Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Deuxième partie : Les espaces de la connaissance : des nouveaux projets pour les universités et les centres de recherche dans des métropoles et des villes moyennes

Un cluster pour l’innovation dans un environnement en voie de développement : le projet de Technopolis Skolkovo près de Moscou

Evgeniy Panasiouk, Ilya Sukharnikov et Ilya Zavaleev

Texte intégral

Introduction

1Cet article se propose d’illustrer l’expérience russe en matière de conception et de réalisation de clusters d’innovation. Il s’agit, dans un premier temps, de restituer les craintes, les risques et les soucis sous-jacents à la mise en œuvre d’un tel cluster, dans un contexte en voie de développement et d’esquisser, par la suite, des propositions de solutions aux types de problèmes que la présence d’un tel pôle pourrait engendrer.

2Un des facteurs clés de la réussite d’un cluster d’innovation est sa capacité à attirer et retenir des compétences. Cela dépend, en grande partie, de la qualité et de la quantité de chercheurs et d’entrepreneurs présents que l’on peut considérer comme son bien le plus précieux. Cependant, étant donné la forte demande de compétences et leur relative mobilité à l’échelle internationale, il n’est pas facile d’attirer et de retenir les personnes qui possèdent ces qualités. Par conséquent, afin de pouvoir attirer « les meilleurs éléments et les meilleures intelligences » dans un environnement international hautement compétitif, un cluster d’innovation doit être en mesure de proposer des conditions concurrentielles exceptionnelles.

3Les clusters d’innovation offrent une série de mesures incitatives qui sont censées attirer des talents, certaines ont trait directement à la qualité des conditions de travail : qualité des laboratoires, disponibilité de main-d’œuvre spécialisée, présence d’une communauté active de personnes qui partagent les mêmes intérêts et les mêmes opinions, une structure institutionnelle favorable (lois et normes, disponibilité de financements dès le lancement des projets, avantages fiscaux/douaniers). D’autres facteurs incitatifs sont liés à la qualité du cadre de vie : sécurité, soins, écoles pour les enfants des salariés du cluster, infrastructures culturelles et récréatives. Il est évident que, pour attirer les meilleurs talents, il faut que l’offre de ces facteurs soit très élevée et s’inspire des clusters internationaux les plus importants et de ceux qui ont le mieux réussis. Cet objectif est de taille pour beaucoup de pays et de sites. Si la qualité de la vie, le cadre juridique et les conditions de travail au sein du cluster diffèrent de manière significative des conditions offertes à l’extérieur de celui-ci, il pourra attirer toutes sortes d’individus et d’entreprises qui ne font pas partie des cibles initiales. De plus, la force d’attraction sera d’autant plus puissante que la différence entre l’environnement interne et celui externe est importante. Cette attractivité « non planifiée » présente-t-elle des risques pour les objectifs fixés par ce cluster ? Dans ce cas, quelles mesures peut-on mettre en place pour atténuer ces risques ? Il s’agira ici d’esquisser les réponses à ces questions et de jeter les bases pour les études à venir. Les problèmes analysés et les réponses identifiées seront illustrés par le projet de Technopolis Skolkovo, près de Moscou, actuellement en cours. L’hypothèse principale table sur l’idée que les problèmes qui pourraient éventuellement surgir pour ce type de clusters seraient dus à leur emplacement et que leur succès varierait selon la qualité de vie et des lieux de travail dans la région environnante. En particulier, nous pensons que la manière dont on peut concevoir un cluster d’innovation change selon qu’il se trouve dans un pays développé où il n’y aura que très peu de différence entre le niveau de qualité de vie à l’intérieur et celui à l’extérieur du cluster (le cluster n’exercera donc pas une attractivité particulière vis-à-vis des riverains) ou dans un pays moins développé, doté d’une qualité de vie relativement peu élevée qui décide de créer un tel cluster pour doper son développement technique et économique. Il sera donc nécessaire d’offrir des conditions à l’intérieur du cluster nettement plus élevées qu’à l’extérieur, si l’on veut attirer des innovateurs. Ces qualités pourront attirer cependant aussi des habitants qui souhaitent accéder à un niveau de vie supérieure. Nous pensons toutefois que cela aurait une incidence négative sur les performances du cluster et pourrait occasionner des problèmes.

