Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Troisième partie : Mutualiser l'innovation, partager les connaissances : les intangibles, les approches collaboratives universités/entreprises/laboratoires et les nouveaux marchés de la connaissance

Transferts université/industrie et marchés de la connaissance1

Francisco Javier Carrillo

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce document fait partie d’un projet de R & D en cours, financé par le World Capital Institute. Le p (...)

1Quels rôles peuvent-elles jouer les universités dans les sociétés de la connaissance ? Il s’agira dans cet article d’examiner d’abord la façon dont la structure des universités a évolué, passant d’une situation d’isolement à l’intégration dans la ville. Seront examinées, par la suite, des contradictions de valeur implicites dans les relations université-industrie telles qu’elles sont aujourd’hui largement perçues. On montrera également les avantages offerts par la manière dont on conçoit la déconstruction d’une telle contradiction. À partir de ces contradictions, nous nous pencherons sur la dynamique de valeur distinctive de l’économie de la connaissance. Le nouveau concept de marché de la connaissance sera présenté comme un contexte prometteur pour la conception de relations productives et cohérentes entre les universités et les entreprises. Les marchés de la connaissance permettront des régimes de change de valeur intra-et inter-organisationnels beaucoup plus riches, ouvrant un univers de transactions au capital intellectuel des organisations, dans son ensemble. De plus, les marchés de la connaissance se développent à partir d’écosystèmes caractérisés par une prise de décision partagée, une complète transparence, une confiance mutuelle et une logique entrepreneuriale. Un cas en cours illustrant ces relations université-industrie, basé sur ces principes, sera décrit. Seront également illustrés de nouveaux types d’associations, innovantes au plan social, allant de la simple nécessité à la responsabilité sociale des entreprises, à l’entreprise coopérative, à des entreprises sociales et à l’innovation sociale pure. Ces organisations émergentes présentent à la fois la structure de conception et l’ethos des marchés de la connaissance. En conclusion, les marchés de la connaissance fournissent un contexte novateur pour la refonte non seulement des rapports université-industrie en termes de transposition de valeur, mais aussi d’autres nouvelles formes d’innovation sociale dans les villes de la connaissance.

1. Les échanges ville/université

Structure du campus et espace urbain : de l’isolement à l’ubiquité

2L’intégration relative des campus universitaires dans leur espace urbain respectif et dans la vie de la communauté environnante dépend de toute une série de facteurs internes, dont la date de fondation, la structure initiale, son évolution dans le temps et son profil actuel. Au fil des siècles, les campus universitaires ont marqué par leur présence, les centres urbains depuis leurs origines en Asie et dans l’Europe médiévale, à travers de transformations incessantes jusqu’à leurs inscription dans l’architecture moderne. Des programmes d’enseignement de Confucius et Charlemagne aux modernes systèmes de diffusion des connaissances en ligne, le Campus n’a pas toujours été en phase avec les besoins de connaissances de la société.

3La localisation suburbaine et l’isolement des premiers campus sont calqués sur le modèle des habitations féodales et des monastères. Bien que certaines des premières universités européennes soient nées des guildes et des associations d’étudiants – dans le centre des villes médiévales, dans un environnement qui leur était naturel et familier (comme le Quartier Latin à Paris) – la plus vaste base institutionnelle de la plupart des anciennes universités a suivi le modèle d’isolement imposé par les cathédrales et les monastères qui les protégeaient. Un accès difficile, de hauts murs, des couloirs secrets et des salles discrètes avaient pour but de protéger les connaissances existantes en les destinant à une culture interne, réservée à quelques initiés. Tout au long de l’Ère Moderne, la participation de l’État a souvent été symbolisée par des bâtiments imposants, qui dominaient le paysage urbain, image du pouvoir institutionnel qui écrasait l’individu. Puis, à l’ère de la révolution industrielle, le campus universitaire est devenu le critère de référence du pouvoir urbain. Mais, vers la fin du 20e siècle, la protection de l’environnement s’étant imposée comme un souci majeur, les dimensions et la fonction des campus sont devenues moins importantes et le campus a commencé à se fondre dans l’espace urbain. Entre-temps, des systèmes d’université ouverte et de « community colleges » ont transformé les murs du campus en membranes perméables. Plus récemment, d’autres préoccupations, telles que la viabilité économique, l’impact social et l’intégration dans la communauté ont entraîné une augmentation et une amélioration des transactions entre le campus universitaire et son environnement urbain. Aujourd’hui, l’université peut être, en grande partie, virtuelle et omniprésente, et peut s’étendre sur tout le territoire urbain. Les plus récentes technologies mobiles permettent à tous les acteurs de l’université de contrôler individuellement leurs échanges de connaissances, de manière tout à fait indépendante en termes de temps et d’espace. La ville toute entière est devenue un vaste campus.

