Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des rythmes de vie aux rythmes scolaires

 | 
Claire Leconte

Préface

Alain Reinberg

Texte intégral

1Claire Leconte, une fois encore m’étonne. Elle puise dans les ressources immenses de son expérience de chercheuse scientifique des arguments en faveur de la thèse qu’elle défend : l’intérêt de l’enfant n’est pas une priorité dans l’organisation temporelle du temps scolaire. Son argumentation est remarquablement solide et documentée et c’est ce que le lecteur attend de cette universitaire de niveau exceptionnel. Mais ce livre est bien plus que cela. C’est le cri d’indignation d’une femme de cœur qui ne tolère pas et n’a jamais toléré « le manque complet de considération de l’enfant, de ses besoins et de ses possibilités » de la part de décideurs qui ont imposé, « d’en haut » la semaine de quatre jours. Qui plus est, les responsables de l’enseignement scolaire ignorent volon­tairement les résultats convaincants de recherches longues et délicates sur la variabilité prévisible des performances de l’écolier. « Rien n’a jamais été fait au plus haut niveau pour convaincre l’école de fonctionner autrement qu’elle ne le faisait… depuis qu’elle existe » constate Claire Leconte. Après le triste ministre qui ignore tout de la chronobiologie et qui s’en vante, on en touche un autre qui nie l’existence de recherches dans le domaine des rythmes de l’enfant.

2À ces tours de passe-passe et d’escamotage s’ajoutent les valses des dossiers d’un ministère à l’autre. « Que représentent donc nos enfants ? Qu’ont-ils fait pour mériter un tel traitement ? ». Que Claire me permette de partager son sentiment, tous les actes des dignitaires à qui la conduite de l’École a été confiée traduisent un mépris quasi viscéral de l’enfant. En juin 2010, elle faisait circuler un article intitulé : « Comment surmédiatiser un problème mal posé pour mieux masquer la destruction programmée de l’école publique républicaine ».

3Oui Claire m’étonne, dans le même ouvrage elle fait état, d’une part, d’une réalité scientifique solide concernant la vie de l’enfant et d’autre part, d’une véritable conspiration contre ce qui reste de notre système scolaire. Il est inhabituel de mêler les deux genres. Ou, plus exactement, l’habitude s’en perdait. Le discours scientifique est aujourd’hui calibré, aseptisé, ripoliné, du genre « Tout le monde il est beau, Tout le monde il est gentil ». Dans un article de journal scientifique, il est interdit, sous peine de rejet, d’écrire franchement qu’un concurrent se gourre. Cette bienséance est récente. Dans les débuts du XXe siècle, les adversaires prenaient parfois le gourdin comme porte plume et le chargeaient au vinaigre. Ce n’était pas triste à lire. Le mélange des genres et la robustesse du propos, font donc partie d’une honorable tradition académique.

4Oui, Claire m’étonne car elle a le courage de faire revivre cette ancienne tradition en dénonçant la mauvaise foi, doublée d’une désespérante nullité, des décideurs de l’Éducation Nationale.

5Cela fait des dizaines d’années, qu’inlassablement, Claire stigmatise l’ignorance et la fatuité, bref la bêtise, de ces petits marquis paradant dans les allées d’un pouvoir régalien. Heureusement pour elle et pour nos enfants, Claire n’est pas seule à s’investir dans cette lutte. Elle rend hommage à Guy Vermeil, pédiatre, élève de Robert Debré, qui fut un des premiers, il y a plus de quarante ans, à dénoncer les absurdités quasi criminelles de notre système scolaire. La volonté, la persévérance de ceux qui combattent en première ligne pour protéger nos enfants est soutenue par la certitude de l’efficacité, objectivement démontrée, des solutions qu’ils proposent. Il y a donc de l’espoir et Claire a raison de le faire savoir à tous ceux qui veulent bien l’entendre.

