Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Préface : Villes et régions comme écologie de la connaissance : un terrain à explorer

Enzo Rullani

Full text

1L’économie moderne emploie la connaissance comme force productive primaire depuis plus de deux siècles, à savoir à l’époque où les machines de la révolution industrielle commençaient à utiliser et à diffuser les savoirs de la science et de la technologie finalisés à la production. Cependant, le rôle de la connaissance, jusqu’à il n’y a pas longtemps, est resté relativement caché, parce que la connaissance est devenue force productive à travers la médiation d’objets (les machines, l’organisation des entreprises, les bien matériels produits dans l’usine) qui l’ont intégrée. L’économie s’est ainsi occupée de ces objets et de ces systèmes, à savoir des containeurs qui sont bien plus visibles et manipulables que leur contenu (la connaissance qui y est intégrée). Le résultat de cette vision réductrice, qui faisait pratiquement disparaître les spécificités de la connaissance (une ressource anomale, du point de vue de la doctrine économique traditionnelle), a été l’idée du « transfert » technologique et cognitif. Autrement dit, l’on peut désormais transférer les connaissances dans le temps et dans l’espace et aussi les échanger sur les marchés, ni plus ni moins comme les biens qui les contiennent. Dans ce cas, le territoire devient un espace de marché et de transfert logistique des connaissances utiles. Si ces connaissances se concentrent dans certains pôles (les villes, les clusters spécialisés, les aires métropolitaines), cela est dû aux avantages offerts par la proximité spatiale qui en facilite le transfert et l’échange. S’agissant d’intercepter de loin des connaissances produites ailleurs, les « centres de transferts technologiques » feront l’affaire car ils vont chercher les connaissances utiles dans le marché mondial en les mettant à disposition des usagers locaux. Les articles présentés dans la troisième partie de cet ouvrage, dédié à l’économie de la connaissance, à l’aménagement universitaire et aux enjeux en termes d’attractivité et compétitivité territoriales, traitent plus particulièrement de ces questions. L’article de Bruno Lusso, dans la troisième partie, sur le rôle de l’industrie multimédia dans les villes moyennes (Lille, Lyon, Marseille) met l’accent sur les difficultés réelles qui se posent si on veut opérer un transfert technologique entre laboratoires de recherche universitaires et entreprises locales. Ainsi, une masse critique de la connaissance qui permet d’utiliser les capacités de chaque diplômé, vient se concentrer uniquement dans les grandes aires métropolitaines (Paris, New-York, Los Angeles) qui finissent par les attirer, sans rien apporter au système local. Cathy Garner nous explique, dans son essai sur l’« absorptive capacity » (capacité d’absorption) les raisons pour lesquelles le transfert technologique, dans la majorité des cas, ne fonctionne pas, spécialement dans le monde d’aujourd’hui. En effet, la connaissance n’arrive pas dans un lieu, ni on peut la « toucher », à l’instar d’un bien matériel ou d’une machine, mais elle doit être assimilée à travers une base d’intelligence connective et interprétative préexistante qui la rende identifiable et utilisable selon les exigences de l’utilisateur. Les territoires peuvent, donc, aspirer à devenir des écologies cognitives riches en capacité d’absorption. Cela concerne non seulement les universités et les centres d’éducation corrélés, ce qui est naturel, mais aussi les entreprises et la société locale dans son ensemble. Or, dans la majorité des cas, cette capacité d’absorption ne dérive ni de capacités d’un individu ni de celles d’une entreprise spécifique, mais elle dépend du développement d’écologies du savoir et du savoir faire qui intègrent une multitude de compétences spécialisées très diversifiées (Spaziante, Micoud). Les personnes, les entreprises, les réseaux locaux qui connectent la production aux systèmes sociaux doivent faire des expériences considérables qui créent une intelligence générative, à savoir une attitude à élaborer de nouveaux concepts adaptés au contexte ou correspondants aux mondes imaginés et non pas uniquement pour répliquer des connaissances standards, codifiées ou mécanisées. L’idée de l’« open innovation » qui est en train de s’affirmer dans les grandes et petites entreprises, un peu partout dans le monde vise ces objectifs : les connaissances