Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Première partie : La place de la connaissance dans les politiques et stratégies d'aménagement actuelles

Note conclusive : Les territoires face au classement de Shanghai. La place de la connaissance dans les politiques et les stratégies d’aménagement actuelles

Anna Geppert et Anne-Marie Roméra

Texte intégral

Introduction

1Klaus Kunzmann nous le rappelle : l’enseignement supérieur et la recherche sont devenus, aux yeux des acteurs urbains, un levier de développement. Pour autant, de la rhétorique à l’action, le passage ne va pas de soi.

2Dans les stratégies de développement des métropoles, la place accordée à l’innovation est devenue centrale. De plus en plus, les universités et leurs laboratoires, perçus comme des pépinières de projets, sont placés au premier rang des politiques à mettre en œuvre. Pour attirer et fixer sur le territoire les talents et les activités de recherche et développement, les initiatives se multiplient. Sous l’effet de la mondialisation, on voit cependant poindre dans ces démarches un certain mimétisme qui conduit à pousser plus loin l’investigation.

3Analyser l’interface entre économie de la connaissance et territoires renvoie à plusieurs questions.

4Premièrement, celle du jeu des acteurs : les stratégies des universités (Hélène Dang Vu) rencontrent-elles réellement celles des acteurs territoriaux (Peter Newman) ? En d’autres termes, il convient d’analyser finement les rôles de chacun et évaluer quels sont, au bout du compte, les bénéfices de la collaboration pour des acteurs dont les logiques et les temporalités d’action diffèrent. Quelles sont les conditions d’une véritable synergie ?

5Deuxièmement, une question d’échelle : les politiques mises en œuvre à New York (Michael Indergaard) ou en Ile-de-France (Daniel Béhar) sont-elles transposables au-delà du club des villes-monde ? L’intérêt porté par les villes de toutes tailles au développement universitaire repose sur l’implicite que ce dernier stimulera leur compétitivité. La relation université-territoire estelle de même nature dans des espaces moins insérés dans la mondialisation/métropolisation ?

6Enfin, l’inscription physique de l’université dans la ville. Deux approches différentes peuvent être observées. D’un côté, le cluster à la manière de Porter se traduit par des campus, associés à des zones de développement à dominante économique et high-tech. De l’autre côté, le retour des fonctions universitaires en centre-ville et dans le cœur des espaces métropolitains mise sur une relation moins encadrée entre université et acteurs économiques, mais qui autorise une plus grande liberté dans les interfaces, à l’instar de l’opération Paris-Rive-Gauche. Quels sont les mérites de l’une et l’autre approche ?

Stratégies d’acteurs : l’université au centre du jeu, au risque d’une confusion des rôles ?

7Les acteurs territoriaux voient volontiers dans l’université le hub où se tisseraient les relations nouvelles entre les universités et les entreprises, noyau central d’une nouvelle économie de la connaissance. Cependant, les universités, en tant qu’acteurs, ne se saisissent pas toujours de ce rôle qui leur est proposé. Daniel Béhar le montre sur l’exemple de Saclay, en évoquant le handicap que constitue l’implantation géographique actuelle. Michael Indergaard insiste sur l’analyse de la logique d’acteur : qui est impliqué dans l’université, pour quelles raisons, dans quelles circonstances...

8L’état des lieux varie selon les cultures nationales et selon que des relations entre acteurs pré-existent. Les universités anglaises semblent plus confiantes dans leurs compétences en matière de transfert de technologie : quelle est la part de marketing, la part de réalité ? En France, malgré le progrès que représentent les pôles de compétitivité, il reste du chemin à parcourir. Dans l’articulation entre les entreprises, l’enseignement supérieur-recherche et les acteurs institutionnels, les rôles sont-ils toujours bien répartis ?

  • 2 Le Marché International des Professionnels de l’Immobilier.