6Et ceux qui développent des surdités volontaires… Claire cherche à identifier les raisons qui conduisent les décideurs à envoyer nos enfants dans le mur. Elles sont multiples, mais nul ne s’étonnera de découvrir qu’elles convergent toutes vers le fric et sa manipulation BCBG. En 1997, dans un article pour Universalia, je rappelais que le jeune français de 7 ans bénéficiait (?) du nombre de jours d’école le plus court et le plus chargé (175 par an pour 950 heures) par rapport à l’écolier allemand (195 j/570h), anglais (190j /800h), italien (200j /1.000h), belge (182 j/850h). Le résultat est que nos enfants subissaient – et subissent toujours – une charge de travail excessive associée à un bourrage de crâne intolérable pour une majorité d’entre eux. Cette durée aberrante de 190 jours hors de l’école fut une aubaine pour l’industrie des loisirs : hôteliers, transporteurs (entre autres Sncf et Air France), promoteurs de stations estivales et hivernales, clubs et châteaux-bouffoirs aux noms enchanteurs. Conscients de peser plus de 50 milliards d’euros, ces marchands de loisirs forment un groupe de pression qui s’oppose au raccourcissement de la durée des vacances, la mesure clé dont dépend toute réforme de l’aménagement du temps de l’écolier français. Il conviendrait de revenir à 200 jours d’école par an, limités à 4h/j pour les plus petits. Mais, hélas, ce lobby des loisirs a même le pouvoir d’endoctriner une majorité de parents d’élèves et de syndicalistes, en faveur de la semaine des trois dimanches. Le scandaleux « Touche pas mes vacances », chez nous, ça marche.

7En lisant le texte de Claire, j’en suis venu à me poser une question aussi logique qu’énorme : pourquoi sommes-nous si peu nombreux à épouser sa colère et son indignation ? Et la réponse, encore plus monumentale, m’est apparue : une grande majorité des français ne s’intéresse pas aux enfants. Ils n’en n’ont rien à foutre.

8En fait, je méditais cette désespérante conclusion depuis un bout de temps. J’en parle dans un roman « Faut-il oublier ces choses-là ? » qui doit paraître aux Éditions La Bruyère en 2011.

9Mais il s’agit de mon expérience personnelle donc dénuée de valeur exemplaire : tous les élèves de Janson de Sailly, le super lycée des Beaux Quartiers de Paris, ne partageaient pas mon sentiment d’y être enfermé et traité comme un bidasse dans une caserne. Claire m’a imposé une plongée profonde dans des tas de documents que beaucoup connaissent. J’en sors bouleversé, c’est pire que je ne le supposais. Le monde est dirigé par des hommes, des mâles qui se croient malins. La femme, naturellement inférieure (« impure de corps et d’âme » précisait Vigny) vient en second. Bon, depuis peu elle est invitée à voter, à partager parcimonieusement certains pouvoirs et, à travail égal gagner moins qu’un mec qui ne la vaut pas. Tout ça on le sait.

10Et l’enfant ? Il compte si peu qu’on n’en parle pas. Et c’est ça qu’on ignore. Le lion pourrait être le modèle comportemental du mâle humain. Le jeune lion solitaire sait imposer une retraite anticipée au vieux père de famille. Sans vergogne, il prend possession des lionnes et croque les lionceaux du vétéran. C’est génétique.

11C’est aussi l’histoire d’Ugolin, de ses fils et de son petit navire. Les vivres vinrent à manquer. On tira-z-à la courte paille ce qui permit au capitaine de manger ses enfants « car cet homme n’avait d’entrailles que pour en calmer les tiraillements » (Jules Laforgue). C’est aussi l’histoire d’Agamemnon. Il part à la conquête de Troie et, en chemin, le vent tombe ; la forte flotte qu’il mène est encalminée. Il consulte l’oracle : le prix à payer est le sacrifice de sa fille Iphigénie. Il se laisse faire et lâche la gamine pour du vent. Et, de mieux, en mieux, c’est aussi l’histoire d’Isaac. Quand Dieu exige d’Abraham de sacrifier son unique enfant, le patriarche obéit. Que Dieu, satisfait d’une telle foi en Lui, revienne sur sa décision à l’ultime seconde, ne change rien au fait que le père était prêt à saigner son gamin.

12C’est, me dit-on en guise d’explication, la fin des sacrifices humains au profit (?) du mouton… Il n’empêche que trois religions révélées se réclament de cet infanticide sur commande.

