Version classiqueVersion mobile

L'Écrit-Écran des Rougon-Macquart

 | 
Anna Gural-Migdal

Chapitre V. Pratique littéraire et filmique chez Zola et Eisenstein : un exemple, Germinal et La Grève

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sergei Eisenstein, bien qu’il n’ait jamais adapté un roman de Zola à l’écran et qu’il n’ait pu réaliser son projet de faire un film sur l’affaire Dreyfus,1 a su mieux que quiconque manifester son admiration pour l’écrivain, en montrant l’importance de la poétique zolienne au regard de sa propre conception du cinéma. Selon Tony Williams, Eisenstein fait remarquer non pas sans ironie dans le post-scriptum de La Non-indifférente Nature, « how very few Zola films captured the musical-cinematographic feature of a great French writer also acclaimed as ‘an astonishing master of color’»2. Le cinéaste russe a, lui, été parmi les premiers à reconnaître dans Les Rougon-Macquart une musicalité et une poéticité3 de l’écriture susceptibles d’être transposées au cinéma, tant elles font jaillir en nous une puissance de penser par l’image, qui ressortit à la composition, au mouvement et au montage. Dans La Non-indifférente Nature, Eisenstein consacre la presque totalité d’un chapitre intitulé, « Les...

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search