Version classiqueVersion mobile

Les loteries royales dans l’Europe des Lumières

 | 
Marie-Laure Legay

Troisième partie. Loteries royales et espaces publics

Chapitre 7. Guerre d’argent et guerre d’information

Texte intégral

  • 1 Gregorio Léti, Critique historique, op. cit., p. 133.
  • 2 AN, G7 1725, « Mémoire touchant la loterie de Son Altesse Royal de Lorraine ». Sur la loterie de l’ (...)
  • 3 Idem.

1Pour éviter l’inconvénient de transporter le numéraire d’un pays à un autre, un directeur de loterie s’adressait aux banquiers et négociants des villes capitales des États voisins où la loterie avait pu s’établir. Gregorio Léti estime qu’avec la Million Loterry de 1694, « il est passé à Londres des pays étrangers, c’est-à-dire des Pays-Bas, d’Allemagne, de Suisse, d’Italie, & même de France, tant en argent comptant qu’en remises jusqu’à 350 mille Livres sterling et davantage »1. En 1700, les loteries de Greenvich établies pour le prince d’Orange en faveur des femmes veuves des matelots anglais ouvraient également des bureaux à Paris2. Familiers des pratiques de paiement international, les banquiers et négociants jugeaient qu’elles favorisaient le commerce et « la bonne intelligence entre les États ». La création des loteries royales ne permit pas toutefois de maintenir des relations sereines entre les établissements concurrents. La collecte des fonds pour une opération charitable était une chose, la prise en charge d’une partie de la trésorerie pour le profit de tout un État en était une autre. Il devint utile de protéger les loteries intérieures des agressions des jeux étrangers. Cette politique protectionniste s’affirma durant tout le XVIIIe siècle, mais dès la guerre de Succession d’Espagne, il devint clair que les autorités publiques craignaient la fuite de capitaux en acceptant la distribution de billets de loteries étrangères sur leur propre territoire. Les entrepreneurs durent se justifier : « on n’a jamais prétendu transporter hors de Paris un seul denier des espèces », déclara Glover3. La guerre d’argent se doubla d’une guerre d’informations par voie de presse interposée.

1. Concurrence allemande et publicité royale

  • 4 Georges Bigwood, op. cit., p. 56-57.
  • 5 AGR, Loteries des Pays-Bas autrichiens, liasse 9.

2Les loteries des Pays-Bas ont délibérément eu cet objectif d’attirer le numéraire. Sur ce bout de sol autrichien coincé entre la France, l’Angleterre et les Provinces-Unies, les loteries permanentes des pays voisins rencontraient un franc succès auprès de la bourgeoisie marchande, c’est pourquoi il fallait s’en préserver et contre-attaquer en sollicitant l’ouverture de bureaux sur les sols voisins. Déjà les loteries des États du Brabant avaient été annoncées en France, après que les députés des États avaient insisté auprès de Louis XV. L’inspecteur général des Librairies et Imprimeries de France, dans un premier mouvement, avait intercepté le paquet de prospectus destinés à être affichés. Il voulait en référer à son ministre. Dans la mesure où les loteries françaises, et notamment celle de Saint-Sulpice, avaient été autorisées dans les Pays-Bas, les députés du Brabant pouvaient attendre la réciproque, qui fut effectivement donnée en 1736. La troisième loterie du Brabant collecta donc des fonds à Lille, Valenciennes, Paris, Orléans, Lyon, Nantes, Rouen, Strasbourg, et jusqu’à Aix-en Provence pour une somme totale de près de 20 000 florins de change. En revanche, les Provinces-Unies refusèrent d’en faire la publicité, en vertu d’un placard du 24 décembre 1695 interdisant aux nationaux de s’intéresser dans les loteries étrangères4. Lorsque le gouvernement des Pays-Bas prit le parti d’établir une loterie à classes en 1754, le directeur de la nouvelle régie parvint à distribuer 16 976 billets en Angleterre et en Hollande, sur un total de 107 300. Mais les deux tentatives suivantes ne furent pas concluantes, ni celle de 1758, ni celle de 1763. Les étrangers pouvaient y souscrire pourtant chez César Sardi et Cie d’Amsterdam, mais le résultat fut décevant : Sur 650 billets à une pistole reçus par l’un des employés, 324 avaient été vendus dans les Pays-Bas, 100 à Amsterdam, 66 à Rotterdam, 10 à Nuremberg et 100 à Paris, « et 50 billets se rapportant icy n’ayant pas étaient vendus »5. Les administrateurs du loto génois, à partir de 1762, se plaignirent aussi du faible succès rencontré à l’étranger. Ce ne fut pas faute de présenter par voie de presse tous les avantages de cette nouvelle loterie à l’aide de tableaux comparatifs comme celui-ci :

Table de comparaison des conditions des Loteries étrangères & de celles de la Loterie Impériale et royale.

On accorde pour un… Extrait simple Extrait déterminé Ambe simple Terne Quaterne
En Italie 13 ¼ 67 266 2/3 5 142 7/8
À Vienne 14 67 240 4 800
À Paris 15 - 270 5 200
À Bruxelles 15 75 270 5 300 60 000

Almanach utile et agréable, Bruxelles, 1766, p. 48.

  • 6 AGR, Conseil des finances, carton 2558, Avis de Delplancq, 1772.
  • 7 HHStA, Nachlass Zinzendorf, 185, Mémoires concernant les provinces belgiques, f° 167.

3Pour assurer la meilleure diffusion possible des billets, l’on pouvait, comme Henri Delplancq le suggéra dans un mémoire de 1772, placer des collecteurs « plus actifs » à proximité des États voisins6. Ces collecteurs franchissaient allègrement les frontières pour vendre leurs billets au nez et à la barbe des autorités voisines. Délibérément, la loterie de Bruxelles fut conçue pour lutter contre les autres loteries : « Pour attirer à la loterie de Bruxelles la préférence sur celle de Paris, on a accordé des primes plus fortes et ajouter le quaterne »7.

