Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Première partie : La place de la connaissance dans les politiques et stratégies d'aménagement actuelles

Réintégrer les universités dans le tissu urbain : l’assemblage d’un écosystème innovant à New York

Michael Indergaard

Texte intégral

Introduction

1Depuis quelques années, les villes aspirent à devenir des « hub » de l’économie de la connaissance, à l’instar de la Silicon Valley. Aussi à New York les projets basés sur l’économie de la connaissance prévoient d’impliquer les universités dans le développement de « systèmes innovants ». La Stanford University, par exemple, emblème de la Silicon Valley, a répondu à l’appel à projets international pour la construction d’un campus de sciences appliquées, lancé par la ville. À ce propos, le président de cette université a déclaré que le succès de la Silicon Valley était certes unique, mais qu’il n’était toutefois pas impossible de le répéter. Il valait donc la peine de relever le défi (Stanford Report, 2011, p. 1). Ainsi, Stanford University a présenté un projet pour un campus sur Roosevelt Island (sur l’East River, entre Manhattan et Queens) rassemblant 100 facultés et 2 200 étudiants. Cette réponse est en phase avec les autres initiatives new-yorkaises en matière d’économie de la connaissance, inspirées de la Silicon Valley. Pourtant, l’idée de transposer le modèle de Stanford sur une île dans l’East River n’a rien à voir avec le projet mis en œuvre, dans les années 1950, dans les vergers californiens, dans le cadre de l’effort d’investissement destiné à financer la Guerre Froide. On peut aussi observer que les relations entre l’université et sa région d’origine changent au fur et à mesure que la globalisation progresse. Si d’une part la ville de New-York cherche à attirer les meilleures universités du monde, désireuses de s’y implanter, d’autre part elle exporte ses universités à l’étranger. C’est le cas de New York University qui va bientôt ouvrir des facultés universitaires à Abu Dhabi et à Shanghai. Les efforts consentis par la ville de New-York et par d’autres villes, pour suivre les traces de la Silicon Valley, s’inscrivent dans un contexte très différent de celui originel. La crise financière de 2008 a fait surgir de graves doutes quant à la solidité de la machine financière qui actionne l’économie new-yorkaise, conduisant la ville à développer une économie basée sur la connaissance, même si cette dernière n’est pas encore très stable. Cela explique pourquoi, les entreprises opérant au sein de clusters spécialisés dans ce secteur, suite à la bulle technologique de 2008, ont dû renforcer leurs « relations internationales » avec d’autres clusters (Huggins, 2008). Quels autres effets peut-elle avoir sur l’économie de la ville ? D’autres spécificités existent, concernant les entreprises new-yorkaises qui diffèrent des autres justement parce qu’elles se trouvent dans une ville globale de tout premier plan (Sassen, 1991) où les formes de l’économie de la connaissance peuvent être beaucoup plus complexes qu’ailleurs. En effet, New-York concentre trois segments spécifiques de l’économie de la connaissance : la finance et les services avancés aux entreprises, l’industrie culturelle, et les industries hightech (Scott, 2010), dont les deux premiers d’envergure mondiale. Toutes ces spécificités, doublées d’un certain degré de complexité inhérent au statut de la ville de New-York, rendent impossible le simple copiage de la Silicon Valley ou d’autres modèles d’ailleurs, pour développer l’économie de la connaissance. On peut avancer l’hypothèse selon laquelle, lorsque des tentatives d’émulation d’un autre contexte sont mises en œuvre, le résultat ne se limite jamais à une simple transposition ni au bricolage. Cet article analyse les représentations qu’ont les acteurs institutionnels de l’économie de la connaissance à travers les initiatives en sa faveur. Il examine aussi le rôle accordé aux universités dans la mise en place de relations collaboratives. Compte tenu de la place grandissante des réseaux globaux dans l’économie de la connaissance, on peut espérer en retirer des bénéfices pour toute la population.

1. Problématiques territoriales de l’économie de la connaissance

  • 1 Benneworth and Rutten (2011) citent les modèles suivants : systèmes de production locaux, milieu in (...)
  • 2 Les grandes entreprises technologiques françaises tendaient à « s’isoler de leur environnement immé (...)
  • 3 Édition 2011 du Routledge Handbook of Regional and Local Development.