9Les acteurs publics maîtrisent bien la réponse par l’immobilier, comme l’illustre l’exemple new-yorkais. Nouveaux fleurons des métropoles, les campus trônent aux côtés des tours de bureaux dans les salons professionnels comme le MIPIM2. Plus difficile est la mise en action de partenariats entre universités et entreprises, notamment lorsque la tradition de collaboration fait défaut. Les obstacles peuvent tenir au décalage des temporalités : la recherche s’inscrit dans des calendriers plus longs que le développement. Ils peuvent également être liés à la culture du secret, industriel ou scientifique, parfois justifiée, parfois excessive. Ils tiennent encore aux difficultés de montage des partenariats (financements, ingénierie de projet)...

10L’université comme l’entreprise restent des acteurs qui ont des missions propres, des priorités et un cœur de métier qui sont autant de forces mais aussi de contraintes. Le rapprochement physique ne suffit pas forcément à entraîner les synergies. Le montage des partenariats, l’ingénierie collaborative demeurent des enjeux majeurs. Pour faciliter le dialogue universités-entreprises, des passeurs, des « ensembliers », seraient nécessaires.

Quelle stratégie pour quel territoire ? Des écosystèmes de l’innovation ?

11Les exemples évoqués ici concernent de grands territoires qui se positionnent dans la compétition mondiale. Les autres parties de cet ouvrage font une place aussi aux expériences menées dans des villes moyennes. Le substrat, le capital territorial ne sont pas les mêmes et on peut penser avec Michael Indergaard qu’une économie de la connaissance différente émerge dans une métropole globale, dans une région dotée d’une spécialisation, par exemple high-tech, et des régions structurées par des villes moyennes qui doivent s’adapter aux transformations de leurs économies sous l’effet des mutations mondiales.

  • 3 Science cities : campus scientifiques et clusters dans les métropoles du XXIe siècle. Odile Soulard (...)
  • 4 Mondialisation, des métropoles globales aux mégarégions, in Stratégies métropolitaines. Les Cahiers (...)

12Or, on constate souvent que les positionnements portent sur les mêmes fers de lance, les mêmes secteurs scientifiques. Pourtant, les études menées par l’IAU-IdF sur des Science cities3 comme les expériences relatées dans le présent ouvrage confirment l’importance primordiale du « substrat » territorial, contexte national, régional, urbain... Saskia Sassen4 rappelle que même dans un seul secteur, celui de la finance, la place financière de New York n’est pas celle de Chicago qui bénéficie d’un long passé dans la prestation de services pour l’industrie lourde, et que chacune a ses spécialités.

  • 5 http://competitivite.gouv.fr/un-ecosysteme-des-poles-pour-favoriser-l-innovation-et-lacroissance-30 (...)

13Chaque territoire réalise la synthèse unique entre ses données géographiques et historiques propres et le renforcement de sa base technologique et scientifique. Il fait surgir son modèle propre d’écosystème de l’innovation, selon une expression en vogue. L’appréciation juste et fine de ces substrats territoriaux est une clef essentielle du succès. La politique française voit dans ce substrat une série d’opportunités foncières et de dispositifs collaboratifs. Un peu réductrice, cette vision ne présente pas l’épaisseur suffisante pour nourrir une véritable stratégie territoriale. La représentation qui en est présentée sur le site Internet des pôles de compétitivité l’illustre : le territoire demeure une strate fine, que l’Écosystème de pôles de compétitivité 2.0 traverse plus qu’il ne s’y enracine5.

Le genius loci

14La difficulté tient en partie à l’interface entre les échelles spatiales. La stratégie de positionnement territorial s’inscrit dans une échelle mondiale, nationale ou régionale. Le projet s’enracine dans un lieu. Faut-il privilégier des lieux spécifiquement dédiés à l’économie de la connaissance (campus, cluster...), qui offrent l’avantage fonctionnel de la co-présence des laboratoires, ou des implantations diffuses dans les cœurs métropolitains, qui présentent l’avantage de la diversité urbaine ? À Londres, pour une série d’implantations universitaires diffuses, le discours met en avant la métropole dans sa globalité. À Saclay, l’ambition est de rapprocher physiquement les acteurs sur un plateau qui deviendrait un campus/cluster élargi.

  • 6 Cf. Science cities op. cit.. Zurich: ETH Science city et Zurich Ouest. Odile Soulard, Laurent Perri (...)

