Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Première partie : La place de la connaissance dans les politiques et stratégies d'aménagement actuelles

Préambule : La place de la connaissance dans le développement urbain

Klaus R. Kunzmann

Texte intégral

Introduction

1La connaissance ne se limite pas à une localisation précise. Partout où les gens vivent, ils connaissent nécessairement ce qui caractérise leur environnement et, plus particulièrement, ses dimensions économiques, pour survivre ou pour faire fortune. Ils saisissent la nécessité de développer des réseaux sociaux pour communiquer et l’importance des valeurs culturelles autour desquelles leur territoire s’est défini au fil des siècles. Ils sont conscients des défis que la nature impose à leur vie quotidienne et saisonnière. Et, en règle générale, ils savent pourquoi et comment protéger l’environnement dans lequel ils évoluent, et comment l’utiliser de façon judicieuse. On parle alors d’une connaissance transmise par les familles ou les groupes sociaux, documentée par les chroniques familialles, par l’école, l’église et le village ou encore d’une connaissance inscrite dans les chartes professionnelles. Lorsque l’on vit dans les grandes villes, cette connaissance est souvent mise de côté, voire remplacée par des connaissances professionnelles ou académiques.

2Pendant longtemps, la connaissance n’a pas été investie d’un rôle particulier ni en planification urbaine ni dans l’organisation du tissu bâti. Prenons les équipements scolaires, par exemple : ils s’implantaient dans la ville suivant des critères fonctionnels basés sur la densité et l’accessibilité. Les universités s’installaient là où des opportunités foncières publiques se présentaient, les décisions d’implantation découlant soit de rationalités institutionnelles, soit de priorités politiques, ou encore du souhait de généreux donateurs et philanthropes qui destinaient leurs terrains (ou leurs bâtiments) à un projet éducatif.

3La connaissance était alors pratiquement omniprésente dans les villes. Elle s’inscrivait dans les logiques qui gouvernaient les choix de localisation des institutions publiques, des communautés scientifiques, des conseillers politiques et des aménageurs, à l’intérieur d’arènes politiques complexes et face à l’avidité des marchés immobiliers, en termes de profit.

Le succès des knowledge industries : un développement urbain basé sur la connaissance

4La vision de la connaissance change sous l’influence de la société postindustrielle qui la met au centre d’une attention nouvelle. Cette vision est partagée aussi par les politiques dans la mise en oeuvre de leurs stratégies de développement urbain.

5Cette attention nouvelle est attestée également par l’énorme littérature (livres et articles) consacrée à la société de la connaissance et à son importance (Meusburger 1998, Gorz 2004, Engelhardt & Kajetztke, 2010). Elle est incontestablement devenue le sujet central des publications et des recherches académiques. Cela va de pair avec le statut qu’elle a acquis à l’échelle mondiale, qui la met au centre de plusieurs disciplines universitaires aussi diverses que l’économie ou l’urbanisme, la psychologie ou les sciences cognitives, les sciences de la communication ou les « cultural studies ». Connaissance et culture sont fortement connectées, ce qui explique l’intérêt des études sur l’innovation vis-à-vis des liens entre connaissance et industries créatives, actuellement objet d’un large débat. Par ailleurs, la nouvelle économie urbaine fonde de plus en plus ses concepts sur la présence des « knowledge industries », (les industries de la connaissance) qui émergent dans la ville. Elles sont perçues comme des facteurs clés des politiques axées sur la compétitivité globale des villes et des régions. Ces politiques insistent sur la création de clusters visant à renforcer les filières concernées par la connaissance en les inscrivant dans des réseaux (en créant des interconnexions entre clusters). Les industries de la connaissance prennent aussi de l’ampleur dans les débats sur l’importance de l’économie créative, tout comme pour la classe et la ville du même nom.

6On les considère aussi comme l’un des moteurs de la ré-urbanisation et de la renaissance de la ville (voir par exemple Brake/Herfert 2012).

7La littérature universitaire sur ce sujet est copieuse (voir par exemple en Allemagne Matthiesen 2004, Kunzmann 2004, Tata 2004, Höger/Christiaanse 2007, Ziegenbein 2007, Seifert 2009, Matthiesen 2009). Les études et les recherches sur un développement urbain et régional axé sur la connaissance, rencontrent un certain succès auprès de la communauté universitaire et nombreuses sont les publications visant à promouvoir les industries de la connaissance (voir par exemple Ingallina 2010, Chapin et al. 2009, Charles 2010, Mestaxiotis et al. 2008) dans la création du nouveau paradigme de la « knowledge city » (la ville de la connaissance).