2L’idée selon laquelle les universités peuvent parvenir à attirer des économies territoriales innovantes mérite un examen plus attentif. Ces aspirations sont alimentées par le succès des régions technologiques ou scientifiques dans lesquelles les instituts de recherche encouragent le développement permanent et l’application de la connaissance pour créer des produits et des services dans les secteurs de l’informatique et des sciences de la vie. Diverses théories soutiennent la primauté croissante d’ensembles innovants ancrés dans de « nouvelles structures de production et de travail… associées à des niveaux élevés d’informatisation et d’innovation permanente aussi bien en termes de procédés que de produits » (Scott, 2010). Lorsque l’avantage concurrentiel a été lié à l’innovation, « les clusters de connaissances sont devenus des moteurs essentiels du développement » (Huggins, 2008), en partie parce que le transfert de connaissances spécifiques requiert une interaction « face-to-face » favorisée par la proximité, par des cultures et des réseaux collaboratifs (Bathelt, Malmburg et Maskell, 2004). La concentration contribue également à réduire le coût des transactions, à créer des synergies économiques, à partager les risques et à promouvoir des efforts conjoints en matière de R&D (Huggins, 2008). Les tentatives de façonner le rôle des universités sur le modèle des clusters d’innovation concernent, le plus souvent, les régions spécialisées dans l’informatique et les biotechnologies (Silicon Valley, Boston ou Cambridge). Les économistes observent que les « débordements de connaissance » des universités peuvent apporter une contribution positive aux résultats des entreprises, tandis que les géographes de l’économie et les sociologues cherchent à comprendre le type de problèmes et de mécanismes qui interviennent dans l’application des connaissances académiques (Goddard et Vallance, 2011). Les premiers rapports sur la participation de l’université au développement de la Silicon Valley (Saxenian, 1994) et de Cambridge (Keeble et al, 1999) se sont concentrés sur son rôle socioculturel. Outre à fournir des ingénieurs qui sont devenus des entrepreneurs de la Silicon Valley, Stanford a contribué à créer une culture industrielle basée sur l’ouverture, la collaboration et l’esprit d’entreprise (Saxenian, 1994). Une recherche successive met l’accent sur le fait que la littérature sur les économies territoriales basées sur l’innovation a « pondu » au moins une demi-douzaine de modèles. Cette littérature tend de plus en plus à nuancer la partie dédiée au rôle des configurations institutionnelles et des facteurs contingents. L’approche basée sur le système d’innovation régional (Cooke, 2002), par exemple, « analyse les interrelations entre différentes composantes organisationnelles (et notamment les entreprises et leur gouvernance, les infrastructures financières et celles de la connaissance, telles que les universités) et les milieux culturels ou institutionnels qui déterminent la capacité d’innovation d’une région » (Goddard and Vallance, 2011). La possibilité d’identifier des principes généraux applicables aux territoires pour les rendre innovants, est mise en doute par les chercheurs. Cette incertitude augmente quant au rôle des universités dans ce processus, ce qui suscite débat. On se demande si elles sont un véritable moteur générateur d’innovation (Etzkouwitz et Leydesdorff, 2000) ou, plus modestement, l’un des nombreux agents qui renforcent les capacités institutionnelles à l’échelle de la région (Chatterton et Goddard, 2000). Il en découle une ambiguïté concernant la nature des relations (Benneworth et Rutten, 2011) et la manière dont on construit une collaboration et une synergie1. Les universités pourraient apporter une contribution soit comme « entrepreneurs institutionnels » (Castells et Hall, 1994) soit comme connexion initiale de « grande confiance, de plus forts liens et de connexions localisées », agissant comme « déclencheur institutionnel » dans la formation de clusters (Huggins, 2008). Pourtant, les relations synergiques sont souvent difficiles à cerner. Un cas typique est celui du Plateau de Saclay (Paris Sud) qui aspirait, dans les années 1980 et aspire encore actuellement, à devenir la Silicon Valley européenne. Cette zone accueille environ 10.000 entreprises high-tech, centres de recherche nationaux et écoles de très haut niveau. Pourtant, Castells et Hall ont décelé un manque de « synergie, de relations, de communication entre la science et l’industrie, entre petites et grandes entreprises et entre les grandes entreprises elles-mêmes » (1994).2 Les chercheurs observent que le rôle des universités est de plus en plus influencé par les systèmes nationaux (éducatifs, technologiques etc.). La Silicon Valley en est un exemple car ce sont les investissements en matière de défense requis par la Guerre Froide qui ont financé son développement, comme on a déjà dit (Leslie, 2000). En ce qui concerne les clusters spécialisés dans les biosciences, une étude comparative montre que la politique étasunienne de décentralisation en matière de technologie et d’éducation, a créé un contexte différent de celui européen. Cette étude a identifié « des voies différentes dans le développement des centres d’excellence locaux » et des « différences significatives en ce qui concerne les milliers d’entités capables de saisir et développer les innovations » (Owen-Smith et al. 2002). Les clusters de biosciences de Boston, par exemple, sont caractérisés par un ensemble d’institutions de recherche plus varié et une présence d’universités et d’hôpitaux plus importante qu’on a pu l’observer dans les pôles d’innovation en France et en Allemagne. Enfin, l’importance croissante des réseaux d’innovation internationaux (Davenport, 2005 ; Wolfe and Gertler, 2004 ; Huggins, 2008 ; Benneworth and Rutten, 2011) rend improbable l’hypothèse que les universités puissent contribuer à ancrer le développement à l’échelle locale. Les entreprises de biosciences de Boston, par exemple, peuvent accéder à des connaissances grâce à leur réseau international avec lequel elles créent des alliances stratégiques (Owens-Smith et Powell, 2004). Toutes ces problématiques – corroborées par les études ayant montré des résultats incertains concernant l’implication des universités dans le développement – conduisent à la conclusion suivante : « Les exemples tant célébrés » de la contribution des universités au développement des régions innovantes,... sont le produit évolutif d’une série de circonstances fortuites favorables, de nature géographique ou historique…, qui ne peuvent pas se reproduire dans d’autres contextes uniquement grâce à des politiques volontaristes visant à générer des liens entre l’université et l’industrie locale (Goddard and Vallance, 2011)3. Puisqu’il est « impossible de reproduire ou cloner des régions » (Huggins, 2008), les responsables politiques tendent à « copier les politiques réussies dans d’autres régions ou à les transformer dans des modèles de rôles ayant principalement un but de légitimation » (Lorenzen, 2001) permettant de vendre des projets au public.

1.1. Les programmes territoriaux comme imaginaire économique

3Si les régions prospères sont source d’inspiration, celles qui conçoivent des projets de développement créent quelque chose d’unique, un nouveau système de gouvernance économique qui imagine et cherche à assembler de manière sélective, leur activité économique. Jessop et Oosterlynck (2008) déclarent que chaque système de gouvernance économique territoriale doit, « … chercher à (ré) définir des sous-ensembles spécifiques d’activités économiques en tant que sujets, sites, et enjeux concurrentiels et/ou en tant qu’objet de réglementation et à articuler des projets stratégiques et des visions orientées vers ces économies imaginées ». La création d’un imaginaire économique implique une tentative d’« obtenir la reconnaissance des limites… des agents économiques typiques » et des « règles » d’un prétendu ensemble économique. Ce processus comporte une part de conflit pour « façonner les identités, les subjectivités et les intérêts des forces en jeu ». Le fait que l’imaginaire soit ou non institutionnalisé dépend d’un ensemble de facteurs, certains concrets, d’autres d’ordre symbolique. Les perspectives de cet imaginaire économique sont meilleures si ce processus est en phase avec le discours des élites et s’il est étayé par des faits concrets, comme la structure économique, des projets de l’état ou d’autres institutions. La possibilité qu’un autre type d’imaginaire puisse contribuer à ouvrir une nouvelle voie de développement s’est accrue pendant la crise. Les initiatives new-yorkaises utilisent cet imaginaire pour développer l’économie de la connaissance à travers des mesures incitatives. L’article insiste sur la manière dont les stratégies définissent les acteurs et les activités essentiels de l’ensemble visé, ses limites sociogéographiques, sa dynamique, ses besoins et les solutions proposées. Les rôles attribués aux universités et le soutien qui leur est offert sont aussi analysés, en cherchant à documenter les mécanismes capables d’assurer des bénéfices aux populations locales, y compris les plus défavorisées.

2. Le contexte new-yorkais

4À New York, le secteur le plus côté de la connaissance, reste celui de la finance internationale et des services avancés aux entreprises. Le deuxième en ordre d’importance est celui de l’industrie culturelle, de plus en plus reconnue pour son apport à la création d’emplois et la fourniture de prestations aux entreprises (en publicité, design, architecture). Le secteur des hautes technologies, à la troisième place, s’est moins développé que les deux précédents. Une grande partie de salariés du secteur de l’informatique a été attirée à Wall Street, par l’offre de hauts salaires. Ce passage s’est opéré au détriment d’autres secteurs. Dans les vingt dernières années, la tendance a été au chevauchement et à la fusion entre les différents segments de l’économie de la connaissance. Cela est évident dans la numérisation de la culture et du commerce, commencé dans les années 1990 avec le développement de nouveaux médias (Indergaard, 2004) et qui s’est poursuivie avec une plus vaste gamme d’activités créatives brouillant souvent les limites entre culture, entreprise et technologie. Contrairement à ce qui se passait autrefois, les entreprises (axées sur la créativité) qui se développent dans ces années, ont aussi une incidence sur la politique urbaine. La politique du maire de New-York, monsieur Bloomberg, s’est inscrite aussi dans cette lignée, jusqu’en 2008, et a tout mis en œuvre pour élever le niveau de compétitivité de la ville en accroissant l’offre résidentielle et en loisirs pour une population aisée (Indergaard, 2009). Les universités et les centres de recherche principaux sont partie intégrante du tissu urbain new-yorkais. Ils occupent 22 % des bâtiments à usage de bureaux de la ville et sont en train de s’étendre :

  • l’université Columbia prévoit un agrandissement sur 6.8 millions de pieds carrés (environ 500.000 m2) destinés à des équipements de recherche, d’enseignement et de loisirs ;

  • New York University prévoit de construire 6 millions de pieds carrés d’installations dans l’“East Side Health Corridor” de Manhattan et sur son campus de Brooklyn (NYU-Poly).

