Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Partie IV. Enjeux sectoriels

Chapitre 31. Développement durable et construction

Guy Chautard

Texte intégral

Introduction

1Parce qu’il représente environ 40 % de la consommation énergétique des pays « riches » et qu’il est responsable de près du quart des émissions de gaz à effet de serre, le bâtiment pèse lourd dans le bilan environnemental de la Planète. Mais, contrairement à ce que l’on peut constater dans les autres secteurs comme les transports ou l’industrie, le domaine de la construction a déjà commencé sa « révolution écologique » comme l’atteste la diversité des certifications environnementales en vigueur sur le marché international (première section). Parmi ces méthodes, nous focaliserons notre attention tout particulièrement sur « l’approche française du développement durable (DD) appliqué à la construction », c’est-à-dire la démarche « Haute qualité environnementale » (HQE) (deuxième section). Enfin, dans un dernier temps, et à partir de l’exemple français, nous apporterons un regard critique sur le domaine des « greenbuildings » à l’aune de la durabilité (troisième section).

Tour d’horizon international des certifications et référentiels de construction environnementale : les « greenbuildings » en tant que phénomène mondial

2De manière générale, chaque grande région du monde a développé au cours de la dernière décennie, un référentiel de construction visant à définir les critères d’un « greenbuilding ».

L’approche américaine

3Le système le plus répandu actuellement porte bien son nom puisqu’il s’agit du système américain LEED, acronyme signifiant Leadership in Energy & Environmental Design (disponible sous la version canadienne CAGBC pour Canada Green Building Council). Il s’agit d’un label privé administré depuis 1998 par l’USGBC (United States Green Building Council). La palette d’application est fortement variée puisque sont concernés les bâtiments neufs ou les rénovations majeures (LEED for New Construction), les bâtiments existants (LEED for Existing Buildings), les intérieurs commerciaux (LEED for Commercial Interiors), les structures et coques (LEED for Core and Shell), les logements (LEED for Homes), les écoles (LEED for Schools), les commerces de détail (LEED for Retail) et actuellement, en phase expérimentale, le développement des quartiers (LEED for Neighborhood). La certification consiste pour les maîtres d’ouvrage, dans un premier temps, à s’inscrire auprès de l’USGBC, ensuite à remplir une grille d’objectifs donnant lieu à une évaluation globale du projet. Par exemple, l’évaluation concernant les nouvelles constructions repose sur 6 critères, chacun permettant de cumuler un nombre de points plafonnés : 1. Aménagement écologique des sites (14 points maximum) ; 2. Gestion efficace de l’eau (5 points maximum) ; 3. Énergie et atmosphère (17 points maximum) ; 4. Matériaux et ressources (13 points maximum) ; 5. Qualité des environnements intérieurs (15 points maximum) ; 6. Innovation et processus de conception (5 points maximum).

4Cette méthode permet de discerner 4 niveaux de performance : le niveau « certifié », « argent », « or » et « platine ». La validité du certificat est limitée à 3 ans renouvelables après réévaluation à partir du référentiel « LEED for existing Buildings ».

5Les raisons du succès de la démarche LEED reposent vraisemblablement sur la facilité d’utilisation qu’elle propose : une évaluation « en ligne », pédagogique et accessible à tous, pour un coût relativement modeste. En aucune manière, ce système ne s’affiche comme une aide à la conception, contrairement par exemple à la méthode française, comme nous le verrons dans la deuxième section.

L’approche européenne

  • 1 Acronyme de Building Research Establishment Environmental Assessment Method.

6Sur le vieux continent en revanche, la situation est plus contrastée puisque plusieurs systèmes cohabitent en attendant l’émergence d’un référentiel commun émis par le Comité européen de normalisation CEN (vraisemblablement une synthèse des démarches BREEAM1 et HQE). À ce niveau d’analyse, nous pouvons distinguer deux types d’approches : les approches strictement « énergétiques » et les approches « environnementales ».

7Parmi le premier groupe, nous retiendrons les référentiels Suisse (Minergie) et Allemands (Passivhaus) qui mettent l’accent sur la performance énergétique des constructions.

