Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Troisième partie : Mutualiser l'innovation, partager les connaissances : les intangibles, les approches collaboratives universités/entreprises/laboratoires et les nouveaux marchés de la connaissance

Note conclusive : Mutualisation des connaissances, universités et nouveaux marchés

Agata Spaziante et Marie-Laure Micoud

Texte intégral

Les marchés de la connaissance

1Les grands changements économiques de ces dernières années ont marqué le passage d’une économie dont la valeur était déterminée par la transformation de la matière première, à des processus de formation de la valeur économique basée sur la production de connaissances innovantes, employées dans la transformation de la matière pour créer indirectement de l’utilité, par exemple en fournissant des services utiles tout simplement en informant, en communiquant, en fournissant une prestation professionnelle (ou toute autre utilité). Ces changements ont eu des effets considérables sur l’économie actuelle. Les articles présentés dans cette troisième partie confirment que ce nouveau secteur de l’économie et le marché corrélé participent au développement de l’économie à la fois locale et globale.

2Dans cette vision, la valeur d’un bien est déterminée plus par des éléments immatériels (sens, expérience, service) que par un processus de production. Le contenu du travail change aussi, devenant de plus en plus cognitif alors que la consommation demande plus de services que de biens matériels. La connaissance devient la base de notre travail et elle est au centre de notre économie réelle. On peut définir ce processus comme une forme de « capitalisme cognitif » dont les lois et les possibilités restent encore à définir (Rullani). Dans les pays les plus développés, la production de valeur advient à travers la construction d’une série de possibilités comme produits de l’imagination, de la communication ou du partage.

3Une autre particularité de ce nouveau modèle est que les connaissances employées ne se consomment pas à l’usage, bien au contraire, leur valeur s’accroît au fur et à mesure qu’elles sont réemployées, s’étendant à des usages successifs et à des bassins d’application élargis, dans l’espace et dans le temps. La multiplication crée de la valeur et peut donc être répliquée à coût zéro (ou à un coût très bas) pour une série d’usages ayant le même code ou le même programme.

4« Mutualiser l’innovation, partager les connaissances » c’est donc le nouveau parcours pour le développement de la production et de la diffusion des connaissances, telle que toute la filière du système d’instruction, jusqu’au niveau supérieur. Cela explique pourquoi « les approches collaboratives universités/entreprises/laboratoires » sont à la base des « nouveaux marchés de la connaissance ».

La propagation de la connaissance et la capacité d’absorption

  • 1 Cohen, W.M. et Levinthal, D.A. (1990) Absorptive capacity: A New Perspective on Learning and Innova (...)

5La création de réseaux permet la propagation de la connaissance. La thèse de Cathy Garner est claire à ce propos. Les possibilités de réussite pour n’importe quel territoire aspirant à bien se positionner par rapport à l’économie de la connaissance, demeurent dans sa « capacité d’absorption », à savoir dans la « ... capacité d’un individu, d’une société, d’une organisation et des lieux à reconnaître la valeur de nouvelles connaissances externes, de les assimiler et de les utiliser à des fins commerciales ».1 Pour conforter cette thèse, Cathy Garner s’appuie sur les résultats d’une recherche effectuée par le « Council for Higher Education » sur cent entreprises au Royaume Uni, aux États-Unis, au Japon et au Canada. Il apparaît clairement que la collaboration université – entreprise, sous la forme d’une véritable « learning partnership » est vitale, mais que la relation au climat économique local n’est pas non plus négligeable. Le caractère dynamique de ce projet résulte essentiel et doit viser l’identification des opportunités, la co-formulation de projets, la diffusion profonde de la connaissance dans les opérations et dans les entreprises. En réalité, le rôle des connaissances dans la promotion du développement de l’économie a été essentiel depuis toujours. Il suffit de penser à l’implication de compétences spécifiques de certains bassins de main-d’œuvre technique dans la réussite des districts industriels les plus typiques (par exemple, en Italie, les districts du textile à Biella ou à Prato, celui des lunettes dans le Cadore, ou de la robinetterie à Omegna etc..).

Apprentissage et structures de formation : approches collaboratives

  • 2 Professeur et Directeur Exécutif du « Center of Open Innovation », à Berkley.

