Version classiqueVersion mobile

L'Écrit-Écran des Rougon-Macquart

 | 
Anna Gural-Migdal

Chapitre I. L’iconique et le filmique dans le roman zolien : Le Ventre de Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce que vous prenez pour une évidence visible est en fait un message crypté par lequel une société ou un pouvoir se légitime en se naturalisant, en se fondant dans l’évidence sans phrase du visible.
Jacques Rancière, Le Destin des images

À la base du discours romanesque zolien, il nous semble y avoir une iconicité qui s’approprie le décor « naturel » du monde. On peut se demander de prime abord si une telle appropriation du réel n’est pas authentifiée par la quête à la fois photographique et impressionniste d’un regard en mouvement. Bien plus encore, cet œil qui explore l’espace, qui repère, enregistre et interprète les images-signes de l’univers dans la fugacité de leur saisie, n’est-il pas celui de la caméra ? Un lieu, un regard1, un parcours donc, voilà les assises de l’acte de filmer, mais aussi les éléments de base de nombreux scénarios zoliens : Le Ventre de Paris, ainsi que Germinal, s’ouvre sur la marche exploratrice d’un homme confronté à un espace inconnu qui lui fera rencont...

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search