Version classiqueVersion mobile

Les loteries royales dans l’Europe des Lumières

 | 
Marie-Laure Legay

Troisième partie. Loteries royales et espaces publics

Chapitre 8. Loteries et opinion publique

Texte intégral

  • 1 Sur la sociabilité urbaine et les milieux populaires parisiens au XVIIIe siècle, voir Jeffry Kaplow (...)
  • 2 AGR, Loteries des Pays-Bas, liasse 20, Instruction pour les receveurs et les collecteurs de la lote (...)
  • 3 Jürgen Habermas, L’espace public, Paris, Payot, 1996, (1re édition en allemand en 1962, en français (...)

1Les loteries étaient l’objet de vives critiques, mais aussi de toutes sortes de rumeurs qui nuisaient naturellement à leur fonctionnement. L’État devait apprendre à défendre ces établissements contre les fausses informations qui circulaient à leur encontre. L’historien a eu l’occasion d’observer comment la rumeur s’empara des rois1 ; la loterie constituait un sujet propice à l’alimentation de celle-ci. Ne connaissait-on pas à l’avance les numéros gagnants ? Le loteur ne fraudait-il pas les numéros ? Ne vendait-on pas de faux billets ? Pourquoi fermait-on la loterie si tôt ? Les objets d’inquiétude étaient nombreux. Dans la rue, devant le bureau de collecte, là où l’on affichait la liste des numéros sortis2, les parieurs nouaient la conversation. Ces lieux d’opinion étaient nombreux : 112 bureaux de loto de l’École militaire, rien que pour Paris, mais 700 en tout pour le royaume de France, autour de 700 bureaux également dans les pays héréditaires d’Allemagne, quelques 300 à 400 bureaux dans les Pays-Bas… La foule se rendait aussi en masse sur les lieux de tirage. Dans cet espace public en gestation, on oscillait entre esprit critique et crédulité3.

1. Établir la confiance

  • 4 Nicolas Delamare, Traité de Police, Livre III, titre IV, chapitre VII, p. 430.
  • 5 Nicolas Delamare, Traité de Police, Livre III, titre IV, chapitre VII, p. 429.

2La loterie était considérée comme le jeu où il pouvait se mêler le plus de fraude, le plus d’abus et de mauvaise foi4. Il importait donc qu’elle soit encadrée du mieux possible. Pour couper court à toute forme de suspicion, le maître loteur affichait les conditions de sa loterie : combien de lots, quels montants, mais aussi comment le tirage aurait lieu, au vu et au su de tous. Dans le cas royal, les conditions d’authentification des billets, d’enregistrement des particuliers étaient très précisément décrites. « Pour ôter tout soupçon de fraude », Louis XIV voulut par exemple que les opérations de la blanque établie pour le pont du Louvre en 1656 fussent rigoureusement contrôlées. Le lieutenant civil dut parapher les billets et les placer dans un coffre à quatre clefs en présence du gouverneur de la ville de Paris, le maréchal de Lhospital, mais aussi du Prévôt des marchands et des échevins, du procureur de la ville, du comte de Brienne, commissaire député par le roi, et des avocats et procureur du Châtelet5. Cette blanque devait être tirée dans la salle du Grand bureau des pauvres, place de Grève, non sans avoir préalablement fait sonner la trompe par tous les carrefours et places de Paris et avoir fait afficher les avis pour informer les habitants de l’ouverture publique du coffre.

3Tous les avis de création de loterie présentaient le même souci d’établir la confiance publique, gage indispensable de réussite des opérations. Sans cette confiance, le lien financier qu’un roi voulait établir avec ses sujets volontaires pouvait tourner au fiasco.

Chacun aura une démonstration convaincante & une pleine assurance, non seulement que son numéro sera mis, mais qu’il est même impossible en s’en servant de favoriser les uns au préjudice des autres & qu’il ne peut y arriver aucun abus ou désordre, par fraude ou par méprise, non plus que par billets déchirez, moulus, supprimez ou autrement, ce qui sera vérifié publiquement, au commencement de chaque séance, devant tout le monde.

  • 6 AN, G7 1725, pièce 172, Avis pour la loterie de Son Altesse royale de Lorraine, 1707.
  • 7 Journal historique sur les matières du tems, dit Journal de Verdun, Table générale alphabétique et (...)

4C’est ainsi que la loterie de Lorraine fut annoncée en 17076. Où l’on voit que la fraude préoccupait toujours les joueurs. De même à Bruxelles, le public eut des soupçons contre le tirage de la loterie de Notre-Dame du Finistère tirée en juillet 1716. Le Journal de Verdun s’en fit l’écho7.

  • 8 Gregorio Léti, Critique historique, op. cit., p. 145.