  • La City University of New York (CUNY) (qui possède plus de 20 campus) investit 3.4 milliards de dollars dans son projet “Decade of Science”, dont 600 destinés à un centre de recherche avancée (Trager, 2010 ; Messina, 2011).

  • 4 Columbia exploite un incubateur d’entreprises biotechnologiques de 100,000 pieds carrés, l’Audubon (...)

5Les universités répondent, en partie, à une série de pressions qui les incitent à contribuer à la création d’un écosystème innovant inspiré de Stanford ou du MIT (Bowles, 2009). Columbia, NYU et d’autres institutions locales figurent parmi les leaders dans le nombre de bourses de recherche obtenues, dans la création d’innovations dans le domaine des biosciences et l’encaissement de frais de licence pour des inventions technologiques. Cependant, leurs activités de transfert de technologie visent essentiellement les géants du secteur pharmaceutique pour la diffusion des applications ou la fabrication de produits dans la région environnante.4 Par ailleurs, Columbia et NYU ont mis en place des stratégies internationales pour exploiter leur statut d’institutions de niveau mondial. NYU a été la première grande université américaine à ouvrir une faculté d’arts, lettres et sciences humaines à l’étranger (Abu Dhabi) qui finance son campus. NYU est également en train de construire un campus à Shanghai, financé par la municipalité.

2.1. Le Centre de Transformation Économique : un tournant dans l’économie de la connaissance

6Les effets ravageurs de la crise financière de 2008, ont été, en partie, atténués grâce au renflouement du gouvernement fédéral (Indergaard, 2009). Cependant, la diminution de l’apport fiscal de Wall Street et de son revenu a conduit la ville a chercher à développer de nouveaux secteurs dynamiques.v L’impact de la crise a été terrible sur la politique économique de l’Economic Development Corporation (EDC) de New York, un organisme semi-public doté d’un effectif de presque 400 personnes et un investissement annuel de 750 millions de dollars. Selon l’EDC « des changements notables s’imposaient » (McCarthy, 2011). Persuadé de devoir repenser son approche du développement économique, l’EDC lance des réunions d’entrepreneurs, universitaires et investisseurs en capital-risque. En particulier, les réunions avec des représentants des médias, ont permis de saisir l’ampleur des défis que le secteur a dû affronter en matière de numérisation et face à la pénurie chronique des développeurs de logiciels. Début 2009, le président de l’EDC déclare, « Ce que nous cherchons vraiment à faire c’est de réinventer l’économie de la ville… penser autrement » (Massey, 2009). Un autre facteur important dans le changement de stratégie de la ville est le nouvel activisme du gouvernement fédéral, spécialement dans le secteur des économies vertes. Le « Discours sur l’état de la ville », prononcé par Bloomberg, en janvier 2009, s’inspire des initiatives du président Obama en matière d’industries vertes (Indergaard, 2011). Il prône le développement des industries vertes à travers une loi qui réduit drastiquement la consommation d’énergie dans les immeubles et prévoit un investissement de 900 millions de dollars sur 9 ans pour doter les bâtiments publics de nouveaux systèmes énergétiques. Il incite, enfin, à intégrer un enseignement en matière d’économie verte dans les programmes de formation professionnelle. L’objectif de ces initiatives est de faire de New York un « centre mondial pour… les entreprises vertes… la Silicon Valley du développement durable » (Bloomberg, 2009 : 5). En 2010, naît le Center for Economic Transformation (CET/Centre de Transformation de l’Économie) pour aider certains secteurs (médias, finance, mode…) à « adopter les modèles économiques du 21e siècle » et à « attirer et soutenir des industries émergentes telles que les biosciences, les services verts et la technologie (NYCEDC, 2011a). Dans cette optique, le CET développe « des politiques ciblées pour stimuler l’innovation ». Cette dernière est, comme on a déjà plusieurs fois soulignée, au centre de la stratégie de la municipalité qui souhaite « développer une économie de l’innovation du 21e siècle » (Ville de New York, 2010a). Le CET définit l’innovation comme « la conception, l’invention, le développement et/ou la mise en application de produits, services, processus, systèmes, structures organisationnelles ou modèles économiques inédits ou transformés » (NYCEDC, 2011a). Cette définition élargie, qui va bien au-delà de la simple technologie, s’adapte au profil très varié de l’innovation newyorkaise. Le CET affirme que les villes « attirent les compétences de haut niveau, les talents et l’esprit d’entreprise,… (ce sont) de vastes plates-formes dans lesquelles les connaissances, les ressources financières, les entreprises et les marchés se fondent, et offrent un environnement culturel animé capable de stimuler la créativité » (p. 3). Les agglomérations urbaines sont le théâtre d’interactions directes qui favorisent l’innovation et « de vastes marchés sur lesquels évoluent des consommateurs sophistiqués qui sont généralement aussi les premiers à expérimenter de nouvelles technologies et des modèles économiques inédits » (p. 3).

2.2. Une ville de l’innovation du 21e siècle : développer un imaginaire économique

7Pour faire de New York « la ville de l’innovation du 21e siècle », le CET ne peut pas s’inspirer d’un seul modèle, car l’imaginaire économique de la ville est un puzzle de différentes qualités, certaines qui lui viennent de l’extérieure, des régions le plus high tech, d’autres plus typiquement new-yorkaises. Les exemples, comme celui récurrent de la Silicon Valley, servent à faire ressortir un imaginaire autour des activités et des acteurs cruciaux, des limites du territoire économique imaginé et de sa dynamique, ses exigences et ses politiques.

• Les activités et les acteurs

8La vision de New York en tant que ville de l’innovation du 21e siècle se fonde sur la diversité et la densité de ses industries innovantes et de ses acteurs. « La différence entre New York et la Silicon Valley… est que l’innovation à New York ne concerne pas que la technologie, mais aussi la mode… la santé et la médecine… les média…. » (McCarthy, 2011). Par ailleurs, « New-York est une des rares villes au monde, sinon la seule, où la finance, les connaissances et les ressources humaines parmi les plus productives et les plus créatives au monde sont concentrées dans quelques kilomètres carrés » (NYCEDC, 2011a).

9Les acteurs considérés comme essentiels sont les start-up, les universités et les investisseurs en capital-risque, ainsi que les entreprises et le personnel qualifié.

