Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Deuxième partie : Les espaces de la connaissance : des nouveaux projets pour les universités et les centres de recherche dans des métropoles et des villes moyennes

Requalification d’une ville moyenne et effets structurants de l’aménagement universitaire : le cas du Havre

Patricia Sajous et Pascale Martinet

Texte intégral

Introduction

1Le Havre doit sa création à la recherche d’un site, un « havre », susceptible d’abriter les flottes militaires et marchandes françaises sous François Ier. Presque cinq cents ans plus tard, sa création exacte date de 1517, aux yeux du monde, Le Havre est toujours un port qui s’est doublé d’une ville martyre de la Seconde Guerre mondiale.

2En effet, classé parmi les grands ports de la North Range européenne dont il occupe la cinquième place, Le Havre est l’un de ces espaces où la compétitivité mondiale est palpable. Elle se repère au rythme quotidien des plus grands navires venant charger et décharger matières premières, ressources énergétiques et containers en provenance du monde entier et plus particulièrement d’Amérique du Nord et d’Asie. Elle se repère également aux grands aménagements dévolus au maintien dans la course mondiale telle la réalisation de l’avant-port, Port 2000, qui s’achève.

3Cela ne se traduit cependant pas sur les principales statistiques locales cumulant des chiffres inquiétants. L’agglomération havraise perd de la population depuis le recensement de 1990 passant de 298 739 à 288 499 habitants recensés en 2007. Par ailleurs, le taux de chômage a la particularité depuis quelques années d’être systématiquement plus haut que la moyenne nationale. Il s’élève en mars 2011 à 11,3 % de la population active (INSEE, 2011) contre 9,2 % au plan national. Cela s’explique en partie par un taux d’emploi départemental de 23 % dans le secteur industriel, secteur en crise, contre 13 % au niveau national. La compétitivité du territoire, même si ce dernier s’inscrit dans une géographie mondiale du transport ne perce pas non plus dans la hiérarchie urbaine française. Vingt-cinquième ville française en 2000, elle a rétrogradé à la vingt-septième en 2006.

4Les crises et les mutations imposées à ce paysage économique, il a été envisagé de s’en prémunir dans les années 1970 en développant une économie de la connaissance. Là est toute la complexité que nous allons nous appliquer à analyser dans cet article. Il ne faudrait pas de ce qui précède conclure que l’aménagement universitaire n’a eu aucuns effets structurants. Nous entendons par là des répercussions sur l’organisation du territoire à visée de développement local. L’explication est autre. Face au poids de l’activité maritime et portuaire, l’aménagement universitaire n’a pas encore eu le temps d’en produire suffisamment. Qui plus est, au paysage économique précédent, il faut ajouter l’environnement scolaire régional difficile. L’académie de Rouen dans laquelle se localise l’université havraise a encore dernièrement été classée vingt-cinquième sur trente-et-une académies lors de l’évaluation nationale des acquis en Mathématiques et en Français des élèves de 10-11 ans allant entrer au collège (Le Monde, 21 Mai 2011).

5Traiter des effets structurants de l’aménagement universitaire sur la requalification urbaine havraise nous plonge dans l’analyse du processus de construction de l’attractivité de cette ville moyenne, ses résultats et ses limites. Le Havre a tenté de diversifier son attractivité en se dotant des aménagements nécessaires pour devenir un espace d’économie de la connaissance.

6Dans une ville sans tradition universitaire, nous montrerons quelle organisation de l’aménagement universitaire a été privilégiée et les effets produits. Le contexte local rappelé ci-avant marque évidemment fortement cette organisation. C’est pourquoi nous commencerons par retracer les origines du projet universitaire. Nous considèrerons autant ses aspects matériels, lieux investis et bâtiments construits que l’offre de formation et de recherche. C’est en restituant ce qu’ils sont actuellement, le réseau établi, que nous dresserons un bilan d’étape. Nous attacherons une attention particulière à montrer comment l’université devenue acteur territorial se veut capable de générer des effets structurants à travers ses missions et de ne plus simplement se comprendre comme l’instrument du pouvoir économique et politique local.

1. L’aménagement universitaire havrais : origines et bilan d’étape

7Le décret de création de l’université du Havre a été signé le 27 Août 1984 par Laurent Fabius, premier ministre en exercice. À l’époque, en termes d’enseignement supérieur, la ville abrite depuis 1968 un Institut Universitaire Technologique (IUT) relevant administrativement de l’université de Rouen et délivrant des formations supérieures de cycle court en génie électrique. Cet accueil a provoqué un consensus chez les acteurs politiques comme économiques du territoire havrais qui vont unir forces et arguments sur la décennie suivante pour obtenir, dans un premier temps, de nouvelles formations sous administration rouennaise puis une université de plein droit. La crise conjuguée à une sous-scolarisation pesant sur la situation économique sont assurément le ciment de cette coalition. Dans cette même décennie, des laboratoires de recherche vont également voir le jour sur le site de l’IUT. Ils constituent l’autre soutien au développement d’une économie de la connaissance. Mais les acteurs locaux ne se satisfont pas de ces attributions et veulent l’université malgré une situation régionale peu favorable. De nombreux refus gouvernementaux seront essuyés. Le Havre est en effet à une heure de Caen, capitale régionale de Basse-Normandie disposant d’une université depuis le XVe siècle mais également de Rouen, capitale régionale de Haute-Normandie ayant obtenu l’ouverture de son université en 1966.