4La situation réelle pour la plupart des projets de cluster d’innovation se situe entre ces deux extrêmes. Afin d’analyser de manière approfondie les conséquences potentielles du conflit entre ces clusters et sa région, nous faisons l’hypothèse d’une différence relativement significative entre les environnements intérieur et extérieur.

1. Un cluster d’innovation dans un pays moins développé : Risques et Scénarios

5Dans cette situation on peut envisager trois scénarios correspondant à trois catégories de risques.

6Des risques pour la sécurité, dus à la présence d’un certain nombre d’« indésirables » attirés par la qualité de vie à l’intérieur du cluster, voire de terroristes, si le cluster a reçu des soutiens de l’État. Il pourrait alors même être exposé à des risques d’attentat. Cela pourrait faire partir les innovateurs.

7Des risques liés à l’arrivée de nouveaux membres non-innovants (personnes et entreprises), qui ne sont pas concernés par l’innovation et ne l’encouragent guère, ce qui peut avoir des effets négatifs considérables en termes de réalisation des objectifs et de rentabilité. Dès lors, les conditions pour développer des projets innovants, à savoir le rassemblement sur un même site d’individus qui partagent les mêmes idées et les mêmes intérêts ainsi qu’un certain niveau d’isolement, viendraient à manquer. Le reste de la société, en effet, n’est pas concerné par la recherche, ni par le développement ou la commercialisation. L’arrivée massive de populations à la recherche d’une qualité de vie plus élevée pourrait alors transformer le cluster en projet immobilier en empiétant sur les ressources qui lui sont destinées. Un autre problème pourrait être créé par l’arrivée en masse de populations que les innovateurs pourraient percevoir comme des envahisseurs et perturbateurs de l’ordre interne souhaité. Concernant les ressources on peut dire que l’entrée dans le cluster d’entreprises non innovantes, à côté d’entreprises très performantes en matière de R & D qui nécessitent d’une main-d’œuvre qualifiée, est à considérer comme un « gaspillage » de l’argent public. Ces entreprises non innovantes, en effet, bénéficieraient elles aussi du régime fiscal favorable à l’installation d’entreprises innovantes, alors qu’elles ne font pas d’innovation. Enfin, le cluster s’expose au risque d’être assimilé à un « parc d’activités » et de n’attirer que peu d’entreprises innovantes et de vrais innovateurs.

8Des risques, enfin, de nature générationnelle liés à un possible changement de la nature des prestations des entreprises développant les R & D. Avec le temps, leur activité dans ce secteur pourrait fléchir et cependant ces entreprises continueraient à être implantées dans le cluster sans y apporter les bénéfices requis en termes d’innovation. De même, pour ce qui concerne les innovateurs dont les descendants pourront ne pas l’être. Le cluster serait alors tourné vers d’autres activités que celles strictement innovantes pour lesquelles il avait été conçu. On pense alors, que c’est bien au niveau de la conception et de l’aménagement qu’il faudra régler ces problèmes, en inscrivant le projet du cluster dans le long terme. Cela permettrait de garantir que les investissements publics initiaux, considérables, ne soient pas détournés en les utilisant pour d’autres fonctions que celles initiales.

9Que peut-on faire pour atténuer ces risques ? On peut dresser un certain nombre de propositions par type de risque.

10Concernant la sécurité, l’exemple le plus flagrant, est celui de « villes closes », en Union Soviétique, selon le principe de la « communauté protégée », à savoir des enclaves créées pour les chercheurs (essentiellement dans le domaines militaire et spatial) dont l’accès à d’autres personnes et à des marchandises extérieures non autorisées, était interdit. Ces villes n’étaient même pas indiquées dans les cartes géographiques, elles n’avaient donc pas d’existence géographique.