• Les limites

10Les raisons qui soutiennent le développement insistent sur les intérêts du territoire de la ville face à la concurrence avec sa banlieue ou avec des villes appartenant à son immense région métropolitaine, ou encore avec des villes et des régions innovantes dans le monde. La question des limites et des échelles spatiales rend plus complexe l’établissement de projets spécifiques. Selon le type de public, la ville peut choisir de s’associer à des territoires plus ou moins vastes (par ex. avec la région « métropolitaine » ou « tristate » ou même avec l’“East Coast Corridor”). Ce qui rend ultérieurement difficile de cerner des limites précises. À cela s’ajoute le fait que d’autres partenaires industriels développent la même approche que l’EDC et considèrent comme des réservoirs (de collaborateurs, d’employés ou de clients potentiels), d’autres centres d’innovation.

• La dynamique

11Une dynamique centrale dans la vision de l’EDC est la notion selon laquelle la technologie est en train de changer la nature des « business services » et de la concurrence entre les grandes villes mondiales. Ceci non seulement remet en cause les points forts de New York, mais change également la nature des opportunités. « Il existe, aujourd’hui, dans les domaines de la science et de la technologie, des opportunités de croissance exceptionnelles et une concurrence en cours, pour en profiter, à l’échelle mondiale. » (City of New York, 2010a) Le contexte est caractérisé par un réseau mondial de centres d’innovation dont la concurrence dans l’exploitation de la science et de la technologie révèle des lacunes dans le tissu new-yorkais actuel. « Contrairement à la Silicon Valley ou à Boston, New York a mis du temps pour attirer la communauté hightech » (NYCEDC, 2011a). En revanche, l’économie new-yorkaise a un atout principal qui consiste dans sa « capacité de se réinventer sans cesse » (p. 3).

• Les besoins

12Selon le CET pour « accélérer la transformation économique » de New York il est primordial de s’appuyer sur les points forts « uniques » de sa base économique (NYCEDC 2011a). La première exigence, pour tous les secteurs, est de faciliter l’échange entre « les chercheurs qui travaillent sur les nouvelles technologies, et les entreprises du secteur privé qui cherchent à transférer la R & D dans la ville » NYCEDC 2011c). Une autre exigence d’ordre général, est de réduire « ce qui fait barrière à l’innovation », comme la pénurie d’« espaces à des prix abordables, de formation, (et) de capitaux » (2011a). Il est également nécessaire réussir à attirer des innovateurs (étudiants, salariés, entrepreneurs) provenant d’autres centres d’innovation : New York doit se forger une réputation de centre mondial de l’innovation où des acteurs compétents et dynamiques peuvent trouver des opportunités de collaboration et un soutien institutionnel.

• Solutions

13Ce « modèle de croissance basé sur la connaissance » (NYCEDC, 2011a) crée « un écosystème capable de développer des entrepreneurs dans différents secteurs d’activité, en offrant un accès à l’information, à la formation et à une concurrence innovante » (NYCEDC, pas de date).

  1. Information : Les éléments les plus importants dans le domaine de l’information (et de son transfert) sont des plates-formes centrées sur l’université, considérées comme dispositifs pour la création de relations de collaboration et de production et pour l’application des connaissances. Côté marketing, le programme « World to NYC » promeut des échanges et des investissements internationaux en accueillant des délégations provenant du monde entier (NYCEDC, 2011d). Un autre lieu de création et application de l’information est constitué par les “Sector Community Meetings & Studies” chargés de l’analyse des tendances sectorielles sur le long terme.

  2. Formation : Parmi les initiatives en matière de formation figurent des programmes proposés par la State University of New York pour reformer les vétérans délocalisés du secteur de la finance et des médias, aux nouveaux emplois basés sur les médias, pour aider les entrepreneurs à lancer leur activité et les entreprises à préparer des offres pour le NIH National Institut of Health) et des programmes d’innovation fédéraux destinés aux petites entreprises. Parmi les mesures prévues figure : un financement de 20 millions de dollars pour les start-up technologiques, un espace de travail flexible pour les travailleurs free-lance et sept incubateurs d’entreprises financés par la ville fournissant des services de mentorat et de mise en réseau ainsi que des espaces pour les startups de différents secteurs technologiques. À titre d’exemple, l’incubateur de la NYU de Varick Street accueille 32 start-up dans le domaine des nouveaux médias, de l’informatique et des technologies propres.

  3. Concours : Une série de concours offrent des financements, des espaces ou d’autres ressources pour aider les innovateurs qui souhaitent s’établir à New York ; ce sont également des moyens de marketing et de recrutement. L’un des plus intéressants est le « NYC Big Apps » destiné aux développeurs d’applications logicielles en ligne ou mobiles exploitant des données officielles relatives à la ville. En 2011, les développeurs ont eu accès à 350 séries de données de 40 organismes municipaux (Kapok, 2011). Columbia University et Fordham University organisent des concours internationaux destinés aux étudiants en commerce international et en ingénierie et à aider de jeunes entrepreneurs performants à créer des entreprises à New York (NYCEDC, 2011a).

2.3. Réintégrer les Universités dans la ville

14Parmi les nombreuses initiatives, il est à signaler la création par la ville de plateformes de recherche collaboratives, point d’ancrage de programmes sectoriels, dans trois domaines principaux : l’« Alexandria BioScience Park » spécialisée dans les biosciences, le « NYC Media Lab », dans le domaine des médias et le « NYC Urban Technology Innovation Center », spécialisée dans le développement d’industries vertes. L’objectif de ces plateformes en projet actuellement, est l’intégration des universités dans le tissu économique local en créant ou en renforçant les liens avec les acteurs économiques locaux, d’autres institutions de recherche et les espaces autour. Ces trois projets ont plusieurs points en commun : le rôle de l’EDC en tant qu’entrepreneur institutionnel, le rôle prédominant des universités, la priorité des interactions collaboratives et des agendas comprenant des objectifs à la fois locaux et internationaux. Ils ont aussi des caractéristiques spécifiques, relatives à leur secteur, mais aussi dépendant des montants alloués par le public, des structures physiques, de l’influence des modèles externes et en termes de retombées attendues par la population locale. De manière un peu surprenante, le projet le plus spectaculaire lancé pour faire de la ville de New York un écosystème innovant, ne concerne aucun de ces trois domaines sus énoncés, mais consiste dans la construction d’un centre de recherche technologique de « world class ».