5La première exigence était de voir les numéros. Or, une foule importante se pressait généralement aux tirages. Le 15 février 1695, jour annoncé du tirage de la loterie d’Amersfort en Hollande, on vit arriver une « affluence incroyable de peuple… soit pour satisfaire sa propre curiosité & celle de sa femme et de sa famille dans une occasion si nouvelle & si extraordinaire, soit qu’y ayant des billets, l’impatience de scavoir s’ils seroient favorisez du sort ne leur permît pas d’attendre tranquillement dans leurs maisons »8. À chaque extrait de billet, on lisait le numéro à haute voix par deux fois, et deux personnes tenaient un registre exact de la liste. On mit plus d’un mois à tirer cette loterie d’Amersfort et pendant tout ce temps, l’on compta plusieurs milliers de personnes étrangères à la ville. Le soin avec lequel on établissait l’estrade pour satisfaire à la curiosité de tous révèle l’importance de la chose.

  • 9 Arrest du Conseil d’État du Roy qui ordonne que les Tirages de la Loterie de l’École royale militai (...)
  • 10 Pierre-Louis Moreau, Plan de la disposition de la grande Salle de L’hotel de Ville pour le tirage d (...)
  • 11 Arrest du Conseil d’État du roi, 30 juin 1776, portant création de la Loterie royale de France, pla (...)

6On le mesure aussi pour Paris : la loterie de l’École royale militaire fut d’abord tirée à l’Arsenal, puis finalement dans la grande salle de l’Hôtel-de-ville, plus apte à recevoir la foule9. Le placement des roues de fortune répondait également à certaines normes de transparence, si l’on s’en tient aux dessins de Pierre-Louis Moreau de 176610. Elles étaient surélevées de sorte que le public assis, comme le public debout, pût voir le tirage. Les plans de loterie insistaient sur les conditions transparentes de l’opération : « tous les numéros, avant d’être placés dans leurs étuis, seront exposés aux yeux de tous les Assistans »11.

2. Lutter contre la fraude et les faux-billets

  • 12 Il faut se reporter aux lettres patentes du 30 avril 1715, 26 février 1718, 26 octobre 1720, 24 jui (...)
  • 13 Arrêt du conseil d’État qui commet M. Hérault, Lieutenant général de police, et les officiers au pr (...)
  • 14 Sur la justice pénale sous l’Ancien Régime, voir J.-M. Carbasse, Histoire du droit pénal et de la j (...)
  • 15 Mercure historique et politique contenant l’état présent de l’Europe, septembre 1760, La Haye, chez (...)
  • 16 AN, Y 9519, dossier Gilbert.
  • 17 Jugement du Châtelet qui condamne Jean-Simon Mozac à être attaché au carcan en place de Grève, et a (...)

7La fraude sévissait aussi en amont du tirage sous trois formes : fraude des commis et colporteurs de la loterie, – il s’agissait le plus souvent de fraude à la vente –, falsification des vrais billets pour le transformer en billets gagnants, et fabrication de faux billets, cette fraude relevant davantage des professionnels de l’escroquerie. Les archives de la police sont pleines de pièces de jugement contre les faussaires. Elles révèlent l’ampleur du phénomène. Soucieuses d’assoir la confiance du public, les autorités ont dû réagir en adoptant des dispositions judiciaires dès 171512. La fraude prit cependant de telles proportions que Louis XV établit une commission spéciale au sein du Châtelet par l’arrêt du 12 octobre 1729, reconduit le 2 décembre 175713, année de création de la loterie de l’École royale militaire. La mission de la commission consistait à instruire les procès à charge et à décharge, à établir la preuve du faux en procédant par informations, auditions des témoins, interrogatoires. Les peines prononcées suivaient la déclaration du 4 mars 1724 sur la condamnation des voleurs et étaient sensiblement les mêmes d’une année sur l’autre14. Les fraudeurs à la vente encouraient le bannissement, tandis que les falsificateurs de billets étaient soumis au carcan, à la flétrissure et aux galères. Les peines les plus lourdes étaient réservées aux escrocs professionnels, ceux qui réitéraient leurs méfaits sans scrupule. Parmi les sanctions, l’exposition en place publique avait naturellement une vertu dissuasive. Condamné par un arrêt du 28 août 1760, l’escroc de la Coste fut attaché pendant trois jours consécutifs, d’après le Mercure historique et politique de La Haye, « le premier, dans la place de Grève, le second, dans le carrefour de Bussy, & le troisième dans la place du Palais-royal pour y demeurer depuis midi jusqu’à 2 heure ayant écriteaux devant derrière avec ces mots : “ESCROC ET FABRICATEUR DE FAUSSE LOTERIE ET DE LIBELLES DIFFAMATOIRES” »15. Jacques Antoine Turet fut attaché au carreau de la grande place de Grève de midi à quatorze heure avec l’écriteau « FALSICATEUR DE BILLETS DE LOTERIE » en 1763, tout comme Nicolas Gallard, compagnon menuisier, en 1772 ; Pierre Gilbert, un courtier en vin, fut également exposé trois jours, « le premier au carrefour de Bussy, le deuxième place du Pont-Marie, le troisième place de Grève » avec l’écriteau « ESCROC À L’AIDE DE FAUX BILLETS DE LOTERIE » en 177616 ; le domestique Benoît Marchand en 1777… En 1785 encore, le Lieutenant général de police Lenoir condamna Jean-Simon Mozac au carcan, avec l’écriteau « COLPORTEUR ET FABRICATEUR DE FAUSSES SOCIÉTÉS DE BILLETS DE LOTERIE », et à neuf années de galères, pour avoir fait de faux chiffres et souscrit de fausses signatures des receveurs des loteries17.

