Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Première partie : La place de la connaissance dans les politiques et stratégies d'aménagement actuelles

L’engagement ville-université en faveur des industries créatives : quel projet pour améliorer l’attractivité et l’interaction ? Le cas de l’Australie

David Charles

Texte intégral

Introduction

1Les responsables politiques, qui accordent beaucoup d’intérêt au concept d’économie de la connaissance, considèrent de plus en plus les universités comme l’un des acteurs essentiels pour la production de connaissances. Il s’en suit que les gouvernements, à tous les niveaux, essayent d’impliquer les universités dans des projets de développement territorial basés sur la connaissance. Beaucoup d’efforts ont été faits en ce sens, concernant les activités scientifiques et technologiques. Mais, récemment on tend à élargir la cible, prenant en compte aussi les secteurs créatif et culturel considéré comme important pour améliorer l’attractivité de certains quartiers et pour créer de la valeur. Les universités répondent à cet appel de manière opportuniste car elles y voient la possibilité d’obtenir des investissements et de pouvoir améliorer leur attractivité ainsi que celle de la ville. Des projets ont vu le jour avec de nouveaux investissements prenant en compte, en plus des infrastructures d’enseignement et de recherche, l’amélioration des conditions d’accès au public et aux partenaires de l’industrie. Ce changement de perspective, qui voit le passage de l’université de la « tour d’ivoire » à une institution bien plus ouverte et plus engagée professionnellement et socialement, s’inscrit dans les projets d’extension de certains campus où les activités universitaires s’insèrent dans des périmètres urbains avec une multiplicité de fonctions et de partenaires. L’ouverture physique de l’université ne peut que faciliter le changement de sa culture interne.

2Actuellement, les universités font l’objet d’une pression constante de la part des organismes financeurs et des acteurs qui sont parties prenantes, pour étendre leur échelle et leur portée tout en adaptant leurs propres besoins à leur environnement social. Des changements notables s’imposent, si l’université veut continuer à prospérer dans un environnement de plus en plus tourné vers le marché. Ces changements sont multidimensionnels :

  • Un plus large panel d’activités, en étendant l’échelle de ses fonctions, pour rendre l’université capable d’offrir une plus grande variété de programmes spécialisés pour répondre à la demande,

  • De nouvelles structures de management garantissant l’efficacité et la des prestations effectuées,

  • Un recentrage autour des secteurs de croissance et la prise en compte de nécessité de répondre à la demande des industries-clés,

  • Une nouvelle conception de l’université au plan physique (et virtuel) pour mieux soutenir son engagement vis-à-vis d’une plus grande diversité de partenaires.

3Face au défi présenté par la construction de liens avec l’industrie et avec la société au sens large, beaucoup d’universités tendent à concentrer leurs activités hors du cadre universitaire proprement dit, ce que Burton Clark (1998) appelle ‘ developmental periphery’.

4Ce concept définit à la fois une gamme qui va de l’industrie de liaison à des unités de sensibilisation qui sont généralement séparées des facultés universitaires et de nature éphémère. Au fil du temps, les choses ont changé. Les universités ont cherché à mieux intégrer leurs activités d’engagement social et professionnel dans celles principales d’enseignement. Cela a eu des effets aussi bien sur l’organisation de l’activité que sur la conception des espaces de l’université (cf. Benneworth, Charles and Madanipour, 2010).

5Cet article cherche à expliquer les raisons qui ont amené les universités à refaçonner leur organisation interne et leurs infrastructures matérielles pour renforcer le lien avec un secteur particulier, celui de l’industrie créative (Cornford et al 2001). Il examine les modalités de mise en œuvre de ces changements et souligne l’importance du rôle des responsables politiques et les défis que doit relever l’institution académique. À travers l’expérience australienne, il s’agit de questionner le rôle de l’université dans ce processus de changement et d’identifier son positionnement : agent réactif à des pressions externes ou leader potentiel dans la promotion des industries créatives ?

6Dans ce processus de réorganisation des universités, bâtir des programmes est un des moyens pour renforcer la collaboration avec les industries créatives et pour répondre aux besoins et aux opportunités des partenaires externes.

7La plupart des activités renforçant l’engagement universitaire vis-à-vis du « business » ont pour cible le secteur scientifique et de l’ingénierie, et notamment les industries dont l’activité est alimentée en grande partie par les découvertes scientifiques, comme les entreprises du secteur des biotechnologies.

8De nouveaux centres de recherche ont été créés pour concentrer les efforts sur des découvertes susceptibles de déboucher sur des développements commerciaux et toute une série d’activités de transfert de connaissances ont été lancées.

9D’autres formes de collaboration entre les universités et un vaste éventail de partenaires sociaux sont également récurrentes (Charles and Benneworth, 2001). L’aspect le plus significatif de ce type de collaboration est sans doute une prise de conscience accrue des universités agissant comme des sociétés, de l’intérêt de bâtir des alliances avec des partenaires-clés (Chatterton et Goddard, 2000). En effet, alors que par le passé les relations extérieures se nouaient principalement entre des universitaires et des entreprises, aujourd’hui les universités s’intéressent de plus en plus à des partenariats impliquant plusieurs facultés et des consortiums d’entreprises publiques ou privées. L’engagement n’est plus laissé à des universitaires isolés : la responsabilité du développement de stratégies et des partenariats à tous les niveaux de l’université incombe maintenant aux dirigeants (Charles, 2003).