• Recruter une Université Technologique de niveau mondial

15Les universités du monde ont fait l’objet d’un appel à projets présenté par le maire de New-York, monsieur Bloomberg, le 16 décembre 2010 (City of New York, 2010a). Il s’agissait de recruter une institution de recherche ou d’engineering d’envergure qui soit prête à s’implanter dans la ville et à construire un campus dans un lieu préalablement désigné par la municipalité. La ville mettait par ailleurs à disposition de ce projet, en plus d’un certain nombre de bâtiments de sa propriété, aussi une enveloppe de 100 millions de dollars. À large visée universitaire, le projet devait proposer des salles de cours, des laboratoires secs et humides et des salles de conférences. La ville encourageait aussi fortement l’intégration d’espaces pour les activités professionnelles annexes (incubateurs et centres de recherche d’entreprise, installations de développement) ainsi que pour les jeunes entreprises. Ce nouveau site de recherche est considéré par la ville comme un enjeu primordial pour acquérir le statut de centre international des sciences et des technologies. L’appel à projets souligne que bien que la ville ait un certain déficit dans ce secteur, elle a par ailleurs toutes les qualités requises pour devenir ce centre technologique mondial auquel elle aspire. Les réponses à cet appel ont été soumises par 27 universités localisées un peu partout dans le monde qui avaient « rarement vu une ville aussi désireuse de recruter des institutions d’enseignement supérieur » (Hernandez, 2011). Les réponses ont été faites soit en partenariat avec d’autres institutions soit individuellement. Certaines universités pensaient que cette initiative visait à inciter les universités newyorkaises à intensifier leurs engagements au niveau local. Quant aux projets proprement dits, ils sont tous très différents : CUNY et Columbia ont proposé un institut de technologie des communications basé à Harlem alors que NYU, CUNY, Carnegie Mellon, l’Université de Toronto et IBM ont proposé un centre des sciences urbaines (Hernandez, 2011), etc... Bien que le projet de Stanford se soit fait remarquer, c’est Cornell University et le Technecon-Israel Institute of Technology qui ont remporté l’appel d’offres avec le projet d’un campus de 2.1 millions de pieds carrés (environ 200.000 m2) de surface, pouvant accueillir 2 500 étudiants et 280 enseignants, spécialisés dans la technologie appliquée aux secteurs phare de l’économie new-yorkaise tels que la médecine, la panification urbaine, la finance et la publicité (Perez-Pena, 2011).

• Les trois plateformes de recherche collaborative

a. Les Biosciences

16Cette première initiative sectorielle, « BioScience », a des origines anciennes. Pendant dix ans, en effet, « Partnership for New York » a travaillé avec la municipalité et des instituts de recherche à la création d’un parc scientifique dédié aux biotechnologies dans l’East Side de Manhattan, pouvant offrir des laboratoires à des prix abordables. Ce projet a débouché sur la construction de deux petits centres de biotechnologies à Brooklyn. Plus intéressant encore est l’ouverture, en décembre 2010, de l’« Alexandria Life Sciences Center » dans l’« East Side Health Corridor ». La première tranche de travaux, déjà achevée, comprend la construction d’un immeuble de 15 étages (coût : 200 millions de dollars) destiné à accueillir des laboratoires, un centre de conférences et des bureaux pour les sociétés de capital-risque. La construction de deux autres tours est aussi prévue, pour un coût total de 700 millions de dollars. Le promoteur est une SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) californienne, spécialisée dans les clusters scientifiques regroupant des entreprises pharmaceutiques et biotechnologiques et des institutions académiques, des investisseurs en capital-risque, et des organismes publics (NYCEDC, 2010). Voici indiquées de suite les institutions et les montants dont ce projet a bénéficié, sous forme de subventions :

  • ville de New-York 14 millions de dollars,

  • état : 27 millions,

  • gouvernement fédéral : 2 millions.

17L’opérateur privé « New York City Investment Fund » a également apporté un financement à hauteur de 15 millions, destiné à améliorer l’offre en équipements pour les locataires (Gregor, 2010).

18Le projet « BioScience » bénéficie aussi d’autres types d’aides octroyés par différentes institutions :

  • Un réseau d’investisseurs privés créé par la « New York Academy of Sciences » en collaboration avec l’EDC,

  • Des fonds de capital-risque,

  • Plusieurs institutions de recherche.

19De même, une série de mesures exceptionnelles ont été mises en place : un allègement de la taxe foncière sur 25 ans (pour un montant d’environ 25 millions) et des exonérations de taxes sur la vente (pour un montant de 17 millions). Toutes ces aides sont destinées à combler le déficit de financement pour le démarrage de projets innovants en biosciences. De nombreuses institutions parmi celles mentionnées ci-dessus financent également le prix « Bioaccelerate NYC Prize » destiné à la commercialisation des fruits de la recherche biomédicale.

b. Le NYC Media Lab

20En juillet 2009, le maire de New-York lance « MediaNYC 2020 » faisant suite à une série de rencontres de l’EDC avec des cadres et des chercheurs. Cette initiative prévoit une exonération d’impôts pour aider les entreprises dans une série d’actions, entre autres pour qu’elles créent ou améliorent les infrastructures de recherche et de production et mettent à disposition des travailleurs free-lance des espaces dédiés.

21Par la même initiative, on lance :

  • Le concours « Big Appe »,

  • Un programme de formation sur les nouveaux médias,

  • Une campagne de recrutement (visant l’Asie et le Moyen-Orient, mais aussi la Silicon Valley et Boston),

  • Un media-lab (Pompeo, 2010).

22Le 14 juin 2010, Bloomberg lance officiellement « NYC Media Lab » en faisant appel à l’imaginaire d’un centre global et en rappelant à son public la grandeur de ce secteur et de la base de recherche de la ville : « Bon nombre d’universités et écoles supérieures parmi les 100 que compte la ville de New York, mène des études sur les nouveaux médias, domaine dans lequel le 10 000 entreprises de média de la ville souhaitent s’imposer ; mais trop souvent les relations entre ces deux acteurs se tissent lentement voire pas du tout. « NYC Media Lab » va réunir ces deux forces… en faisant de la Ville un centre de recherche sur les médias de prochaine génération et leur commercialisation » (City of New York, 2010b). Ce laboratoire « est construit sur les modèles » créés par MIT et l’Université de Stanford, toujours selon la municipalité. Il doit assurer des fonctions d’intermédiaire et de forum d’échange plus que de laboratoire de recherche à proprement parler. Mais, alors que le célèbre « MIT Media Lab » compte un effectif de plus de 100 personnes, « NYC Media Lab » ne dispose que d’une personne et la ville de NY ne lui a alloué que 250.000 dollars. Il est géré par NYU sur son campus de Brooklyn, tandis que Columbia University coordonne la participation des chercheurs dans les différents domaines. Le laboratoire est censé « stimuler la recherche technologique et mettre en relation les entreprises entre elles » (p. 1) en contribuant à « … développer des projets de recherche collaborative sur des sujets d’importance vitale pour l’industrie des média de la ville tels que : les technologies de recherche de nouvelle génération ; le format du contenu mobile numérique ; l’animation électronique pour les films et les jeux ; les techniques pour les marchés émergents ; et de nouveaux dispositifs… qui se développent, susceptibles d’affecter le réseau de diffusion des contenus (p. 2) ». Des entretiens réguliers entre les entreprises et les universitaires sont prévus sur place, tandis que le « lab » héberge également un site web doté d’une base de données de R&D sur les médias avec une liste de facultés universitaires, d’experts d’entreprise, d’instituts de recherche et de centres de R & D présents en ville.

