Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Deuxième partie : Les espaces de la connaissance : des nouveaux projets pour les universités et les centres de recherche dans des métropoles et des villes moyennes

Développer un « living lab » en Chine : la place de l’université dans l’éco-cité ZONE-ECO-2, à Shenzen

Martin de Jong, Anne-Lorène Vernay et Chang Yu

Texte intégral

Les auteurs remercient Margot Weijnen, Dong Wang, Neville Mars et Steve Mc Cauley pour leur contribution au projet ECO-2-ZONE, ainsi que Markus Appenzeller et Boudewijn Poldermans pour leurs commentaires sur une version antérieure de ce chapitre.

Introduction

  • 2 NDRC : un super-ministère directement sous l’autorité du Conseil d’État à Pékin.
  • 3 L’éco-cité sino-singapourienne de Tianjin et la ville sino-suédoise de Caofeidian, deux projets bie (...)

1La ville des années 2000 se veut « respectueuse de l’environnement » et « à faible émission de carbone » (Low Carbon City). En Chine, ces notions jouissent d’une bonne popularité auprès du gouvernement central et d’un certain nombre de métropoles tournées vers l’avenir. Ainsi, la liste des villes autoproclamées « écologiques » et à faibles émissions de carbone s’allonge. Une enquête, menée par la Société Chinoise d’Etudes Urbaines (CSUS) de novembre 2010 à février 2011, a montré que 230 villes s’étaient fixées comme objectif de construire une éco-ville, et 133 autres celui de devenir une ville à faible émission de carbone. Cependant, seul un petit nombre d’entre elles a été reconnu comme respectant ces critères et placé sur une liste nationale prioritaire par la Commission d’État pour le Développement et la Réforme2. En général, les projets qui ont plus de chance d’être agréés ce sont ceux qui engagent un gouvernement étranger à coopérer avec celui chinois (à travers une participation financière ou une collaboration aux projets).3

2Au niveau local, les gouvernements considèrent les éco-cités comme un moyen pour améliorer l’attractivité de leurs territoires, en offrant davantage d’espaces verts, en éliminant progressivement les industries polluantes et en attirant les entreprises de haute technologie et de services. Ces derniers points sont d’autant plus importants que, dans la pratique politique et administrative chinoise, l’impératif économique consistant à maintenir les chiffres de croissance du PIB à un niveau élevé est la condition sine qua non pour le développement de villes écologiques.

3Ainsi, cette « écologisation » de l’espace urbain nécessite une profonde transformation industrielle avec le passage d’une économie industrielle à une économie de la connaissance en s’appuyant sur le développement d’un « environnement vert » pour attirer les talents. Les universités capables d’assurer un haut niveau de prestations, en ce domaine, sont donc un facteur clé pour assurer la réussite de ces transformations. Les villes chinoises en sont conscientes : la ville de Guangzhou, par exemple, a mis en place, en collaboration avec le gouvernement singapourien, le projet « Guangzhou Knowledge City » (Ville du savoir de Guangzhou) basé sur l’idée selon laquelle la construction d’une ville dynamique et écologique permettra d’établir les conditions favorables pour attirer de la main-d’œuvre qualifiée et des industries non polluantes basées sur la connaissance. Des interrogations, cependant, demeurent : comment peut-on élaborer un programme ou une stratégie de développement urbain autour de la notion de « ville de la connaissance » (ou d’« éco-cité ») ? Quelles sont les conditions à satisfaire et quelle vision proposer sur le long terme ? Il est difficile d’apporter toutes les réponses à ces questions. Toutefois l’illustration d’un cas concret peut aider à trouver des éléments de réponse et à formuler aussi de nouvelles questions. Pour cette raison, cet article propose d’analyser le projet d’éco-cité de Pindgi à Shenzhen, qui a la particularité d’être nouveau et encore en cours. L’idée centrale consiste dans la création d’un « living lab » ou « open innovation campus » (campus d’innovation ouverte) destiné à accueillir des universités et des centres de recherche aux côtés d’entreprises de haute technologie, chinois et étrangers.

  • 4 Fruit de ce travail a été le document intitulé : « Un espace de la connaissance de niveau mondial : (...)

