Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Deuxième partie : Les espaces de la connaissance : des nouveaux projets pour les universités et les centres de recherche dans des métropoles et des villes moyennes

Note conclusive : Espaces de connaissance : connexions-déconnexions

Ali Madanipour et Luis Moya

Texte intégral

1Aujourd’hui, la base de l’économie urbaine a changé. Ceci s’est traduit, dans beaucoup de villes, par le passage d’une économie basée sur la production manufacturière à une économie de services, avec l’apparition de nouveaux modes de regroupement des activités. Les nouveaux sites de production, dans le contexte de l’économie de la connaissance, comprennent les universités, les parcs scientifiques et technologiques, les clusters de l’économie créative, tout comme les logements ou les pôles tertiaires. La course à la spécialisation territoriale et la croissance des périphéries, ont créé des lieux spécialisés caractérisés par la fragmentation. En même temps, certaines fonctions nécessitent, de par leur nature, d’être séparées de la vie urbaine (Madanipour, 2011a).

2Les économies d’échelle et la pression sur les agglomérations pour créer de nouveaux clusters sont aussi bien l’exigence du marché que des politiques publiques, dans l’espoir d’obtenir l’innovation. On pense que la « clusterisation » permet l’innovation et le développement économique. On sous-tend que la clusterisation, souvent clairement identifiée et bien annoncée, peut donner une image positive pour le city marketing et la concurrence mondiale des villes. Cependant, les relations entre le cluster et le reste de la ville sont souvent compromises ou ignorées dans ce processus, aussi bien concernant les secteurs de l’économie et le type d’emplois concernés que dans les relations avec les espaces environnants et l’intégration ou la decontextualisation et la ségrégation.

3Des clusters déconnectés de leur contexte social, ne peuvent pas être considérés comme stables. Ils n’auront pourtant que peu d’influence sur leurs abords immédiats rendant ainsi difficile le développement d’un milieu favorisant l’innovation. Concevoir et dessiner un projet de cluster ne suffit pas à produire une innovation fonctionnelle ni à attirer de nouveaux investissements dans la ville. Si les clusters ne sont pas conçus à l’intérieur d’un programme économique urbain et social, leur succès sera limité. La production de l’espace ne peut qu’être partiellement conditionnée par la présence d’un cluster. À l’inverse, si l’on considerait d’abord les nécessités des clusters, on répondrait essentiellement aux exigences du développement industriel plutôt qu’à celles de l’économie de la connaissance, et même on risquerait d’aggraver une inégalité sociale déjà grande.

4La création de pôles ayant une masse critique pour faciliter le développement de l’innovation n’a de sens que s’ils sont implantés dans des lieux stratégiques ayant une capacité d’attraction et permettant la mise en valeur de leurs atouts. La vision d’une économie de la connaissance qui s’inspire largement de la recherche/développement se fonde sur la nécessité de renforcer les atouts existants en permettant leur ultérièure développement tout en créant à la fois d’autres atouts en investissant stratégiquement dans des secteurs prometteurs. Deux secteurs de l’économie semblent se démarquer, destinés à développer des stratégies de développement urbain spécialisées : les industries culturelles et celles de haute technologie. Compte tenu du fait que ces deux industries ont des liens étroits avec l’université, le rôle de cette institution dans le développement urbain et régional devient particulièrement important (Benneworth, Charles & Madanipour, 2010).

5La connaissance étant vue aujourd’hui comme la force motrice du développement économique, les universités comme lieux dans lesquels on produit les connaissances et on les cultive, trouvent une place centrale au plan aussi bien de l’aménagement urbain que de l’économie. La relation entre la ville et l’université, cependant, devrait être étudiée dans la double dimension sociale et spatiale. L’université est une grande institution et comme telle ses apports pour la ville sont importants. La forme concrète que prend cette grande institution dans les espaces de la ville a une incidence aussi bien sur sa nature que sur sa relation avec le reste de la ville et même avec le caractère global de celle-ci, en fonction de sa taille.

