Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Postface 2 : Voyage dans l’économie de la connaissance : la fabrique de l’université au Vietnam

Helga-Jane Scarwell

Texte intégral

1Cette postface, je l’admets bien volontiers, prolonge les textes présentés dans cet ouvrage comme une autre voix s’ajoutant à celle des autres auteurs. La postface serait alors l’ultime développement de cette textualité à l’intérieur du paratexte (Genette 1987), lieu où est proposée une autre lecture de la thématique de l’ouvrage. Elle crée alors un espace de résonance où il devient possible d’évoquer à nouveau les problématiques posées par l’économie de la connaissance, d’autant que le contexte universitaire international est fortement concurrentiel. Non seulement, l’environnement mondial de l’enseignement supérieur s’est élargi, obligeant ainsi l’ensemble des différents acteurs de l’enseignement supérieur à réévaluer leurs priorités et leurs attentes afin de se positionner dans un classement de Shanghai controversé, mais la question de l’aménagement universitaire et plus globalement des relations entre l’université et son territoire se posent également à différentes échelles.

  • 1 Banque Mondiale et UNESCO. 2000. Higher Education in Developing Countries : Peril and Promise. Repo (...)

2Ces questions concernent tout autant les pays émergents qui succombent parfois au battage médiatique entourant les universités de niveau international, quand bien même celles-ci dépasseraient largement leurs besoins éducatifs et leurs potentiels de recherche. En 2000, la Banque Mondiale elle-même a élargi sa reconnaissance à l’importance de l’enseignement supérieur pour le renforcement des capacités et la réduction de la pauvreté, dans son rapport intitulé « Périls et promesses1 » qui mettait l’accent sur l’enseignement supérieur en tant qu’élément important au sein de la stratégie pour l’éducation. Toutefois, en 2009, au regard de la crise, elle en souligne les limites en dénonçant leur inadaptation aux besoins des pays émergents. Selon le rapport de la Banque Mondiale (2009), « les pays pressés de construire des universités internationales d’élite devraient déterminer s’ils peuvent se permettre de dépenser les sommes élevées qu’impliquent la construction et la gestion de telles institutions sans nuire au reste du système éducatif du pays ». Cette quête d’excellence témoigne d’un constat : la croissance économique et la compétitivité mondiale sont de plus en plus déterminées par le savoir et les universités jouent un rôle clé dans ce contexte. Dans la mesure où chacun s’accorde sur la nécessité d’intégrer l’économie de la connaissance aux politiques urbaines, il est naturel que l’on s’interroge sur les dimensions stratégiques clés pour guider les pays dans la transition vers une économie fondée sur le savoir.

  • 2 Cette recherche est elle-même adossée à un projet en cours de délocalisation de diplôme de MASTER à (...)

3Aussi, en m’appuyant sur une recherche récente2 menée sur une métropole-capitale Hanoi, ville en transition urbaine vers le développement durable, j’esquisserai quelques observations non exhaustives qui peuvent être regroupées en quatre thèmes liés les uns aux autres : le déterminisme technologique, le mimétisme, la gouvernance, la transférabilité. À travers l’exemple de Hanoi, je reviendrai sur les attendus de l’économie de la connaissance avant de revenir aux sources du modèle qui, implicitement selon ses partisans, pourrait orienter l’Asie et notamment le Vietnam. J’amorcerai enfin un questionnement sur l’idée d’un modèle asiatique fondé sur l’économie de la connaissance afin de souligner les facteurs de production traditionnels qui sont à l’origine d’un décollage du pays qui débute bien avant que la question de l’économie de la connaissance ne soit placée au cœur des débats sur l’émergence.

4Depuis la fin des années 1980, les recompositions spatiales du tissu urbain de la capitale vietnamienne sont conduites par trois facteurs :

    • 3 Hanoi a connu en 2008 une redéfinition de son périmètre administratif en intégrant une province voi (...)

    Une croissance démographique importante liée à la fois au renouvellement des périmètres administratifs3, à l’accroissement naturel et aux migrations des campagnes vers les noyaux urbains. Hanoi a donc besoin de loger une population toujours plus importante, c’est pourquoi, le développement du « grand Hanoi » passe par la constitution d’un réseau de villes satellites.

  1. Le développement économique, endogène et exogène, conduit à l’apparition de nouvelles zones franches qui constituent autant de points d’accroche pour densifier la ville.

