Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Deuxième partie : Les espaces de la connaissance : des nouveaux projets pour les universités et les centres de recherche dans des métropoles et des villes moyennes

Préambule : La place des universités et des centres de recherche dans la ville. Des enjeux de projet

Patrizia Ingallina

Testo integrale

Introduction

1Quels types d’enjeux soulèvent-ils les projets d’aménagement universitaire ? Quels sont les rapports entre stratégie générale et projets locaux et quelles nouvelles formes de montage en découlent ? Quelles interrogations nouvelles suscitent ces projets à l’égard de l’attractivité et de la compétitivité des villes ? Enfin, quelles nouvelles attitudes peuvent-ils induire les nouveaux espaces résultant de l’application des nouvelles technologies dans la ville ?

  • 1 Ingallina, P. (2010, 4e éd.), Le Projet urbain, « Que-sais-je ? », Paris, PUF.

2Les démarches stratégiques, traitées dans la première partie de cet ouvrage, trouvent leur ancrage territorial dans des projets urbains1 et architecturaux. Ces projets constituent, en quelque sorte, la partie « tactique », qui permet l’application dans des délais relativement courts, d’une stratégie sur le long terme. La réalisation des opérations, permettra de tester concrètement, par les usages au quotidien, la réussite du projet.

3Prenons le cas de New-York par exemple, illustré dans la première partie. Nous avons vu que la stratégie générale de la ville table sur l’innovation. L’innovation apparaît comme une condition sine qua non pour que cette ville reste compétitive au niveau mondial. La réintégration dans la ville des universités et de la recherche, est un des moyens pour l’atteindre. Cela se traduit par des projets concrets, qui engagent des degrés différents de complexité et peuvent aussi avoir des effets variables sur l’attractivité de la ville.

4On peut identifier trois types d’opérations principales, actuellement en cours à Manhattan :

  • L’extension de l’Université Columbia à Manhattanville, qui prévoit un prolongement de la trame de cette université vers le nord, en direction de Harlem, en respectant par ailleurs les règles de prospect et de densité dans ce quartier ;

  • une opération de densification dans un secteur de Greenwich Village, menée par NYU (New York University), consistant dans l’édification d’immeubles de grande hauteur qui viennent surplomber les bâtiments à hauteur modérée de ce quartier ;

  • la création d’un quartier à vocation universitaire, dans une île principalement à destination résidentielle, l’île Roosevelt destinée à accueillir le futur Campus des Sciences Appliquées, de l’Université Cornell avec Technion Israel.

5Ces trois opérations présentent toutes de multiples enjeux : spatiaux, sociaux et économiques. Mais, alors que la troisième et, d’une certaine manière la première aussi, prennent en compte le contexte dans lequel le projet va s’insérer et on peut noter même un effort d’amélioration de l’image (pour le projet de Cornell sur Roosevelt Island) et d’insertion dans la trame urbaine (Columbia prévoit de respecter les tracés et le gabarit du secteur), il n’en va pas de même pour le projet d’expansion de NYU, qui s’apparente plus à une opération immobilière totalement décalée par rapport aux caractéristiques du quartier. Si la recherche de la compétitivité est une évidence pour les trois cas, la question de l’amélioration de l’image, et donc de l’attractivité, peut se poser en termes conflictuels.

  • 2 Voir à ce propos : http://nyufasp.com/
  • 3 Différemment qu’en France, aux USA la vision stratégique à visée largement économique, prime sur la (...)

6Nous ne nous attarderons plus longtemps sur ces exemples. On précisera seulement que, globalement, ces trois cas suscitent des perplexités, des interrogations et parfois des inquiétudes2, aussi bien du côté des habitants que des universitaires. Ils présentent tous des spécificités tant en termes de conception que de montage (et de phasage) et cherchent à répondre à la fois aux exigences des universités et aux objectifs de croissance de la ville, dans une approche qui se veut très pragmatique, mais qui est, à certains égards, aussi discutable3.

