nuit, en SP, ils sont un rêve à forte charge anxieuse. Quand l’enfant est réveillé par son cauchemar, il faut l’apaiser, le consoler, l’écouter s’il veut en parler immédiatement. Il faut absolument le rassurer. Dans la journée il faut lui en reparler afin d’éliminer les inquiétudes qui provoquent ses cauchemars, éviter qu’il ne soit confronté avant de se coucher, dans des livres ou à la télévision, aux monstres ou fantômes qui lui font peur. Accepter le soir de vérifier, avant d’éteindre la lumière, qu’il n’y a pas de loup ni de monstre sous le lit, dans l’armoire, derrière les rideaux… Ils sont particulièrement fréquents entre 2 ans ½ et 4 ans, âge auquel l’enfant entre à l’école, découvre beaucoup de nouvelles choses et a un imaginaire en pleine ébullition. Ils s’estompent vers 5 ans et parfois réapparaissent dans la préadolescence. Chez l’adolescent, il est conseillé de prêter attention aux cauchemars qui parfois réapparaissent : ils sont souvent le signe d’une angoisse ou inquiétude forte que l’adolescent subit dans la journée et dont il ne parvient pas à parler : discuter avec lui de son cauchemar de la nuit lors du petit déjeuner peut être le bon moyen de le faire s’exprimer sur ses angoisses de la journée…

86Léger et Raffray (2005) rapportent qu’une étude portant sur la prévalence des troubles du sommeil et de l’éveil chez 1 073 aveugles, montre une haute prévalence de l’insomnie et des rythmes en « libre-cours », ainsi qu’une consommation plus importante d’hypnotiques et une incidence d’épisodes involontaires de somnolence diurne plus élevée que dans le groupe témoin. Une étude sur le sommeil des enfants aveugles retrouve une prévalence de l’insomnie plus fréquente chez les enfants non-voyants, et une plus haute fréquence des parasomnies. Les enregistrements du sommeil de 26 aveugles en « libre-cours » comparés à un groupe apparié de témoins montrent une diminution significative du temps de sommeil total et de l’efficacité du sommeil, ainsi qu’une augmentation de la latence d’endormissement et une diminution de la proportion de sommeil paradoxal chez les sujets non-voyants.

87On aura compris l’importance que j’accorde aux rythmes biologiques en général et au rythme veille-sommeil en particulier. Ces rythmes, propres à chacun, sont ceux qui doivent impérativement être respectés et on voit dès lors que d’une part le terme rythme ne peut être associé à n’importe quel qualificatif, que d’autre part, ce sont bien tous les rythmes de vie de l’enfant auxquels on doit s’intéresser et faire en sorte que tous les adultes ayant en charge une partie de son éducation mettent tout en œuvre pour respecter ses besoins.

88D’ailleurs en 1997, Mantz et al. écrivaient : « la comparaison des données recueillies dans 2 classes de CP aux performances différentes montre qu’un sommeil régulier et suffisant est le test d’une attention raisonnable des parents aux besoins de l’enfant, et que cette attention familiale offre à l’écolier les meilleures conditions d’apprentissage scolaire, et que l’étude du sommeil est un bon révélateur du milieu sociofamilial ». (p. 79). Ce qui nous amène à considérer qu’une information devrait être donnée à tout nouveau parent quant aux pratiques éducatives nécessaires à mettre en place pour respecter ce rythme chez leur enfant, ceci dès sa naissance, mais aussi tout au long de son développement.