Le faussaire La Coste condamné au carcan.

Le faussaire La Coste condamné au carcan.

BnF, Arsenal, ms. 12 099.

8Les manipulations de registres et de papiers dues à l’organisation d’une loterie étaient des plus considérables et toujours sujettes à erreurs. La confection des billets et des registres de numéros, ainsi que la répétition des opérations pour chaque tirage alourdissaient les risques. Il fallait des commis capables non seulement de célérité, mais également d’honnêteté. Lorsque Claude Barthélemy Daulé se présenta au bureau des demoiselles Delahaye, receveurs, avec un billet gagnant numéroté 185572 auquel un lot de 500 £ était attaché, il fut arrêté pour faux, et son billet fut soumis à l’expertise. On ne trouva cependant

  • 18 N, Y 9519, dossier Daulé.

aucune altération au papier ny la moindre substitution de chiffre à l’endroit de son numéro. Ce billet a été numéroté 185, mais ce qui a fait présumer 187 c’est la fausseté de celui qui a posé ces trois chiffres. Dans la vivacité de son travail, ce particulier n’a posé que 18 au lieu de 18518.

  • 19 AN, G7 1725, pièce 73, lettre de D’Argenson à Chamillart, 9 septembre 1706.
  • 20 Idem, pièce 175, lettre de D’Argenson à Chamillart, 31 mai 1707, et pièce 176.

9Où l’on voit l’importance du rôle du commis dans le remplissage des billets. L’administration devait également surveiller les planches de billets qui sortaient des imprimeries pour être distribuées aux receveurs. Dans les mains d’escrocs, ces billets vierges se transformaient en espèces sonnantes et trébuchantes : il suffisait d’y apposer une fausse signature d’un receveur de loterie pour les rendre comme vrais. Dès 1706, le Lieutenant général de police de Paris, d’Argenson, fit arrêter un particulier nommé Castery sur qui on trouva 25 billets de la loterie royale « qu’il revendait dans l’enclos du Palais où il se croyait en sûreté à 4 et 5 sols de profit »19. En 1707, il fit arrêter Bidon Delacoste, 36 ans, originaire de la ville de Montaigu en Auvergne, qui débitait de faux billets de la loterie royale. Bidon avait travaillé chez le dénommé Coquaire, commis chez le sieur Lefebvre pour remplir les numéros de la loterie, à raison de 20 sous pour mille billets remplis. Bidon Delacoste se trouva en possession d’un résidu de 400 billets dont les numéros avaient été ratés et qui ne valaient donc rien. Sa compagne lui suggéra de les signer du nom du receveur de la loterie, Savallet, ce que fit le fraudeur, tout en affirmant à la police que « ce n’estoit pas pour les vendre mais pour les montrer à ses amis et leur faire voir qu’il avoit des billets de lotterie »20. D’Argenson ne voulut pas ébruiter l’affaire :

  • 21 Idem.

Il n’est pas à propos de divulguer l’affaire jusqu’à ce que cette loterie soit tirée et il faut cependant tenir Lacoste dans une étroite prison21.

Faux et usage de faux. La signature du receveur, Savallet, est contrefaite, 1707.

Faux et usage de faux. La signature du receveur, Savallet, est contrefaite, 1707.

AN, G7 1725, pièce 176.

  • 22 AN, Y 9517 A, dossier Marcadé.

10Pierre-François Marcadé, âgé de 45 ans, dupa aussi les promeneurs des grands boulevards à plusieurs reprises en août 1751 en proposant d’acheter deux sociétés de loterie des Enfants-Trouvés signées « Mesnard », un receveur fictif, contre un écu de trois £22.

  • 23 AN, Y 9517 B, dossier Blouet/Gelain.
  • 24 AN, Y 9518, dossier Lebegue.
  • 25 AN, Y 9518, dossier Lozier/Pillon.