7L’aménagement universitaire soulève beaucoup d’interrogations et présente des enjeux multiples et variés, selon les contextes. Le projet de la forme doit tenir conte d’impératifs et de contraintes toujours nouveaux et évolutifs. La tendance est aux « projets intégrés », au sens large du terme, à savoir qui tendent à englober plusieurs paramètres et fonctions, en même temps. L’analyse de tels projets requiert, de ce fait, une multiplicité de compétences et une pluralité d’angles d’attaque, ce qui s’avère encore être problématique compte tenu de la séparation nette entre les disciplines afférentes à la conception d’un projet (qui demande des compétences spécifiques) et les autres disciplines, comme les sciences sociales ou l’économie. Aussi, les champs disciplinaires sont en train d’évoluer grâce aux apports des NTIC qui ont introduit, entre autres, de nouvelles manières de percevoir la ville et d’utiliser ses espaces. Cela a aussi des répercussions sur le « ressenti » des habitants, en termes de « bien-être », d’efficacité ou davantage de justice sociale (par une participation directe, interactive par exemple, aux choix d’aménagement). Les décideurs, quant à eux, savent bien qu’il ne faut pas négliger le city marketing de différentes manières, le projet est une d’entre elles… etc. Au final, un tableau très complexe et « in fieri » dans une société de la connaissance qui est encore à ses débuts.

Le projet d’aménagement universitaire : un processus

  • 4 Panerai, P., Mangin, D. (1999), Projet Urbain, Marseille, Parenthèses.

8Le projet de l’espace n’est que la partie visible d’un processus plus complexe et articulé, allant de la prise de décision à la conception et réalisation du projet jusqu’à ses usages par les destinataires finaux. Les exemples illustrés dans cette partie confirment aussi que le projet universitaire n’échappe pas à cette logique de processus. Il s’inscrit, en effet, dans des enjeux plus vastes, dépend du contexte dans lequel il se développe et se réalise grâce à des dispositifs divers, dans des temps aussi différents, selon l’importance du projet. On peut dire aussi, avec Philippe Panerai et David Mangin4, que le projet relève de logiques conjoncturelles, basées plus sur la production que sur la conception et en tant que tel, il demande une étude approfondie des processus qui ont permis sa réalisation, plus que du résultat en termes de forme urbaine produite. Autrement dit, pour comprendre un projet urbain, il faut analyser les conditions dans lesquelles il a été possible de le rendre effectif. Tous les projets ici illustrés s’insèrent dans cette logique de restitution de processus, contextes et situations locales.

Formes et enjeux des projets « scientifiques »

9Qu’il s’agisse d’opérations en ville ou de campus extra-urbains, l’aménagement universitaire dépend de différents facteurs et la forme qui en résulte n’est pas due au hasard ni à la simple créativité d’un architecte visionnaire, mais à des logiques complexes, dépendant de différents paramètres (aussi d’opportunités différentes) et s’inscrivant dans la mouvance actuelle de l’économie de la connaissance.

  • 5 Castells, M., Hall, P. (1994), Technopoles of the World. The making of twenty-first industrial comp (...)

10Les espaces ainsi créés diffèrent fortement, comme nous le font remarquer Ali Madanipour et Luis Moya en conclusion de cette partie, allant des pôles technologiques aux bio-parcs aux centres commerciaux et aux clusters technologiques, parfois impliquant aussi une fragmentation excessive du territoire doublée d’un clivage social. Le terme de technopole est par ailleurs ambigu et il est employé par la littérature anglo-saxonne par référence essentiellement à la Silicon Valley (Castells, Hall, 1994).5

  • 6 C’est aussi exprimé dans les entretiens avec les collègues américains, en particulier, avec Sharon (...)

11Puisque l’Université de Stanford a été un des moteurs essentiels au développement de la Silicon Valley, le lien est fait aussi naturellement avec toute autre sorte de projets associant universités/laboratoires de recherche/entreprises6.

  • 7 Il peut s’agir soit de secteur industriels (industries high-tech spécialisées dans la R & D et liée (...)
  • 8 Stratte-Mc Clure, J. (2000). “A French Exception to the Science Park Rule”. Time EUROPE Magazine, 2 (...)

12L’idée sous-jacente c’est que ces pôles contribuent à créer du développement bénéficiant aussi d’un environnement particulièrement favorable7. En France, le cas de Sophia Antipolis est le plus proche de cette idée de technopole, bien qu’il ait été défini comme l’« exception française »8 de par le traitement assez homogène de ses espaces qui ne permet pas de bien distinguer les firmes du reste, engendrant une certaine confusion chez le visiteur.