8Le décret promulgué, la réalisation de l’infrastructure universitaire prend de l’envergure. Le Havre, commune littorale double cette limite territoriale d’une topographie accidentée. La ville s’étage entre l’estuaire, où se situe le port, la « ville basse » avec le centre-ville et, sur le plateau, « la ville haute », les deux étant séparées par un dénivelé de 90 mètres. L’IUT avait été installé dans le quartier de Caucriauville, en ville haute. Ce quartier était alors en construction selon les principes de l’architecture fonctionnaliste et largement dévolu à l’habitat. Dès les années 1970, en complément à l’IUT, les formations avaient investi le site Lebon en ville basse, proche de la gare SNCF, terrain libéré par la fermeture d’une usine à gaz urbaine. Le choix de localisation entre centre et périphérie ne s’explique pas seulement par les opportunités foncières. Il recouvre également une portée symbolique à une époque où l’architecture de campus est dominante. Si, dès lors la ville œuvre à une localisation centrale, ses stratégies foncières ne vont pas privilégier le regroupement des activités universitaires en un site unique. Aujourd’hui ces dernières se répartissent sur trois sites : le site Lebon où se trouve la présidence, la bibliothèque universitaire, les bâtiments des UFR de Sciences et Technique et de Sciences humaines, l’installation originelle de l’IUT à Caucriauville et plus récemment, le site Frissard bordant le bassin Vauban. (c.f. figure 20).

1.1. L’université, un instrument important de l’aménagement urbain havrais

9L’arrivée de l’université en centre-ville a créé une dynamique d’entraînement modifiant la relation ville-université jusque-là dominée par le campus périphérique tournant le dos à la ville, où l’État décidait de tout : le foncier, la programmation et la construction. Depuis les lois de décentralisation, les collectivités sont des interlocuteurs incontournables. Pour celles ayant leur université en centre-ville, elles s’appuient dessus pour mener leur politique de requalification urbaine.

10À partir du site Lebon, l’université a su devenir l’un des moteurs de requalification que la ville attendait. En 1988, l’agence d’urbanisme de la région du Havre (AURH) élabore un plan directeur pour le secteur université – gare – quartiers sud. L’arrivée de l’établissement justifiait une démarche de programmation urbaine : d’abord comme élément de recomposition urbaine en entrée de ville, ensuite comme un facteur de rayonnement de l’agglomération. La densification du site universitaire Lebon s’est faîte en même temps que s’implantaient d’autres bâtiments publics dans le quartier, à proximité : un conservatoire, un gymnase, un parking public. Un programme mixte de logements est construit sur une ancienne friche pendant que, dans le prolongement et de l’autre côté de l’emprise ferroviaire, un quartier d’affaires voit le jour comprenant hôtels, immeubles de bureaux, nouveau siège de la chambre de commerce et d’industrie. L’implantation de la maison de l’étudiant, de la bibliothèque et du restaurant universitaires renforce le rôle de centralité du site pour la vie des étudiants.

11Au-delà de cet effet des implantations des bâtiments, l’université prend aussi place dans la vie du quartier et de la ville. Transformant le savoir en culture accessible à tous, elle fait office de bibliothèque municipale pour le quartier. Certes les bibliothèques universitaires sont en accès libre mais cela se double ici d’un système de prêt à la population qui, contre une inscription de trente euros par an, emprunte aux mêmes conditions que la population étudiante. Cent cinquante-cinq personnes bénéficient de ce système. Par ailleurs, l’université est partenaire du Volcan, scène nationale d’arts, et depuis 2007, ils organisent ensemble sur l’année universitaire les « lundis de l’université populaire ». Préparé par un comité scientifique et ouvert à tous sans frais d’inscription, un cycle de conférences et d’ateliers offre aux orateurs, avant tout issu des rangs de l’université française, une tribune pour un exercice de vulgarisation et de valorisation de leurs recherches. Cela complète le programme mensuel du service culturel ouvert à toutes les formes d’art dont les séances ou performances se déroule dans les murs de l’université comme ailleurs en ville. Enfin, l’université au travers de son association de la vie étudiante sait prendre des allures festives pour animer le quartier en le traversant lors du carnaval, ou encore en se faisant représenter par sa mascotte aux évènements sportifs de la ville.

