Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Partie V. Démarches d’acteurs

Chapitre 35. Développement durable et mobilisations collectives

Bruno Villalba

Texte intégral

1La sociologie des mobilisations s’est intéressée aux formes d’action collective et à leurs transformations : montée de l’expertise, professionnalisation des pratiques, transnationalisation des contestations, diffusion des actions collectives... (McAdam et al., 1996). Les répertoires d’actions – les moyens par lesquels des individus agissent ensemble dans la poursuite d'intérêts communs – de ces acteurs s’étoffent, tant au niveau national qu’international (Tarrow, 1998). Cette sociologie a aussi mis en avant l’une des transformations fondamentales des modes d’action, notamment pour les milieux associatifs, ces acteurs passant progressivement d’une logique de contestation (par la mobilisation du conflit) à des formes de participations institutionnelles (notamment dans le champ de l’environnement, Lascoumes, 1994). Dans leur lutte pour la définition de l’intérêt général, ces acteurs s’éloignent d’une stratégie purement conflictuelle, valorisant davantage une logique de connexion des intérêts locaux défendus avec des enjeux internationaux (Trom, 1999). Ils élargissent leurs compétences, développant notamment une capacité d’expertise leur permettant de participer aux controverses scientifiques et politiques et, bientôt, de les susciter (Ollitrault, 2001, p. 105-130).

2La sociologie des mobilisations a aussi étudié la montée en puissance d’acteurs non étatiques. À ce titre, elle a mis l’accent sur l’émergence d’acteurs en réseaux, qu’ils soient issus du milieu associatif proprement dit (organisations non gouvernementales – ONG), ou bien produits par les milieux institutionnels (structures parapubliques) ou privés (fondations, clubs, etc.). Désormais, les associations locales sont en mesure d’intégrer, dans leur action, des thématiques ou des projets élaborés à un niveau supranational et promus par ces ONG (Princen, Finger, 1994). Enfin, la sociologie des mobilisations a mis en évidence l’évolution des thématiques de revendications, certaines facilitant la reconnaissance institutionnelle ou médiatique des causes mises en avant.

3Il en est ainsi de la thématique du développement durable (DD), désormais lieu commun des débats nationaux et internationaux. Elle participe à la création d’une nouvelle fenêtre d’opportunité pour les mobilisations collectives. Loin d’être de simples chambres d’échos, les acteurs (cf. encadré 35.1.) vont s’approprier cette notion et ainsi participer à l’adoption et la transformation du DD au sein de l’espace social et politique national (Villalba, 2009). En favorisant l’émergence de nouveaux acteurs, la transformation des formes de mobilisations de structures existantes, ou bien encore en valorisant l’élaboration de nouveaux cadres de négociations entre ces acteurs, le DD permet à chacun d’enrichir ses compétences, tout en élargissant le champ des acteurs avec lesquels il interagit (Callon, 1986, p. 169-208). De ce fait, le DD ne reste pas un principe normatif intangible, mais fait désormais l’objet d’une série de traductions, c’est-à-dire d’usages différenciés et parfois même contradictoires. La relation au DD s’enrichit alors d’une palette d’actions plus large, manifestant la complexité des rapports que les acteurs entretiennent avec cette notion. Le DD ne se conçoit pas seulement comme une ressource justificatrice visant la mobilisation (revendication, contestation, dénonciation…), mais aussi comme une donnée permettant un positionnement plus gestionnaire de l’action publique par les associations y recourant.

