Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Troisième partie : Mutualiser l'innovation, partager les connaissances : les intangibles, les approches collaboratives universités/entreprises/laboratoires et les nouveaux marchés de la connaissance

Préambule : Mutualiser l’innovation dans des économies fondées sur la connaissance et dynamiques territoriales

Elisabeth Campagnac

Texte intégral

Introduction

1Mutualiser l’innovation et partager les connaissances dans le cadre d’approches collaboratives universités/entreprises/Laboratoires, et s’interroger sur les conditions d’émergence de nouveaux marchés de la connaissance : c’est bien à une réflexion globale sur les changements en cours et sur leurs incidences en termes d’attractivité et de compétitivité territoriale que nous invite cette troisième partie. Elle incite donc à opérer des choix pour cadrer et limiter le questionnement, d’autant que tous ces thèmes intéressent des champs disciplinaires variés.

2Pour faire le lien avec les contributions qui suivent, je propose de questionner la mutualisation de l’innovation et le partage des connaissances en les référant à deux grandes problématiques, qui sont d’une part, celle de l’économie de la connaissance et d’autre part, celle des systèmes territoriaux d’innovation, ou clusters revisités à l’aune de l’économie de la connaissance. Le premier registre nous permet de traiter de l’évolution du statut des connaissances, de l’apprentissage et de l’innovation, en l’articulant principalement aux transformations du système productif mais aussi en l’associant à l’émergence possible de nouveaux marchés ; je m’appuierai ici principalement sur les apports de l’économie industrielle et des sciences de gestion. Le second registre renvoie à la question décisive des configurations territoriales mais aussi des politiques publiques ou des formes d’action publique impliquant ou non ces changements. Je m’appuierai ici sur les apports des sciences sociales et politiques et sur ceux de la géographie économique.

Mutualiser l’innovation dans des économies fondées sur la connaissance

3Pour aborder le premier registre, nous conviendrons d’entendre par « économie de la connaissance » l’idée défendue par plusieurs économistes (Foray et lundvall, 1996, Guilhon et alii, 1998) et selon laquelle on assisterait au développement d’un nouveau régime économique, différent des précédents, dans lequel le processus de production et d’accumulation des connaissances jouerait un rôle essentiel. L’émergence de ce nouveau régime s’observerait d’abord par la place croissante prise par les activités intensives en connaissance dans certains secteurs d’activité de production et de services. Caractérisés par une certaine centralité de la science et de la technologie, indispensables pour répondre aux caractéristiques de la concurrence par un rythme rapide d’innovations technologiques, ces secteurs seraient aussi dépendants de la présence de ressources singulières : production et gestion des savoirs, technologies de l’information, taux d’emploi des travailleurs diplômés, dépenses en Recherche-développement. Au niveau macroéconomique, le passage à ce nouveau régime se traduirait par l’accroissement de la part relative du Produit Intérieur Brut consacré au capital Intangible (Foray, 2000) Au niveau sectoriel et méso-économique, il se caractériserait par la centralité que tendraient à prendre non seulement la science et la technique dans les processus de conception et de production, mais aussi la recherche et l’innovation dans les dynamiques de compétitivité des firmes et des territoires, dans un contexte de globalisation des marchés et de changement technologique rapide. Ces logiques de transformation des rapports au changement technologique, à la recherche et à l’innovation sont caractéristiques de certains secteurs, en particulier les « high tech » (technologies de l’information et de la communication, multimédia, biotechnologies, nanotechnologies, nouveaux matériaux etc.. sans oublier les secteurs plus classiques de l’aéronautique, du spatial ou de la Défense). Tous ces secteurs ne sont pas simplement plus intensifs en recherche et développement ; ils sont aussi porteurs de logiques spécifiques d’organisation de l’innovation qui se déploient aussi bien au niveau stratégique qu’au niveau spatial (M. H. Depret, A. Hamdouch, 2009) et apparaissent beaucoup plus dépendants des processus de production des connaissances et des formes d’apprentissage, qui se jouent entre une multitude d’acteurs.