8Ces travaux qui considèrent la connaissance comme un levier pour le développement urbain, ont suscité un grand intérêt, malgré le fait que les publications académiques spécialisées sur ce sujet, les journaux ou la presse populaire ne soient pas dénués d’une certaine rhétorique qui masque parfois la carence d’éléments innovants et se traduit le plus souvent par la production de textes dépourvus d’intérêt.

Enjeux et défis de la ville de la connaissance

9Toujours est-il qu’un certain nombre de thèmes restent encore inexplorés, comme la relation entre la connaissance et la consommation, la commercialisation croissante de la connaissance dans les milieux néolibéraux, les implications de la communication électronique internationale dans ce nouveau type de « développement urbain par la connaissance » ou les conditionnements culturels qui sous-tendent ce type de développement dans des contextes tels que l’Asie ou l’Europe, mis à part le monde anglo-saxon. De la même façon, les implications sociales de ces politiques ou les enjeux pour le marché immobilier dans le domaine de la connaissance, sont encore insuffisamment étudiés.

10Le paradigme actuel du développement des connaissances en milieu urbain est porté par des décideurs politiques tournés vers l’avenir, par des aménageurs à la recherche d’alliances stratégiques dans les opérations de renouvellement urbain, mais aussi par des intérêts spécifiques, qu’ils soient liés à la recherche du profit, de la part des industries de la connaissance, ou à la recherche de notoriété de la part d’universitaires en carrière. La nouvelle euphorie que suscite la « knowledge city » (la ville de la connaissance) découle également de la pression exercée sur le monde académique et sur les chercheurs à qui l’on demande de produire un nombre croissant de publications dans ce domaine. Par ailleurs, le modèle de la ville de la connaissance est également une conséquence de la concurrence féroce à laquelle se livrent les institutions concernées par elle pour l’accès aux fonds de recherche, au personnel qualifié et aux étudiants. Cette concurrence est alimentée par la nouvelle mode des classements réalisés par les centres de recherche en quête de publicité, communiqués par les médias populaires, et facilement pris en compte par les maires et les présidents d’université. Les industries de la connaissance locales sont devenues un nouvel enjeu pour le marketing urbain, pour les sociétés de « branding » qui souhaitent « vendre » une ville aux médias, pour les investisseurs mais aussi pour les citoyens, pour les groupes de réflexion, les conseillers commerciaux et politiques désireux de lancer des projets dans ce domaine, d’obtenir des contrats et de générer des revenus importants. La ville universitaire de Heidelberg, par exemple, a récemment lancé une stratégie ambitieuse pour devenir une « knowledge city » en appliquant son paradigme à une stratégie urbaine sur une période de dix ans (Heidelberg 2012). La ville de Karlsruhe, par ailleurs, organise un ambitieux festival des sciences pour l’année 2013, pour célébrer la fondation de la cité féodale, il y a 300 ans, et se positionner en tant que « Cité des Sciences » d’envergure mondiale.

De la théorie à la pratique : la mise en œuvre du développement par la connaissance

11Passer de la théorie à la pratique, contrairement à ce que semble dire la majorité des écrits à caractère scientifique, n’est pas chose facile. Quelles sont donc les raisons des difficultés dans la mise en œuvre d’un développement urbain basé sur la connaissance ? L’origine de ces raisons se trouve sans nul doute dans les logiques différentes des acteurs institutionnels et des décideurs (Kunzmann 2008). Le « complexe de la connaissance » d’une ville est représenté par les institutions concernées, les pôles technologiques et scientifiques, les instituts de recherche et les groupes de réflexion publics et privés qui ont leurs propres agendas et leurs intérêts particuliers à défendre, leur statut à affirmer, leur pouvoir et leur influence à renforcer. En règle générale, les responsables des villes, quant à eux, poursuivent des objectifs très différents lorsqu’ils lancent leurs stratégies de développement urbain. En effet, lorsqu’ils veulent s’appuyer sur la connaissance pour faire du développement, chaque acteur institutionnel, à son niveau (local, régional, national ou même supranational, le cas échéant) s’inscrit dans une logique qui lui est propre.