  2. Les réformes politiques et notamment le Doi Moi placent les villes au cœur du renouveau économique. L’intervention des échelles provinciales locales dans l’aménagement du territoire conduit également à une marche vers la métropolisation de la ville, à son tour renforcée par la croissance du nombre de projets financés par des investisseurs nationaux et internationaux.

5Dans cette métropolisation, outre les aspects liés aux espaces centraux (tertiaire de commandement), ce sont principalement les espaces périphériques qui sont à la fois l’objet et le vecteur de la transformation de Hanoi. En l’occurrence, l’espace périurbain est considéré comme un simple réservoir foncier au service de la croissance et de la diversification des activités menaçant fortement les activités économiques antérieures. Parmi les projets retenus dans un de ses espaces périphériques, on retiendra la création de véritables villes nouvelles, qui se décline notamment en éco-villes et villes satellites. L’une d’entre elles, la technopole d’Hoa Lac, s’inscrit clairement dans le paradigme de l’économie de la connaissance et de l’innovation. Cette dimension est au cœur même du projet et explique le choix de l’implantation de la future « Silicon Valley vietnamienne, qui accueillera l’Université des Sciences et des Technologies de Hanoi (U.S.T.H), située au sein du parc technologique de Hoa Lac. Cette université comme l’ensemble des projets en cours doivent nous convaincre que l’avenir de Hanoi réside dans le développement urbain tous azimuts. Le gouvernement vietnamien a choisi la France pour partenaire afin de créer un nouveau modèle d’université et créer l’Université des Sciences et des Technologies de Hanoi. L’articulation entre la formation et la recherche avec le monde industriel est annoncée comme une des clés de la réussite de l’U.S.T.H. Les entreprises françaises présentes au Vietnam seront d’ailleurs invitées à participer à la Fondation partenariale qui sera adossée à l’U.S.T.H. Dans cette perspective, la construction d’une université symbolise un ferme engagement et un vif encouragement de la part de l’État vietnamien. Cependant, si l’aménagement et la construction de villes universitaires (campus) à l’exemple de Hanoi connaissent une forte progression, il reste à mesurer l’écart entre les discours et les « modes de faire » locaux car ces grands projets exercent une influence non seulement dans l’éducation mais aussi dans l’économie et la société hanoienne.

6Que retenir de cette émergence d’un développement fondé sur l’économie de la connaissance et sa pratique concrète ?

Le déterminisme technologique, fruit d’un mimétisme contraint ?

  • 4 Le 12 Novembre 2009 : Accord intergouvernemental pour la création de l’Université des Sciences et d (...)

7Parce qu’Hanoi a l’ambition de se positionner dans la compétition mondiale, la politique urbaine enclenchée a désormais pour objectif de faire de la ville une capitale moderne et fonctionnelle, en phase avec les exigences de l’internationalisation des échanges (Cerise, de Maximy, 2006), mais également de la situer sur le même plan qu’Hô Chi Minh-Ville (Fanchette, 2011). L’invocation de la société de la connaissance accompagne désormais les projets d’aménagement urbains. Cette valorisation du rôle de la connaissance dans l’économie et la société vietnamienne repose sur une survalorisation de la technique comme vecteur d’innovation et comme créatrice de lien social, soit une forme de « déterminisme technologique ». On fera le constat que ce mimétisme est légitimé par la France elle-même dans son discours d’inauguration de l’USTH. En effet, Valérie Pécresse, alors Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, déclare que : « Si la France a choisi de répondre avec enthousiasme à la proposition du gouvernement vietnamien, si elle s’est engagée sans hésiter un instant dans la belle aventure qu’est la création de cette nouvelle université, c’est que la future U.S.T.H., à bien des égards, ressemble à l’université du 21e siècle que la France construit dans le même temps sur son territoire. La France, vous le savez, a choisi de faire à nouveau de ses universités une priorité nationale. Et tout d’abord en investissant dans ses établissements d’enseignement supérieur et en leur donnant les moyens de faire réussir tous les étudiants »4. Mais audelà de cette mission implicite d’appui, la France s’affranchit difficilement de systèmes de préférence de choix techniques et d’approches organisationnelles hérités de sa formation et de sa culture nationale.