  • 8 Georges Bigwood, op. cit., p. 64-65.
  • 9 Voir Michel Porret, « L’épée de la Justice contre la Roue de la fortune : guerre contre le jeu ou a (...)

4En sens inverse, les Pays-Bas, mais aussi la France, eurent à souffrir de la concurrence des loteries allemandes. Dans les années 1730, la loterie du Mont-de-Piété d’Augsbourg (novembre 1735), de 30 000 billets à 5 florins, la loterie à six classes de Francfort (1er août 1736) de 30 000 billets à 10 florins par classe, la nouvelle loterie de Muggenburg dans le comté de Gemen, à trois lieues du comté de Zutphen, faisaient de l’ombre à celle du Brabant. De même, les loteries hollandaises : non seulement la fameuse Generaliteitsloterij établie en 1726, mais aussi la Negotiate van Holland en Westvriesland autorisée le 19 novembre 1735 comprenant 5 classes et 15 000 billets à 200 florins le billet, et la troisième loterie de la compagnie d’Utrecht octroyée en 1731 qui comprenait également cinq classes et un capital de 872 000 florins8. Dans les années 1750, les loteries allemandes devinrent très agressives. Leurs plans étaient traduits en français et inondaient les États voisins francophones, France, Suisse et Pays-Bas méridionaux. La loterie de Cologne (1754), le loto de Mannheim (1764) faisaient de la publicité dans les journaux de langue française. La Suisse par exemple fut inondée de recruteurs9.

  • 10 Arrest du Conseil d’État du Roi, 9 avril 1752, 2 p.
  • 11 Jugement de M. le Lieutenant général de police, qui condamne plusieurs particuliers en cinq cens li (...)

5La France adopta des mesures d’interdiction : l’arrêt du 9 avril 1752 proscrit les loteries étrangères sans permission royale et interdit toute publicité en leur faveur, sous peine d’une amende de 3 000 £. La décision fut adoptée après que le roi a été informé de la vente de billets de la Treizième loterie de Caldenbrouk par un négociant de Lorient10. Malgré l’interdiction, la police trouva des billets et des plans de loteries allemandes chez les buralistes parisiens. Les perquisitions menées en 1759 dans la boutique de Jean-Claude Torsin, receveur de la loterie de l’École royale militaire, rue Saint-Honoré, chez Marie Pichenay, receveur de la loterie de Saint-Sulpice, des Communautés religieuses et des Enfants-Trouvés, place du Vieux-Louvre, dans la boutique de Henri Marion, receveur des mêmes loteries, rue aux Ours, chez Jean-François Theria, rue Saint-Martin, chez Jean-Gabriel Bazan, rue Saint-Honoré, chez Joseph Derbannes, également receveur, rapportèrent essentiellement la présence de billets des loteries des villes de Gemen, de Gemund, de Hernsburg (sic ; Heinsberg ?) et de Dortmund11. Tous furent condamnés à payer 500 livres d’amende.

  • 12 Arrest du Conseil d’État du Roi, 30 juin 1776, portant création de la Loterie royale de France, pré (...)
  • 13 Jugement de M. le Lieutenant général de Police qui condamne le sieur Leblanc à payer & rembourser l (...)
  • 14 Arrest du Conseil d’État du Roi, 30 juin 1776, portant création de la Loterie royale de France, pré (...)

6La création de la loterie de l’École militaire en 1757 ne semble pas avoir arrêté le versement de fonds dans les loteries étrangères. « D’après des informations certaines », ce versement formait même « un objet considérable »12. En 1759, le chevalier d’Arcq, Auguste-Philippe de Sainte-Foy acheta à l’entrepreneur de la loterie de Cologne plusieurs billets, plus de 21013. À défaut de pouvoir enrayer le phénomène, et jugeant « que la prohibition ne pouvait être employée contre les inconvénients de cette nature », Louis XVI forma une nouvelle Loterie le 30 juin 1776 avec l’idée de tirages plus fréquents non seulement à Paris, mais dans les « principales villes et frontières du Royaume, à l’effet d’empêcher plus sûrement l’exportation si préjudiciable à l’état de l’argent dans les Pays étrangers »14. La stratégie était délibérément agressive et l’intendant des finances Bertin ne manqua pas de publier les avantages comparés des loteries à l’occasion de cette création française : il s’agissait d’une forme de publicité inédite :

Table de comparaison des conditions des Loteries étrangères & de celles de la Loterie royale de France.

On accorde pour un… Extrait simple Extrait déterminé Ambe simple Ambe déterminé Terne Quaterne Quine
lots lots lots lots
En Italie 13 ¼ 67 266 ½ 5 142
En Allemagne 14 67 240 4 800 60 000
En France 15 70 270 4 900 5 200 70 000 1 000 000

Arrêt du Conseil d’État du roi, 30 juin 1776.

7Malgré cette publicité, les loteries étrangères conservèrent leur attrait et encore en 1790, des bureaux clandestins existaient. Le patriote Gomband Lachaise les dénonça et exigea de l’Assemblée nationale :

  • 15 AN, G114, « Mémoire sur les loteries par le rédacteur du bulletin, Gomband Lachaise ».

des peines sévères contre les délinquants vu qu’ils concourent à la perte du revenu public. On en connaît près de 5 000 que les administrateurs se sont bien gardés de poursuivre15.