codifiées pourront circuler ou se propager en donnant lieu à de grands multiplicateurs de valeurs seulement si elles pourront s’appuyer sur un réseau d’intelligence générative les connectant à un monde de plus en plus complexe, changeant et imprévisible. C’est le sujet traité par Francisco Javier Carrillo qui consacre son article au rapport entre université et industrie. Le « knowledge management » qui lie la connaissance sociale à celle utilisée dans la production de la valeur économique, a souvent un impact critique sur l’espace (dans les cas où, par exemple, la ville abrite un campus universitaire). Mais, on peut lire cela de différentes manières. Par le passé, on pouvait considérer le « knowledge management » comme un « tool » qui stocke, déplace et utilise les connaissances considérées comme des objets. C’était une conception qui s’adaptait à cette époque. Aujourd’hui, le transfert cognitif, entre multiples et différenciés « knowledge markets », implique directement les agents (personnes, entreprises, communautés, institutions), avec leur propre vision du monde et leurs propres stratégies. Ainsi, deviennent de plus en plus importants, avec les profits liés aux utilisations des connaissances, aussi leurs effets sur la société et les significations qui accompagnent leur utilisation en termes de production. Le système urbain est une écologie riche de significations et de responsabilités que les entreprises peuvent s’approprier ou non. Ces significations et ces responsabilités auront une influence sur l’efficacité de la production de connaissances et sur la valeur qu’on peut déduire d’elles. Les universités localisées dans ce type d’espaces urbains doivent aussi s’y adapter : elles doivent non seulement être des machines formatives, mais devenir des universités du XXIe siècle, riches en capacités collaboratives et stratégiques vis-à-vis du contexte extérieur. Mettre en phase la société locale avec la logique de la connaissance et de la production qui l’emploie n’est toutefois pas facile, ni escompté. Par exemple, construire une « cité de la connaissance » près d’un centre urbain dominé par la violence peut ne pas conduire aux résultats espérés si la fracture actuelle entre l’économique et le social est entretenue, comme ils nous expliquent Fernando Lozada Islas et Maria-Teresa Montero-Mendoza à propos de l’expérience de Ciudad Juàres (Mexique). Produire et employer la connaissance, en effet, peut engendrer une valeur économique seulement s’il y a intégration des idées des différents acteurs sociaux de manière à ce qu’on puisse obtenir une contamination cognitive efficace. Il s’agit d’une autre forme de « capacité d’absorption ». Il découle des réflexions menées dans cet ouvrage, le rôle fondamental, et encore peu reconnu dans le domaine des marchés de la connaissance, du territoire qui n’est plus considéré comme inerte ou comme un containeur passif des connaissances sédimentées. Il devient une plateforme écologique d’intelligence générative agissant comme filtre et matrice de connaissances qui lient le système productif avec un monde complexe où des connaissances (elles aussi complexes) sont dotées de valeurs tant économiques que sociales. Ce sont ces connaissances qui font la réelle différence compétitive entre les lieux, permettant de capter une partie plus ou moins importante des filières globales où les lieux sont désormais intégrés. Les territoires sont en concurrence entre eux, dans l’espace global.

2Et cela change aussi bien leur dynamique interne que leur rôle. C’est une réalité qui conditionne tout le reste, depuis le début des années 2000. L’élément déterminant du monde contemporain, en effet, c’est le flux massif de transfert de connaissances codifiées dans les pays riches vers les pays « low cost » qui sont capables de les attirer, au fur et à mesure qu’ils se dotent de capacités d’absorption adéquates.

3D’où l’importance des investissements qui permettent de fixer, dans une écologie territoriale, un noyau d’intelligence générative capable d’effectuer des fonctions complémentaires, donc bien rémunérées, alternatives à ces transferts vers le « low cost ». Cet ouvrage dirigé par Patrizia Ingallina, marque un tournant dans ces réflexions sur les marchés de la connaissance à leur début, en introduisant la dimension territoriale, comme variable indissociable de ces réflexions.

Author

Économiste – Centro Tedis, Venice International University

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540