13Iphigénie, les enfants d’Ugolin, Isaac et tous les innocents massacrés au fil des pages de deux Testaments. Bof ! ce n’est pas important.

« …Où s’en va-t-il tout ce sang répandu… Le sang des enfants torturés tranquillement par leur papa et leur maman… » Jacques Prévert. Paroles.

14Certes, tous le enfants ne sont pas tués. Quand ils peuvent servir – rapporter des sous – il vaut mieux les maintenir en vie.

15Wolfgang Amadeus Mozart reçut de son père Léopold, des dons exceptionnels et une solide formation musicale. Ses dons, détectés de bonne heure, firent qu’à six ans le gamin fut exhibé dans les hauts lieux de la musique européenne. Les jeunes doigts de Wolfgang devaient frapper les notes du clavier au travers d’un linge qui les cachait. La marche turque se transformait, pour l’enfant prodige, en tête du même nom. On venait voir le singe savant. Il se peut que ça lui ait plu. Mais lui a-t-on jamais demandé son avis ? Il me souvient d’une émission de Jacques Martin où des enfants endimanchés, poussés par leurs parents, venaient étaler leurs dons vocaux et musicaux. Jacques Martin savait mener son spectacle qu’il transformait en jeu pour ses jeunes invités. Il les aimait. Du côté des parents, c’était pathétique et lamentable. N’est pas le père de Wolfgang qui veut. À défaut de pouvoir tuer ces géniteurs abusifs, on zappait pour ne plus les voir.

16En fait, tous les enfants ont du génie, malheureusement ça leur passe quand ils grandissent. Picasso raconte qu’un travail long et soutenu lui fut nécessaire pour oublier ce qu’il avait appris afin de retrouver la spontanéité, la désarmante naïveté de ses dessins d’enfants. Oui, il faut donner à l’enfant la liberté d’exprimer sa manière de voir le monde. Georges Mathé traitait des petits leucémiques. Il avait intégré à sa démarche thérapeutique la pratique du dessin. La mort reculait. C’était le bonheur de ces jeunes malades et par conséquent le sien.

17Léonard de Vinci, Raphaël et le Titien nous ont laissé (?) de nombreuses « Vierge à l’enfant », Marie et son petit Jésus. Unanimement, les historiens de l’art, proclament, le génie de ces trois hommes de la Renaissance. J’ai revu d’excellentes reproductions. La Madone à l’œillet (1478 - Alte Pinakothek Münich) montre une belle femme qui s’ennuie et le visage repoussant d’un marmot surmontant un corps bouffi de mauvaises graisses. Même commentaire pour la Madone de Raphaël (L’Ermitage - St Petersbourg). Kif kif pour la Madone aux cerises du Titien (Kunsthistorisches Museum - Vienne). Je ne remets pas en question l’avis des experts, je dis qu’à l’évidence ces génies du pinceau, au mieux, ne s’intéressaient pas aux enfants et, au pire, les détestaient. Le bambino des peintres classés moins géniaux est, hélas, encore plus désolant et il y en a plein les musées. « Des génies mon cul » aurait dit Zazie.

18Heureusement, d’autres maîtres adorent les enfants et le montrent. En particulier Filippo Lippi (La madone du Met de New York et celle du Louvre) et Lucas Cranach le vieux. Ce dernier, pour notre bonheur, nous donne à voir des enfants heureux (Caritas – La charité 1529 – 1540 – 1564 et surtout Le Christ bénissant les enfants du Städel Museum - Frankfurt). Il me faut aussi mentionner les frères Le Nain, ces artistes renommés qui osèrent témoigner de la misère des paysans et de leurs enfants, au temps de la splendeur du roi Soleil. Voyez cette toile étonnante Paysans devant leur maison (Vers 1640 - Palais de la Légion d’honneur. San Francisco). Le garçonnet, d’une extraordinaire dignité, assis à droite en premier plan. La fillette, à l’abri sous une porte, qui laisse la curiosité l’emporter sur la retenue et deux femmes mal fagotées, l’enfant soutenu d’un bras solide, résignées mais fières. On est loin des madones qui s’enquiquinent dans de somptueux brocarts et autres damas.