  • 16 AGR, Conseil des finances, 2565, Extrait du protocole du Conseiller des Domaines et finances de l’E (...)
  • 17 AGR, Secrétairerie d’État et de guerre, portefeuille 2270, Mémoire de Walckiers, 18 septembre 1770.
  • 18 Idem, Note de Crumpipen, mars 1776.
  • 19 Idem, lettres de Walkiers, 28 février et 24 octobre 1778.
  • 20 AGR, Loteries royales des Pays-Bas autrichiens, liasse 21.
  • 21 AGR, Secrétairerie d’État et de guerre, portefeuille 2270, lettres de Walckiers, 22 mars 1777 et 24 (...)
  • 22 AGR, Loteries royales des Pays-Bas autrichiens, liasse 18, lettre de Mansi, Spa, 28 juillet 1787.
  • 23 Idem, 7, registre aux résolutions, 21 avril 1787.

8De même, Marie-Thérèse prohiba toute collecte pour des loteries étrangères non autorisées dans les Pays-Bas par l’édit du 25 juin 1763, renouvelé par l’ordonnance du 19 novembre 177816. Les sollicitations des loteries de Cologne furent refusées, celle de l’administrateur Robinet, présentée en 1765, comme celle de l’administrateur Stockhausen, présentée en 177017. Les directeurs de la loterie de Bonn tentèrent de passer en force en recommandant leurs loteries aux maîtres des postes des Pays-Bas, en vain18. Les recommandations des princes allemands n’eurent guère plus d’effets, car ni le prince de Saxe-Hilbourghausen, ni celui de Stolberg-Gedern ne parvinrent à obtenir les autorisations19. Certains d’entre eux tentèrent de soudoyer les receveurs belges. Ainsi Vandenbosche, receveur à Malines, fit savoir qu’il avait reçu un avertissement pour la loterie du comte Chrétien Charles régnant à Leningen, près de Worms, avec un billet de 40 nombres pour la première classe et 3 billets pour toutes les classes de cette loterie. L’expéditeur était un certain B.L. Wierhenhagen se disant conseiller et chargé d’affaires de plusieurs princes de l’Empire20. La question de la distribution des billets viennois dans les Pays-Bas s’avérait plus délicate à traiter cependant. Le gouvernement de Bruxelles autorisa la collecte pour la grande loterie créée à Vienne à 50 florins d’Allemagne par billet en une classe, car elle ne pouvait compromettre le succès de la loterie locale. En revanche, il refusa les collectes de loteries viennoises dont les billets étaient moins chers, y compris celle administrée alors par le marquis de Mansi21. Lorsque ce dernier devint régisseur de la loterie impériale et royale de Bruxelles, il voulut distribuer les billets de sa loterie à classes dans la Saxe électorale et accepta, à titre officieux, l’aide du maître de poste de Reichenberg22. De même, il fut intraitable lorsque le collecteur Calluwe de Menin fut surpris à vendre les billets d’une société étrangère. L’employé fut révoqué23.

Prospectus pour la Loterie de Cologne, 1764.

Prospectus pour la Loterie de Cologne, 1764.

AGR, Loteries des Pays-Bas autrichiens, liasse 20.

  • 24 Archives parlementaires, première série, tome XVI, du 31 mai au 8 juillet 1790, séance du 3 juillet (...)
  • 25 Voir chapitre 9.

9La concurrence ne faiblit pas davantage à Paris. Pour la contrer, Calonne songea à établir une sorte de bureau clandestin pour recueillir les mises des joueurs aux loteries étrangères. Au terme de cinq mois, on comptait déjà 300 000 livres de placer. C’est dire si les loteries devenaient un acteur sensible dans la guerre du numéraire que se livraient els nations24. Cette manière de procéder sera toutefois dénoncée par les patriotes en 179025.

2. Utiliser les journaux : information et désinformation

10Dans cette guerre du numéraire, les journaux devenaient une arme des plus utiles. Informations et désinformations désorientaient sans doute le lecteur qui ne pouvait pas être tout à fait sûr de la vérité. À peine le Parlement de Londres décida-t-il d’adopter le plan de loterie d’un million en 1694 que la gazette de Paris s’en fit l’écho à l’article « Londres » dans le numéro du 6 mars, en des termes perfides :

  • 26 Gregorio Léti, Critique historique, politique, morale, économique et comique sur les loteries ancie (...)

Entr’autres avis qu’on a proposez pour chercher les moyens de trouver de l’argent sans surcharger le peuple d’impôts, quelques uns ont proposé de faire une Lotterie d’un Million de Livres Sterling, dont les billets seroient de dix Livres Sterling chacun, avec un fonds de 74mille Livres Sterling par an, pour asseurer la rent (sic) de ceux qui y mettroient & dont on paieroit huit pour cent d’intérêt à tous ceux qui auroient des billets blancs. Mais tout le monde croit que cet expédient ne sera pas accepté par le Parlement26.

11Pour encourager les mises de l’étranger, on utilisait abondamment la presse en pleine expansion. La loterie de Londres fut annoncée dans toute l’Europe. Les loteries les plus courues, comme celle du Palatinat, faisaient publier la programmation des tirages pour que les pontes puissent anticiper leurs investissements :

  • 27 Nouveau Journal helvétique, ou Correspondance littéraire de l’Europe et principalement de la Suisse (...)

L’administration générale de la loterie électorale palatine établie à Mannheim & connue sous le nom de lotto palatin, instruite de toute part de l’empressement général des étrangers à jouer à cette loterie se fait un plaisir de leur en faciliter tous les moyens… Nous traçons ici tous les tirages de l’année pour que chaque ponte puisse en consulter les époques à son gré & préparer ces jeux sur un calcul assuré27.

  • 28 Étrennes palatines, pour l’année 1769.
  • 29 AN, Y 9518, dossier Gruas.

