Version classiqueVersion mobile

Les loteries royales dans l’Europe des Lumières

 | 
Marie-Laure Legay

Première partie. Jeux d’État et morale publique

Chapitre 2. Les plans de loteries : L’État et les entrepreneurs de chance

Texte intégral

  • 1 Helma Houtman de Smedt, dans Loteries en Europe, Cinq siècles d’histoire, Bruxelles, 1994, p. 141, (...)
  • 2 AGR, Conseil des finances, carton 2553.

1Les plans de loterie simples pouvaient être montés par les administrateurs eux-mêmes. Les loteries à classes notamment ne présentaient pas trop de difficultés. On pouvait prévoir la recette attendue en fonction du nombre de billets par tirage et du prix de la mise. On déduisait les prix des lots, les primes et les dépenses d’administration et l’on établissait ainsi un plan général qu’il ne restait plus qu’à mettre en œuvre. Encore fallait-il en assurer le succès financier. La loterie à classes nécessitait une distribution la plus massive possible de billets et donc la mobilisation d’un réseau de buralistes important. Le loto génois supposait quant à lui une maîtrise arithmétique des risques, notamment en cas de mises trop nombreuses sur un seul et même numéro. Quand les États européens commencèrent à autoriser ces jeux, les experts en matière financière et maîtres loteurs proposèrent leurs services. Cinquante propositions s’accumulèrent sur le bureau de Willem Kersseboom lorsque les États généraux de Hollande annoncèrent en 1726 leur intention d’établir une loterie générale1. De même, dans l’année où l’on sut que les États du Brabant allaient autoriser une loterie, plusieurs douzaines de plans furent aussitôt envoyés à Bruxelles2.

1. Les entrepreneurs de loterie

  • 3 Sur les réseaux dans l’espace européen, voir les travaux de Pierre-Yves Beaurepaire.
  • 4 Manfred Zollinger, « Organisierter Zufall. Lotterieunternehmer im 18. Jahrhundert », dans Matis Her (...)
  • 5 On peut également lire Knapp Volker, « Der Abenteurer als Demonstrationsobjekt und Skandalon der fr (...)
  • 6 Lettres patentes de décembre 1656 pour l’établissement d’une blanque, reproduites dans Nicolas Dela (...)
  • 7 Cecil Henry L’Estrange Ewen, Lotteries and Sweepstakes, op. cit., p. 123. On peut également se repo (...)
  • 8 Condorcet, Arithmétique politique, textes rares ou inédits (1767-1789), édités par Bernard Bru et P (...)
  • 9 Lafontaine, Précis de projet d’opération de finance, par forme de loterie, Londres, 1775.
  • 10 Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais (1732-1799). Voir Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets (...)

2Sans que l’on puisse véritablement parler de réseau3, il existait dans l’espace européen des hommes versés dans les techniques financières qui savaient se faire connaître des administrations royales. La difficulté tenait dans l’appréciation des projets présentés. Certains entrepreneurs faisaient miroiter des plans alléchants, mais risqués. Il fallait donc qu’ils soient dotés d’une réputation. La plupart étaient protégés par des princes de l’aristocratie. La recommandation internationale jouait en faveur des plus hardis et aventureux personnages qui, de cour en cour, parvenaient à se faire entendre, au moins pour un temps. Manfred Zollinger a mis en lumière cette figure de l’entrepreneur, assimilable à l’« aventurier » que le Dictionnaire de l’Académie de 1694 définit comme « celuy qui n’a aucune fortune & qui cherche à s’establir par des aventures »4. Son succès témoigne tout à la fois de l’instabilité économique du temps, – bien souvent, nous les voyons à l’œuvre au lendemain des guerres, quand le niveau des dettes est au plus haut –, et de l’incertitude des connaissances5. Certains d’entre eux sont proches de ce que l’on peut désigner par ailleurs comme des « donneurs d’avis », des « faiseurs de projets » qui ne cherchent qu’à se faire rétribuer l’idée contenue dans leur mémoire. Lorenzo Tonti se fit payer 60 000 livres, somme que Louis XIV reconnut dans les lettres patentes de 1656 pour « droit d’avis »6. Thomas Neale, maître de la Monnaie, directeur des postes américaines, membre du Parlement, peut également être assimilé à ce modèle pour ses propositions de loteries publiques pendant la « révolution financière » des années 1690 en Angleterre7. Jean de Hautefeuille fut un authentique inventeur, connu pour ses travaux de physique et d’horlogerie, qui chercha toute sa vie à devenir le pensionnaire de l’Académie des sciences. Il publia un projet de loterie en 1704, ainsi qu’une étude sur un Spectacle de la loterie favorable au public qui sera tirée à coups de fusil (1713), dans lequel l’usage de l’arme à feu permet d’accélérer le tirage des billets. L’abbé de Gua de Malves, « ami des systèmes et des nouveautés » dont Condorcet fit l’éloge, proposa plusieurs plans de loteries au gouvernement…8 Ils furent jugés funestes néanmoins. Voici encore un ancien officier du régiment des Gardes-Suisses, Lafontaine, qui publia à Londres en 1775 un Précis de projet d’opération de finance, par forme de loterie9, ou encore le célèbre chargé d’affaires et homme de lettres, Beaumarchais, dont le projet de loterie fut inséré dans ses Œuvres de M. de Voltaire qu’il publia en 178110. Le projet lui-même sembla fumeux au point que Bachaumont, acerbe, se moqua ouvertement :

  • 11 Idem.

Nous n’entreprendrons point d’expliquer cette loterie, où les plus habiles calculateurs ne comprennent rien. Il faut attendre que son inventeur, le sieur de Beaumarchais, fournisse les explications qu’on lui demandera11.

  • 12 Louis de Loménie, Beaumarchais et son temps, études sur la société en France au XVIIIe siècle d’apr (...)