4Les auteurs de cet article sont impliqués directement dans ce projet et ont participé aussi à l’élaboration d’un document qui a servi de base à la construction d’une vision stratégique sur le long terme4. Ce lien direct avec le projet depuis ses débuts a permis d’obtenir des informations pratiques et de connaître les tenants et les aboutissants de ce type de projets.

5L’article identifie aussi les atouts et les contraintes de l’aire géographique concernée par le projet de ZONE-ECO-2 et développe ensuite l’idée de « living lab » ainsi que sa faisabilité à l’intérieur d’un campus « d’innovation ouverte ». De nouveaux enjeux surgissent lors des échanges dans le cadre du partenariat sino-néerlandais et avec la maîtrise d’ouvrage publique chinoise chargée de la conduite du processus. Qu’elle leçon peut-on tirer de cette expérience particulière quant à la place qu’est donnée aux universités à l’intérieur de processus plus larges, impliquant des enjeux « écologiques », très à la mode, symbolisés par la notion d’« éco-cité » ?

1. Le quartier de Pingdi : atouts et contraintes

  • 5 Elle a été classée parmi le 5 premières zones de Chine en 1980.
  • 6 BYD, Dingoo, G’Five, Hasee, Huawei, JXD, Konka, Netac, Skyworth, Tencent et ZTE.

6Avec environ 12 millions d’habitants, Shenzhen est une métropole de 2 020 km2, située dans la province du Guangdong dans le Sud-Est de la Chine. En raison de sa proximité avec Hong Kong, elle a été désignée par l’ancien président Deng Xiaoping, Zone Économique Spéciale (ZES)5. Elle abrite des entreprises chinoises de haute technologie reconnues6. Les arrondissements centraux de Futian, Nanshan, Luohu et Yantian, sont parmi les plus riches de Chine. Toutefois la pénurie d’espace dont ils disposent pose le problème de leur extension urbaine. De ce fait, les zones plus périphériques et moins développées sont devenues la cible de projets d’extension, de développement économique et industriel et de logement. C’est le cas du district de Longgang qui englobe le quartier de Pingdi, au nord de Shenzhen et occupe une surface de 57 km2 où vivent 160,000 personnes (voir figure 16). Ce quartier borde les villes voisines de Huizhou et Dongguan. La première est encore relativement rurale et la seconde est connue pour être un des plus grands ateliers du monde, ces dernières années durement touchée par une baisse des exportations vers l’Occident.

7Pour optimiser l’expansion urbaine et réduire la concurrence entre les municipalités en matière d’acquisitions foncières (compte tenu de la pénurie de terrain), la province du Guangdong et la municipalité de Shenzhen ont développé une coopération régionale entre les villes voisines de Huizhou, Dongguan et Shenzen. En Avril 2011, cinq accords pour le développement urbain conjoint et la construction d’infrastructures ont été signés entre la province et ces trois villes. Un de ces accords stipule que Pingdi (partie du district Longgang de Shenzhen), Xinxu (partie du district de Huiyang de Huizhou) et Qingxi (ville indépendante au sein de Dongguan) constituent une nouvelle zone régionale au sein de laquelle les trois villes travailleraient ensemble pour créer un nouvel espace économique et écologique. La logique sous-jacente était que le regroupement de ces zones dans un seul espace de développement offrirait plus d’opportunités d’accroissement du PIB et que la promotion de cette zone en tant que « zone écologique » lui permettrait d’attirer des pourcentages plus élevés de travailleurs urbains hautement qualifiés tout en modernisant son caractère industriel. Cela induirait une évolution majeure par rapport à la situation actuelle, la plupart des habitants étant des paysans traditionnels ou des immigrants temporaires provenant d’autres parties de la Chine employés comme ouvriers à bas revenus.

Figure 16 : Vue de haut du projet de quartier de Pingdi

Figure 16 : Vue de haut du projet de quartier de Pingdi

Source : Neville Mars.

8Les responsables politiques de Shenzhen sont désireux de reproduire le même succès en termes de développement de leurs districts centraux, aussi dans les zones périphériques. Cependant, les défis pour atteindre cet objectif sont énormes. Tout d’abord ils doivent être réalisés en collaboration avec deux autres villes dont le soutien actif et la participation sont incertains. La coopération entre les municipalités est rarement facile quel que soit l’environnement administratif et reste particulièrement inhabituelle en Chine.