13Quoi qu’il en soit, dans le temps ces pôles ont aussi intégré différentes fonctions aussi bien résidentielles que commerciales, donnant lieu à une ultérieure segmentation du territoire. Des efforts doivent être faits pour réintroduire une cohérence dans ces espaces, sans pour autant les uniformiser. Aussi, l’introduction de « shopping centers » ou de grandes surfaces dans ces technopôles (aussi dans les pôles technologiques), si d’une part elle permet d’assurer l’équilibre du bilan d’une opération d’aménagement, de l’autre peut aggraver cette segmentation déjà importante.

  • 9 Voir à ce propos : « NFC : accord de financement pour 9 villes et une rallonge de 5 millions d’euro (...)
  • 10 http://ec.europa.eu/information_society/activities/foi/events/fippp/docs/mika-rantakokko2.pdf http: (...)
  • 11 Voire à ce propos : Liberté Mobilité Citoyenneté, Le téléphone mobile NFC au service des territoire (...)

14On peut observer aussi que la notion d’espaces de la connaissance renvoie le plus souvent à celle de « ville numérique » ou de « smart city » donnant lieu à de nouvelles formes de compétition et d’attractivité, qui concernent tant les métropoles que les villes moyennes et petites. Une compétition peut s’installer, par exemple, autour de l’utilisation de MI (Mobilités Intelligentes) car les villes peuvent obtenir des financements pour développer chez elles le système « contactless » (NFC)9. La ville de Oulou (135.000 habitants), en Finlande, en a même fait un outil de marketing s’appuyant sur des valeurs identitaires fondées tant sur la structure physique de la ville que sur ses traditions locales (la relation entre universités, recherche et entreprises, par exemple)10. Cette action a aussi suscité un sentiment de fierté chez les habitants de cette ville. Par ce type d’action on vise aussi davantage d’attractivité touristique, de par la facilité et rapidité d’accès aux informations et de par la construction d’un nouveau paysage urbain.11

15L’impératif de rentabilité maximum des projets vient s’ajouter aux objectifs précédemment illustrés. Depuis que l’attention a été portée sur l’université et la recherche, beaucoup de villes ont cherché à réaliser des projets « scientifiques » pour attirer des flux (de personnes et d’argent), rêvant à une compétitivité parfois exaspérée. Les travailleurs de la connaissance devraient, en quelque sorte, compenser la perte progressive du pouvoir d’achat de la classe moyenne qui ne peut plus consommer comme avant. Les attirer demande un effort remarquable car la compétition est rude, le choix des universités se faisant en relation aussi à leur notoriété et à leur classement dans le « ranking » de Shangai. Nouvelles vitrines de la ville, les universités renforcent leur position dans les territoires et tendent de plus en plus à s’affirmer comme des acteurs clés de l’aménagement.

Spécificité des projets illustrés

16Les projets illustrés dans cette partie sont un exemple de la diversité d’approches et de l’hétérogénéité de démarches concernant l’aménagement universitaire et la création de pôles de recherche tournés vers l’innovation.

  • 12 Roma Tre s’est lancée dans la réalisation d’un secteur universitaire dans l’aire Valco San Paolo, q (...)

17Le premier est le projet d’aménagement d’un campus extra-urbain, celui de l’Università Tor Vergata, la deuxième université publique de Rome, après Sapienza et devant Roma Tre. Ville très étendue, avec une population d’environ 2.800.000 habitants, Rome compte plus de 14.000 étudiants sur un territoire sous-équipé par rapport à la demande en logements, par exemple, mais aussi en infrastructures universitaires et de recherche. D’où la nécessité de multiplier les interventions en ce sens, concernant aussi bien les sièges universitaires12 à l’intérieur de la ville dans le cadre d’opérations de renouvellement urbain, que la création de campus périphériques. Les universités privées elles aussi connaissent des réaménagements (Luiss et Sacro Cuore). Ces projets étaient prévus dès le début des années 1990 et ont pu évoluer s’inscrivant tout à fait dans les logiques actuelles prenant en compte aussi de nouvelles exigences.