Encadré 35.1. : Les acteurs du développement durable
Sur le plan méthodologique, il n’est pas aisé d’identifier l’ensemble des acteurs participant à la promotion – ou à la réfutation − du DD. Comment repérer les acteurs qui militent en faveur − ou contre − le DD ? Comment identifier ceux qui se retrouvent, par le jeu de construction des réseaux militants, simplement associés à cette thématique, sans qu’elle constitue le cœur de leur raison d’être ? À notre connaissance, il n’existe pas de base de données recensant l’ensemble de ces associations. Il faudrait tenir compte de l’ensemble des organismes émanant des milieux de l’entreprise (Club, Fondation, think tank, etc.) ou des collectivités territoriales qui sont autant de relais participant à la diffusion du DD. La difficulté de délimiter le champ d’intervention de ces acteurs n’est pas non plus à négliger : quels sont ceux qui s’occupent spécifiquement du DD et ceux qui sont, de facto, intégrés dans un réseau de mobilisation favorable (ou défavorable) à cette thématique ? Il est important de ne pas restreindre a priori le DD à une acception trop technicienne ou tout au moins spécialisée. Il faut encore prendre en compte les territoires d’intervention de ces acteurs qui agissent tant à l’échelle locale qu’internationale. Enfin, s’il existe une frange d’acteurs qui tente d’institutionnaliser le DD, il faut reconnaître que cette position peut être fortement critiquée tandis que demeurent des rivalités entre acteurs issus du militantisme associatif (notamment entre les tenants d’un pôle environnemental et les tenants d’un pôle de solidarité – Princen, Finger, 1994).

4Pour présenter les formes de mobilisation et les types d’acteurs du DD, une typologie est proposée (cf. tableau 35.1.). La suite du chapitre donnera lieu à un développement des quatre catégories établies.

Tableau 35.1. : Typologie des acteurs face au DD

Catégorie

Projet général

Type d’acteurs

Promotion du DD

Valorisation, diffusion, information, sensibilisation ;
Valoriser le DD comme projet de transformation des politiques publiques et des pratiques individuelles

Acteurs constitués dans ce but (4D, Comité 21…)
Organismes publics nationaux, régionaux et locaux (CERDD…)

Valoriser la conciliation du DD avec le cœur de l’activité de l’acteur

Volonté de promouvoir des changements opérationnels au sein des réseaux d’acteurs concernés

Réseaux associatifs (FNE…) Acteurs privés (EPE…)

Professionnalisation du DD

Création d’un secteur marchand du DD

Acteurs marchands (cabinets conseils)

Contestation du DD

Refus de prendre en considération le DD

Acteurs issus des mouvances de la Décroissance

Promouvoir le développement durable : le développement durable comme projet central

Des réseaux associatifs d’experts et d’universitaires

5Les réseaux de promotion du DD, créés au cours de la décennie 1990 ou au début des années 2000 par des experts (Ollitrault, 2001) et des universitaires, se sont rapidement étoffés (l’association 4D, le Comité 21, Agora 21, le réseau des Associations régionales de l’environnement – RARE –, l’Académie du DD et humain, Terrafonda…). Ils ont joué un rôle précurseur dès le milieu de la décennie 1990, et participé à l’émergence de réflexions (colloques, forums…) qui ont aidé à promouvoir cette question. Enfin, ils ont financé des ouvrages méthodologiques ou de témoignages d’acteurs (par exemple le guide méthodologique édité par 4D – Coméliau et al., 2001), qui ont progressivement façonné les manières de concevoir et d’appliquer les intentions du DD.

6Au tournant des années 1990, certains acteurs vont devenir des « passeurs », c’est-à-dire, pour reprendre l’explication de Marcel Jollivet (1992), des personnes qui favorisent l’émergence d’une question, en opérant, par un travail de diffusion de connaissances d’un champ disciplinaire à un autre, une transition entre une conception théorique à une autre. Ces « passeurs » vont susciter ou participer à la construction de réseaux d’acteurs qui, progressivement, permettront la diffusion de la notion de DD, puis la constitution d’un corpus de « bonnes pratiques » et l’établissement de méthodologies destinées à dupliquer ces « recettes ». Ces réseaux organisent des colloques, des séminaires, réalisent des expertises, mettent au point des enquêtes… On observe ainsi en France une succession de rencontres nationales et régionales centrées sur les pratiques et innovations dans les domaines couverts par la problématique du DD : aménagements urbains, procédures de concertation avec les habitants, partenariats particuliers… Ils assurent aussi une activité de production, de centralisation et de synthèse de connaissances concernant les expériences locales de DD. Ils développent ainsi des positions pionnières sur le DD urbain, les démarches d’Agendas 21 locaux… Antoine Goxe (2007) montre comment ces réseaux ont développé un savoir-faire dans l’accompagnement des collectivités, associations et entreprises dans la mise en place de leur projet (notamment les Agendas 21). Ainsi diffusent-ils, mais aussi technicisent la question du DD, en lui offrant un cadre général d’interprétation et d’application. Ils ont réussi, en quelques années, à promouvoir des innovations, des méthodes opérationnelles pour les acteurs, en contribuant à la professionnalisation des méthodes et des pratiques.