12Elle investit progressivement un autre site d’implantation depuis 1991 sur une friche portuaire, les docks Vauban, et se trouve à nouveau positionner sur un front pionnier de la recomposition urbaine. Le secteur des docks Vauban fait partie de l’interface ville-port. L’évolution des trafics et des techniques portuaires a provoqué la désaffection des anciens bassins et des entrepôts sur un espace de treize hectares. L’université y implante d’abord un laboratoire sur le quai Frissard puis deux départements de l’IUT et enfin, l’institut supérieur d’études logistiques (ISEL). Ces nouveaux bâtiments universitaires jouxtent des anciens entrepôts en brique, désaffectés, au volume intégrant des rues intérieures couvertes d’une verrière est propice à leur reconversion en centre commercial et d’activités tertiaires. L’aménagement de l’espace public assure la cohérence globale. En sécurisant les évolutions du tissu urbain par l’implantation d’équipements publics, l’investissement privé peut s’amorcer et les valeurs foncières s’orienter à la hausse. En attendant la réalisation d’un centre de la mer, l’implantation d’un port de plaisance sur le bassin Vauban viendra prochainement renforcer l’offre de loisirs. En même temps, une passerelle viendra rattacher ce quartier au centre-ville en remplacement de la passerelle flottante posée sur le bassin. Cette tentative de recomposition pour y développer des fonctions urbaines porteuses de centralité est cependant à confirmer par la population havraise.

13Cette zone urbaine est devenue un chantier permanent. Les quartiers sud n’ont pas encore terminé leur mue mais la stratégie de reconversion reste la même en avançant de plus en plus en cœur de quartier jusqu’à bientôt venir butter contre le port. L’université est impliquée dans cette ville en mouvement. Par le biais de nouvelles mutations économiques et foncières, l’espace se libère et accueille de nouveaux usages. Pour laisser la place au projet des docks Vauban, il est envisagé de transférer le premier laboratoire implanté sur une friche industrielle toujours plus au sud sur l’ancienne zone de carénage des navires. Les bâtiments universitaires sont investis une nouvelle fois du rôle de défrichage dans un quartier à fort développement urbain. Ce morceau de ville retrouve un dynamisme comme lieu d’échange sous toutes ses formes : échanges des savoirs, échanges commerciaux, échanges de personnes, échanges de marchandises dans une forte dimension internationale.

Figure 20 : Géographie universitaire havraise

Figure 20 : Géographie universitaire havraise

1-IUT Caucriauville, 2-Site Lebon, 3-Site Frissard, 4-Cité universitaire « A docks »

Source : Patricia Sajous et Pascale Martinet, 2011

Lecture de la carte :

14Depuis les années 1980, la localisation des aménagements universitaires a suivi une logique de pénétration des quartiers sud. Au site Lebon, à l’époque en position de frontière avec ces quartiers – nous dirions aujourd’hui en interface – sont venus s’ajouter le site Frissard regroupant l’Institut Supérieur d’Etudes Logistiques (ISEL) et l’extension de l’IUT et, depuis un an, la résidence universitaire célèbre pour son architecture modulaire basée sur le réemploi de containers.

1.2. L’université, un instrument relatif pour le tissu économique havrais

15Les liens avec le milieu économique ne semblent pas avoir connu la même destinée et se sont quelque peu distendus depuis l’implication forte des origines aux côtés des acteurs politiques.

16L’offre, variée et complète, est susceptible d’atténuer la visibilité de ce lien. Elle n’a en effet pas été limitée aux cycles courts, professionnels et dans les champs disciplinaires répondant directement à la demande locale. Ainsi, l’université compte six composantes. Proposant des parcours jusqu’au Doctorat, les statistiques disponibles montrent par ailleurs que trois d’entre elles, Unité de Formation et de Recherche (UFR) des Sciences et Techniques, Faculté des Affaires Internationales, UFR Lettres et Sciences Humaines, ont des taux de réussite en troisième année de Licence et en Master 2 dépassant les 80 %. Cela peut être considéré comme un palmarès intéressant quand on sait que plus d’un étudiant sur trois est boursier (Géron, 2004) et qu’une bonne part n’aurait pas choisi cette orientation dans le supérieur si l’université n’était pas implantée dans l’agglomération. C’est au niveau des Masters que l’accent est mis sur la professionnalisation. On rejoint là la stratégie d’autres territoires évoquée auparavant. Mais cette professionnalisation est recherchée à un niveau de qualification plus avancé. Le cas de l’ISEL, seul établissement français formant des ingénieurs en logistique est à ce titre révélateur. Cet établissement opère une convergence entre une spécificité locale et une demande nationale. Le commerce et les langues complètent l’apanage singularisant l’offre havraise. Ces domaines en côtoient d’autres qui assoient la légitimité du titre d’université. La concurrence est en effet rude entre les trois établissements normands, relativement proches les uns des autres auxquels il faut ajouter l’influence parisienne.

