Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écologie industrielle et territoriale

 | 
Nicolas Buclet

Préface

Sabine Barles

Texte intégral

  • 1 M. G. C. Thiroux d'Arconville, Essai pour servir à l'histoire de la putréfaction, Paris, 1766, p. x (...)
  • 2 Ibid., p. x.
  • 3 J. B. Dumas, Essai de statique chimique des êtres organisés, leçon professée le 20 août 1841 à l’Éc (...)
  • 4 Ibid., p. 8.
  • 5 Ibid., préface non paginée.
  • 6 Ibid., préface non paginée.

1La lecture de l’ouvrage de Nicolas Buclet m’amène immanquablement à penser à la révolution chimique et à ses prolongements immédiats, à Lavoisier bien sûr, mais surtout à Marie Thiroux d’Arconville qui écrivait dans son Essai pour servir à l'histoire de la putréfaction en 1766 : “[Mais] comme la nature est aussi féconde qu'ingénieuse dans ses productions, elle ne paroît détruire que pour créer de nouveau [...]. Par ses soins vigilans, rien n'est anéanti, tous les genres se prêtent un secours mutuel, & passent successivement d'un règne à l'autre par des loix invariables qu'elle même s'est prescrites, & qu'elle n'enfreint jamais”1. Elle faisait de ce point de passage, de ce moment où le vivant devient mort la clef de « l'histoire de la nature entière »2 et contribuait ainsi à reconnaître « ce cercle mystérieux de la vie organique à la surface du globe »3 décrit plus tard par Jean-Baptiste Dumas. Dans sa leçon du 20 août 1841 à l’École de médecine, il écrivait ainsi : « Si le sentiment et la pensée, si les plus nobles facultés de l’âme et de l’intelligence ont besoin, pour se manifester, d’une enveloppe matérielle, ce sont les plantes qui sont chargées d’en ourdir la trame avec des élémens qu’elles empruntent à l’air, et sous l’influence de la lumière, que le soleil, où en est la source inépuisable, verse constamment et par torrens à la surface du globe. »4 Il était convaincu que ses leçons sur la philosophie chimique, « si riches en conséquences sociales graves et fécondes »5, pouvaient « être mises à profit pour l’étude des questions les plus sérieuses de l’économie publique »6. Tous deux, Marie Thiroux d’Arconville et Jean-Baptiste Dumas, trouvent un écho dans le texte de Nicolas Buclet qui pose, comme eux, mais aujourd’hui et à partir des sciences sociales, la solidarité existant entre sociétés et biosphère comme un préalable à toute réflexion sur le devenir de celles-ci et de celle-là.

2Beaucoup de choses ont changé pourtant entre 1766 et 2011. Mais si de Thiroux à Dumas on peut parler de continuité intellectuelle relative – relative car entre eux il y a Lavoisier, Priestley, Guyton-Morveau, pour n’en citer que quelques uns, et la Révolution qui a malgré tout changé la société –, force est de constater qu’entre Dumas et Buclet il s’est produit une rupture plus profonde. Si le premier voyait dans sa philosophie chimique une contribution à l’économie, c’est parce qu’il pointait la nécessité d’inscrire les activités des sociétés humaines dans le cercle dont il tentait de dévoiler les mystères. Les productions devaient tirer parti des éléments chimiques présents sur la terre en les combinant et en les utilisant au mieux ; mais compte tenu de leur finitude, il était aussi essentiel que ces matières, une fois consommées, soient restituées à la terre d’une façon adéquate – permettant en particulier de nouvelles productions. Cette approche cyclique a dominé au XIXe siècle non seulement chez les chimistes mais aussi chez les ingénieurs, les philosophes, les penseurs ; elle a particulièrement (mais pas seulement) porté sur la question alimentaire qui restait préoccupante. La rupture intervint plus tard, lorsque se profila la possibilité pour les sociétés humaines de s’abstraire du cercle, de fonctionner indépendamment de lui, illustrée de façon emblématique par le procédé Haber-Bosch (1913) qui permit (et permet encore) de produire par voie industrielle, outre des explosifs, des engrais azotés, en utilisant directement l’azote de l’air, et libéra donc l’agriculture du cercle dans lequel elle s’inscrivait grâce notamment à la complémentarité polyculture-élevage. L’exploitation des combustibles fossiles avait déjà commencé à dégager les sociétés humaines des contraintes inhérentes à l’exploitation des torrents de lumière évoqués par Dumas ; la synthèse de l’ammoniac a fait sauter, en apparence, le dernier verrou qui nous inscrivait dans le cercle.