6L’organisation des espaces et l’implantation des bâtiments ont un impact direct sur leur fonctionnement. Si la configuration spatiale de l’université a été bien réflechie, ses différents usagers pourront bénéficier d’espaces de recherche et de salles de cours adéquats. La configuration spatiale pourrait favoriser la collaboration entre usagers tout comme elle pourrait, à l’inverse, la limiter. Les bâtiments et les espaces sont-ils adaptés à l’usage ou bien sontils obsolètes et pas propices à la production intellectuelle ? Dans la vague de restructuration que les universités britanniques ont expérimenté, où grandes écoles et facultés ont été réorganisées autour de structures centralisées, l’aménagement se situe comme un facteur majeur de la réussite (ou de l’échec) de ces nouvelles, plus grandes, unités de travail. Sont-elles situées dans le même espace ou réparties dans différents bâtiments et dans différents quartiers de la ville ? Leur dispersion dans la ville contribue-t-elle à promouvoir de nouveaux liens interdisciplinaires ou, à l’inverse, les empêche-t-elle ?

7La configuration spatiale peut également aider à établir un lien entre l’organisation et son contexte plus large, ou bien elle peut la couper de ce contexte. Selon que son emplacement soit dans le centre-ville ou sous la forme d’un campus hors de la ville, la nature de tels liens varie. Bien que la capacité d’intégration et de liaison soit plus élevée en centre ville, les caractéristiques des rues, des espaces ouverts, des points d’accès et l’emplacement des bâtiments ainsi que les politiques en matière d’université pour rendre ses espaces accessibles et ouverts (ou, au contraire, fermés et surveillés) sont des facteurs qui ont aussi une incidence sur la capacité de nouer des liens avec le milieu environnant. La ville et les autorités régionales exercent une forte pression sur l’université pour qu’elle soit présente sur plusieurs sites et intègre des activités et cela aussi afin de stimuler de nouvelles activités et créer de nouveaux noyaux de développement économique et social. L’université est à considérer comme un espace social dans lequel des milliers de gens (personnel et étudiants) communiquent et partagent une partie de leur vie « productive » au même endroit. La qualité de cet espace peut contribuer à améliorer (ou à entraver) cette expérience, en la transformant en une économie plus productive (ou vice-versa en gaspillage).

8Les parcs scientifiques font face à un défi similaire. Beaucoup de pays s’appuient sur ce type de projets dans leur stratégie de développement économique. L’UNESCO encourage les gouvernements à travers le monde à établir des partenariats, des réseaux et des systèmes d’innovation qui permettraient d’améliorer le transfert de connaissance et informations entre pays différents. Depuis 2002, l’UNESCO met en avant l’importance de la création de parcs scientifiques et technologiques dans les pays en voie de développement, dans l’espoir de renforcer les liens entre les universités et l’industrie (UNESCO, 2010). La contribution de la recherche à l’innovation et au développement économique, cependant, a donné des résultats inégaux (Ratinho & Henriques, 2010 ; Yang et al, 2009). Alors que les entreprises basées à l’intérieur de parcs scientifiques effectuent généralement plus de R & D que celle situées à l’extérieur, leur degré de collaboration avec les universités, ne change pas, qu’elle soit ou non à l’intérieur d’un parc scientifique. (Squicciarini, 2008 ; Malairajaa & Zawdie, 2008). Les études sur leur efficacité, qui reste à prouver, n’ont pas réussi à montrer leur influence effective sur le développement de la connaissance à l’échelle régionale (Van Geenhuizen & Soetanto, 2008). Néanmoins ils ont toujours un certain succès auprès des politiques qui en font largement usage dans le monde entier, encouragés en cela par les organisations internationales.

9Le terme « parc » trahit ses origines qui révèlent son caractère suburbain. Les premiers parcs de ce genre, qui ont inspiré les autres, ont été réalisés aux États-Unis engendrant le phénomène de suburbanisation avec l’implantation en même temps de commerces, de bureaux et de logements dans ces secteurs périphériques. Après la seconde guerre mondiale, grâce à la construction d’infrastructures de voirie et aux subventions fédérales, les classes moyennes ont pu accéder à des logements à des prix abordables en quittant la ville pour aller vivre en banlieue en poursuivant le rêve d’une vie meilleure (Fishman, 1987 ; Keating & Krumholz, 1999).