8Du côté vietnamien, ce nouveau modèle d’université séduit car il laisse augurer un rattrapage et une convergence vers les pays les plus développés, alors même que « L’université du 21e siècle » n’a pas encore produit en France tous les effets escomptés. Par ailleurs, pour revenir aux sources du modèle qui, implicitement, pourrait orienter le Vietnam, il conviendrait de questionner l’idée d’un modèle asiatique fondé sur ses facteurs de production traditionnels et explorant le statut de la transgression dans l’éducation… visant à se défaire d’une représentation exclusivement positive d’un modèle appelé « L’université du 21e siècle ». Mais, rien n’est moins gagné, comme en témoigne la déclaration de l’architecte Hoàng Huu Phê : « Certains, au gouvernement, perçoivent toujours la ville comme une entité administrative. Heureusement, cette vision passéiste décline. Nous devons construire une capitale attractive et technologique, à vocation internationale. Les Américains ont bien fait surgir Las Vegas d’un désert ! » (Monthéard, 2010).

L’absence de cohérence dans les périmètres et les phases de développement de la technopole

  • 5 Ce point a été soulevé lors du Forum économique et financier, 9e session sur le thème : « Pour une (...)

9Fondée en 1998, la zone de haute technologie d’Hoa Lac est rattachée aux universités et instituts de recherches. Elle est répartie sur l’axe allant du centre à l’ouest de la capitale, relié par le boulevard de Thang Long. Cette zone compte à l’heure actuelle beaucoup de retard, obligeant les autorités vietnamiennes à multiplier les déplacements sur place et les déclarations visant à rappeler que la création de la zone high-tech de Hoa Lac vise à créer des conditions favorables au développement des sciences et technologies, notamment des hautes technologies. En février 2012, le premier ministre a proposé au Comité de gestion de soumettre rapidement la planification globale de cette zone high-tech et de définir les critères et les conditions d’investissement dans cette zone. On fera le constat que ce déroulement dans le temps ne favorise pas la fertilisation croisée des compétences entre le monde industriel et celui de la formation et de la recherche. Par son caractère trop flou, la politique d’aménagement du territoire laisse à voir une consommation rapide et désordonnée des zones périphériques. Ce phénomène par sa rapidité et son ampleur risque d’avoir de lourdes conséquences et de générer des effets de transition particulièrement douloureux5.

L’émergence de conflits traduisant un environnement instable défavorable à l’installation d’entreprises

  • 6 Le courrier du Vietnam, 22 septembre 2011.

10En septembre 2011 (un mois avant la fête du millénaire de Hanoi), le Premier ministre Nguyên Tân Dung a demandé au Comité populaire de Hanoi de redoubler d’efforts dans l’expropriation des terrains et le relogement des populations concernées pour libérer avant le 31 décembre 2011 la totalité de la superficie du parc foncier nécessaire à l’aménagement de la technopole de Hoà Lac6. En effet, parce qu’à Hanoi « les gratte-ciel dévorent les rizières », plusieurs émeutes se sont déroulées suite à des expropriations de terres dans la région impliquant la police anti-émeute et des centaines de paysans en colère voulant empêcher la confiscation de leurs terres. Non seulement, des phénomènes de gentrification apparaissent mais ces conflits fonciers sont une source majeure de tensions au Vietnam et nuisent à l’installation d’entreprises high-tech. Les espaces de la connaissance sont devenus des espaces de conflits. Comment imaginer qu’il y a peu, les paysans fauchaient le riz à la serpe autour de l’autoroute en travaux et que les enfants menaient les buffles à la badine ; chevaux et chèvres circulaient parmi les blocs de béton du chantier. Quelques panneaux signalaient les travaux en cours (Monthéard, 2010). Aucune consultation ou concertation publique via les Comités Populaires n’a eu lieu pour l’approbation des cinq villes satellites et des trois villes écologiques. Tout cela conduit à des pressions démographiques et foncières insoutenables et un étalement urbain désorganisé. La démarche de planification spatiale ne devrait-elle pas s’orienter vers un urbanisme négocié à une autre échelle ? Quels que soient les projets urbains en cours, la question de la gouvernance urbaine apparaît dans ce contexte aujourd’hui comme une dimension essentielle à une approche en terme de « développement durable » et un gage de réussite. Enfin, une réflexion notamment sur la politique foncière et d’aménagement du territoire compatible avec les besoins du développement local devrait privilégier les besoins de tous.

