Version classiqueVersion mobile

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Postface 1 : De la tour d’ivoire à la plate-forme entrepreneuriale : une vision postfordiste des universités urbaines

Sharon Zukin

Texte intégral

1Les plans d’extension actuels des universités urbaines à travers le monde expriment de grandes ambitions, tant au niveau institutionnel que territorial. En s’engageant dans la compétition mondiale pour l’argent et la gloire, les universités se transforment en entités plus grandes, plus audacieuses et plus complexes, orientées vers leur propre expansion. Bien qu’elles aient toujours été dépendantes des gouvernements pour ce qui est des financements et de l’accès aux terrains, dans l’économie postindustrielle actuelle, les universités parlent à l’État d’une voix plus forte. Paradoxalement, elles affirment de plus en plus leur présence dans leurs villes d’origine, au moment même où elles deviennent de véritables entrepreneurs transnationaux.

2Les observateurs d’outre-mer admirent les universités américaines comme modèles d’innovation entrepreneuriale. Mais au niveau national, leurs détracteurs leur reprochent de devenir trop dépendantes des financements de sociétés privées (Bok 2003, Washburn 2005). En réponse à cela, les universités rétorquent qu’elles ont besoin d’argent. Ni les subventions gouvernementales, ni l’augmentation des frais de scolarité ne peuvent satisfaire les coûts de fonctionnement d’une université moderne et, face à d’autres dépenses, notamment les coûts des soins de santé d’une population vieillissante, les gouvernements d’états et locaux réduisent régulièrement leur engagement vis-à-vis de l’enseignement supérieur. Les entreprises, elles, peuvent financer les universités pour mener des recherches de pointe. Elles parrainent des laboratoires et subventionnent les salaires des professeurs en vue d’obtenir les avantages financiers générés par les nouvelles inventions et technologies. Il s’agit d’un investissement dans la « prochaine » Silicon Valley. Pourtant, si les universités se mettent au service des entreprises de façon aussi directe, elles risquent de perdre de vue leur mission scientifique traditionnelle autonome, même si celle-ci a souvent été liée aux besoins de l’industrie, de l’armée et de l’État.

3Certes, les universités espèrent tirer des bénéfices de ce partenariat. D’une part, elles revendiquent haut et fort leur part de retombées financières de la propriété intellectuelle développée par leurs propres enseignants dans les laboratoires universitaires. D’autre part, elles se battent pour recruter la « crème » des universitaires, ceux qui reçoivent la plus grande part des financements des entreprises, parce qu’ils sont susceptibles de remporter de récompenses prestigieuses, ou même un prix Nobel, en améliorant ultérieurement le rang de l’université. La compétition pour se placer haut dans les classements, de plus en plus suivis, réalisés chaque année par l’Université Jiao Tong de Shanghai, le Times Higher Education Supplement (de Londres), et le magazine U.S. News and World Report pousse les universités vers des actions interdépendantes visant à obtenir : un certain prestige parmi leurs pairs, des membres du corps professoral éminents et des étudiants étrangers qui acquittent leurs droits de scolarité.

4Bien que certains auteurs affirment que la recherche subventionnée par les entreprises permet aux universités d’investir de manière plus productive dans le monde et de résoudre des problèmes scientifiques et technologiques cruciaux (Thorp et Goldstein 2010, Wildavsky 2010), d’autres soutiennent qu’elle a un effet négatif sur leur gouvernance interne. La dépendance à l’égard du financement d’entreprise ouvre la voie à des stratégies de gestion axées sur l’entreprise (Tuchman 2009). Des mesures quantitatives de rentabilité, des administrateurs autoritaires et surpayés, et des campagnes de marketing constantes transforment l’université, humaniste au départ, en institution d’autopromotion, moins préoccupée de la transmission des connaissances que de la collecte de fonds.

5Mais les universités entrepreneuriales sont des éléments clés des villes du même nom. Depuis les années 1970, le déclin des économies industrielles basées à la fois sur la production traditionnelle et les générations précédentes des technologies de pointe a forcé les gouvernements de la ville à trouver de nouvelles sources de capitaux à investir. Elles ont rénové les quartiers centraux pour développer le tourisme et adopté des stratégies de marque pour promouvoir leurs attractions. Cependant, l’esprit d’entreprise exige surtout de l’innovation. Pour se développer, les villes doivent attirer, « se connecter » et inspirer en permanence les créatifs, nous disent les experts en développement. Cet avis rejoint la vision postfordiste des responsables de l’université : remplacer les lignes d’assemblage et les bureaux confinés du passé par les plates-formes créatives de l’avenir.