17Pour autant, comment expliquer que l’université ne participe pas à l’amélioration de la question de l’emploi ? Il y a tout d’abord un chômage sur lequel elle ne peut presque rien car causé par les licenciements économiques opérés dans les sites de la zone industrialo-portuaire en particulier. Cette population, plutôt peu qualifiée, ne se tourne pas vers l’université pour bénéficier de formations continues pour le retour à l’emploi. Quant au chômage des jeunes, il se maintient également à un niveau élevé, autour de 20 % (INSEE, 2011). L’université en accueillant 50 % des 13 433 jeunes âgés entre 18 et 24 ans et scolarisés, est plus directement concernée. L’économiste A. Lemarchand avait montré en 2004 qu’elle « participe à la requalification des emplois plutôt qu’elle ne réduit le chômage ». S’explique ainsi l’augmentation des emplois en même temps que le maintien du chômage. La création de ces nouveaux postes profite à des entrants sur le bassin d’emploi havrais dont on ne peut déterminer s’ils le sont par migration géographique ou par fin d’études. Par ailleurs, aux niveaux de qualification auxquels forme l’université, l’intégration au marché de l’emploi local est aléatoire. La mobilité géographique fait partie des attendus dans les procédures de recrutement. Elle peut également être souhaitée par les jeunes adultes. Par ailleurs, la structuration et la taille du tissu économique ne lui permettent d’absorber les promotions annuelles de diplômés briguant des postes de techniciens supérieurs et de cadres.

18Si nous nous intéressons à présent au volet recherche, c’est un état encore natif dans lequel se trouve ce qui devrait être un incubateur d’innovations, élément indispensable à toute trame de développement de l’économie de la connaissance. La reconnaissance nationale par le CNRS le traduit. L’université abrite dix laboratoires de recherche sur lesquels une seule équipe est rattachée à une Unité Mixte de Recherche (UMR) CNRS/Université. Les autres laboratoires ont le statut d’Équipe d’Accueil (EA) pour des doctorants. Plus récemment, la campagne Labex, Laboratoire d’excellence, menée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche n’a pas mis de laboratoires havrais à l’honneur. Certaines équipes ont été retenues en tant que partenaires et non pas comme porteurs du projet. Il faut alors se demander si aujourd’hui ce qui manque à la région havraise pour réellement décoller ne serait pas une zone dédiée à cet incubateur et aménagée en conséquence dans un souci de proximité géographique voire organisationnelle du monde de la recherche et de l’économie (Pecqueur, 2004).

19Les liens manquent entre ces deux domaines. Les effets structurants notamment en matière d’emploi se font attendre. Mais il ne faut en aucun cas juger cela de façon trop sévère ou irrévocable. La conversion vers un profil où l’économie de la connaissance aura une visibilité face au secteur de la production et du transport sera de longue haleine. Les entreprises, souvent des groupes internationaux (Total, Renault…), ont investi le territoire dans les années 1960-1970 – c’est alors l’avènement de la zone industrialo-portuaire – avec des infrastructures très lourdes et stratégiques pour le fonctionnement du territoire national.

20Au final, appartenir au rang des villes moyennes a finalement peu marqué le projet universitaire havrais. La pugnacité pour obtenir l’ouverture, la multiplication des diplômes, la volonté d’offrir dans de nombreux domaines une formation doctorale l’illustrent. Il est en revanche plus marqué dans sa réalisation à long terme où la ville reste en position de réceptacle aux modèles de développement économique diffusés depuis des métropoles de rangs supérieurs. Elle en n’a pas su ou pas pu prolonger l’effort en embrayant dans les années 1980 – 1990 sur la création de technopole, lieux d’incubation, de fertilisation croisée, au-delà de l’aménagement universitaire. Elle se cantonne dans un principe de création d’économie de la connaissance par formation d’un vivier de personnel ; ce qui dans le contexte scolaire régional a toute sa pertinence. Si la politique universitaire portée par les acteurs territoriaux se trouve pour partie dans une impasse, c’est l’université qui semble aujourd’hui la plus à même de s’impliquer dans la réalisation d’une économie de la connaissance. L’issue est loin d’en être certaine mais elle s’impose en acteur autonome et d’influence dans le domaine.

1.3. L’université : un nouvel acteur territorial

21Dans la première partie, le rôle de l’université dans le développement urbain de la ville et les effets rebonds générés ont été mis en évidence. L’intégration des équipements universitaires dans la ville est le résultat de négociations qui connurent une accélération avec le plan université 2000 sous la pression de l’augmentation du nombre de bacheliers (Lévêque, 2004). Ensuite, à la fin du 20e siècle, les élus locaux et les aménageurs ont bien compris la capacité des équipements universitaires à produire de l’urbanité dans des environnements hostiles comme les quartiers anciens vétustes, les friches portuaires ou industrielles, par une architecture novatrice, l’animation que représentent les étudiants, leur potentiel économique. L’université sert alors de défricheurs pour des investissements privés permettant une reconquête des morceaux de ville en déshérence. Mais aujourd’hui Le Havre et son université doivent relever le défi d’intégration dans un nouveau cycle économique où la métropolisation est gage de dynamisme.