12Les « travailleurs de la connaissance », ceux qui ont des compétences en ce domaine et qui sont directement affectés par les politiques axées sur le développement urbain par la connaissance, ont eux-aussi leurs propres critères quant aux choix d’implantation le plus pertinent pour ce type de projets. Nous pouvons donc identifier au moins quatre instances concernées par le développement urbain par la connaissance qui s’inscrivent dans autant de logiques différentes :

  • Les universités qui veulent rehausser leur image nationale et internationale. Leur objectif principal est d’obtenir davantage de ressources et pouvoir attirer des étudiants étrangers. Une concurrence s’installe entre elles pour obtenir des contrats de recherche nationaux et internationaux et pour attirer des chercheurs hautement qualifiés. Les classements universitaires et le nombre de brevets déposés guident leurs ambitions et régissent leurs structures organisationnelles internes. Les universités se battent pour obtenir une plus grande part des budgets publics en vue de recruter du personnel ou d’améliorer l’encadrement des étudiants, s’il est insuffisant. Et, comme on a déjà dit, elles essayent aussi d’attirer des sponsors et des philanthropes pour bénéficier non seulement de financements mais aussi d’une meilleure image. De la même façon, elles favorisent les associations d’anciens étudiants pour construire et faire vivre des réseaux d’aides mutuelles mondiaux. Les clusters scientifiques et technologiques, le deuxième grand segment du complexe de la connaissance d’une ville, s’efforcent de lever davantage de fonds pour des contrats de recherche et développement avec des entreprises privées, pour recruter des travailleurs hautement qualifiés et pour créer des entreprises innovantes et créatives. Le choix de localisation des universités n’apparaît pas comme une priorité dans les agendas des universitaires. Ce choix peut être confié soit à des organismes extérieurs sont aussi ceux qui prennent en charge le financement des projets basés sur la connaissance, soit à des services internes, souvent en sous-effectifs, qui s’occupent du patrimoine immobilier de l’université.

  • Les villes, considèrent le « complexe de la connaissance » comme l’un des nombreux défis auxquels elles sont confrontées, en temps de crise, de diminution constante des budgets locaux et de coupes budgétaires drastiques. En tenant compte de l’accroissement de leur dette, les municipalités se doivent de maintenir une certaine qualité de vie dans la ville, pour tous les citoyens, et pas seulement pour les « travailleurs de la connaissance ». Elles doivent continuer à fournir les prestations et les services nécessaires à la population, assurer une bonne desserte en transports publics, une bonne gestion des équipements culturels et de loisirs ainsi que du patrimoine urbain, et elles doivent répondre, enfin, aux problèmes posés par la ségrégation sociale, l’intégration des populations immigrées et la gentrification. Elles se doivent également d’appliquer des normes très strictes en matière d’économie d’énergie visant à atteindre l’objectif de zéro émission de gaz à effet de serre, afin de préserver l’environnement et limiter la consommation de ressources qui se font rares. S’agissant de la promotion de la connaissance, les orientations idéologiques des élus locaux et leurs engagements à l’égard des partis politiques jouent un rôle décisif pour déterminer si leur volonté de promouvoir la « ville de la connaissance » est bien réelle ou si elle est liée à des échéances électorales. Malheureusement, peu de conseilleurs municipaux travaillent dans le domaine de la connaissance et sont directement concernés par ces questions. Il est rare, en effet, que des chercheurs et des professionnels spécialisés dans ce champ aspirent à s’impliquer dans la vie politique.

  • Les gouvernements, à tous les niveaux (supranationaux, nationaux ou régionaux) ont des motivations différentes de celles des villes. Les politiques mises en œuvre par la Commission Européenne et celles nationales (ou fédérales), par les institutions responsables de l’enseignement et de la recherche et de la promotion des industries de la connaissance reflètent l’ambition pour l’Europe de rester compétitive à une échelle internationale, avec l’Amérique du Nord et l’Asie. Le développement de la connaissance à l’échelle locale ne fait donc pas partie des préoccupations des politiques européennes. De plus, les prises de position idéologiques et les partis politiques définissent leurs propres politiques de développement stratégique selon des critères spécifiques.

  • Les « travailleurs de la connaissance », enfin, ont une vision particulière du développement urbain par la connaissance. Ils choisissent leur poste à partir de considérations individuelles, liées à leur carrière et à la qualité de vie offerte à leur famille. Ils se trouvent à devoir évaluer leurs perspectives de carrière par rapport aux postes mis à disposition sur le marché par les organismes concernés et s’interrogent sur les conditions de mobilité domicile/travail, sur l’éventualité de trouver une école de qualité à proximité de ce poste et sur l’offre de services de bon niveau en matière de santé qu’ils soient publics ou privés. Ils préfèrent s’installer là où les logements ne sont pas trop chers, qu’ils soient permanents ou temporaires, dans un environnement proche d’équipements de loisirs et ludiques. Ils considèrent enfin, l’éventualité de s’installer sur le long terme, dans le contexte d’une société vieillissante, et les exigences familiales par rapport à cela.