c. Le Centre Urbain d’Innovations Technologiques basé sur les industries vertes

  • 5 Président de NYC-Poly

23Le dernier projet de plate-forme concerne les industries vertes. En octobre 2009, l’EDC dévoile son programme pour les Économies Vertes prévoyant des services financiers, des programmes de construction et des compétences « verts » (NYCEDC, 2011b). Des initiatives fédérales ont contribué à l’élaboration de cette stratégie mise en place aussi à la suite de différentes rencontres ayant mobilisé plusieurs centaines de partenaires. Il faut rappeler que les origines de cette stratégie sont antérieures à la crise financière. La municipalité et l’État de New York avaient déjà encouragé la mise en place de politiques pour développer des énergies alternatives. Une coalition de « cols verts » (associations environnementales, associations de justice environnementale et syndicats) a inspiré les politiques aux différents niveaux (fédéral, d’état et municipal). En 2006 et en réponse aux activistes « cols verts », le maire lance le programme « NYC 2020 » visant à réduire de 30 % les émissions de gaz à effet de serre en milieu urbain, d’ici 2030. « NYC Partnership » a également cherché à développer un secteur « Clean Tech » dans la ville ; il fait partie, avec plusieurs universités de la ville, d’un consortium qui a proposé au Ministère Fédéral de l’Energie (US Department of Energy) d’utiliser le patrimoine immobilier de la ville de New York comme banc d’essai pour le développement d’un cluster sur la « construction écologique » (Indergaard, 2011) ; bien que cette proposition n’ait pas été acceptée, l’idée qui la sous tend perdure, comme on verra par la suite. Tous ces projets ont été présentés par Bloomberg, en 2011, lorsqu’il a annoncé la constitution d’un partenariat entre l’EDC, Columbia University, CUNY et NYU-Poly pour la promotion du développement et le déploiement commercial des technologies de construction « verte ». Le principal élément est la création d’un Centre d’Innovation Technologique Urbaine (NYC Urban Technology Innovation Center), hébergé et géré par le « Center for Technology, Innovation and Community Engagement » de l’Université Columbia. Le partenaire du CUNY est son « Laboratoire de Performances dans la Construction ». Il s’agit d’un projet unique en matière de développement durable. « On ne pourra jamais atteindre les objectifs ambitieux fixés pour NYC en matière de réduction des émissions carbone sans réduire les émissions produites par le million de bâtiments de la ville de NY » (NYCEDC, 2011c). Ce projet est aussi unique en ce qu’il considère la ville comme un banc d’essai. « La ville de NY, avec sa puissance financière et culturelle, est le laboratoire idéal pour faire progresser des technologies capables d’améliorer la qualité de la vie de la population urbaine. »5 (p. 2). Voici comment ce centre va développer la technologie de construction verte :

24« Tout d’abord, il va fournir aux entreprises des opportunités de tester leurs innovations dans des bâtiments déjà existants… Deuxièmement, il va développer des informations et créer un centre d’échange d’informations… Troisièmement, il accueillera un débat… sur les entreprises du secteur de la construction verte (p. 1) ».

25Ce centre vise aussi la création de « clusters spécialisés dans la technologie de la construction » en développant « de solutions technologiques à des problèmes de gestion des bâtiments spécifiques à la ville de NY (et) en promouvant et soutenant des projets collaboratifs en matière de R&D, entre institutions universitaires, organisations sans but lucratif et entités privées de la ville au sein de la communauté immobilière de la ville de NY » (NYCUTIC, pas de date). Un dernier aspect inédit est le fait que le « CUNY Building Performance Lab » a des liens étroits avec le mouvement des « cols verts », qui ont aidé à monter le laboratoire et continuent à collaborer avec celui-ci dans le cadre des « recommandations de politique et programmes de formation en faveur de l’économie verte émergente de la ville de NY » (CUNY Institute for Urban Systems, pas de date : 2). Un aspect moins positif est constitué par le fait que le financement apporté au centre par l’EDC s’élève à seulement 250,000 dollars, alors que l’apport des trois écoles, en termes de ressources, s’élève à 500,000 dollars (NYCEDC, 2011c).

Conclusions

26On peut dire, en conclusion, que la ville de New York développe une multiplicité d’actions impliquant l’université pour renforcer la compétitivité internationale de son économie de la connaissance. Cela permet de penser que les avantages pourront varier, selon le type d’initiative, en raison des différences existantes entre secteurs, de montants de financement et d’orientation des universités participant aux projets. Une chose est sûre : le résultat ne sera pas la Silicon Valley. Nous l’avons dit, New York est une ville globale dotée d’une économie de la connaissance très différente de celle développée dans ce site technologique très célèbre.

27Dans la période post-crise, ses efforts de diversification comportent essentiellement trois types d’initiative :

  • soutenir les start-up dans le secteur des biosciences,

  • guider le secteur des médias à l’ère du numérique,

  • développer un secteur de technologies pour la construction verte.

28Pour étendre son rayonnement et attirer des centres d’innovation d’envergure mondiale, la ville de New-York a mis en place de nouveaux appels à proposition et a fait des efforts exceptionnels pour recruter une grande université spécialisée dans les nouvelles technologiques. Les villes globales sont, par ailleurs, un contexte essentiel pour le développement de l’économie de la connaissance et elles peuvent être considérées comme des centres de « cross-pollination » entre les segments technologique, commercial et culturel (Scott, 2010). La ville de New-York a adopté cette même vision considérant l’innovation au sens plus large du terme (design, invention, déploiement de nouveaux produits ou de produits améliorés, services, systèmes, modèles économiques etc.). En s’inscrivant dans cette logique, le vrai défi pour la ville, consiste dans l’adaptation au changement progressif, opéré par les technologies, de la nature des services commerciaux et du secteur des médias. Elle a donc réellement besoin de construire sa propre base technologique/scientifique et de l’utiliser pour améliorer ses secteurs essentiels d’activité. Disposant d’un immense patrimoine immobilier, elle peut en faire le banc d’essai idéal pour développer une technologie de construction verte tout en explorant, en même temps, un possible rapprochement des objectifs environnementaux et économiques. Dans ce contexte, les universités peuvent jouer plusieurs rôles en multipliant les chances d’obtenir des retombées positives à l’échelle locale. Les relations entre facultés et économie locale risquent cependant d’être mises à mal par la concurrence globale entre les universités au « top ». L’effort mis en œuvre par New York pour réintégrer les universités dans un écosystème innovant fera des émules. Cependant, les initiatives new-yorkaises posent un certain nombre de problèmes. La forme que doivent prendre les rapports collaboratifs, par exemple, n’a pas été étudiée avec précision : l’EDC considère la plate-forme de recherche de l’université comme une sorte de « boîte noire » qui « fabrique » de toutes pièces ce type de relations basées sur la collaboration, l’innovation et la synergie. Or, il n’est pas sur que les universités new-yorkaises soient à même de le faire ni qu’elles souhaitent le faire. Un autre problème est posé par les différents degrés de capacités et engagements de la part de la municipalité. L’EDC consacre, en majorité, son personnel, son budget et ses capacités programmatiques, à la promotion et au marketing immobilier. L’investissement destiné aux initiatives en faveur du secteur des médias et de la construction verte est beaucoup plus modeste que la rhétorique municipale ne veut le faire croire. D’autres questions restent en suspens : quel sera le niveau d’engagement du prochain maire vis-à-vis de ces initiatives ? La participation des universités pourra-t-elle encore garantir leur légitimité, si l’engagement vers l’égalité des chances dans l’éducation faiblit ? D’un point de vue plus optimiste, on peut penser que les différents acteurs soient capables de conforter le positionnement de leur territoire dans l’économie globalisée. Les transformations sociétales relèvent moins de logiques que de contingences et de relations émergeantes, notamment en ce qui concerne les modalités de rassemblement des groupes autour d’une vision et de réseaux (Goldstone, 2010). On peut saluer la volonté de la municipalité d’appuyer fortement la modernisation de ses capacités de production, ce qui pourrait ouvrir la voie à la création d’une politique sectorielle à l’adresse de chaque domaine concerné par la connaissance et favoriser la mise en place de systèmes efficaces de soutien et de gouvernance (Indergaard, 2009). Des retombées économiques positives au niveau local (startups et emplois) pourraient alors découler de ces initiatives