10Les parcs d’affaires et les parcs scientifiques, s’inscrivaient dans les mêmes logiques que les centres commerciaux et les lotissements de banlieue. Leur caractère suburbain persiste, même si leur échelle est grande et leur taille importante.

11Dans le temps, on a utilisé les parcs technologiques comme une « recette » dans des opérations de renouvellement urbain dans des aires industrielles désaffectées, en substituant des sites de production industriels par des clusters d’économie de la connaissance. Pourtant, il n’y a aucune similitude entre ces deux activités, ni du point de vue des compétences requises ni concernant les modes d’habiter de leurs employés. Cela génère des problèmes et encourage la gentrification (Burfitt et Ferrari, 2008).

12La loi du rassemblement d’activités similaires et connectées pour développer l’innovation s’explique par la nécessité de chercher à établir de nouvelles relations. Mais, la forme que l’on donne à ce type de clusters nouveaux ne se prête pas aux exigences sociales et spatiales car ils sont créés en dehors de la ville et donnent lieux à des ensembles fragmentés et décontextualisés alimentant un processus de dispersion encore plus grand.

13Cela correspond à une vision des clusters localisés à des endroits fonctionnels, plutôt qu’intégrés dans la ville pour renforcer son tissu social et économique dans son ensemble. Les nouvelles technologies de communication et de transport permettent de relativiser l’importance de l’espace. La forme de cette relativisation est donnée par la banlieue où on choisit de s’installer, en contribuant au développement du processus de ségrégation et fragmentation des groupes sociaux qui caractérise la ville moderne. Certes le type d’activités offertes par un parc scientifique a changé dans le temps, mais il n’en reste pas moins qu’il est toujours un cluster fonctionnel, s’inscrivant dans la lignée du mouvement fonctionnaliste qui a caractérisé l’utilisation des sols pendant le XXe siècle.

14Pour ce qui est des clusters prévus en ville, ils opèrent parfois comme des corps étrangers, creusant les écarts entre les caractéristiques du lieu où ils sont implantés et les styles de vie et de travail des habitants. Les effets pourraient être néfastes pour la population locale, en particulier celle moins favorisée, tels que : une plus grande concurrence pour l’accès au logement et aux services de soutien, des loyers plus élevés, une combinaison changeante de « business » et d’emplois, la congestion du trafic, etc... Ils pourraient également perturber le sens de la ville, son identité et sa cohérence (Madanipour, 2009). Si ces clusters sont développés en dehors des zones urbaines, dans les banlieues et dans les parcs scientifiques et technologiques, ils créent des zones nouvelles hautement spécialisées, qui peuvent occasionner une plus grande fragmentation spatiale, avec des conséquences négatives sociales et environnementales ; ils peuvent même ne pas réussir à attirer des travailleurs. Leur efficacité comme carrefour entre la connaissance et l’industrie n’a jusqu’à présent pas été prouvée. Dans le cas des districts culturels, les impacts peuvent être inversés, compte tenu du fait que l’on ne peut pas envisager que les activités créatives coexistent aisément avec les industries culturelles. Dès lors qu’on considère des facteurs commerciaux, on risque de reculer sur les questions concernant l’innovation culturelle, modifiant son caractère et diminuant les moyens mis à disposition de la communauté créative. De plus, l’idée de créer des clusters peut aussi échouer du fait de l’échec de l’ingénierie sociale et du déterminisme physique. Les clusters induits par les politiques publiques, en particulier, pourraient échouer dans la réponse à deux exigences fondamentales : la commercialisation de la science et de la culture, et la localisation de ces activités dans des endroits désignés, puisque les professionnels experts dans ces domaines ne peuvent pas toujours souscrire à ces exigences. Pour enraciner ces clusters dans le territoire et obtenir des prestations plus efficaces, ils doivent être intégrés plus étroitement dans leurs contextes urbains et non pas être imposés à l’instar d’objets inconnus parachutés dans un lieu inadapté à accueillir cette fonction et qui ne peut que les rejeter.