6L’investissement en apprentissage et en transmission a été toujours important, mais sa dimension s’est accrue et les moyens et les méthodes de transmission ont changé. Les universités et les instituts de recherche ont vu leur rôle s’accroître dans la promotion et le soutien du développement, bien que tant le monde universitaire que celui de la production soient fort en retard. Il faut dire, à leur décharge, que s’approcher de ce type de marché n’est pas chose facile, parce que la connaissance a des propriétés antithétiques par rapport à celles des ressources productives « normales » (terre, travail, capital) et rentre pourtant en contradiction avec le principe de base qui explique la production de la valeur économique, dans le processus de production. L’économie théorique traditionnelle reconnaît désormais l’importance de la connaissance avec deux siècles de retard. Le risque c’est qu’on essaye de normaliser les anomalies qui font de la connaissance une extraordinaire source de valeur économique, enclenchant une propagation autrement contrecarrée, une fois normalisée. Pour éviter cela, il faut savoir organiser ces anomalies, sans imposer de règles strictes qui les rendraient rares et réservées à peu de personnes. Ce qui explique les conflits autour de l’« open source » des logiciels, aux « creative commons » contre les brevets, etc… Ce sont des normes « savantes » qu’il faut alors mettre en place pour que la connaissance soit diffusée, multipliée, partagée et propagée en utilisant toutes les propriétés génératives dues à ces anomalies. C’est à partir de ces initiatives d’ouverture aux connaissances vers un très vaste bassin d’usagers que peut repartir aussi le processus de développement de nos sociétés, bloquées par la crise du modèle économique dont nous avons hérité : de réseaux inhabituels pour organiser l’« open source » dans les logiciels, le « fair-use » dans l’utilisation de connaissances protégées par le droit d’auteur, l’opposition à l’utilisation massive des brevets en informatique et en biologie, les opportunités des connaissances, les développements d’une économie basée sur la solidarité et la confiance, ce sont de nouvelles frontières pour le développement. Ces démarches concernent toutes les structures de formation, et en particulier les universités et les centres de recherche qui peuvent jouer comme déclencheurs des processus vertueux de transformation, à condition de pouvoir bénéficier des investissements nécessaires. Dans ce sens aussi les approches collaboratives universités/entreprises/laboratoires peuvent alimenter les nouveaux marchés de la connaissance. Le lieu de la production, n’est plus l’usine stricto sensu, mais la « fabrique de l’immatériel », à savoir une filière de production faite d’entreprises et de centres de recherche, d’universités et d’écoles, qui emploie un travail cognitif de transformation des connaissances et des relations pour produire de la valeur utile, au profit non seulement du consommateur final, mais aussi des différents sujets impliqués dans les activités (travailleurs, entrepreneurs, intermédiaires). On peut dire à ce propos que les tendances les plus récentes dépassent largement cette approche pour proposer de nouvelles stratégies dans le développement du rapport entreprises/connaissance : l’« open innovation », terme introduit par Henry Chesbrough2, propose aux entreprises de profiter des possibilités d’une large diffusion de la connaissance grâce au degré très haut des technologies de communication, échangeant, achetant ou concédant à d’autres entreprises leurs innovations (et leurs brevets), en créant des larges plateformes innovantes qui peuvent être combinées et développer un réseau d’entreprises interconnectées. Des importantes multinationales emploient déjà cette stratégie : IBM avec sa plateforme « Eclipse », Procter & Gamble, SAS, etc.. Ces évolutions récentes de l’économie de la connaissance (de l’« open source » à l’« open innovation ») ont engendré de nouveaux systèmes de production fondés sur le « savoir » et non pas sur le « savoir-faire ».