9De plus, l’expansion urbaine anarchique de logements et d’usines de mauvaise qualité est monnaie courante. Sans un changement de politique explicite et une intervention ciblée, une grande partie de ces espaces verts qui sont une des conditions pour maintenir haute la qualité de vie dans ce secteur, serait perdue. En effet, la plupart des employés instruits préfèrent vivre dans des quartiers riches en espaces verts plutôt que dans des quartiers industriels.

10En outre, à Pingdi et dans certaines villes voisines, de nombreux services publics de base tels que des hôpitaux ou des écoles présentent une faible qualité. L’accessibilité de Pingdi par air, rail et autres formes de transports en commun est aussi problématique.

11De même l’offre d’établissements d’enseignement supérieur est de piètre qualité et il n’y a pas dans les alentours proches d’université de renom. Cela n’était pas nécessaire jusqu’à présent étant donné que les secteurs industriels dominants de la région (la fabrication d’équipements électriques, de métaux et de plastiques, de vêtements et accessoires, de jouets et d’ordinateurs, et la cultivation et la distribution de fruits et légumes) faisaient appel à de la main d’œuvre peu qualifiée.

12En bref, le projet de transformation industriel porté par les responsables de la ville de Shenzhen nécessite d’importantes améliorations sans quoi il sera difficile d’attirer des employeurs et des employés permettant le développement des hautes technologies et la production de services à forte valeur ajoutée. La question est de savoir comment ce contexte dans son ensemble (conditions géographiques, économiques, écologiques et d’infrastructures) pourrait être transformé en une « zone verte de la connaissance » de niveau mondiale. Il faut dire aussi que les instituts de planification locaux s’étaient déjà penchés sur ces questions et avaient formulé deux propositions pour Pingdi, qui avaient été refusées car considérées comme n’étant pas suffisamment visionnaires et novatrices, accordant peu d’intérêt au contexte social et à la relation avec les régions voisines. Il était clair que la nouvelle équipe sino-hollandaise, appelée en 2010 à élaborer un nouveau projet, aurait dû jouer sur l’interdisciplinarité des compétences si elle voulait répondre au niveau élevé d’attentes de Longgang. Cette équipe se compose d’acteurs universitaires, comprenant le Harbin Institute of Technology Shenzhen Graduate School (une branche de l’université de Shenzhen, classée parmi les dix meilleures universités de Chine), la fondation Next Generation Infrastructures (étroitement associée à l’Université de technologie de Delft), et la fondation Dynamic City (Ville dynamique), un institut d’architecture hollandaise situé à Pékin.

2. Description du projet de développement d’un living lab à Pingdi

13Il est intéressant d’analyser la démarche adoptée par l’équipe par rapport à une demande qui ne portait pas uniquement sur la réalisation d’un site écologique innovant intégré au contexte local. Il y avait des attentes aussi en termes de croissance du PIB (10 % par an, minimum). Il était donc crucial de développer une vision pour Pingdi qui aurait permis d’attirer des entreprises de haute technologie et de services nécessaires à la concrétisation de cette ambition. Pour favoriser une croissance économique « verte », l’équipe a lancé un appel pour transformer la région en « ZONE-ECO-2 » où universités, centres de recherche, start-up et entreprises de haute technologie seraient intégrées et pourraient facilement échanger leurs connaissances.

14Le terme de « living lab » a été le slogan choisi pour attirer de jeunes talents, ingénieurs, experts et professionnels de la région. Shenzhen bénéficiant déjà d’une image positive dans ce domaine (ville ayant la main-d’œuvre la mieux formée et des industries technologiques de haut niveau), cet objectif, ambitieux, ne semblait pas hors de portée. Il a été proposé aussi de tester à grande échelle des réseaux intelligents mobiles (IM) et des systèmes de transport intelligents. En attirant des jeunes scientifiques et professionnels cosmopolites originaires de Chine et du monde entier dans une ville verte émergente, dans la Zone Économique Spéciale, un tel laboratoire serait doté des personnes appropriées. Une telle pépinière industrielle pourrait être dédiée au développement des infrastructures futures. La nécessité d’introduire l’anglais, comme deuxième langue obligatoire, est apparue comme une évidence pour la création de ce « living lab » pour attirer aussi des jeunes employés étrangers pour qui devoir étudier le « mandarin » pouvait constituer une difficulté. Cela permettrait de renforcer le côté cosmopolite et innovant de Pingdi et d’attirer les bons profils pour le nouveau statut économique de la zone.

