Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Introduction générale : Universités et Knowledge City : réorganiser stratégies, projets et marchés autour de l’innovation

Patrizia Ingallina

Texte intégral

Introduction

1Appelées de plus en plus à participer à de projets de développement basés sur la connaissance, les universités subissent de fortes pressions, pour se réorganiser autour de pôles d’innovation, s’ouvrant davantage vers l’extérieur et favorisant les interactions avec le territoire.

2Les universités, il est vrai, ont déjà fait l’objet d’études, de critiques et de projets, par le passé.

  • 2 Voir à ce propos: WILLIAMS, L., TURNER, N., JONES, A.(2008), “Embedding universities in knowledge c (...)
  • 3 LARSEN, K. (1999), “Learning Cities: the New Recipe in Regional Development,” OECD Observer, August (...)

3De nouveaux enjeux les ont remis à l’ordre du jour, un peu partout dans le monde2, au point que les territoires sont amenés à se restructurer autour d’elles et la notion de « ville apprenante »3 se développe.

  • 4 Voir: MADANIPOUR, A. (2011), Knowledge Economy and the City: Spaces of Knowledge, London, Routledge

4Que faut-il voir derrière cet engouement nouveau pour les universités ? Quel rôle jouent-elles face à ces enjeux souvent exprimés par le terme d’innovation ? Comment participent-elles à la reconfiguration des acteurs, des politiques et des territoires, dans la société de la connaissance naissante ? Quelles sont les finalités de ces politiques qui encouragent l’innovation et quelles retombées économiques et sociales, peut-on espérer d’elles ? Enfin, quel type de ville se dessine par la création d’« espaces de la connaissance »4 ?

5En lisant cet ouvrage, qui relate une situation généralisée dans les 4 continents qui y sont représentés, il apparaît clair que les chamboulements subis par les universités ces dernières années ne sont pas dus uniquement à l’envie de grimper de quelques places dans le classement mondial de Shangai et attirer davantage d’étudiants et de chercheurs « excellents ». La situation est, en réalité, beaucoup plus complexe.

6Dans un contexte de crise et avec le spectre de la récession, la connaissance (et les économies qui lui sont rattachées) est vue comme une porte de sortie, un moyen pour réenclencher la croissance à travers l’invention d’un nouveau modèle économique ou prétendu comme tel.

7À ce titre les universités représentent un véritable enjeu car elles sont perçues comme des « réservoirs » de connaissances particulièrement aptes à réfléchir aussi sur les compétences et les métiers à venir qui permettront de relancer la croissance.

8Leur emplacement doit être choisi en fonction des flux de connaissance qu’elles pourront capter. Leur visibilité doit être garantie, en relation à leur dimension symbolique.

  • 5 Voir: CARRILLO, F.J. (2006), Knowledge Cities: Approaches, Experiences and Perspectives, Burlington (...)

9Elles sont au centre de nouveaux projets d’aménagement visant la transformation de la ville actuelle dans la future « ville de la connaissance »5. Cela suppose des modifications importantes tant dans la conception que dans la réalisation de ces projets ainsi que de leurs usages, une fois réalisés. La notion d’innovation est au centre du nouveau système en gestation auquel elle apporte des changements fondamentaux.

10Ces changements concernent d’abord l’introduction de l’université dans les stratégies pour redévelopper localement, tout en gardant haute la compétitivité internationale. Ce premier point insiste sur le rôle des universités comme des plaques tournantes (« hubs ») d’une innovation qui se veut ouverte, valorisant l’image d’un territoire et agissant comme levier pour relancer la croissance à la fois à l’échelle locale et à l’échelle globale. La réorganisation autour de différentes figures de la maîtrise d’ouvrage universitaire donne lieu à des programmes variés et avec des degrés différents de complexité. L’université apparaît comme l’un des acteurs clés de ces stratégies.

11Le deuxième changement affecte l’organisation interne de l’université et de la recherche. Pour la première, il s’agit d’une réorientation disciplinaire avec une réduction sensible des unités d’enseignement et une finalisation des domaines de spécialisation pour répondre à la demande des entreprises de pointe. La recherche, de son côté, est restructurée autour de plateformes collaboratives en direction des entreprises. Le but étant d’obtenir une efficacité maximum en termes de rentabilité (ventes de brevets ou de licences, par exemple).

12Ces réorganisations prennent les formes les plus diverses tant dans leur fonctionnement que dans l’espace de la ville. La localisation étant primordiale pour l’innovation, l’emplacement des universités et des plateformes qui leur sont rattachées, acquiert une importance fondamentale. Toutefois, la notion d’emplacement est relative car elle dépend des postulats de départ de stratégies territoriales particulières. Il en découle des projets extrêmement variés allant des campus extra-urbains ou dans la ville à des quartiers universitaires intégrés, des centres d’innovation isolés ou des pôles d’excellences diffus, ou encore des éco-quartiers.

13Enfin, les derniers changements concernent les différentes formes de transfert de la connaissance jusqu’à sa « commercialisation ». Cela implique un changement des mentalités aussi bien à l’intérieur des universités que des entreprises. L’innovation économique n’étant pas pensable sans retombées sociales, l’étude d’un modèle économique réussi, à l’instar de la Silicon Valley, doit s’accompagner de l’analyse du modèle social corrélé. Les tentatives de clonage sont d’autant plus vaines que l’innovation recherchée ne peut qu’être unique et originale par définition, et non pas recopiée sur un modèle. Enfin, la production intellectuelle, et, plus généralement, l’immatériel est à entendre comme un « capital », dont la valeur est mesurable sur les marchés. Ces marchés, assez variés, sont appelées « marchés de la connaissance ».

14Stratégies de développement, projets d’aménagement et nouveaux marchés se resituent autour de la notion de connaissance ayant comme finalité première l’innovation et sont étroitement imbriqués. Ils sont traités, dans cet ouvrage qui restitue les expériences en la matière dans 8 pays, de manière transversale. Plus que d’une approche comparée il s’agit d’un retour d’expériences dont chacun pourra tirer profit.

15Tous ces pays sont motivés par la nécessité d’innover. La notion d’innovation étant relative car soumise à des interprétations qui relèvent de cultures spécifiques, il nous a semblé nécessaire, d’en donner une définition, préalablement, en relation aux concepts de « ville apprenante » et d’engagement universitaire.

Villes apprenantes, innovation et engagement universitaire

  • 6 OCDE (1991), « Formation spécifique à l’entreprise ». Perspectives de l’emploi. Paris: OECD. pp. 13 (...)

16Les notions de ville apprenante (ou région apprenante), innovation et engagement sont à la base de réflexions, engagées dés les années 1990, sur le développement de projets basés sur la connaissance. Elles constituent actuellement autant de pistes pour sortir de la situation de crise et relancer la croissance à travers la construction d’un nouveau modèle économique qui n’est pas unique, mais dépendrait des types d’innovation et d’acteurs (de territoires aussi) qu’il mobilise. Cela impose de nouvelles reconfigurations des acteurs autour de cette notion, mais aussi des choix de localisation qui favorisent la « capacité d’absorption » (Garner), à savoir « la capacité d’assimiler les connaissances externes et des les utiliser à des fins commerciales ». L’innovation, en effet, n’est ni distribuée uniformément, ni de façon tout à fait aléatoire : elle dépend de son emplacement, dans un environnement qui pourra lui être favorable. Il n’est pas possible non plus de l’enfermer dans un lieu préétabli, comme le fait remarquer Klaus Kunzmann dans le préambule à la première partie de cet ouvrage. Aussi, son emplacement devra permettre les échanges et l’interdisciplinarité, comme l’explique Cathy Garner : « l’innovation ouverte implique un nouveau paradigme dans le déploiement d’efforts collaboratifs qui doivent être intersectoriels, interdisciplinaires et internationaux ». Cette approche de l’innovation ouverte permet aussi d’innover localement, à partir des caractéristiques d’un lieu, des potentialités qu’il présente, tant au plan matériel qu’humain, la notion de capital humain et de capital social étant à la base de cette conception6. Il faudrait en somme, penser l’innovation comme le résultat d’interactions. Cela est d’autant plus difficile que les connaissances et les systèmes de relations mobilisés par les acteurs sont diversifiés et qu’il n’existe pas encore une théorie économique capable de « penser le transfert de connaissances autrement que sur le mode d’une marchandise ou d’une information » (Campagnac). On assiste aussi à la naissance de formes complexes de « territorialité » de l’innovation.

  • 7 MC FARLANE, C. (2011), Learning the City. Knowledge and Translocal Assemblage, éditions Wiley-Black (...)

17Quant à la notion de « ville apprenante » (ou région apprenante), elle est avancée pour indiquer la volonté des politiques actuelles d’encourager l’innovation et l’apprentissage tout au long de la vie pour stimuler l’économie locale7. L’apprentissage tout au long de la vie, en effet, c’est aussi une nécessité pour les sociétés actuelles de plus en plus obligées à s’adapter aux changements soudains induits par les nouvelles technologies. Elles doivent apprendre à s’en servir pertinemment et à profiter de tous les avantages qu’elles offrent. D’un autre côté, toute forme d’apprentissage se confrontant à l’innovation peut donner lieu à différentes manières, plus créatives et intéressantes, d’utiliser les technologies de l’information et de la communication. Cela s’inscrit dans une démarche d’engagement professionnel et social des universités dont le modèle anglo-saxon, illustré par la suite, montre déjà les premières applications.