6John Sexton, président de New York University met les universités au premier rang dans la nouvelle « économie de la connaissance » des villes (http://www.cicu.org/​news/​oped.php?id=37). Il affirme que les économies urbaines telles que celle de New York ont connu une croissance trop dépendante d’un seul secteur, composé de la finance, des assurances et de l’immobilier (FIRE - Finance, Insurance et Real Estate). Pour une croissance plus équilibrée, Sexton soutient que les villes doivent favoriser une nouvelle constellation d’institutions universitaires et culturelles, qui se traduit par l’acronyme ICE (pouvoirs Intellectuel, Culturel et Éducatif). La combinaison de FIRE et ICE alimente le moteur du développement de la ville du XXIe siècle, en attirant les esprits créatifs, en développant de nouvelles idées et brevets et en forgeant des collaborations entrepreneuriales dans le secteur des hautes technologies, des communications mondiales et des arts. En d’autres termes, les universités urbaines vont susciter une synergie fantastique entre les capitaux humain, financier et symbolique.

7Cette vision est conforme à celle de l’administration Bloomberg de la mairie de New York. « FIRE et ICE » répondent aux besoins en emplois et en enseignement et favorisent le mariage de la « puissance dure » de l’innovation dans les hautes technologies et de la « puissance douce » des arts créatifs. Les universités et les hôpitaux universitaires sont déjà parmi les plus grands employeurs de la ville, et les services médicaux de soins privés constituent un important secteur d’exportation. Récemment, la ville de New York a choisi deux institutions extérieures, l’Université Cornell et l’Institut de Technologie Technion-Israel, pour construire un campus high-tech sur des terrains inutilisés à Roosevelt Island dans le but de rehausser le profil de la ville, pour qu’elle devienne à la fois une pépinière pour l’ingénierie et un centre entrepreneurial. New York détient déjà une part importante de l’activité technologique liée à l’entreprise, en particulier en ce qui concerne la publicité et les entreprises multimédia. La capacité de l’Université Cornell à réunir la somme énorme de 350 millions de dollars de la part d’un seul financeur pour construire le nouveau campus donne une preuve impressionnante du soutien du secteur privé à la recherche en génie et ce, en dépit de la récession économique mondiale.

8Comme le montrent les chapitres de cet ouvrage, les gouvernements du monde entier, de la France à la Chine, tentent de transformer les universités traditionnelles en plates-formes universitaires similaires pour affronter la concurrence au niveau international. Autre synergie remarquable, les intérêts de l’État-nation coïncident avec les ambitions entrepreneuriales de la ville et de l’université.

  • 1 Paris-Sorbonne University Abu Dhabi (PSUAD) ou Université Paris-Sorbonne Abu Dhabi (UPSAD), c’est l (...)

9New York University est un entrepreneur particulièrement agressif. Non contente d’attirer la « crème » des universitaires et des étudiants étrangers dans son campus de Greenwich Village, l’université poursuit une politique d’implantation de filiales à l’étranger cherchant à capter le segment du marché constitué par les étudiants (à travers l’acquittement de leurs droits d’inscription), à l’échelle mondiale. Avec « le réseau universitaire mondial », la NYU a construit et gère des campus d’Abu Dhabi à Shanghai. Ce réseau obéit au modèle mis en place par le Musée Guggenheim dans les années 1980, lorsque le musée a commencé à passer des contrats avec les gouvernements locaux pour ouvrir et gérer des filiales hors de New York, et notamment à Bilbao. L’Université Paris IV - Sorbonne1 s’inscrit elle aussi dans cette demarche.

10Contrairement aux sociétés transnationales, qui ont tendance à réduire ou à fermer les installations de production dans leur pays d’origine, la mondialisation de la NYU progresse au même rythme au niveau local. Bien que cela se fasse avec la bénédiction des responsables politiques et chefs d’entreprise, qui voient en l’université la pièce maîtresse de la politique industrielle locale, le programme de construction de l’université suscite un tollé dans la communauté environnante.

 

11Le programme « NYU 2031 » n’est rien d’autre que l’équivalent du « PlaNYC 2030 », à savoir celui de l’administration Bloomberg. Il prévoit la construction de plus de 230 m2 de salles de classe, de dortoirs, d’hôtels, de gymnases sur deux blocs carrés actuellement occupés par des logements, des jardins et des aires de jeux appartenant à l’université, au sud de Washington Square Park. Bien qu’une partie des nouvelles installations soit prévue au sous-sol, la partie la plus importante prendra la forme de deux tours hautes de 14 étages. Ainsi, les jardins disparaîtraient et seraient remplacés par un nouveau parc joliment aménagé. Mais les nouveaux bâtiments dévoreraient l’espace ouvert existant et imposeraient un quartier universitaire à grande hauteur, au sein d’un quartier traditionnel aux immeubles à hauteur limitée.