8– Le concept de Passivhaus, issu du « Niedrigenenergiehäuser » (Hessen, Allemagne) et conçu par l’ingénieur Wolfgang Feist, a été expérimenté pour la première fois en 1991 sur quatre maisons à Darmstadt. L’objectif poursuivi était la multiplication des procédés permettant de réduire les besoins en énergie via :

  • l’application optimale des principes bioclimatiques ;

  • l’isolation et l’étanchéité à l’air de l’enveloppe ;

    • 2 Citons à titre d’exemple deux procédés techniques : la ventilation double-flux qui consiste grâce à (...)

    la récupération de la chaleur et le recours aux énergies renouvelables2.

9À la différence de l’approche américaine, l’objectif est le même quelle que soit la nature (neuf ou réhabilitation) ou la fonction (maison individuelle, bâtiment tertiaire…) de la construction : les valeurs cibles à atteindre sont fixées à 15 kWh/an/m² pour la consommation d’énergie de chauffage et à 42 kWh/an/m² pour la consommation totale (c’est-à-dire tenant compte outre le chauffage, du rafraîchissement, de l’eau chaude sanitaire et des appareils électriques). L’obtention du certificat, avec une durée de validité permanente, est conditionnée à la bonne réussite du test de l’étanchéité à l’air.

10– L’approche helvétique, quant à elle, est portée par l’association Minergie, fondée en 1998 sur l’initiative des cantons de Berne et de Zürich. Le concept visait originellement une bonne performance énergétique du bâtiment à coût maîtrisé (soit le standard Minergie ou le Minergie-P pour « passif » lancé en 2002) et a évolué progressivement vers une amélioration de la qualité de vie et la diminution des atteintes causées à l’environnement (soit le Minergie-Eco pour « Écologie » ou le Minergie-P-Eco pour « passif et écologique »). Cette approche s’applique à tout type de bâtiment (collectif ou individuel, tertiaire, industriel ou résidentiel, centre de soins, équipement sportif…) et ce, quel que soit le style architectural. À titre d’illustration, le Minergie Standard définit six exigences :

11Des exigences liées au confort pour « une meilleure qualité de vie » :

  • Des valeurs limites sont imposées en fonction du type d’habitat (lieux d’enseignement, habitat collectif, maison individuelle…) au moyen d’une enveloppe étanche et bien isolée ;

  • Un justificatif doit être apporté concernant la protection thermique estivale ;

  • Le renouvellement d’air doit être systématique et doit s’effectuer de préférence au moyen d’un système d’aération douce (sauf pour l’industrie où ce critère est conseillé mais non obligatoire) ;

12Des exigences liées à l’efficience énergétique « pour un respect de l’environnement » :

  • Les besoins totaux en énergie doivent être au minimum plus performants de 75 % par rapport aux pratiques courantes et la part d’énergies fossiles ne doit pas dépasser de 50 % la consommation moyenne admise par la technique courante ;

  • Des exigences supplémentaires concernant l’éclairage et la production de froid et de chaud pour certaines catégories de bâtiments (administrations, écoles, restauration, lieux de rassemblement…) ;

13Des exigences concernant les coûts :

14– Le surcoût d’investissement ne peut excéder les 10 %.

  • 3 Le Minergie-P exige que l’indice pondéré d’efficacité énergétique ne dépasse pas les 30 kWh/an/m² e (...)

15Les labels Minergie-Eco et Minergie-P reprennent ces éléments et, pour le premier, fixe des exigences énergétiques plus importantes3 et, pour le second, ajoute deux critères, soit la santé (éclairage, bruit et air intérieur) et « l’écologie du bâtiment » (matières premières, fabrication et déconstruction).

16La durée de validité du certificat est permanente. La démarche exige en outre un suivi des consommations pendant les trois premières années d’exploitation du bâtiment accompagné d’une sensibilisation des occupants.

17Aujourd’hui, Minergie fait l’objet d’une déclinaison « à la française » sous la forme des labels « Minergie France » et « Effinergie-BBC » portés par deux associations distinctes.

18Le deuxième groupe renvoie à des démarches environnementales qui proposent d’emblée le dépassement d’une approche exclusivement énergétique en intégrant d’autres notions fondamentales comme la santé, le confort ou la bonne intégration de la construction par rapport aux sites environnants. Parmi ces approches, nous présenterons l’approche britannique (BREEAM) et l’approche française (la démarche HQE) qui fera l’objet d’une pleine section, puisque c’est à partir de cet exemple que l’on dressera un regard critique des « greenbuildings ».

  • 4 Si un projet ne peut pas être classé dans une version standard BREEAM, il fera l’objet d’une étude (...)