10Un exemple de cette nouvelle approche consiste dans la manière dont les universités sont en train de repartir leurs activités au sein des clusters industriels (Charles, 2007). Ces initiatives basées sur les clusters, permettent aux universités de rassembler différentes sources de financement ainsi qu’une gamme d’interventions de type différent – recherche, activités d’extension des technologies, développement de compétences, placements etc... De plus, elles peuvent aussi coincider avec les intérêts stratégiques de développement économique des gouvernements, en particulier à l’échelle régionale. C’est une opportunité pour les universités qui peuvent bénéficier de fonds régionaux supplémentaires pour leurs infrastructures, ce qui ne serait pas possible concernant des projets isolés d’échange de connaissances. Un type particulier de cluster, identifié par beaucoup d’universités comme un partenaire primordial, est celui des industries créatives. Cet article illustre un certain nombre d’exemples d’interventions stratégiques des universités dans les industries créatives, des interventions qui vont bien au-delà des liens tissés avec une entreprise spécifique.

11La première partie de l’article passe en revue les études sur l’engagement des universités, pour se focaliser sur les initiatives liées aux clusters d’innovation et à la restructuration de l’organisation des universités pour répondre aux risques et aux opportunités externes. Il illustre ensuite le cas d’une réalisation en Australie, mettant en évidence les différents types de stratégies qui se dessinent actuellement et la nature du dialogue entre l’université et ses principaux partenaires. L’article termine sur des considérations à propos des implications pour les universités analysées et du partenariat avec les industries créatives dans leurs villes.

1. L’université face à l’engagement professionnel : des firmes aux clusters

12Une grande partie des travaux sur les relations entre l’université et l’entreprise est axée sur la commercialisation de la propriété intellectuelle des universités par le biais de licences ou d’entreprises créées par essaimage (spinoff) (cf.., par ex., Agrawal, 2001). Les universités sont considérées comme sources de nouvelles idées qui peuvent être commercialisées suite à leur transfert à l’industrie, sous une forme qui permet au partenaire industriel de s’en approprier les avantages, généralement par le biais d’un brevet ou, pour les logiciels, d’un copyright. Bien que les études soulignent souvent le rôle des brevets, on reconnaît toujours que l’apport le plus significatif des universités à l’échange de connaissances est l’éducation des diplômés qui sont ensuite embauchés par l’entreprise.

13Il existe différentes formes d’échange ou de transfert des connaissances, que l’on peut répartir dans les catégories suivantes :

  • les différentes formes de production conjointe des connaissances (par ex., la recherche collaborative) ;

  • l’échange d’informations (codifiées, comme les brevets, ou des formes tacites plus informelles d’échange, dans le cadre de prestations de conseil ou de cours) ;

  • les échanges de personnel (personnel détaché, adjoints) et la création de nouvelles entreprises (par des diplômés ou des universitaires) (Charles et Howells, 1992).

14Dans les industries créatives, les formes de transfert des connaissances peuvent être plus variées que dans les entreprises pharmaceutiques, par exemple, où la connaissance est davantage codifiée sous forme de brevets. Dans les industries créatives, l’échange de connaissances est davantage centré sur les compétences et la connaissance implicite, bien qu’il puisse y avoir également des copyrights dotés d’un potentiel commercial. Il existe peu d’études sur la commercialisation dans les industries créatives (Flew, 2010) et les universités semblent avoir été moins actives dans le développement de structures de soutien à la commercialisation destinées à ce type d’industries (Hearn, Cunningham et Ordonez, 2004).

15La nature de l’échange de connaissances est influencée par celle de la connaissance et des moyens par lesquels elle est produite. Gibbons et al (1994) font remarquer que le terme « production de connaissance de mode 2 » désigne la connaissance produite en ayant à l’esprit son application, qui pourrait, donc, être transférée plus facilement à l’université. Les caractéristiques de la production de connaissance de mode 2 incluent la transdisciplinarité, des compétences hétérogènes, la responsabilité sociale, la réflexivité et le contrôle de la qualité par des acteurs extérieurs à l’université. À partir de ces caractéristiques de base, nous pouvons affirmer que la caractérisation de mode 2 convient parfaitement à de nombreux arts créatifs, notamment dans le domaine des nouveaux média où les interactions entre l’université et la culture de masse sont nombreuses. Selon Gibbons et al, les sciences humaines ont toujours été très engagées vis-à-vis de l’industrie créative.

16Si les universités n’ont pas montré un grand intérêt, jusque-là, vis-àvis des industries culturelles et créatives, c’est sans doute parce qu’elles considéraient que c’était superflu compte tenu du bon niveau d’intégration et de contextualisation des activités artistiques et créatives. Cette situation est en train de changer. Actuellement, on consacre une plus grande attention à l’engagement professionnel et social et à la commercialisation. Les universités reconnaissent de plus en plus que les industries créatives sont une opportunité. Elles cherchent donc à les intégrer dans leurs propres stratégies de commercialisation (Universities UK, 2010). La volonté des universités de mieux contrôler les revenus générés par la commercialisation se développe de pair que l’intérêt pour l’exploitation du copyright. Cette dernière n’apparaissait pas auparavant parmi les éléments qui régissent la propriété des travaux universitaires par leurs auteurs. Les universités semblent également penser que leur « business engagement » vis-à-vis de l’industrie de la culture et de la création soit un facteur positif, qui peut stimuler la participation dans l’Enseignement Supérieur et aider à construire des alliances stratégiques avec les partenaires locaux, les autorités municipales, par exemple.