29Egalement, les acteurs moins forts et la population locale et leurs « university champions » – pourraient exprimer collectivement leurs besoins et leurs intérêts. Certaines de ces potentialités concernent directement les initiatives liées à la construction verte. On peut identifier deux actions favorisant la localisation d’avantages économiques : l’utilisation de la ville comme banc d’essai et l’invention d’une industrie enracinée dans l’habitat local ayant des capacités spécifiques. Cette initiative est également unique, car elle n’a pas un objectif économique, mais poursuit celui du le développement durable, ce qui pourrait élargir le champ de légitimité des universités. Enfin, grâce aux liens existants entre le « CUNY Building Performance Lab » et le mouvement des « cols verts », les partenaires de l’université pourraient drainer plus facilement des bénéfices vers les classes moins favorisées. L’économie verte étant encore à ses balbutiements, elle offre plus de possibilités qu’un secteur déjà affirmé comme celui des biosciences. Les deux autres initiatives sectorielles de la ville pourront apporter des retombées économiques, mais il est moins sûr qu’elles créent des retours non-économiques ou des avantages pour les classes moins favorisées. Pour atteindre ce type d’objectif, il est essentiel de savoir qui participe au projet au sein de l’université, pour quelles raisons et dans quelles circonstances.

Bibliographie

Batholt, H., A. Malmberg and P. Maskell. 2004. “Clusters and Knowledge : Local Buzz, Global Pipelines and the Process of Knowledge Creation,” Progress in Human Geography 28, 1 : pp. 31-56.

Benneworth, P. and R. Rutten. 2011. “Territorial Innovation Models Beyond the Learning Regions,” paper for the Regional Studies Assn, Newcastle Upon Tyne, UK, April.

Bloomberg, M. 2009. State of the City Address, 15 January. Disponible sur le site de : http://www.nyc.gov/cgi-bin/misc/

Bowles, J. 2009. Building New York City’s Innovation Economy. Center for an Urban Future, New York, Septemeber.

Business Wire. 2010. “The New York Academy of Sciences Launches NYC’s First Early-Stage, Life Science Angel Investment Networks,” businesswire. com 18 November, pp. 1-2. Disponible sur le site de : http://www.businesswire.com/news/home/20101118006513/en/York-Academy, accessed February 23, 2011

Castells, C. and P. Hall. 1994. Technopoles of the World. London : Routledge.

Chatterton, P. and J. Goddard, 2000. “The Response of Higher Education Institutions to Regional Needs,” European Journal of Education 35 : pp. 475-496.

City of New York. 2010a. “Mayor Bloomberg Announces Initiative to Develop a New Engineering and Applied Research Campus to Bolster City’s Innovation Economy,” 16 December, pp. 1-3. Disponible sur le site de : http://www.nyc.gov/cgi-bin/misc/accessedMarch4, 2011

City of New York. 2010b. “Mayor Bloomberg Launches NYC Media Lab,” nyc. gov 14 June, pp. 1-4. Disponible sur le site de : http://www.nyc.gov/cgi-bin/misc/pfprinter.cgi?action= print&sitename=OM, accessed May 28, 2011

Columbia University. 2010. “Globalization and Education,” columbia. edu 8 April, p. 1. Disponible sur le site de : http://www.globalcenters.columbia.edu/europediscusses-globalization-and-higher, accessed May 23, 2011

Cooke, P. 2002. Knowledge Economies. London : Routledge.

CUNY Institute for Urban Systems. No date. “CUNY Building Performance Lab,” cunyurbansystems. org, pp. 1-4. Disponible sur les site de : http://www.cunyurbansystems.org/pages/building, accessed June 2, 2011

Davenport, S. 2005. “Exploring the Role of Proximity in SME Knowledge-acquisition,” Research Policy 34 : pp. 683-701.

Elstein, A. 2011. “Wall St. Green Pales,” Crain’s New York Business 30 May, pp. 1-4.

Etzkowitz, H. and P. L. Leydesdor. 2000. “The Dynamics of Innovation : From National Systems and Mode 2 to a Triple Helix of University-Industry-Government Relations,” Research Policy 29, pp. 109-123.

Flood, J. 2011. “NYC Tech Startups Frustrated with Bloomberg’s Economic Development Agency,” nyconvergence. com 4 January, pp. 1-7. Disponible sur le site de : http://www.nyconvergence.com/2011/01/nyc-tech-startups-frustrated-with-Bloomberg accessed January 1, 2011

Glaeser, E. (ed) 2010. Agglomeration Economics. University of Chicago Press.

Goddard, J. and P. Vallance. 2011. “Universities and Regional Development,” pp. 425-437 in A. Pike, A. Rodriguez-Pose and J. Tomaney (eds). Handbook of Local and Regional Development. London and New York : Routledge.

Goldstone, J. A. 2010. “From Structure to Agency to Process : The Evolution of Charles Tilly’s, Theories of Social Action as Reflected in His Analysis of Contentious Politics,” American Sociologist 41, pp. 358-367.

Gregor, A. 2010. “New Lab Complexes Make the City Ready for a Biotech Future,” New York, Times 20 October, Section B : 7.

Hernandez, J. 2011. “Bloomberg’s Big Push for a Top Science School,” New York Times 27 April, Section A : 24.

Huggins, R. 2008. “The Evolution of Knowledge Clusters,” Economic Development Quarterly 22, 4 : pp. 277-289.

Indergaard, M. 2004. Silicon Alley : The Rise and Fall of a New Media District. New York : Routledge.

Indergaard, M. 2009. “What to Make of New York’s New Economy ? The Politics of the Creative Field,” Urban Studies 46, 5 & 6 : pp. 1063-1093.

Indergaard, M. 2011. “Another Washington-New York Consensus ? Progressives Back in Contention,” Environment and Planning, A 43 : pp. 286-306.