7La dimension nationale ne doit pas être surestimée. Des « passeurs » existent aussi en régions. Ces associations locales réalisent, en parallèle ou parfois en lien avec les réseaux nationaux, un travail similaire de sensibilisation et d’infléchissement des options des politiques publiques locales. Une association comme Environnement et développement alternatif (cf. encadré 35.2.) montre l’importance du leadership d’une personnalité qui va porter la problématique du DD, permettant sa diffusion, et qui ira jusqu’à infléchir la raison d’être de l’association.

Encadré 35.2. : Environnement et Développement Alternatif
En 1983, Danielle Poliautre anime une association de défense de l’environnement. Elle s’intéresse, dès 1987, au rapport Brundtland. En 1990 l’association prend le nom d’Environnement et développement alternatif (EDA) et intègre dans ses statuts la référence à ce rapport et la nécessité de s’engager vers un DD. EDA impulse une réflexion sur le DD et sa traduction dans tous les domaines de décisions qui concernent les habitants au niveau local mais aussi planétaire (eau, énergie, déchets, pauvreté…). En 1992, Danielle Poliautre participe à la Conférence de Rio où elle noue de nombreux contacts internationaux (ENDA Tiers Monde…). À son retour, EDA commence à mener une intense politique de promotion du DD (débats publics, interpellation des politiques, proposition de mise en place d’une Commission « DD » régionale, mise en place d’une formation « DD » pour les associations, actions dans les universités et dans les entreprises) En 1995, l’association EDA interpelle les candidats aux élections municipales afin qu’ils prennent l’engagement d’élaborer un Agenda 21 local. En juin 2000, Martine Aubry, maire de Lille, signe l’Agenda 21 lillois avec différents partenaires économiques, la DIREN, le Conseil municipal d’enfants et D. Poliautre en tant que présidente de la Maison de la Nature et de l’environnement. Quelques mois plus tard, D. Poliautre accepte de rejoindre la liste de Martine Aubry et devient, en mars 2001, adjointe au DD et à la qualité de vie. Elle décède prématurément en juin 2009.

Une incitation politique

  • 1 Cf. chapitre 36 sur les Agendas 21 locaux.
  • 2 La première version en a été adoptée en 2003 pour 5 ans ; la seconde vient de l’être en juillet 201 (...)

8L’intérêt de la méthode préconisée par le DD – notamment la collaboration entre les acteurs concernés par le montage et le pilotage des projets mis en place – implique une modification des frontières traditionnelles entre les parties mobilisées. Ainsi, en parallèle et parfois en collaboration avec les acteurs associatifs, le milieu politique s’investit progressivement dans le DD. La réponse est tout d’abord institutionnelle. Les gouvernements vont développer une action législative et une série de politiques incitatives1. À partir de la seconde moitié des années 1990, la France se dote progressivement d’organismes (Commission française du DD, Conseil général de l’environnement et du DD…) chargés d’animer la politique gouvernementale qui s’incarne dans la Stratégie nationale de DD2 afin de répondre aux objectifs de Rio et de Johannesburg. Ces organismes, aux contours institutionnels peu précis, relativement mal insérés dans la hiérarchie ministérielle, peinent à imposer un changement d’orientation globale des gouvernements successifs (Goxe, 2009, Villalba, 2010). Ils parviennent cependant à inculquer l’usage de la rhétorique du DD et à élargir les partenariats avec les milieux des ONG et de l’entreprise, contribuant ainsi à légitimer ces acteurs et leurs propositions.