11Une fois signés par le receveur, les billets distribués aux colporteurs pouvaient encore se perdre et être vendus frauduleusement. Le colporteur René Blouet déclara avoir été volé d’une planche de 25 billets dans un cabaret. En réalité, son complice se chargeait d’écouler la série23…. En 1769, un ancien commis au remplissage des reconnaissances de la loterie de l’École royale militaire, Louis Bain, fut également pris pour fraude ; en 1773, le « colporteur et crieur de billet de loterie », Nicolas Lebegue, fut saisit avec un exemplaire imprimé de la liste générale des numéros gagnants de la loterie de la Piété, sur laquelle il avait gratté des numéros24 ; en 1774, Bernard Pillon, « qui fait le métier de remplir des imprimés de tiers de billets de la loterie générale de chiffres », fut arrêté pour avoir imité des signatures de différents buralistes25

12Fréquentes également, mais bien naïves, les tentatives pour obtenir le lot gagnant par falsification du billet. Voici Marie-Catherine Grinon qui se présente le mercredi 4 août 1762 chez le buraliste Bouvard de la rue Montmartre avec un paquet de société « qu’elle a dit trouvé à la croix du Trahoir ». Quand elle apprit que l’une des sociétés était gagnante pour un lot de 900 £, « cette femme a témoigné beaucoup de joye en sautant et en embrassant tous ceux qui étaient dans la boutique ». Le receveur n’ayant pas suffisamment de fonds pour la régler lui demande de se rendre au bureau général.

  • 26 AN, Y 9517 A, dossier Grinon.

Cette femme a repris le billet et l’a attaché dans la bavette de son tablier avec une épingle et elle a prié le sieur Bouvard d’aller avec elle chez le sieur Camus parce qu’a-t-telle dit, elle ne scavoit ny A ny B et qu’elle ne scavoit pas compter d’argent, en ajoutant qu’elle le payeroit de ses peines26.

  • 27 AN, Y 9518, dossier Belorger.
  • 28 AN, Y 9520 A, dossier Vadurelle.

13Les billets se révélèrent faux et la femme fut emprisonnée. La naïveté se logeait parfois jusque dans le procédé de falsification : Edme Belorger ne trouva rien de mieux que de coller les numéros 7 et 49 sur un billet, en lieu et place des numéros 42 et 5127. De même, François Vadurelle, cuisinier sans condition de 25 ans, fut-il « véhément suspecté d’avoir pratiqué lui-même » le collage de trois numéros sur un billet de la loterie royale de France en 178128. Néanmoins, la plupart procédaient par grattage pour écrire par-dessus le faux numéro.

  • 29 AN, Y 9519, dossiers de Bourbier, Daulé et Gaudrin.
  • 30 AN, Y 9518, dossier Drobecq-Dauphin.

14L’un des moyens dont disposaient les commissaires était de faire appel aux experts en écriture comme Jean Guillaume, « ancien syndic des maîtres écrivains de Paris et juré expert auprès des tribunaux pour la vérification des écritures, signatures et comptes contestés en justice », Pierre Liverloz « arithméticien, juré vérificateur des tribunaux, maître d’écriture des pages d’Orléans », ou encore Alexis Joseph Harger, également vérificateur d’écriture à Paris29. Ces derniers essayaient de confondre le faussaire en lui faisant écrire des corps de chiffres dont le procès-verbal demeurait dans les pièces du procès. De nombreux faussaires furent soumis à cette procédure, comme Pierre Drobecq et Jean-Baptiste Dauphin, prévenus d’avoir gratté un billet de loterie de l’école miliaire pour former une ambe avec deux autres numéros30, ou bien Nicolas Lavieville, compagnon imprimeur, pour avoir transformé un 9 en 0, ou encore Charles Dézille, compagnon menuisier, arrêté en 1774… Il arrivait toutefois que l’expertise ne permît pas de se faire une idée précise.

Corps de chiffres fait par Charles Dezillé, sous l’expertise de Pierre Liverloz, 1774.

Corps de chiffres fait par Charles Dezillé, sous l’expertise de Pierre Liverloz, 1774.

AN, Y 9518.

  • 31 Œuvres de Voltaire, éditées par M. Beuchot, t. LIX, Correspondance, t. IX, Paris, Lefèvre, 1832, p. (...)
  • 32 AN, Y 9519, dossier Gilbert.
  • 33 Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la République des lettres e (...)

15Les fabricants de fausses loteries passaient évidemment pour des malfaiteurs bien plus dangereux. Tous les Parisiens avaient en tête l’exposition d’Emmanuel-Jean de La Coste, un moine célestin devenu aventurier en travaillant successivement le duc de Choiseul, puis pour Alexandre-Joseph Le Riche de La Pouplinière, fermier général. Il fut accusé d’avoir formé et exécuté un faux plan de loterie sous le titre de Loterie de la haute & libre Seigneurie de Gemont, avoir fabriqué de faux billets, coupons et listes de cette prétendue loterie allemande et d’avoir escroqué ainsi plusieurs personnes pour un total de 8 000 £. Arrêté et interrogé, il déclara avoir bénéficié des services d’un imprimeur, un nommé Delaplanche, secrétaire du duc de Penthièvre. Bien que condamné aux galères, il mourut à Toulon, en septembre 1761. Voltaire fit écho à cette disparition dans une lettre de mai 1761 adressée à M. Le Brun31. Les « fabricateurs » disposaient nécessairement de complicités chez les imprimeurs, voire à l’imprimerie de la loterie elle-même. En 1776, Pierre Gilbert, décrit comme un homme de « haute taille, mince, pâle, les joues creuses, les cheveux en bourse et barbu, vêtu d’une culotte jaunâtre et d’un habit gris », falsifia plusieurs billets et escroqua de nombreux buralistes : le receveur Lheureux pour 5 000 £, le receveur Gouy pour 1 500 £ et une reconnaissance de 3 500 £, le receveur Marquis pour un billet portant un lot de 1 000 £ … Pour ce faire, il utilisa l’imprimerie de la dame veuve Thibaut, « imprimeur du projet des billets de la loterie générale »32. Contrairement à Gilbert, le sieur d’Argens était bel homme et fort bien né. Agent de la ville d’Amiens, il exerçait également les fonctions de vice-consul d’Espagne. Pour son malheur, il fut l’amant d’une actrice dénommée Demoiselle Colombe et éprise de luxe. Pour lui plaire, il s’associa à l’imprimeur Desaint et fit fabriquer de faux billets de loterie. Il fut pris en 178133.