Jessop, B. and S. Oosterlynck. 2008. “Cultural Political Economy,” Geoforum 39, 3 : pp. 1155-1169.

Kapko, M. 2011. “How NewYork City supports Start-ups and Promotes Mobile Innovation,” rcrwireless. com 9 May : pp. 1-2.

Keeble, D., D. Lawson, G. Moore and F. Wilkinson. 1999. “Collective Learning Processes, Networking and ‘ Institutional Thickness’in the Cambridge Region”, Regional Studies 33 : 319-332.

Krieger, Z. 2008. “The Emir of NYU,” New York Magazine 13 April. Disponible sur le site de : http://nymag.com/news/features/46000/, accessed May 23, 2011.

Lavelle, L. 2011. “NYU Opening New Campus in Shanghai,” Businessweek 28 March, pp. 1-4. Disponible sur le site de : http://businessweek.com/bschools/blogs/mba_admissions/archives/2011/03/nyu_ope, accessed May 23, 2011

Leslie, S.W. 2000. “The Biggest ‘Angel’of Them All : The Military and the Making of Silicon Valley,” in M. Kenny (ed). Understanding Silicon Valley. Stanford, CA : Stanford University Press.

Lorensen, M. 2001. “Localized Learning and Academic Advice on Enhancing Regional Innovation,” Regional Studies 33, 30 : pp. 3-17 ? ? ?

Massey, D. 2009. “Economic Development 2.0,” Crain’s New York Business 18 May, pp. 3, 9.

McCarthy, C. 2011. “New York’s Quest to become ‘the Digital City’”, cnet. com 27 January, pp. 1-8. Disponible sur le site de : http://www.news.cnet.com/8301-13577-3-20027, accessed January 29, 201.

Messina, J. 2011. “Science Friction,” Crain’s New York Business 25 April, pp. 1, 14.

NYCEDC, no date. “Supporting Your Business : Entrepreneurship and Innovation,” nycedc. com. Disponible sur le site de : http://www.nycedc.com/supportingYourBusiness/EntrepreneurshipInnovation, accessed April 29, 2011

NYCEDC, 2010. “Mayor Bloomberg, Speaker Silver and Alexandria Real Estate Equities Open New State-of-the Art Science Park in Manhattan,” nycedc. com 2 December, pp. 1-4. Disponible sur le site de : http://www.nycedc.com/PressRoom/PressReleases/Pages/MayorBloombergOpensNew, accessed February 23, 2011.

NYCEDC, 2011a. NYCEDC Innovation Index.

NYCEDC, 2011b. Annual Review 2010.

NYCEDC, 2011c. “Mayor Bloomberg Launches NYC Urban Technology Innovation Center,” nycedc. com 20 January, pp. 1-3. Disponible sur le site de : http://www.nycedc.com/PressRoom/PressReleases/Pages/Mayor/LaunchesUrbanTech, accessed April 29, 2011

NYCEDC, 2011d. “Mayor Bloomberg Launches Innovation Index to Measure New York City’s Economic Transformation,” press release, 14 April. Disponible sur le site de : http://www.nycedc.com/PressRoom/PressReleases/Pages/MayorBloombergLaunchesInn, accessed April 29, 2011

NYCEDC, 2011e. “Partnership for New York City and NYCEDC Announce Winners of $ 1.25 Million BioAccelerate NYC Prize,” nycedc. com, 25 May, pp. 1-4. Disponible sur le site de : http://www.nycedc.com/PressRoom/PressReleases/Pages/PartnershipforNewYorkCity, accessed May 28, 201.

NYCUTIC. No date. “NYC Urban Technology Innovation Center,” Columbia. edu, p. 1. Disponible sur le site de : http://www.portal.seas.columbia.edu/seas/utic/mission, accessed April 29, 2011.

Owen-Smith, J. M. Riccaboni, F. Pammoli and W. W. Powell. 2002. “A Comparison of U. S. and European University-Industry Relations in the Life Sciences,” Management Science 48, 1 : pp. 24-43.

Owen-Smith, J. M. and W. W. Powell. 2004. “Knowledge Networks as Channels and Conduits : The Effect of Spillovers in the Boston Biotechnology Community,” Organization Science 15, 1 : pp. 5-21.

Pompeo, J. 2009. “Bloomberg Announces Package of Media Initiatives for Economic Development,” New York Future Initiative 7 July, pp. 1-7. Disponible sur le site de : http://www.nyfi.observer.com/media/262/bloomberg-announces-package-media, accessed July 20, 2010.

Power, D. and A. Malmberg. 2008. “The Contribution of Universities to Innovation and Economic Development,” Cambridge Journal of Regions, Economy and Society 1 : 233-245.

Sassen, S. 1991. The Global City. Princeton, NJ : Princeton University Press.

Saxenian, A. 1994. Regional Advantage : Culture and Competition in Silicon Valley and Route 128. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Scott, A. 2010. “Cultural Economy and the Creative Field of the City,” Geografiska Annaler : Series B, Human Geography 92, 2 : pp. 115-130.

Stanford Report. 2011a. “Stanford Exploring New York city Invitation,” 17 February, p. 1. Disponible sur le site de : http://news.stanford.edu/news/2011/february/exploring-nyc-invitation-021711.html, accessed April 29, 2011

Stanford Report. 2011b. “Stanford Submits Expression of Interest for New York City Campus,” 17 March, pp. 1-2. Disponible sur le site de : http://news.stanford.edu/news/w011/march/new-york-proposal-031711.html, accessed April 29, 2011.

Trager, C. 2010. “Ivory Tower Engines Power New York,” Crain’s New York Business 27 June, pp. 1-5). Disponible sur le site de : http://www.crainsnewyork.com/article/20100627/ANNIVERSAY/100629944, accessed March, 14, 2011.

Wolfe, D.A. and M. S. Gertler. 2004. “Clueless from the Inside and Out : Local Dynamics and Global Linkages,” Urban Studies 14, 5-6 : pp. 1071-1093.

Notes

1 Benneworth and Rutten (2011) citent les modèles suivants : systèmes de production locaux, milieu innovant, régions apprenantes, systèmes d’innovation régionaux, nouveaux systèmes industriels et clusters d’innovation spatiaux.

2 Les grandes entreprises technologiques françaises tendaient à « s’isoler de leur environnement immédiat », et étaient plus enclines à sceller « des alliances à l’échelle internationale… plutôt que des liens infrarégionaux » ; chaque grande entreprise avait son propre réseau de fournisseurs, leurs centres de recherche étaient « isolés et les centres de recherche publics avaient tendance à éviter tout contact avec le secteur privé ; l’orientation « élitiste des grandes institutions d’enseignement supérieur les amenaient à se désintéresser des « entreprises et des institutions les plus proches » (Castells and Hall, 1994).

3 Édition 2011 du Routledge Handbook of Regional and Local Development.

4 Columbia exploite un incubateur d’entreprises biotechnologiques de 100,000 pieds carrés, l’Audubon Business and Technology Center.

5 Président de NYC-Poly

Auteur

St. John’s University New-York Department of Sociology

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540