3De fait, l’écrivain échoua à attirer des souscripteurs. Lorsqu’à son tour un autre inventeur, Simonnet, s’adressa à lui pour faire valoir ses plans de loterie, Beaumarchais le repoussa sans ambages12.

  • 13 Claude-François Menestrier, Dissertation…, op. cit., p. 22.
  • 14 AN, G7 1725, pièce 72, lettre de d’Argenson, 7 septembre 1706. Sur la banque Le Couteulx, voir Herb (...)
  • 15 Sur ces maisons, voir Marie-Laure Legay, « Les relations financières entre Bruxelles et Vienne au t (...)

4D’autres entrepreneurs sont plutôt assimilables à des banquiers, comme Jean Tourton, marchand-banquier de Lyon qui proposa son plan à la ville d’Amsterdam pour une loterie de charité en 169513, ou la compagnie Le Couteulx qui se chargea de la loterie de l’église d’Arnetal, près de Rouen14. Certains ne différaient en rien de ces « manieurs d’argent » qui entraient dans les affaires du roi, toutes sortes de fermes dont ils tiraient profit. Il faut dire que les souverains, convaincus du bien-fondé de cette innovation financière, ne les mettaient pas sur pied sans garantie pour leurs sujets d’être payés de leurs lots. Certains aventuriers se révélaient être des escrocs. Le rapport de confiance qui devait s’établir entre un roi et son peuple exigeait l’engagement des maisons de banque solides que l’on associa aux plans des aventuriers. Derrière les frères Calzabigi, on trouvait les Pâris en France (l’hôtel de la Force fut l’un des bureaux de recette de la Loterie de l’École royale militaire), plus tard la maison Pourrat frères de Paris, la maison Le Couteulx, dont Jean-Jacques devint le receveur général de la Loterie Royale de France. De la même façon à Bruxelles, on comptait sur les maisons de banque locales avec lesquelles on avait l’habitude de travailler pour des loteries à rentes. Ainsi la banque Jean Osy et fils de Rotterdam, et la banque Cogels à Anvers étaient-elles entrées à plusieurs reprises dans ce type de loteries d’emprunts, de même la banque Veuve Nettine15. Ces établissements étaient rémunérés par un pourcentage sur la levée des rentes, les intérêts annuels et le remboursement par lots. La méfiance à l’égard des opérations neuves du loto nécessitait a fortiori l’engagement de ces établissements.

  • 16 Jugement de M. le Lieutenant général de Police qui condamne le sieur Leblanc à payer & rembourser l (...)

5Les entrepreneurs de plans de loterie appartenaient donc à diverses catégories. Leur statut juridique demeurait toutefois ambigu. On le mesure à l’occasion d’une plainte portée par le chevalier d’Arcq, Auguste-Philippe de Sainte-Foy, à la commission chargée de juger des cas litigieux, contre un entrepreneur de la loterie de Cologne, Leblanc. Jugé le 25 septembre 1759 et condamné à rembourser les billets dont le chevalier était porteur, Leblanc opposa des fins de non-recevoir à ce jugement, faisant valoir qu’il n’était pas entrepreneur, mais simple agent de la loterie en question, « chargé de remettre aux collecteurs les billets qui seroient envoyés, d’en livrer les reconnaissances & de faire le compte des collections à chaque tirage »16.

2. Le jacobite Jean Glover et les premières loteries populaires

  • 17 Le duc d’Orléans, frère de Louis XIV décéda en 1701.
  • 18 AN, G7 1728, pièce 75, placet de Jean Glover, 1711.
  • 19 De par le Roy. Avis pour la loterie de Son Altesse royale de Lorraine. - [Extrait d’un Article du « (...)

6Jean Glover travailla pour la reine Anne de Stuart, pour Léopold Ier, duc de Lorraine, pour Louis XIV, pour George Ier de Hanovre, puis se fit employer par le fils de Léopold, Charles de Lorraine. Il fut introduit à la cour de France par les faveurs de la duchesse douairière d’Orléans, princesse palatine née von Wittelsbach17. Cet Anglais se disait écuyer et ne manquait pas de mentionner qu’il était le « seul ingénieur d’Angleterre qui [ait] suivi le feu Roy Jacques de Glorieuse Mémoire »18. Il était l’auteur d’un livre sur La Nouvelle Méthode d’exécuter les Loteries, paru en 1704 et dont le Journal des Savants rendit compte en 170619. À cette époque, les loteries se multipliaient. Elles étaient basées sur la méthode traditionnelle de la blanque présentée plus haut. D’après lui, sa nouvelle méthode consista à :

  • 20 AN, G7 1725, « Mémoire touchant la loterie de Son Altesse Royale de Lorraine », par Jean Glower.

Tirer des loteries par des jetons ou des bales chiffrées, et ce longtemps avant que lesdites loteries d’Angleterre ayent esté tirées, étant le premier qui a fait voir, par l’exécution et la réforme qu’il a faite de la loterie d’Orléans l’utilité du prix modique des billets des loteries pour les faire remplir en peu de tems, ayant inventé aussi les nouveaux registres et billets de loterie…20

  • 21 Idem, pièce 172, Avis pour la loterie de Son Altesse royale de Lorraine, 1707.
  • 22 Idem.