11Cette approche, toutefois, ne semble pas favorable à l’innovation, pour deux raisons principales :

  • L’innovation high-tech moderne, en effet, est généralement basée sur l’ouverture et le partage des connaissances ; elle tend donc à inclure plutôt qu’à exclure.

  • La connotation négative des clôtures et des points de contrôle peut avoir un effet psychologique négatif sur les résidents et affecter leur qualité de vie. L’image aussi du cluster en pâtirait avec un impact négatif sur les innovateurs potentiels.

12Il faudra donc chercher un compromis entre la nécessité de protéger la confidentialité tout en projetant à l’extérieur une image d’ouverture, et d’assurer la sécurité tout en favorisant l’accès. On peut alors penser, par exemple, à établir différents degrés de sécurité en fonction des caractéristiques d’utilisation du lieu, du zonage fonctionnel et des technologies les plus récentes, telles que la vidéosurveillance. Concernant l’accessibilité du cluster, qui est un des facteurs de son succès, il est nécessaire qu’il soit desservi par les transports, tout en cherchant à en limiter les accès par une série de mesures dissuasives (éloignement du site, création de barrières naturelles, etc..). Il faudra aussi tenir compte de la destination de chaque zone, par exemple, le centre commercial du cluster pourra être ouvert au public en général (compris les non-résidents) muni de caméras de vidéosurveillance, alors que la zone résidentielle réservée aux chercheurs peut être ouverte uniquement aux résidents, à leurs familles et à leurs invités.

13Le contrôle pourra aussi être mieux exercé grâce à un bon aménagement du site, se servant aussi d’« éléments naturels » (haies, collines, bassins, etc..) pour canaliser la circulation des personnes en orientant les flux vers des ‘zones de contrôle’ plus strict, disposant de dispositifs de vidéosurveillance avancés pour le contrôle des véhicules, des piétons et des passagers des transports en commun. Une fois franchie cette zone, le contrôle à l’intérieur du cluster étant moins strict, il faudra penser à assurer la sûreté et la sécurité de la population résidante par des méthodes plus classiques et non-intrusives (police, alarmes, etc..).

L’accès au cluster de personnes/entités non innovantes

14Parmi les solutions qui permettraient de trier les entreprises innovantes des non-innovantes pourrait figurer la création d’un statut officiel d’entreprise « résidente ». Elles pourraient bénéficier de ce statut, après une audition et un examen attentif de leur dossier par un comité de sélection. Cela permet d’écarter aussi les entreprises de haute technologie qui n’ont pas l’intention de développer les R & D sur place. Ainsi, seules les entreprises qualifiées pourront bénéficier des avantages du cluster et notamment :

  • D’un meilleur climat institutionnel

  • De dégrèvements fiscaux et d’un régime douanier plus favorable

  • De procédures administratives accélérées.

15Il en découle que seules les personnes directement employées par le cluster, ses résidents, ou les institutions scientifiques/les établissements scolaires situés à l’intérieur du cluster, pourront bénéficier de tous les avantages, à savoir le droit d’y habiter et d’utiliser toutes les infrastructures (de logement, sociales et de santé de qualité).

16Un défi majeur est cependant constitué par la capacité de la direction du cluster à choisir les entreprises véritablement innovantes ainsi que les résidants.

17La distinction entre entreprises innovantes et non-innovantes, en effet, n’est pas toujours aisée et la décision sera donc dictée en partie par un jugement personnel de la part des membres du comité d’admission ou de tout autre organe équivalent. Mais, se fier au jugement personnel, dans ce contexte particulièrement délicat, n’est pas non plus une solution, car il existe des risques de corruption (les « pots de vin » font partie de la culture locale).