4Pour autant, analyser les mécanismes de production des connaissances et d’apprentissage dans une économie fondée sur les connaissances se heurte à des difficultés spécifiques. Celles-ci tiennent à la fois à l’hétérogénéité des connaissances (ex : connaissances utiles à la conception, ou connaissances utiles à l’usage d’un équipement ou d’une technologie), à la diversité des systèmes de relations mobilisés entre les acteurs, mais aussi à l’incapacité qu’a la théorie économique en particulier, à penser le transfert des connaissances autrement que sur le mode de transfert d’une marchandise ou d’une information ; ou encore aux limites des sciences de gestion de n’avoir longtemps pensé les processus d’apprentissage constitutifs de la firme (taylorienne) que dans le cadre de la séparation entre conception et exécution, en application des principes classiques de la division du travail. L’une des questions que l’économie de la connaissance met sur agenda est bien la nécessité qu’il y a à ne pas séparer la dynamique des connaissances et des relations. Autrement dit, il s’agit de reconnaître toute son importance à l’articulation entre systèmes de relations et modèles d’interaction. « Nous appelons « modèle d’interaction » cette part de la catégorisation des activités qui spécifie non pas les tâches que chacun doit faire isolément, mais les interdépendances pensables entre les acteurs : autrement dit, un modèle d’interaction naît au moment où les acteurs prennent leurs interactions comme objet de modélisation et de connaissance. » (Hatchuel M., 1999, p. 196).

5Mais, comme le rappelle, J. Forest, les travaux sur la production des connaissances ne s’intéressent pas seulement à la manière dont la connaissance circule mais aussi et surtout à manière dont elle se transforme pour conduire à l’innovation. Le plus souvent cette transformation est pensée en termes de combinaison de connaissances y compris entre firmes. « Si l’on s’accorde sur le fait que chaque firme possède des connaissances propres et a besoin d’accéder à d’autres connaissances détenues par d’autres firmes pour pouvoir en créer de nouvelles, il n’en demeure pas moins que le processus qui rend possible cette production, qualifié de processus de combinaison, reste pour le moins obscur » (Forest J. 2009).

6Toute la question posée est de savoir comment l’on passe d’une représentation de la connaissance comme facteur de production à une représentation de la connaissance comme facteur d’innovation, et en quoi cela transforme ou non les systèmes de relations et les modèles d’interaction entre les différents acteurs. La première met l’éclairage sur la prédominance croissante des rapports entre science et technologie dans la production des biens et des services ; la seconde met l’accent sur la prédominance de la science et de la recherche et sur la création de technologies génériques permettant l’innovation à travers des coopérations externalisées entre laboratoires de recherche et entreprises de production de haute technologie. Elle traduit un changement de paradigme par rapport au système technique et industriel précédent, en ce sens que dans les rapports science – technologie – production, les ressources matérielles prennent de moins en moins d’importance au profit des ressources immatérielles (connaissance, organisation, créativité). L’activité économique fonctionne davantage sur une relation science-marché.

7On voit donc que l’économie de la connaissance est aussi un puissant vecteur de redéfinition des frontières de l’entreprise. La désintégration verticale qui affecte la production intellectuelle, dans le cadre des arbitrages internalisation/externalisation, mais aussi dans le cadre d’une division du travail cognitif, favorise l’entrée de fournisseurs spécialisés et la création de quasi-marchés de la connaissance ; il s’agit de marchés organisés dont le fonctionnement repose sur une forte coordination qualitative entre producteurs et utilisateurs (Guilhon B. 2008). Les complémentarités entre agents peuvent se réaliser de manière efficace au moyen de structures modulaires, participant ainsi de modèles « d’innovation ouverte », reposant sur un mixte de marché et de coopération. Entre science, technique et marché, on assiste aujourd’hui à un grand métissage (Veltz P. 2010)

Systèmes territoriaux d’innovation : formes et enjeux

8La seconde proposition pour cette mise en perspective a trait aux formes et aux dynamiques de territorialité qui accompagnent les transformations des systèmes productifs et/ou ou des systèmes de recherche et d’innovation. La transformation radicale de l’activité productive où les facteurs immatériels liés à la connaissance et à l’organisation prédominent sur les facteurs matériels liés à la transformation technique des matières premières et des ressources naturelles, « donne naissance à de nouvelles formes de territorialité à la fois plus complexes, car reposant sur des externalités de proximité plus directement liées au paradigme technologique lui-même, » soit « des facteurs immatériels étroitement liés à l’environnement local, tels que le savoir faire, la capacité entrepreneuriale, la maîtrise organisationnelle, le traitement de l’information, l’organisation en réseaux », notaient Quevit M., Van Doren P. (1993, p. 40). Dans le même temps, ces auteurs soulignaient alors la diversité des dynamiques territoriales en présence. Ils en proposaient une typologie autour de trois grands modèles distinctifs, à savoir :