7Soumis à l’examen de Fontenelle, secrétaire de l’Académie royale des sciences, l’ouvrage en obtint l’approbation. Glover eut l’occasion de mettre en œuvre sa méthode lorsque Léopold, duc de Lorraine, accorda en 1707 une loterie en faveur des pauvres de l’hôpital de Lunéville. La loterie fut fixée à un million de billets à dix sols chacun, ce qui constituait une première en effet : la mise de départ était modique et chaque sujet du prince pouvait y prétendre. La recette attendue était donc de 500 000 livres ; Glover en réservait 15 % pour l’hôpital et les frais généraux, et le reste, soit 425 000 livres pour le fonds de la loterie elle-même21. Pour les lots, Glover promit un billet noir (gagnant) pour moins de 49 billets bancs et en tout 20 050 billets gagnants. Mais la nouveauté consistait aussi en l’idée de faire gagner plusieurs lots pour un même numéro, grâce à la multiplicité des tirages, et surtout en la possibilité offerte d’acheter des planches entières de 50 billets de suite, soit en particulier soit en société. Glover assurait qu’ainsi, le miseur serait nécessairement remboursé de sa mise. Enfin, Glover annonça que les frais d’une telle loterie, dont le nombre de billets extraordinaire exigeait bien trop de temps et d’argent pour dresser et imprimer les quelques 140 listes y afférant, seraient réduits au moyen de l’utilisation de jetons et balles et de registres généraux, numérotés et paraphés22.

  • 23 Cecil Henry L’Estrange Ewen, Lotteries and Sweepstakes, op. cit., p. 124.
  • 24 Les édits portant établissement d’une loterie royale se multiplient à cette époque. Louis XIV établ (...)

8Il ne fait pas de doute que Jean Glover promut une loterie populaire moderne à bien des égards. Le nombre de billets, le montant des mises, le mode de distribution et de comptage, l’extension internationale… : tout, dans son plan, paraissait inédit en France. Dans quelle mesure l’inspiration venait d’Angleterre ? La première loterie de Thomas Neale proposait 50 000 tickets à dix shillings le billet et garantissait 150 billets gagnants. Le succès fut tel que l’entreprise fut étendue dès l’année suivante pour un million de livres. Louis XIV saisit tout l’intérêt de l’opération23. Il accorda de nouvelles loteries sur le même modèle24 et autorisa Glover dès le 8 mai 1707 à :

  • 25 De par le Roy. Op. cit.

Faire imprimer, publier, afficher vendre, faire vendre & distribuer par tout notre Royaume en telle forme, marge, caractère & autant de fois que on lui semblera, les nouveaux registres et billets de loteries, ensemble les listes générales & particulières des numéros, devises & lots qui seront tirez à toutes les loteries qu’il fera pour notre service25.

  • 26 Lettres patentes de décembre 1656 pour l’établissement d’une Blanque ou loterie, reproduites dans N (...)

9Le roi reconnaissait ainsi l’expertise de l’aventurier en lui accordant l’ouverture de bureaux de la loterie de Lorraine en France. Ce n’était pas la première fois que Louis XIV recourut aux services d’aventuriers. Déjà en 1656, le banquier napolitain Laurent Tonti avait proposé à Louis XIV l’ouverture de la première blanque royale affectée à l’édification de bâtiment public, – le pont entre le château du Louvre et le quartier Saint-Germain, « tellement nécessaire pour le commerce de l’un & de l’autre côté de ladite ville »26. Il s’agissait d’une loterie classique de 50 000 billets d’une valeur de deux louis d’or chacun. La recette espérée se montait donc à 1 110 000 livres, de laquelle on voulait tirer 500 000 livres pour le pont et la pompe à eau attenante, et 500 000 livres pour les lots, soit mille de 300 livres, deux cents de 500 livres, dix de 3 000 livres et un de 30 000 livres. Mais cette blanque ne fut jamais tirée. Il faut dire que la Fronde avait laissé les Parisiens dans un état d’épuisement financier aussi grand que celui de l’État. Le numéraire manquait. Surtout, le prix de chaque billet était trop élevé et limitait la participation.

  • 27 Herbert Lüthy, La banque protestante de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, t. 1, Pa (...)
  • 28 Il s’agit sans doute de Daniel Arthur, l’un des principaux banquiers jacobites de Paris. Voir Patri (...)
  • 29 AN, G7 1725, pièce 172, lettre de d’Argenson à Chamillart, 29 mai 1707.

10Directeur de la loterie de Lorraine, l’entrepreneur Glover mena son affaire avec difficulté pour plusieurs raisons, dont la principale fut liée au contexte de la guerre de Succession d’Espagne et au tarissement des espèces dans toutes les capitales d’Europe27. Le bureau principal de cette loterie fut établi à Nancy ; des bureaux secondaires furent ouverts en Angleterre, en Hollande, dans la Flandre espagnole et à Paris. Dans cette ville, Glover fit appel pour la distribution à Delagarde, maître de requête et secrétaire de la duchesse d’Orléans, et au banquier jacobite Arthur28. Mais à peine le bureau fut-il ouvert au Palais royal, que le Contrôleur général des finances, Chamillart, en accord avec Voyer de Paulmy d’Argenson, le Lieutenant général de police, décida de le fermer, le 14 juin 1707. Il n’était pas à propos « qu’on publiast dans Paris aucune lotterie, quelque favorable qu’elle fut, jusqu’à ce que celle du Roy eut esté tirée »29, écrivit le Lieutenant. La concurrence entre loteries était néfaste. Glover contrevint aux ordres en continuant de faire distribuer des billets. Louis XIV, qui lui prodiguait ses faveurs, lui permit de rouvrir le bureau. Il faut dire que la méthode Glover rencontrait un franc succès :

  • 30 Idem, pièce 272, lettre de d’Argenson à Chamillart, 8 novembre 1707.

Il flatte ceux qui y mettent que si leurs numeros ne sont pas heureux la première fois qu’on le tirera, on les retirera jusqu’à trois ou quatre fois et cette nouvelle idée suffit pour exciter la curiosité de nos Parisiens qui espèrent encore plus volontiers qu’ils ne craignent30.