15Cette deuxième manière d’agir s’inscrit dans la logique du processus de gentrification. Autrement dit, par la création de nouveaux clusters socioéconomiques, on remplacerait des groupes de personnes par d’autres, à des coûts sociaux et politiques elévés (Madanipour, 2011B).

16Le défi majeur auquel sont confrontées les politiques consiste dans l’identification de la manière dont on pourrait obtenir des économies d’échelle à partir d’activités basées sur la connaissance, concentrées dans des clusters. Les acteurs décideurs doivent garder à l’esprit que la tâche véritable de ces clusters consiste dans l’élaboration d’un ensemble de pratiques innovantes capables de tisser de liens étroits avec leur environnement, contribuant à son développement, sans pour cela creuser les écarts socio-économiques entre classes sociales. Pour cela, il faudra miser sur une véritable interaction des différentes compétences et forces qui contribuent au développement de l’économie locale (Madanipour, 2011c).

Bibliographie

Benneworth, Paul, David Charles and Ali Madanipour, 2010, Building localised interactions between universities and cities through university spatial development, European Planning Studies, vol. 18, No. 10, October 2010, pp. 1611-1629.

Burfitt, Alex, & Ed Ferrari, 2008, The housing and neighbourhood impacts of knowledge-based economic development following industrial closure, Policy Studies, vol. 29, No. 3, September 2008, pp. 293-304.

Fishman, R., 1987, Bourgeois Utopia: The rise and fall of suburbia, New York: Basic Books.

Keating, Dennis & Norman Krumholz, 1999, eds, Rebuilding Urban Neighborhoods: Achievements, opportunities and limits, Thousand Oaks, CA: Sage.

Madanipour, A., 2011a, Knowledge Economy and the City: Spaces of knowledge, Routledge, London.

Madanipour, A., 2011b, Living together or apart: exclusion, gentrification and displacement, in Tridib Banerjee and Anastasia Loukaitou-Sideris, eds, Companion to Urban Design, Routledge, London, pp. 484-494.

Madanipour, A., 2011c, Inclusive diversity, dialogue and innovation, Ciudades Creativas (Creative Cities: Cultural impact on the territory and the economy of cities), Organized by Kreanta Foundation and City Council of Madrid, 24-26 November 2011, Madrid.

Madanipour, A., 2009, City identity and management of change, in C. Vallat, F. Dufaux & S. Kehman-Frisch, eds, Pérennité urbaine, ou la ville par delà ses métamorphoses, L’Harmattan, Paris, Volume III, pp. 217-234.

Malairajaa, Chandra, & Girma Zawdie, 2008, Science parks and university – industry collaboration in Malaysia, Technology Analysis & Strategic Management, vol. 20, No. 6, November 2008, 727 – 739.

Ratinho, T. & E. Henriques, 2010, The role of science parks and business incubators in converging countries: Evidence from Portugal, Technovation, vol. 30, No. 4, April 2010, pp. 278-290.

Squicciarini, M., 2008, Science Parks’tenants versus out-of-Park firms: Who innovates more? A duration model, Journal of Technology Transfer, vol. 33, No. 1, pp. 45-71.

UNESCO, 2010, Science and Technology Park Governance, http://www.unesco.org/science/psd/thm_innov/unispar/sc_parks/parks.shtml, accessed 8 April 2010.

Van Geenhuizen, M. & D.P. Soetanto, 2008, Science Parks: What they are and how they need to be evaluated, International Journal of Foresight and Innovation Policy, vol. 4, No. 1-2, pp. 90-111

Yang, C.H., K. Motohashi & J.R. Chen, 2009, Are new technology-based firms located on science parks really more innovative? Evidence from Taiwan, Research Policy, vol. 38, No. 1, pp. 77-85.

Auteurs

School of Architecture, Planning and Landscape – Newcastles upon Tyne et Politécnica Madrid – Etsam Arquitectura

School of Architecture, Planning and Landscape – Newcastles upon Tyne et Politécnica Madrid – Etsam Arquitectura

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540