13Dans la majorité des cas, les exigences de ces quatre groupes ne sont pas prises en compte en même temps, dans la promotion de la stratégie de développement des villes de la connaissance.

Difficultés à mener à bien ces politiques

14Les stratégies des politiques pour le développement de la ville de la connaissance se heurtent aussi, dans ce passage de la théorie à la pratique, à d’autres obstacles et à d’autres défis, tels que les rivalités chroniques entre institutions concernées par la connaissance, le manque de compétences en la matière au sein des collectivités, la complexité des niveaux de gouvernance dans les instances décisionnelles de la planification. À cela s’ajoute la place grandissante de la matière grise dans les négociations économiques et le nouvel intérêt du marché immobilier vers de nouveaux champs d’investissement rentables en lorgnant sur le développement urbain axé sur la connaissance. Quant aux urbanistes et aux aménageurs, ils n’ont qu’une compétence limitée dans ce domaine et ils continuent pourtant à exercer leurs tâches habituelles dans les collectivités locales, consistant dans le zonage, la maîtrise du foncier ou la conservation du patrimoine. Cela peut contribuer à retarder les décisions stratégiques en faveur d’une ville de la connaissance florissante. Une autre contrainte à son accomplissement est constituée par le fait que le secteur privé s’implique très peu dans la création de la ville de la connaissance. L’Italie, la France ou l’Allemagne s’inscrivent aussi dans cette logique qui donne davantage de responsabilité à l’action publique. La responsabilité de l’enseignement supérieur et des industries de la connaissance est traditionnellement l’affaire de ministères nationaux des finances, de l’économie et dans une moindre mesure, de l’enseignement, de la recherche et du développement. La construction d’un « complexe de la connaissance » reste encore l’apanage du secteur public, l’intervention du privé est encore à définir, du moins dans les pays sus-cités. Aussi il est difficile d’organiser une action concertée du complexe de connaissances parce que ce type d’opérations, constructif et novateur, n’est pas considéré comme une priorité par les acteurs, qu’ils soient publics ou privés, ni même par les institutions concernées par la connaissance. D’autres obstacles sont représentés par un manque de professionnalisme dans la maîtrise de l’information et dans la gestion de la communication autour de ce que peut être un « complexe des connaissances », ainsi que par le faible intérêt des médias locaux vis-à-vis des dimensions multiples de la ville de la connaissance.

Quels défis pour la planification de la ville de la connaissance ?

15Les débats ébauchés ci-dessus illustrent l’environnement complexe dans lequel évoluent la prise de décision et la planification en matière de ville de la connaissance. Ainsi, des stratégies visant à améliorer l’état des connaissances dans le développement des villes, au-delà des campagnes de marketing urbain et des brochures, et de la rhétorique des documents à caractère politique peu fournis sur le développement des connaissances, ne sont pas faciles à formuler et, encore moins, à mettre en œuvre. La plupart du temps, les objectifs de développement des villes de la connaissance restent flous et reflètent des intérêts partisans.

16On peut illustrer les défis de la planification de ces villes par des actions synthétisées dans les points qui suivent :

  • intégrer la connaissance dans les stratégies de développement territorial et développer des visions communes et stratégiques de partenariats public-privé pour leur mise en œuvre ;

  • rendre visible la connaissance dans la ville, en permettant l’expansion des « complexes des connaissances » dans les aires centrales des villes, ou en développant de nouvelles plaques tournantes de la connaissance (« hubs » urbains) dans des régions métropolitaines polycentriques, où les institutions et les fonctions concernées par la connaissance s’articulent bien avec les autres fonctions urbaines et commerciales :

  • assurer des liaisons entres espaces de la connaissance appartenant à une même région métropolitaine tout en les intégrant dans les quartiers de la ville ;

  • articuler les logiques différentes des villes et des universités, des institutions supra-locales et des citoyens, en maintenant le dialogue entre les acteurs locaux ;

  • sensibiliser les citoyens et les milieux politiques à la dimension de la connaissance dans le développement urbain, et accélérer le processus de décision sans pour autant négliger les préoccupations des citoyens ;

  • élargir la base des connaissances locales et accroître la compétence liée à dans les administrations et les conseils municipaux ;

  • encourager les médias locaux à intégrer la connaissance dans leur couverture quotidienne des événements locaux au-delà de la chronique universitaire.