4Ce bref aperçu historique nous permet de déceler une progressive transition du modèle extrêmement clos et basé sur le pouvoir institutionnel des premières universités au caractère très diffus des nouvelles formes actuelles d’intégration entre l’université et la communauté environnante. Ces profondes transformations, que de nombreuses universités et leurs communautés respectives doivent encore expérimenter et assimiler, impliquent un changement significatif des mentalités, de nouvelles compétences et de nouveaux moyens d’action qui constituent une condition préalable pour une transformation culturelle efficace. Par ailleurs, la résistance au changement et le manque de compétences adéquates et de leadership sont profondément enracinés dans les valeurs et la logique qui sous-tendent une culture universitaire fonctionnant en « vase clos » qui a du mal à s’intégrer dans la nouvelle dynamique urbaine. Le meilleur exemple de ce décalage en termes de valeurs et de perceptions et du manque de confiance et de coopération spontanée qui en découle a été, peut-être, celui de la collaboration entre le monde académique et l’industrie.

Université/industrie : un mariage non consommé

5L’on parle souvent d’un divorce entre l’industrie et l’université et l’on dit aussi qu’il ne peut pas y avoir divorce, puisque le mariage n’a jamais eu lieu. Cependant, comme nous l’avons remarqué plus haut, à l’origine d’un certain nombre d’universités parmi les plus anciennes en Europe il y avait les corporations et les associations estudiantines nées autour des ateliers d’artisans, des centres de services et de professionnels de premier plan. Ces nouvelles universités émergeantes ont rapidement bénéficié de l’héritage institutionnel de l’église et/ou de l’état, créant ainsi une culture institutionnelle autonome, fonctionnant « en vase clos ». Une métaphore plus adéquate pour décrire les relations entre l’université et l’industrie serait peut-être celle du « mariage non consommé ».

6Une déconstruction du système de valeurs de l’université et de l’industrie et de leur co-évolution réciproque serait nécessaire pour comprendre leur situation actuelle et leur possible transformation. Sur une plus vaste échelle, l’intégration et la redéfinition (le cas échéant) du rôle du campus universitaire dans les nouveaux espaces urbains émergeants pourraient bénéficier d’une meilleure compréhension de leur ethos respectif. Les sociétés de la connaissance doivent repenser les transactions entre l’université et la société et les rendre plus agiles et plus efficaces.

2. La société de la connaissance : nouvel espace de possibilités

7Quel est le système de valeurs constitutif des universités du 20e siècle ? De quelle façon correspond-il – ou ne correspond-il pas – à celui des entreprises industrielles ? Quels sont les nouveaux défis et les nouvelles opportunités des deux systèmes de valeurs dans les sociétés postindustrielles ? Quelles sont les expériences acquises grâce aux actions récentes menées dans le cadre des nouvelles intégrations entre les campus universitaires, l’industrie et la société dans son ensemble ? Une feuille de route pour la conception d’une intégration réussie entre le campus universitaire physique et virtuel et l’espace urbain au sens large est-elle concevable ?

