Version classiqueVersion mobile

L'Écrit-Écran des Rougon-Macquart

 | 
Anna Gural-Migdal

Chapitre IV. Héroïsation et esthétisation épique du féminin dans Germinal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est à la parution de Germinal que Zola s’est mérité pour la première fois le jugement critique l’assimilant à un « poète épique ». Est-il besoin de rappeler que Lemaître, inspiré par la lecture de ce roman, qualifie Les Rougon-Macquart d’« épopée pessimiste de l’animalité humaine »1. L’intérêt d’une telle formule nous semble résider dans le fait qu’elle suggère d’emblée une articulation possible de l’épique et du naturalisme, qui permettrait d’interroger les mécanismes profonds régissant l’écriture zolienne. Parler d’ « épopée pessimiste de l’animalité humaine », n’est-ce pas en effet déjà montrer, comme l’a fait Deleuze par la suite, que Zola non seulement « découvre la possibilité de restaurer l’épique »2, mais encore que cet épique en est un de l’instinct ? Selon le philosophe, tous les instincts, si divers soient-ils, tournent autour de la fêlure elle-même : « Le germen est la fêlure », dit-il, « passant d’une histoire ou d’un corps à l’autre, formant le fil rouge des Rougon-M...

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search