17On peut analyser plus finement la nature de la collaboration entre l’université et les industries créatives si l’on considère les processus d’apprentissage socialisé dans les pratiques professionnelles (Gertner et al, 2011). Le travail des professionnels créatifs se fonde, en majorité, sur des pratiques affinées par l’expérience et la collaboration : par conséquent, le transfert de connaissances relatif aux changements intervenus dans ces pratiques pourra être davantage facilité par des réseaux informels et des projets conjoints. Ces communautés de pratiques (Wenger, 1998) dans les industries créatives se limitent rarement à une seule entreprise. Elles rassemblent, le plus souvent, des personnes qui partagent certaines pratiques soit par le biais de réseaux informels (musiciens rock ou développeurs de média numériques), soit par l’intermédiaire d’associations professionnelles (architectes). Les universitaires font souvent partie de ces communautés et opèrent dans de nombreux cas « à cheval » entre l’université et le secteur public ou privé. C’est la raison pour laquelle, un grand nombre de transferts de connaissances ont lieu à travers le processus d’apprentissage socialisé.

18Ceci n’exclut pas, toutefois, des mécanismes plus formels de promotion des échanges de connaissances par la mise à disposition d’espaces à l’intérieur desquels les professionnels créatifs peuvent se rencontrer et travailler ensemble.

1.1. La réorganisation des universités et les disciplines créatives

19L’analyse du fonctionnement de la communauté de la connaissance des industries créatives montre qu’il y a interaction de disciplines. Des artistes comme les musiciens, par exemple, ont l’habitude de travailler sur des projets avec d’autres artistes et des professionnels divers (acteurs, danseurs, développeurs de jeux électroniques, agences de publicité etc.). La tendance est donc à une plus grande intégration entre les activités de l’industrie créative, les plus diverses (Cornford et al, 2001). De quelle manière peut-on concilier cela avec la tradition universitaire, fondée sur l’enseignement monodisciplinaire ? Il s’agit de mieux connaître les nouvelles dynamiques à l’œuvre au sein des universités, qui affectent leurs modalités d’organisation dans le cadre de leur engagement avec cette industrie.

20Autrefois, les universités se structuraient soit autour d’une chaire (ou d’un professeur et de son équipe), soit autour de facultés. Le premier cas concerne les universités allemandes, fondées sur le modèle humboldtien, alors que les universités américaines et britanniques de la fin du 19e et du début du 20e siècle s’inscrivent dans le deuxième (Delanty, 2002).

21Dans le temps, les disciplines affirment davantage leur identité au-delà de l’université, par l’intermédiaire des sociétés savantes et des publications, devenant le modèle d’organisation principal du savoir. Ainsi, naissent les facultés de musique, arts plastiques, architecture, suivies plus tard d’autres disciplines plus proches du design et des arts appliquées, telles que la mode, le graphisme ou les médias numériques.

22La transformation de l’université en ce que Kerr appelle « multiversité » (Kerr, 2001) est caractérisée par une très grande variété de faculté. Mais, les institutions multidisciplinaires, telles que l’Université du Sussex, fondées dans les années 1960, sont considérées comme « radicales » et innovantes et ne font que peu d’émules.

23La volonté actuelle de restructuration générale des universités se heurte à la tradition conservatrice des facultés avec des répercussions non indifférentes sur ces dernières.

  • La pression financière remet en question la viabilité des plus petites facultés ; cela conduit à en fermer certaines et à la fusion d’autres dans de plus vastes unités multidisciplinaires, au sein desquelles les disciplines peuvent survivre dans le cadre de diplômes combinés ou en tant qu’options.

  • Le développement, au sein des universités, de stratégies inspirées de plus en plus du management se traduit dans un renforcement des structures hiérarchiques (dotées d’un moindre nombre d’unités de rattachement) et dans le choix de managers comme directeurs d’unités, avec un plus fort esprit managérial – donc moins nombreux, mais avec des fonctions managériales élargies.

  • La restructuration est aussi nécessaire pour répondre aux besoins des employeurs et des institutions de recherche partenaires qui sont souvent tournés vers l’interdisciplinarité.

24Ces pressions s’insèrent aussi dans la logique de type « mode 2 » déjà évoquée, où la production des connaissances universitaires doit se structurer dans des contextes définis par le monde extérieur. D’où la pression subie par les universités pour mieux répondre aux exigences de l’industrie en matière d’interdisciplinarité des connaissances.

25Les effets de ces pressions se font sentir aussi en Australie.

26Dans ces années, un grand nombre d’universités australiennes font l’expérience de la restructuration dans l’objectif principal de réduire le nombre de facultés, sans pour autant devoir réduire le nombre de disciplines. Dans la majorité des cas ces réductions ont concerné peu de facultés (passant par exemple de 4 à 3) chaque faculté contenant un moindre nombre d’écoles multidisciplinaires. Les facultés de design et d’arts plastiques, par ailleurs, ont subi un impact négatif et certaines ont même risqué de fermer (les facultés de musique, par exemple, qui sont souvent considérées comme petites et peu rentables). Le plus souvent elles ont été regroupées au sein de plus grandes facultés. Cela a conduit, dans certains cas, à la création de nouvelles structures intégrant les arts créatifs, comme illustré de suite.