8Ces questions et d’autres encore doivent être prises en compte dans toute tentative sérieuse de répondre aux actuelles transformations de la société, entre autres en repensant les échanges entre l’espace urbain et le campus universitaire. Ce grand défi est ultérieurement compliqué par la profonde transformation de la culture urbaine du capitalisme industriel dans la ville de la connaissance. Cette transformation n’est pas seulement fonctionnelle. Bien que les avantages de la société de la connaissance, simplement en termes de contenu de connaissances (compétences, sciences, technologie) de la production, soient nombreux (une position qui peut être définie comme une vision transitoire du développement basé sur les connaissances), d’autres points de vue se sont également fait jour. Dans la vision transitoire du développement basé sur les connaissances (KBD), l’augmentation de la masse monétaire prévaut encore sur les autres valeurs sociales. Une autre dimension du capital social de la connaissance, à savoir l’appartenance, la résilience et la cohésion, a acquis une importance équivalente à celle réservée jusqu’ici à la stabilité et aux résultats économiques.

9Une approche radicale du développement basé sur les connaissances, vise, en revanche, à construire et alimenter collectivement le système de capital propre à chaque communauté, à commencer par son capital d’identité pour s’étendre, ensuite, à d’autres catégories essentielles, telles que le capital intellectuel, relationnel, financier, humain et instrumental. L’équilibre économique est important, mais seulement dans la mesure où il s’inscrit dans un plus vaste équilibre social qui doit être négocié en permanence : à savoir celui entre les principales catégories de capital propres à chaque communauté, dont chacune possède une valeur et un poids spécifique.

10Dans le cadre d’une redéfinition potentielle du rôle de l’université au sein de la société de la connaissance, un certain nombre de facteurs fondamentaux contribuent à caractériser le défi qui nous attend :

  • Premièrement, une compréhension essentielle de la connaissance en tant qu’interconnexion de ce qui est important.

  • Deuxièmement, une compréhension de tous les systèmes d’activités humaines en tant que systèmes de connaissance. Nous pouvons aisément nous considérer nous-mêmes comme des biosystèmes de connaissances dotés de fonctions corporelles aptes à soutenir notre activité neuronale, qui, à son tour, fait de nous des ensembles fonctionnants.

  • Troisièmement, le système de valeurs dans le monde représenté ou basé sur la connaissance (idées, images, figures, schémas) possède une dynamique propre, qui n’est plus déterminée par des échanges thermodynamiques de matière et d’énergie, mais présente, plutôt, des propriétés telles que l’ubiquité dans l’espace et dans le temps, qui ne s’usent pas, qui se reproduisent à l’infini et dont la possession ne crée pas de rivalité, entre autres particularités de nature économique.

11Il faut redéfinir la Science Économique, la Comptabilité et le Management pour s’adapter aux nouvelles réalités de l’Économie de la Connaissance. Tout ceci mène à la recherche d’une nouvelle base commune de catégorisation et de gestion de la valeur au sein de la société.

3. Les marchés de la connaissance

12Il s’agit de marchés jeunes qui possèdent une organisation propre et un esprit d’entreprise. De nouveaux modes de production et distribution de valeurs sociales fleurissent à différentes latitudes et sous des formes différentes. Ils fonctionnent en communauté, requièrent un faible niveau de leadership et ne dépendent pas fortement des investissements financiers. Que ce soit pour le développement commercial, l’innovation sociale, l’initiative politique ou la transformation culturelle, ils se fondent principalement sur un capital incorporel ou basé sur la connaissance. Des ONG aux programmes d’entreprise, de l’e‐participation au capital-risque, ils défient les modèles reçus en termes d’organisation des activités humaines, car ils sont souvent interconnectés entre eux. Ils partagent un ethos spécifique, basé sur la confiance, la transparence et l’imagination. Une nouvelle génération d’associations humaines, expressément conçues comme telles ou évoluant de façon pragmatique selon cette tendance, montre la voie de la transition de la société industrielle à la société de la connaissance : ce sont les marchés de la connaissance. De quoi s’agit-il et quelle est leur signification économique et politique ?