Le rôle émergent des térritoires

7Le rôle émergent des territoires où les processus formatifs sont les plus efficaces, est évident car c’est dans ces territoires (les « learning régions ») que les entreprises cherchent le plus à se localiser, où capital humain et capital culturel ont un rôle stratégique. Le préambule d’Elisabeth Campagnac se réfère en partie à ces processus. Aussi l’article de Bruno Lusso est significatif à cet effet car il souligne la difficulté de créer les bonnes conditions pour la réussite de ces processus d’innovation dans des régions qui ne sont pas capables de les engendrer de façon spontanée. Son argumentaire vient en appui de quant affirmé ci-dessus car les aires métropolitaines de Lille, Lyon et Marseille, dont il est question dans son article, appartiennent à des régions traditionnellement industrielles (le Nord Pas de Calais par exemple) qui ont de ce fait des difficultés notables à développer une industrie multimédia éfficace en étant, de plus, en concurrence avec Paris (qui concentre tous les facteurs de développement concernant les industries culturelles et créatives). Pour ces raisons, les éfforts des autorités publiques locales (lancer des politiques pour renforcer le rôle des universités, des laboratoires de recherche etc..) pour créer des liens entre monde universitaire et monde entrepreneurial a trouvé d’énormes difficultés, aussi à cause des départs massifs d’étudiants de la région d’origine vers Paris ou à l’étranger. Cette expérience enseigne que l’université ne peut être la seule cible visée par le développement de l’économie de la connaissance. Il faudrait créer une véritable filière de bonne formation visant aussi des écoles supérieures professionnalisées, apte à stimuler les facteurs permettant la production d’idées nouvelles. L’article de Bruno Lusso, souligne que l’initiative de l’État français dans la création d’incubateurs universitaires publics d’entreprise capables de favoriser le transfert de compétences, a été reçue positivement plus par des professionnels créatifs qui ont répondu avec plusieurs projets, que par des chercheurs universitaires. Cela confirme l’importance à la fois de la propagation de connaissance et de la filière de formation, mais il révèle aussi la difficulté à importer ces processus de transformation dans de territoires qui ne la génèrent pas de façon spontanée. La créativité est essentielle, certes, mais elle ne suffit pas, il faut des instruments d’actions et des soutiens financiers. Il faut lier l’exploration du nouveau (« exploration ») avec la réplication des usages (« exploitation »). La créativité n’est pas une prérogative unique de l’inventeur, de l’artiste ou de l’acteur qui s’occupe d’exploration, à savoir de production d’une « pièce unique » (utilisable une seule fois). Le bureaucrate (l’administrateur ou l’exécutant) non plus, n’est pas créateur, s’il ne s’occupe que d’exploitation, à savoir de la diffusion selon des modalités préétablies. En revanche, sera créative l’entreprise en quête de solutions pour avancer sur ces deux fronts (exploration/exploitation) cherchant à obtenir, par la propagation, aussi le soutien financier dans la production de connaissance. L’interaction université/entreprise ne peut qu’aider à développer des activités innovantes grâce à l’emploi de jeunes diplômés qui sont autant d’opérateurs créatifs qui doivent être capables de décliner la triade : exploration, exploitation et extraction (du profit). C’est ainsi que le « moteur » de la production de valeur à travers la connaissance peut contribuer au développement d’un territoire.

8Les processus de changement de l’économie ont des issues très importantes en termes de réorganisation des territoires, comme argumente Elisabeth Campagnac dans son introduction à ce chapitre. Un rôle particulier, et indirect du rapport collaboratif université/territoire et de son influence sur les caractéristiques du capital humain, est proposé par Fernando Lozada et Maria Teresa Montero, en clôture du chapitre, illustrant le cas de Cjudad Juarez, au Mexique. Cette ville a une grande capacité d’attrait à la fois vis-à-vis des industries que de la main-d’œuvre et des étudiants, mais elle présente un déficit en termes de sécurité, à cause de l’expansion du marché de la drogue par les narcotrafiquants. Les structures de la connaissance se heurtent donc contre les problèmes engendrés par cette situation qui a conduit à une explosion de la violence. Dans cette situation très difficile, quelle est la possibilité d’instaurer des collaborations et opérer des transferts de connaissances entre ville et université et université et entreprise ? L’espoir vient d’un nouveau projet pour un centre universitaire doté de technologies d’avant-garde, soutenu par la population et à l’aide d’ONG. L’ambition de ce projet est de combattre, à travers la diffusion de connaissances, une bataille qu’on pourrait définir « primaire », à savoir l’avancement d’un projet « pilote » pour contrecarrer l’explosion de la violence, utilisant la formation comme antidote contre la dégénération des processus économiques et sociaux. On compte d’abord sur le partenariat université/société locale comme base pour une bonne formation sociale des jeunes générations ; c’est une condition essentielle pour promouvoir toute forme de développement local vertueux et maintenir la compétitivité de la ville dans le marché global. Dans ce cas, l’approche collaborative de l’université est invoquée par la société locale comme support pour faire de la connaissance et de la formation un outil contre la violence d’une société dégénérée et comme support de la correcte formation des citoyens. On voit que la mutualisation des compétences et des forces en matière d’économie de la connaissance peuvent prendre différentes formes et avoir des objectifs différents. Elles déterminent une offre territoriale endogène. Ce qui compte est de saisir le caractère instrumental de la formation pour qu’elle puisse trouver un soutien public, créer et modifier les conditions de l’attractivité des territoires vis-à-vis des entreprises. C’est un pari difficile.