Les idées force à retenir

Sommeil Lent Profond et Sommeil Paradoxal sont tous deux fort importants à respecter dans le rythme circadien pour un développement harmonieux de l’enfant.
Se mettre dans de bonnes conditions de sommeil : chambre calme, aérée, peu chauffée, bien obscurcie, ne devant servir qu’à dormir ; pas de repas trop copieux ni trop lourds ni trop tardifs, ni de boissons excitantes le soir ; éviter les émotions violentes avant le coucher.
Les synchroniseurs extérieurs (lumière, alimentation, température, plaisirs de la vie) jouent un rôle fondamental dans le maintien des rythmes. Le petit déjeuner diététique le matin avant de partir régule les comportements au cours de la matinée de travail.
Notre santé mentale peut être influencée par nos horloges biologiques. Les navigateurs en solitaire rapportent la survenue d’hallucinations auditives ou visuelles lors de fortes privations de sommeil.
Qualité du sommeil et qualité des habitudes de vie sont en étroite interaction.
Le non respect du sommeil de l’enfant provoque une fatigue chronique chez l’écolier.
Respecter le rythme propre de chacun est impératif : court et long dormeur n’ont pas les mêmes besoins ; apprendre aux enfants à reconnaître leurs états de vigilance et de fatigue. Il est tout aussi perturbant d’obliger un petit dormeur à dormir plus qu’il ne le faut que d’empêcher un gros dormeur de dormir autant qu’il en a besoin.
Il faut dormir pour apprendre mais on n’apprend pas en dormant : inutile de se brancher la nuit sur MP3 pour apprendre ses leçons, soit on dort sans apprendre soit on est réveillé. Apprendre ses leçons le soir, les réviser avant le coucher, leur mémorisation se fera en dormant.
Permettre à l’enfant de considérer le sommeil comme un plaisir qui permet de récupérer et de grandir : aller au lit ne doit pas être une punition ; attention aux mots malheureux : non son petit chat qui vient de mourir ne s’est pas endormi pour toujours ; l’enfant fatigué n’est pas un « bébé » ; on ne perd pas son temps quand on dort.
Ne pas mettre l’enfant à la sieste après un fort moment d’excitation, prévoir une activité transitoire comme des jeux corporels calmes.
Ne pas supprimer la sieste pour « qu’il dorme mieux le soir », à condition que cette sieste ne soit pas trop longue et qu’elle ne remplace pas un manque chronique de sommeil de nuit.
Prévenir vaut mieux que guérir : éviter les prises de somnifères et privilégier une vie avec activité physique au plein air et au soleil. Un verre de lait chaud (contenant du trytophane) avec du miel, pris avant de se coucher, permet d’éviter l’insomnie. Les boissons alcoolisées sont des faux amis du sommeil : elles favorisent certes l’endormissement mais elles diminuent la durée du sommeil lent profond et elles provoquent des cauchemars. Ne pas dîner ne favorise pas le sommeil : le cerveau a besoin de sucre en permanence. Les glucides lents aident l’organisme à secréter la sérotonine.
Éviter les ruptures dans les rythmes de vie qui provoquent des désynchronisations : une régularité des horaires de coucher et de lever est le plus sûr moyen d’être en forme.
Respecter les rituels de coucher, efficaces à tout âge, car ils sont sécurisants.
Convaincre les adolescents de privilégier la sieste au détriment de la grasse matinée les lendemains de coucher tardif.
Un bon sommeil dépend d’un bon éveil : un petit déjeuner contenant 4 doses de glucides, 2 de lipides et 1 de protéïne permet d’éviter l’hypoglycémie matinale et de constituer des réserves préparant le corps à l’effort ; une activité physique modérée dès le lever (comme aller à l’école à pied), en s’exposant à la lumière naturelle, régule la sécrétion des hormones qui gouvernent le rythme veille-sommeil et augmente la température corporelle, important pour débuter la journée ; une lampe simulateur d’aube bien réglée, qui diffuse progressivement une lumière proche de celle du jour, favorise un éveil spontané, naturel et en douceur, en stimulant le nerf optique et donc le NSC et l’épiphyse ; éviter de se réveiller à la dernière minute et être dans la précipitation, ce qui favorise le stress dans la journée.
On n’aménage pas les rythmes : ceux-ci se synchronisent ou se désynchronisent, à charge pour l’environnement d’organiser les temps et les espaces permettant le mieux possible d’éviter les désynchronisations aux effets négatifs. Tous les facteurs jouant un rôle dans le déroulement « normal » des rythmes doivent être pris en considération.

89Le repos est le complément indissociable de l’éveil, de la même façon que la nuit alterne avec le jour. Penser que dormir est une perte de temps est une erreur. Les recherches futures conforteront très probablement toutes les hypothèses démontrant qu’une bonne hygiène du sommeil est un facteur capital de prévention des maladies.

90Enfin notons une initiative toute nouvelle lancée par un laboratoire du sommeil de Montréal (Hôpital Rivière-DesPrairies) sous la responsabilité du Dr Roger Godbout, psychologue et chef du service de recherche, consistant à traiter à distance l’insomnie comportementale (sans cause médicale) auprès d’enfants de un à dix ans. Ce laboratoire (parmi d’autres), représentant la composante francophone du projet pour l’ensemble du Canada, participera à la création d’un site internet spécialisé, évaluera l’efficacité du traitement expérimental proposé et diffusera régulièrement ses résultats. Le projet a débuté en janvier 2011 avec la conception de la plate-forme visuelle à mettre en ligne permettant par la suite de débuter le programme de « cyber accompagnement » qui offrira pour la première fois au Canada une aide pratique et précoce à la portée de tous ceux qui possèdent une connexion Internet. Ce programme a comme objectif de prévenir les problèmes de sommeil chroniques trop fréquents chez les adultes en donnant aux parents des moyens d’intervenir sur le sommeil de leur enfant avant qu’il ne soit plus difficile à traiter. (Stéphane Trépanier).