18L’article de Marco Tamino, qui est aussi le concepteur de ce Campus, permet de situer les problèmes posés par ce type de projet et introduit une série d’enjeux récurrents, traités de manière plus ponctuelle dans les articles qui suivent.

19Un premier point concerne la nécessité de faire de la clarté en ce qui concerne l’ingénierie de projet : la gestion du processus par un sujet qui en assure le bon déroulement jusqu’à la livraison du projet, la mise en place de dispositifs financiers souples, l’organisation de l’université autour des tâches de maîtrise d’ouvrage et son articulation avec la maîtrise d’œuvre et l’application du partenariat privé/public. On verra que les questions de gestion sont importantes tant au cours de la réalisation de l’opération qu’une fois le campus réalisé (notamment pour empêcher la spéculation immobilière, dans le temps).

20Secondairement, une opération d’une aussi grande dimension permet des économies d’échelle, offrant un nombre d’équipements et de services dont la qualité peut attirer non seulement des chercheurs et des étudiants excellents, mais aussi des visiteurs extérieurs qui pourront dépenser sur place. En particulier, l’offre en logements étudiants et enseignants, services, centres de recherche et universités (7 facultés en tout y sont abritées) couvre 10 % des besoins actuels dans la Capital italienne.

21Troisième aspect, mais pas moins important, la qualité architecturale, la prise en compte de l’environnement et le traitement du paysage. L’accent est mis sur une architecture simple sans pour autant qu’elle soit standardisée, d’inspiration méditerranéenne, ponctuée par des patios ayant fonction de lieux d’échanges. La qualité environnementale et l’épargne énergétique sont obtenues grâce à des « interventions de type passif » (système de cours vertes, brise-soleils..) mais aussi des systèmes à haute performance de la dernière génération (panneaux photovoltaïques, LED, etc). Le campus est bâti à l’intérieur d’un parc où les circulations sont différenciées : les pistes cyclables le traversent de l’extérieur vers l’intérieur alors que d’autres parcours internes sont destinés aux usagers du campus. Le tout dans un souci de perméabilité et de connexion sachant aussi que des dispositifs de sécurité sont prévus pour éviter de pénétrer à certains endroits réservés à la recherche. Un dosage est alors nécessaire entre l’ouverture et le contrôle de certains secteurs du campus.

22Enfin, une limite de ce projet est constituée par son emplacement, à la périphérie de la ville, choix obligé d’une part par la disponibilité de foncier (donation), de l’autre par le plan directeur. Il n’est desservi actuellement que par des bus et des navettes, le métro n’ayant pas encore été réalisé. Or, l’université se nourrit d’échanges et sa présence en ville ne peut que conforter ces relations et améliorer les résultats de la recherche. De plus, il est nécessaire qu’un campus universitaire soit reconnu comme étant une fonction urbaine à part entière.

23Malheureusement, les centres ville manquent cruellement d’espace, ce qui explique que la plupart des sièges universitaires et des centres de recherche se situent à l’extérieur.

24C’est aussi le cas de l’Université Tsinghua à Beijing qui prévoit un nouveau campus à 45 Km. de celui actuel situé dans le centre-ville et classé patrimoine historique, donc doublement difficile à réaménager. L’article de Xiao Xiao Wang et Fenjie Long met en évidence les difficultés de gestion rencontrées par le Bureau de Planification et de Construction du Campus, organisme qui alloue aussi les ressources pour la construction ou la réhabilitation des édifices universitaires.

25Compte tenu de la pénurie des ressources foncières, beaucoup de facultés ne voient pas satisfaite leur demande d’extension. Le choix du Bureau a été de privilégier celles qui présentaient des projets innovants et à caractère international capables de renforcer la compétitivité et d’attirer aussi des chercheurs et des étudiants de haut niveau. Sont également autorisées à construire (en s’étendant sur le site) les facultés capables de lever des fonds (donations, sponsors, droits d’inscription, etc…). Il apparaît clair que les facultés considérées comme moins « efficaces » car moins riches et moins compétitives, pourront difficilement négocier davantage d’espace.