Le risque de nature générationnelle

18Il s’agit d’effectuer un suivi constant des activités pour s’assurer qu’elles fournissent le même niveau de performance, dans le temps. Des évaluations devront se dérouler à un rythme soutenu afin d’identifier et exclure les entreprises qui ne sont plus innovantes et éviter des possibles conflits internes nuisibles à l’image du cluster. Les difficultés d’exclusion peuvent venir du fait que l’entreprise à risque est propriétaire du terrain où elle l’a reçu en héritage (ou c’est le fruit d’une donation). Il est impensable d’introduire des clauses établissant que seule une entité ou un individu orienté(e) vers l’innovation a le droit d’hériter du bien en question. D’autre part, il peut être avantageux de profiter d’investissements privés dans la construction et la gestion de bâtiments afin de réduire le besoin en financements publics. Il est donc essentiel d’établir un plan identifiant clairement les propriétés des biens immobiliers liés à l’innovation tout en permettant l’investissement immobilier privé non innovant dans des zones moins concernées par la production d’innovation. Des dispositifs de partenariat privé-public relativement complexes peuvent être mis en place si le système juridique du pays le permet. Dans le cas contraire, on pourrait introduire la norme des baux de location de longue durée, renouvelables d’un commun accord entre les parties.

19L’histoire des « villes closes » enseigne que dans le temps un changement naturel s’opère au sein d’une structure sociale, compromettant les objectifs et les fonctions initiaux.

20Les enfants nés dans ces villes n’ont pas suivi les traces de leurs parents. La cohésion interne de ces villes scientifiques, peuplées d’individus partageant les mêmes intérêts et les mêmes idées, fut ainsi définitivement perdue.

2. Étude de cas

21Le projet Technopolis Skolkovo, actuellement en cours dans la banlieue de Moscou, présente un objectif ambitieux : créer un environnement exceptionnel pour la R & D et les activités innovantes. Ce cas nous permet de vérifier si oui ou non les solutions envisagées ci-dessus pour répondre aux défis posés par la présence d’un environnement moins développé autour de Skolkovo, ont été prises en compte.

Présentation de Skolkovo

22Fin 2009, les responsables politiques russes encouragent le développement du secteur des hautes technologies pour donner au pays une forte impulsion vers l’innovation. Le Président Medvedev a donc décidé, outre l’adoption d’autres mesures de soutien à l’innovation, de créer un centre technologique de pointe. Son objectif était de créer en Russie une structure ‘conçue sur le modèle de la Silicon Valley et d’autres structures présentes à l’étranger’ afin de concentrer l’aide à l’innovation sur un seul site, en éliminant ainsi un grand nombre d’obstacles bureaucratiques. Skolkovo « offrira des conditions de travail attractives à des chercheurs, des ingénieurs, des designers, concepteurs de logiciels, managers et spécialistes de la finance et produira de nouvelles technologies capables de se positionner de manière concurrentielle sur le marché mondial ».

23Le projet a été officiellement lancé le 31 décembre 2009 avec la formation d’un « Groupe de travail pour la création d’un complexe territorial détaché pour la recherche et le développement et la commercialisation ultérieure des résultats », dirigé par le Responsable adjoint du personnel du bureau exécutif de la Présidence et le Responsable adjoint de la Commission de Modernisation et de développement technologique de l’Économie Russe, Vladislav Surkov. Dès le début, la vision des caractéristiques et des objectifs du projet prônée par le groupe a été celle d’un parc scientifique, tel que défini, entre autres, par Phana, Siegel et Wright :

« les parcs scientifiques et les incubateurs d’entreprises sont des organisations basées sur la propriété, dotées de centres administratifs précisément définis, ayant comme mission l’accélération de la production par la concentration des connaissances et le partage des ressources ».