Innovation, universites, knowledge city : le modele anglo-saxon face à un modele français en construction

18Face aux nouveaux enjeux représentés par l’innovation, les pays s’organisent différemment, selon leurs traditions, leurs cultures et leurs systèmes institutionnels. Partager les expériences de différents pays peut permettre d’une part d’identifier les principales tendances en la matière et de l’autre de se « positionner » par rapport à celles-ci. Les différents retours d’expériences, illustrés dans cet ouvrage, ont permis d’identifier un modèle anglo-saxon déjà établi, face à un modèle français en construction.

1. L’expérience anglo-saxonne : les universités comme acteurs clés du développement

  • 8 CASTELLS, C., HALL, P. (1994), Technopoles of the World. London, Routledge.

19Dans les pays de culture anglo-saxonne, comme les États Unis ou le Royaume Uni, mais aussi l’Australie, les universités sont traditionnellement perçues comme l’un des acteurs clés du développement économique, participant aussi aux instances décisionnelles. Les universités américaines, par exemple, en majorité privées, sont considérées comme « réservoirs » de l’excellence et moteurs du développement économique, grâce à un partenariat étroit avec les entreprises et à un soutien institutionnel indéfectible, s’inscrivant dans une logique d’entrepreneuriat institutionnel8.

20Cela va de pair avec le statut très important dont elles jouissent et qui fait d’elles une force avec laquelle il faut composer. Elles participent, en effet, de l’image d’un pays qui se veut toujours jeune et dynamique, d’une efficacité débordante avec des effets d’entraînement sur le reste du monde.

  • 9 L’Ivy League, créée officiellement en 1945, comprend 8 des institutions universitaires les plus imp (...)

21Il faut rappeler que les États Unis sont le pays de l’Ivy League9 qui reste une référence pour toutes les universités anglo-saxonnes qui s’inscrivent dans la même lignée. Les universités qui y sont associées reçoivent régulièrement des « awards » et bénéficient également de budgets très conséquents (plusieurs dizaines de milliards de dollars) ce qui leur impose d’être sélectives dans le choix tant de leurs enseignants que de leurs étudiants. Quant aux chiffres, ils restent relativement contenus : les effectifs de l’Ivy League vont d’un minimum de 5.000 à un maximum de 20.000 pour les universités plus grandes et ayant plusieurs sièges, comme Columbia ou Cornell, par exemple.

1.1. Des universités à la recherche de l’innovation

  • 10 NYCEDC est l’Agence de développement économique chargée de la stratégie visant à faire de la ville (...)

22L’exemple de la ville de New-York (Indergaard), en ouverture de cet ouvrage, nous dévoile l’enjeu représenté par les universités dans une métropole mondiale qui veut tourner le dos à la crise faisant le pari de la croissance. La première tâche qui leur revient est donc d’encourager cette croissance par une recherche innovante au plan de l’économie locale, sachant qu’elles gardent un niveau de compétitivité internationale déjà très haut. Elles sont appelées par la NYCEDC (New-York City Economic Development Corporation)10, à se joindre à un groupe de réflexion à côté des entreprises et des sociétés de capital-risque, pour développer un « imaginaire économique » capable de subvertir le système économique traditionnel à travers des concepts, produits ou services inédits ou transformés. Aussi à Brisbane (Charles), les universités se réorganisent autour de la notion d’innovation, dans une démarche de double engagement, professionnel et social, créant de nouvelles structures de par leur fonctionnement, le traitement de leurs espaces, les relations collaboratives, dans des domaines où la « commercialisation » est plus rare, comme les arts et les lettres. Au Royaume Uni (Newman) les universités s’organisent de manière autonome, créant des partenariats multiples non seulement avec les entreprises mais aussi avec les collectivités territoriales afin d’intégrer les stratégies de développement dans leurs programmes et de fournir des services tant aux collectivités qu’aux populations.

• Des partenariats multiples pour davantage d’efficacité

23Restructurées autour de l’innovation, les universités peuvent s’organiser de différentes manières donnant lieu à des montages divers selon le type d’innovation souhaité, les domaines disciplinaires concernés, les entreprises partenaires, les formes de collaboration interuniversitaires, les opportunités de localisation, la commercialisation possible, etc… Ainsi, chaque université développe des formes de partenariats différentes et articulées autant avec les programmes d’enseignement qu’avec le projet de l’espace et les résultats attendus en termes de rentabilité maximum (commercialisation, échanges, aide à l’emploi et à la création d’entreprise, etc..). Dans tous les cas, ce sont les universités qui gardent la maîtrise de ces montages et s’occupent de la construction des plateformes de recherche en direction des entreprises, l’inverse étant plus rare.

24Elles choisissent donc en fonction de plusieurs critères, tels que la disponibilité de structures existantes (à réhabiliter ou prêtes pour fonctionner) ou de foncier libre (pour construire ex-nihilo) et elles peuvent aussi décider de diffuser l’activité de recherche entre plusieurs institutions et plusieurs sièges. Au final, il existe différentes formes de partenariat et de réorganisation dans la ville dépendant aussi des acteurs économiques et sociaux impliqués.

25Le cas de Brisbane (Charles) est significatif à cet effet car il permet d’identifier au moins trois cas de figure, dans l’effort que les universités font pour développer leurs relations avec les industries créatives :

  • la création de campus ad hoc dans des opérations de renouvellement urbain à l’intérieur de la ville (Queensland University of Technology) lieux à un quartier mixte où université, industries créatives, logements sociaux et loisirs sont réunis ;

  • des stratégies de localisation géographique dédiées consistant à implanter des facultés artistiques à côté de centres d’art ou à l’intérieur de quartiers accueillant des équipements à vocation artistique, en alimentant les « knowledge industries » dans la ville ;

  • enfin la création de diplômes conjoints, interdisciplinaires, inter universitaires.

26Chargées de l’organisation de plateformes de recherche en direction des entreprises, dans le cadre de la R & D, les universités new-yorkaises s’organisent en créant des structures multi-partenariales dans les domaines des « biosciences », du « numérique », des « industries vertes », associant plusieurs universités à la fois dans un même projet de plateforme. Il peut s’agir tant de structures situées à l’intérieur d’un campus qu’à son extérieur, dans d’autres lieux de la ville (dans des bâtiments existant ou en projet, dont l’université est propriétaire). Autrement dit, la localisation de ces structures ne dépend pas de stratégies d’emplacement préétablies, ni s’inscrit dans des enceintes définies, mais elle découle d’un ensemble de facteurs, dont les financements et les compétences (aussi le pouvoir) de chaque institution ne sont pas les moindres. On peut alors envisager autant de solutions différentes selon les programmes, les disponibilités de locaux, les opportunités foncières et les types de plateforme.

27Ces différents cas de figure donnent lieu à une fine articulation entre programmes et projets, en fonction des prestations et des apports de chaque partenaire pour parvenir aux résultats attendus.

• Un double engagement des universités à travers les approches collaboratives

28Les universités sont incitées par les opérateurs financiers, entreprises en tête, à s’orienter vers la spécialisation et l’efficacité en termes aussi bien de rentabilité maximum à travers la production d’un « capital cognitif » (Rullani, Carrillo) qui a une valeur sur le marché (par la vente de brevets par exemple) que d’engagement professionnel et social.

29Le modèle anglo-saxon se distingue par la volonté de montrer davantage de professionnalisme, de renforcer la recherche dans des domaines clés qui permettront à leurs étudiants de trouver des débouchées, d’encourager les stages en entreprise et de leur donner le moyen de développer leur propre entreprise, le cas échéant.

a. un engagement professionnel

30L’engagement des universités en faveur des industries créatives, par exemple, est une nécessité pour les disciplines artistiques et littéraires qui sont les plus menacées de disparition, n’étant pas efficaces en termes de rentabilité maximum et dont les résultats des recherches ne sont pas immédiatement « commercialisables ». En effet, alors que la recherche scientifique a pu améliorer sa production et commercialiser ses brevets et ses licences, grâce au développement de plateformes technologiques, les disciplines littéraires et artistiques ne bénéficient pas encore d’un modèle de transfert efficace, adapté au développement de sociétés créatives, basées sur l’utilisation du numérique (Garner).

31Au-delà de ces constats, il s’agit d’entamer des collaborations fructueuses entre universités et entreprises concernées par la R&D, de coproduire ensemble des innovations dans différents domaines capables aussi d’améliorer leurs performances. David Charles note qu’on peut opérer des transferts de connaissance de différentes manières, en plus de la production conjointe, qui vont de l’échange d’informations aux échanges de personnels.