 

12Il ne s’agit pas d’un quartier quelconque. Greenwich Village, qui compte parmi ses habitants de nombreux militants des droits civiques, lutte depuis des années contre un réaménagement qui détruirait des espaces urbains significatifs. Au cours des années 1950 et 1960, l’écrivaine Jane Jacobs avec d’autres résidents se sont opposés à trois tentatives différentes de détruire le caractère intimiste de ce quartier. Ensemble, ils ont réussi à mettre en échec tous les plans du gouvernement de la ville pour la construction de routes et de logements sociaux, mais ils ont assisté à la démolition d’immeubles traditionnels et de lofts au profit des blocs d’immeubles géants de la NYU.

13Depuis, New York University s’est étendue à travers Greenwich Village. Elle a reconverti de nombreux lofts en salles de classe et bureaux pour les enseignants, démoli la maison où Edgar Allan Poe avait vécu et le Théâtre de Provincetown, construit une tour de 26 étages derrière une ancienne église, et placé des résidents universitaires tout le long de la Troisième avenue. L’université occupe la plupart des bâtiments sur trois côtés de Washington Square Park. Le nombre d’étudiants résidant aujourd’hui dans le quartier est tel que nous voyons une « studentification », une forme de promotion sociale comme la gentrification, qui s’étend de l’East Village au Lower East Side.

14New York University n’est pas présente qu’à Greenwich Village. En plus de l’école de médecine située le long de l’East River dans le centre, la NYU a fusionné depuis plusieurs années avec une université d’ingénierie de Brooklyn, et les plans actuels envisagent de placer une autre filiale sur Governors Island, dans le port de New York.

15N’ayant pas pu arrêter les extensions passées, les résidents de Greenwich Village ont commencé à protester contre le projet actuel au printemps 2012, dès que l’université a demandé l’approbation par les pouvoirs publics pour la mise en œuvre de « NYU 2031 ». En raison des importants changements de destination des terrains, les plans de construction de la NYU exigent des audiences publiques et des votes par le conseil communautaire local, le président de l’arrondissement de Manhattan, la Commission d’urbanisme de la ville et le conseil municipal, avant la décision finale qui revient au maire. Bien que le conseil communautaire ait rejeté les plans à l’unanimité, il n’a pas de droit de veto. Certaines négociations sur la hauteur des immeubles et la mise en place d’espaces verts sont prévues par toutes les parties prenantes, mais l’approbation de l’axe principal de l’extension de l’université par les autorités de la ville est réglée d’avance.

16Pendant que la NYU s’étale sur Greenwich Village et que Cornell construit dans l’East River, l’Université Columbia, autre institution privée importante, aménage un nouveau campus de 7 hectares (17 acres) dans le quartier de West Harlem, le long de l’Hudson. L’université défend cette décision car elle veut accroître sa taille et moderniser ses installations afin de rivaliser avec d’autres universités de l’Ivy League, notamment Harvard. Suivant une autre manœuvre de compétition – cette fois-ci pour faire taire les éventuelles critiques de la part de la communauté des architectes de New York – Columbia a commandé à l’architecte Renzo Piano de concevoir le nouveau campus (http://cityroom. blogs. nytimes. com/2007/12/19/city-council-approvescolumbia-expansion-plan/). Pour amadouer les résidents, des responsables universitaires ont promis des emplois, l’accès à de nouveaux espaces verts et des installations communautaires. Cependant, ces promesses n’ont pas mis fin aux protestations de la part des organisations communautaires contre Columbia et contre les autorités de la ville pour le rôle qu’elles ont joué dans la décision de la démolition de bâtiments pour aider l’université à acquérir des terrains.

17À l’instar des résidents de Greenwich Village, qui nourrissent une certaine rancune vis-à-vis de NYU, les habitants de Harlem contestent depuis longtemps les projets de Columbia. Le soulèvement des étudiants de Columbia en 1968 a été déclenché en partie parce qu’ils se sont faits porteurs des protestations de la communauté vis-à-vis des projets de construction d’un gymnase à proximité du parc Morningside, par l’université. Contrairement aux populations aisées, à prédominance blanches de Greenwich Village, la majorité des résidents de Harlem sont noirs et ont un revenu faible ou modéré. Les différences sociales et ethniques entre la communauté et l’administration de Columbia, de la plupart des membres du corps professoral et des élèves font que l’extension de l’université est encore moins attrayante pour les résidents de longue date, même si peu d’entre eux risquent de perdre leurs maisons en étant déplacés.