24Le groupe de travail, soumis à des délais très « serrés » et disposant de peu d’informations, a dû cependant prendre des décisions importantes pour le développement du projet, concernant : la localisation du pôle, sa spécialisation, son modèle d’activité et son organisation interne. En ce qui concerne la localisation, les villes suivantes ont servi d’exemple : Tomsk, Novosibirsk, St. Petersburg, Obninsk et divers sites autour de Moscou. Ces villes possèdent une expérience dans la recherche scientifique et la haute technologie et ont pu servir de point de départ pour la diffusion de l’innovation à travers le pays. La décision finale est revenue, enfin, au Président qui a annoncé que la Technopolis serait construite sur une parcelle de 600 ha à Skolkovo, près de Moscou. Il a motivé sa décision par les raisons suivantes :

« Nous allons construire ce centre là où nous avons déjà jeté les bases permettant une réalisation rapide du projet ».

25Il a également défini les domaines de spécialisation de Technopolis : l’énergie, l’informatique, les télécommunications, la biotechnologie et la technologie nucléaire, autant de points qui figuraient déjà dans la liste pour sa candidature à la présidentielle.

26En avril 2010, le célèbre homme d’affaires russe Victor Vekselberg, et l’ancien directeur d’Intel, Craig Barrett, ont été nommés co-présidents du Conseil de surveillance de la société de gestion de Skolkovo. La structure de gestion a été mise en place en 2010 avec la création de plusieurs comités d’experts, la constitution de la Fondation Skolkovo (nom officiel de la société d’exploitation de Skolkovo) et la nomination de plusieurs responsables clés. Deux célèbres scientifiques lauréats du Prix Nobel, Roger David Kornberg et l’universitaire russe, Zhores Alferov, ont été nommés co-présidents du Conseil scientifique et technologique du Centre d’Innovation de Skolkovo.

27Concernant les délais de réalisation de réalisation du projet, Vladislav Surkov déclarait :

« La construction devrait être réalisée dans un délai de 7 ans (entre trois et sept), cela dépendra du déroulement des travaux ».

28Il a également précisé que l’État, à un moment donné, se retirerait du projet pour « laisser la ville se développer par elle-même ». En ce qui concerne l’« esprit d’innovation » qui doit animer cette nouvelle ville, Surkov a déclaré qu’un tel milieu ne peut se développer avant 10 ou 15 ans.

 

29Le projet de Skolkovo a reçu un soutien exceptionnel de la part du gouvernement ; la Douma (le Parlement Russe) a adopté, très rapidement, une loi spéciale – qui a été signée par le Président en septembre 2010 – pour réglementer l’activité de Skolkovo. La loi prévoit des droits sans précédents pour la gestion de la Fondation Skolkovo, ainsi que des aides et des avantages significatifs pour les entreprises innovantes.

30La procédure pour le lancement de l’appel d’offres s’est étalée sur 6 mois. À son issue, le nom de l’entreprise adjudicataire chargée de l’opération a été annoncé, à savoir, l’entreprise française AREP. Le projet repose sur le concept de « village urbain », la ville étant divisée en plusieurs « blocs » disséminés sur le territoire et intégrés dans le paysage. Une attention particulière a été portée aux installations de mise en réseau et de coopération à l’intérieur de la ville, aux lieux de rencontre qui permettent d’échanger des idées et de collaborer. Ceci reflète l’approche selon laquelle une infrastructure innovante doit fournir, avant tout, des opportunités de mise en réseau et de collaboration entre les scientifiques et les entrepreneurs.

31De nombreux chercheurs ont objecté que la disponibilité de jeunes talents est l’un des principaux facteurs nécessaires pour favoriser le succès d’un pôle d’innovation. La construction d’une université a donc été prévue à Skolkovo afin d’assurer la présence d’une masse critique d’étudiants et de chercheurs. L’université offrira des diplômes de Master et post-doctorat conçus et étudiés en étroite collaboration avec le MIT (Massachusetts Institute of Technology) de Boston.