15La mise en œuvre de la vision ZONE-ECO-2 table sur le pouvoir de conviction qui saura exercer son projet. Inspiré du « Create Campus » de Singapour (où les grandes universités du monde se rencontrent dans un environnement attractif), le concept de « Open Innovation Campus » propose un projet intégré où universités, centres de recherche, start-up et entreprises de haute technologie sont regroupés pour développer des échanges.

16Cette conception de l’avenir de la vie universitaire contraste avec les campus et les villes universitaires traditionnels où la liberté académique est protégée de toute ingérence extérieure avec interdiction de participation du secteur privé. Elle s’inspire aussi du Brainport d’Eindhoven et du Bioscience Park Leiden.

17La figure 17 illustre la façon dont le Brainport Eindhoven lie le développement de connaissances nouvelles et leur diffusion dans les industries locales par le processus nommé « knowledge industry chain » (chaine des industries de la connaissance). Cependant, la conception verte du « Create Campus » à Singapour (où les grandes universités du monde se rencontrent dans un environnement attractif) reflète mieux le modèle général que devrait adopter le « open innovation campus ».

Figure 17 : La chaine industrielle de la connaissance.

Figure 17 : La chaine industrielle de la connaissance.

Source : Brainport Eindhoven, 2007

18Le rapport sur la « ZONE-ECO-2 » prévoit la mise en place de deux « open innovation campus » (voir figures 18 et 19) basés sur le même modèle facilitant les interactions entre entreprises et universités. Cependant chaque campus a une spécialité propre et adaptée au tissu industriel local. Le premier, situé dans Gaoqiao, le secteur ouest industrialisé de Pingdi, est focalisé sur le développement d’infrastructures intelligentes et durables de prochaine génération (un pôle d’innovation sur le modèle de ceux de Delft ou Eindhoven). Le second, se situe à l’extrêmité nord de Pingdi, près de Xinxu, région plus rurale. Ici, des universités, des instituts de recherche et des entreprises chinoises et internationales mettront en place un pôle de niveau mondial sur l’agriculture, l’alimentation, le bien-être et des services de santé de haut niveau (plutôt dans le style du pôle de regroupement pour l’innovation de Leiden ou Wageningen).

19Dans les deux cas, et probablement dans d’autres regroupements à venir, l’équipe de recherche à dominante sino-néerlandaise est impliquée dans la recherche des universités, instituts, centres, sociétés, enseignants experts, ingénieurs et professionnels de haut niveau en Europe et dans le monde, par le biais d’une coopération internationale permanente.

Figure 18 : Représentation schématique de la place des open innovations campus dans le futur quartier de Pingdi.

Figure 18 : Représentation schématique de la place des open innovations campus dans le futur quartier de Pingdi.

Source : Neville Mars, (NGI/HITSGS/DCF 2011).

20Au plan organisationnel et juridique, on introduit deux principes. Le premier consiste dans la mise en place d’avantages fiscaux pour les entreprises qui s’installent dans la zone, à condition qu’elles respectent des règles et des normes environnementales strictes. Cela peut aussi permettre de mettre en œuvre un plan de zonage rigoureux favorisant une urbanisation dense et regroupée dans un petit nombre de « sphères » ou cercles urbains, séparant ces zones des espaces verts pour aérer le secteur et y apporter de la verdure. Cela dans l’objectif de transformer Pingdi et, éventuellement, sa région, en zone économique et écologique spéciale, à l’intérieur de la ZES de Shenzhen.