9Au cours de la décennie 1990, peu de collectivités locales se sont résolument engagées dans le DD. Certaines villes françaises ont signé la Charte d’Aalborg, mais peu ont développé une réelle politique « durable » (plan local de DD, Agenda 21 local…). La greffe territoriale prend progressivement, au point que l’on peut parler de logiques territoriales dans l’appropriation du DD. Au tournant des années 2000, les collectivités locales connaissent un contexte institutionnel d’incitation, voire d’injonction à la prise en compte du DD dans leurs politiques et actions publiques. Par ailleurs, au niveau local, la pression des associations devient plus importante. Les milieux de l’entreprise expriment aussi leurs attentes, soucieux de connaître les intentions des décideurs politiques. L’implication croissante des collectivités territoriales dans l’élaboration de politiques de DD va alors faciliter l’augmentation du nombre de professionnels concernés, mais aussi les pratiques d’échange de savoirs entre professionnels et collectivités apprenantes. Certaines collectivités vont même jusqu’à participer activement à la construction de structures, destinées à devenir des prestataires de services du DD (voir l’exemple du CERDD dans le chapitre 39).

10À leur niveau, ces collectivités aident à conforter des acteurs promouvant le DD, en leur offrant de nouveaux espaces de légitimation. Désormais, du national au local, les associations deviennent des partenaires « officiels » des politiques de DD.

11Enfin, des réseaux politiques (notamment de maires comme l’Association des Eco-maires, l’Association des maires de France…) commencent eux aussi à s’intéresser au DD et à mettre en place des groupes de travail. Ces structures favorisent, chez les élus, une prise de conscience de l’importance de cette thématique, tout au moins sur le plan de la communication institutionnelle et vis-à-vis des démarches participatives…

12On constate ainsi une institutionnalisation croissante de la thématique du DD et de sa mise en enjeu régional ou national – notamment via des politiques conjointement établies par des acteurs politiques et associatifs.

Concilier avec le développement durable : un projet d’adaptation

Une conversion des milieux associatifs

13À partir du milieu des années 1990, des ONG provenant d’horizons les plus divers ont pu recycler, ajuster la thématique du DD, pour légitimer leurs actions ou leurs revendications et conférer une nouvelle teneur au DD (Martin, 2002 ; Ollitrault, Chartier, 2005).

14Au départ, une association se constitue autour d’un objet nodal, qui caractérise sa raison d’être (par exemple, l’article 1 des statuts officialise cette expression formelle). Cet objet peut être plus ou moins proche du DD ou des thématiques qui lui sont liées, comme les questions de solidarité – qui pourront vite s’assimiler aux approches d’équité intragénérationnelle ou intergénérationnelle –, d’environnement, ou de participation citoyenne. Confronté à la question du DD, l’acteur peut avoir tendance à mettre en évidence de tels segments permettant une intégration de cette question nouvelle dans sa propre histoire militante. Ariane Épée (2008) a étudié l’émergence de la question du DD par les acteurs militants des associations de solidarité internationale du type Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD).

15Cette appropriation est partielle dans le projet originel d’un acteur ; elle ne remet pas en cause sa finalité première. En ce sens, on assiste davantage à une conciliation, qui permet de mobiliser la thématique du DD pour être en conformité avec les attentes de l’opinion publique, des partenaires institutionnels ou privés avec qui l’on traite. Le DD est une notion qui, par son imprécision théorique et la diversité de ses représentations, offre une capacité d’incorporation importante dans les préoccupations antérieures. Il permet une juxtaposition des intérêts que l’on peut alors mobiliser en fonction des préoccupations ponctuelles de l’acteur.

Une contribution des milieux de l’entreprise

16Les milieux de l’entreprise ne seront pas les derniers à se tourner vers le DD. La conversion s’opère relativement tôt, par rapport aux collectivités territoriales, puisque dès le milieu des années 1990, les principales organisations patronales vont évoquer le DD, sous l’impulsion de grands groupes industriels (Aggeri et al., 2005). Par ailleurs, différents think tanks vont se créer, afin d’assurer une certaine diffusion de la notion, mais aussi peser sur les orientations des politiques publiques, afin de défendre des intérêts professionnels.