13L’une des toutes premières expressions de l’économie de la connaissance est née il y a très longtemps, lorsque Diogène de Sinope a reçu de l’Oracle de Delphes la réponse sibylline suivante : Falsifie la monnaie ! Diogène, ayant interprété cette réponse dans le sens d’une « falsification » intellectuelle du système politique et économique, plutôt que de la falsification physique des pièces de monnaie proprement dites, se lança dans la critique sociale et adopta un mode de vie dont l’establishment économique et politique actuel pourrait tirer quelques leçons.

Définition

14Il est quelque peu paradoxal que le concept de marché de la connaissance nous renvoie à l’économiste autrichien Friedrich A. von Hayek, une figure du libéralisme économique, dont le texte bien connu, de 1945, intitulé L’utilisation de la connaissance dans la société traite des échanges de connaissances. En pleine Guerre Froide, Hayek propose une critique acérée des économies centralisées, en prônant une circulation plus rentable des connaissances par l’intermédiaire d’agents placés à différents endroits, participant à la fixation des prix et bénéficiant d’informations symétriques. Et pourtant, tout en incluant la connaissance dans son analyse du marché, Hayek ne présente pas le marché de la connaissance comme une catégorie analytique distincte. Des références plus récentes – présentes dans des publications datant d’une période comprise entre la fin des années 1980 et le début des années 2000, consacrées au « Knowledge Management » et au Capital Intellectuel – jouent sur deux concepts séparés de connaissance d’une part et de marché de l’autre.

15Le discours sur les implications du contenu basé sur la connaissance des transactions de marché est présent dans tout le débat sur la signification de l’économie de la connaissance. Bien entendu, la définition des objets de la transaction a évolué parallèlement à l’évolution de la compréhension de la composante inhérente à la connaissance (à savoir, l’objet de l’échange). Parmi différentes définitions des « Knowledge Management Generations » (KM), une distinction a été établie en ce qui concerne l’interprétation des composantes de connaissance et de gestion, distinction qui caractérise l’approche de trois générations différentes. Le Tableau 1 montre l’interprétation du terme Knowledge Management applicable à chacune de ces trois générations.

Tableau 1. Les trois générations de gestion de la connaissance (Carrillo, 1999)

Tableau 1. Les trois générations de gestion de la connaissance (Carrillo, 1999)

16Il n’est pas surprenant que le concept initial de marché de la connaissance centré sur le contenu ait progressivement évolué vers le flux et ne se soit tourné que récemment vers le contexte. La 1re génération (centrée sur l’objet) correspond à la définition contenue dans Wikipédia : « Un marché de la connaissance est un mécanisme pour la répartition des ressources de la connaissance ». La définition applicable à la 2e génération (centrée sur l’agent-) est celle fournie par Davenport et Prusak dans le livre Working Knowledge : « Le marché de la connaissance, comme tout autre marché, est un système dans lequel les participants échangent une marchandise rare contre une valeur présente ou future ».

17Jusqu’ici, les définitions des marchés de la connaissance correspondent et concernent :

  • les éléments formels de marchés génériques ;

  • les relations fonctionnelles entre ces éléments.

18D’autre part, les concepts traditionnels de marché reposent sur :

  • la spatialité,

  • les binômes acheteur/vendeur,

  • les transactions,

  • les prix.

19Le maillon manquant pour une définition formelle des marchés de la connaissance est une caractéristique précise ou un critère de distinction permettant de décider si l’attribution de la connaissance relève ou non d’un certain marché. Une définition basée sur la valeur, ou de 3e génération (centrée sur le contexte), des marchés de la connaissance pourrait être la suivante : Des systèmes d’échange de valeur où le capital intellectuel est l’objet de la transaction entre les opérateurs, au-delà des biens physiques et financiers traditionnels. Cette définition intensive, associée aux éléments et aux règles des marchés génériques, permet de représenter les marchés de la connaissance comme des systèmes à part entière.