26La gestion des conflits revient aussi à ce Bureau qui souffre, par ailleurs, d’un manque d’information concernant, par exemple, les modes d’occupation des espaces publics par les usagers du campus. Un défaut de coordination avec le service concerné ne permet pas de recevoir cette information. La place des espaces collectifs est aussi un autre élément de conflit car chaque faculté voudrait avoir sa propre salle de conférences, sa cafétéria et sa salle d’exposition. Or, ces types d’espaces sont souvent sous-occupés. Le Bureau encourage alors certaines facultés ou départements autorisés à bâtir à prévoir des salles de cours destinées à des enseignements communs et à la création d’espaces collectifs pour favoriser les échanges (tout en étant plus réservé quant à l’utilité de réaliser des salles de conférences).

27Des difficultés persistent quant aux choix des architectes (on a recours souvent aux mêmes) et de l’emplacement des nouveaux bâtiments. Quant à la concertation elle est quasiment inexistante. À cela s’ajoute aussi les contraintes juridiques car la Ville peut s’opposer à la délivrance du permis de construire, si certaines conditions ne sont pas réunies. Tout cela va avoir une incidence considérable dans la forme architecturale et urbaine du campus, sachant que la composante symbolique est très importante et qu’il faudra donc rechercher la qualité architecturale afin de marquer les esprits des futurs étudiants, dès leur plus jeune âge.

28À Shenzen, l’université intègre un projet d’éco-cité fortement voulu par le gouvernement chinois qui encourage les villes à devenir « respectueuses de l’environnement » et « à faible émission de carbone ». Le profil « écologique » (plus d’espaces verts, moins de pollution) constitue un atout pour l’attractivité des villes chinoises. Aussi en termes de compétitivité, le pari écologique peut s’avérer fructueux en vue de développer des entreprises de haute technologie et de services. L’impératif de rentabilité maximum pousse ultérieurement les villes chinoises à s’inscrire dans cette mouvance car développer des villes écologiques ne peut se faire si non en maintenant la croissance du PIB élevée. Le projet d’éco-cité s’effectue en coopération avec une équipe d’experts néerlandais qui aide à la mise en place de la vision stratégique du secteur destiné à cette opération, dans le district de Pingdi (160.000 habitants). Il est apparu vite que le projet risquait de s’avérer une opération purement et simplement commerciale. L’idée s’est alors fait route d’y intégrer l’université et un « living lab » comme une possibilité pour cette opération d’attirer des jeunes cadres dynamiques et cultivés qui auraient pu apporter une valeur ajoutée à ce territoire, favorisant l’innovation. L’argument sur lequel reposait cette proposition consistait à dire que les universités spécialisées dans ce domaine (environnement, écologie) étaient les mieux placées pour assurer la réussite de l’opération. Naît un « open innovation campus » qui intègre université, centres de recherche, start-up et entreprises de haute technologie.

  • 13 Anne-Lorène Vernay et Chang Yu, sont les coauteurs de cet article.

29L’article de Martin de Jong13, nous renseigne aussi sur les modalités de négociation avec le gouvernement chinois, les différentes méthodes adoptées pour gagner sa confiance et le rassurer, les difficultés d’interprétation et les attentes de part et d’autre, dans le cadre d’une opération menée en coopération avec les Pays-Bas. Globalement, ce projet ressent d’une influence européenne dans la méthode (diagnostic/prospective) et s’inspire aussi des expériences néerlandaise (Brainport d’Eindhoven et Bioscience Park Leiden) appréciées par le gouvernement chinois. On comprend que la Chine est un terrain quasi idéal pour des interventions à caractère expérimental, donnant aussi toute latitude aux professionnels étrangers, une fois qu’ils ont fait leurs preuves.