2. Le cas de l’Australie : Brisbane

  • 1 L’auteur fait référence à ses travaux de recherche et à ses séjours en Australie pour les effectuer (...)

27L’exemple des universités australiennes, ici traité, est issu de nos études récentes sur l’engagement des universités au niveau régional et de recherches menées sur place1. Ces études mettent l’accent sur les évolutions intervenues dans les états du South East Queensland et de Victoria, qui ont été deux sites dont l’activité de soutien à l’industrie culturelle et créative a été notable. On peut considérer que ces deux cas sont particuliers et qu’on ne peut pas généraliser. Toutefois une analyse des stratégies des universités que nous avons menée à plus vaste échelle a bien montré que les autres institutions suivent des voies similaires. Étant donné la variété de l’offre en termes de disciplines universitaires, de points forts, de contextes régionaux et de situations, sélectionner une université particulière est un choix ardu.

28Le choix de ces deux cas se justifiait aussi par la présence d’universités particulièrement dynamiques et particulièrement engagées vis-à-vis de l’industrie et de la région.

29Un certain nombre d’universités cherchent actuellement, en Australie, à élever le niveau des arts créatifs ainsi que leur lien avec l’industrie et la communauté environnante. Bien que certaines universités aient conservé le modèle traditionnel des facultés de musique ou d’arts plastiques (et notamment dans les vieilles universités basées sur la recherche), d’autres ont poursuivi des stratégies intégrées d’arts créatifs avec des liens avec les arts traditionnels, le design, la mode, les nouveaux média et le spectacle. La Queensland University of Technology a initié ce processus au niveau national avec la fondation d’une faculté dédiée aux industries créatives et la construction d’un nouveau campus, décrit plus loin. En revanche, d’autres universités ont créé des écoles ou des diplômes interdisciplinaires d’arts créatifs plus génériques, comme la James Cook University, l’University of Southern Queensland et l’Université Charles Darwin. D’autres universités ont également mis en place des stratégies d’implantation géographique dédiées. La Griffith University, par exemple, a implanté son Queensland College of Art et son Queensland Conservatorium à proximité du complexe d’art et de loisirs de South Bank, à Brisbane, plutôt que sur son propre campus situé en banlieue, tandis que l’University of Melbourne a effectué, dernièrement, de gros investissements pour la construction du Victorian College for the Arts, dans le quartier des arts et de la culture de la Southbank, à Melbourne. Enfin, le RMIT, également situé à Melbourne, construit actuellement un bâtiment dédié à la Plate-forme du Design pour favoriser les liens avec l’industrie du design.

30L’étude de cas relative à la Queensland University of Technology (QUT), à Brisbane, est l’exemple le plus parlant de la transformation organisationnelle et du rôle central que jouent les industries créatives dans une nouvelle forme de développement du campus destinée à stimuler la collaboration avec l’industrie. Cette approche a également contribué à élever le niveau des industries créatives dans le cadre de la stratégie de développement économique de l’État.

2.1. Le Quartier des Industries Créatives de Brisbane

31La Queensland University of Technology (QUT), à Brisbane, est un exemple intéressant de la manière dont certaines universités répondent au défi posé par les industries créatives. La QUT est un ancien institut technologique situé dans le centre de Brisbane, une ville d’environ 1.5 millions d’habitants, au centre d’une plus vaste région d’environ 2.7 millions d’habitants. Cette université a une forte orientation « professionnelle » – son slogan est « a university for the real world » (une université pour le monde réel) – mais aussi de très bons résultats en matière de recherche et se place autour de la dixième place en Australie en termes de volume de revenus de la recherche. Le principal campus universitaire se trouve à Gardens Point, sur les rives du fleuve, en centre-ville, juste à côté du Parlement de l’État, un deuxième campus important étant situé à Kelvin Grove, à l’opposé du centre-ville, à environ 2 km. La QUT a effectué un travail remarquable, non seulement en ce qui concerne la restructuration de son organisation autour du concept d’industries créatives, mais aussi pour la qualité architecturale du nouveau campus qu’elle a construit, avec une importante participation financière externe.

32Brisbane-SEQ (South-East Queensland) est passée d’une population de 1.56 millions d’habitants, en 1986, à 2.13 millions, en 1996, et devrait atteindre 4 millions d’ici 2026 (Guhathakurta et Stimson, 2007, 134). Entre 1990 et 2005, Brisbane a enregistré une croissance de 56 % en termes d’emploi, un chiffre supérieur à celui de toutes les autres villes australiennes. Cette croissance est due à d’autres facteurs que la simple situation géographique favorable et l’envie d’un travail moins stressant qu’à Sydney et à Melbourne. L’esprit d’entreprise semble avoir joué un rôle essentiel à cet égard : en 2004, 29 % de la richesse, selon le « Classement des Jeunes et Riches », était concentrée à Brisbane contre 28 % à Melbourne et 21 % à Sydney (Salt, 2005). Cette croissance a été associée à une nouvelle démographie, la « classe créative » théorisée par Richard Florida ayant créé une forte demande de nouveaux appartements en centre-ville, restaurants à la mode et d’une nouvelle économie dans le centre de Brisbane. En d’autres termes, Brisbane et le South East Queensland reflètent les tendances nationales dans le secteur de l’emploi en Australie : un faible niveau d’emploi dans l’industrie et un très bon niveau dans les services.