32Côté enseignement, les objectifs d’efficacité et de rentabilité poussent les universités à recentrer leurs programmes autour des secteurs de croissance et à prendre en compte les demandes des entreprises de pointe. De même elles sont amenées à élargir l’offre en enseignements spécialisés pour couvrir la demande et à s’associer à d’autres partenaires publics et privés, dans des formes diverses, pour acquérir un poids considérable et développer une recherche qui soit en phase avec des stratégies de développement plus larges, d’un pays ou d’une région. Ces changements demandent aussi l’introduction de nouvelles figures de managers introduisant les logiques de gestion d’entreprise dans la gestion des départements.

b. un engagement social

33À côté de l’engagement professionnel, les universités sont amenées à assumer aussi un engagement social. Parmi les mesures en sa faveur, l’ouverture des campus aux publics, l’intégration de logements sociaux dans des projets d’aménagement les concernant avec la possibilité d’effacer les frontières entre université et population et d’opérer des transferts de connaissance. Un exemple de cela est donné par la « pratique de l’apprentissage socialisé » à travers des communautés de pratiques illustré par David Charles, en référence au projet déjà cité de la Queensland University of Technology de Brisbane qui intègre des industries créatives, un théâtre et des logements sociaux sur un même site. L’université est engagée socialement en ce qu’elle représente un intermédiaire entre les exigences locale et régionale ou nationale. Elle se fait donc l’interprète de ces exigences et intègre à cette fin les stratégies de développement par le secteur public. Cela concerne la prise en charge par les universités d’activités autres que l’enseignement et la recherche qui restent par ailleurs les principales missions universitaires (Charles, 2010), par exemple dans le cadre de la « troisième mission », financée par le Royaume Uni qui consiste dans un plus important engagement de l’université dans la société civile. Les activités d’engagement peuvent concerner des services offerts aux industries locales ou à la collectivité, par exemple, mais aussi d’autres actions comme l’échange de connaissances ou le soutien à la population locale etc...

  • 11 CHARLES, D., (2010), « Universités et développement territorial. Stratégies de convergence », in Ur (...)

34L’exemple concret est donné par l’initiative, déjà en 1983, de Newcastle University de réunir dans le cadre d’une association régionale 4 autres universités du nord-est de l’Angleterre, ayant pour but de soutenir des industries locales en déprise en créant des formations ad hoc11.

1.2. La ville un « hub » de la connaissance : dépasser la notion de cluster

  • 12 Voir à ce propos : SUIRE, R. (2006), « Cluster « créatif » et proximité relationnelle : Performance (...)

35Dans ce dispositif partenarial complexe le rôle de la ville est primordial pour les interactions qu’elle permet favorisant le « débordement » de l’innovation (Indergaard), des laboratoires jusqu’aux espaces de la ville. De ce fait les universités y trouvent leur emplacement idéal, dépassant la simple notion de « cluster », interprétée souvent de manière réductrice. Basés sur le principe de la « contamination »12, en effet, les clusters sont conçus comme les éléments structurants du « système-ville ». La ville est le lieu par excellence où cette contamination advient et se transmet par propagation. Dans cette approche, elle est définie comme un « hub » de la connaissance, une plateforme d’échanges d’idées et de pratiques, « théâtre d’interactions directes favorisant l’innovation » (Indergaard).

  • 13 ARCHIBUGI, F. (2002), La città ecologica, Milan, Bollati Boringhieri.

36On pourrait dire qu’à l’« effet cluster », entendu souvent comme pôle délimité et monofonctionnel, succède l’« effet ville », pour emprunter le vocabulaire de l’économiste italien Franco Archibugi13, dont les universités participent au même titre que les autres fonctions.

• L’interdisciplinarité et la connectivité pour davantage de compétitivité

37Pour une métropole mondiale comme New York, cette approche est symbolisée par le concept d’« écosystème innovant », la ville de demain qui est déjà en construction et qui fait place à la société de la connaissance. C’est une nouvelle manière de concevoir le développement économique, pour une société nouvelle et une conception spécifique aussi dans la structuration physique de la recherche sur l’innovation.

38À ce titre, les interactions, l’interdisciplinarité, les échanges sont la condition impérative pour que la « contamination » advienne. Ce qui explique la possibilité de concevoir, par exemple, un « cluster des sciences appliquées », dans la ville de New York, comprenant des disciplines aussi variées que la médecine, l’urbanisme, la finance et la publicité, considérées comme des secteurs phare de l’économie de la ville. La NYCEDC estime, en effet, que l’un des atouts principaux de la ville de New-York consiste dans la diversité de champs porteurs d’innovation, pas uniquement liés aux nouvelles technologies (comme dans la Silicon Valley), mais aussi à la mode, à la santé, à la médecine ou aux médias, etc… (Indergaard).

  • 14 HUGGINS, R., IZUSHI, H. (2007), Competing for Knowledge: Creating, Connecting and Growing, Routledg (...)

39Le modèle triple hélix développé par Huggins14 met l’accent, par ailleurs, sur la nécessité pour les clusters d’être interconnectés entre eux et pas uniquement au niveau local (Newman, Indergaard). La compétitivité en matière d’innovation, en effet, nécessite de se confronter et d’échanger avec les autres systèmes du même type. Des questions sont soulevées sur le rôle que l’université peut avoir pour l’économie locale ou sur les autres territoires qu’il faut considérer comme concurrents, ce qui est difficile dans le cas de métropoles mondiales comme New-York ou Londres, par exemple. La ville de New-York insiste sur la nécessité d’informer, de former et de lancer des concours, aussi bien côté entreprises (spécialisées par exemple, dans le développement de logiciels) qu’universités (appels à projets à l’adresse d’étudiants internationaux et nationaux) pour stimuler l’innovation. Cela va de pair avec son ambition centrale : devenir la « Capitale mondiale de l’innovation du 21e siècle », ce qui sonne comme une invitation adressée à tous ceux qui se considèrent comme des innovateurs, vis-à-vis desquels la ville se dit prête à mettre à disposition les moyens financiers nécessaires et un soutien institutionnel solide (Indergaard).

40Cela nous conduit à nous interroger sur le véritable rôle des universités à l’intérieur d’une stratégie évidente basée sur la compétition mondiale. Derrière ce climat d’effervescence, en effet, se cache aussi une certaine urgence qui pousse la ville à donner un coup d’accélérateur pour rester leader dans la compétition mondiale en créant un nouveau « modèle de croissance basé sur la connaissance ». Difficile de tenir le pas, face à autant de vitesse et d’efficacité.

• Les universités : des indicateurs d’attractivité ?

41Les universités paraissent aussi des bons indicateurs de l’attractivité d’une ville et le choix de leur localisation devient de ce fait important car permet de faire connaître un territoire, de le rendre « visible ». Dans ce cas, on peut parler d’une forme de « branding » dont les universités participent et dont elles bénéficient en retour.

42Mais, alors que les « universités-brand » les plus importantes s’exportent, comme NYU (New York University) à Shangai ou la Sorbonne à Abu Dhabi, on assiste aujourd’hui aussi à leur importation donnant lieu à une sorte d’import/export original permettant d’une part de gagner en visibilité internationale (export) de l’autre de vérifier le pouvoir de « séduction » d’une ville (import). New-York et Londres sont les deux métropoles qui, outre à exporter des universités, en accueillent aussi.

43Un exemple est donné par l’appel à projets international lancé par la ville de New-York, en 2010 (Indergaard), à l’adresse des universités spécialisées dans les nouvelles technologies qui visait d’une part à renforcer la compétitivité de la ville, de l’autre à tester son rayonnement et sa capacité d’attraction. Le marketing ne s’arrête pas à cette annonce, la ville choisit aussi ses cibles : les meilleures universités du monde. Au de-là d’un programme, ce que la ville cherche c’est une vision de l’innovation, à travers une image à laquelle la notoriété des universités et la qualité du programme sont appelées à contribuer.

  • 15 La NYCEDC a reçu 18 propositions en réponse à cet appel à projet, impliquant 27 institutions, prove (...)
  • 16 Voir à ce propos : http://www.capitalnewyork.com/article/politics/2011/07/2787392/siliconisland-oft (...)

44Le projet de Cornell University, associée à Technion Israel, l’a remporté sur 18 autres15, et son nouveau campus, spécialisé dans les sciences appliqués, déjà cité précedemment, sera basé sur l’île Roosevelt, à l’est de Manhattan où la ville possédait des terrains et des bâtiments. L’université, de son côté, est arrivée avec un sponsor et un projet clés en main, ce qui ne pourra qu’accélérer le processus. Et on l’appelle déjà Silicon Island16 !

45Si New-York veut être la « Capitale mondiale de l’innovation du 21e siècle », la ville de Londres, lui emboîte le pas avec le concept de « Capitale mondiale de la connaissance » porté par l’agence de marketing « London Higher ». Consciente du rôle de plus en plus important des universités, la ville de Londres table sur une stratégie qui vise à attirer des étudiants internationaux (102.000 déjà présents de plus de 200 nationalités) en s’appuyant sur des structures intermédiaires, s’inspirant du modèle « triple hélix » de Huggins qui souligne l’importance de la présence d’acteurs publics de ce type pour favoriser les relations entre université et entreprise (Newman). Selon les études effectuées dans ce cadre, Londres figurerait en tête pour le nombre d’étudiants internationaux, devant New York. Ces étudiants généreraient des sommes considérables (autour de 1,5 milliards de livres sterling/an) à travers des activités économiques directes et indirectes. De quoi jouer la carte de l’attractivité et essayer de traduire ces attentes, en termes économiques, dans un projet stratégique qui identifie les quartiers de Bloomsbury, Euston et Strand comme ayant un potentiel de développement et bénéficiant donc d’un statut spécial. À Bloomsbury, au centre d’une zone d’activités commerciales et culturelles et jouxtant une aire destinée à accueillir des entreprises, se situe un projet de requalification urbaine où l’University College of London possède des terrains, confié à l’architecte britannique Terry Farrel. On y retrouve les notions d’identité, d’attractivité, d’esprit de lieu, d’espace sur et calme, mais aussi de ville multiculturelle et multiethnique. Les universités londoniennes sont donc poussées à travailler à leur « branding » avec des agences de promotion culturelle, autour du marketing d’entreprise et de tourisme. Cela permet de penser que l’on est en train de développer de nouvelles formes de consommation, basées elles aussi sur la connaissance.