3. Murmures au Palais royal, rumeurs à Bruxelles

  • 34 AN, G7 1725, pièces 184 et 186, lettres de D’Argenson à Chamillart, 16 et 19 juin 1707.

16Le Palais royal commença à s’enfler des rumeurs sur les loteries dès le tout début du XVIIIe siècle. Résidence de la famille d’Orléans, le palais abrita la recette de la loterie de Lorraine dont on a vu qu’elle avait été dirigée par Jean Glover, protégé de la duchesse douairière. Dans la guerre que lui fit le Lieutenant de police, l’intriguant aventurier utilisa toutes les ressources d’informations du public. Au lieu d’obéir aux injonctions de fermeture du bureau, Glover fit placarder des affiches : « L’on attend des billets incessamment », pouvait-on lire le 16 juin 1707 ; « on attend lagremant (sic) de Monseigneur Chamillart pour continuer la distribution des billets », annonçait cet autre placard le 19 juin34. Ces annonces irrespectueuses agaçaient les autorités :

  • 35 Idem, pièce 272, lettre du 8 novembre 1707.

Quoiqu’on dise hautement au Palais royal que le Roy a expressement permis à Madame [la duchesse d’Orléans] d’y faire rouvrir la lotterie de M. le duc de Lorraine, j’ai cru qu’il était de mon devoir de vous informer que l’on distribue publiquement de nouveaux billets35.

  • 36 Claude-François Menestrier, Dissertation, op. cit., p. 116.
  • 37 AN, G7 1725, pièce 300, lettre de D’Argenson à Chamillart, 3 janvier 1708.

17L’opinion avait également le moyen de s’exprimer à travers les devises. Criées à haute voix pendant le tirage de la blanque, les devises pouvaient servir d’exutoire au mécontentement populaire ou bien provoquaient l’autorité. « Il ne faut pas recevoir dans les billets que l’on donne pour tenir lieu de devise à ceux qui mettent aux lotteries, des sentences scandaleuses, ni railleries, ni équivoques » prévint Menestrier en 170036. Pourtant, il semblerait que bien des miseurs s’exprimèrent à travers elles. La police veillait, mais sans forcément obtenir plein succès. En 1708 par exemple, D’Argenson regretta que « parmy les numéros qui ont gagné à la Lotterie royale, il y en ait eu un dont la devise [fut] : CHARLES TROIS ROI D’ESPAGNE ». Le Lieutenant général fut informé de la chose par plusieurs lettres anonymes et proposa de priver le porteur du numéro correspondant – le 189 761 –, de son lot de 300 £37.

Liste de numéros gagnants avec mention de devises « politiques ». Ici : « Vive le roi », « Vive Louis XV ».

Liste de numéros gagnants avec mention de devises « politiques ». Ici : « Vive le roi », « Vive Louis XV ».

AN, Y 9519.

  • 38 Christophe Coudrette, Dissertation, op. cit., p. 341.
  • 39 P.N., Huyn., La théorie des jeux de hasard, 1788, p. 50.

18Le rigoriste Christophe Coudrette se plaignait encore en 1742 : « quelles devises scandaleuses ne lit-on pas dans les listes des loteries »38. Il faut sans doute tempérer le phénomène car le propos vient d’un opposant déclaré aux loteries. Il n’en demeure pas moins que les listes publiées des numéros gagnants participaient de la formation de cet espace public d’expression. Huyn en convient en 1788 en dénonçant ces listes des numéros gagnants du loto : « la pratique insidieuse de publier la collection des numéros sortis est le plus dangereux appât auquel les sots se prennent »39, écrivit-il.

  • 40 Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la République des lettres e (...)