La situation en France

9Qu’est-ce que ces changements ont signifié pour la France ? La France montrait sur ce point un certain retard avant le vote de la loi sur l’autonomie des universités (loi LRU de 2007) et la mise en place des pôles de compétitivité. Depuis les petites entreprises, souvent créées ou développées à l’occasion du portage par les pôles de projet, ont renforcé l’attractivité des territoires et ancré la recherche/développement dans les villes universitaires. De nouveaux marchés ont été ouverts pour l’économie de la connaissance. Cependant, le travail de construction et de cadrage mené par le commissariat général à l’innovation pour mener à bien le Programme d’Investissement d’Avenir (PIA) est venu à la fois renforcer la volonté de maximiser l’effet de levier de l’innovation dans la création de valeur mais troubler la perception de l’action souhaitable par les territoires.

10Cet exemple, très français, de politique de partage de l’innovation nous amène alors à nous interroger sur la définition des territoires pour en comprendre le caractère attractif.

11En effet, si le rôle structurant de l’économie de la connaissance est bien identifié par les instruments institutionnels (en France les pôles de compétitivité, le programme d’investissement d’avenir), la notion de territoire attractif, terreau de la création de valeur devient très floue pour les différents acteurs, en particulier ceux du monde académique ou des institutions régionales.

12Les différents appels à projet, appels à manifestation d’intérêt du PIA, ont tous insisté sur le caractère partenarial des projets susceptibles d’être aidés. Avant tout, le partage commence par le financement des projets innovants pour qui le prêt du PIA sur fonds publics ne doit apporter qu’un effet de levier permettant d’atteindre un équilibre financier avant 5 ans. Les subventions ne sont par ailleurs acceptables que pour accélérer l’atteinte de cet objectif. Le partenariat doit être conclu entre entreprises de toutes tailles mais l’une d’entre elles doit impérativement être leader et posséder la capacité de supporter des financements importants. La collaboration avec des sociétés étrangères est considérée comme un plus, mais le retour des financements pour les emplois et la richesse nationale sont également des critères fondamentaux. Le partage et la mutualisation ne peuvent se faire sans une maîtrise de la confidentialité des données et leur valorisation au bénéfice du territoire national.

13La logique de recherche de création de valeur au sein du territoire national pour mieux cibler des échanges marchands avec le territoire de l’Europe économique sur la base de normes et standards européens voire nationaux, s’articule, parfois avec difficultés, aves les logiques régionales des pôles de compétitivité. Ainsi dans la panoplie des sous-programme du PIA, est-il prévu des appels à projets pour les plateformes mutualisées d’innovation (PFMI). Ces dernières doivent permettre d’encourager des projets importants (plusieurs millions d’euros au minimum) à passer plus rapidement au stade industriel et à la rentabilité. Cependant, aucun projet ne peut être retenu sans labellisation d’un pôle de compétitivité. Quand l’innovation est si importante qu’elle ne correspond à aucune filière identifiée, le projet ne peut aboutir. En effet, les pôles de compétitivité ont été conçus pour spécialiser la recherche et le développement des régions, en leur donnant un accès aux marchés nationaux et internationaux.

14Le premier bilan des pôles de compétitivité est intéressant car il illustre le caractère attractif d’un territoire ; fidélisation des étudiants dans les cursus ultimes de leurs études et donc des chercheurs dans des régions, amélioration des cadres de vie et de travail en multipliant dans un même bassin de vie des chercheurs de nombreuses spécialités, liens d’échanges avec d’autres laboratoires étrangers et avec les principales entreprises des filières régionales.

15Ces effets sont obtenus grâce au soutien des très petites entreprises toujours innovantes dans l’informatique et l’ingénierie et à leur insertion dans des filières structurées, et d’abord par des PME. Le mécanisme de maintien de l’emploi puis de la création d’emploi dans des campus rénovés par la loi LRU ou dans des bâtiments construits pour le projet (PFMI) permet également une coordination avec l’urbanisme de cette économie de la connaissance. Enfin, les projets de « ville de demain » du PIA complètent la conception des villes renouvelées et de leur campus associés. Ils changent l’échelle de l’attractivité des espaces rattachés aux régions qui valorisent leurs universités et portent non plus des écoquartiers mais des « Ecocités » économes en énergie, et innovantes en matière de transport en site propre.

16En revanche, les résultats des appels à projets du PIA ont fortement ébranlé les régions et universités. Certaines régions ont su mieux mettre en valeur le partenariat possible avec les filières des entreprises, mieux concevoir des modèles de développement comportant des créations d’emploi, quel que soit le lieu en France, mieux présenter la capacité des universités à se servir de leur territoire comme une base et non une fin.