1.3. De nouvelles formes de consommation et d’inégalités autour de l’innovation ?

46Les universités occupent une place importante dans ces nouvelles formes de compétition structurée, on l’a vu, autour de la notion d’innovation et participent des stratégies et des projets pour la valorisation de la ville. Leur rôle reste important, aussi bien à New-York qu’à Brisbane ou à Londres, même si on observe des différences notables, en termes de maîtrise publique des projets, par exemple, ou de méthodes développées.

  • 17 Voir site web de NYU : nyufasp.com/.
  • 18 http://www.columbiaspectator.com/terms/tags/manhattanville
  • 19 Voir à ce propos : INGALLINA, P. (2009), sous la dir., « L’Attractivité Regards Croisés », Paris-La (...)

47Concernant leur politique immobilière, Sharon Zukin explique bien les capacités qu’ont les universités new-yorkaises en termes aussi bien financiers que de « project management » (Dang Vu). Elles sont également de grands propriétaires fonciers et immobiliers. Compte tenu de leur puissance, elles peuvent aussi opérer comme un quelconque « developer » et s’attaquer, à l’instar de New York University17 par exemple, à un quartier comme Greenwich Village, en rasant des anciens buildings pour faire place à des tours dans un secteur à hauteur modérée sans concertation, aussi étrange que cela puisse paraître. Et les premières protestations des riverains se font entendre. Aussi l’extension de l’Université Columbia, dans le cadre du projet à Manhattanville18 est perçue comme un vecteur de ségrégation sociale dans le quartier d’Harlem, avec l’arrivée de la nouvelle classe créative, formée par les « travailleurs de la connaissance » (Kunzmann), dont les étudiants font partie. Nouveau segment du marché, les étudiants sont perçus comme pouvant favoriser le développement des économies locales. De nouvelles formes de consommation19 s’installent donc dans la ville, en remplacement des consommateurs « ludiques » qui participaient des espaces de consommation urbaine il y a quelques années. La crise ayant balayé ces derniers, mais pas l’idée selon laquelle la ville aurait besoin d’une classe créative pour se renouveler, la connaissance savante et la production scientifique ont semblé mieux s’adapter à cette conjoncture. Ainsi à la gentrification occasionnée par les espaces de consommation se substitue la « studentification » (Zukin) provoquant les mêmes effets dans certains quartiers de la ville initialement dégradés.

48De même à Londres, les habitants de Bloomsbury, semblent ne pas apprécier que leur place soit rebaptisée « University Green » et que l’identité de leur quartier soit associée à la fonction universitaire (Newman).

49À l’heure où les universités reviennent en force, autour de l’innovation pour la sortie de crise espérée, les premiers conflits sociaux surgissent. Existe-t-il un risque de produire autour de l’innovation aussi de nouvelles formes d’inégalités ?

50Peut-on poursuivre un nouveau modèle économique sans une réflexion sur ses répercussions possibles sur la structure sociale ? Quel modèle économique pour quel modèle social ?

2. Un modèle français en construction

51Différemment du modèle anglo-saxon, nos universités ont été très peu mobilisées (voire pas du tout) par les pouvoirs publics dans les instances décisionnelles de haut niveau. Essentiellement publiques, elles ne bénéficient pas de ressources inépuisables. La présence des Grandes Écoles, institutions prestigieuses basées sur une sélection strictes des étudiants, les affaiblit ultérieurement. Les laboratoires de recherche, qui ont connu plusieurs évolutions, peuvent fonctionner différemment, selon les contextes locaux d’appartenance et les disciplines concernées.

52Conscient de ces difficultés, l’état français a déployé beaucoup de moyens, dans les années et de manière sectorielle, qui ont permis de ne pas être trop en retard sur le monde anglo-saxon. Ces actions ont concerné tant les territoires, que les universités et les entreprises. Les premiers ont acquis un nouveau statut grâce à la décentralisation du début des années 1980 (avec les lois Defferre de 1982), avec davantage de pouvoir attribué aux collectivités locales, en matière de planification urbaine, par exemple.

  • 20 Il s’agit du Plan Université 2000, le 23 mai 1990, avec un financement initial de 32 milliards de f (...)
  • 21 http://competitivite.gouv.fr/

53Les universités ont elles aussi bénéficié de programmes20 pour le développement de leurs structures, pour la création ex nihilo de nouveaux sièges, certains dans des villes qui n’avaient pas de tradition universitaire, comme Le Havre (Sajous, Martinet) par exemple, et pour la réhabilitation du patrimoine universitaire. Les entreprises ont été encouragées à développer la R&D à travers la création des pôles de compétitivité21, des pôles industriels visant à maintenir haute la compétitivité de la France en termes de productivité.

  • 22 Pour renforcer le potentiel industriel français et créer les conditions propices à l’émergence de n (...)

54Ces derniers ont été plus particulièrement destinés à l’innovation.22

55Pour que cette machine fonctionne, d’autres dispositifs ont été développés, intervenant dans l’organisation d’un système à peine esquissé, visant d’une part à donner davantage d’autonomie à l’université, de l’autre à renforcer l’attractivité et la compétitivité des territoires à travers leur valorisation, le bon positionnement dans le classement de Shangai étant un des objectifs recherchés.

56On voit déjà un contexte très structuré, de haut, autour de ces trois secteurs (territoires, universités, pôles) qui tendent aujourd’hui à converger fortement, non sans difficulté, notamment dans la construction de partenariats engageant des unités lourdes, des programmes et diplômes disparates réunis sous un seul sceau, des pôles de compétitivité ou des Maisons des Sciences de l’Homme (institutions faisant fi de pôle de compétitivité pour les Sciences Humaines et Sociales).

57À la différence du modèle anglo-saxon, l’université française n’a pas été directement appelée, en tant qu’acteur institutionnel formellement saisi, à participer à l’élaboration de changements qui pourtant la concernaient directement. Concernant la région Capitale par exemple, l’université n’a pas été directement impliquée dans des groupes de réflexion plus larges comme à New-York.

Une double restructuration pour une université autonome

58Les considérations sur le rôle des universités et la tâche qui leur incombe en termes de développement économique basé sur la connaissance, ont conduit à leur autonomie (Loi LRU de 2007). Cela dans le but de changer radicalement les choses. L’objectif de l’état était double : renforcer les universités à l’intérieur et améliorer leur structure à travers des projets immobiliers importants. Ces actions ont demandé un déploiement de moyens considérables et une série de dispositifs pour « alimenter » les universités, désormais autonomes, et les doter des ressources nécessaires pour accomplir cette vaste réorganisation. Toutes ces mesures, illustrées de suite, font à l’heure actuelle l’objet d’une révision par le nouveau gouvernement récemment installé qui se réserve d’y apporter des changements voire d’en supprimer certaines. On est donc actuellement dans un contexte mouvant.

a. de nouvelles unités pour atteindre une masse critique

  • 23 Voir à ce propos le site du MESR : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid20724/les-poles- (...)

59Concernant leur restructuration interne, les universités ont été poussées à se regrouper autour de pôles, les PRES (Pôles de Recherche et Enseignement Supérieur), créés en 2006 par la loi d’orientation de programme et de recherche. Ces pôles, actuellement en nombre de 23, impliquent les enseignants et tous les acteurs du monde de la recherche concernés qui mènent des actions conjointes à des fins communes.23

  • 24 Les PRES (Pôles de Recherche et Enseignement Supérieur) ont concerné 60 universités donnant lieu à (...)

60Doter les universités d’une masse critique, notamment dans des programmes communs aussi aux Grandes Écoles et renforcer la recherche spécialisée peut contribuer à améliorer leur visibilité internationale.24

61Cette approche s’inspire des logiques anglo-saxonnes consistant à ressembler les disciplines autour de programmes d’enseignement et de recherche fortement orientés vers les entreprises, avec la réduction sensible du nombre d’unités d’enseignement (de départements voire de facultés) pour le fusionner dans des unités plus grandes, plus facilement gérables et considérées plus efficaces en termes d’affichage.

b. de projets immobiliers multiples

  • 25 http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid24591/operation-campus.html
  • 26 La Caisse des Dépôts a signé une convention de partenariat avec les universités pour les accompagne (...)

62Quant à la restructuration des espaces universitaires et aux choix de localisation, là aussi la France présente une particularité qui lui est propre. On pourrait penser que tous les PRES soient regroupés physiquement ou que les établissements associés se situent à proximité. Or il n’en est rien. En effet, la fusion des établissements concernés dans des PRES ne concerne en priorité que la coopération pédagogique et scientifique. La preuve c’est que seulement 12 PRES sur 23 sont concernés par une Opération Campus, programme financé à hauteur de 5 milliards d’euros, que le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche définit « de grande ampleur » concernant les projets immobiliers de « campus d’excellence », qui « seront la vitrine de la France et renforceront l’attractivité et le rayonnement de l’université française... »25. Il s’agit de projets qu’on pourrait définir « thématiques » de par les domaines d’appartenance des disciplines concernées (scientifiques ou humanistes), de par leur destination (éco-campus, cluster créatif...) ou les types de financement obtenus (campus « innovants » ou « prometteurs »). Au final, une panoplie d’interventions très diversifiées fortement dépendantes des situations spécifiques de chaque université, des relations avec ses partenaires, de ses capacités de gestion interne et de projet, quitte à développer des structures spécifiques, des moyens à disposition, etc.. Concrètement, ce sont les directeurs des « Opérations Campus », généralement de hauts fonctionnaires de l’état, qui dirigent les structures de pilotage des projets immobiliers localement et informent régulièrement le Ministère de l’Enseignement Supérieur des évolutions de ces projets. Ils s’appuient pour cela sur des SDIA (Schéma Directeurs d’Immobilier et d’Aménagement), établis par la Caisse des Dépôts et Consignation, elle aussi très impliquées dans ces projets26. Organisées d’abord autour de Fondations, les Opérations Campus majeures (comme le « Campus Condorcet », ou le pôle de Saclay) sont réalisées grâce à la constitution d’Etablissements Publics de Coopération Scientifique (EPCS).