19À l’instar de l’approche française, la démarche de certification BREEAM Green Leaf privilégie une approche système à une approche « produit » (où ce sont les constructions qui font l’objet d’un certificat). La méthode BREEAM est tout à la fois une méthode de conception, d’évaluation et de certification qui vise une performance environnementale globale des bâtiments avec une forte préoccupation pour le confort (dans un sens large) des habitants. Les premières expériences remontent au début des années 1990 (bureaux en 1990, centres commerciaux en 1991, centres industriels et bureaux existants en 1993, écoles et prisons en 2006). Différentes versions d’évaluation existent afin de s’adapter aux différents cas de figure (neuf ou existant, écoles, hôpitaux, prisons, tribunaux, commerce, « international » et « sur-mesure4 »).

20Huit items structurent cette démarche :

  • le management afin de s’assurer de la bonne organisation pour atteindre la performance attendue des bâtiments (politiques, manuels d’opérations, système de management environnemental – SME –…) ;

  • la santé et le bien-être des occupants à travers la qualité de l’air, l’acoustique, la température ambiante et la luminosité ;

  • l’énergie renvoyant à l’installation d’équipements performants et de suivi des consommations (compteurs…) ;

  • l’accessibilité eu égard à l’implantation du bâtiment et sa desserte en transports collectifs, les infrastructures pour les modes doux ou l’exigence d’un plan de circulation ;

  • l’eau en minimisant sa consommation (récupération d’eau de pluie, chasses d’eau économes…) ;

  • les matériaux et déchets en mettant à disposition un guide de spécifications (utilisation de matériaux recyclés…) ;

  • l’utilisation du sol et l’écologie en réfléchissant à la localisation des projets et à leurs impacts sur l’écologie ;

  • la pollution en fonction des grands enjeux écologiques (réchauffement climatique, destruction de la couche d’ozone, pollution des milieux...).

21L’originalité de la démarche repose sur la mise à disposition d’outils et de méthodes d’évaluation à chacune des étapes de déroulement du projet.

22En phase de conception, un guide vert permet d’orienter les choix des matériaux en fonction de leurs impacts environnementaux perçus durant leur cycle de vie (de l’extraction à la destruction) et de leur performance en termes de coût global à l’aide du logiciel Envest2. Enfin, un troisième outil permet d’évaluer via un système à points la performance environnementale du bâtiment (valeur indicative à ce stade-là).

23En phase de construction, un ensemble d’outils vise l’optimisation des déchets (Smart Waste) à partir de leur identification précise, leurs coûts et leur transport.

24Ensuite, en phase de fonctionnement, il est mis à disposition un document d’évaluation permettant de mesurer les performances et de mettre en place un processus d’amélioration continue.

25Le score global de l’évaluation conduit au classement par niveau : « passable », « bien », « très bien », « excellent » et « remarquable ». La durée du certificat est permanente. Chaque année une cérémonie est organisée (les « BREEAM Awards ») afin de récompenser les meilleurs exemples britanniques en matière de conception durable.

26BREEAM est la méthode la plus appliquée dans le monde après LEED, ce qui lui confère le leadership européen.

L’approche française de la construction durable : la démarche HQE®

27La Haute qualité environnementale (HQE) est une démarche de management de projet visant à obtenir la qualité environnementale d’une opération de construction ou de réhabilitation. A proprement parler, l’appellation « bâtiment HQE » pourtant abondamment usitée, est incorrecte puisque la démarche HQE s’applique avant toute chose au management de l’opération. Dans cette optique, la bonne expression serait : « un bâtiment dont l’opération a fait l’objet d’une démarche HQE ».

Les trois définitions de la qualité environnementale des bâtiments (QEB)

28La démarche HQE comprend deux référentiels : une définition explicite de la qualité environnementale (DEQE dans le reste du texte) d’un bâtiment et le système de management environnemental (SME), calqué sur la norme ISO 14001.

29La DEQE formalise les différentes acceptions de l’environnement rapporté à la construction : certains mettront l’accent sur l’environnement « extérieur » (consommation d’eau et d’énergie, prélèvement des ressources pour les matériaux, déchets d’activités…) tandis que d’autres privilégieront l’environnement « intérieur » touchant à la qualité et au confort.