19L’opinion publique diversifia ses modes d’expression dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Affiches, placards, chansons, nouvelles à la main… Les occasions de donner avis au gouvernement de sa façon de penser ne manquaient plus au peuple de Paris. En 1782 circulait ainsi un libelle diffamatoire contre Jacques Necker qui venait de quitter la direction des finances. Parmi les reproches formulés dans cet Extrait des papiers, signé Anti-Charlatan, celui d’avoir « encouragé et amélioré la plus infâme des loteries (sous le titre de loterie royale de France) dans laquelle le roi paye 100 £ avec 2 £ 10 sous, c’est-à-dire sur laquelle il gagne 39/40 »40. L’audace alla jusqu’à l’affiche placardée sur les murs de l’hôtel de la Loterie royale ces quelques mots bien sentis :

Dans ces lieux où Colbert enrichissoit la France

  • 41 P.N., Huyn., La théorie des jeux de hasard, 1788, p. 51.

Mercure à des benêts vend bien cher l’espérance41.

  • 42 AGR, Loteries des Pays-Bas, liasse 20, Instruction pour les receveurs et les collecteurs, op. cit.
  • 43 AGR, Loteries des Pays-Bas autrichiens, liasse 5, Bail de la ferme des loteries impériales et royal (...)
  • 44 AGR, Loteries des Pays-Bas autrichiens, 15.

20Dans les Pays-Bas, la question de la substitution de numéros notamment fit beaucoup de mal à la réputation du loto bruxellois. Marie-Thérèse avait permis en effet que les receveurs substituent un ou plusieurs nombres choisis par le joueur en cas d’excédent de mise sur tel ou tel numéro. Cette façon de procéder se justifiait par l’existence de nombres « fermés », c’est-à-dire ceux qui, fermés pour un tirage, l’étaient également pour les suivants aussi longtemps qu’ils ne sortaient pas de la roue de fortune. La régie se trouvait alors dans le cas de devoir substituer aux mises jouées sur ces numéros avant même que les collecteurs soient informés de la nature « cousue » ou « fermée » de tel ou tel numéro42. L’administration ne pouvait pas prendre le risque d’une banqueroute en cas de sortie d’un numéro trop misé. De nos jours, le très grand nombre de joueurs limite ce risque : la répartition des mises sur l’ensemble des numéros est régulière. Au XVIIIe siècle, le danger demeurait important. Joseph II suggéra bien en 1785 la possibilité « d’abolir l’usage du nombre substitué »43, mais les régisseurs ne suivirent pas le conseil. Ils rappelèrent cette nécessité de la substitution car « il est très difficile dans les premiers jours de la collecte, et absolument impraticable dans les derniers jours de s’assurer par la voie du dépouillement si la quantité des mises particulières qui se présentent sur tel ou tel nombre excède ou non la fixation déterminée »44.

  • 45 AGR, Conseil des finances, carton 2554, rapport de Delplancq, 1772.
  • 46 AGR, Loteries des Pays-Bas autrichiens, 15.
  • 47 AGR, Loteries des Pays-Bas autrichiens, 7, registre des résolutions, 31 mars 1787, et carton 15, af (...)

21Or, ces substitutions suscitaient la défiance. Le conseiller Henri Delplancq en témoigne : « Les opérations en castelet, pour la substitution des nombres, n’ont pas laissé que d’occasionner des murmures très vifs »45. Certains joueurs intentèrent même des procès contre l’administrateur général de la Loterie impériale et royale. En 1771, l’abbé Wertenauer prétendit qu’on devait payer le lot échu à l’un de ses nombres primitifs ou alors lui présenter les livres du Castelleto pour qu’il puisse vérifier quel nombre avait été enregistré. Il fut débouté dans sa demande par la Chambre suprême de Flandre46. Charles Quanonne, maître charpentier et menuisier de la ville de Gand, attaqua également l’administration. Cet artisan avait parié avec des collègues et se trouvait lésé par la substitution. Dans sa requête du 2 décembre 1786, il raconte qu’il s’est présenté le 2 octobre, le surlendemain du 467e tirage du loto, chez le collecteur de Gand, Lemaire, pour y faire une mise de 7 nombres en un seul billet par extrait simple à raison de 127 florins 4 sous par nombre. Cette mise avait été enregistrée comme la première de la liste de ce receveur pour le 468e tirage et portée le même jour au bureau, où l’on substitua 4 nombres et entre autre le nombre 8 remplacé par le 3. Quanonne chargea le notaire de Gand de se transporter au bureau pour se faire présenter les registres du Castelleto. Celui-ci, le sieur Keller, refusa cette inspection47. Jean Riga, un joueur de Louvain, président du collège d’Houterlé, ne fut pas plus satisfait : il joua par extrait déterminé pour le 499e tirage les numéros 6, 16, 26, 36, 46, 56, 66, 76 et 86 à 9 florins chaque extrait. Le 26 sorti le 4e numéro de la roue de la fortune et il s’attendait donc à obtenir un lot de 75 fois la mise, soit 675 florins, argent de Brabant. Quelle ne fut pas sa déception lorsqu’il apprit chez le receveur Van Wange où il avait ponté, que le numéro avait été substitué. La même mésaventure lui arriva lors du 520e tirage pour lequel il avait joué les 4, 14, 24, 34, 44, 54, 64, 74 et 84 à 2 florins : le 34 sorti de la roue, sans qu’on lui paye néanmoins son dû. Le mécontentement était à son comble :

  • 48 AGR, Loteries des Pays-Bas autrichiens, 15.