Des assemblages fortement territorialisés autour de « polarisations diffuses »

63On ne s’attardera pas sur le vaste débat suscité par celle qui a été définie souvent comme une « usine à gaz ». On se limitera seulement à pointer une première difficulté sémantique quant à la présentation d’un modèle français en construction, par exemple dans l’illustration des choix de localisation des universités et de leurs plateformes de recherche car le fait qu’on ait créé des pôles (PRES), ne veut pas forcément dire qu’il y a eu « polarisation » des universités en les concentrant dans un même site.

64Cela pose un problème de critères, pas forcément affichés, dans les choix d’emplacement de certains sièges universitaires voués ou non à être accueillis dans le cadre d’une opération campus. Face à la nécessaire réduction des départements, pour davantage de lisibilité de l’offre, les plus petites unités et les facultés considérées improductives à cause d’un nombre réduit d’effectifs, sont vouées à disparaître ou à fusionner pour former des plus grandes unités. La fusion ou le départ de ces unités libère aussi des locaux, permettant de les réutiliser sans coûts supplémentaires. D’autre part, et grâce au système par pôles régionaux, la recherche se territorialise de plus en plus, mettant en avant des disparités très fortes, notamment entre la région capitale (qui accueille le plus grand nombre d’universités et de laboratoires de recherche, ainsi que d’entreprises de pointe) et la « province ».

65Cette territorialisation des établissements donne lieu, dans les modes d’occupation et d’appropriation spatiale (due aux mobilités accrues), à une sorte de « polarisation diffuse » dont les effets ne sont pas encore visibles et qui est particulièrement accentuée en Ile de France.

66Des interrogations demeurent quant à la forme, à l’accessibilité et à l’attractivité de ces nouveaux territoires de la connaissance.

Des partenariats complexes et à géométrie variable

  • 27 Voir à ce propos :
    http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/farandole/2012/pap/pdf/Jaune2012_i (...)

67La politique gouvernementale concernant les actions en faveur de l’innovation comme levier dans la création de valeur, s’appuie, on l’a vu sur les pôles de compétitivité (71 actuellement). Ces structures sont chargées de porter les projets de R & D en collaboration avec les laboratoires universitaires. Les PIA27 (programme d’investissement d’avenir) ont été établis pour optimiser ces effets (Micoud, Spaziante).

68De différentes formes de partenariat associant plusieurs laboratoires de recherche et plusieurs institutions dans l’élaboration des appels d’offre nationaux, ont vu le jour au sein des pôles de compétitivité, impliquant plusieurs partenaires (ANR, CDC, Oséo, etc..) dans l’élaboration et le financement d’appels à projet adressés à des équipes étoffées proposant des projets de R&D ou de plateformes d’innovation mutualisées.

69Des difficultés se présentent tant dans la compréhension des rôles de chacun (pôles de compétitivité, Maisons des Sciences de l’Homme, et acteurs territoriaux) que dans les capacités des universités à saisir l’intérêt de ces nouvelles formes de recherche multi-partenariale, mutualisée et « commercialisable ».

Un refus de la « commercialisation » de la recherche

70On peut dire sans crainte de généralisation, que globalement, en France et dans d’autres pays d’Europe, mais aussi aux États-Unis (voir la postface de S.Zukin), les universitaires restent toujours assez rétifs concernant les partenariats avec les acteurs économiques, en adoptant une posture idéologique qui refuse la marchandisation de la production scientifique et l’instrumentalisation du savoir.

  • 28 Latour, B.(2001), Le métier de chercheur. Regard d’un anthropologue, 2e éd. revue et corrigée, Une (...)

71Derrière celle qui peut sembler une position ringarde, se cache la résistance des chercheurs à une destination de la recherche théorique à sens unique, vouée essentiellement à une application car quoi qu’on fasse le meilleur moteur de la production scientifique reste toujours la motivation personnelle, et cela tant dans les disciplines scientifiques que littéraires. De ce point de vue, la pression exercée par les entreprises, par le biais des pôles de compétitivité par exemple, pour obtenir des réponses peut être perçue comme une volonté d’orienter fortement la recherche, ne s’inscrivant pas dans une logique d’accompagnement de celle-ci28. Toutefois, cette vision de l’entreprise appartient à une époque déjà révolue.

Des approches collaboratives difficiles : les plateformes multimédia

72L’introduction d’approches collaboratives, par l’intermédiaire aussi de plateformes de recherche en direction des entreprises, devrait favoriser la coproduction et les partenariats, sous différentes formes. Il n’en reste pas moins, qu’entreprise et université doivent encore trouver chez nous et dans d’autres pays, un équilibre qui leur permette de s’aider mutuellement. Les exemples de Lille, Lyon et Marseille (Lusso) montrent les difficultés de faire fonctionner des plateformes multimédia dans des contextes où les conditions pour produire ce type d’offre ne se présentaient pas spontanément. Les efforts faits par les collectivités locales pour renforcer le rôle des universités, des laboratoires de recherche et des écoles supérieures n’ont pas donné de résultat positif. En particulier, à Lille, la tendance des étudiants, une fois formés, a été de partir vers la capitale, située à proximité, ou à l’étranger. L’intervention publique pour créer des incubateurs universitaires d’entreprises capables de favoriser les transferts de connaissances, a été soutenue par des projets d’entrepreneurs créatifs et non pas par des universitaires. Cela conforte d’une part l’importance à la fois de la propagation des connaissances et de la filière de formation, d’autre part souligne les difficultés dans l’importation de ces processus de transformation dans des territoires qui ne les ont pas générés de façon spontanée (Spaziante, Micoud) et où les universités n’ont pas encore trouvé leur rôle.

Des universités qui se cherchent face à l’innovation : le risque de clonage

73Compte tenu de ces difficultés, on peut s’interroger sur les capacités des universités à se situer comme acteur-clés à l’intérieur d’enjeux plus grands, indépendants et extrêmement complexes. On peut même se demander si l’autonomie, pour certaines d’entre elles, ne rendra pas les choses plus difficiles, favorisant les inégalités internes ou, peut-être, le mimétisme déjà en vigueur en France, la province s’inspirant généralement de la région capitale. L’innovation étant relative aux contextes, il n’est pas envisageable de reproduire les conditions des grandes métropoles dans des villes moins importantes (Garner) qui devront se recentrer sur leurs propres caractéristiques en prenant en compte leurs propres moyens. Cela vaut aussi bien pour les projets proposés, que pour les appels d’offre concernant les projets de montage de plateformes technologiques par exemple, qui n’opèrent aucune distinction entre région capitale et les autres régions, situant la barre trop haut et ayant des effets d’entraînement indirectes sur les villes « mineures ».

74La tentative de clonage s’exerce aussi vis-à-vis d’autres pays, la France n’échappant pas au mythe de la Silicon Valley (Saclay s’en inspirait). Le risque de clonage pourrait aussi concerner les « Living labs » qui s’inspirent du principe de l’innovation ouverte, actuellement 38 en France.

Vers des universités géantes ?

75Quant au nombre d’effectifs, là aussi on peut remarquer une différence notable avec le modèle anglo-américain. Les universités françaises sont souvent structurées autour de campus très denses et surpeuplés, sans pour autant que l’interdisciplinarité y soit pratiquée. Et les futurs projets de « clusters », en particulier en Ile de France, confirment cette tendance.

76À Saclay (Béhar), par exemple, on annonce à terme 40.000 étudiants et 34.000 chercheurs, par le biais de la relocalisation d’au moins sept nouveaux établissements publics.

77Rappelons que le nouveau campus de l’Université Cornell sur Roosevelt Island à New York, prévoit d’accueillir 2.500 étudiants et 280 enseignants.

2.1. Paris et sa région : un grand « cluster » ?

78Le cas de l’Ile de France est particulièrement complexe car ces réorganisations du système de l’enseignement supérieur et de la recherche s’effectuent dans le cadre d’un autre processus, lui aussi en cours, à savoir la réalisation du Grand Paris, territoire encore en formation et dont les contours sont toujours assez flous.

  • 29 Voir à ce propos : INGALLINA, P. (2012), « Università e centri di ricerca : nuovi attrattori e comp (...)

79Paris n’ayant plus de foncier disponible à son intérieur et n’offrant que peu d’espaces pour les universités besogneuses de s’agrandir, se vide progressivement de quelques-uns de ses prestigieux sièges et cherche de valoriser ce qui lui reste à travers un projet appelé symboliquement « Grand Quartier Latin »29 qui vise à « signaler » la présence des universités à cet endroit connu de la ville.