30La qualité environnementale d’un bâtiment, dans l’approche française, renvoie en définitive à trois définitions, à la fois consensuelles et les plus globales possibles :

  • la définition formelle qui tient en une phrase : « la qualité environnementale consiste à maîtriser les impacts sur l’environnement extérieur et à créer un espace intérieur sain et confortable » ;

  • la définition explicite qui structure en quatre familles les différentes acceptions de la « qualité environnementale » d’un bâtiment (la QEB dans le reste du texte). Le tout donne une définition en 14 cibles, chacune traduisant une préoccupation environnementale ;

  • la définition exigentielle correspond au référentiel QEB qui détaille cible par cible les sous-cibles et autres performances à atteindre. Dans le cadre de la certification, c’est à la définition exigentielle qu’il est fait référence.

Tableau 31.1. : Les 14 cibles de la démarche HQE

MAÎTRISER LES IMPACTS SUR L’ENVIRONNEMENT EXTÉRIEUR

CRÉER UN ENVIRONNEMENT INTÉRIEUR SAIN ET CONFORTABLE

ECO-CONSTRUCTION

CONFORT

1. Relation harmonieuse des bâtiment avec leur environnement immédiat
2. Choix intégré des procédés et produits de construction
3. Chantier à faibles nuisances

8. Confort hygrothermique
9. Confort acoustique
10. Confort visuel
11. Confort olfactif

ECO-GESTION

SANTÉ

4. Gestion de l’énergie
5. Gestion de l’eau
6. Gestion des déchets d’activité
7. Gestion de l’entretien et de la maintenance

12. Qualité sanitaire des espaces
13. Qualité sanitaire de l’air
14. Qualité sanitaire de l’eau

31Les deux premières familles de cibles, l’éco-construction et l’écogestion, renvoient à l’objectif de maîtriser les impacts sur l’environnement extérieur.

32En substance, la QEB met en avant l’importance cruciale de l’étape de conception (notamment la cible 1) qui sera déterminante en termes d’impacts sur le voisinage, l’orientation des bâtiments (dans une approche bioclimatique), son accessibilité, ses consommations ou le choix des procédés (par exemple en termes d’énergies renouvelables). Il est à noter que la démarche HQE vise également à réduire au mieux les nuisances, pollutions et consommations de ressources engendrées par le chantier (cible 3).

33Concernant la gestion de l’énergie et de l’eau (cibles 4 et 5), il s’agit avant tout de limiter les consommations d’énergie primaire grâce à une approche architecturale favorable ou des équipements « économes » et, dans un deuxième temps, privilégier les sources d’énergies renouvelables ou l’utilisation optimale des eaux pluviales (bassins de rétention, citernes, infiltrations à la parcelle…).

34La QEB tient également compte de la phase exploitation du bâtiment en incitant à la valorisation des déchets d’activité (cible 6) et en recherchant le maintien des performances « au moindre coût ».

35Les deux autres familles de cibles visent la création d’un environnement intérieur sain et confortable. En quelque sorte, la QEB en langage d’économiste se traduit par la recherche d’un optimum (la performance environnementale), sous « contrainte » d’une exigence de confort et de santé.

36Au premier chef, le confort hygrothermique rassemble les aspects liés à la température (chaleur et fraîcheur) et au degré d’humidité de l’air à l’intérieur du bâtiment (degré d’hygrométrie), l’objectif étant d’éviter les sensations de « surchauffe » l’été tout en permettant un « réchauffement » l’hiver par les apports solaires passifs.

37Une autre composante du confort est liée à l’acoustique visant à protéger les usagers du bâtiment des nuisances acoustiques et d’assurer, par ailleurs, la création d’une qualité d’ambiance adaptée aux différents locaux.

38Le confort visuel résulte, quant à lui, de la prise en compte de deux facteurs : l’assurance d’un éclairage naturel optimal (de sorte d’éviter l’éblouissement) et un éclairage artificiel confortable (maîtrise de l’ambiance visuelle adaptée à l’usage des locaux).

39Enfin la QEB tient également compte du confort olfactif lié à la ventilation des locaux et à une bonne maîtrise des sources d’odeurs désagréables.

40Les trois cibles de santé concernent les espaces, l’air et l’eau.

41De nombreuses études montrent que les concentrations en polluants mesurées à l’intérieur des bâtiments sont bien souvent supérieures à celles mesurées à l’extérieur. Il peut s’agir de polluants d’origines chimiques (CO, NOx, COV, aldéhydes…), biologiques (moisissures, endotoxines bactériennes, acariens…), minérales (fibres artificielles), radioactives (radon) ou encore électromagnétiques.