30La notion d’ouverture a été remise en discussion par le gouvernement russe à l’occasion de la création d’un cluster d’innovation dans la banlieue de Skolkovo, près de Moscou (Pansiouk, Soukharnikov, Zavaleev). Il s’agira d’un lieu offrant des « conditions de travail attractives à des chercheurs, des ingénieurs, des designers, concepteurs de logiciels, managers et spécialistes de la finance » avec l’ambition de produire des nouvelles technologies « capables de se positionner de manière concurrentielle sur le marché mondial ». De ce fait, l’innovation implique aussi une sélection des populations ayant droit à accéder à ce cluster, compte tenu des conditions particulièrement favorables dont ils pourront jouir, qui contrastent fortement avec l’environnement extérieur. L’ouverture est perçue comme un risque parce que ce pôle pourrait attirer des populations et des entreprises « non innovantes » qui bénéficieraient aussi de conditions fiscales avantageuses sans en avoir le droit. De plus, l’innovation pourrait ne pas durer dans le temps. Le choix de l’ouverture a été, enfin, retenue avec des principes de précaution (une surveillance stricte, un emplacement pas trop facile d’accès) et une parcelle de 600 hectares a été désignée pour accueillir la technopole, à Skolkovo. Ce projet a demandé des investissements exceptionnels et la création d’une Fondation pour sa gestion. Un appel d’offres a été lancé en 2010, suite auquel l’équipe française AREP a été sélectionnée. Son projet mise sur le concept de « village urbain », avec des îlots intégrés dans la nature et des espaces opportunément étudiés pour favoriser les échanges et les collaborations éventuelles. On est ici dans le cadre d’une procédure où la maîtrise d’ouvrage est centralisée au niveau de l’État qui crée les dispositifs nécessaires pour le contrôle, le suivi et la gestion de l’opération.

31Le cas du Havre (Sajous, Martinet) nous permet d’aborder les enjeux représentés par la restructuration de l’université dans une ville moyenne dont l’activité principale est liée au port maritime, classé en cinquième position parmi les grands ports de la North Range européenne. C’est aussi un cas particulier de ville n’ayant pas une tradition universitaire. Un IUT s’y installe, dans les années 1960, en ville haute, s’inscrivant dans les principes de l’urbanisme fonctionnaliste et, en 1984, naît l’Université du Havre. L’emplacement choisi assume une connotation symbolique car l’université se situe dans la ville basse, à savoir en position centrale, en contraste avec la tendance de l’époque consistant à créer des campus extra-urbains. Depuis l’université a joué un rôle important pour la ville tant dans la requalification de ses espaces que dans la vie culturelle de celle-ci. Elle se situe en tant qu’acteur clés des aménagements des dernières années, sur le site Lebon où elle contribue à une réorganisation rationnelle du quartier en attirant aussi d’autres équipements culturels et services à cet endroit et elle assume aussi le statut d’université-constructeur avec un rôle moteur dans la stratégie urbaine pour créer le nouveau « Campus Polytechnique et International du Havre Porte Océane » qui regroupe différents acteurs (IEP, École Nationale de la Marine Marchande, INSA etc..) autour du futur PRES Normandie-Université. Bien que l’on ne puisse pas encore apprécier les résultats en termes, par exemple, de diminution du chômage des jeunes, qui reste très élevé (20 %), il faut toutefois observer que l’université est devenue un interlocuteur important auprès des collectivités locales, un élément dynamique dans la valorisation des espaces de la ville. Elle offre aussi des services aux habitants (ouverture de la bibliothèque à des tarifs abordables, initiatives culturelles diverses…) et contribue à créer une nouvelle identité pour la ville di Havre.

Bibliografia

Bailleul, H. (2006), « Du processus de patrimonialisation au marketing urbain : la valeur des territoires urbains comme élément des politiques d’aménagement », Communication au colloque « Dynamiques de valorisation des territoires urbains », Université d’Evry, 2-3 mars.

Bailleul, H. (2008), « Les nouvelles formes de la communication autour des projets urbains : modalités, impacts, enjeux pour un débat participatif. Analyse du rôle des images dans le débat participatif autour de deux projets urbains en France ». In: Métropoles 3.

Brake K., Kress, C. (2011), “Concepts of pride, brand, and communication: architecture, urban design, and knowledge production. Berlin from 1810 to 2010”, in: Int. J. Knowledge-Based Development, vol. 2, No. 2, 2011.

Carrillo, F. (2006), The century of knowledge cities. In Carrillo (Ed.), Knowledge cities: Approaches, experiences, and perspectives. New York: Butterworth – Heinemann.

Castells, M., Hall, P. (1994), Technopoles of the World. The making of twenty-first industrial complex, London & New-York, Routledge.

Castells, M. (1988), “Innovation technologique et centralité urbaine”, in : cahiers de la recherche sociologique, vol. 6, n° 2 (11), Automne 1988.