Par un abus dont on sent aujourd’hui tout l’odieux, les entrepreneurs du lotto sont mis aujourd’hui dans le cas de jouer presque toujours à coup sûr, il leur est permis de changer les numéros des pontes48.

  • 49 AGR, Chambre des comptes, carton 426, Post-Scriptum de Kaunitz, 29 novembre 1783.

22Les administrateurs devaient donc faire preuve de prudence et rassurer le public sur les vertus du jeu. Le chancelier Kaunitz lui-même invitait à la circonspection. Lorsqu’il s’est agi de réformer les finances belgiques et d’établir une caisse générale à Bruxelles, sur le modèle de la caisse générale de Vienne formée en 1761, la question se posa de savoir si les obligations du loto devaient désormais transitées par cette institution ou être comprises comme auparavant dans la caisse de réserve, c’est-à-dire la caisse des Gastos Secretos administrée par la banque Veuve Nettine. La réponse de Kaunitz, ferme sur la suppression de la caisse de réserve et la fin de l’impunité de la gestion de la banque Nettine, demeura en revanche d’une grande prudence sur la question du loto : le chancelier préconisa de « ne pas permettre qu’on instruise le public que ces obligations, qui servent en quelque sorte de caution au loto, sont amorties et n’existent plus, ce qui arrivera quand elles seront envoyées à Vienne »49.

  • 50 AGR, Loteries royales des Pays-Bas autrichiens, registre 7, lettre du 29 octobre 1787.
  • 51 Idem, lettre du 14 novembre 1787.

23Outre la question de la substitution, les joueurs craignaient toutes sortes d’entourloupes, à tout le moins des erreurs de l’administration en leur défaveur. Hubert Havaux se plaignit de ne pas recevoir les billets originaux que le receveur échange habituellement contre les reconnaissances initiales, à cause d’une erreur du bureau de correspondance50. Le receveur Steekenen de Gand rapporta quant à lui qu’« une discussion très épineuse et très critique » se forma lorsque le messager chargé de rapporter les paquets de billets gagnants se trompa dans sa livraison51.

Notes

1 Sur la sociabilité urbaine et les milieux populaires parisiens au XVIIIe siècle, voir Jeffry Kaplow, Les noms des rois. Les pauvres à Paris à la veille de la Révolution française, Paris, Maspero, 1974. Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard-Julliard, 1979 ; Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Le Seuil, 1992.

2 AGR, Loteries des Pays-Bas, liasse 20, Instruction pour les receveurs et les collecteurs de la loterie impériale et royale dite génoise, établie à Bruxelles par lettres patentes du 14 septembre 1760, 12 p. Le collecteur avait obligation d’afficher : 1. Une feuille imprimée indiquant le mois et le jour de chaque tirage ; 2. Une « affiche à la main » qui indiquait le jour de la clôture de la recette ; 3. La liste des numéros sortis.

3 Jürgen Habermas, L’espace public, Paris, Payot, 1996, (1re édition en allemand en 1962, en français en 1978).

4 Nicolas Delamare, Traité de Police, Livre III, titre IV, chapitre VII, p. 430.

5 Nicolas Delamare, Traité de Police, Livre III, titre IV, chapitre VII, p. 429.

6 AN, G7 1725, pièce 172, Avis pour la loterie de Son Altesse royale de Lorraine, 1707.

7 Journal historique sur les matières du tems, dit Journal de Verdun, Table générale alphabétique et raisonnée du Journal historique de Verdun sur les affaires du tems, depuis 1697 jusques y compris 1756, tome V H-LO, publié à Paris, chez Ganeau, 1759, p. 452.

8 Gregorio Léti, Critique historique, op. cit., p. 145.

9 Arrest du Conseil d’État du Roy qui ordonne que les Tirages de la Loterie de l’École royale militaire seront faits dorénavant dans la grande salle de l’Hôtel-de-ville de Paris, Paris, 24 décembre 1758, 2 p.

10 Pierre-Louis Moreau, Plan de la disposition de la grande Salle de L’hotel de Ville pour le tirage de la lotterie du Remboursement des dettes de l’État, dessin de 1766 (Gallica.fr).

11 Arrest du Conseil d’État du roi, 30 juin 1776, portant création de la Loterie royale de France, plan de la Loterie, article premier.

12 Il faut se reporter aux lettres patentes du 30 avril 1715, 26 février 1718, 26 octobre 1720, 24 juin 1722, 22 avril 1724, 20 octobre 1725, 18 décembre 1759, 22 mai 1762 et 9 janvier 1768.