22L’effet métropolitain se définit comme l’effet d’entrainement dont bénéficie un territoire. Le mécanisme est maintenant bien connu. La taille du marché et les effets d’agglomération expliquent en grande partie l’attractivité des territoires. Les entreprises s’installent là où elles trouvent des clients, de la main-d’œuvre, des services et infrastructures nécessaires à leurs activités, une qualité de vie pour leur personnel d’encadrement. Sur un territoire, la présence conjointe d’entreprises, d’établissements d’enseignement supérieur et de centres de recherche spécialisés dans une filière est propice au développement économique au travers de réseaux constitués autour de technopoles et pôles de compétitivité. Le Havre en a pris conscience en s’orientant vers une politique dénommée « Métropole d’avenir », dans laquelle l’université a un rôle central à jouer.

23Dans ce contexte, elle prend du poids dans la mise en œuvre de ses projets et dans les choix d’aménagement. Nous en voulons pour preuve les 2 axes suivants. D’une part, l’université gestionnaire devient université constructeur, propriétaire de l’assiette foncière de ses nouvelles constructions, avec une diversité de sources de financement. Cela nécessite un travail d’appropriation du projet et d’arbitrage interne, passant par un nouveau dialogue avec les partenaires institutionnels. Au préalable, ces questions étaient traitées par le trio Rectorat, Ministère et Ville ou Région. D’autre part, elle joue un rôle moteur dans la stratégie urbaine pour créer un nouveau campus à l’échelle de l’enseignement supérieur dont elle assure le leadership. Ainsi, elle prend des initiatives dans le domaine de l’aménagement par les éléments de réflexion suivants : traiter les interfaces avec la ville, promouvoir la vie de campus, répondre aux besoins de restructuration et de réorganisation de l’université au travers des schémas directeurs et de plans pluri-annuels, s’engager dans la création de logements étudiants. Un rapprochement a été opéré avec les services de l’urbanisme de la ville et de l’agglomération, l’agence d’urbanisme. Elle s’impose en acteur local qui participe au projet urbain.

Opération « campus innovant »

24L’université devient centre de gravité du projet « Campus polytechnique et international du Havre Porte Océane » (Université du Havre, 2008). Il s’agit d’impulser une nouvelle dynamique par la mise en synergie d’institutions variées déjà situées au Havre ou appelées à s’y installer. Toutes manifestent la volonté de travailler ensemble pour devenir une référence internationale dans quelques domaines spécifiques pour lesquels elles ont déjà acquis des compétences reconnues. Les établissements concernés sont l’université du Havre, l’école nationale de la marine marchande, l’institut d’études politiques de Paris (IEP) pour son cycle Europe-Asie décentralisé au Havre, l’institut national des sciences appliqués de Rouen (INSA) pour son cycle de formation d’ingénieurs spécialisés en génie civil, l’institut de formation des maîtres de Haute-Normandie (IUFM), composante de l’université de Rouen, l’école de management de Normandie (EMN) et l’institut portuaire d’enseignements et de recherche porté conjointement par le port autonome et la chambre de commerce et d’industrie. L’IEP, l’INSA et l’IUFM sont liés par convention à l’université du Havre. Cette ambition s’inscrit enfin dans un partenariat renforcé entre les trois universités et les écoles d’ingénieurs de Normandie qui préfigurent le futur PRES Normandie Université. Ce projet proposait d’impliquer financièrement les partenaires institutionnels au premier rang desquels l’État et les collectivités territoriales mais aussi des acteurs majeurs de la vie économique locale et régionale ainsi que les petites et moyennes entreprises. Au final, les financeurs mobilisés sont l’État et la Ville.

25Les axes de développement affichés vont au-delà du cœur de métier de l’université. L’accent est mis sur le renforcement de la capacité d’être un foyer d’innovation scientifique et technologique au sein des réseaux, l’ouverture vers l’international, la volonté de constituer un aiguillon au cœur de la cité aux différentes échelles comme moteur de l’aménagement et du développement des territoires. Ce projet est porteur de l’organisation territoriale du « campus urbain » d’enseignements supérieur et de recherche du Havre. L’éligibilité au plan campus national, en 2008, s’est fait à partir de trois opérations regroupées au sein la création d’une maison internationale de la recherche et de l’enseignement supérieur et la construction de logements. Il s’agit d’un projet novateur d’intégration de services et de mutualisation à l’échelle des établissements de l’enseignement supérieur présents sur la place havraise. Le projet comprend la réalisation de logements aux standards internationaux, destinés aux chercheurs pour accompagner leur recrutement, un volet environnemental important avec l’implantation d’une chaufferie écologique alimentant, dans un rayon d’un kilomètre, un réseau de chaleur auquel seront raccordés ces nouveaux bâtiments, une partie des bâtiments existants et un ensemble de bâtiments municipaux.

