Version classiqueVersion mobile

Les loteries royales dans l’Europe des Lumières

 | 
Marie-Laure Legay

Troisième partie. Loteries royales et espaces publics

Introduction

Texte intégral

  • 1 Marie-Laure Legay, La banqueroute de l’État royal, op. cit. Voir aussi Herbert Lüthy, La banque pro (...)
  • 2 Daniel Dessert, Argent, pouvoir et société au Grand siècle, Paris, Fayard, 1984 ; Françoise Bayard, (...)

1Dans l’histoire des États européens, la loterie royale est l’un des premiers instruments, avec la banque, de la gestion « publique ». Elle apparaît dans sa forme définitive plus tardivement que la banque, sauf pour la France qui échoua à établir la sienne sous la Régence. Elle constitue bien cependant un mode original d’administration financière. Avec le loto en effet, le roi est dans l’obligation d’abandonner le mode de gestion ancien pour promouvoir, s’il veut en garantir le succès, les conditions d’une autre administration de ses deniers, basée sur la confiance, la transparence, le dialogue entre lui et le plus grand nombre. Nous avons déjà qualifié le mode traditionnel de gestion des rois de France, construit sur le secret, l’inégalité de conditions, et l’intermédiation financière des nantis1. En nous appuyant sur les travaux de Daniel Dessert ou Françoise Bayard2, spécialistes des finances du XVIIe siècle, rappelons que le souverain hypothéquait les revenus de la monarchie sous diverses formes (rentes, vente d’offices, taxations, emprunts forcés, affermage…) puis, faute de solvabilité, il recouvrait son bien en spoliant les intérêts de ceux qui avaient profité de cette grande braderie (réduction de rentes, Chambres de justice, désengagement du Domaine…). Cette gestion patrimoniale, caractéristique des États d’Ancien Régime, confondait les intérêts du roi et les intérêts des financiers en une même exploitation, parce que les organisations monarchiques n’avaient pas les moyens techniques et surtout culturels de vivre du crédit sur la nation, encore moins de l’épargne. Revenus ordinaires et Domaine étaient donc constamment grevés de rentes et nécessitaient régulièrement, pour être libérés, des banqueroutes partielles, avant que l’aliénation ne reprît. Il s’agissait donc d’une gestion arbitraire qui satisfaisait temporairement les intérêts des plus riches capables de faire le service de trésorerie.

  • 3 Jacques Necker, Compte-rendu au roi, janvier 1781, p. 3.

2Or, la loterie, comme fonds de trésorerie, permettait à l’instar de la banque de se passer de ces intermédiaires en s’appuyant sur la nation. À condition toutefois d’agir en toute transparence. Sa gestion nécessitait la confiance de l’opinion publique. « En France, on fait constamment un mystère de l’état des finances » écrivait Necker3. Le crédit et l’épargne ne souffraient pas ces secrets.

Notes

1 Marie-Laure Legay, La banqueroute de l’État royal, op. cit. Voir aussi Herbert Lüthy, La banque protestante de la révocation de l’édit de Nantes à la Révolution, 2 t., Paris, SEVPEN, 1960.

2 Daniel Dessert, Argent, pouvoir et société au Grand siècle, Paris, Fayard, 1984 ; Françoise Bayard, Le monde des financiers au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1988.

3 Jacques Necker, Compte-rendu au roi, janvier 1781, p. 3.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search