21Secondairement, on introduit le concept de « saisie de valeur » comme processus dans le cadre d’un partenariat public-privé particulier. La « saisie de valeur » désigne le processus par lequel des dispositions institutionnelles et financières intelligentes permettent la création d’espaces et d’équipements de qualité (espaces verts, aménagements paysagers, transports, services sociaux) et de toutes autres activités qui représentent une valeur ajoutée pour une région, sans pour autant qu’ils génèrent de richesse financière directe. Grâce aux revenus produits par les activités présentes sur le site (commerces, bureaux, logements, parkings et lieux de loisirs), le bilan financier sera en équilibre et il y aura retour sur investissement sans que le secteur public soit obligé d’assurer seul le portage financier de l’opération. La combinaison de ces deux principes peut assurer un résultat optimal.

Figure 19 : Visualisation du futur « open university campus ».

Figure 19 : Visualisation du futur « open university campus ».

Source : Neville Mars, (NGI/HITSGS/DCF 2011).

3. Pingdi vers la réalisation d’une ville de la connaissance : de la vision à la réalité

22Pour produire un projet de l’envergure de celui de Pingdi, il est nécessaire d’abord de bâtir une vision. Cela ne garantit toutefois pas sa réussite. Les risques d’échec sont plus grands si cette vision est élaborée uniquement par un groupe de professionnels et universitaires, sans échanger ni avec les acteurs locaux, ni avec le public, démarche imposée par les chinois en quête continue d’innovation et de solutions concrètes, faciles et pas trop risquées. Ce processus de négociation entre équipe et maîtrise d’ouvrage, mérite d’être expliqué dans l’objectif de renseigner le lecteur d’une part sur les attentes des autorités chinoises vis-à-vis de leurs partenaires européens, de l’autre sur la manière dont on peut concevoir une éco-cité de la connaissance en Chine.

23D’abord, il faut expliquer quelle a été l’attitude du gouvernement local de Loggang. Dès la phase de recherche de mise au point de la vision stratégique, il a accepté, sans poser de questions, toutes les propositions présentées par l’équipe et les conclusions issues de la première phase de la recherche (construire la vision stratégique, de juin 2010 à mars 2011), comprenant des présentations publiques. Une fois actée cette partie du travail, il a manifesté un soutien indéfectible aux idées proposées et il a été relayé ensuite pendant la présentation officielle, par le gouvernement de la ville de Shenzen ainsi que par le Comité permanent du Parti communiste de Shenzhen qui ont eux aussi soutenu les idées et cherché à les rendre effectives. Ils ont particulièrement apprécié, semble-t-il, l’analyse détaillée de la structure industrielle du district et la proposition de différents parcours technologiques.

  • 7 Les principaux quotidiens locaux tels que le Shenzhen Economic Daily et le Shenzhen Daily ont écrit (...)
  • 8 NDRC : un super-ministère influent à Pékin directement sous l’autorité du Conseil d’État.

24La presse locale s’en est aussi emparée7. L’organisation des tâches, les rapports aux politiques et la réalisation de l’opération se sont révélés des moments beaucoup plus difficiles que les phases précédentes. La ville de Shenzen a essayé de monter un partenariat de gouvernement à gouvernement (GàG) entre la Chine et les Pays-Bas sur l’éco-développement de la zone de Pingdi-Xinxu-Qingxi, afin d’avoir accès aux technologies et aux savoirs néerlandais. Les démarches pour obtenir un soutien côté néerlandais ont été excessivement longues et ont enfin pu aboutir à une ouverture à l’égard des pratiques néerlandaises en matière de développement durable, suite à une prise de contact officielle entre Shenzen et la Commission d’État pour le Développement et la Réforme8.

25Il en découle l’intérêt primordial pour les autorités chinoises de collaborer avec des partenaires internationaux au plus haut niveau administratif. Ils ont aussi un niveau très élevé d’exigences et cherchent à s’assurer que le choix de leurs partenaires est le bon et que les projets proposés sont réalisables. Pour cela, une délégation chinoise a fait le tour des projets du même genre, aux Pays-Bas afin de vérifier que le projet proposé pour Pingdi avait déjà porté ses fruits dans ce pays et qu’il n’était donc pas risqué de s’en inspirer voire même de le copier.