• La création de la Faculté des Industries Créatives

33La stratégie en matière d’industries créatives de la QUT naît dans les années 1990. Les années 2000 ont vu sa réalisation. La faculté d’Arts Plastiques de la QUT est née, dans les années 1990, de la fusion avec des activités disséminées sur les deux principaux campus et un troisième site, plus petit, dans la partie nord de la ville, à Carseldine. L’université est née de cette fusion. Les arts plastiques ont été suivis plus tard des médias, du cinéma, de la télévision et du journalisme, provenant de la Faculté de Business (Klaebe, 2006, 106). Le vicerecteur de l’université de l’époque et son adjoint souhaitaient repositionner l’enseignement de l’art et le connecter davantage aux nouvelles technologies de communication, le vice-recteur Dennis Gibson faisant pression pour la création d’une faculté d’Industries Créatives. Un nouveau doyen, John Hartley, recruté en Grande Bretagne, a apporté l’expérience du travail réalisé dans ce pays sur le rôle des industries créatives dans l’économie ainsi que l’enthousiasme du gouvernement de Tony Blair pour ce secteur (QUT, 2010).

34L’enseignement d’Industries Créatives de la QUT, lancé en 2001, comprenait les matières suivantes : spectacle, animation, écriture, mode, cinéma et télévision, journalisme, média, musique et arts visuels, faisant toutes partie d’une seule Faculté et réparties dans des départements, avec un centre de recherche pour l’ensemble de la faculté, le Centre de Recherche sur les Industries Créatives et le Centre d’applications.

35« L’idée consistait à réunir, d’un côté, les arts créatifs et du spectacle, en termes de talents individuels, et, de l’autre, les médias et le journalisme, à une échelle industrielle. Il s’agissait de faire converger ces deux éléments en les plaçant dans le contexte des nouvelles technologies, des nouveaux médias, des nouveaux contenus etc. – en permettant ainsi aux talents présents dans les différents domaines des médias de fusionner. Cela nous a donné un but et je crois que c’était très juste, pour une université technologique, de choisir d’enseigner les arts de cette façon. » (Hartley, cité in Klaebe, 2006, 107)

• La Zone d’Industries Créatives de Kelvin Grove et le Village Urbain

36Parallèlement au développement de la faculté, l’idée de construire un nouveau campus ou d’étendre le campus existant commence à s’imposer, le projet étant formulé selon ces deux alternatives. Il y avait, dans les années 1990, à côté du campus de Kelvin Grove de la QUT, un grand terrain vague, occupé majoritairement par des friches militaires, entouré d’édifices dégradés. Certaines parcelles étaient de propriété de l’État et de la municipalité, d’autres de propriété privée. C’est dans ce contexte que la QUT achète différents sites, dont certains encore occupés par des immeubles d’habitation. Lorsque les casernes ferment, la QUT conclu un accord avec le Commonwealth pour l’achat du site, les gouvernements des différents états ayant, toutefois, un droit de préemption à cet égard. Le Ministère du Logement du Queensland décide d’exercer son droit de préemption et d’acheter le terrain, en imaginant, dès le départ, le site comme un complexe à usage mixte destiné en partie à la construction de HLM et à d’autres activités, parmi lesquelles l’université (Klaebe, 2006). Cette aire deviendra la Zone des Industries Créatives.

37« Nous avons donc proposé, dès le début, une solution qui, par rapport à la tradition des universités australiennes, était radicalement différente : un nouveau quartier urbain, à Kelvin Grove, rassemblant, en un même lieu, l’université, des logements mixtes, des magasins et d’autres activités diverses. Les rues du quartier allaient devenir également des espaces ouverts de l’Université » (John Byrne, Directeur de l’Urbanisme du Ministère du Logement, cité in Klaebe, 2006, 87).

38Les plans élaborés pour le Village Urbain de Kelvin Grove, en 2000, sont le résultat de la collaboration entre l’État et l’Université et de négociations complexes en matière de péréquation foncière, d’aménagement (entre autres concernant le classement des casernes dans la Liste des Monuments Nationaux) et de mise en état du site (Klaebe, 2006).

39Le Vice-recteur, qui s’intéressait à la ville et au débat sur la créativité, souhaitait développer de nouvelles installations pour la Faculté d’Industries Créatives et le village de Kelvin Grove lui semblait être le site idéal à cet égard. Sa vision du campus, de son architecture et des relations avec l’espace autour, lui avait été inspirée par son épouse qui était architecte-paysagiste et enseignait à la QUT (elle a redessiné quelques-uns des espaces communs de l’université). L’enthousiasme pour un nouveau type de campus dédié aux industries créatives et lié au logement et à l’industrie venait d’en haut. L’idée a été parfaitement « vendue » au Premier Ministre de l’État, Peter Beattie, à une époque où l’État était justement en train de lancer une nouvelle stratégie d’État Intelligent, centrée sur le développement économique basé sur la technologie (Queensland, 2000a, 2000b). Lors de son lancement, cette stratégie n’incluait pas encore les industries créatives, mais, grâce à un lobbying efficace de la part de l’université, l’État décide d’investir 15 millions $ dans la Zone dédiée aux Industries Créatives dans le cadre de sa Stratégie d’État Intelligent. L’annonce est faite en Grande Bretagne, en 2001, à l’occasion d’une réunion avec NESTA (Beattie, 2000). Les industries créatives deviennent par la suite un élément important de cette stratégie.