26Pour se faire, l’université s’adjoint de nouvelles compétences et renforce ses coopérations. Cette réalisation ambitieuse est au carrefour de concepts et de méthodologiques la conduisant vers une nouvelle gouvernance et l’amenant à promouvoir de nouvelles approches comme la qualité de vie des étudiants. Le projet Campus innovant marque les convergences et les recherches de références communes entre acteurs qui s’expriment entre autres au travers d’une terminologie partagée.

2. L’université en marche vers une nouvelle gouvernance

27Construire un bâtiment universitaire, ce n’est plus un pion posé au gré des besoins d’une stratégie urbaine extérieure à l’établissement. L’université se pense désormais, dans une globalité sur 25 ans et rejoint par-là la temporalité de l’économie de la connaissance.

28Comme le souligne la Caisse Des Dépôts et Consignation dans son rapport sur les schémas directeurs, la réflexion stratégique engagée par le schéma directeur reprend tout d’abord les enjeux de développement des contenus pédagogiques et de recherche en lien avec le tissu économique local (activités maritimes, commerce international) tout en conservant sa vocation d’université de proximité et de développer les enseignements professionnalisés et de conforter sa dimension internationale (CPU et CDC, 2011). Pour améliorer son fonctionnement, l’université a exprimé la volonté de rationaliser son patrimoine réparti sur trois sites. L’élaboration de ce schéma a permis de partager avec différents partenaires du territoire, une vision cohérente de développements patrimoniaux sur le moyen et long termes. La phase de diagnostic a porté sur l’insertion de l’université dans le contexte économique et urbain et sur la situation patrimoniale. Puis une seconde étape a fait ressortir les enjeux tenant compte des perspectives démographiques. Au final, plusieurs scénarii d’aménagement ont été proposés à l’arbitrage de l’université.

29Pour ses nouveaux projets, l’université fait participer des partenaires publics au comité de pilotage pour faire connaître et expliquer aux acteurs locaux, la stratégie universitaire et les besoins immobiliers y afférents. De plus, elle organise, en juin 2011, avec les services de la Ville, deux jours de réflexion stratégique sur le thème : « Aménagement du territoire du Havre et enseignement supérieur ». Les intervenants à ces journées seront la ville, la communauté d’agglomération (CODAH), l’agence d’urbanisme (AURH), les établissements d’enseignement supérieur, le Rectorat, le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Le programme est à l’image de la nouvelle gouvernance initiée en abordant les enjeux, le montage, les complémentarités pour réaliser un campus Porte Océane attractif.

30Par ailleurs, le contexte d’amélioration de la maîtrise des dépenses publiques, de réforme des universités et de dévolution du patrimoine provoque en interne une gestion patrimoniale devenue un enjeu de préoccupation de plus en plus sensible du fait de son poids croissant. Le pilotage de la gestion immobilière doit nécessairement s’inscrire dans une vision stratégique permettant d’adapter une gestion prévisionnelle du patrimoine. A contrario, une gestion corrective est le plus sûr moyen d’être structurellement en décalage par rapport aux besoins de l’organisation, avec une incidence négative sur ses performances. Le patrimoine requiert des compétences techniques pluridisciplinaires pour répondre à la fois à la multiplicité des objectifs, la complexité des choix et la dimension structurante.

a. L’université : promoteur de la qualité de vie sur son campus

31L’émergence d’un nouvel acteur local facilite la création d’un nouveau paysage. L’université se soucie des espaces de vie qu’elle propose en pensant leur aménagement. Après les grands programmes de construction, l’accent est aujourd’hui mis sur des problématiques qualitatives comme la mise en sécurité des bâtiments, leur entretien, les aspects environnementaux, l’accessibilité. C’est ce que nous allons détailler. La requalification du campus demande la prise en compte de l’aménagement d’espaces jusqu’alors délaissés. De nombreux guides et référentiels sont maintenant disponibles sur la signalétique, le bilan carbone, le bilan énergétique, le plan lumière et mobiliers urbains, le vélo dont la teneur sera prise en considération dans les nouveaux projets.