42Dans une certaine mesure, la démarche HQE cherchera à concilier des objectifs parfois contradictoires visant à la fois la robustesse des matériaux, faciles d’entretien et au caractère inoffensif.

La « haute » qualité environnementale et ses domaines d’application

De la Qualité environnementale, bien entendu, mais pourquoi « haute » ?

43Le paragraphe précédent a permis d’identifier précisément ce à quoi correspond la QEB, décrite en 14 cibles. Il est toutefois opportun de se demander à quoi correspond l’appellation « haute » de la démarche « HQE » ? Cette question gagne en pertinence tant l’appellation « haute qualité » continue à être déclinée à l’envi : « haute qualité durable » par-ci, « haute qualité des routes » par-là, ou encore un « territoire de haute qualité… » et plus récemment la « haute qualité alimentaire », la « haute qualité d’usage » ou même la « haute qualité relationnelle »…

  • 5 Une remarque fréquente (mais fausse pour le coup) concernant la démarche HQE consiste à critiquer l (...)

44Contrairement à ce qu’il pourrait sembler, le mot « haute » issu de la HQE ne signifie pas que l’on ait renforcé l’exigence « cible par cible » de la QEB5. En fait, la « haute » qualité s’obtient par la mise en œuvre d’une démarche qualité appliquée à la QEB. Il s’agit en quelque sorte d’une double contrainte de qualité concernant les projets de construction d’où l’appellation de « haute qualité ». Pour autant, la « haute qualité » ne coûte pas forcément plus chère que de la simple « qualité »…

45Le SME de la démarche HQE s’appuie sur la structure de la norme ISO 14001 (et la fameuse roue de Deming). Ce « référentiel » a pour vocation de fournir à la maîtrise d’ouvrage un outil de mise en œuvre de la QEB. C’est grâce au SME en effet que le maître d’ouvrage est « contraint » de fixer les cibles environnementales prioritaires qui tiennent compte à la fois des atouts/contraintes du site à aménager et de la politique environnementale plus large de la maîtrise d’ouvrage, et d’organiser l’opération pour les atteindre (structure et responsabilités, sensibilisation, formation, etc.).

46Le SME constitue, par conséquent, un outil descriptif et opérationnel relatif à la gestion environnementale de l’opération ou de la pluralité d’opérations (le SME a également pour objectif de permettre la constitution d’un système de certification – cf. point suivant).

Modes et domaines d’application de la démarche HQE

47Depuis son développement sous forme de certifications, la démarche HQE s’applique aux bâtiments tertiaires, aux hôpitaux, aux logements, aux maisons individuelles, aux centres logistiques et plateformes, à l’exploitation et, sous forme expérimentale, à l’aménagement. Pour ce qui concerne la phase de construction (mais pas celle d’exploitation), la certification du système de management a de fait une validité permanente.

Les limites des démarches « greenbuilding » à l’aune de la durabilité : l’exemple français

48C’est donc à partir de la démarche HQE que nous allons dresser une approche critique à l’aune des critères du DD. Pourquoi le choix de la démarche HQE ? Tout d’abord parce qu’il s’agit d’une démarche parmi les plus globales de l’ensemble des démarches « greenbuildings » (cf. supra) et, par ailleurs, il s’agit d’un « modèle » qui va fortement influencer les pratiques du « bâtiment » à l’échelle de l’Union européenne, et ce au nom du DD. Nous consacrons donc cette section à la confrontation de la démarche HQE aux préceptes du DD et aux valeurs qui lui sont rattachées, mais, en aucune manière, nous n’abordons les limites intrinsèques de la démarche HQE.

49Nous retenons trois grandes thématiques suivant lesquelles la démarche HQE est en solution de continuité avec le DD : la gouvernance, l’approche des coûts et la dimension spatiale (approche non fractale).

En termes de gouvernance, une approche (trop) technique pour un enjeu de société

  • 6 L’Association des industries de produits de construction qui se définit elle-même comme étant « une (...)
  • 7 L’actuel « Plan, urbanisme, construction et architecture » (PUCA) rattaché au ministère de l’Écolog (...)

