Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Écrit-Écran des Rougon-Macquart

 | 
Anna Gural-Migdal

Chapitre VII. Théâtralité et éthique du luxe dans Nana

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À Charles Baudelaire

Il est d’usage de reconnaître dans la conception moderne du luxe une incarnation du superflu et du somptueux, la somptuosité faisant à la fois référence à la beauté et à la richesse, mais encore à l’excès. Et comme Baudelaire l’a fait valoir dans « Le Peintre de la vie moderne » à travers sa réflexion sur la mode, le luxe peut signifier une époque, un monde, par sa fonction esthétique et morale1. Si on prend par exemple la peinture de Matisse, on constate que le luxe y est avant tout esthétique du fait qu’il relève d’un travail sur la couleur, ce brillant de la couleur dont la force rayonne et se projette sur toute chose qu’elle illumine. C’est par son rôle agissant que la couleur chez ce peintre provoque un état d’exaltation intérieure pour nous emporter vers un ailleurs, et qu’elle devient alors un luxe de l’esprit. Si, pour reprendre les termes d’Aragon dans son célèbre texte Apologie du luxe écrit en 1946 à la défense de Matisse, « le luxe est cette insolence...

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540