17Ces défis peuvent être facilement transformés en objectifs et principes d’une stratégie orientée vers l’avenir pour construire la ville de la connaissance, une ville vivable pour tous les citoyens. La dimension considérable de la connaissance contribue à la réalisation du paradigme de la ville compacte. Elle peut contribuer aussi à l’amélioration de la qualité de vie et de l’attractivité de la ville européenne.

Conclusions

18Il n’existe pas de recette pour développer la ville de la connaissance, ni de modèle des meilleures pratiques. Au final, il s’agit pour chaque ville d’adopter sa propre stratégie locale basée sur le capital territorial de connaissance et sur l’arène politique locale respective. L’action déclenchant le processus de mise en œuvre est la connaissance approfondie des conditions, des objectifs et des faiblesses du « complexe de la connaissance » à l’échelle locale. En revanche, il faudrait s’écarter des enquêtes approfondies et de la communication impliquant tous les intervenants clés dans une ville. Les relations, les contraintes et les possibilités de créer ou renforcer la ville de la connaissance devront être clairement identifiées. À partir de ces données, on pourra formuler un « plan directeur de la connaissance » pour la ville, ses quartiers, sa région. Plus que d’un simple plan, il s’agira d’un document visant à renforcer la dimension de la connaissance dans la ville et qui sera accepté par toutes les parties prenantes. Il sera ouvert pour permettre aux intervenants, intéressés par cette stratégie, d’intégrer le processus et d’apporter de nouvelles idées au projet. Ainsi, le document stratégique final pourra être considéré comme le résultat d’un discours mené localement mais toujours ouvert. À l’image de la ville réelle, il représente ses aspirations en s’affranchissant aussi bien de la rhétorique et des vœux pieux que de l’énumération des affirmations traditionnelles ou des beaux discours. Des modèles erronés et des objectifs trop ambitieux ne pourront que bloquer la mise en œuvre des stratégies et des processus. Un certain nombre de principes enracinés localement seront à la base de la stratégie, tel que par exemple un usage mixte des terrains, la densification ainsi que l’abolition de la division fonctionnelle de l’espace hérité d’une conception de la ville dépassée et des règlements de zonage.

19Les stratégies de la ville de la connaissance se fondent sur trois éléments clés :

  • Tout d’abord, il faut inscrire cette vision dans le long terme : d’une part pour localiser et maintenir les institutions de la connaissance en centre-ville et dans d’autres lieux de son territoire, à condition qu’ils soient faciles d’accès ; d’autre part pour désenclaver les communautés universitaires et les ouvrir à tous les citoyens.

  • Deuxièmement, il faut bien analyser et saisir les politiques locales menées en matière de logement et les stratégies d’accueil des étudiants, du personnel enseignant, des travailleurs de la connaissance et des chercheurs invités (ceux que l’on nomme généralement « la classe créative »).

  • Le troisième élément de développement de la connaissance dans une ville nécessite des services de mobilités intelligente et pratique, disponibles 24 heures sur 24 pour les travailleurs de la connaissance et leur famille, allant du vélo à l’accès direct à l’aéroport international.

20Une communication et une coopération constantes entre les politiques sectorielles localement menées et les acteurs du « complexe de la connaissance » sont une condition préalable de la réussite de toute stratégie sur le long terme, tout autant que le recrutement de personnel compétent et motivé. Les projets catalytiques, impliquant et engageant toutes les parties prenantes contribuent à démontrer la faisabilité et la viabilité de la stratégie (Kunzmann 2004) à toutes les parties concernées. Toute sorte de média mis à disposition localement avec les nouvelles plates-formes de communication virtuelles auront aussi un effet positif, grâce à leur pouvoir de communication, aux débats qu’ils pourront susciter et au soutien local qu’ils pourront stimuler. Enfin, l’expérience montre que la présence d’un leadership dans la ville et dans le « complexe de la connaissance » est essentielle pour mieux intégrer la connaissance dans les stratégies de développement urbain.

Bibliographie

Brake, Klaus und Günther Herfert, Hrsg. (2012) Reurbanisierung: Materialität und Diskurs in Deutschland. Wiesbaden, Springer VS.