11En conclusion à cette postface, je rappellerai que la vision du développement induite par l’économie de la connaissance survalorise les aspects cognitifs aux dépends d’autres aspects. Ceci est d’autant plus regrettable que la prise en compte des standards internationaux techniques et technologiques par les pays émergents nécessite avant tout une prise en compte de la réalité de terrain, à la fois locale, multiscalaire et multidimensionnelle. Dans sa précipitation à vouloir égaler les métropoles internationales et sans nier les dividendes cognitifs attendus par l’économie de la connaissance, Hanoi masque les difficultés nées de la transférabilité d’un modèle de développement qui lui est étranger et pourrait au contraire conduire à un enclavement plus grand encore. Enfin, au-delà des questions de planification de l’aménagement des espaces et de la programmation des équipements publics se posent quelques questions sur lesquels j’aimerais finir mon propos. Quelle image les vietnamiens entendentils donner de leur Métropole ? Quelle université souhaitent-ils promouvoir ? L’université du 21e siècle s’organise-t-elle autour des forces et des spécificités du pays ? Ces questions ne sont pas théoriques. La cohésion sociale est une dimension forte de la société vietnamienne. Sans doute des emplois nouveaux seront créés, en tout cas ils sont annoncés, mais correspondent-ils aux attentes et aptitudes de ceux dont la vie a été bouleversée ?

12Le Vietnam semble oublier que son décollage en tant que « dragon » n’a pas été construit uniquement sur des aspects cognitifs. Des facteurs sociaux, politiques et historiques ont participé aux processus d’émergence, si bien que le processus d’émergence asiatique, loin de peser sur le développement du pays, constitue une richesse à exploiter. L’économie de la connaissance signifie que « la ville se construit » avec ses habitants. Elle n’est donc pas qu’un décor qui évoluerait sans eux. Les habitants font la ville et la font vivre. En voici donc la postface.

Bibliographie

Banque Mondiale/Jamil Salmi, 2009, The challenge of establishing world-class universities/Jamil Salmi.p. cm. — (Directions in development), Includes bibliographical references and index. 1. Education, Higher — Economic aspects. 2. Economic development — Effect of education on. 3. Higher education and state. 4. Education and globalization. I. Title., LC67.6. S25 2009-338.4’3378-dc22

Fanchette, S., (2011), « Périurbanisation, libéralisation du marché foncier et villages de métier. Le grand projet d’extension de Hà Nôi », L’Espace Géographique, t. 40, n ° 1, p. 1-14

Genette, G. (1987), Seuils, Paris, édition du Seuil

Leducq, D. (2011), Géographie des systèmes territoriaux de l’innovation informatique dans l’Inde urbaine. Regards croisés depuis les villes de Pune, Thiruvananthapuram et Kochi, Thèse de doctorat : Géographie, Université de Lille 1, 435 p.

Monthéard, X. (2010), « À Hanoï, les gratte-ciel dévorent les rizières, » Le Monde diplomatique, avril 2010 PP. 18-19

Notes

1 Banque Mondiale et UNESCO. 2000. Higher Education in Developing Countries : Peril and Promise. Report of the Independent World Ba

2 Cette recherche est elle-même adossée à un projet en cours de délocalisation de diplôme de MASTER à Hanoi. Elle a donné lieu à une communication et à une publication (à paraître) sur : Hanoi, une ville vietnamienne en transition urbaine vers le développement durable, Scarwell H-J., Leducq D., Tran Dinh D., 2012, « Hanoi, une ville vietnamienne en transition urbaine vers le développement durable », Villes du Nord, Villes du Sud : la durabilité entre prêt à penser et opérationnalité, Cycle de journées d’étude du CRESS, Strasbourg, 30 mai.

3 Hanoi a connu en 2008 une redéfinition de son périmètre administratif en intégrant une province voisine, Ha Tay ainsi que quelques communes limitrophes. La superficie de Hanoï a donc triplé, l’agglomération dépassant les 3 300 kilomètres carrés.

4 Le 12 Novembre 2009 : Accord intergouvernemental pour la création de l’Université des Sciences et des Technologies de Hanoï (USTH). Signature entre Mme Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche de la France et M. Nguyễn Thiện Nhân, Vice-Premier Ministre, et Ministre de l’Education et de la Formation du Vietnam. Le 3 Mai 2011 : La Banque Asiatique de Développement a validé le prêt de 190 millions de US dollars pour établir l’Université des Sciences et des Technologies de Hanoi (USTH), dans le but de construire une Université aux normes internationales qui s’appuiera sur la recherche, l’innovation technologique, les formations de haut niveau et le développement des compétences du Vietnam.

5 Ce point a été soulevé lors du Forum économique et financier, 9e session sur le thème : « Pour une urbanisation durable de la périphérie des villes vietnamiennes, Hanoi, 19-20 mars 2012

6 Le courrier du Vietnam, 22 septembre 2011.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540