12Le bureau principal de ce loto se trouvait à Mannheim, près du château, sous la direction du conseiller Saint-Martin, mais de nombreux comptoirs subalternes avaient été ouverts, non seulement dans le Palatinat, mais également dans les pays étrangers, « et on s’empresse tous les jours à en établir de nouveaux pour satisfaire à l’accueil que fait le public à cette loterie »28. Celle-ci était si célèbre que les fraudeurs de billets utilisaient son nom et son entête. Ainsi à Lyon dans les années 1770, Pierre Gruas, qui se faisait appeler « le grand bon Dieu », distribuait quantité de fausses reconnaissances de billets de la loterie de Mannheim. Il fut arrêté par les services de police29.

  • 30 La Gazette de Cologne, LXXXI, vendredi 7 octobre 1768.
  • 31 Jean Dusaulx, La passion du jeu, op. cit., 1779, partie II, p. 235.

13Dans quelle mesure les loteries royales ont envisagé de financer directement les journaux d’annonces ? On peut se poser la question au regard du destin de Louis Delaroque, receveur de la Loterie royale de Bruxelles30, mais aussi collecteur général de la loterie de Cologne, établi à Cologne même, et bailleur du journal Le Nouvelliste politique de l’Allemagne. Delaroque était conseiller financier de l’Électeur et diffusait les nouvelles à la main venues de France et de Hollande. Dans les années 1770, l’académicien Jean Dusaulx prédit une débauche d’informations concernant les loteries : « les journaux, les gazettes publieront les numéros gagnants ; les noms des favoris de la Fortune, volant de bouche en bouche, consignés sur les listes couronnées de festons et de fleurs, ameuteront de toutes parts de nouveaux concurrens »31.

  • 32 AGR, Loterie des Pays-Bas autrichiens, liasse 18, Lettre de Mansi à Reul, Vienne, le 3 mai 1787.
  • 33 Idem, Lettre du 10 mai 1787.
  • 34 Idem, Lettre du 22 février 1789.
  • 35 Idem, Lettre du 24 janvier 1789. La marquise de Circello, née Maria Cristina Ruffo, était mariée à (...)
  • 36 AGR, Loterie des Pays-Bas autrichiens, 7, registre aux résolutions, 21 avril 1787.

14La guerre des journaux prit une tournure plus agressive encore au temps de la régie intéressée bruxelloise d’Aurelio de Mansi et Augustin de Reul. Soucieux de vendre ses billets dans toute l’Europe, Mansi fit annoncer sa loterie à classes dans toutes les gazettes. L’avis de tirage fut traduit du français vers l’allemand et diffusé dans les journaux de Vienne, de Prague et dans tous les pays héréditaires d’Allemagne. De même, les plans de loterie étaient massivement distribués : « Je fais imprimer présentement mille plans en français et mille plans en allemand que je commencerai à faire distribuer dans la semaine prochaine »32. D’après lui, ces plans étaient « demandés par le public avec grand empressement »33. Il suivait avec beaucoup de sérieux ses réseaux de distribution. Il concentra ses efforts sur le débit des billets en Angleterre et à Vienne, où il était établi. Il se plaignait lorsqu’une ville n’était pas couverte par un correspondant. À Lucques, ce réseau passait par un dénommé Morganti34. À Paris, la marquise de Circello vendit pour lui cent billets pour le troisième tirage, « depuis 1 501 à 1 550 et depuis 3 651 à 3 700 »35. À tous, il n’omettait pas d’envoyer les listes de tirage et chaque extraction de classe. Inversement, il révoqua plusieurs collecteurs de son administration « pour s’être entremis dans une collecte illicite de la part d’une société étrangère »36.

  • 37 Idem, 26 juillet 1787.
  • 38 Idem, 31 juillet 1787.
  • 39 Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la République des lettres e (...)

15En 1787, Mansi fut confronté à une campagne de désinformation fomentée par la loterie de Hollande. Lorsqu’il reçut la Gazette de Francfort du 12 juillet, il eut la surprise de lire « que les billets de la loterie impériale et royale sont tombés à 50 % de perte et que tous les papiers sur les Pays-Bas autrichiens ne sont plus en cours »37. La Gazette de Francfort circulait alors dans toute l’Allemagne. Mansi alerta immédiatement le comte Joseph de Murray, gouverneur général des Pays-Bas et le comte Ferdinand de Trauttmansdorff, ministre de Joseph II au cercle du Bas-Rhin. Les régisseurs furent autorisés à publier un démenti dans tous les journaux des Pays-Bas et d’Allemagne38. Il semblerait que la loterie d’Amsterdam n’en fût pas à son premier coup. Déjà en 1776, la loterie d’Espagne chargée de financer le canal de Murcie eut à souffrir des effets d’un libelle intitulé Réflexions imprimées en Hollande sur l’emprunt royal du canal de Murcie39.

16Cette rude concurrence économique eut des répercussions politiques. Dans le débat qui opposa les partisans et les pourfendeurs de ces jeux, les premiers mirent en avant cet argument. À défaut d’une loterie « nationale », ne risquait-on pas de voir les paris se faire au profit de l’étranger ? Le comte de Mirabeau récusa cette objection dans son style inimitable :

  • 40 Honoré-Gabriel de Riqueti, comte de Mirabeau, Lettre remise à Frédéric-Guillaume II, roi régnant de (...)

Ah ! rejetez avec horreur cette arithmétique corrompue, ces sophismes détestables. Certes, il est des moyens de s’opposer aux loteries étrangères. On ne doit pas appréhender ces collecteurs secrets ! Ils ne peuvent pas pénétrer fort avant lorsque la peine est sévère, et c’est bien là, c’est là seulement qu’un prix pour la délation est sans inconvénient, car c’est la peste circulante que l’on dénonce. La peine naturelle contre ceux qui favoriseraient les mises aux loteries étrangères est l’infamie, l’exclusion des places municipales, des corporations de marchands… la peine de mort40.