26Après ces visites, le gouvernement de la ville de Shenzhen a envoyé des évaluations favorables à la NDRC, qui a ensuite décidé d’inclure Shenzhen dans une liste de huit nouveaux projets pionniers de villes à faible émission de carbone en Chine admissibles au soutien national. Étant donné l’enjeu pour la Chine la zone devait être rebaptisée « ville à faibles émissions de carbone » plutôt que ZONE-ECO-2, réduisant ainsi potentiellement le champ d’application de l’effort de développement durable. D’autres rencontres entre les fonctionnaires et experts de la Chine et des Pays-Bas et des échanges de bonnes pratiques à appliquer pour le développement d’éco-cités efficaces, ont abouti à un document officiel esquissant 19 idées pouvant servir de socle à la coopération. Ce document, signé par les deux chefs de délégation, peut être considéré comme le premier document officiel sino-néerlandais de collaboration pour Shenzhen.

27Du point de vue du fonctionnement du partenariat et afin de le rendre plus efficace, début 2012, le gouvernement néerlandais et celui de Shenzhen ont mis en place une équipe de chercheurs dédiée.

L’équipe de Shenzen

28L’équipe de Shenzhen (et Longgang), composée de quelques fonctionnaires et d’universitaires dont certains avaient participé à l’élaboration de la vision stratégique, s’est occupée d’analyser deux projets de collaboration binationaux similaires : celui avec le gouvernement de Singapour (éco-ville Sino-singapourienne de Tianjin) et celui avec le gouvernement suédois (éco-ville sino-suédoise de Caofeidian). Après une visite du site de Tianjin et des discussions avec des responsables locaux, l’équipe a conclu que le modèle sino-singapourien était un exemple d’engagement politique cohérent et stable de haut niveau avec d’importants investissements publics et une dimension culturelle relativement claire, tout en générant des chiffres prometteurs en termes de croissance économique. Par ailleurs, l’équipe savait que le gouvernement néerlandais n’aurait pas été en mesure d’investir beaucoup dans ce projet. La visite à Caofeidian a permis de comprendre que le premier projet avait été beaucoup plus coûteux que celui-ci où les Suédois, avec des investissements moins lourds que les Singapouriens, avaient pu monter un service pour assurer la médiation entre les entreprises suédoises s’occupant de technologie verte et d’éco-urbanisme et les clients chinois (qu’ils soient à Caofeidian ou partout ailleurs). Malgré tout, Caofeidian n’a pas été perçu comme un exemple d’éco-cité aussi réussi que Tianjin. Le modèle sino-suédois a été également vu comme présentant moins d’engagement du côté suédois et comme insistant trop sur la promotion des entreprises suédoises au détriment d’autres entreprises internationales. En conclusion, il a fallu l’implication de l’administration néerlandaise au plus haut niveau et la qualité et l’expérience des experts, des sociétés d’ingénierie et des architectes néerlandais pour pallier le manque d’investissements côté néerlandais. Il s’agissait de trouver un juste milieu entre le modèle sino-singapourien, plus rigide, et le modèle sino-suédois, trop souple. Dans tous les cas, la transformation de Shenzhen en ville à faibles émissions de carbone est souhaitable pour renforcer son statut aux yeux de la NDRC.

L’équipe néerlandaise

  • 9 Martin de Jong, le premier auteur de cet article.

29D’un autre coté, l’équipe néerlandaise, réduite à une seule personne (l’un des tenants du document stratégique9) a dressé une liste de recommandations en identifiant les intervenants côté Pays-Bas impliqués dans le projet, tels que les ministères, les villes, les universités, les centres de recherches, les sociétés d’ingénierie, les architectes et d’autres consultants. Ces données ont été prises en compte dans la création d’une structure de gestion, légère mais solide, garantissant un haut niveau d’engagement administratif par la mise en place d’un Conseil consultatif qui symboliserait l’engagement politique des deux pays. Ce Conseil a été formé sur la base d’une représentation sino-néerlandaise égalitaire dans les organes consultatifs d’experts. De plus cette structure prévoit un traitement préférentiel pour les sociétés néerlandaises compétentes, tout en maintenant une concurrence loyale et un certain niveau de qualité des entreprises internationales. Cela rendrait possible la mobilisation de réseaux de connaissances afin de faciliter la création de l’« open innovation campus ». Il est par contre important de comprendre qu’en Chine, ces initiatives dépendent d’une forte coordination du gouvernement national (et dans une moindre mesure des gouvernements locaux), seul acteur capable de mobiliser les ressources requises. Cette situation est très différente de celle des Pays Bas où ce sont les villes, les universités et les centres de recherche qui s’imposent en la matière. Ces différences sont telles qu’il est à ce stade encore incertain que le GàG soit le meilleur moyen pour mettre en place le « open innovation campus » à Pingdi.