  • 3 « Premier fonds d’investissement et de valorisation des brevets en Europe, créé en mars 2010, le fo (...)

17La démarche actuelle du PIA est de les pousser à s’entendre en vue de constituer des SATT (sociétés de transfert de technologies) pour mettre un savoir faire au service de la maturation de la stratégie de constitution de portefeuille de brevets et organiser leur rapport avec « France Brevet »3 pour concéder les licences en vue de leur exploitation.

18Toutes ces démarches structurantes pour les universités et la valorisation de la production immatérielle restent cependant précisément très immatérielles pour les territoires.

19Aussi faut-il accepter qu’à l’ère d’internet et des réseaux de partage, la valeur immatérielle des échanges entre les acteurs de l’économie, dont font partie les mondes académiques, produisent des effets de dynamisme des territoires, et de rénovation des espaces urbains conçus de manière plus économe et plus agréables à vivre.

Bibliographie

Cappellin, R. (2009), “La governance dell’innovazione : libero mercato e concertazione nell’economia della conoscenza”, Rivista di Politica Economica, 99, 4-6 : 221-282.

Cremaschi M, Di Risio A.P., (2009), “Lo stato delle città”, in Cremaschi M. (sous la dir. de), Politiche, città, innovazione. Programmi regionali fra retoriche e cambiamento, Donzelli Editore, Roma, pagg. 12-13.

Dobbs R., Smit S., Remes J., Manyika J., Roxburgh C., Restrepo A. (2011), Urban World: Mapping the Economic Power of Cities, McKinsey Global Institute, 1-47.

March James, The Pursuit of Organisational Intelligence” Blackwell, 1999.

Prandstraller F. e Rullani E. (2009) Creatività in rete. L’uso strategico delle ICT per la nuova economia dei servizi, t. Lab CFMT, Angeli, Milano.

Porter M. E. (1990), Competitive Advantage of Nations, Free Press, New York.

Porter M. E. (1996), “Competive Advantage, Agglomerations Economies and Regional Policies”, in International Regional Science Review, n. 19, pagg. 85-90.

Rossignolo C. (2010), “Torino in Europa, tra interpretazioni consolidate e scenari futuri”, in Cabodi C, Rossignolo C., Rota F. S., Torino e si suoi territori. Scenari competitivi e coesivi in Europa, Carocci Editore, Roma, pagg 15-16.

Rota F.S., (2009), “La competizione e la coesione di Torino. Due analisi comparative”, in Cabodi C., Rossignolo C., Rota F. S. Torino e i suoi territori. Scenari competitivi e coesivi in Europa, Carocci Editore, Roma, pagg. 54-55.

Rullani E.. (2010), Modernità sostenibile. Idee, filiere e servizi per uscire dalla crisi, Marsilio Editore, Venezia.

Rullani E. Et al. (2008) Reti d’impresa oltre i distretti. Nuove forme di organizzazione produttiva, di coordinamento e di assetto giuridico, AIP éd., Edizioni il Sole 24 ore, Milano.

Spaziante A., (2010), “Second cities for sale ? Politiche europee per l’attrattività delle città italiane : ieri, oggi, domani”, in Ingallina P. (sous la dir. de), Ed. Franco Angeli, Milano, pp. 

Notes

1 Cohen, W.M. et Levinthal, D.A. (1990) Absorptive capacity: A New Perspective on Learning and Innovation, Administrative Science Quarterly, Vol 35 (1) Special issues: Technology Organizations and Innovation, pp. 128-152. (Capacité d’absorption : Une nouvelle perspective sur l’apprentissage et l’innovation)

2 Professeur et Directeur Exécutif du « Center of Open Innovation », à Berkley.

3 « Premier fonds d’investissement et de valorisation des brevets en Europe, créé en mars 2010, le fonds France Brevets est doté de 100 millions d’euros, à parité entre la Caisse des Dépôts et l’Etat dans le cadre du Programme d’Investissement d’Avenir. France Brevets a pour mission d’aider la recherche privée et publique à mieux valoriser ses portefeuilles de brevets, dans une dimension internationale. » Voir : http://www.francebrevets.com/fr/qui-sommes-nous

Auteurs

Politecnico di Torino et Caisse des Dépots et Consignations

Politecnico di Torino et Caisse des Dépots et Consignations

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540