3. Fausses et vraies lumières : l’édition

  • 41 Louis Petit de Bachaumont, Jean Toussaint Merle, Mémoires historiques, littéraires et critiques de (...)
  • 42 On peut se référer à Robert Darnton, La fin des Lumières, le mesmérisme et la Révolution, Paris, 19 (...)
  • 43 Claude-François Menestrier, La philosophie des images énigmatiques, Lyon, chez Jacques Lions, 1694, (...)

17L’attrait des loteries, bâties sur la maîtrise du calcul arithmétique, tenait paradoxalement dans leur part de mystère. Le sort seul décidait des numéros gagnants, mais précisément, le sort, dans les esprits du temps, avait toujours un sens caché. Les nombres formaient un langage que les plus superstitieux voulaient percer. La duchesse d’Anville par exemple ne trouva rien de mieux que de se rendre, un jour de janvier 1777, dans un asile de fous pour faire annoncer les numéros gagnants d’un terne à l’un d’eux41. Pour deviner le sort, les joueurs pouvaient se tourner vers toutes sortes de méthodes, d’autant que les charlatans ne manquaient pas pour vendre leurs ouvrages. Ces écrivains qui prétendaient maîtriser l’art divinatoire revêtaient souvent les oripeaux de la science. Leurs arguments définissaient de fausses lumières qu’il n’était pas toujours facile de combattre42. L’art divinatoire était condamné par les théologiens. « Si les jeux de hazard sont défendus, beaucoup plus le doivent être les divinations que l’on fait & les conjectures que l’on tire de certains événemens qui sont purement casuels », écrit le très rationnel père jésuite, Claude-François Menestrier43. Et l’auteur de condamner les ouvrages charlatanesques comme Le Passe-tems de la fortune des dez, ou Pratique curieuse ou les oracles des Sibilles sur chaque question posée tirée des manuscrits de la bibliothèque de M. Comiers, un livre qui joue sur les nombres, sur les jours de la lune, sur la valeur arithmétique des lettres et des dictions.

  • 44 Voir Journal des Sciences et des Beaux-Arts dédié à Monseigneur le Comte d’Artois, t. II, 1er avril (...)
  • 45 AN, Y 9518, dossier Pierre Gruast.
  • 46 Étrennes aux amateurs de la loterie royale de France, ou vraie explication des songes. Avec leur ra (...)
  • 47 Carpenteri Albumazar de, La Clef d’Or, ou l’astrologue fortuné devin. Contenant une liste générale (...)
  • 48 Sébastien-Antoine Parisot, L’Art de conjecturer à la loterie […] avec des tables de combinaisons et (...)

18Une autre forme de duperie consistait à diffuser dans le commerce des petits livres divinatoires. Oracles, songes, talismans… l’espoir faisait vendre toutes sortes de divinations. Dans toutes les Cours européennes circulaient des prophéties miraculeuses, toujours extravagantes, vendues à prix d’or par des « astronomes », des mathématiciens ou des aventuriers cosmopolites. Ces ouvrages se multiplièrent dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, comme cet Oniroscopie ou application des songes aux numéros de la Lotterie de l’École royale militaire, qui proposait des interprétations des songes en accolant à chaque d’eux un des 90 numéros de la roue de la fortune. Ainsi, conseille-t-on : si le songe vous représente un chat noir, il faut prendre le nombre 21 ; s’il s’agit d’un chat roux, le 20 ; des éclairs ? le 12 ! Si l’on avait rêvé de hallebarde, il était conseillé de miser le 90… etc44. Publié une première fois en 1773, il fut de nouveau vendu à partir de 1777 sous le titre L’Oniroscopie ou application des songes aux numéros de la Loterie royale de France, tirée de la Cabale italienne et de la sympathie des nombres, puis réédité en 1783 chez Desnos, et plus tard encore dans une nouvelle version de 1787. Pierre Cruas, qui diffusait à Lyon de faux billets de loterie, en possédait un exemplaire45. D’autres traités de divination associant le calcul, les images des rêves et les numéros de la loterie, comme les Étrennes aux amateurs de la loterie royale de France (1777 également) eurent du succès46. On trouvait dans ce dernier ouvrage les préceptes d’un astrologue italien, Albumazar de Carpenteri, qui gagna à la loterie de Venise du 7 février 1754 la somme de 1 000 écus. Sa « figure Pentagone » fut publiée en 182247, mais elle était déjà connue avant cette date. Le faux mathématicien plaçait les cinq numéros du tirage précédent de la loterie aux sommets du pentagone, puis il procédait à une réduction « théosophique » (addition des deux nombres du chiffre), puis il additionnait les nombres obtenus des triangles internes du pentagone, procédait de nouveau à une réduction, à quelques opérations simples et parvenait ainsi à un résultat. Tous ces ouvrages, pour les esprits rationnels, allaient « de pair avec les contes du Petit Poucet ou de ma Mère l’oie »48. Ils enivraient de superstition l’ignorant et le malheureux dont l’âme était toujours prompte à espérer.

Figure pentagone de Albumazar.

Figure pentagone de Albumazar.
  • 49 Dictionnaire de l’Académie française, quatrième édition, t.2, Paris, Veuve B. Brunet, 1762, p. 101.