Chapain, Caroline, Chris Collenge, Peter Lee and Sako Musterd (eds) (2009), ‘Can we plan the creative knowledge city?’, Built Environment, Special Issue, 35, (2).

Charles, David (2010), « Universités et développement territorial ; stratégie de convergance », Revue Urbanisme, 82, 74–76.

Engelhardt, Anina, und Kajetzke, Laura, Hg. (2010), Handbuch Wissensgesellschaft. Theorien, Themen und Probleme. Bielefeld, Transcript.

Gorz, André (2004) Wissen, Wert und Kapital Zur Kritik der Wissensökonomie. Berlin Rotpunkt Verlag.

Heidemann, Caren, Klaus R. Kunzmann, and Klaus Wermker (2012) Turning cities into a knowledge region, In: Tan Yigitcanlar, Kostas Metaxiotis, Francisco Carrillo, Eds. Documentation Prosperous Knowledge Cities: Policies, Plans and Metrics. London, Edward Elgar publishers, 260-275.

Höger, Kerstin. und Christiaanse, Kees. (Hrsg.) (2007): Campus and the City. Urban Design for the Knowledge Society. Zürich.

Ingallina, Patrizia (2010), ‘Attractivité et compétitivité: le role des knowledge industries en Ile-de-France’, Revue urbanisme, 82, 61-64.

Kunzmann, Klaus R. (2004): Wissensstädte: Neue Aufgaben für die Stadtpolitik. In: Ulf Matthiesen, Hrsg.., Stadtregion und Wissen: Analysen und Plädoyers für eine wissensbasierte Stadtpolitik. Wiesbaden, S. 29-41.

Kunzmann, Klaus R. (2004) An Agenda for Creative Governance in City Regions, disp: The Planning Review (2004) 158, 5-10.

Kunzmann, Klaus R. (2008) Afterword In: Yigitcanlar, Tan; Koray Velibeyoglu and Scott Baum, Knowledge-Based Urban Development Planning and Applications in the Information Era, Information Science Reference, Hershey/New York, 2008, 296-300.

Kunzmann, Klaus R. (2009), The Strategic Dimensions of Knowledge Industries, disp The Planning Review 177/2/2009, 40-49

Kunzmann, Klaus R. (2012) Das urbane Pentagon von Konsum, Tourismus, Kultur, Wissen und Kreativwirtschaft. in: Brake, Klaus und Günther Herfert, Hrsg., Reurbanisierung: Materialität und Diskurs in Deutschland. Wiesbaden, Springer VS, 151-165.

Matthiesen, Ulf, Hrsg. (2004): Stadtregion und Wissen: Analysen und Plädoyers für eine wissens-basierte Stadtpolitik. Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften.

Matthiesen, Ulf., Hrsg. (2009), Das Wissen der Städte. Neue Stadtregionale Entwicklungsdynamiken im Kontext von Wissen, Milieus und Governance. Wiesbaden, Verlag für Sozialwissen-schaften.

Mestaxiotis, Kosta, Francisco Javer Carillio and Tan Yigitcanlar (2011) Knowledge-Based Development for Cities and Societies. Melbourne, DA Information Services, Pty LTD

Meusburger, P. (1998): Bildungsgeographie. Wissen und Ausbildung in der räumlichen Dimension. Heidelberg.

Seifert, M. (2009), Universitätsstandorte als Instrument der Stadtentwicklung in Deutschland. Berlin. (Diplomarbeit am Geographischen Institut der Humboldt-Universität zu Berlin)

Stadt Heidelberg (2012), Hg. Wissen-schafft-Stadt, Stadt-schafft-Wissen. Memorandum Internationale Bauaustellung Heidelberg. Perspektiven der europäischen Stadt in der Wissensgesellschaft. Heidelberg.

Veltz, Pierre (1994) Des Territoires Pour Apprendre et Innover. Paris : éditions de l’aube.

Yigitcanlar, Tan, Koray Velibeyoglu, and Scott Brown (2008) Knowledge-Based Urban Développement. Planning and Applications in the Information Era. Information Science Reference, Hershey/New York,

Ziegenbein, Brigitte. (2007): Universität als Stadtbaustein. Potenziale einer wissensbasierten Stadtentwicklung in den neuen Bundesländern. Weimar. (= Schriftenreihe Bau-und Immobilienmanagement 5).

Auteur

Technische Universität Dortmund Royal Town Planning Institute

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540