  • 31 Idem, pièce 293, lettre de d’Argenson à Chamillart, 24 décembre 1707.
  • 32 AN, G7 1726, pièce 126, lettre à Desmaretz, 12 avril 1710. Voir aussi Arrêt du conseil d’État conce (...)
  • 33 Idem, pièce 384, lettre du 28 novembre 1710.
  • 34 Sur les négociations des autorités avec Arthur, voir AN, G7 1726, pièces 365 (17 octobre 1710), 384 (...)
  • 35 AN, G7 1726, pièce 384, lettre du 28 novembre 1710.

11« Cet anglais opiniâtre »31, selon l’expression de d’Argenson, se fit gloire de maintenir ouverts ses bureaux à Paris. La première classe de sa loterie fut tirée en 1709 à Lunéville, en présence du duc et de la duchesse de Lorraine. La seconde classe ne fut tirée qu’en 1710 et fut un véritable fiasco. À Paris même, Glover subit la diminution considérable des espèces : reçues sur le pied de 10 sols, elles furent réduites à 7, de sorte que la recette se limita à 32 000 £ au lieu de 74 000 £ attendues, tandis que les frais s’élevaient à 40 000 £. L’entrepreneur ne trouva d’autre moyen d’échapper à la faillite que la fuite en Espagne puis à Bruxelles, non sans avoir diverti au préalable une partie des fonds32. Les autorités informèrent contre lui, mais aussi contre le banquier Arthur, caution de Glover, qui fut mis sous la garde d’un exempt jusqu’à ce que les sommes fussent remboursées33. Mais Arthur ne voulut rien payer, ni des sommes diverties pour couvrir ses frais (2 900 £), ni des 16 000 £ qu’il devait pour sa soumission, ni des 32 000 £ dues aux joueurs34. Tout au plus proposa-t-il de payer en « billets de monnaie », papier décrié dont le Contrôleur général des finances autorisait l’émission par les hôtels de monnaie et la circulation avec intérêt, faute de mieux. D’Argenson refusa net : « C’eut été me rendre complice de son procédé criminel et donner occasion au public de dire ou de soupçonner que je m’entendais avec ce mauvais payeur pour substituer du méchant papier au bon argent qu’il a reçu par vos ordres »35. Les joueurs s’impatientaient et réclamaient chaque jour le payement de leur lot, mais Arthur profita de la protection de la reine d’Angleterre et au début de l’année 1712, il n’avait toujours pas payé.

  • 36 AGR, Conseil des finances, carton 2553, lettres du 12 juillet et du 27 septembre 1733.
  • 37 Idem.

12Lorsqu’il arriva à Bruxelles, Jean Glover se fit passer pour le directeur des loteries électorales de Hanovre, direction qu’il aurait obtenue en juillet 1720 de Sa Majesté britannique, lui confiant le monopole pendant vingt ans des loteries de ses États allemands. Il signait alors ses lettres « baron de Glover de Gledeny »36. Il proposa à Charles de Lorraine plusieurs plans de loteries et de finances. L’un d’eux consista en une loterie de six millions de billets à 10 florins de change avec un billet gagnant sur quatre, présenté en 1727. Les gagnants recevaient des lots allant de 20 à 100 000 florins ; les perdants jouissaient d’une rente annuelle de 4 % argent courant jusqu’au jour du remboursement. Il proposa aussi un projet de tontine pour désengager le Domaine grevé de rentes. Dans une lettre de 1733, il mit en exergue son expérience, « ayant trouvé le secret de conduire et d’exécuter une nouvelle espèce de tontine sous le nom de “tontine charitable de la ville de Bruges” »37. Ce projet fut jugé « très bon en soi ». Enfin, manquant de succès, il revint à la charge en 1733 avec « une idée générale pour le payement des dettes publiques des Pays-Bas autrichiens » combinant plusieurs opérations de loterie, dont une à classes de 100 000 billets chacune à trois florins de change le billet, et de rééchelonnement du paiement des arrérages des rentes. Son projet fut jugé très peu fiable à Bruxelles, où il fut soumis au jugement d’une commission, et à Vienne où le Conseil des Pays-Bas conclut dans le même sens. En réalité, Jean Glover n’avait guère de chance d’obtenir le moindre succès auprès des administrateurs de Bruxelles qui le tenaient en piètre estime :

  • 38 AGR, Conseil des finances, carton 2553, mémoire de Königsegg.

L’autheur est en si mauvais crédit dans le publique en ce paijs icy, que sa seule direction suffisait pour empêcher le succès d’une loterie dont le plan ailleurs serait bon38.

  • 39 AN, G7 1726, pièce 128, placet « de plusieurs bourgeois et habitants de la ville de Paris ».
  • 40 Sur les causes de la banqueroute de John Law, voir Edgar Faure, La Banqueroute de Law, 17 juillet 1 (...)
  • 41 AN, G7 1725, pièce 200, placet de Louvat, 1707.

13Il n’en demeure pas moins qu’il fut l’un des premiers « passeurs » des techniques financières d’outre-manche sur le continent. Avant même l’échec de la greffe de la banque Law, celui de la loterie de Jean Glover révèle à quel point les savoirs financiers, pour relativement universels qu’ils puissent paraître, n’en demeurent pas moins tributaires des organisations étatiques dans lesquelles ils prennent place. Ni Louis XIV à Paris, ni Marie-Thérèse à Vienne ne pouvaient couvrir les projets d’experts anglais habitués à tenir compte des attentes d’un public lui-même avisé des questions financières. Bien sûr, les bourgeois de Paris, comme ceux de Bruxelles, manifestaient de l’engouement pour cette loterie nouvelle. « Ils ont mis des sommes considérables à la loterie de Lorraine », indique un placet de 171039. Mais outre le contexte défavorable de disette sans précédent de numéraire, la culture financière de l’État français, dirigiste, ne pouvait servir de terreau à l’épanouissement de ce type d’opération40. D’ailleurs d’autres projets, tout aussi alléchants, furent refusés, comme ce plan du dénommé Louvat qui proposait « deux nouvelles manières de tirer toutes sortes de loteries en fort peu de tems »41. Louvat promettait 200 000 livres plus ou moins au profit du roi et ajouta :

  • 42 Idem.