40L’arrivé sur ce site de la compagnie théâtrale « La Boite Theatre Company », très connue à Brisbane, a été un événement crucial et une opportunité. Son théâtre ayant été démoli dans le cadre d’un autre grand projet d’aménagement, cette compagnie reçoit ainsi l’extraordinaire opportunité de s’installer dans un tout nouveau théâtre, construit sur mesure et intégré dans le Quartier des Industries Créatives. C’est une opportunité certes pour la compagnie mais aussi pour ce nouveau quartier qui se voit offrir un équipement culturel attractif. Par ailleurs, l’espace théâtral allait pouvoir être partagé avec l’université, bien que celle-ci dispose déjà d’installations pouvant être mises à la disposition d’organisations partenaires et des industries créatives.

  • 2 http ://creativeenterprise.com.au/about-us/corporate-profile/ consulté le 9/6/2011

41Les entreprises sont également prises en compte à travers une agence de développement des entreprises créatives, appelée QUT Creative Enterprise Australia (CEA), qui apporte son soutien aux start-up – en diplômés et anciens universitaires. CEA, qui est le seul incubateur australien dédié aux entreprises créatives, a déjà fourni son assistance à plus de 150 start-up et apporté un financement à hauteur de 10 millions de dollars2. Il comprend également un incubateur d’entreprises du secteur de la mode, qui offre aux stylistes des espaces d’ateliers et aide au développement des entreprises à travers le forum « Creative3 Investment Marketplace » où des entreprises nouvelles et émergeantes dans l’industrie de la création peuvent obtenir un prix de 100,000 dollars en présentant les concepts les plus innovants à des professionnels de l’industrie.

42« Nous voyons évoluer en ce moment Kelvin Grove, le village urbain et son cadre, absolument fantastique, avec des initiatives comme le fait de partager le théâtre avec La Boite, un espace de théâtre public…, utilisé par une compagnie théâtrale, c’est vraiment intéressant de partager des choses et des tas d’autres activités. Il y a, sur ce site, des incubateurs d’entreprises créatives. Ils utilisent leurs installations, les louent à des sociétés de production cinématographique, des agences de publicité, etc.,… ils les louent aux tarifs du marché, mais seulement si les étudiants peuvent participer aux projets, de façon à avoir un retour, en quelque sorte » (entretien avec la QUT, 2006).

  • 3 http ://www.investbrisbane.com.au/Sectors/CreativeIndustries.aspx consulté le 9/6/2011

43Le « Village Urbain » continue à se développer, avec la construction de logements et d’espaces à usage commercial. C’est un exemple de mise en place d’une plus vaste stratégie de quartiers de la connaissance à Brisbane (Queensland, 2007). Le thème des industries créatives a été ultérieurement souligné par l’ouverture dans ce village, en 2007, de la « Queensland Academy for Creative Industries », une école publique pour enfants surdoués de 10 à12 ans. Cette « Académie » travaille en étroite collaboration avec l’université en termes de programmes scolaires, d’accès des élèves à la bibliothèque de la QUT et de contrats particuliers (« articulation agreement »). Une autre initiative prestigieuse est la constitution d’une joint – venture avec la « New York Film Academy » qui ouvrira un campus dans le périmètre où se trouvent le « Creative Enterprise Australia’s Screen » et « New Media Hub », et un autre site sur la Gold Coast, près des studios de la Warner Brothers. Cette initiative – dans le cadre de laquelle a été lancée une collaboration entre le Gouvernement du Queensland, la Municipalité de la Gold Coast, Creative Enterprise Australia et la QUT – illustre les opportunités liées à la poursuite du développement du cluster, qui sont estimées à 3.4 milliards par an dont environ 1.1 milliard de ventes annuelles à l’exportation3.

Conclusions

44Cette étude de cas, relativement liée à un contexte local particulier, illustre des tendances qui se généralisent en Australie, en ce qui concerne la façon dont les universités cherchent à se réorganiser autour d’impératifs d’engagement. Elles considèrent les clusters comme un principe organisationnel alternatif et créent des alliances avec des partenaires locaux en vue d’une restructuration des campus en espaces collaboratifs pour l’exploitation des ressources. Nous pouvons tirer, donc, un certain nombre de conclusions.