  • 30 Voir à ce propos : INGALLINA, P. (2010) « Attractivité et compétitivité : le rôle des knowledge ind (...)

80La « ville de la connaissance » se développe alors dans un espace dont le statut et les dimensions restent difficiles à définir, celui du Grand Paris. Cet espace échappe totalement au maire de la ville qui s’attaque donc à son centre pour éviter son déclin avec le départ d’étudiants et d’une population jeune, suite aux déplacements de certains établissements en dehors de la ville, comme par exemple, entre autres, l’EHESS – École des Hautes Études en Sciences Sociales dont l’installation est vivement souhaitée au Nord-Est de Paris dans le Campus Condorcet, destiné à devenir un pôle en Sciences Humaines et Sociales d’envergure mondiale.30

81On assiste à des formes de « clusterisation » territoriale progressives et originales, au grès des opportunités qui sont offertes, par exemple, par la disponibilité foncière, par la préexistence de sièges universitaires ou de laboratoires de recherche à un endroit où il y a du terrain à bâtir, ou encore par la densité d’entreprises spécialisées avec lesquelles les universités pourraient développer des partenariats, etc.. D’autres territoires aussi émergent avec une demande en ce sens, l’innovation étant un enjeu qui peut permettre de les valoriser en devenant ainsi un facteur d’attractivité. Ces projets définis de manière inappropriée comme « clusters » car ils ne se basent pas sur l’idée de « contamination » (et donc d’interdisciplinarité) mais plutôt sur celle d’enceinte, doivent trouver leur place à l’intérieur de Contrats de Développement Territorial qui constituent la forme juridique permettant la concrétisation des projets qui formeront le Grand Paris (Fig. 1-2 de l’IAU-IdF).

Figure 1 : Carte des CDT en Cours

Figure 1 : Carte des CDT en Cours

Source : IAU-IdF, Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile de France

Figure 2 : Carte des CDT en Cours

Figure 2 : Carte des CDT en Cours

Source : IAU-IdF, Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de l’Ile de France

Figure 3 : Principaux projets de transport en commun

Figure 3 : Principaux projets de transport en commun

Source : IAU-IdF, Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile de France

82L’idée de base repose sur le simple constat que l’on peut réactiver le développement de la région autour de pôles considérés comme moteurs de la croissance en direction du Nord-Est de la Capitale, autour de Roissy dans le secteur de l’aéroport Charles de Gaulle et aux activités qui y sont rattachées et du Sud et Sud Ouest, allant du territoire appelée le Cône de l’Innovation Sud, comprenant la Vallée de la Bièvre jusqu’à Saclay et gravitant, plus à l’Est, autour de l’autre aéroport de la Capitale.

  • 31 Le Grand-Huit a été proposé par le secrétaire d’État chargé du Développement de la région capitale, (...)
  • 32 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do ?cidTexte =JORFTEXT000022308227&dateTexte =&categorieL (...)

83Le fonctionnement de ce système doit être garanti par une excellente desserte, le Grand Huit31 sorte de « super-métro » à l’échelle régionale, s’étendant sur un trajet d’environ 150 km, en boucle autour de Paris. Ce processus est encadré par la loi relative au Grand Paris, du 3 juin 201032.

84Selon cette approche, ce sont les territoires qui se réorganiseraient autour de thématiques spécifiques corrélées aux typologies de « cluster » qu’ils sont destinés à accueillir : territoire « de la culture et de la création » au nord-est, de l’« innovation et du numérique » au sud-est, des « Sciences et Santé » au sud etc…

85Cette « clusterisation » assume une originalité particulière d’assemblage de plusieurs opportunités, programmes et objectifs, associant différents partenaires, entreprises et universités en tête, dans un même lieu, les universités étant souvent soumises à délocalisation/relocalisation au gré des opportunités, à la différence du modèle anglo-saxon où les universités ont le choix.

Saclay : une opération qui suscite des interrogations

  • 33 Voir le site de l’Etablissement Public de Paris Saclay : http://www.media-paris-saclay.fr/paris-sac (...)

86Le territoire de Saclay (Béhar), dont l’exemple est illustré dans cet ouvrage en fait partie et s’insère dans cette tendance de cluster comme enceinte ou séries d’enceintes. L’implantation des grandes écoles par exemples, s’inscrit plus dans une logique d’archipel que dans une vue d’ensemble. Toute idée de mutualisation d’équipements, de programmes ou d’espaces n’y est pas retenue. La complexité des montages (la Fondation de Coopération Scientifique fédère 23 acteurs) avec les difficultés en termes de gouvernance territoriale, pose également le problème de la lourdeur administrative et des blocages qui peuvent en résulter. De plus le plateau de Saclay fait l’objet de représentations différentes et contradictoires par les élus locaux (49 communes sont concernées par l’Etablissement Public Paris Saclay), les populations concernées (environ 650.000 habitants), les entreprises (15 % de la recherche publique française y est localisée aux côtés de puissants pôles de R&D privés, tels que Renault, Thalès, PSA, Colas, Air Liquide, EDF…) et les nombreux établissements d’enseignement et de recherche prestigieux, tels que Universités Paris-Sud, Versailles-Saint-Quentin, Polytechnique, Supelec, CEA, CNRS, HEC, etc...33 Cette opération suscite actuellement beaucoup d’interrogations.

87Considérer l’Ile de France toute entière comme un seul et unique « cluster » (Béhar) pourrait être une des réponses à ces interrogations.

88Le Grand Londres et la méga-city de New York s’inscrivent, comme on a déjà vu, dans cette logique de « hub » de la connaissance ou écosystème. L’approche globale pourrait favoriser la dissolution de clusters localisés dans un seul système qui serait le Grand Paris (constitué de Paris centre et de ses environs).

3. Les expériences des autres pays, en dehors de ces deux modèles

89En dehors de ces deux modèles, on assiste d’une part à des formes de réorganisation territoriale autour des concepts d’éco-cité (Shenzen) et d’innovation (Moscou, Cjudad Juarez) s’inspirant fortement de la Silicon Valley qui est considérée toujours et encore la référence en la matière ; d’autre part, on observe des démarches plus classiques concernant la restructuration du campus de l’université Tsinghua situé dans le centre de Beijing, la réalisation du campus de l’Université Tor Vergata dans la périphérie de Rome et l’insertion de l’université au Havre, une ville moyenne.

90Globalement, on assiste à une « course » à l’innovation, avec une accélération progressive de la part de pays comme la Chine ou la Russie, par exemple, qui cherchent respectivement à obtenir un niveau élevé de performances en termes de productivité pour être compétitifs et à tenir le pas non sans difficultés, notamment en ce que la notion d’innovation ouverte introduit un changement radicale des mentalités. Des différences notables toutefois existent entre des villes comme Shenzen (de Jong) et Beijing (Wang), cette dernière reposant sur une tradition plus ancienne. Elle s’inscrit dans une mouvance plus « traditionnelle » car le campus de l’Université Tsinghua est classé patrimoine historique. À ce titre, la dimension symbolique de l’université paraît prédominer sur la rentabilité économique. On comprend pourquoi la présence du campus de Tsinghua en ville a tout son sens, même s’il est prévu le développement d’un campus extra-urbain compte tenu de la pénurie d’espace à disposition dans le site actuel.

91Différente la situation de Shenzen, qui s’inspire des expériences anglo-saxonnes ayant recours à une équipe de chercheurs et professionnels néerlandais pour donner une vision stratégique à la construction d’une écocité dans le district industriel de Pingdi. L’université, au départ juste une pièce « rapportée » dans une opération essentiellement commerciale, devient un élément central du « branding » de la ville. L’affichage dans l’intitulé du projet d’un « living lab » s’ajoute au label attractif d’éco-cité symbolisant la volonté de cette ville de développer une attitude écologique qui mise sur la réduction de CO2 et l’utilisation d’énergies alternatives.

92Moscou (Panasiouk, Sukharnikov, Zavaleev) cherche à « capturer » l’innovation et à la « retenir » le plus longtemps possible sur place, à travers le projet du centre d’innovation de Skolkovo, dans sa banlieue proche, dont la réalisation a été confiée à l’agence française AREP. La Russie a du mal à accepter l’ouverture demandée par l’innovation et elle est marquée par ses expériences passées qui cherchaient à concentrer des « génies » dans des lieux dédiés (sur l’exemple des villes closes) pour éviter toute contamination avec le monde extérieur. Cela non seulement pour favoriser la concentration et améliorer les performances des chercheurs, mais aussi pour éviter que d’autres, « non ayant droit », puissent profiter de la qualité de vie offerte à l’intérieur de ces pôles. La question des inégalités autour de l’innovation est ici posée de manière exaspérée car on cherche à exclure toutes personnes et entreprises considérées comme non innovantes qui pourraient bénéficier de conditions (sociales et fiscales) particulièrement favorables, offertes à une élite. La crainte repose dans la possibilité que l’introduction d’« infiltrés » dans ce centre d’innovation impliquerait la dénaturation de ses fonctions. Enfin, le projet final est mitigé, grâce à l’intervention de MIT (Massachussets Institute of Technology) qui a piloté cette étude en expliquant aux maîtres d’ouvrage que l’ouverture s’imposait comme une condition sine qua non de l’innovation.