Ce seroit un moyen de faire un peu circuler les billets de monnoye, grand nombre y gagneroit agréablement leur vie indépendamment des bons lots ; ce seroit enfin un sujet d’occupation et d’amusement pour les peuples tant que la guerre dureroit42.

3. La banque italienne et les frères Calzabigi

  • 43 Zollinger Manfred, « Glücksspiel der Massen-Hoffnung der Armen? Lottopatent Maria Theresias für Ott (...)
  • 44 Sur ces investisseurs, voir Jean-Claude Waquet, « Les fermes générales dans l’Europe des Lumières : (...)
  • 45 Claude Bruneel, dans Loteries d’Europe, Cinq siècles d’histoire, op. cit., p. 92.

14Les loteries royales doivent également beaucoup aux banquiers italiens, très présents dans les trésoreries des États en guerre. Les marchands-banquiers qui firent la fortune des cités s’intéressaient naturellement à ces opérations de loterie. Au XVIIIe siècle, ils en devinrent les promoteurs principaux dans toute l’Europe. L’un des pionniers fut Ottavio Cataldi (1696-1771)43. De 1739 à 1748, il dirigea le loto toscan, puis il offrit ses services à Marie-Thérèse d’Autriche et engagea la souveraine à ouvrir une loterie génoise à Vienne. Il obtint le bail exclusif le 28 août 1751, d’abord pour dix ans, puis encore pour huit années, jusqu’en 1770. Cataldi appartenait au groupe des fermiers généraux toscans du comte Bernasconi44, mais s’appuya non seulement sur la noblesse toscane, mais aussi sur les banquiers de Livourne pour réunir les fonds nécessaires à l’entreprise. Les capitaux génois, – notamment ceux du marchand-banquier Giovanni Brentani Cimaroli, créancier de Vienne –, prirent également des parts dans la loterie. Manfred Zollinger a montré comment ces capitaux tentaient, à travers les multiples investissements dans les finances européennes, de lutter contre l’hégémonie des capitaux hollandais. Les fermes constituaient leur cible privilégiée. Le frère de Giovanni, Carlo Brentani, prit langue de son côté avec Giuseppe de Santo Vito, organisateur du loto bavarois. Ce dernier vendit son privilège d’exploitation à Lorenzo Geresola de Gênes et Antonio Molo… Charles III d’Espagne s’en remit au directeur du loto de Naples, José Peya, qui vint à Madrid et inspira le décret royal du 30 septembre 1763 établissant la Loterie royale d’Espagne45. En Europe de l’Est, le roi de Pologne afferma le loto à la banque du marquis Nicolo de Crosa. L’Électeur de Cologne s’en remit quant à lui à Francesco Pescatore.

  • 46 Sur le frère ainé, voir G. Gabanizza, « Calzabigi (Calsabigi, Casalbigi), Ranieri Simone Francesco (...)
  • 47 Giacomo Casanova, Histoire de ma vie, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, t. 2, 2000, p. 25.
  • 48 AGR, Conseil des Pays-Bas à Vienne, portefeuille 565, lettre de Charles de Lorraine à Marie-Thérèse (...)
  • 49 Marc Cheynet de Beaupré, « Joseph Pâris-Duverney, financier d’état (1684-1770) », thèse soutenue en (...)

15L’épopée des frères Calzabigi à Naples, Londres, Paris, Bruxelles, Vienne et Berlin, permet de suivre la diffusion d’une nouvelle science des finances et constater immédiatement leur succès dans la création des Loteries génoises européennes. Ranieri et Giovanni-Antonio étaient nés à Livourne en 1714 et 171546. Si l’on suit les propos de Casanova, tous deux se seraient installés à Paris en 1750 à la suite de Paul-François de Galucci, marquis de l’Hôpital, ambassadeur de France à Naples de 1740 à 175047. Ce n’est pourtant pas ce que raconte le journaliste Accarias de Sérionne à Cobenzl, ministre plénipotentiaire des Pays-Bas. D’après sa note au ministre, Calzabigi le cadet se trouvait en 1749 à Paris comme chargé d’affaires du roi de Naples pendant l’absence de l’ambassadeur, le prince d’Ardove. Il fut ensuite envoyé au Danemark, mais n’y resta pas et revint se marier à Paris48. En tout cas, Calzabigi le jeune soumit au Contrôleur général des finances Moreau de Séchelles un plan de loterie intitulé : « Loterie de quatre-vingt-dix billets, dont les lots tirés au sort chaque mois ne pourront tomber que sur cinq numéros ». Il s’agissait d’un plan de loto génois conçu par l’aîné des deux frères. Le financier Joseph Pâris Duverney fut chargé de l’examiner. Il le jugea bon, mais il fallut attendre d’autres circonstances pour le mettre en œuvre49. Tout au plus accepta-t-il de rémunérer le faiseur de projet sur ses propres fonds, à hauteur de 3 070 £.

  • 50 Sur Casanova, voir : Robert Abirached, Casanova ou la dissipation, Paris, Grasset, 1961 ; J. Rives (...)