19Le XVIIIe siècle vit également naître les techniques de « martingale », terme qui apparaît dans le Dictionnaire de l’Académie française en 1762 dans sa seconde acception, celle qui nous intéresse : « c’est jouer toujours ce qu’on a perdu »49. La martingale consiste à jouer selon des règles donnant l’illusion d’une chance accrue de gain au jeu de hasard. À la loterie, on espère augmenter ses chances en jouant des numéros extrêmes, ou en jouant des séries de numéros… L’esprit probabiliste du temps favorise ce type de jeu, mais la méthode ne présente guère plus de sûreté que les traités divinatoires. Il est proprement impossible en effet de modifier l’espérance mathématique des gains, ce que Huyn perçoit parfaitement :

  • 50 P.N. Huyn., La théorie des jeux de hasard, 1788, p. 34-35.

Il ne peut exister aucune marche, aucune manière de jouer pour gagner sûrement, pas même pour ôter la moindre portion de l’avantage du banquier… Si un joueur a eu la chance de doubler, de tripler sa martingale, sans fauter, il ne faut pas s’imaginer que sa méthode vaille mieux pour cela50.

  • 51 Encyclopédie méthodique, Finances, tome 2, Paris, Panckouke, 1785, p. 764.

20Tous les véritables mathématiciens déconseillaient donc de jouer ainsi, à l’instar du spécialiste de la question, Caminade de Castres51.

  • 52 Idem.
  • 53 Sur l’arithmétique politique, voir Jean-Claude Perrot, Une histoire intellectuelle de l’économie po (...)
  • 54 Journal des sçavants avec des extraits des meilleurs journaux, mars 1773, tome LXV, à Amsterdam, ch (...)
  • 55 Ci-dessous, chapitre 9.

21Différents étaient les traités savants assortis de tables de calculs utiles pour combiner les mises et les fonder sur des données scientifiques. L’un des tous premiers du genre fut sans doute celui de Pierre Raymond de Montmort, Essai d’analyse sur les jeux de hasard, publié pour la première fois en 1708. Un siècle plus tard, cet ouvrage passait encore pour « le plus satisfaisant »52. Il est vrai qu’au tout début du XVIIIe siècle, les loteries royales n’avaient pas encore pris leur forme définitive. C’est pourquoi les mathématiciens comme Pascal, Fermat, Huygens ou les Bernoulli, en approchant les probabilités, ne s’étaient penchés jusque-là que sur les jeux de hasard en général. Le propos de Jacques Bernoulli par exemple, dans son Ars Conjectandi, publié après sa mort à Bâle en 1713, fut d’appliquer les formules tirées de l’analyse des jeux de hasard aux sciences économiques, physiques ou morales. Les démonstrations de ces maîtres « calculateurs » inspirèrent toutefois des écrivains de second rang habiles à publier des méthodes de pari à la loterie basées sur l’algèbre ordinaire. Si l’arithmétique devenait utile à la décision politique, elle devait a fortiori orienter la décision des joueurs de loto53. La même année que l’Oniroscopie sortit des presses parisiennes de Delatour La galerie des combinateurs, ouvrage dédié aux actionnaires de la loterie de l’École royale militaire, d’un dénommé Graf qui habitait rue des Lavandières. Cet ouvrage était l’un des mieux fait « de tous les écrits, spéculations, calculs, combinaisons, tableaux sur la loterie de l’École militaire », d’après le Journal des Savants54. Il indiquait la manière de diriger ses mises à l’aide de 264 tableaux « appuyés sur les principes les plus clairs de la probabilité la plus évidente ». On voyait dans chacun, d’un coup d’œil, 1° : le nombre de numéros sur lesquels on pouvait diriger la mise ; 2° : le nombre de tirages pendant lesquels on peut la suivre ; 3° : le prix de la chance par elle-même à chacun de ces tirages ; 4° : le montant de la mise par elle-même à chacun des mêmes tirages ; 5° : le total progressif des dépenses déjà faits jusque tel ou tel tirage, et 6° : le produit que donne à chacun l’événement d’une ou de plusieurs chances. La méthode de Graf se basait sur l’opération du compas ordinaire et du compas à verge, invention de son cru. Il démontrait qu’avec de la persévérance, au bout d’un certain nombre de révolution, l’on tirait nécessairement profit du jeu. L’ouvrage de Graf s’appuyait sur une science des probabilités en plein essor, sur laquelle nous reviendrons55.

  • 56 Sébastien-Antoine Parisot, op. cit., p. 98.

22Il annonçait les traités plus complets comme celui de Sébastien-Antoine Parisot. Son Art de conjecturer à la loterie, publié en 1801, peut en effet être considéré comme un véritable traité de mathématique, organisé en 16 problèmes avec leurs corollaires, et complété par des tables. À titre d’exemple, le problème XIII soulevait la question suivante : « combien faut-il laisser passer de tirages depuis la sortie d’un numéro, afin de pouvoir parier avec avantage sur ce numéro ? »56 Et l’auteur de donner les équations utiles sous la forme :

  • 57 Idem, p. 103.

Tableau des probabilités de retour périodique de mise57.

Mise Nombre de tirages qu’il faut laisser passer
Extrait x = Log.2 / Log.18 – Log.17 = 12 1/18
Ambe x = Log.2 / Log.801 – Log. 799 = 277 1/4
Terne x = Log.2 / Log.11 748 – Log.11 747 = 8 157 367/369
Quaterne x = Log.2 / Log.511 038 – Log.511 037 = 376 287 1/2
Quine x = Log.2 / Log.43 949 268 – Log.43 949 247 = 30 103 000
  • 58 AN, G9 114.

23Comme il y avait à l’époque trois tirages par mois, soit 36 tirages par an, l’on pouvait parier au pair que le quine sorti à la Loterie de Paris le 9 vendémiaire an 9 par exemple, reviendrait dans le cours d’une période de 836 194 ans à peu près (30 103 000 divisés par 36), indiquait Parisot ! Encore les tables de logarithmes de Lazare Carnot n’avaient-elles pas encore été publiées. Parisot faisait-il partie de la société des Mathématiciens propriétaires du Journal des Actionnaires et receveurs des Loteries ? Nous savons en tout cas que le numéro 1 de ce journal publia le 9 frimaire an X La Pepteyatechnie ou la science des jeux de hasard appliqués aux loteries58.