17Les milieux d’entreprises vont produire une abondante littérature, qui exprime le souci de transformer l’éthique et les pratiques professionnelles. Une telle approche va être relayée et théorisée par certains analystes (Gendron, Provost, 1996), afin de montrer qu’il n’y a pas d’incompatibilité fondamentale entre le projet économique de ces acteurs et les objectifs de durabilité, et que l’on peut dès lors mettre en place un réel compromis (Gendron, 2006). Le DD semble pouvoir constituer une opportunité vivifiante pour l’économie libérale de reformater sa méthode, sans réellement changer ses finalités. Les entreprises ont donc, à leur manière, développé une réponse opérationnelle du DD, adaptée à leurs besoins et dont ils ont rendu compte par une communication importante.

Professionnaliser le développement durable : un projet commercial

18Le processus d’appropriation aboutit à la traduction du DD en normes applicables, c’est-à-dire en pratiques devenues des références et qui encadreront les modalités d’usages. L’ensemble des acteurs décrits participe au mécanisme de professionnalisation du DD.

19La professionnalisation du DD est un processus de traduction, de mise en forme de pratiques stabilisées – aboutissant à la construction de savoirs transmissibles – et compatibles avec le modèle entreprenarial de la décision. Elle constitue une production de procédures techniques aidant à concevoir ce qu’est une politique de DD. Elle participe aussi au travail de légitimation du DD et de légitimation des acteurs chargés de le valoriser. Ces derniers tentent alors de faire reconnaître leur savoir par un important travail de formalisation (production d’outils, sites internet dédiés…) et par un investissement important des lieux de production des connaissances légitimes (organisations ou participations à des colloques, production d’écrits, etc.). En insistant sur la dimension méthodologique, ces professionnels mettent l’accent sur la validité du chemin procédural (procédures d’information, de concertation, etc.).

20Les acteurs vont donc contribuer à façonner des normes d’élaboration et de mise en pratique du DD. Pour les entreprises, cela va au-delà d’une simple stratégie marketing – qu’il ne faut pas sous-estimer –, pour aboutir à un véritable travail de promotion de l’expertise réalisée. Comme le souligne Pickvance (2008), les dynamiques de systèmes d’acteurs influent, par exemple, sur les formes de « maison durable » et ce travail de lobbying aboutit à l’élaboration de critères particuliers définissant ce type de maison. À cela, il convient d’ajouter l’important travail de médiatisation de certains acteurs qui, très proches des milieux de l’entreprise, vont abondamment s’appuyer sur eux pour populariser le DD. Vers le milieu des années 1990, l’administration publique va aussi produire des normes d’action (Rumpala, 2008). La commande publique, au niveau de l’État puis progressivement sous la demande croissante des collectivités territoriales, va contribuer à structurer ce milieu professionnel, notamment en favorisant la construction d’un marché spécialisé dans l’assistance à la programmation et à l’animation des dispositifs de projets durables. Elle aide tout à la fois au travail d’émancipation de ces professionnels (critères d’attributions, normes des marchés publics – Clement, 2007), mais aussi de délimitation du champ professionnel nécessaire ; elle reconnaît certaines compétences plutôt que d’autres et ce faisant, contribue à un travail de standardisation des techniques. Cette politique incitative permet une réelle opportunité (Tarrow, 1996, p. 41-61) pour les acteurs hors champ de s’investir dans ce domaine et d’y trouver une reconnaissance institutionnelle forte.

21Enfin, et surtout, la thématique du DD est, aujourd’hui, largement relayée par des agences professionnelles, des officines de consultants aux motivations diverses, mais qui participent à la construction d’un secteur économique spécifique. Certaines associations, en se spécialisant progressivement sur la question du DD, sont devenues des prestataires de services, plus particulièrement sur la gestion et l’animation des procédures en la matière.