16L’aventure des frères Calzabigi à Paris est liée au destin de Giacomo Casanova. Rappelons que le 31 octobre 1756, Casanova s’échappe de sa cellule vénitienne et, aidé par quelques amis, rejoint Paris où il arrive le 5 janvier 175750. Là, le ministre des Affaires étrangères, l’abbé de Bernis, avec qui il avait passé du bon temps à Venise, le présente à l’intendant des finances, Jean de Boullongne. Celui-ci le met en contact avec le financier Joseph Pâris Duverney qui s’occupait alors de la création de l’École militaire dans la plaine de Grenelle, chantier en déficit dont il fallait renflouer les caisses à hauteur de vingt millions. Casanova raconte dans ses Mémoires comment il se laissa prendre au jeu de la recommandation et de l’expertise. Son récit révèle l’approximation avec laquelle, une fois de plus, les bureaux ministériels s’en remettaient à des faiseurs de projets. Duverney présenta le projet de loterie à Casanova en présence de son auteur, Calzabigi. Quand Casanova demanda pourquoi le projet n’a pas été adopté, Duverney répondit :

  • « On allègue contre le projet plusieurs raisons, toutes plausibles, et auxquelles on ne répond que vaguement.
  • Je n’en connais, lui répondis-je froidement, qu’une seule dans toute la nature qui pourrait me fermer la bouche. Ce serait si le Roi ne voulut pas permettre à ses sujets de jouer.
  • Cette raison ne va pas en ligne de compte. Le Roi permet à ses sujets de jouer ; mais joueront-ils ?
  • Je m’étonne qu’on en doute d’abord que la nation sera sûre d’être payée si elle gagne.
  • Supposons donc qu’ils joueront lorsqu’ils seront sûrs qu’il y a une caisse. Comment faire ce fonds ?
  • Trésor royal. Décret du Conseil. Il me suffit qu’on suppose le Roi en état de payer cent millions.
  • Cent millions ?
  • Oui Monsieur, on doit éblouir.
  • Vous croyez donc que le Roi pourra les perdre ?
  • Je le suppose, mais après une recette de cent-cinquante. Connaissant la force du calcul politique, vous en pouvez partir que de là »51.
  • 52 Giacomo Casanova, op. cit., p. 29.

17Casanova et Calzabigi le cadet s’entendirent pour travailler ensemble au projet de loterie pour l’École militaire. Ils avancèrent prudemment. Les experts financiers, Duverney et Boullongne, – ce dernier devenu ministre entre temps –, étaient favorables, mais Versailles voulait des garanties. D’Alembert donna son opinion en qualité de maître en arithmétique. Par les arrêts des 15 août et 15 octobre 1757, la loterie de l’École militaire fut créée et confiée aux faiseurs de projets italiens. On proposa six bureaux de recettes et quatre mille francs de pension sur la loterie même à Casanova ; des appointements de trois mille francs par tirage, une pension de quatre mille et « le grand bureau de l’entreprise à l’hôtel de la loterie dans la rue Montmartre » à Calzabigi52. Leur gestion fut contestée toutefois.

  • 53 Georges Bigwood, op. cit., p. 85, n. 6.
  • 54 Peter G.-M. Dickson, Finance and Government under Maria Theresia 1740-1780, Oxford, Clarendon Press (...)
  • 55 AGR, Loteries royales des Pays-Bas autrichiens, liasse 18, rapport de l’auditeur Ransonnet.

18Exclus de l’administration en 1758, les Calzabigi furent présentés au ministre Cobenzl par Accarias de Sérionne, lui-même entrepreneur de presse (il était l’auteur du Journal du Commerce), et reçurent la direction de la régie de la loterie génoise des Pays-Bas autrichiens, instaurée par les lettres patentes du 14 septembre 1760. Les deux frères passaient alors pour de fort habiles hommes. L’aîné est décrit par le chancelier Kaunitz comme « un profond calculateur et très habile financier, versé dans la comptabilité française et connaissant parfaitement toutes les méthodes et procédés, le fort et le faible des grandes fermes, et en général, des finances de ce royaume »53. Kaunitz avait eu l’occasion de lire les projets de Renier Calzabigi et notamment une longue note sur les États des Habsbourg et leur commerce rédigée en 1759, – date à laquelle il se trouvait à Vienne – à son intention. Calzabigi y déplorait l’absence d’unité économique entre les territoires de la monarchie ; le manque de fonds pour le commerce et l’industrie était général, comme l’indiquaient les taux d’intérêt élevés. Calzabigi proposait que la Banque de la ville de Vienne mît en place des succursales dans tous les territoires, rémunérât les dépôts à 3 ou 3,5 % et obtint le monopole des prêts54. Devenus conseillers et maîtres honoraires de la Chambre des comptes des Pays-Bas, ils louèrent l’hôtel d’Herzelles pour installer les bureaux et l’imprimerie de la Loterie. Le cadet, Jean-Antoine, en fut nommé directeur par la dépêche du 19 juin 1760. Il dirigea aussi l’imprimerie et la fonderie. Sa direction devait durer 9 ans, moyennant 10 % sur les bénéfices nets55. Cependant, pas plus qu’en France, leur administration ne donna satisfaction à Bruxelles. Jean-Antoine se trouvait déjà en 1761 dans de grandes difficultés financières personnelles. Trop dissipé pour tenir les rênes d’une administration de finances avec rigueur, il démissionna. En restituant sa commission de conseiller et maître de la Chambre des comptes, il promit de ne pas mettre les pieds à Vienne, et on lui octroya une pension pour services rendus. Payée par la régie jusqu’en 1781, puis assignée sur le Trésor royal, la somme s’élevait à 1 600 puis 5 833 florins courants.

  • 56 Sur la loterie de Prusse, K. Th. Odebrecht, Geschichte des Preussischen Lotterie Einrichtungen von (...)

19Son destin de maître-loteur ne s’arrêta pas là pour autant. Jean-Antoine Calzabigi obtint de Frédéric de Prusse l’octroi de la Loterie royale mise sur pied le 8 février 1763 sur la base de ses propositions. Initialement peu favorable, – si l’on en croit toujours les Mémoires de Casanova à qui il déclara : « Je n’aime pas votre Loterie de Gênes. Elle me semble une vraie friponnerie » –, le roi se laissa néanmoins séduire à son tour par les perspectives de bénéfices de l’opération. L’entreprise fut mise à ferme pour six ans. Plusieurs gentilshommes, un industriel et un banquier, ainsi que le frère du roi, se portèrent caution. Calzabigi lui-même résilia son contrat en 176656.