32Une législation spécifique et la volonté de créer une infrastructure de vie et de travail d’envergure internationale devraient permettre à ce projet d’attirer des talents et de concurrencer les plus célèbres parcs scientifiques du monde. Par conséquent, l’environnement interne de Skolkovo, tel que planifié actuellement, sera très différent du contexte général de la société russe. Le tableau ci-dessous énumère les principales différences.

Dimension

Skolkovo

Moyenne russe

Environnement institutionnel

Avantages fiscaux

Exonérations et réductions d’impôts significatives

Standard

Droits de douane

Réductions et délais de dédouanement accélérés

Délais de dédouanement normaux très longs pour des équipements/matériaux spécifiques

Droit du travail

Pas de quotas, pas d’autorisations nécessaires

Demande de permis obligatoire pour l’emploi de travailleurs étrangers ; quotas applicables

Infrastructure R&D

Avancée

Qualité très variable, généralement assez faible

Accès à une maind’œuvre spécialisée

La meilleure en Russie

Généralement de bas niveau

Accès aux capitaux

Accès direct à des fonds et des subventions nationaux, internationaux, privés et publics

Généralement très rare, notamment en termes de capitalrisque

Sûreté et sécurité

Elevées

Médiocre

Logements

Logements de grande qualité construits selon les normes de l’OCDE

Bâtiments et appartements de mauvaise qualité, remontant pour la plupart à l’époque soviétique

Infrastructures sociales

Conformes aux normes internationales les plus élevées

De mauvaise qualité, bondées, sous-équipées, sous-dotées en personnel

Culture et loisirs

Les résidents pourront profiter des manifestations culturelles et des loisirs moscovites, qui sont parmi les meilleur (e) s, sinon les meilleur (e) s du pays

Concentrés dans les grandes villes (Moscou, St. Pétersbourg, etc.)

Eventualité d’un conflit en matière d’accès

Elevée

• 2.1 Stratégies d’atténuation des risques adoptées pour Skolkovo

33Le projet de Skolkovo est en phase de développement depuis deux ans. Un certain nombre de problèmes relatifs aux risques ont été réglés entre-temps ou sont en cours de résolution. Dans ce document nous allons nous limiter à illustrer quelques exemples de solutions potentiellement viables pour atténuer les risques décrits plus haut.

Les risques pour la sécurité : accès aux transports

34L’emplacement de Skolkovo est tel que l’on ne peut pas envisager de l’attendre à pied depuis Moscou, bien que n’étant pas loin de la périphérie de la ville.

35Des infrastructures et des équipements d’envergure en constituent des obstacles à franchir. Les zones boisées et les plans d’eau ont été également prévus pour séparer ultérieurement ce cluster de ses environs. Il est donc probable que la plupart des gens se rendront à Skolkovo par les transports en commun ou en voiture.

36Deux principaux types de transports sont actuellement disponibles dans la région de Moscou : les trains régionaux et les bus. L’une des solutions de transport en commun pourrait consister en la création d’un terminal combiné rail/bus avec un point d’accès unique à Skolkovo pour les usagers des transports en commun. Dans ce cas, le point d’accès serait situé dans la partie nord de Skolkovo : il se peut que, en fonction de la solution définitive choisie, les bus et les trains ne soient pas obligés de pénétrer à l’intérieur du cluster.

37En termes de sécurité, cette solution devrait être efficace : un seul point d’accès permet de gérer de manière efficace une forte affluence de visiteurs à l’intérieur d’une certaine zone. Un système de vidéosurveillance et des mesures de sécurité strictes à l’intérieur du terminal peuvent être relativement efficaces. De plus, la présence de ce type de mesures de sécurité dans un lieu à forte affluence est considérée tout à fait normale, ce qui atténue la perception négative qui peuvent en avoir les passagers. D’un autre côté, la localisation de ce terminal de transports en commun à une extrémité du cluster de Skolkovo n’est pas pratique pour tous ceux qui doivent se rendre à l’autre extrémité, à une distance de 2 kilomètres, qui, généralement, ne peut être parcourue à pied : il conviendra, donc, de prévoir des systèmes de transport interne. L’effet global en termes d’attractivité du cluster demande une étude plus approfondie.