32L’opération campus et la concertation avec la ville sur la stratégie urbaine sont des occasions favorables pour faciliter l’utilisation du vélo comme moyen de détente et de mobilité durable. Ce mode ancestral de déplacement a acquis une modernité surprenante, venue du nord de l’Europe. La manière dont il touche la conception de la ville durable incite à la mobilisation pour agir en faveur du vélo. Car, il s’agit plus d’une action volontaire où l’urbanisme est pensé par les ambiances, le confort et le plaisir. L’approche nécessite de penser la ville à partir des usagers. Par là même, le vélo devient un aménageur de la ville. Les expériences de certaines villes montrent que la présence importante d’une population jeune, étudiante, dans une région innovante et de recherche est un facteur propice au développement du vélo. L’université concentre une population importante et appelle de nombreux déplacements domicile-travail. et domicile-étude. Par ailleurs, les études qu’elle a menées mettent en exergue que le mode de déplacement dépend du lieu de résidence. Les étudiants « havrais » représentant 52 % des effectifs, se déplacent soit en voiture soit par le bus. L’absence de transports desservant certains cantons génère un flux quotidien de 2 500 voitures. (L. Lévêque, 2004) La politique des déplacements joue un rôle non négligeable dans la possibilité de concilier dans le centre ancien du Havre le développement universitaire avec le développement urbain. La nouvelle passerelle qui sera construite prochainement sur le bassin Vauban, sera équipée d’une piste cyclable. Cet ouvrage améliorera la liaison entre les sites universitaires Frissard et Lebon, favorisera le report modal vers des déplacements en mode doux et contribuera à la cohésion du campus urbain.

33En matière de développement durable, l’université s’était déjà engagée antérieurement dans une démarche d’agenda 21 et de plan de déplacement local. Cette démarche a été étendue à la fonction immobilière dans la perspective d’un éco-campus. Par exemple, dans le volet logement étudiant du plan campus innovant, l’idée initiale était d’avoir un type de logement rapidement monté, original en bonne adéquation avec l’interface ville-port. L’université écrit que « ce village pourrait être un éco-quartier dans les normes Haute Qualité Environnementale et Haute Performance Energétique avec un moyen de transport en mode doux (exemple vélo), site de référence au niveau national, un lieu de vie et d’animation dans les quartiers sud ». Reste à trouver un nom : ce sera « cité a docks ». Cette réalisation de 100 logements modulaires à partir de conteneurs est une première. Elle conforte le fait que le logement étudiant soit un moteur de la reconquête urbaine, favorisant une augmentation de la population étudiante, s’accompagnant d’un rajeunissement. À partir de cette expérience au Havre, un appel à projets national pour 2200 logements supplémentaires vient d’être lancé.

34En ce qui concerne l’éclairage, il n’est plus considéré comme un équipement choisi sur catalogue et installé mais comme une partie intégrante du projet urbain. Les objectifs de la démarche des « plans éco-lumière pour les campus » sont de sécuriser les lieux d’enseignements et de vie, d’améliorer le bien-être et le confort par des ambiances lumineuses, de donner ou de redonner du sens, de la lisibilité, une identité à un territoire universitaire dans la ville, de maîtriser l’énergie, de maîtriser les coûts d’entretien et de maintenance. (MESR, 2010)

35La signalétique est abordée d’abord par un cadre théorique traitant la définition des qualités d’un projet, la compréhension des problématiques et l’accompagnement des professionnels. Il est rappelé le rôle de la signalétique pour orienter, communiquer, informer. Cela nécessite l’adaptation à l’environnement, aux usagers. Il est souligné l’importance de la cohérence globale et interne, le principe de continuité et de lisibilité. Un chapitre du guide est consacré à l’approche territoriale pour dégager une typologie du territoire (île ou rhizome ?) et une identification puis une identité graphique du campus en passant par l’accessibilité au site pour permettre la gestion des flux. (MESR, 2010).

36Enfin, l’objectif du guide énergie carbone pour le patrimoine immobilier universitaire est d’inclure un engagement de performance énergie-carbone dans les opérations immobilière en contrat de partenariat. Ce guide présente une méthode et présente les outils disponibles pour gérer la question de l’énergie-carbone, de la définition du projet à la gestion du contrat. Il s’adresse à la personne publique universitaire qui porte la responsabilité de l’amélioration des performances énergétiques de son patrimoine et celle de construction. Dans le contexte de facteur 4 du Grenelle 2, la méthode proposée fait appel à l’analyse de cycle de vie, l’énergie grise, l’énergie blanche et leurs émissions, l’établissement de la situation de référence servant de base de calcul à la performance énergétique. Ce guide s’inscrit également dans une recherche de mise en cohérence du projet avec les stratégies universitaires et territoriales (MESR, 2011).

37Si les concepts, les méthodes, les approches ou tout simplement les termes présentés dans les deux paragraphes précédents, paraissent familiers, ils sont nouveaux pour les services supports permanents à l’université. C’est toute une culture de changement qu’il s’agit de s’approprier.