93À Cjudad Juarez, au Mexique (Lozada, Montero-Mendoza), la nouvelle Cité de la Connaissance se construit sous le label « nous sommes tous Juarez », stratégie développée par le gouvernement fédéral pour répondre à l’insécurité due à la situation de la ville, devenue la nouvelle plaque tournante du narcotrafic. Ce projet d’un nouveau centre d’innovation basé sur les nouvelles technologies et l’utilisation de techniques d’enseignement d’avant-garde représente un espoir pour contraster la violence à travers la diffusion de la connaissance, en utilisant la formation pour combattre les processus de dégradation sociale et économique.

94Totalement différent, le cas de l’Italie qui s’inscrit dans un contexte particulier où les équipements universitaires et leurs infrastructures sont largement insuffisants. La ville de Rome, avec son campus de l’université Tor Vergata (Tamino), à l’extérieur de la ville, contribue à combler en partie ce gap, fournissant aussi toute une série de prestations exemplaires pour ce pays, tant en matière de montage en partenariat que de construction de bâtiments à baisse consommation énergétique, par exemple.

95Enfin, la ville du Havre (Sajous, Martinet), c’est un exemple de ville moyenne capable de profiter de la présence de l’université pour restructurer savamment ses espaces et réactiver l’action sociale et culturelle.

Bibliographie

AMC (2009), numéro spécial « Grand Paris ».

Archibugi, F. (2002), La città ecologica, Milan, Bollati Boringhieri.

Benneworth P, Charles DR (2006), “Bringing Cambridge to Consett? Understanding University Spin-Offs’ Impacts on Less Successful Regions”, in: Groen, A, Oakey, R., Van der Sijde, P. and Kauser, S, ed. New Technology-Based Firms in the New Millennium. Oxford: Elsevier, 2006.

Blanc, C. (2010), Le Grand Paris de la vision au projet, Paris, Le Cherche Midi.

Carrillo, F.J. (2006), Knowledge Cities: Approaches, Experiences and Perspectives, Burlington - Oxford, Butterworth-Heinemann.

Castells, C., Hall, P. (1994), Technopoles of the World. London, Routledge

Charles, D., (2010), « Universités et développement territorial. Stratégies de convergence », in Urbanisme, n° 35, hors série, pp. 74-76.

Charles DR. “Regional development, universities and strategies for cluster promotion”. In: Harding, A., Scott, A., Laske, S., Burtscher, C, ed. Bright Satanic Mills: Universities, Regional Development and the Knowledge Economy. Burlington, Vermont and Aldershot, Hants: Ashgate, 2007, pp. 53-68.

Charles DR, Duke C., (2006), “Old wheels and new: cyclical progress in the use of language, metaphors, networks and projects to enhance learning and city governance ‘ In: Duke, C., Doyle, L., Wilson, B., ed. Making Knowledge Work: Sustaining learning communities and regions. Leicester: NIACE, 2006.

Charles D. (2006), “Universities as key knowledge infrastructures in regional innovation systems”, in: Innovation 2006.

Cochrane, A., “(2006) ‘Making up meanings in a capital city: power, memory and monuments in Berlin’ European Urban and Regional Studies”, n° 13.

Cochrane, A. (2008), “London: regeneration or rebirth?”, in: Imrie, R., Lees, L. and Raco, M. (eds.) Regenerating London: Governance, Sustainability and Community in a Global City. London, Routledge.

Cochrane, A. (2009) “Re-engaging intersections of media, politics and cities – introduction to a debate with C. Barnett and S. Rodgers, International Journal of Urban and Regional Research, n° 33.

Davezies, L. (2007), Croissance sans développement en Ile de France, ŒIL – CRETEIL – Université Paris XII, Rapport préparé pour l’Institut Caisse des Dépôts pour la Recherche et la Direction du Développement Territorial de la Caisse des Dépôts de Paris.

Florida, R.L. (2002) The rise of the creative class: and how it’s transforming work, leisure, community and everyday life. Basic Books, New York, NY.

Huggins, R., Izushi, H. (2007), Competing for Knowledge: Creating, Connecting and Growing, Routledge, London.

Greffe, X. (2003), Arts et artistes au miroir de l’économie, Paris, edited By Unesco.

Greffe, X. (2009), Introduction à l’économie globale, Paris, Dalloz.

Greffe, X., Pflieger, S. (2009), La politique culturelle en France, Paris, La Documentation Française.

Halbert, L., Brandellero, A., Calenge, P., Davoult, C., Waellisch, U., (2008), Paris, métropole créative : clusters, milieux d’innovation et industries culturelles en Ile de France, Paris, PUCA.

Indergaard, M. (2004), Sylicon Alley. The rise and fall of a new media district, New-York, Routledge.

Ingallina, P. (2012), “Università e centri di ricerca : nuovi attrattori e competitori territoriali ? L’esempio francese nel contesto del Grand Paris.”, in : Urbanistica, sous presse.

Ingallina, P. (2010) « Attractivité et compétitivité : le rôle des knowledge industries en Ile de France », in : Urbanisme, n.38, Hors-série.

Ingallina, P. (2009), sous la dir., « L’Attractivité Regards Croisés », Paris-La Défense, PUCA.

Ingallina, P. (2010), “The reorganization of universities system in the context of the “Greater Paris”: questioning the potential of development through culture.”, 24th AESOP Conference, Helsinki, 7-10 July.

Ingallina, P., Park, JY. (2005), « City marketing et espaces de consommation. Les nouveaux enjeux de l’attractivité urbaine », in : Urbanisme, 2005 september-october, n° 344.

Kunzmann, R.K., (2009), “Medium-sized Towns, Strategic Planning and Creative Governance, in the South Baltic Arc”, in: http://www.visible-cities.net/documents/KRK_MediumSized_Cities.pdf

Kunzmann, K. (2006), “From the creative city to the Knowledge city”, Kaken hi International seminar hosted by GRIPS on Creative City Movement in Europe Tokyo.

Kunzmann, K. (2009), “The Strategic Dimensions of Knowledge Industries in Urban Development” in: www.nsl.ethz.ch/index.php/en/content/download/1992/11312/file

Landry, C., Bianchini, F. (1995), The creative city, London, Demos/Comedia.

Larsen, K. (1999), “Learning Cities: the New Recipe in Regional Development,” OECD Observer, August 1999. Voir aussi : http://www.observateurocde.org/news/fullstory.php?aid=25

Lash, S., Urry, J. (1994), Economies of signs and space, London, Sage.

Le Galès P. (2010) « Gouverner les villes », Gary Bridge, Sophie Watson (eds), Manuel des villes, Londres, Sage, 2010.

Leriche, F., Daviet, S., Sibertin-Blanc, M., Zuliani, J. (2007), L’économie culturelle et ses territoires, Toulouse, PUM.

Madanipour, A. (2011), Knowledge Economy and the City: Spaces of Knowledge, London, Routledge.

Mc Farlane, C. (2011), Learning the City. Knowledge and Translocal Assemblage, éditions Wiley-Blackwell.

Metaxiotis, K., Carrillo, F.-J., Yigitcanlan, T. (2010), Knowledge –based development for cities and societies: integrated multi-level approaches, available, in: http://www.worldcapitalinstitute.org/publications/Books

Moulier Boutang, Y. (2007) Le Capitalisme cognitif. La nouvelle grande transformation, Yann, collection Multitudes/Idées, Éditions Amsterdam.

Newman, P., Maitland, R. (2008), World Tourism Cities: developing tourism off the beaten track, London, ed. Taylor & Francis Books, ready for press.

OCDE (1991), « Formation spécifique à l’entreprise ». Perspectives de l’emploi. Paris: OECD. pp. 135-175. OCDE (2007), Innovation and growth: Rationale for an innovation Strategy, Paris, on-line: http://www.oecd.org/dataoecd/2/31/39374789.Pdf

Pratt, A. (2010), “La culture e le politiche delle industrie creative : connettere produzione e consumo”, in : Ingallina, P. (2010) sous la direction de, Nuovi scenari per l’attrattività delle città e dei territori, Milan, Franco Angeli.

Pratt, A.C. and P. Jeffcutt (eds.) (2009) Creativity, innovation and the cultural economy. Routledge, London.

Pollin, J.-P. (edited by), (2009), Universités: nouvelle donne, Paris, PUF.

Porter, M. (1998), On competition, Boston, Harvard Business School Press.

Scott, A.J. (2000), The cultural economy of cities, London, Sage.

Suire, R. (2006), « Cluster « créatif » et proximité relationnelle : Performance des territoires dans une économie de la connaissance », CREM - UMR CNRS 6211, site web : http://perso.univ-rennes1.fr/raphael.suire/recherche/CJRS_suire.pdf.

Thiard, Ph. (2005), « L’offre territoriale : un nouveau concept pour le développement des territoires et des métropoles ? », in : Point de vue, DATAR, 2005 Mai, n° 1.

Veltz, P. (2004), « Il faut penser l’attractivité dans une économie relationnelle… », Pouvoirs Locaux, n° 61, dossier, II/2004

Veltz, P. (2007), Faut-il sauver les grandes écoles ? De la culture de la sélection à la culture de l’innovation, Paris, Presse de Sciences Po, 2007.

Vogel, L. (2010), ‘L’université : une chance pour la France, Paris, PUF, coll. « Quadrige ».

Yigitcanlar, T., Metaxiotis K., Carrillo, F.J. (2012), Building Prosperous Knowledge Cities. Policies, Plans and Metrics, Nothampton, Edward Edgar Publishing Limited.