45Cet article souligne l’émergence de nouveaux espaces académiques dédiés à la collaboration et à l’engagement, notamment par la mutualisation d’installations et d’investissements avec des entités externes à l’université. Les universités cherchent à ouvrir les campus au public, en invitant des visiteurs à assister à des spectacles et des événements, ou même à passer tout simplement du temps sur le campus. À Brisbane, le campus de la QUT accueille de logements nouveaux qui ne sont pas réservés uniquement aux usagers de l’université, en brouillant les limites entre l’université et la société au sens large. La collaboration avec l’industrie, dans ce cas avec l’industrie créative, est stimulée par le partage d’espaces de création ainsi que par des dispositifs plus traditionnels d’échange des connaissances, et cherche à approfondir la pratique de l’apprentissage socialisé à travers les « communautés de pratiques ». Cette perspective dépasse le concept des traditionnels parcs technologiques où les entreprises se trouvent à côté du campus, mais en sont souvent séparées. Dans ce cas, les installations de recherche et les institutions éducatives sont intégrées avec des structures de formation, des incubateurs d’entreprises, des espaces culturels et des espaces ouverts au public, l’université étant considérée comme une extension de l’espace public urbain plutôt que comme une enclave séparée.

46Cette évolution peut avoir une importance stratégique pour la ville ainsi que pour l’université et nécessiter, donc, un partenariat entre l’université, les autorités municipales et les autres partenaires, impliquant souvent plusieurs autorités gouvernementales, à différents niveaux. Les universités devront donc investir de manière significative, en temps et en argent, dans la construction de partenariats, le développement de relations et la finalisation d’engagements. Dans un sens, elles sont bien placées pour gérer les besoins en financement pour l’ensemble de ces opérations. En effet, l’université est en train de développer des compétences en tant qu’intégrateur de fonds provenant d’une multiplicité de sources et possède une capacité unique de combiner les financements destinés au développement économique (car elle bénéficie à la fois de fonds destinés à la recherche universitaire et à l’enseignement et de dons de riches particuliers et de fondations).

47La construction de ces alliances et la gestion de ces montages financiers requièrent la présence de personnel institutionnel compétent au sein des universités, capable également de vendre des concepts au sein de l’institution et d’obtenir le soutien et la participation active de la communauté universitaire. L’investissement de responsables dans les projets, n’est pas suffisant. Il faut aussi recruter des personnels capables de mettre en œuvre les changements nécessaires au sein de l’université dans son ensemble et d’apporter un véritable engagement de nature institutionnelle. Un aspect important du rôle de ces « champions » de la cause universitaire est la réorganisation interne de la production des connaissances académiques par la création de nouvelles structures universitaires et le développement de relations interdisciplinaires, afin d’encourager une création hybride nouvelle. Dans le cas de la QUT, son vice-recteur peut être considéré comme l’un de ces « champions » car il a assumé la responsabilité du concept, assuré la restructuration de l’université et mené personnellement les négociations stratégiques avec les différents partenaires, et notamment l’État.

48Le résultat de ces initiatives est une plus grande visibilité de l’université et des entreprises créatives. En invitant de nouvelles catégories sociales à accéder au campus et en connectant volontairement ces activités au cœur de la vie académique, l’université devient plus visible, donc en puissance attractive, pour le reste de la population et notamment pour la génération d’étudiants à venir. Cette évolution a également élevé le niveau des industries créatives aux yeux des responsables politiques locaux. Dans le cas du Queensland, c’est l’université qui a fait pression pour l’inclusion des industries créatives dans la stratégie d’État Intelligent (Smart State), en ouvrant les portes à d’autres entités que les entreprises technologiques.

49Ce type d’opérations devient de plus en plus courant dans le secteur universitaire et n’est plus réservé aux seules industries créatives. Ces études de cas sont importantes, car elles montrent la valeur de l’investissement universitaire dans la construction de partenariats avec la ville, qui amène à réfléchir à la nature de l’université en tant qu’entité plus ouverte et plus engagée. Ces mutations nécessitent un autre type d’université que celle basée sur des modèles du 20e siècle, à savoir une institution repliée sur ellemême avec une fragmentation du savoir. Le défi que les universités doivent affronter au 21e siècle est la construction d’un nouveau pacte social, basé sur la pertinence et l’excellence et sur la redéfinition de l’institution et de ses interrelations.

Figure 4 : Cluster de l’industrie Créative « Knowledge pool »

Figure 4 : Cluster de l’industrie Créative « Knowledge pool »

Source : David Charles

Bibliographie

Agrawal, A. (2001) University-to-industry knowledge transfer: literature review and unanswered questions, International Journal of Management Reviews, 3, 285-302.

Bathelt, H., Malberg, A. and Maskell, P. (2004) Clusters and knowledge: local buzz, global pipelines and the process of knowledge creation. Progress in Human Geography, 28, pp. 31-56.

Beattie, P. (2000) State Govt and QUT to develop creative industries precinct, Ministerial media statement July 06, 2000 Queensland Government. Disponible sur le site de: http://statements. cabinet. qld. gov. au/MMS/StatementDisplaySingle. aspx? id= 31267

Benneworth, P., Charles, D.R. Madanipour, A., (2010) Building localized interactions between universities and cities through university spatial development. European Planning Studies, 18, pp. 1611-1629.

Charles, D. and Benneworth, P (2001) The Regional Mission: The Regional Contribution of Higher Education: National Report, Universities UK/HEFCE, London (published with nine regional reports).

Charles, D.R. & Howells, J. (1992), Technology Transfer in Europe: Public and Private Networks. London: Belhaven.

Charles, D.R. (2003) ‘ Universities and territorial development: reshaping the regional role of English universities’, Local Economy, 18 (1) 7-20.