  • Les dynamiques métropolitaines, misant sur des économies d’agglomération liées à la fonction urbanisation, en particulier à la présence d’un milieu « fécondant » qui se spécifie par sa créativité, la production de qualification de haut niveau, l’accessibilité nodale rapide aux grands centres de décision d’affaires, la qualité de vie culturelle et de facilité urbaine ;

  • Les dynamiques technopolitaines, qui intéresseraient davantage les relations recherche, innovation et industrie et qui se caractériseraient par la présence de laboratoires de recherche compétitifs sur le plan mondial, des pratiques de recherche durable dans des domaines ciblés, la présence d’investissements publics conséquents (financement et équipements performants ; un environnement local propice à l’organisation de la production intellectuelle

  • Les dynamiques d’organisation en « districts industriels », inspirées du concept marshallien, et insistant sur le bénéfice qu’un système productif peut tirer des relations de proximité du milieu local (facilités de partage d’idées, de savoir faire, financement et épargne de proximité, support institutionnel de pouvoirs locaux, culture de coopération entre acteurs économiques etc..) L’élément crucial est qu’elle intègre l’innovation technologique dans son système d’organisation en valorisant les ressources immatérielles.

9Cette typologie s’enrichit avec l’intégration du paradigme de l’économie de la connaissance ou encore avec la prise en compte des rapports science – recherche – innovation.

10C’est ce que traduit en particulier le recours à la notion de « cluster », que l’on peut définir comme « la présence, sur un même espace géographique de taille relativement limitée, de firmes, centres de recherche-développement, universités, organismes financiers très compétitifs appartenant au même domaine de spécialisation et organisés au sein de réseaux de collaboration à la dynamique autonome, caractérisés par une innovation continue et des transferts d’innovation aisés » (OCO Consulting, 2005, cité par Hatem F. 2007) mais qui recouvre aussi des situations très hétérogènes.

11On peut retenir toutefois, que la dynamique d’organisation du district industriel, fondé sur des économies de proximité et les externalités positives, tend à se redéfinir. Les rapports des entreprises à un territoire spécifique ne s’appréhendent plus à travers le croisement d’un type de production à un lieu, mais plutôt à partir des relations de coopération transversales entre secteurs d’activité que parviennent à créer les acteurs, les organisations ou les institutions. Ces relations transversales opèrent bien souvent par le biais d’instituts de formation ou de recherche. Elles peuvent aboutir à la création de « systèmes locaux de compétences », caractérisés par une certaine déconnexion entre les compétences et les produits finaux. (Grossetti M., Zuliani J.M., Guillaume R. 2006).

12Mais les dynamiques de territorialité sont également marquées par la redéfinition des rapports entre science – recherche et innovation. Ainsi par exemple, le couplage plus étroit entre recherche et innovation suppose de nouvelles formes de coopération entre équipes scientifiques de différentes disciplines, dans des réseaux associant laboratoires publics et entreprises privées ; ou encore, le rôle crucial que revêt l’instrumentation pour certains secteurs scientifiques (ex : en biologie ou en sciences de la vie) joue en faveur de nouvelles formes de mutualisation dans la gestion d’équipements, aux coûts d’investissement et de maintenance élevés, mais aussi en faveur de la concentration autour de pôles d’excellence. « Plutôt que la coexistence de deux univers de recherche bien différenciés, public et privé, » l’un tourné plutôt vers la science de base (open science), l’autre vers la science privée (proprietary science) c’est à « la constitution de réseaux agglomérés associant laboratoires publics et entreprises privées pour partager équipements et compétences que l’on assiste » (Aggeri F., Le Masson P., Branciard A., Paradeise C. et Peerbaye A., 2007)

13La troisième proposition a trait à la difficulté de conceptualiser le passage entre l’apport des différents travaux relatifs à l’économie de la connaissance et la construction d’une « offre territoriale ». Car c’est bien la construction d’une « offre territoriale » qui est visée à travers la redéfinition de l’action publique. C’est d’elle dont on attend des retombées en termes d’attractivité des territoires.

