Version classiqueVersion mobile

L'Écrit-Écran des Rougon-Macquart

 | 
Anna Gural-Migdal

Chapitre II. Rythmique du montage dans Le Ventre de Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On ne saurait se pencher sur l’iconicité du texte zolien sans interroger son déploiement. Comme le précise Kelly Basilio, « les images suscitées par la lecture de Zola loin d’être libres et aléatoires, semblent au contraire obéir à une sorte de nécessité qui détermine à la fois leur surgissement et leur agencement en sorte qu’elles s’organisent en un véritable système »1. On peut se demander si une telle cohésion iconique ne relève pas d’abord et avant tout d’une opération de montage manipulant la représentation pour élaborer à même le réel un dispositif récurrentiel de l’image, afin de produire de l’intelligible. Le roman zolien, ainsi que nous l’avons montré précédemment, représente le « spectacle » de la vie, comme autant de modalités perceptives du voir. Et l’acte de perception s’apparente en lui-même au montage, car c’est une activité de la pensée qui consiste à « faire du continu avec du discontinu »2. Il nous apparaît que cette similarité de principe est à la base de la natur...

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search