Figure 21 : Modèle interne des marchés de la connaissance

Figure 21 : Modèle interne des marchés de la connaissance

Source : Durán, 2011

20La Figure 1 décrit les éléments d’un marché interne de la connaissance. La Figure 2 contient la logique combinatoire d’objets de valeur selon les Systèmes de capital.

Figure 22 : Logique combinatoire de la connaissance.

Figure 22 : Logique combinatoire de la connaissance.

Source : Carrillo, 2010.

21La Figure 3 décrit les principaux éléments à prendre en compte dans un échange de valeur spécifique université-industrie tel que celui proposé par J. C. Durán dans le cadre de notre actuelle collaboration sur les marchés de la connaissance Université-Industrie.

Figure 23 : Dimensions des marchés de la connaissance.

Figure 23 : Dimensions des marchés de la connaissance.

Source : Durán, 2011.

Signification

22Si nous considérons les regroupements de demandeurs et de solveurs de connaissance en tant que systèmes de valeurs, le comportement de groupe et les éléments structurels, tels que la participation, la transparence et la confiance, acquièrent une importance prédominante. Si le printemps 2011 restera dans les mémoires comme le « Printemps Arabe », l’été 2011 sera toujours gravé dans les esprits comme l’époque de la crise financière dans la zone Euro et aux États Unis et du mouvement des « indignés » de Madrid à Santiago, Londres et Tel‐Aviv. Comme Timothy Garton l’a fait observer, les générations actuelles ont l’avantage de pouvoir documenter l’histoire au fur et à mesure qu’elle se déroule sous leurs yeux.

23L’émergence des marchés de la connaissance, qui possède un certain nombre d’éléments communs avec ces mouvements, est le signe tangible de plusieurs transformations potentielles. Les marchés de la connaissance sont importants en premier lieu parce qu’ils subvertissent, dans leur fonctionnement, les pratiques établies, que ce soit en termes de développement économique, de « philanthropie » et de participation des citoyens. Par ailleurs, ils semblent capables de façonner des systèmes de valeurs en réinventant le « Knowledge Management » et le Capital Intellectuel, ou même en innovant la rentabilité commerciale basée sur la connaissance. Mais, les marchés de la connaissance sont importants principalement car ils offrent la possibilité de fondre entre eux et reconstruire les objectifs restés inachevés à la fois du système socialiste et du système capitaliste, en plaçant au centre du système non plus l’idéologie, mais la science et la conception, comme le suggère la Troisième Culture. Hayek avait déjà compris que ce serait la promesse essentielle des marchés de la connaissance : « le problème concerne justement la façon d’étendre la portée de notre utilisation des ressources au-delà … de l’esprit de chacun ; et de dispenser (la connaissance) tout en la contrôlant en pleine connaissance de cause et de fournir les encouragements nécessaires pour inciter les gens à faire ce qu’il faut faire sans qu’on le leur dise » (op. cit.).

Tableau 2. Comparaison entre les marchés traditionnels et les marchés de la connaissance émergeants.

Caractéristique comparée

Marchés mondiaux des entreprises

Marchés de la connaissance

But

Transfert de droits de propriété

Multiplication de la valeur

Objet de la transaction

Biens physiques et monétaires

Toutes les formes d’actifs, corporels et incorporels

Offre

Acheteur

Chercheur

Derrière les processus naturels

Thermodynamique

Réalité symbolique

Demande

Vendeur

Résolveur

Intermédiaire

Commerçant ou banque

Courtier de connaissances ou absence d’intermédiaire

Marchés

Marchés physiques et financiers

Tous les domaines sociaux

Information

Tendance vers l’asymétrie

Tendance vers la symétrie

Devise

Argent ou ersatz de biens

Néant (troc), devise ad-hoc, ersatz de biens

Prix

Fixé par l’autorité centrale ou l’oligopole

Variables ou fixés par les opérateurs directement concernés

Effets induits

Généralement non pris en compte

Pris très précisément en compte

Ethos

Valeur pour les actionnaires.