14Pour une large part, l’apparition de la notion « d’offre territoriale » – dont certains auteurs ont souligné le caractère récent mais aussi l’ambiguîté fondamentale (notamment entre ce qui est donné et ce qui est construit) – est à rapporter à l’idée de nouvelles formes de développement portées par la science, tout autant qu’au défi de contribuer à la « société de la connaissance ». D’un côté, de nombreux facteurs légitiment le bien fondé du développement d’offre(s) territoriale(s) : les perspectives de développement fondés sur la croissance endogène, l’attention nouvelle portée en conséquence à l’enseignement supérieur et à la recherche, la recherche d’un avantage comparatif autour de systèmes régionaux d’innovation, la création de savoirs et de compétences, constituent autant de nouveaux chantiers qui s’ouvrent à l’action publique territoriale, en particulier régionale (Crespy C. 2007). Dans ce contexte, les politiques publiques doivent faire la preuve de leur aptitude à accompagner le couplage entre compétences, recherche et innovation, mais aussi entre dynamiques économiques, dynamiques scientifiques et dynamiques d’enseignement et de formation ;

15Le défi n’est pas mince et nous pouvons conclure cette rapide rétrospective en rappelant que c’est bien la constitution de cadres d’action collective et la reconnaissance des effets d’interaction qui ont été identifiés comme des facteurs majeurs pour le développement économique des territoires, jouant un rôle plus décisif encore que l’offre d’infrastructures ou d’équipement (Veltz P. 1994) ; dans le même temps, ce sont les objectifs les plus difficiles à conceptualiser et à mettre en œuvre. La réorganisation des systèmes de recherche et d’innovation et leur aptitude à déboucher sur de nouvelles formes de production et de mutualisation des connaissances demandent à être contextualisées.

16C’est en partie la conclusion à laquelle aboutissent la plupart des contributions rassemblées ici. En privilégiant une approche « bottom up » plutôt qu’une analyse top down, toutes mettent l’accent sur la nécessaire mobilisation des acteurs et le travail de construction que supposent la mutualisation des connaissances et le partage des savoirs. Toutes soulignent également l’indispensable prise en compte du contexte dans lequel elles s’inscrivent mais aussi leurs modalités d’inscription dans des formes de territorialisation.

17Au-delà de la richesse des éclairages qu’elles apportent, leur principale qualité tient à la distance critique que les auteurs parviennent à préserver par rapport à un discours quelque peu convenu sur l’économie de la connaissance et sur ses formes de territorialisation. Ils montrent comment ces éléments constituent, plus que des grilles de lecture stabilisées, autant de processus à élucider.

18La contribution de Bruno Lusso « la difficile association entreprises/laboratoires de recherche dans les villes moyennes françaises » porte précisément, à travers le cas de l’industrie multimédia, sur un secteur représentatif des industries de la connaissance. Or les résultats du travail mené sur trois grandes aires métropolitaines (Lyon, Lille et Marseille) le conduisent à souligner le caractère utopiste des croyances dans les qualités intrinsèques des nouvelles technologies ou encore dans les vertus prêtées à la proximité dans la construction de systèmes locaux d’innovation. Ces critiques, bien construites, apportent une réflexion novatrice très stimulante.

19En se situant davantage dans le questionnement de la gestion, la contribution de Cathy Garner « The importance of absorptive capacity as a determinant of successful knowledge exchange » s’attache à un facteur susceptible de différencier le développement des clusters. L’énigme à résoudre tient au paradoxe entre la capacité d’ouverture profondément trans-sectorielle, trans-industrielle et transnationale de ce nouveau facteur et les entraves que représentent dans le même temps, sa forte dépendance par rapport à des réseaux sociaux et organisationnels. Cette tension peut être illustrée à travers les relations entre entreprises et universités. L’auteur montre, en effet, comment la nécessité de participer à la production de connaissances transversales se heurte aux limites imposées par les transferts de connaissance façonnés par les segmentations industrielles et sectorielles.

20La contribution de M. T. Montero-Mendoza, et de F. Lozada vise à appréhender, à travers l’exemple de la ville de Ciudad Juarez au Mexique, la dynamique de production des connaissances dans un environnement urbain peu favorable. Ils situent cette dynamique dans les échanges entre université, entreprises et la société civile. Ils montrent comment les modalités d’articulation au marché mondial agissent fortement en retour sur le fonctionnement de la société locale. L’analyse du nouveau projet de Cité universitaire, dite Cité de la Connaissance, souligne la tension entre l’aspiration de l’université à prendre place dans les circuits d’enseignement et de recherche nationaux et internationaux, à travers la conception de nouveaux enseignements ou des formes de gouvernance, et l’impossibilité de s’abstraire de son environnement social et urbain local. Cet exemple traite d’une situation où les effets d’agglomération se traduisent par des externalités négatives. On en mesure bien les enjeux.