13 Arrêt du conseil d’État qui commet M. Hérault, Lieutenant général de police, et les officiers au présidial du Châtelet pour juger en dernier ressort le procès à ceux qui se trouveront prévenus d’avoir falsifié des billets et reconnaissances de sociétés faites à l’occasion des loteries accordées aux paroisses et communautés religieuses, 12 octobre 1729, 4 p. Cet arrêt fut renouvelé le 2 décembre 1757. Les archives de cette commission sont conservées aux archives nationales, série Y (Châtelet), n° 9517 à 9522.

14 Sur la justice pénale sous l’Ancien Régime, voir J.-M. Carbasse, Histoire du droit pénal et de la justice criminelle, Paris, PUF, 2000. Histoire et criminalité de l’antiquité au XXe siècle. Nouvelles approches, Benoît Garnot (dir.), Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 1992.

15 Mercure historique et politique contenant l’état présent de l’Europe, septembre 1760, La Haye, chez Frédéric-Henri Scheurleer, p. 274-277.

16 AN, Y 9519, dossier Gilbert.

17 Jugement du Châtelet qui condamne Jean-Simon Mozac à être attaché au carcan en place de Grève, et aux galères pour neuf ans, pour avoir fabriqué un grand nombre de Sociétés des loteries de piété et des enfants-trouvés, Paris, 1785.

18 N, Y 9519, dossier Daulé.

19 AN, G7 1725, pièce 73, lettre de D’Argenson à Chamillart, 9 septembre 1706.

20 Idem, pièce 175, lettre de D’Argenson à Chamillart, 31 mai 1707, et pièce 176.

21 Idem.

22 AN, Y 9517 A, dossier Marcadé.

23 AN, Y 9517 B, dossier Blouet/Gelain.

24 AN, Y 9518, dossier Lebegue.

25 AN, Y 9518, dossier Lozier/Pillon.

26 AN, Y 9517 A, dossier Grinon.

27 AN, Y 9518, dossier Belorger.

28 AN, Y 9520 A, dossier Vadurelle.

29 AN, Y 9519, dossiers de Bourbier, Daulé et Gaudrin.

30 AN, Y 9518, dossier Drobecq-Dauphin.

31 Œuvres de Voltaire, éditées par M. Beuchot, t. LIX, Correspondance, t. IX, Paris, Lefèvre, 1832, p. 430.

32 AN, Y 9519, dossier Gilbert.

33 Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la République des lettres en France, depuis 1762 jusqu’à nos jours, ou Journal d’un observateur, Londres, John Adamson, t. XVII, 1782, p. 58-59.

34 AN, G7 1725, pièces 184 et 186, lettres de D’Argenson à Chamillart, 16 et 19 juin 1707.

35 Idem, pièce 272, lettre du 8 novembre 1707.

36 Claude-François Menestrier, Dissertation, op. cit., p. 116.

37 AN, G7 1725, pièce 300, lettre de D’Argenson à Chamillart, 3 janvier 1708.

38 Christophe Coudrette, Dissertation, op. cit., p. 341.

39 P.N., Huyn., La théorie des jeux de hasard, 1788, p. 50.

40 Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la République des lettres en France, depuis 1762 jusqu’à nos jours, ou Journal d’un observateur, Londres, John Adamson, t. XVII, 1782, p. 151.

41 P.N., Huyn., La théorie des jeux de hasard, 1788, p. 51.

42 AGR, Loteries des Pays-Bas, liasse 20, Instruction pour les receveurs et les collecteurs, op. cit.

43 AGR, Loteries des Pays-Bas autrichiens, liasse 5, Bail de la ferme des loteries impériales et royales, 1785-1790, article 4.

44 AGR, Loteries des Pays-Bas autrichiens, 15.

45 AGR, Conseil des finances, carton 2554, rapport de Delplancq, 1772.

46 AGR, Loteries des Pays-Bas autrichiens, 15.

47 AGR, Loteries des Pays-Bas autrichiens, 7, registre des résolutions, 31 mars 1787, et carton 15, affaire Quanonne.

48 AGR, Loteries des Pays-Bas autrichiens, 15.

49 AGR, Chambre des comptes, carton 426, Post-Scriptum de Kaunitz, 29 novembre 1783.

50 AGR, Loteries royales des Pays-Bas autrichiens, registre 7, lettre du 29 octobre 1787.

51 Idem, lettre du 14 novembre 1787.

Table des illustrations

Titre Le faussaire La Coste condamné au carcan.
Crédits BnF, Arsenal, ms. 12 099.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1566/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre Faux et usage de faux. La signature du receveur, Savallet, est contrefaite, 1707.
Crédits AN, G7 1725, pièce 176.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1566/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 611k
Titre Corps de chiffres fait par Charles Dezillé, sous l’expertise de Pierre Liverloz, 1774.
Crédits AN, Y 9518.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1566/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Liste de numéros gagnants avec mention de devises « politiques ». Ici : « Vive le roi », « Vive Louis XV ».
Crédits AN, Y 9519.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1566/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search