Valeur pour les actionnaires. Confiance

Conditions d’engagement

Concurrence restreinte

Concurrence ouverte

24Le Tableau 2 contient une comparaison des caractéristiques des marchés traditionnels par rapport aux marchés de la connaissance. Une grande variété de groupes, associations, entreprises et autres initiatives individuelles – ayant clairement exprimé leurs principes sous-jacents ou non – émergent dans différents domaines et régions et partagent les caractéristiques des marchés de la connaissance. Le Tableau 3 contient un échantillon de ce type d’entités.

Tableau 3. Quelques types de marchés de la connaissance

Type

Exemple

Description

URL

Innovation & Entrepreneuriat

Projet sur le génome des start-up.

Le plus grand problème au monde est que trop peu de gens travaillent pour résoudre les plus gros problèmes du monde-Max Marmer

http://blog.startupcompass.co/​

Courtage de connaissances

Conférence sur le courtage des connaissances

Deuxième Conférence de l’International Network of Business and Management (INBAM) “Brokering Knowledge” Valencia, 20-22 mars 2012

www.inbam.net

Entreprises d’intérêt public

Transformation émergeante

… nos marchés traditionnels de l’éducation ne sont que de grosses bulles qui vont exploser dans les 10 années à venir, imploser et être réduites à néant. Bjoern Lasse Herrmann

http://emergenttransformation.com/​

Monnaie sur réseau

Réflexion sur le futur de l’argent

… les informations concernant un adhérent malhonnête vont circuler très vite sur un marché centré sur l’homme où l’anonymat est plus difficile à conserver que sur un marché informatisé et basé sur le courtage By Guillaume Lebleu

http://lebleu.org/​blog/​

Open Source Ventures

Guérillas m Ondiales

Tribus sur réseau, interruption des systèmes et le marché émergeant de la violence. Communautés résistantes, Plates-formes décentralisées et auto-organisation du futur. Par John Robb

http://globalguerrillas.typepad.com/​

Économie P2P

Fondation P2P, Manifesto P2P

De la « dynamique relationnelle P2P « en tant que condition préalable de la prochaine phase de la civilisation. Michel Bauwens

http://p2pfoundation.net/​

Conception basée sur la valeur

Sur la spirale.

S’étendre pour englober tout ce que l’on peut englober. Creative Commons

http://OnTheSpiral.com/​

Pièces de monnaie solidaires

Tookets

Votre entreprise fidélise son client en lui offrant des tookets qu’il redistribue a l’association (ou aux associations) de son choix parmi celles que vous soutenez.

http://www.tookets.com/​

Systèmes de valeur émergeants

Symbionomie

Que l’on parle des notions essentielles de propriété ou de celles qui nous motivent principalement dans notre travail, de nouveaux modèles sociaux émergent pour mieux servir notre monde relié par des réseaux. Alan Rosenblith et Jay Standish

http://symbionomics.com/​

Organisation étendue

IntelLEO

Le but est d’explorer de quelle manière la réactivité des environnements d’enseignement dans un IntelLEO peut être vraiment améliorée par une synergie entre les services en vue d’une gestion efficace de la construction collaborative de la connaissance et de l’organisation des objectifs individuels et de l’entreprise and Organizational goals.

http://intelleo.eu/​

Emergeance de valeurs

Le futur de l’argent

Que pensent les jeunes adultes de l’argent et de la valeur ? Comment pouvons-nous créer de nouveaux systèmes de génération de richesse e et de prospérité ? Que réserve le futur aux banques et aux autres institutions financières dans le cadre d’un échange massif de connaissances de pair à pair ? By The Emergence Collective

http://www.emergence.cc/​

Connaissance et banques dfu temps

Comunitats

Nous sommes un réseau de partage des connaissances…..