15La solution n’est pas unique. Elle doit répondre à la fois aux besoins fonctionnels des unités de recherche et aux attentes des usagers que l’on souhaite attirer. Outre la notoriété de l’équipe scientifique qu’il rejoint, chacun souhaite trouver sur son lieu de vie des aménités territoriales. Les projets les plus novateurs prennent en compte ces attentes, parfois par des règles d’aménagement très finement étudiées et qui résultent d’une large concertation, comme à Zurich6. L’attractivité, l’acceptabilité des lieux prennent un relief que l’on n’attendait pas forcément. Ainsi, autour de Saclay, les stratégies résidentielles diffèrent selon l’âge des chercheurs : jeunes, ils veulent résider à Paris. Plus mûrs ils seront plus sensibles aux charmes de la vallée de l’Yvette.

16Cet exemple appelle à réfléchir en terme de complémentarités. L’université en cœur de ville doit pouvoir trouver les équipements et fonctionnalités du siècle, tandis que campus et clusters auront d’autant plus de chances de réussite qu’ils seront étroitement liés à une vie et à un cœur métropolitains. Dans les deux cas de figure, la métropole, avec son génie des lieux, joue un rôle essentiel.

Une inscription dans le temps long

17En matière d’aménagement universitaire, les modalités de l’action publique ont changé depuis une vingtaine d’années. La place de la connaissance dans les politiques et les stratégies d’aménagement a elle-même évolué. À la fin du XXe siècle, le soutien à l’enseignement supérieur était largement associé à la volonté de développer une offre de formation pour les habitants. Le développement parallèle de techno-parcs et technopoles misait sur la proximité physique, mais le soutien au montage de projets collaboratifs demeurait modeste, centré sur des structures comme les Centres Régionaux pour le Transfert de Technologie (CRITT). Aujourd’hui, avec les pôles de compétitivité, nous voyons émerger des approches plus intégrées, qui restent à consolider.

18Le recul manque pour évaluer précisément les effets de ces politiques puisque le processus de clustérisation nécessite une maturation, une sédimentation qui s’inscrivent dans le temps long. Par ailleurs, l’objet même de l’évaluation mérite d’être décliné : le projet universitaire, ses effets en matière de positionnement des territoires dans l’économie-monde, ses effets sociétaux et culturels locaux, avec notamment le risque d’une fragmentation urbaine renforcée. La connaissance aura trouvé sa juste place dans les politiques et les stratégies d’aménagement lorsque nous aurons la capacité de prendre en compte conjointement l’ensemble de ces dimensions et de leurs relations.

Bibliographie

Cf. Science cities op. cit. Zurich: ETH Science city et Zurich Ouest. Odile Soulard, Laurent Perrin. IAU Île de France 2010

http://competitivite.gouv.fr/un-ecosysteme-des-poles-pour-favoriser-l-innovation-etla-croissance-303.html Consultation 29.03.2012.

Mondialisation, des métropoles globales aux mégarégions, in Stratégies métropolitaines. Les Cahiers de l’IAU Île de France. Juin 2009.

Science cities : campus scientifiques et clusters dans les métropoles du XXIe siècle. Odile Soulard, Laurent Perrin. IAU Île de France 2012.

Notes

2 Le Marché International des Professionnels de l’Immobilier.

3 Science cities : campus scientifiques et clusters dans les métropoles du XXIe siècle. Odile Soulard, Laurent Perrin. IAU Île de France 2012.

4 Mondialisation, des métropoles globales aux mégarégions, in Stratégies métropolitaines. Les Cahiers de l’IAU Île de France. Juin 2009.

5 http://competitivite.gouv.fr/un-ecosysteme-des-poles-pour-favoriser-l-innovation-et-lacroissance-303.html Consultation 29.03.2012.

6 Cf. Science cities op. cit.. Zurich: ETH Science city et Zurich Ouest. Odile Soulard, Laurent Perrin. IAU Île de France 2010.

Auteurs

Université Paris IV - UMR 8185 et IAU-IdF (Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile de France)

Université Paris IV - UMR 8185 et IAU-IdF (Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile de France)

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540