38Contrairement à l’accès des piétons, qui est unique, les points d’accès des véhicules privés sont multiples. La population potentielle de Skolkovo étant estimée à environ 20 000 habitants, le trafic et la configuration de la parcelle ne rendent pas possible l’entrée par un seul point d’accès. Cette relative « pluralité » de points d’accès présente quelques risques pour la sécurité, mais cela reste globalement gérable. En orientant les différents types de véhicules vers différentes entrées et en utilisant des zones d’accès de dimensions suffisantes, équipées de modernes technologies, l’on devrait pouvoir contrôler efficacement l’accès.

Le risque d’accès d’entreprises et individus non innovant(e)s

39Toutes les entreprises physiquement présentes à Skolkovo ne pourront pas profiter des mêmes avantages. Ni les multinationales, ni les sociétés de services et d’assistance ne bénéficieront de droits spéciaux, en dehors de la possibilité d’employer de la main-d’œuvre qualifiée. Pour pouvoir profiter de tous les avantages offerts par Skolkovo, les entreprises demandeuses doivent se soumettre à un sévère processus de sélection, en deux étapes. Pendant la première étape, une équipe administrative vérifie si la demande est conforme à 5 critères obligatoires :

  1. La société doit être constituée en Russie.

  2. Les Statuts de la société limitent son domaine d’activité à la recherche, au développement et à la commercialisation de technologies et produits relevant des 5 domaines de spécialisation du cluster de Skolkovo (informatique, bio-médicine, économies d’énergie, technologie nucléaire et aérospatiale).

  3. La société s’engage à exercer lesdites activités selon les Règles en vigueur à Skolkovo et à la législation applicable au niveau local, et à implanter le siège de la société à Skolkovo, avant le 1er janvier 2014.

  4. La société prévoit d’associer à la réalisation du projet d’un chercheur et/ou d’un enseignant auprès d’une institution d’enseignement et/ou de recherche russe ou étrangère.

  5. La société prévoit de lancer un projet d’innovation qui :

  • relève des 5 domaines de spécialisation du Pôle

  • concerne le développement et/ou la commercialisation d’un produit unique et/ou possédant un avantage concurrentiel par rapport à d’autres produits internationaux comparables.

  • Comporte la participation d’un chercheur et/ou membre de la communauté de l’innovation étranger, connu et apprécié.

40Une fois effectuée la vérification, pendant la deuxième phase du processus, le projet est soumis à l’évaluation d’un comité d’experts indépendants, qui doivent s’exprimer sur le caractère réellement innovant du projet. L’admission du participant est décidée à la majorité simple des experts.

41Ce processus permet à la direction de Skolkovo de s’assurer de la qualité des entreprises admises. Bien que l’on ne puisse pas avoir une certitude à 100 %, l’ensemble des documents fournis par l’entreprise, des accords écrits de chercheurs et innovateurs connus concernant leur participation au projet et le vote du comité d’experts fournissent des preuves suffisantes quant à l’alignement des objectifs de l’entreprise par rapport à ceux de Skolkovo.

Le risque générationnel : droit de propriété et autogestion

42Les droits de propriété relatifs au site de Skolkovo suscitent un certain nombre d’incertitudes, notamment en ce qui concerne un possible détournement des objectifs d’innovation par des opérateurs immobiliers. Alors que le gouvernement voudrait attirer des investisseurs privés pour alléger son propre coût de construction et de gestion immobilière, les aménageurs veulent s’assurer que l’innovation reste l’objectif central de Skolkovo. Une solution pourrait consister à désigner différents types de propriétés immobilières en fonction de leur destination. Vous trouverez ci-dessous un exemple selon un schéma différentiel.