Conclusions

30L’illustration des phases du projet pour le développement d’une éco-cité, à partir de l’idée d’un « living lab », à Shenzhen, a permis de mettre en lumière les dimensions dominant ce genre de projets.

31Il apparaît clairement, d’abord, que la demande par les chinois, concernant les villes écologiques, mise plus sur une réussite économique qu’écologique. En effet, comme on a vu, la croissance du PIB est utilisée comme indicateur pour évaluer le succès des villes et promouvoir les élus. De même, l’exemple de Pingdi montre bien que la recherche et l’éducation, au centre d’un projet de renouvellement urbain, sont aussi jugées sur la base du potentiel économique qu’elles sont capables de générer.

32Ce projet reflète également une tendance plus générale, en Chine, où les villes cherchent à attirer de la main-d’œuvre hautement qualifiée. C’est dans ce but qu’ont été conçus, à Pingdi, les espaces verts, les infrastructures de pointe et les universités de haut niveau. L’idée de combiner l’identité ancestrale Hakka avec une zone bilingue dynamique et moderne, est par ailleurs, un moyen de donner à Pingdi une identité culturelle unique.

33Plus généralement, on peut dire que les arguments initiaux du mouvement d’éco-cité (Roseland 2005, Register 2006, Newman & Jennings 2008) ne coïncident pas tout à fait avec ceux adoptés par la Chine pour évaluer la réussite des projets. Récemment, le gouvernement central a instauré un nouvel indicateur de la réussite des projets d’éco-cité, à savoir la réduction des émissions de CO2. Cela pourrait, à l’avenir, avoir une incidence sur la tendance générale. Pour renforcer cette possibilité, nous citons six principales idées forces autour des projets d’éco-cité (Joss 2011), que l’on peut retrouver aussi à Pingdi : défis environnementaux, pression socio-économique, développement des entreprises, image de marque culturelle, leadership politique et coopération internationale. Cependant, Shenzhen étant principalement (si ce n’est uniquement) intéressée par le développement des technologies de pointe, ce sera cette direction que prendront les futures « open innovations campus ».

34Le troisième point qui vaut la peine d’être mentionné est que le GàG a été perçu comme le moyen pour mettre en place l’« open innovation campus ». Même si une collaboration internationale est certaine, elle s’avère compliquée à mettre en œuvre. Cette expérience a montré que les différences culturelles sont source de malentendus. Côté chinois, par exemple, le gouvernement s’attendait à ce que les autorités néerlandaises soit fortes, leader et qu’elles agissent rapidement ce qui n’a pas toujours été le cas. De même, il est difficile pour une équipe internationale de se retrouver dans le labyrinthe administratif chinois. Il est, par exemple, difficile de comprendre le partage des tâches et les compétences à l’intérieur des différents niveaux du gouvernement, de même qu’il est difficile de saisir le rôle des centres de recherches et des universités. Enfin, les relations entre les autorités gouvernementales et les habitants locaux sont aussi assez « troublantes » pour des occidentaux. Pingdi est un projet entièrement décidé « par le haut » dont les 160 000 résidents actuels du quartier ignorent tout. Pour des occidentaux, cela illustre le fait que le projet est imposé aux citoyens par des dirigeants autoritaires ne tenant aucun compte de leurs droits. Côté chinois, ce n’est pas pareil, car deux possibilités existent, du point de vue des politiques : il peut s’agir soit de dirigeants visionnaires prenant au sérieux les calendriers de réduction des émissions de carbone et s’efforçant d’assainir l’air ; soit de politiciens ambitieux qui veulent renforcer leur pouvoir et avancer dans leur carrière en construisant des villes nouvelles pour augmenter le PIB local.