22Certains travaux (Goxe, 2007 ; Goxe, Matyjasik, 2008) ont étudié les formes de professionnalisation de ces secteurs émergents, dont l’un des enjeux majeurs est de se positionner sur ce marché et donc de produire une image d’expert en la matière, auprès des collectivités locales. Ces acteurs cumulent plusieurs statuts, ayant souvent un pied dans le milieu associatif, un autre dans le champ des consultants professionnels. Ils allient ainsi un savoir de terrain – forgé par des années passées dans les milieux environnementalistes, de l’animation sociale ou de l’action politique – et une approche plus formelle de la construction des savoirs – parfois valorisée par du consulting indépendant ou des interventions dans des formations universitaires. Leurs compétences leur permettent d’intervenir dans différents champs, touchant à la fois les questions environnementales, l’aménagement urbain, la mixité sociale, les questions liées aux procédures participatives, etc.

Contester le développement durable : un projet alternatif

23Le DD est loin de faire l’unanimité chez les militants politiques ou associatifs, ou même du côté des milieux de l’entreprise. Au sein des mouvements sociaux, nombreux sont ceux qui refusent d’utiliser à la fois la rhétorique du DD – parlant alors, au mieux, de développement soutenable – et de se conformer à ses objectifs politiques. La critique peut se présenter schématiquement autour de trois positions.

24La première exprime une réticence à l’égard du DD. La mouvance altermondialiste est ainsi sceptique quant à la capacité du DD à modifier en profondeur son rapport à l’économie libérale (Sommier, Agrikoliansky, 2005), ou réticente à considérer qu’il faille mettre les enjeux environnementaux à la même hauteur que les questions sociales (ce n’est que lors de son Université citoyenne de 2009 que l’association Attac a opéré une importante inflexion vers des problématiques écologiques). D’autres ONG ont longtemps regardé avec condescendance l’usage immodéré du DD. Greenpeace, après avoir qualifié le sommet de Johannesburg de « sommet du développement brutal » en 2002, s’est positionnée avec plus de nuance depuis sur cette question (Fréour, 2004, p. 421-442). Mais cela exprime un recentrage stratégique, afin de participer davantage aux négociations internationales qui sont toutes teintées de DD. Ces acteurs adoptent donc une position prudente à l’égard de cette question, mais ont pleinement conscience de son emprise dans les débats politiques et dans les espaces de négociations. Pour autant, ils ne souhaitent pas devenir des promoteurs de son usage ni œuvrer à son approfondissement théorique. Par conséquent, c’est essentiellement la question environnementale qui permet de construire des dialogues entre ces acteurs et les promoteurs du DD. L’environnement – et non le DD – constitue un élément déterminant de la structuration de l’espace de ces mouvements sociaux.

25La deuxième position constitue un combat théorique contre les fondements mêmes du DD. Regroupons ces acteurs sous le terme générique de « décroissants », même s’il faut reconnaître qu’une telle désignation est rapide, tant elle englobe d’acteurs aux options et méthodes différentes (Durand, 2008 ; Semal, 2009b). Cette appellation recouvre des théoriciens qui mènent une critique radicale du DD (Latouche, 2006 ; Ariès 2005) et des mouvements sociaux qui tentent de promouvoir une vision alternative des rapports politiques et économiques, dépassant le concept même de développement. Les « objecteurs de croissance » cherchent à réduire leur impact écologique et social, en dehors même des principes et des méthodes préconisées par le DD. Ils refusent de s’associer aux négociations institutionnelles de mise en œuvre de projets de DD.

26Enfin, signalons un courant qui demeure hermétique au DD. Pour les adeptes de l’écologie radicale, le DD n’est en rien un objet de débat, tant les catégories théoriques qui le fondent (croissance, développement et même démocratie) sont désormais obsolètes (Semal, Villalba, 2009). En raison même de l’ampleur de la crise écologique, il n’est absolument pas possible d’envisager la moindre négociation viable à l’échelle mondiale, devant permettre d’établir un nouvel équilibre favorable à une croissance, quand bien même celle-ci se parerait d’une nouvelle justice (Naess, Rothenberg, 2009)… Ces courants ne sont pas non plus homogènes, même s’ils partagent un anti-capitalisme virulent et un anti-consumérisme assumé. Ils sont traversés par d’importants clivages théoriques, touchant à la question animale (Animal Liberation Front, Earth First), au féminisme, ou à la réalité de l’effondrement de nos sociétés…

27En raison de leurs positionnements contestataires, ces acteurs sont assez peu visibles. Mais leurs critiques produisent une série de controverses utiles à l’approfondissement des critères éthiques (sur l’équité et la solidarité internationale) et des méthodes utilisées pour parvenir à une réelle durabilité.