Youl lee, S., Florida, R. Gates, G. (2010), « Innovation, Human Capital, and Creativity », in International Review of Public Administration, 2010, vol. 14, No. 3.

Williams, L., Turner, N., Jones, A.(2008),« Embedding universities in knowledge city » An Ideopolis and Knowledge Economy Program paper, The Work Fondation, London.

Wood, P., Landry, C. (2008), The intercultural city. Planning for diversity advantage, Earthscane, UK and USA.

Zukin, S. (1991), Landscapes of power. From Detroit to Disney World. Berkeley: University of California Press.

Zukin, S. (2010), Naked City: The Death and Life of Authentic Urban Places, New-York: Oxford University Press.

Sites web

http://competitivite.gouv.fr/

http://www.nycedc.com/

http://www.capitalnewyork.com/article/politics/2011/07/2787392/silicon-island-oftenfractious-roosevelt-island-unanimous-one-thing; http://www.archpaper.com/news/articles.asp?id=5723nyufasp.com/.

http://www.columbiaspectator.com/terms/tags/manhattanville

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022308227&dateTexte=&ategorieLien=id

http://www.media-paris-saclay.fr/paris-saclay/presentation-de-lepps/1-2/

http://www.paristribune.info/Ville-de-Paris-ou-État-quel-projet-pour-le-campusparisien_a4326.Html

http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/farandole/2012/pap/pdf/Jaune2012_investissements_avenir.pdf

Notes

2 Voir à ce propos: WILLIAMS, L., TURNER, N., JONES, A.(2008), “Embedding universities in knowledge city” An Ideopolis and Knowledge Economy Program paper, The Work Fondation, London.

3 LARSEN, K. (1999), “Learning Cities: the New Recipe in Regional Development,” OECD Observer, August 1999. Voir aussi : http://www.observateurocde.org/news/fullstory.php ?aid =25

4 Voir: MADANIPOUR, A. (2011), Knowledge Economy and the City: Spaces of Knowledge, London, Routledge.

5 Voir: CARRILLO, F.J. (2006), Knowledge Cities: Approaches, Experiences and Perspectives, Burlington-Oxford, Butterworth-Heinemann.

6 OCDE (1991), « Formation spécifique à l’entreprise ». Perspectives de l’emploi. Paris: OECD. pp. 135-175. OCDE (2007), “Innovation and growth: Rationale for an innovation Strategy”, Paris, on-line: http://www.oecd.org/dataoecd/2/31/39374789.pdf YOUl LEE, S., FLORIDA, R; GATES, G. (2010), “Innovation, Human Capital, and Creativity”, in International Review of Public Administration, 2010, vol. 14, N°.3

7 MC FARLANE, C. (2011), Learning the City. Knowledge and Translocal Assemblage, éditions Wiley-Blackwell

8 CASTELLS, C., HALL, P. (1994), Technopoles of the World. London, Routledge.

9 L’Ivy League, créée officiellement en 1945, comprend 8 des institutions universitaires les plus importantes du Nord-Est des États-Unis: Brown University, Columbia University, Cornell University, Dartmouth College, Harvard University, Princeton University, the University of Pennsylvania, and Yale University. Leur importance est aussi témoignée par les budgets énormes dont elles disposent.

10 NYCEDC est l’Agence de développement économique chargée de la stratégie visant à faire de la ville de New York la Capitale mondiale de l’innovation. Voir : http://www.nycedc.com/

11 CHARLES, D., (2010), « Universités et développement territorial. Stratégies de convergence », in Urbanisme, n° 35, hors série, pp. 74-76.

12 Voir à ce propos : SUIRE, R. (2006), « Cluster « créatif » et proximité relationnelle : Performance des territoires dans une économie de la connaissance », CREM-UMR CNRS 6211, site web : http://perso.univ-rennes1.fr/raphael.suire/recherche/CJRS_suire.pdf. Voir aussi : PRATT, A. (2010), « La culture e le politiche delle industrie creative : connettere produzione e consumo », in : INGALLINA, P. (2010) sous la direction de, Nuovi scenari per l’attrattività delle città e dei territori, Milan, Franco Angeli.

13 ARCHIBUGI, F. (2002), La città ecologica, Milan, Bollati Boringhieri.

14 HUGGINS, R., IZUSHI, H. (2007), Competing for Knowledge: Creating, Connecting and Growing, Routledge, London.

15 La NYCEDC a reçu 18 propositions en réponse à cet appel à projet, impliquant 27 institutions, provenant de 8 pays différents, en plus de 6 états des États-Unis, selon le document diffusé par la NYCEDC, “Applied Sciences NYC. Where innovation comes to life” ».

16 Voir à ce propos : http://www.capitalnewyork.com/article/politics/2011/07/2787392/siliconisland-often-fractious-roosevelt-island-unanimous-one-thing ; http://www.archpaper.com/news/articles.asp ?id =5723

17 Voir site web de NYU : nyufasp.com/.

18 http://www.columbiaspectator.com/terms/tags/manhattanville

19 Voir à ce propos : INGALLINA, P. (2009), sous la dir., « L’Attractivité Regards Croisés », Paris-La Défense, PUCA :
http://rp.urbanisme.equipement.gouv.fr/puca/edito/actes_attr_territoires.pdf

20 Il s’agit du Plan Université 2000, le 23 mai 1990, avec un financement initial de 32 milliards de francs sur cinq ans (1991-1995). Il visait essentiellement les universités hors de la région capitale. Il a été suivi par le plan U3M Université du 3e Millénaire (1999), qui mobilisait également des grands moyens financiers, plus axé sur la réhabilitation des universités franciliennes.

21 http://competitivite.gouv.fr/

22 Pour renforcer le potentiel industriel français et créer les conditions propices à l’émergence de nouvelles activités à forte visibilité internationale. Ces pôles ont été définis par le CIADT (Comité Interministériel d’Aménagement et de Développement du territoire) en 2004, pour créer une nouvelle stratégie industrielle à travers un partenariat actif entre les industriels, les centres de recherche et les organismes de formation initiale et continue.

23 Voir à ce propos le site du MESR : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid20724/les-poles-de-recherche-et-d-enseignement-superieur-pres.html#creation-role-pres

24 Les PRES (Pôles de Recherche et Enseignement Supérieur) ont concerné 60 universités donnant lieu à deux typologies différentes : la pré-fusion en vue d’une fusion entre établissement aboutissant à un EPCS (Etablissement Public de Coopération Scientifique) et l’exercice en commun des compétences, (PRES de coopération et de mutualisation). L’État encourage fortement la première approche tendant à terme à faire des PRES des EPCS. Voir aussi : INGALLINA, P. (2012), « « Università e centri di ricerca : nuovi attrattori e competitori territoriali ? L’esempio francese nel contesto del Grand Paris. », in Urbanistica, sous presse.

25 http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid24591/operation-campus.html

26 La Caisse des Dépôts a signé une convention de partenariat avec les universités pour les accompagner dans ces nouvelles réorganisations. Elle les accompagne aussi en expertise et ingénierie et cofinance également les schémas directeurs immobiliers et d’aménagement (SDIA) ainsi que des schémas directeurs numériques.

27 Voir à ce propos :
http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/farandole/2012/pap/pdf/Jaune2012_investissements_avenir.pdf

28 Latour, B.(2001), Le métier de chercheur. Regard d’un anthropologue, 2e éd. revue et corrigée, Une conférence-débat à l’INRA, Paris 22 septembre 1994, Institut National de la Recherche Agronomique.

29 Voir à ce propos : INGALLINA, P. (2012), « Università e centri di ricerca : nuovi attrattori e competitori territoriali ? L’esempio francese nel contesto del Grand Paris. », ibidem. http://www.paristribune.info/Ville-de-Paris-ou-État-quel-projet-pour-le-campus-parisien_a4326.html

30 Voir à ce propos : INGALLINA, P. (2010) « Attractivité et compétitivité : le rôle des knowledge industries en Ile de France », in : Urbanisme, n°38, Hors-série.

31 Le Grand-Huit a été proposé par le secrétaire d’État chargé du Développement de la région capitale, Christian Blanc, et annoncé officiellement le 29 avril 2009, par le président Nicolas Sarkozy. Ce projet a fusionné avec celui de la région appelé Arc Express, formant ainsi le Grand Paris Express. Il est prévu aussi la prolongation de la ligne de métro n° 14 depuis Paris jusqu’à Roissy, au nord et au sud vers Orly. En plus que de renforcer ces pôles de développement, il s’agit de desservir aussi d’autres centres à fort potentiel comme La Défense et Saclay.

32 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do ?cidTexte =JORFTEXT000022308227&dateTexte =&categorieLien =id

33 Voir le site de l’Etablissement Public de Paris Saclay : http://www.media-paris-saclay.fr/paris-saclay/presentation-de-lepps/1-2/

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte des CDT en Cours
Crédits Source : IAU-IdF, Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile de France
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15591/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 2 : Carte des CDT en Cours
Crédits Source : IAU-IdF, Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de l’Ile de France
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15591/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 3 : Principaux projets de transport en commun
Crédits Source : IAU-IdF, Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile de France
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15591/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 652k

Auteur

Université Lille1 TVES INTACK (International Network on Territorial Attractiveness, Competitiveness and Knowledge Economy, est une association internationale de recherche/action axée sur les analyses comparatives des impacts des systèmes de connaissance, via l’urbanisme universitaire et scientifique, sur l’attractivité et la compétitivité des villes.)

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540