91Pour faire un lien avec le chapitre suivant, je souhaite signaler ici aux lecteurs intéressés par toutes les données scientifiques, un ouvrage très récent, dont un chapitre s’intitule « La chronobiologie - bases d’une nouvelle compréhension de l’influence de la musique » (Balzer, H.U., p. 25-82). Cet ouvrage démontre que dès le plus jeune âge, le rythme est inscrit chez le bébé et qu’une bonne connaissance du fonctionnement rythmé de l’homme permet de nouvelles approches thérapeutiques dans de nombreuses situations. (Haas & Brandes, éds, 2009). Le seul défaut de cet ouvrage est qu’il méconnait totalement la littérature francophone dans le domaine de la chronobiologie et attribue finalement des « découvertes » à des chercheurs anglo-saxons qui ne font en fait que reproduire les connaissances acquises par des chercheurs français tels entre autres que Reinberg, mais aussi les auteurs que je vais faire revivre dans le prochain chapitre. Faire connaître ces travaux est un des objectifs de ce livre.

Notes

1 Situés au dessus du croisement des nerfs optiques, ils reçoivent des prolongements de ces nerfs qui leur indiquent depuis la rétine le niveau d’intensité lumineuse ambiante : leurs neurones peuvent ainsi se synchroniser quotidiennement avec la lumière du jour. La rétine ne peut être considérée en tant que telle comme une horloge mais elle présente une fluctuation circadienne de sa sensibilité qui module l’importance de l’alternance jour/nuit.

2 La phase du rythme indique la position du rythme dans le temps, à un moment donné.

3 Le petit dormeur se contente de 4 à 5 h de sommeil alors que le long dormeur a besoin de 10 à 11h pour être en forme. Il existe dès les premiers jours de vie des petits et gros dormeurs : certains nouveau-nés ne dorment que 14h/jour alors que d’autres dorment 20h/jour.

4 Le vespéral ne peut s’endormir que très tardivement alors que le matinal est éveillé très tôt le matin.

5 La profondeur du sommeil dépend de l’intensité d’un stimulus capable de réveiller le dormeur.

6 En 1996 Jennings constate que de tous les changements que la civilisation urbaine moderne a fait subir à notre environnement, aucun peut-être n’est plus considérable que celui que nous imposons au cycle de 24 h de l’alternance lumière/obscurité. Depuis l’invention de l’ampoule à incandescence, au lieu de régler notre vie sur le lever et le coucher du soleil, on peut échapper au rythme de la nature en appuyant sur un commutateur. « et ce n’est qu’à présent, alors que ce rythme est si souvent perturbé, que l’on commence à découvrir à quel point notre organisme s’est adapté au cycle de 24 heures du jour et de la nuit ». p. 21.

7 Le seul cas connu d’endormissement en sommeil paradoxal est celui d’une pathologie du sommeil, la narcolepsie ou maladie de Gélineau, qui se manifeste par des accès de somnolence dans la journée, le sommeil survenant sans prévenir. Elle peut s’accompagner de cataplexie entraînant une chute brutale et inattendue du malade. Elle peut survenir à tout âge, peut, selon Joël Paquereau, être provoquée par une agression bactérienne ou virale, ne peut être dépistée : le malade ne s’en sait atteint qu’après qu’une première crise soit apparue. Elle est particulièrement grave si elle se produit quand le malade est au volant ou face à une activité requérant un niveau attentionnel élevé permanent. Les accès diurnes de narcolepsie ont souvent une périodicité de 90 mns, rappelant le BRAC de Kleitman.

8 Toute information comme des faits, des événements, des images, des propositions, qui est emmagasinée et accessible sous forme de connaissances explicites enregistrées dans la mémoire à long terme.

9 La mémoire procédurale est la mémoire du corps, des gestes devenus automatiques, elle correspond au savoir-faire. Elle sert à réaliser des opérations complexes souvent motrices (conduire une voiture, faire du vélo,…) et entre probablement en jeu dans les apprentissages « par cœur ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540