Conclusion : le développement durable, un projet négociable et opportuniste

28Le DD participe à une recomposition des réseaux d’acteurs, en permettant l’élaboration de nouvelles formes de coalitions entre ceux-ci et en favorisant l’émergence de nouvelles arènes de dialogue et de contractualisation. Parce qu’il est essentiellement un dispositif performatif – c’est-à-dire avant tout un mécanisme de construction de projets partagés –, le DD aide à la constitution d’espaces de négociations inédits : à la fois par sa méthodologie (que l’on peut résumer sous le terme de « gouvernance ») et par ses modalités (autour de la notion de « bonne pratique » par exemple). Ces acteurs, lorsqu’ils s’investissent dans un projet de DD, sont unis par des relations de dépendance mutuelle, tant sur la plan cognitif (partage de valeurs implicites plus qu’explicites, tant elles apparaissent facilement consensuelles : la solidarité, la durabilité, la démocratisation des prises de décision, etc.) que sur le plan pratique (logiques collaboratives lors de la construction des politiques de DD, financements, communications…).

29Ces coalitions ne se construisent pas prioritairement à partir d’une vision partagée de ce que doit être l’application effective du DD, mais principalement sur la base d’une approche opportuniste du projet : chacun doit pouvoir conserver la cohérence de sa propre identité d’acteur (qu’elle soit associative ou privée). Au risque d’aboutir à certaines injonctions paradoxales (la croissance verte, la consommation durable…), quand l’acteur croit construire un infléchissement de son identité, alors que ses finalités ne sont nullement remises en cause (la croissance, la productivité…).

Bibliographie

Aggeri F., E. Pezet, C. Abrassart, A. Acquier, 2005, Organiser le développement durable. Expériences des entreprises pionnières et formation de règles d’action collective, Paris, Éd. Vuibert, Ademe.

Ariès, P., 2005, Décroissance ou barbarie, Lyon, Golias.

Callon M., 1986, « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, 36, p. 169-208.

Clement S., 2007, Le Manuel Procura +. Le Guide pour un Achat public responsable et économiquement avantageux, 2e éd., ICLEI.

Comeliau L., Holec N., Piechaud J.-P., 2001, Repères pour l'Agenda 21 local. Approche territoriale du développement durable, Association 4D (avec le MATE, la DATAR et la Caisse des Dépôts), Paris.

Durand F., 2008, La décroissance : rejet ou projets ? Croissance et développement durable en question, Paris, Éditions Ellipses.

Épée A., 2008, « Rendre le développement durable. Les stratégies de colonisation du Développement durable au CCFD », in Villalba B. (dir.), Instituer le développement durable. Apprentissage, appropriation, application : le cas des acteurs locaux, ministère délégué à la recherche, Direction de la recherche, Action concertée incitative, Sociétés et cultures dans le développement durable, Rapport final, juin 2008, n° 03 2 402, p. 55-65.

Fréour N., 2004, « Le positionnement distancié de Greenpeace », Revue française de sciences politiques, 54 (3), p. 421-442.

Gendron C., Provost M. (dir.), 1996, Entreprise et développement durable. Opérationnaliser le développement durable au sein de l’entreprise, Montréal, ACFAS.

Gendron C., 2006, Le développement durable comme compromis. La modernisation écologique de l’économie à l’ère de la mondialisation, Québec, Presses de l'Université du Québec.