Notes

1 Helma Houtman de Smedt, dans Loteries en Europe, Cinq siècles d’histoire, Bruxelles, 1994, p. 141, à partir de A. Huisman, J. Koppenol, Daer compt de lotery met trommels en trompetten! Loterijen in de Nederlanden tot 1726, Hilversum, Verloren, 1991.

2 AGR, Conseil des finances, carton 2553.

3 Sur les réseaux dans l’espace européen, voir les travaux de Pierre-Yves Beaurepaire.

4 Manfred Zollinger, « Organisierter Zufall. Lotterieunternehmer im 18. Jahrhundert », dans Matis Herbert, Resch Andreas, Stiefel Dieter (éd.), Unternehmertum im Spannungsfeld von Politik und Gesellschaft, Vienne, Berlin, Lit Verlag, 2010, p. 11-36 (ici, p. 14).

5 On peut également lire Knapp Volker, « Der Abenteurer als Demonstrationsobjekt und Skandalon der französischen Aufklärung. Zum Funktionwandel der Bekenntnisse von erlebten Abenteuern, dans Euphorion 79, 1985, p. 232-250.

6 Lettres patentes de décembre 1656 pour l’établissement d’une blanque, reproduites dans Nicolas Delamare, Traité de Police, Livre III, titre IV, chapitre VII, p. 429.

7 Cecil Henry L’Estrange Ewen, Lotteries and Sweepstakes, op. cit., p. 123. On peut également se reporter à Thomas J. H., « Thomas Neale, a Seventeenth-Century Projector », thèse non publiée, Université de Southampton, 1979.

8 Condorcet, Arithmétique politique, textes rares ou inédits (1767-1789), édités par Bernard Bru et Pierre Crépel, Paris, INED, 1994, p. 548. Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la République des lettres en France, depuis 1762 jusqu’à nos jours, ou Journal d’un observateur, Londres, John Adamson, t. XXXIII, 1788, p. 192.

9 Lafontaine, Précis de projet d’opération de finance, par forme de loterie, Londres, 1775.

10 Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais (1732-1799). Voir Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets, op. cit., t. XVII, 1782, p. 49-50.

11 Idem.

12 Louis de Loménie, Beaumarchais et son temps, études sur la société en France au XVIIIe siècle d’après des documents inédits, t. 2, Paris, Michel Lévy, 1836, p. 450.

13 Claude-François Menestrier, Dissertation…, op. cit., p. 22.

14 AN, G7 1725, pièce 72, lettre de d’Argenson, 7 septembre 1706. Sur la banque Le Couteulx, voir Herbert Lüthy, La banque protestante, op. cit., t. 2.

15 Sur ces maisons, voir Marie-Laure Legay, « Les relations financières entre Bruxelles et Vienne au temps de Marie-Thérèse d’Autriche », in Das achtzehnte Jarhundert und Österreich, Dr. Winkler, Bochum, 2012, p. 173-196.

16 Jugement de M. le Lieutenant général de Police qui condamne le sieur Leblanc à payer & rembourser le prix de plusieurs billets de la loterie de Cologne…, Paris, 16 octobre 1759, p. 2.

17 Le duc d’Orléans, frère de Louis XIV décéda en 1701.

18 AN, G7 1728, pièce 75, placet de Jean Glover, 1711.

19 De par le Roy. Avis pour la loterie de Son Altesse royale de Lorraine. - [Extrait d’un Article du « Journal des Savants », du 27 décembre 1706, et privilège accordé par le Roi en son Conseil à Jean Glover pour sa nouvelle méthode de loterie, Paris, chez Jean-Baptiste Cusson, 1704. Voir aussi à la Bibliothèque nationale (Gallica), Glover Jean, Nouvelle manière d’exécuter les loteries les plus composées avec toute la précision et la facilité qu’on peut souhaiter… par M. Glover…, Paris, chez Jean-Baptiste Cusson, 1705, 57 p.

20 AN, G7 1725, « Mémoire touchant la loterie de Son Altesse Royale de Lorraine », par Jean Glower.

21 Idem, pièce 172, Avis pour la loterie de Son Altesse royale de Lorraine, 1707.

22 Idem.

23 Cecil Henry L’Estrange Ewen, Lotteries and Sweepstakes, op. cit., p. 124.

24 Les édits portant établissement d’une loterie royale se multiplient à cette époque. Louis XIV établit une loterie en août 1704 (loterie-emprunt), prorogée en 1705, deux en janvier 1706, l’une de 2,4 millions et l’autre d’un million.

25 De par le Roy. Op. cit.

26 Lettres patentes de décembre 1656 pour l’établissement d’une Blanque ou loterie, reproduites dans Nicolas Delamare, Traité de Police, Livre III, Titre IV, chapitre VII, p. 428-429.

27 Herbert Lüthy, La banque protestante de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, t. 1, Paris, Sevpen, 1960.

28 Il s’agit sans doute de Daniel Arthur, l’un des principaux banquiers jacobites de Paris. Voir Patrick Clarke de Dromantin, Les réfugiés jacobites dans la France du XVIIIe siècle, L’exode de toute une noblesse pour cause de religion, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2005, p. 456. Voir aussi Nathalie Genet-Rouffiac, Le Grand exil. Les Jacobites en France, 1688-1715, Vincennes, Service historique de la Défense, 2007.