Dumont, M. et Devisme, L. (2006), « Les métamorphoses du marketing urbain : Euronantes. fr », EspacesTemps. net, http://espacestemps.net/document1831.Html

Graham, S. and Marvin, S. (1996), Telecommunications and the city: electronic spaces, urban places, London, Routledge.

Hoeger, K. et Christiaanse, K. (sous la dir. de), (2007), Campus and the City Urban Design for the Knowledge Society, ETH-DARC, Zurich.

Ingallina, P. (2010), Le projet urbain, « Que-sais-je ? », Paris, PUF.

Ingallina, P., Park, JY. (2005), « City marketing et espaces de consommation. Les nouveaux enjeux de l’attractivité urbaine », in : Urbanisme, 2005 september-october, n° 344.

Kunzmann, K. (2004), “Culture, creativity and spatial planning”in: TPR 75 (4), pp. 363-403.

Leite J. (2011), « Médiation technologiques dans l’espace urbain contemporain, » in : Société 211/1, N° 111.

Musterd S., Murie A. (eds.), (2010), Making competitive cities, Oxford Wiley-Blackwell.

Panerai, P., Mangin, D. (1999), Projet Urbain, Marseille, Parenthèses.

Note

1 Ingallina, P. (2010, 4e éd.), Le Projet urbain, « Que-sais-je ? », Paris, PUF.

2 Voir à ce propos : http://nyufasp.com/

3 Différemment qu’en France, aux USA la vision stratégique à visée largement économique, prime sur la planification spatiale, pratiquement très peu pratiquée, voire inexistante. Une fois la stratégie fixée, les projets sont localisés au gré des opportunités foncières et immobilières. C’est une démarche qui ne manque pas de souplesse, mais qui peut engendrer aussi des problèmes (allant de la possible spéculation à des choix de localisations inadaptées…).

4 Panerai, P., Mangin, D. (1999), Projet Urbain, Marseille, Parenthèses.

5 Castells, M., Hall, P. (1994), Technopoles of the World. The making of twenty-first industrial complex, London & New-York, Routledge.

6 C’est aussi exprimé dans les entretiens avec les collègues américains, en particulier, avec Sharon Zukin et Michael Sorkin (CUNY).

7 Il peut s’agir soit de secteur industriels (industries high-tech spécialisées dans la R & D et liées à la production manufacturière) formés de manière spontanée, soit de parcs technologiques ou encore des « Sciences Cities » (de secteurs planifiés pour promouvoir la recherche scientifique).

8 Stratte-Mc Clure, J. (2000). “A French Exception to the Science Park Rule”. Time EUROPE Magazine, 2, octobre, 2000.

9 Voir à ce propos : « NFC : accord de financement pour 9 villes et une rallonge de 5 millions d’euros », http ://blog. grandesvilles. org/category/telephonie-mobile/sans-contact/.

10 http://ec.europa.eu/information_society/activities/foi/events/fippp/docs/mika-rantakokko2.pdf http://nfctimes.com/company/city-oulu

11 Voire à ce propos : Liberté Mobilité Citoyenneté, Le téléphone mobile NFC au service des territoires, Forum des services mobiles sans contact, Livre blanc des collectivités locales. http://www.prosodie.fr/fileadmin/files_FR/pdf/Relation_client/LivreBlanc-TelephoneMobile-NFC.pdf ; « 17 collectivités présélectionnées dans le cadre de l’appel à projets nfc/ville intelligente, 23 décembre 2011 http://territoires-nfc.forum-smsc.org/territoires-nfc/17-collectivites-preselectionnees-dans-le-cadrede-lappel-a-projet-nfc-ville-intelligente/

12 Roma Tre s’est lancée dans la réalisation d’un secteur universitaire dans l’aire Valco San Paolo, qui prévoit aussi un pôle technologique, des laboratoires de recherche, deux places publiques etc.. Sapienza est concernée par un vaste projet de restructuration territoriale (environ 230.000 m3 et 71.640 m2 de surface) concernant un complexe pour la recherche avec des logements enseignants et étudiants à l’intérieur d’un pôle technologique international de biotechnologie médicale qui se développe, pour un coût de 100 millions d’euros.

13 Anne-Lorène Vernay et Chang Yu, sont les coauteurs de cet article.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540