Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Conclusion générale

Patrizia Ingallina

Texte intégral

1Le développement de projets basés sur la connaissance ne peut pas être abordé de manière sectorielle : universités, décideurs, acteurs économiques, groupes sociaux participent tous à la construction de la ville de la connaissance. La globalisation met tous les pays et toutes les villes en situation d’accéder aux mêmes informations au même moment, mais leurs conditions et leurs perceptions ne sont pas les mêmes partout. Dans un contexte de crise, la connaissance semble le moyen pour parvenir à sa sortie et enclencher la croissance, évitant la récession. Inventer un nouveau modèle économique, qui favorise autant la compétitivité internationale que l’amélioration de la vie locale, semble donc un nouveau pari largement partagé. Les universités sont en première ligne, la recherche se restructurant autour de plateformes de recherche collaboratives avec les entreprises, les nouveaux programmes plus orientés vers la demande de ceux qui financent.

2L’excellence est recherchée partout, les petits laboratoires et les petites unités sont sacrifiés au profit de plus grandes structures d’enseignement. Cette attitude tournée vers l’excellence et la rentabilité de l’enseignement et de la recherche, jusqu’à sa commercialisation ne sont pas des phénomènes totalement nouveaux. En matière d’excellence et de structuration managériale des unités d’enseignement, le modèle anglo-saxon est caractérisé par une expérience très consolidée face à ce qu’on a appelé un « modèle français en construction ».

3Il y apparaît aussi une conception de la structuration physique de la recherche sur l’innovation assez différente de celle française, avec un dépassement de la notion de cluster (ou de pôle).

4Il en découle une vision originale (mais aussi soulevant des perplexités) des rôles et des tâches que les universités sont appelées à assumer, donnant lieu à des formes de partenariats multiples, à des associations diverses et à des projets qui s’articulent finement tant avec les modalités de partenariat qu’avec les programmes pédagogiques et scientifiques envisagés.

5Au final, un tableau extrêmement complexe qu’on se doit surtout de bien comprendre, si on ne veut échapper à la tentative de « clonage » à l’instar des tentatives multiples de reproduire le succès de la Silicon Valley en dehors de ce contexte.

6Un « modèle français » est en train de se dessiner, non sans difficulté, par la mise en place de dispositifs tendant d’une part à rendre autonomes les universités, de l’autre à les encourager à se ressembler autour de plus grandes unités d’enseignement et de recherche pour favoriser l’excellence. Ces efforts autour de l’innovation sont en train de conduire à de nouvelles configurations des acteurs, des systèmes (public/privé) et des territoires.

7Cette situation est particulièrement marquée à Paris et dans sa région où se concentre la majorité des universités, des instituts de recherche et des entreprises qui développent la R & D. La nouvelle ville de la connaissance se dessine en dehors de la capitale, dans le futur Grand Paris, et prend la forme de « polarités diffuses ».

  • 1 « Les projets du gouvernement pour l’enseignement supérieur. La ministre Geneviève Fioraso, annonc (...)

8Le récent changement de gouvernement ne permet pas de confirmer ces tendances. Hormis l’autonomie des universités qui reste confirmée, la nouvelle ministre de l’enseignement supérieur annonce déjà « une remise à plat » de leur gouvernance1.

9En dehors de ces deux modèles qui sont fortement avancés, et à certains égards aussi opposés, on assiste à une multiplicité d’approches et de projets différents, certains s’inscrivant dans le modèle anglo-saxon, soumis à des interprétations notables, d’autres s’adaptant aux situations locales ou nationales.

10Loin de donner des définitions toutes faites, cet ouvrage pointe certaines des questions fondamentales sur le rôle des universités dans cette quête de l’innovation, sur l’innovation même comme possible zone de conflit, sur les retombées sociales et économiques possibles, sur la création de nouveaux espaces de la connaissance et les formes qu’ils prennent dans la ville, sur leur capacité d’attraction et leurs usages.

11Ces interrogations et d’autres encore ont été soulevées à l’intérieur de cet ouvrage qui explique clairement l’intérêt de développer des démarches collaboratives pour une innovation ouverte qui pourrait apporter des bénéfices aussi aux populations locales.

12Bien que chaque situation soit soumise à des changements (plus ou moins rapides) dépendant du contexte politique, ces interrogations demeurent toujours valables de par leur portée et la manière nouvelle, transversale, de les aborder liant stratégies générales, projets d’aménagement et marchés de la connaissance.

13Le territoire, qui est au centre de nos préoccupations, émerge comme une variable essentielle aussi au développement de ces marchés qui le considéraient d’abord uniquement comme un support inerte (Rullani) et le découvrent actuellement comme un acteur à part entière du développement basé sur la connaissance.

14De plus, s’il est vrai que la place des réseaux (internet) devient de plus en plus grande dans nos vies, il est aussi reconnu que rien ne peut remplacer les rencontres physiques dans un même lieu (Garner).

15L’espace et la proximité réels sont alors aussi importants que ceux virtuels et peut-être bien plus encore. Par ailleurs, nous avons vu que l’innovation ouverte n’est rien d’autre, au fond, qu’une posture relationnelle, favorisée par un emplacement adéquat et par une capacité « d’absorption ». La notion de proximité est donc plus que jamais importante, si l’on veut favoriser l’innovation.

16Les contributions ici illustrées, font partie d’études, de réflexions, d’analyses, de travaux (projets, méthodologies etc..) élaborés dans le temps par des spécialistes de ces questions, dans 4 continents.

17Le résultat de ces études, de ces projets et de ces démarches permettra d’identifier le rôle et la place de l’université de demain dans la « knowledge city ».

Notes

1 « Les projets du gouvernement pour l’enseignement supérieur. La ministre Geneviève Fioraso, annonce au « monde » le maintien de l’autonomie des universités mais une remise à plat de leur gouvernance », Le Monde, 04-06-2012.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540