Bien immobilier

Propriétaire

Infrastructure sociale, culturelle, sportive

Skolkovo – pour les biens financés par des fonds publics
Investisseurs privés – pour les biens financés par des fonds privés

Résidentiel

Skolkovo est propriétaire et loue les unités d’habitation principalement aux employés des entreprises adhérentes

Bâtiments universitaires

Skolkovo

Installations de R&D d’entreprise pour les principaux partenaires de Skolkovo

Dans des cas définis par la direction de Skolkovo, les grandes entreprises ayant des installations de R&D à Skolkovo peuvent construire ou acheter leurs propres installations

Infrastructures d’innovation : incubateurs d’entreprises, laboratoires partagés, centre technologique, etc.

Skolkovo

Propriétés immobilières à usage commercial

Propriétaires privés

43Une autre solution de type générationnel qui mérite d’être citée est l’abolition de l’autogestion. Selon la législation russe, tout ensemble résidentiel en Russie jouit d’un pouvoir autonome, exercé par ses habitants. Le niveau d’autonomie dépend de la taille et du type de complexe résidentiel, mais certains projets de promotion immobilière et d’autres questions importantes relèvent toujours d’une décision des autorités locales. Skolkovo ayant été conçu comme un ensemble de grandes dimensions (plus de 20000 habitants), le risque que, par exemple, le plan de promotion immobilière puisse changer d’objectif si la majorité des résidents pilote les décisions est significatif.

44Afin d’atténuer ce risque, la loi applicable à Technopolis Skolkovo (mentionnée plus haut) a établi un régime de gouvernance unique pour la totalité du territoire concerné par le projet. En effet, chose tout à fait inédite, une grande partie des pouvoirs qui auraient dû être attribués aux autorités locales seront accordés à la société de gestion de Skolkovo. Ces pouvoirs ont été encore accrus par la décision d’accorder à Skolkovo le droit d’appliquer des normes (par ex. en matière de construction) différentes des normes applicables dans le reste de la Russie. Par conséquent Skolkovo peut devenir le premier grand ensemble résidentiel à gestion quasi-privée en Russie. Si cette expérience est réussie, cela pourra constituer un précédent.

Conclusion

45Ce document ne prétend pas fournir de solutions universelles, mais plutôt ouvrir le débat sur un facteur potentiellement important pour la création des clusters d’innovation dans des contextes moins développés afin d’éviter les conflits potentiels entre ceux qui bénéficient d’une qualité de vie et de conditions de travail exceptionnelles et le monde extérieur dont la qualité est nettement inférieure.

46Nous avons dressé une liste des risques associés à ces conflits potentiels, étudié les moyens possibles pour gérer et atténuer ces risques et analysé les mesures spécifiques adoptées ou proposées dans le cadre du projet Skolkovo. Il est trop tôt pour évaluer l’efficacité de ces mesures, car on est encore dans la phase de définition du schéma directeur. Par ailleurs, chaque projet de cluster d’innovation présentant des caractéristiques uniques, les solutions applicables à Skolkovo peuvent ne pas être transposables dans d’autres situations. Malgré cela, cette expérience fournit des données intéressantes pour la conception de ce type de clusters.

Bibliographie

OCDE (2008), The Global Competition for Talent. Mobility of Highly Skilled.

Phillip H. Phana, Donald S. Siegel, Mike Wright (2005), “Science parks and incubators: observations, synthesis and future research”, Journal of Business Venturing 20 (2005) 165 – 182

Bollingtoft, A., Ulhoi, J.P. (2005), “The networked business incubator – leveraging entrepreneurial agency?” Journal of Business Venturing 20 (2005) 265-290

Koh, F.C.C., Koh, W.T.H., Tschang, F.T. (2003), “An analytical framework for science parks and technology districts with an application to Singapore”, SMU Economics & Statistics Working Paper Series (October 2003) Paper # 18-2003.

Site web

2www.i-gorod.com.

Auteurs

Ernst & Young Moscou Conseil Immobilier

Ernst & Young Moscou Conseil Immobilier

Ernst & Young Moscou Conseil Immobilier

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540