29 AN, G7 1725, pièce 172, lettre de d’Argenson à Chamillart, 29 mai 1707.

30 Idem, pièce 272, lettre de d’Argenson à Chamillart, 8 novembre 1707.

31 Idem, pièce 293, lettre de d’Argenson à Chamillart, 24 décembre 1707.

32 AN, G7 1726, pièce 126, lettre à Desmaretz, 12 avril 1710. Voir aussi Arrêt du conseil d’État concernant les intéressés à la loterie de Lunéville en Lorraine, Paris, chez D. Thierry, 1710.

33 Idem, pièce 384, lettre du 28 novembre 1710.

34 Sur les négociations des autorités avec Arthur, voir AN, G7 1726, pièces 365 (17 octobre 1710), 384 (28 novembre) et G7 1728, pièces 74 (lettre du 10 mars 1711), 89 (16 mars), 120 (23 mai), 144 (7 juillet), 186 (5 août), 278 (9 octobre) et 342 (16 décembre).

35 AN, G7 1726, pièce 384, lettre du 28 novembre 1710.

36 AGR, Conseil des finances, carton 2553, lettres du 12 juillet et du 27 septembre 1733.

37 Idem.

38 AGR, Conseil des finances, carton 2553, mémoire de Königsegg.

39 AN, G7 1726, pièce 128, placet « de plusieurs bourgeois et habitants de la ville de Paris ».

40 Sur les causes de la banqueroute de John Law, voir Edgar Faure, La Banqueroute de Law, 17 juillet 1720, Gallimard, coll. « Trente journées qui ont fait la France », Paris, 1977. Sur la culture financière de l’État français au XVIIIe siècle, Marie-Laure Legay, La banqueroute de l’État royal, op. cit.

41 AN, G7 1725, pièce 200, placet de Louvat, 1707.

42 Idem.

43 Zollinger Manfred, « Glücksspiel der Massen-Hoffnung der Armen? Lottopatent Maria Theresias für Ottavio Cataldi von 1751 », dans Harald Heppner, Alois Kernbauer, Nikolaus Reisinger (éd.), In der Vergangenheit viel Neues. Spuren aus dem 18. Jahrhundert ins Heute, Braumüller, Vienne, 2004, p. 181-186 ; et aussi, du même, « “Verkauf der Hoffnung”. Das Zahlenlotto in Österreich bis zu seiner Verstaatlichung 1787: wirtschafts- und finanzpolitische Aspekte », dans Gerhard Strejcek (éd.), Lotto und andere Glücksspiele. Rechtlich, ökonomisch, historisch und im Lichte der Weltliteratur betrachtet, Linde Verlag, Vienne, 2003, p. 127-150. Zollinger Manfred, Geschichte des GlücksSpiels, vom 17. Jahrhundert bis Zweiten Weltkrieg, Wien, Köln, Weimar, Böhlau, 1997.

44 Sur ces investisseurs, voir Jean-Claude Waquet, « Les fermes générales dans l’Europe des Lumières : le cas toscan », dans Mélanges de l’École française de Rome, Moyen-Âge, Temps modernes, t. 89, n° 2, 1977, p. 983-1027 ; Paola Alabanesi Natale, « Il gioco del lotto. Appalto e regia nella Toscana del Settecento », dans Ricerche storiche, 1-2, 1987, p. 261-317.

45 Claude Bruneel, dans Loteries d’Europe, Cinq siècles d’histoire, op. cit., p. 92.

46 Sur le frère ainé, voir G. Gabanizza, « Calzabigi (Calsabigi, Casalbigi), Ranieri Simone Francesco Maria de », Dizionario biografico degli Italiani, t. XVII, Roma, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1974, p. 47-51. On peut également consulter les deux notices de Claude Bruneel, Les grands commis du gouvernement des Pays-Bas autrichiens. Dictionnaire biographique du personnel des institutions centrales, Bruxelles, Archives générales du royaume, 2001, p. 143-145. Ranieri de Calzabigi est mort à Naples en 1795.

47 Giacomo Casanova, Histoire de ma vie, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, t. 2, 2000, p. 25.

48 AGR, Conseil des Pays-Bas à Vienne, portefeuille 565, lettre de Charles de Lorraine à Marie-Thérèse, 29 décembre 1759, annexe A.

49 Marc Cheynet de Beaupré, « Joseph Pâris-Duverney, financier d’état (1684-1770) », thèse soutenue en 2010 à l’université de Paris I, t. 2, p. 1399.

50 Sur Casanova, voir : Robert Abirached, Casanova ou la dissipation, Paris, Grasset, 1961 ; J. Rives Childs, Casanova, a New Perspective, New York, Paragon House, 1988 ; Thomas M. Kavanagh, Dice, Cards, Wheels: A Different History of French Culture, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2005.

51 Giacomo Casanova, Histoire de ma vie, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, t. 2, 2000, p. 21.

52 Giacomo Casanova, op. cit., p. 29.

53 Georges Bigwood, op. cit., p. 85, n. 6.

54 Peter G.-M. Dickson, Finance and Government under Maria Theresia 1740-1780, Oxford, Clarendon Press, 1987, vol. 2 « Finance and Credit », p. 41-42. Il faut dire qu’à l’époque, le chancelier recevait quantité de projets de banque.

55 AGR, Loteries royales des Pays-Bas autrichiens, liasse 18, rapport de l’auditeur Ransonnet.

56 Sur la loterie de Prusse, K. Th. Odebrecht, Geschichte des Preussischen Lotterie Einrichtungen von 1763 bis 1815, s. l. 1840 ; W. G. Oschilewski, Lotto-Toto Lotterie 1763-1963, 200 Jahre Staatliche Lotterien in Berlin, Deutsche Klassenlottere Berlin, 1963. W. Paul, Erspieltes Glück. 500 Jahre Geschichte der Lotterien und des Lotto, Berlin, Deutsche Klassenlotterie, 1978.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search