35Pour conclure, un projet tel que celui de Pingdi peut permettre aux deux parties prenantes d’apprendre l’une de l’autre. On peut dire qu’en Chine il va devenir de plus en plus important d’impliquer les parties prenantes dans le processus de décision politique ; cela concerne notamment l’expérience des politiques de développement urbain par les citoyens. En effet, ils sont de plus en plus nombreux à réclamer des indemnités pour avoir dû renoncer à leurs droits sur l’utilisation des terrains et de l’immobilier (les fameux « pétitionnaires ») et seront également une force avec laquelle il faudra compter à Shenzhen. Les autorités chinoises pourraient à ce niveau bénéficier de l’expérience néerlandaise. À l’inverse, les décideurs politiques néerlandais peuvent aussi tirer profit de cette expérience de Shenzhen, en particulier en matière de détermination de politique et de rapidité d’action, alors que de nombreux projets d’urbanisme et d’infrastructure ont tendance à être paralysés par le manque de détermination et la présence de citoyens résolus à défendre leurs propres droits avec peu de considération pour les intérêts plus larges de la société (de Jong 2012). Par conséquent, le projet sino-néerlandais Shenzhen Ville à faible émission de carbone promet de se transformer en échange mutuel de connaissances et de technologies, les deux parties étant prêtes à tirer profit de cette expérience.

Bibliographie

Jong, M. de (2012). The pros and cons of Confucian values in transport infrastructure development in China, in: Policy and Society 31 (1): 13-24

Joss, S. (2011). Eco-cities: The mainstreaming of urban sustainability key characteristics and driving factors, in: International Journal of Sustainable Development and Planning, 6 (3): 268-285.

Newman, P. and I. Jennings (2008) Cities as Sustainable Eco-Systems: Principles and Practices, Island Press, Washington DC

Next Generation Infrastructures (NGI)/Harbin Institute of Technology (HITSGS)/Dynamic City Foundation (DCF) (2011). A world-class knowledge area: Developing a Special ECO-2-ZONE at the intersection of three cities, Delft/Shenzhen.

Register, R. (2006) Eco-Cities; Rebuilding Cities in Balance with Nature, New Society Publishers, New Gabriola (BC).

Roseland, M. (2005) Toward Sustainable Communities; Resources for Citizens and their governments, New.

Notes

2 NDRC : un super-ministère directement sous l’autorité du Conseil d’État à Pékin.

3 L’éco-cité sino-singapourienne de Tianjin et la ville sino-suédoise de Caofeidian, deux projets bien connus et largement commentés dans le monde, en sont des exemples.

4 Fruit de ce travail a été le document intitulé : « Un espace de la connaissance de niveau mondial : Développement d’une ZONE-ECO-2 spéciale à l’intersection de trois villes » (NGI/HITSGS/DCF 2011) qui dresse l’état de l’art des connaissances écologiques et technologiques et propose des solutions sur mesure pour Pingdi.

5 Elle a été classée parmi le 5 premières zones de Chine en 1980.

6 BYD, Dingoo, G’Five, Hasee, Huawei, JXD, Konka, Netac, Skyworth, Tencent et ZTE.

7 Les principaux quotidiens locaux tels que le Shenzhen Economic Daily et le Shenzhen Daily ont écrit en première page des articles sur quelques-unes des idées proposées par l’équipe et ont interrogé aussi bien les responsables politiques de Shenzhen que les experts chinois et néerlandais ayant participé à l’étude.

8 NDRC : un super-ministère influent à Pékin directement sous l’autorité du Conseil d’État.

9 Martin de Jong, le premier auteur de cet article.

Table des illustrations

Titre Figure 16 : Vue de haut du projet de quartier de Pingdi
Crédits Source : Neville Mars.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15616/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 17 : La chaine industrielle de la connaissance.
Crédits Source : Brainport Eindhoven, 2007
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15616/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Figure 18 : Représentation schématique de la place des open innovations campus dans le futur quartier de Pingdi.
Crédits Source : Neville Mars, (NGI/HITSGS/DCF 2011).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15616/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 19 : Visualisation du futur « open university campus ».
Crédits Source : Neville Mars, (NGI/HITSGS/DCF 2011).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15616/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 478k

Auteurs

TU-Delft et Harbin Institute of Technology Faculty Technology, Policy & Management

TU-Delft et Harbin Institute of Technology Faculty Technology, Policy & Management

TU-Delft et Harbin Institute of Technology Faculty Technology, Policy & Management

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540