Charles, D.R. (2007) Regional development, universities and strategies for cluster promotion, in: Harding, A., Scott, A., Laske, S. and Burtscher, C. (Eds) Knowledge Factories. Ashgate, Burlington, Vermont and Aldershot, Hants.

Chatterton, P. and Goddard, J. B. (2000) The response of higher education institutions to regional needs. European Journal of Education, 35, pp. 475-496.

Clark, B. (1998) Creating Entrepreneurial Universities: Organizational Pathways of Transformation. Oxford: Pergamon/IAU Press.

Cornford, J., Charles, D.R. Robson, Belt Chatterton Benneworth (2001) The Creative Industries Cluster in North East England, One NorthEast, Newcastle.

Creative Industries Task Force (1998) Creative Industries Mapping Document. Department of Culture, Media and Sport, London.

Cross, E., Gilliland, L. and Watson, I (2006) Creating a cultural landscape: a context for the Great North Museum, revised version of paper presented at the forum UNESCO University and Heritage, Newcastle upon Tyne 11-16th April 2005.

Cunningham, S. (2001) Creative Industries in Queensland: Cluster Mapping and Value-Chain Analysis (mimeo) Creative Industries Research and Applications Centre, QUT.

Delanty, G. (2002) The university and modernity: a history of the present, in Robins, K. and Webster, F. (eds) The Virtual University? Knowledge, Markets and Management. Oxford: Oxford University Press.

Elton, L. (1981) ‘ Can universities change?’Studies in Higher Education, 6, 23-33.

Flew, T. (2010) Creative Clusters and Universities in Araya, D. and Peters, M. (eds.), Education in the Creative Economy, Peter Lang Publishers,

Gertner, D., Roberts, J. and Charles, D.R. (2011 forthcoming) ‘ University-industry collaboration: a CoPs perspective on KTPs’, Journal of Knowledge Management.

Gibbons, M., Limoges, C., Nowotny, H., Schwartzman, S., Scott, P. and Trow, M. (1994). The New Production of Knowledge. Sage, London.

Guhathakurta, S. and Stimson, R.J. (2007) What is Driving the Growth of New “Sunbelt” Metropolises? Quality of Life and Urban Regimes in Greater Phoenix and Brisbane-South East Queensland Region International Planning Studies, 12, 129-152.

Hearn, G., Cunningham, S. and Ordoñez, D. (2004) ‘ Commercialisation of knowledge in universities: the case of the creative industries, Prometheus, 22, 189-200.

Henry, N and Pinch, S (2000), Spatialising knowledge: Placing the Knowledge Community of Motor Sport Valley, Geoforum, 31, 191-208.

Higher Education Funding Council for England (2008) Higher Education - Business and Community Interaction Survey 2006-07 (2008/22), HEFCE, Bristol.

Kerr, C. (2001) The Uses of the University (5th edtn) Harvard University Press, Cambridge, Ma.

Klaebe, (2006) Sharing Stories: A social history of Kelvin Grove Urban Village, Focus Publishing Pty Ltd, Bondi Junction, NSW.

Million + (2008) Creative Futures: Building the Creative Economy through Universities, Million +, London. Téléchargé du site de : http://www.millionplus.ac.uk/file_download/6/Creative_Futures_Final_Report_June_08.pdf (accessed 1st June, 2011).

Porter, M. (1990) The Competitive Advantage of Nations, Free Press, New York.

Pratt, A. C. (1997) The Cultural Industries Sector: its definition and character from secondary sources on employment and trade, Britain 1984-91, Research Papers in Environmental and Spatial Analysis No. 41, Department of Geography and Environment, London School of Economics.

Queensland (Dept of Premier and Cabinet) (2007) Smart Cities: Rethinking the City Centre, Report by the Smart State Council. Brisbane: Queensland State Government.

Queensland Government (2000a) The Smart State. Brisbane: Queensland Government.

Queensland State (2000b) Innovation – Queensland’s Future, Brisbane: Queensland Government.

Queensland University of Technology (2010) The QUT Creative Industries experience, QUT, Brisbane.

Salt, B (2005) ‘Plain-Jane Brizzie blooming beauty’, The Australian, 3rd November, p28.

The Newcastle Initiative (1988) Theatre Village Study, Draft report of a study group of the Northumbria branch of the Royal Institute of British Architects, TNI, Newcastle.

Universities UK (2010) Creating Prosperity: the role of higher education in driving the UK’s creative economy, Universities UK, London.

Wenger, E. (1998) Communities of Practice, Cambridge University Press, New York.

Notes

1 L’auteur fait référence à ses travaux de recherche et à ses séjours en Australie pour les effectuer. La méthode de recherche s’est appuyée sur des entretiens et sur la collecte de documents relatifs aux stratégies et aux initiatives dans le domaine universitaire, dont certaines dans le domaine des industries culturelles et créatives.

2 http ://creativeenterprise.com.au/about-us/corporate-profile/ consulté le 9/6/2011

3 http ://www.investbrisbane.com.au/Sectors/CreativeIndustries.aspx consulté le 9/6/2011

Table des illustrations

Titre Figure 4 : Cluster de l’industrie Créative « Knowledge pool »
Crédits Source : David Charles
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540