21C’est à une autre approche des transformations des relations entre université et industries que nous invite F. J. Carillo. En mobilisant dynamiques historiques et grilles typologiques, l’auteur s’attache à montrer comment la différenciation de l’inscription spatiale et urbaine des universités et des campus renvoie à des différences de représentations, d’éthos et de systèmes de valeurs entre communautés universitaires et monde industriel, variant selon les lieux et les époques. Ceci le conduit à poser la question des systèmes de valeurs prévalant dans les sociétés de la connaissance en émergence. Pour ce faire l’auteur propose de se reporter aux caractéristiques qu’ont pu prendre les marchés de la connaissance (en référence à F. A. Hayek) puis la gestion de la connaissance (knowledge management). En référence à la littérature de ces vingt dernières années, il nous invite à distinguer trois générations de représentations relatives à la gestion des connaissances. L’ambition de l’auteur est de comprendre leur influence sur la pensée des relations entre universités et industries, mais aussi sur les formes urbaines et l’architecture.

22Au total, des contributions qui éclairent à la fois la grande diversité des relations entre universités et entreprises, et les difficultés communes à construire des espaces d’échanges et de coopérations à nature quelque peu systémique.

Bibliographie

Aggeri F., Le Masson P., Branciard A., Paradeise C. et Peerbaye A. Les plate-formes technologiques dans les sciences de la vie : Politiques publiques, organisations et performances, Revue d’économie industrielle, 120, 4e trimestre 2007, p. 21-40

Crespy C. « Gouvernance de la recherche et compétitivité des régions : quel rôle pour l’action publique territoriale ? » Politiques et Management Public, vol. 25, n ° 2, pp. 23-44

Crevoisier O. Les dynamiques territoriales de connaissances : relations multilocales et ancrage territorial » Revue d’économie industrielle 77-99

Depret M-H, Hamdouch A. Clusters, réseaux d’innovation et dynamiques de proximité dans les secteurs high tech, Revue d’économie industrielle, 4/2009 (n ° 128) p. 21-52

Foray D., Lundvall B. (Eds.) Employment and growth in the knowledge base economy, OECD (1996)

Foray D. L’économie de la connaissance, La Découverte, 2000

Forest J. Penser la production des connaissances pour repenser la politique des clusters. Revue d’Économie Industrielle, 2009/4 (n ° 128) p. 101-120

Grossetti M., Zuliani JM, Guillaume R. La spécialisation cognitive ; les systèmes locaux de compétences en Midi Pyrénées, Les Annales de la Recherche Urbaine, n ° 101, novembre 2006

Guilhon B., Huard P., Orillard M. Zimmermann JB. (Eds) Économie de la connaissance et organisation, L’Harmattan, 1998

Guilhon B. Division du travail cognitif et quasi-marchés de la connaissance, Presses de Sciences Po/Revue économique, 2008/2, vol. 59, p. 241 à 263.

Hatchuel M. Connaissances, modèles d’interaction et rationalisations : de la théorie de l’entreprise à l’économie de la connaissance, Revue d’économie industrielle vol. 88,2e trimestre 1999, pp. 187-209

Hatem F. Le rôle des clusters dans les politiques d’attractivité in Ingallina P. (dir) L’attractivité des Territoire, regards croisés, PUCA, 2007, p. 19-22

Paris Th, Veltz P. (sous la direction de) L’économie de la connaissance et ses territoires. Actes du Colloque de Cerisy la Salle, 2010,312 p

Quevit M., Van Doren P. « Stratégies d’innovation et référents territoriaux » Revue d’économie industrielle, vol. 64, 2e trimestre 1993, pp. 3-53

Thiard Ph. : L’offre territoriale : un nouveau concept pour le développement des territoires et des métropoles DATAR Territoires 2030 Pôles et métropoles n ° 1 (2005) 228 p.

Veltz P. Des territoires pour apprendre et innover, Édition de l’Aube, 1994

Veltz P. Science, technique, marché : le grand métissage, in Paris T., Veltz P. (dir.) L’economie de la connaissance et ses territoires, Hermann 2010, p. 39-54.

Auteur

École des Ponts LATTS

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540