Conclusions

38Les prérogatives prises par la présidence de l’université, notamment sous l’impulsion de Campus innovant, mettent en évidence le fait qu’il existe toujours un potentiel sur le territoire havrais pour développer une économie de la connaissance. Les moyens de « révéler cette ressource » sont en voie de modification, une partie de l’élaboration stratégique étant détenue par l’université. (Pecqueur, 2009) Il n’est pas dit que cette dernière réussisse là où les acteurs territoriaux semblent avoir échoué en leur temps : donner à l’attractivité de l’économie de la connaissance havraise – qui est certes imparfaite mais dont on ne peut plus dire trente ans plus tard qu’elle n’existe pas – une envergure dépassant l’échelle locale, autrement dit, le département de Seine-Maritime. Cela pourrait constituer un objectif pour une seconde génération d’effets structurants qu’il semble de plus en plus crédible d’envisager. Des projets nationaux et internationaux en vallée de Seine entre Paris et Le Havre pourraient avoir un effet levier. Cela rouvre le champ des possibles et ramène à une situation comparable à celle de la fin des années 1960. Le 23 mai 2011, s’est déroulé à Rouen l’acte II de l’Axe Seine. Il est le résultat de la coopération initiée par les collectivités territoriales pour penser l’avenir de la région capitale. Pour garder son rang mondial, elle doit se doter d’une façade maritime. Dès lors, l’axe Seine est un gateway en construction, une porte sur la mer la plus fréquentée au monde. Dans cette perspective, l’effet métropolitain associé à la montée en puissance du projet, devra s’appuyer sur un enseignement supérieur dont les structures existent déjà et dont le défi est plutôt de se penser comme un ensemble au service du développement de l’économie de la connaissance. En effet, l’île de France et l’ensemble normand accueillent environ 680 000 étudiants soit 31 % des étudiants en France et près de 100 000 chercheurs (41 % des chercheurs de France). Pour être compétitif aux échelles nationales et internationales, le bassin de vie de la Seine peut s’appuyer sur des organismes d’enseignement et de recherche ayant des réseaux internationaux et ouverts sur le monde de l’entreprise. (Colloque Axe Seine Acte II du 23 mai 2011)

39Cependant, la structuration du PRES (Pôle de recherche d’Enseignement Supérieur), toujours en cours plusieurs années après son lancement, le dialogue à l’état natif entre Le Havre, Rouen et Paris, la question de la place de Caen, nous rappellent que nous nous trouvons à la croisée des chemins. Des choix stratégiques vont à nouveau être à faire. Leur nature coopérative est évidente afin de s’adapter aux mutations territoriales et de les anticiper mais elle reste à construire.

Bibliographie

Aust, J. (2010), « Quand l’université s’ancre au territoire. Collaborations académiques et territoriales à Lyon (1958-2009) », Le Mouvement Social, n° 233

Baron, M. (2009), « Villes et régions en concurrence pour comprendre l’offre de formations universitaires ? (France) », Espaces et sociétés, n° 136-137

Conférence des Présidents d’Université (CPU) et Caisse des Dépôts (CDC), 2011, Schéma Directeur immobilier et d’aménagement des universités, rapport d’études, mars 2011

Colloque Axe Seine Acte II, 2011, « Paris Seine Normandie en termes d’enseignement supérieur et de recherche » Paris, Rouen, Le Havre, Axe Seine, les données essentielles Document diffusé à l’occasion du colloque du 23 mai 2011 et émanant d’une coopération des agences d’urbanisme APUR, AUCANE, AUDAS, AURBSE, AURH IAU-IDF

Geron, JP (2004), « Origine et devenir des étudiants du Havre », in STECK B. (ss direction), Une université dans la cité : 1984-2004, ed. des falaises

INSEE, 2011, Base de données Chiffres clés chômage France entière

INSEE, 2007, Recensement de la population, Le Havre, chiffres clés Diplômes Formation

Lemarchand, A. (2004), « L’université, moteur de la vie économique locale ? », in STECK B. (ss direction), Une université dans la cité : 1984-2004, ed. des falaises

Leveque, L (2004), « émergence d’un nouvel acteur local » », in STECK B. (ss direction), Une université dans la cité : 1984-2004, ed. des falaises

Le Monde, 2011, « Ce que savent ou ne savent pas les enfants à la fin du primaire », n° 20630, 21 Mai

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, 2010 Des plans éco-lumière pour les campus

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, 2010, La Signalétique extérieure des campus universitaire – Le guide pratique, novembre 2010

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, 2011, Guide énergie carbone pour les projets immobiliers universitaires mars 2011 Pecqueur, B.(2009), La dimension sociale du développement des quartiers : paroles d’acteurs de la politique de la ville, Recherche sociale, n° 191

Pecqueur, B. et Zimmermann, J.-B., (2004), Économie de proximités, ed. Lavoisier/Hermes Sciences

Université du Havre, 2008, Campus polytechnique et international du Havre Porte Océane, Réponse à l’appel Plan campus national lancé par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche

Table des illustrations

Titre Figure 20 : Géographie universitaire havraise
Légende 1-IUT Caucriauville, 2-Site Lebon, 3-Site Frissard, 4-Cité universitaire « A docks »
Crédits Source : Patricia Sajous et Pascale Martinet, 2011
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15624/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Auteurs

Université du Havre UMR 6266 IDEES CIRTAI

Université du Havre UMR 6266 IDEES CIRTAI

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540