  • 59 Gravelot Hubert-François Bourguignon (dit), Almanach utile et agréable de la Loterie de l’École roy (...)
  • 60 Almanach utile et agréable de la Loterie impériale et royale, Bruxelles, Imprimerie de la Loterie, (...)

24À défaut de s’appuyer sur des livres aussi savants, le joueur pouvait se contenter d’acheter les almanachs de loterie. Ces ouvrages sont apparus au milieu du XVIIIe siècle pour expliquer les principes particuliers du loto. L’Almanach utile et agréable de la loterie de l’École royale militaire pour l’année 1759 montrait aux lecteurs non seulement l’origine du jeu, son progrès, mais aussi « la façon de placer le plus avantageusement sa mise »59. Illustré par Hubert-François Gravelot, l’almanach répondait aux besoins d’instruction d’une population qui découvrait « le plaisir de se faire soi-même son sort ». L’entreprise éditoriale fut imitée pour les Pays-Bas quand Marie-Thérèse établit également le loto. L’Almanach utile et agréable de la Loterie impériale et royale commença à être publié en 1766 et jusqu’en 1794 sur la base d’un ouvrage par an60. On y trouvait également les tables de mises, les conseils pour apprivoiser ce jeu :

Première page de l’Almanach, Bruxelles, 1766.

Première page de l’Almanach, Bruxelles, 1766.

Bibliothèque des Archives du Royaume, LP 2932.

  • 61 Idem, 1766, préface.

Comme la Loterie gênoise etoit une nouveauté à Bruxelles, le peuple d’abord s’est faut un hydre de ces calculs… et ceux qui ont voulu les rendre clairs, à en juger par les efforts qu’ils ont fait pour cela, ont cru sans doute qu’ils avoient beaucoup à faire pour y parvenir ; dès lors, beaucoup de démonstrations et de décompositions, mais peu de lumières61.

  • 62 Idem.

25La dénonciation des fausses lumières point ici très clairement. L’almanach se proposait donc de faciliter les calculs du joueur en lui décomposant toutes les mises possibles (extrait, ambe, terne et quaterne), entreprise d’autant plus facile à Bruxelles, « nation à qui de tout tems l’esprit de calcul et de spéculation a été familier »62.

Notes

1 Gregorio Léti, Critique historique, op. cit., p. 133.

2 AN, G7 1725, « Mémoire touchant la loterie de Son Altesse Royal de Lorraine ». Sur la loterie de l’hôpital de Greenwich, voir BN, Ms 21628, f° 446-447, Loterie charitable pour l’hospital de Greenwich afin de secourir les matelots estropiez, leurs veuves et orphelins par acte du Parlement.

3 Idem.

4 Georges Bigwood, op. cit., p. 56-57.

5 AGR, Loteries des Pays-Bas autrichiens, liasse 9.

6 AGR, Conseil des finances, carton 2558, Avis de Delplancq, 1772.

7 HHStA, Nachlass Zinzendorf, 185, Mémoires concernant les provinces belgiques, f° 167.

8 Georges Bigwood, op. cit., p. 64-65.

9 Voir Michel Porret, « L’épée de la Justice contre la Roue de la fortune : guerre contre le jeu ou anathème contre le luxe ? Le démantèlement d’un réseau de joueurs à Genève en 1774 », Revue du Vieux Genève, 1990, p. 13-23.

10 Arrest du Conseil d’État du Roi, 9 avril 1752, 2 p.

11 Jugement de M. le Lieutenant général de police, qui condamne plusieurs particuliers en cinq cens livres d’amende chacun, pour avoir vendu des billets de loteries étrangères non autorisées par Sa Majesté, Paris, Imprimerie royale, 10 octobre 1759, 4 p.

12 Arrest du Conseil d’État du Roi, 30 juin 1776, portant création de la Loterie royale de France, préambule.

13 Jugement de M. le Lieutenant général de Police qui condamne le sieur Leblanc à payer & rembourser le prix de plusieurs billets de la loterie de Cologne…, Paris, 16 octobre 1759, p. 2.

14 Arrest du Conseil d’État du Roi, 30 juin 1776, portant création de la Loterie royale de France, préambule.

15 AN, G114, « Mémoire sur les loteries par le rédacteur du bulletin, Gomband Lachaise ».

16 AGR, Conseil des finances, 2565, Extrait du protocole du Conseiller des Domaines et finances de l’Empereur et Roi, Ransonnet, 4 février 1792. À propos de la demande de la ville de Francfort.

17 AGR, Secrétairerie d’État et de guerre, portefeuille 2270, Mémoire de Walckiers, 18 septembre 1770.

18 Idem, Note de Crumpipen, mars 1776.

19 Idem, lettres de Walkiers, 28 février et 24 octobre 1778.

20 AGR, Loteries royales des Pays-Bas autrichiens, liasse 21.

21 AGR, Secrétairerie d’État et de guerre, portefeuille 2270, lettres de Walckiers, 22 mars 1777 et 24 octobre 1778.

22 AGR, Loteries royales des Pays-Bas autrichiens, liasse 18, lettre de Mansi, Spa, 28 juillet 1787.

23 Idem, 7, registre aux résolutions, 21 avril 1787.

24 Archives parlementaires, première série, tome XVI, du 31 mai au 8 juillet 1790, séance du 3 juillet 1790, p. 683. Rapport de Charles-François Lebrun qui rappelle aux Constituants cette opération particulière de Charles-Alexandre de Calonne sur les loteries.

