Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Universités et enjeux territoriaux

 | 
Patrizia Ingallina

Préface : Économie de la connaissance et aménagement universitaire dans les métropoles du monde

Vincent Fouchier

Testo integrale

1L’économie de la connaissance et l’aménagement universitaire suscitent un réel intérêt dans nombre de métropoles à travers le monde. Chaque métropole développe son projet et les expériences méritent d’être partagées. C’est tout l’intérêt de cet ouvrage comparatif sur un plan international que de mettre en scène la variété des situations et des réponses propres à chacune.

2Les métropoles sont le lieu de l’innovation et de l’économie de la connaissance – parfois trop, d’ailleurs, si l’on en juge la disparition rapide des activités manufacturières pourtant nécessaires à un tissu économique diversifié –. Elles traitent différemment de cet enjeu et il est enrichissant de comparer les politiques mises en œuvre, les jeux d’acteurs, les stratégies, les projets… pour mutualiser les expériences et évaluer les résultats.

3Il apparaît clairement que la jeunesse d’une population est de plus en plus vue comme une richesse, dans un monde où le vieillissement est une tendance lourde (au moins dans les pays de l’OCDE). Disposer de jeunes à haut niveau d’éducation, aptes à tirer l’innovation et le développement économique, contribuant eux-mêmes à modeler de nouvelles formes de croissance, va devenir un avantage comparatif. Ces jeunes sont une ressource rare, certes, mais potentiellement renouvelable, contrairement au pétrole qui a trop longtemps constitué la matière première du développement des économies « modernes » dans les grandes métropoles. Miser sur la jeunesse plutôt que sur le pétrole ( !) peut ainsi être une belle perspective d’avenir.

4Former les jeunes est donc un impératif, mais encore faut-il choisir les filières de formations, leurs liens avec le tissu économique et leur inscription dans l’espace urbain. Encore faut-il aussi que la qualité de vie qui leur est proposée soit à la hauteur de leurs attentes. L’enjeu est alors immense : concevoir le lien entre les quatre composantes que sont l’université, la recherche-innovation, l’économie et le territoire. Les textes ressemblés dans cet ouvrage, couvrant 4 continents, livrent une mine d’informations et d’analyses, et montrent que ces quatre composantes doivent se marier et que leur combinaison crée des conditions chaque fois particulières pour le développement d’une métropole.

5Penser indépendamment l’aménagement universitaire et l’aménagement du territoire apparaît dès lors comme une erreur. Les stratégies de développement métropolitain à long terme gagnent à intégrer la dimension universitaire, dans un projet transversal pour la métropole.

6Comment « faire cluster » en situation métropolitaine ? Constituer un « écosystème innovant » comme à New York, miser sur une « ville savante » et multiculturelle comme à Londres ou construire une éco-cité comme à Shenzhen ?

7Faut-il opter pour des clusters, des campus ou des « quartiers latins » ? Il n’y a sans doute pas de réponse univoque, mais les métropoles sont, en elles-mêmes, le terreau de l’économie de la connaissance, le plus souvent partie prenante d’un système économique plus global, intégré, inséré dans des flux et des réseaux qui ne se traduisent pas toujours localement dans une dimension urbaine identifiable.

8Les contributions illustrées dans cet ouvrage mettent clairement en évidence à quel point les acteurs publics, l’État en France, la ville et ses institutions à New York, le maire de Londres, etc. font ce pari. En quoi l’économie de la connaissance est-elle profitable ?

9Le poids du modèle universel qu’est devenue la Silicon Valley se heurte à des contextes singuliers. En parlant de New-York, Michael Indergaard nous dit dans sa conclusion qu’« une économie de la connaissance est différente dans une métropole globale et dans une région high tech ». La métropole cherche à faire la synthèse entre ses capacités et un renforcement de sa base technologique en utilisant une définition élargie de l’innovation, c’est-à-dire qu’elle cherche à faire surgir son modèle propre d’écosystème de l’innovation. L’économie de la connaissance ne naît pas de rien. Elle se développe à partir d’un socle qui a ses propres caractéristiques physiques, économiques et sociales. Les ressources territoriales, ce sont aussi les hommes et les femmes, et la capacité des acteurs à se mobiliser et à être réactifs collectivement.

10Il ne faut pas oublier que les universités sont des acteurs clés de ces processus. Quel rôle vont-elles y jouer à l’avenir au bénéfice d’une stratégie collective, alors que leurs financements privés deviennent de plus en plus nécessaires ?

11L’université comme hub ? L’aménagement des lieux universitaires intègre de plus en plus une ambition de « frottement » et d’interaction avec les milieux de la recherche, de l’innovation et de la fertilisation économique. Les relations réelles entre les universités et les entreprises sont au cœur de cette fonction de hub. Elles ne vont pas de soi. Force est de constater, en France notamment, malgré le progrès que représentent les pôles de compétitivité, que cette ambition n’a pas prévalu dans le passé à la conception de « l’urbanisme universitaire ». Celui-ci a longtemps été pensé de manière cloisonnée, sauf dans le cas exceptionnel de Paris intra-muros. Des efforts ont pu être faits depuis vingt ans, par exemple dans les villes nouvelles franciliennes, pour que les espaces de formation supérieure soient totalement partie prenante de l’animation urbaine et pour qu’émerge progressivement un « écosystème » intégré : Evry et son génopôle, sont le signe d’un modèle français qui se forge progressivement.

12Les universités anglaises semblent plus confiantes dans leurs compétences en matière de transfert de technologie, mais quelle est la part de marketing et la part de réalité ? Au-delà de ce rôle de hub, quels effets d’entraînement sur le territoire peuvent avoir les universités, reconfigurées autour de plateformes de recherche collaboratives ? Les universités anglo-saxonnes montrent un niveau double d’engagement : professionnel et social, respectivement en introduisant des disciplines très axées sur la demande des entreprises de pointe et en développant des méthodes d’apprentissage socialisées. C’est un double rôle visant d’une part à garder la compétitivité haute, de l’autre à favoriser l’entrée dans le marché du travail aussi à une population qui n’a pas forcément le temps ni les moyens pour effectuer un parcours universitaire classique. En France, la recherche de l’excellence à travers la mise en place des PRES (Pôles de Recherche et Enseignement Supérieur) par la désignation de territoires d’excellence ne risque-t-elle pas d’accentuer une fragmentation déjà existante ? N’y a-t-il pas risque de délocalisation d’équipes et d’activités qui vont quitter des territoires voisins ou moins bien dotés, même lorsque la puissance publique ne le décide pas elle-même ?

13L’heure est à l’ouverture des lieux universitaires et à leur inscription plus volontaire dans la vie urbaine. Ils doivent participer à la qualité et à l’attractivité des métropoles : l’enjeu est le bénéfice mutuel. Cet ouvrage donnera certainement des idées et des pistes à tous les acteurs impliqués, qu’ils soient publics ou privés, à partir des expériences concrètes menées dans de nombreuses villes dans le monde.

Autore

Directeur général adjoint de l’IAU-IdF, Président du Groupe Urbain de l’OCDE

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540