http://www.comunitats.org/​

Capitalisme social

Projet Ingenesist

Tout objet monétaire a une valeur, mais tous les objets de valeur ne sont pas monétaires. Dan Robles

http://www.ingenesist.com/​

Cités de la connaissance

Villes émergeantes

Je pense que nous sommes sur le point de découvrir une nouvelle manière de gérer l’innovation opérant de façon quasi-indépendante du système monétaire actuel. Sebastian Paquet

http://emergentcities.sebpaquet.net/​

25L’un des aspects les plus frappants de cette transformation de bas en haut est le fait que, en subvertissant l’architecture des systèmes de valeur, elle dépasse les types de structures traditionnels. Les objectifs des entreprises commerciales peuvent converger vers ceux de l’innovation sociale, de la philanthropie et de l’art. Les hypothèses classiques relatives au choc des valeurs université/industrie peuvent être dépassées par des bases de capital convergentes (Figure 4). Les sociétés peuvent renforcer leur impact social et environnemental au-delà de la façade des programmes de responsabilité sociale et environnementale. Les institutions caritatives et les ONG peuvent devenir entrepreneuriales et innovantes.

Figure 24 : La boucle privé/public.

Figure 24 : La boucle privé/public.

Source : Carrillo, 2011.

26Dans « The New Management », William Hallal a décrit l’entreprise commerciale type – emblème du libéralisme – comme une entité éloignée du libre marché et de la démocratie, dépourvue de transparence. Il a souligné l’exigence de marchés internes où les prix, l’information et la prise de décision sont soumis à un jugement de valeur ouvert. Une transformation est en cours de l’intérieur vers l’extérieur, que ce soit au sein des multinationales ou dans la politique d’entreprise (tyrannies, oligopoles).

Conclusions

27La compréhension et la gestion du marché de la connaissance peuvent aider les entités et les sociétés à évoluer, en contribuant à la construction de l’histoire du présent. Dans ce contexte, l’on assiste à la naissance de toute une série de possibilités inédites de création basée sur la connaissance dans un environnement urbain. La ville va devenir le lieu privilégié des sociétés de la connaissance. Nous ne savons pas quelles nouvelles formes assumeront, à l’avenir, les échanges de capital de connaissances, mais il est tout à fait probable que les formes classiques de vie universitaire – tout comme la plupart des institutions sociales et des fonctions – subissent de profondes transformations au cours des prochaines années.

28Les titres professionnels, les programmes universitaires, les cours, les classes, la dichotomie étudiant/professeur et même les campus universitaires sont déjà des espèces en voie d’extinction. De même, les emplois traditionnels, les activités tournées vers les bénéfices, la gestion d’entreprise, les institutions financières, la consommation et l’économie orientée vers la croissance tout comme le PIB qui la symbolise ne sont plus que des réalités vouées à disparaître.

29Les nouveaux systèmes émergeants de mise en réseau des valeurs en vue de l’exploitation des opportunités d’innovation sociale et d’entrepreneuriat de tous les acteurs de la société pourraient être les universités du 21e siècle.

30Nous ne pouvons pas encore affirmer que ce sera le cas, mais nous pouvons être relativement sûrs, en revanche, que les universités qui ne sauront pas se réengager pour stimuler le transfert et le partage du capital de connaissances disparaîtront en même temps que les pratiques et les institutions de l’ère du capitalisme industriel.

Notes

1 Ce document fait partie d’un projet de R & D en cours, financé par le World Capital Institute. Le projet Marchés de la Connaissance mené par la chaire de recherche CEMEX-ITESM et des thèses de Ph. D. faisant partie de différents programmes internationaux sont également associés à cette initiative du WCI.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les trois générations de gestion de la connaissance (Carrillo, 1999)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Figure 21 : Modèle interne des marchés de la connaissance
Crédits Source : Durán, 2011
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15635/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 22 : Logique combinatoire de la connaissance.
Crédits Source : Carrillo, 2010.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15635/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Figure 23 : Dimensions des marchés de la connaissance.
Crédits Source : Durán, 2011.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15635/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 24 : La boucle privé/public.
Crédits Source : Carrillo, 2011.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15635/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 344k

Auteur

Tecnológico de Monterrey Center for Knowledge Systems World Capital Institute

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540