18En raison de leur situation en plein centre-ville, les universités aux États-Unis ont souvent eu des conflits avec les résidents noirs et latino-américains. Après la Seconde Guerre mondiale, l’exode de nombreux ménages américains blancs vers les banlieues et la migration urbaine des Afro-Américains du Sud et des Hispaniques de Puerto Rico et du Mexique a apporté d’énormes changements démographiques et socio-économiques dans les quartiers environnants. Ces quartiers sont devenus plus pauvres, les propriétés ont perdu de leur valeur économique et ont souvent été abandonnées, et les autorités de la ville ont négligé les services publics de base. Les universités se sentaient assiégées en raison de l’augmentation des taux de criminalité. Les blancs de la classe moyenne étaient réticents à travailler et à envoyer leurs enfants étudier dans des installations universitaires insalubres, où ils avaient le sentiment d’être une minorité ethnique vulnérable.

19Dans les années 1950, l’Université de Chicago a développé un plan de rénovation urbaine en collaboration avec la ville de Chicago, qui visait à remplacer une grande partie de la population noire locale par des blancs de la classe moyenne, y compris des ménages du corps professoral. Alors qu’une nouvelle organisation de la communauté liée à l’université mobilisait des résidents de la classe moyenne en faveur de l’amélioration du quartier pour des gens comme eux, les résidents majoritairement noirs, à faibles revenus, combattaient avec leur propre organisation populaire (Rossi et Dentler 1961 ; http://www.areachicago.org/​p/​issues/​6808/​woodlawn-organization/​).

20Malgré les sérieux efforts de l’Université de Chicago pour améliorer les relations avec ses voisins ces dernières années, la méfiance est toujours présente. L’université a élargi les patrouilles de ses gardes de sécurité privés dans les zones environnantes et assume la gestion des « charter schools » à proximité, et ces deux actions répondent au moins autant à la demande des résidents de la communauté qu’aux besoins propres de l’université. L’université a également été critiquée pour l’acquisition et le déplacement d’un célèbre club local de rythm and blues qui avait fermé, en l’installant dans un centre commercial de sa propriété pour développer l’action culturelle en faveur des enseignants et des étudiants. Ces universités ne sont pas des cas isolés. À Philadelphie, un autre membre de l’Ivy League, l’Université de Pennsylvanie, a répondu à la criminalité et la peur en achetant de nombreux blocs dans les quartiers résidentiels à majorité noire et à faible revenus de l’ouest de Philadelphie. L’université a démoli des maisons, effacé le tracé des rues, et intégré les terrains nouvellement vacants dans l’espace vert du campus (Etienne 2012). Au nord de Philadelphie, la Temple University a fait de même. Il n’est pas surprenant que les résidents locaux considèrent ces actions comme des déplacements forcés.

21Les administrations municipales espèrent que des universités plus grandes génèreront des revenus, encourageront le réaménagement urbain, et mettront la ville au centre de la renaissance scientifique. Un nouveau campus est à la fois le site et le symbole de ces espoirs. Mais le fait que les universités urbaines deviennent des partenaires plus fiables que les sociétés financières pour les gouvernements des villes sera une question majeure pour l’économie urbaine du XXIe siècle. Il faut espérer que les responsables politiques se poseront aussi la question de savoir si l’extension des universités bénéficiera ou non aussi aux communautés locales.

Bibliographie

Bok, Derek 2003 Universities in the Marketplace: The Commercialization of Higher Education. Princeton NJ: Princeton University Press.

Etienne, Harley F. 2012 Pushing Back the Gates: Neighborhood Perspectives on University-Driven Revitalization in West Philadelphia. Philadelphia: Temple University Press.

Rossi, Peter H. and Robert A. Dentler 1961 The Politics of Urban Renewal: The Chicago Findings. New York: Free Press.

Thorp, Holden and Buck Goldstein 2010 Engines of Innovation: The Entrepreneurial University in the Twenty-First Century. Chapel Hill NC: University of North Carolina Press.

Tuchman, Gaye 2009 Wannabe U: Inside the Corporate University. Chicago: University of Chicago Press.

Washburn, Jennifer 2005 University, Inc: The Corporate Corruption of Higher Education. New York: Basic Books.

Wildavsky, Ben 2010 The Great Brain Race: How Global Universities Are Reshaping the World. Princeton NJ : Princeton University Press.

Notes

1 Paris-Sorbonne University Abu Dhabi (PSUAD) ou Université Paris-Sorbonne Abu Dhabi (UPSAD), c’est le siège de Paris IV à Abu Dhabi.

Auteur

Sociologue, Professeure auprès du Brooklyn College et le Graduate Center, City University of New-York

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search