25 Voir chapitre 9.

26 Gregorio Léti, Critique historique, politique, morale, économique et comique sur les loteries anciennes et modernes… partie I, 1697, p. 126.

27 Nouveau Journal helvétique, ou Correspondance littéraire de l’Europe et principalement de la Suisse, dédié au Roi, à Neuchâtel, 17 janvier 1771, p. 408.

28 Étrennes palatines, pour l’année 1769.

29 AN, Y 9518, dossier Gruas.

30 La Gazette de Cologne, LXXXI, vendredi 7 octobre 1768.

31 Jean Dusaulx, La passion du jeu, op. cit., 1779, partie II, p. 235.

32 AGR, Loterie des Pays-Bas autrichiens, liasse 18, Lettre de Mansi à Reul, Vienne, le 3 mai 1787.

33 Idem, Lettre du 10 mai 1787.

34 Idem, Lettre du 22 février 1789.

35 Idem, Lettre du 24 janvier 1789. La marquise de Circello, née Maria Cristina Ruffo, était mariée à Tomaso di Summa (178-1826), ambassadeur de Naples à Paris.

36 AGR, Loterie des Pays-Bas autrichiens, 7, registre aux résolutions, 21 avril 1787.

37 Idem, 26 juillet 1787.

38 Idem, 31 juillet 1787.

39 Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la République des lettres en France…, t. 9, Londres, 1784, p. 37.

40 Honoré-Gabriel de Riqueti, comte de Mirabeau, Lettre remise à Frédéric-Guillaume II, roi régnant de Prusse, le jour de son avènement au trône, 1787, p. 38.

41 Louis Petit de Bachaumont, Jean Toussaint Merle, Mémoires historiques, littéraires et critiques de Bachaumont depuis l’année 1762 jusque 1788, vol. 1, Paris, Léopold Collin, 1808, anecdote de 25 janvier 1777, p. 237.

42 On peut se référer à Robert Darnton, La fin des Lumières, le mesmérisme et la Révolution, Paris, 1984, ou à Thomas M. Kavanagh, Limits of theory, Stanford University Press, 1989.

43 Claude-François Menestrier, La philosophie des images énigmatiques, Lyon, chez Jacques Lions, 1694, p. 400.

44 Voir Journal des Sciences et des Beaux-Arts dédié à Monseigneur le Comte d’Artois, t. II, 1er avril 1777, à Paris, chez Lacombe, libraire, rue de Tour, 1777, p. 212.

45 AN, Y 9518, dossier Pierre Gruast.

46 Étrennes aux amateurs de la loterie royale de France, ou vraie explication des songes. Avec leur rapport aux quatre-vingt-dix numéros de la loterie royale de France, suivie de quatre-vingt-dix figures allusives aux mêmes numéros, avec des cabales pour le calcul, titrées des meilleurs auteurs italiens. Ouvrage traduit de l’italien en françois, fort intéressant à tous ceux qui veulent tenter la fortune par des mises heureuses, Lugano, 1777, 250 p.

47 Carpenteri Albumazar de, La Clef d’Or, ou l’astrologue fortuné devin. Contenant une liste générale de tous les Arts, Songes et visions nocturnes, avec les noms des choses, et les Numéros auxquels elles se rapportent, pour s’en servir aux tirages de la Loterie Royale de France. Traduit de l’italien d’… Enrichi de 60 figures, qui expriment les Arts, les Animaux, et tout ce qui peut correspondre aux quatre - vingt - dix numéros : Y joint la Figure Pentagone pour la Cabale mathématique. Nouvelle édition, Augmentée des Nombres sympathiques des payans de chaque numero, de leurs adversaires, du Jeu des pairs et impairs, et des numeros, des Mameluchs Par M.Perégrinus, Lyon, chez Girard, 1822.

48 Sébastien-Antoine Parisot, L’Art de conjecturer à la loterie […] avec des tables de combinaisons et de probabilités, Paris, E. Bidault, 1801, préface.

49 Dictionnaire de l’Académie française, quatrième édition, t.2, Paris, Veuve B. Brunet, 1762, p. 101.

50 P.N. Huyn., La théorie des jeux de hasard, 1788, p. 34-35.

51 Encyclopédie méthodique, Finances, tome 2, Paris, Panckouke, 1785, p. 764.

52 Idem.

53 Sur l’arithmétique politique, voir Jean-Claude Perrot, Une histoire intellectuelle de l’économie politique, XVII-XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 1992.

54 Journal des sçavants avec des extraits des meilleurs journaux, mars 1773, tome LXV, à Amsterdam, chez Marc-Michel Rex, 1773, p. 546-547.

55 Ci-dessous, chapitre 9.

56 Sébastien-Antoine Parisot, op. cit., p. 98.

57 Idem, p. 103.

58 AN, G9 114.

59 Gravelot Hubert-François Bourguignon (dit), Almanach utile et agréable de la Loterie de l’École royale militaire pour l’année 1759. Où l’on voit son origine, ses progrès, son établissement en France et la façon de placer le plus avantageusement sa mise. Enrichi de quatre-vingt dix figures en taille douce qui pourront servir de devises, Amsterdam, se vend à Paris chez Prault père et L. Le Clerc, 1759, 100 p.

60 Almanach utile et agréable de la Loterie impériale et royale, Bruxelles, Imprimerie de la Loterie, 12 vol. 1766-1794.

61 Idem, 1766, préface.

62 Idem.

Table des illustrations

Titre Prospectus pour la Loterie de Cologne, 1764.
Crédits AGR, Loteries des Pays-Bas autrichiens, liasse 20.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure pentagone de Albumazar.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1565/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Première page de l’Almanach, Bruxelles, 1766.
Crédits Bibliothèque des Archives du Royaume, LP 2932.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1565/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search