Goxe A., 2007, « Gouvernance territoriale et développement durable : entre implications théoriques et usages rhétoriques », in Pasquier R., Simoulin V., Weisbein J. (eds), Paris, LGDJ, coll. « Droit et Société », t. 44, p. 151-170.

Goxe A., 2009, « L’institutionnalisation incertaine du développement durable en France : les vicissitudes de la Commission Française du développement durable (1993-2003) », in Villalba B. (dir.), Appropriations du développement durable. Emergences, diffusions, traductions, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 107-122.

Goxe A., Matyjasik N., 2008, « Esquisse d’une sociologie d’un domaine d’activité aux contours incertains : l’évaluation « en développement durable » et ses « professionnels » », in Séminaire interdisciplinaire sur le développement durable 2008-2009, 23 octobre, Lille.

Jollivet M., (dir.). 1992, Sciences de la nature, sciences de la société : les passeurs de frontières, Paris, Éditions du CNRS.

Lascoumes P., 1994, L’éco-pouvoir, environnements et politiques, Paris, La Découverte.

Latouche, S., 2006, Le Pari de la décroissance, Paris, Fayard.

Martin J.-Y. (dir.), 2002, Développement durable ? Doctrines, pratiques et évaluations, Paris, IRD.

McAdam D., McCarthy J., Zald M., 1996, Comparatives perspectives on social movements, Cambridge, Cambridge UniversityPress.

Naess A., D. Rothenberg, 2009, Vers l’écologie profonde, Wildproject Editions.

Ollitrault S., 2001, « Les écologistes français : des experts en action », Revue française de science politique, 51, 1-2, p. 105-130.

Ollitrault S., Chartier D., 2005, « ONG et développement durable : les liaisons dangereuses », in Aubertin C., Vivien F.-D. (dir.), Le développement durable : enjeux politiques, économiques et sociaux, Paris, La Documentation française, p. 93-115.

Pickvance, C.G., 2008, « The construction of UK sustainable housing policy and the role of pressure groups », Communication au Colloque international Le développement urbain durable saisi par les sciences sociales, St-Étienne, 29-30 mai.

Princen T., Finger M., 1994, Environmental NGOs in World Politics, Linking the Local and the Global, London, Routledge.

Rumpala Y., 2008, « La régulation publique et l'inscription gestionnaire du développement durable. Des initiatives stratégiques aux démarches de contrôle des performances », in D. Huron, J. Spindler (éd.), Le management public en mutation, Paris, L’Harmattan.

Semal L., Villalba B., 2009, « Du vert, du rouge, du noir… et beaucoup de débat ! », Silence, 368, p. 9-12.

Semal L., 2009b, « Logiques et limites des expérimentations de modes de vie post-carbone : analyse comparative des stratégies de deux mouvements, la décroissance et la transition », in M. Dobré, S. Juan (dir.), Consommer autrement. La réforme écologique des modes de vie, Paris, L’Harmattan.

Sommier I., Agrikoliansky E., 2005, Radiographie du mouvement altermondialiste, Paris, La Dispute.

Tarrow S., 1996, « States and opportunities: The political structuring of social movements », in McAdam D., McCarthy J., Zald M. (ed.), Comparative Perspectives on Social Movements. Political Opportunities, Mobilizing Structures, and Cultural Framings, Cambridge, Cambridge University Press, p. 41-61.

Tarrow S., 1998, Power in Movement, Cambridge, Cambridge University Press

Trom D., 1999, « De la réfutation de l’effet Nimby considérée comme une pratique militante », Revue française de science politique, 49 (1), p. 31-51.

Villalba B. (dir.), 2009, Appropriations du développement durable. Émergences, diffusions, traductions, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Villalba B., 2010, « Le développement durable et les politiques publiques. Interprétation restrictive et institutionnalisation extensive » in Aubertin C, Vivien F.D. (dir.), Le Développement durable, Étude de la documentation Française, 5315, p. 77-101.

Notes

1 Cf. chapitre 36 sur les Agendas 21 locaux.

2 La première version en a été adoptée en 2003 pour 5 ans ; la seconde vient de l’être en juillet 2010.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540