19Le petit Poucet fut publié en 1697. Deux cent trente ans plus tard, la lecture de ce conte bouleversa l’enfant que j’étais. Un bûcheron et sa bûcheronne sont si démunis qu’ils décident de perdre leurs sept garçons dans la forêt plutôt que de les voir crever de faim à la maison. « … la famine fut si grande que ces pauvres gens résolurent de se défaire de leurs enfants ». Drôle de choix ! Ils auraient pu, aussi bien, les mettre au saloir, comme dans la chantefable de saint Nicolas. Le sel coûtait-il trop cher ? Le manque d’imagination criminelle ? Toujours est-il que, par deux fois, ils sont coupables d’un meurtre prémédité. En vérité, ces parents sont la honte de l’humanité. Et Charles Perrault insiste. Les sept gamins se réfugient chez la femme de l’ogre, lequel en rentrant du boulot (?), sent leur chair fraîche et songe à se les taper. L’épouse – qui n’est pas une ogresse – le persuade que les marmots feront un excellent petit-déj. Il prend une bonne cuite et se pieute. L’ogre avait sept filles, déjà des ogresses potentielles (C’est génétique !). Des tiraillements d’entrailles éveillent le monstre pendant la nuit et, aussi sec, il croque sa progéniture que le petit Poucet avait déguisée en petits mâles. Sept d’un coup. Ainsi, les parents du Poucet et l’ogre sont unis pour un même combat. L’adulte la moins dégueulasse du conte c’est encore l’épouse. C’était donc ça que masquaient les fastes du château de Versailles et que perçurent les Le Nain et Charles Pérault !

20L’enfant, comme personnage, n’a fait qu’une entrée discrète et tardive en littérature. Il n’intéressait ni les auteurs ni les lecteurs. On peut citer Paul et Virginie, Gavroche, Cosette, David Copperfield, Oliver Twist, Sophie et ses malheurs, et j’en passe. Sans commenter la qualité de ces œuvres qu’il me soit permis de remarquer que ces « portraits d’enfants » ne sont en fait que ceux d’« adultes en miniature ». Or, un enfant n’est sûrement pas ça. Il a sa logique, ses comportements, ses repères. Certes, il « promet » d’être adulte mais, en fait, il ne l’est pas. Rares sont les auteurs qui ont réussi à « faire » un enfant. Je ne citerai que les incontournables que chacun connaît. Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll, Les Aventures de Tom Sawyer de Mark Twain, L’Attrape-cœur de J.D. Salinger, La Guerre des boutons de Louis Pergaud, Poil de carotte de Jules Renard et, bien entendu Zazie dans le métro de Raymond Queneau. Ces créations littéraires, outre leur qualité formelle, nous révèlent la profondeur et la diversité des âmes enfantines et l’importance capitale que le jeu et le rêve y occupent.

21J’aurais encore beaucoup à dire sur cette ignorance ou méconnaissance de ce qu’est l’enfant, mais ma préface perdrait de sa nature en s’étirant. Alors, le dernier exemple que je veux donner se situe dans le monde réel. Olivier Reinberg, Professeur de chirurgie pédiatrique, reçoit des enfants traumatisés au CHUV de Lausanne. Ces enfants souffrent de manière plus ou moins intense, mais bien réelle. Il y a une vingtaine d’années, en les interrogeant, ainsi que leurs proches, il constata que rien n’était fait pour les soulager de leur douleur, pas même la prise d’un antalgique, geste banal dans le cas d’un adulte. Il décida d’en savoir plus, mettant en œuvre des méthodes éprouvées d’évaluation de la douleur. Les résultats obtenus confirmèrent son impression première. Parents, médecins, infirmiers trouvaient banale, sinon normale la souffrance d’un enfant traumatisé. La connaissance de ces faits a contribué à changer les attitudes quant aux conduites à tenir vis à vis de ces douleurs.

22La colère et les indignations de Claire sont saines et salutaires.

23En nous les faisant partager, elle nous oblige à réfléchir, à mieux comprendre le pourquoi et le comment de décisions malsaines pour nos enfants. Avec elle, nous allons dans le bon sens. Merci Claire.

Auteur

 DrM – DrS Directeur de Recherches au CNRS, Unité de Chronobiologie – Fondation A. de Rothschild - Paris

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540