3De là le mythe de la croissance infinie, de là la transformation, parfois irréversible, des milieux, avec leur cortège de répercussions sociales et environnementales. C’est de cela que traite au présent l’ouvrage de Nicolas Buclet, et de la nécessité de repenser notre inscription dans notre environnement. Il tire en effet les conséquences de la solidarité existant entre sociétés et biosphère et du caractère fini de celle-ci avec les contraintes systémiques que cela entraîne, par opposition au mythe de la croissance infinie et au modèle conventionnel dominant. Il montre que les enjeux collectifs du développement durable appellent des modes d’action publique renouvelés, notamment à travers la question de l’intérêt commun et de ses échelles. Il est ainsi conduit à aborder l’écologie industrielle comme nouvelle « conception de la relation entre actions locales et enjeux globaux » et comme support des stratégies de dématérialisation, surtout lorsqu’elle est territoriale – ce qui nécessite une reformulation de ses enjeux et cadres d’action – ; l’économie de fonctionnalité comme « réponse potentielle des entreprises afin de concilier objectifs individuels de profit et objectifs collectifs de dématérialisation de l’économie » – ce qui passe probablement par une extension de l’économie de fonctionnalité à la sphère non marchande (i. e. aux sphères étatiques et de la réciprocité) ; la réappropriation locale des enjeux du développement durable. Bref, il esquisse un projet soutenable.

  • 7 Sciences des milieux, terme proposé par Louis Bertillon en 1860. L. A. BERTILLON, “Revue de biologi (...)

4C’est un des grands mérites de ce livre nécessaire que de ne pas s’en tenir au constat, que l’on trouvera exprimé ça et là en d’autres termes, mais rarement de façon aussi complète et saisissante. Nicolas Buclet veut aussi proposer des pistes d’action, ou plutôt des façons d’agir, le développement durable qu’il appelle de ses vœux ne pouvant être exprimé sous la forme d’un modèle reproductible ni d’une norme universelle. Il en résulte que les questions locales – et surtout pas localistes – et territoriales y sont essentielles, comme l’expression située des interactions-sociétés nature. Nicolas Buclet contribue ainsi aux réflexions sur ce que je choisirais volontiers d’appeler mésologie7 écosociale (mais peut-être s’agit-il du néologisme de trop !), ceci grâce à une démarche qui, adoptant un point de vue radicalement interdisciplinaire, puise dans de nombreux champs scientifiques, non seulement dans le domaine des sciences économiques et sociales mais aussi dans ceux des sciences physiques et biologiques. Il engage un profond débat d’idées dont on ne peut que souhaiter qu’il se poursuive dans les nombreuses arènes qui devraient s’en emparer.

Notes

1 M. G. C. Thiroux d'Arconville, Essai pour servir à l'histoire de la putréfaction, Paris, 1766, p. xij.

2 Ibid., p. x.

3 J. B. Dumas, Essai de statique chimique des êtres organisés, leçon professée le 20 août 1841 à l’École de médecine pour la clôture de son cours, 2e éd., Paris, 1842, p. 7.

4 Ibid., p. 8.

5 Ibid., préface non paginée.

6 Ibid., préface non paginée.

7 Sciences des milieux, terme proposé par Louis Bertillon en 1860. L. A. BERTILLON, “Revue de biologie”, Presse scientifique des deux mondes, revue universelle du mouvement des sciences pures et appliquées, vol. 1, 1860, p. 120.

Auteur

Université Paris-Est, LATTS, UMR CNRS 8134, Institut Universitaire de France

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540