50Les termes « HQE », « démarche HQE » et « partenaires HQE » ont fait l’objet d’un dépôt de marque par l’AIMCC6 qui en a confié la gestion à l’Association HQE. Cette association, reconnue d’utilité publique, est une émanation des travaux du Plan construction et architecture7 et est composée essentiellement des représentants du secteur du bâtiment (et de façon marginale de l’aménagement). Toute production de référentiels, modification, mise à jour ou commercialisation faisant intervenir la marque HQE (et autres) doit donc faire l’objet d’un accord explicite de l’Association HQE. Le fonctionnement de l’Association HQE s’effectue sur une base démocratique avec une répartition des membres en collèges représentés à parité dans le conseil d’administration. De ce point de vue, l’Association HQE demeure exemplaire.

51En revanche, l’aspect critiquable réside dans la nature de sa composition qui repose pour l’essentiel sur les acteurs du bâtiment (les représentants du monde industriel, de l’ingénierie, de la maîtrise d’œuvre, des maîtres d’ouvrage et les structures de « conseil et soutien ») qui sont donc à l’origine de « l’offre » de l’outil « démarche HQE ». Mais aucune instance n’est prévue pour représenter les usagers ou même la société civile, c’est-à-dire les garants de « la demande » qui donneraient une caution sur la définition des enjeux et surtout sur les réponses apportées (notamment en termes d’acceptabilité sociale et/ou pécuniaires).

52Nous entrevoyons ainsi deux limites majeures à cette situation :

53Premièrement, la démarche HQE répond à des enjeux qui sont identifiés comme tels par les membres de l’Association HQE mais non véritablement désignés par la société civile. La démarche HQE n’est donc pas exempte d’un risque de biais tautologique, les porteurs de solutions définissant eux-mêmes les problèmes… En outre, l’offre de solutions (la définition des référentiels HQE) dépend davantage des rapports de force des différents représentants de l’Association HQE que des enjeux eux-mêmes. Citons, par exemple, la biodiversité qui est un enjeu mondial identifié depuis 1992 lors de la Conférence de Rio et qui n’a pas de réels défenseurs au sein de l’Association HQE. Il est vrai que, sur ce point, les retours sur investissement sont profitables à toute la société, mais pas forcément en monnaie sonnante et trébuchante, pour un investisseur privé.

54Deuxièmement, aucun dispositif ne permet de s’assurer de la légitimité démocratique des solutions proposées qui sont parfois en décalage avec les attentes de la société. Ainsi, l’Association HQE, et plus précisément les représentants des industriels rejettent en bloc l’approche « matériaux » consistant à dresser une liste noire et propose une approche complexe et technique de fiches déclaratives sur les caractéristiques environnementales et sanitaires des produits de la construction. Ces fiches ont le grand intérêt de permettre le chiffrage précis des impacts environnementaux de chaque matériau… en revanche, et contrairement aux attentes exprimées, elles sont conçues de façon à limiter les possibilités de comparaison et la quantité d’informations est telle que l’on peut ne conclure qu’à une chose : finalement, tous les matériaux ont des avantages et des inconvénients, solution fortement consensuelle parmi les fournisseurs… qui ne facilite pas forcément la tâche des maîtres d’ouvrage.

  • 8 Allusion faite ici à la théorie des grands ensembles des années 1960-1970 qui s’est traduite à part (...)

55Enfin, l’absence des représentants des usagers ou des citoyens eux-mêmes risque de favoriser des conceptions allant de soi pour la plupart des techniciens, alors qu’elles pourraient susciter un rejet de la population8.

Le coût global : une notion comptable des coûts différés et non un coût global social

56L’approche en termes de coût global ne tient pas compte des coûts reportés sur l’ensemble de la société, ce que l’on nomme à la suite de Pigou (1920) les coûts externes.

57Le coût global tel qu’il est repris dans la démarche HQE est un raisonnement purement comptable d’une actualisation des coûts différés. Pour décrire le coût global, nous nous référons à l’excellente publication de la MIQCP (2006) qui le définit comme étant la somme actualisée des coûts d’investissement et des coûts différés.

58Les coûts d’investissement regroupent l’ensemble des dépenses engagées depuis l’origine du projet jusqu’à la réception définitive, à savoir : les coûts d’études (conception…), les coûts d’accompagnement (assistance à maîtrise d’ouvrage, organismes de contrôle…), les coûts du foncier (y compris les coûts de mise en viabilité des terrains…), les coûts de travaux, les coûts d’équipements (mobilier…) et les coûts financiers divers (taxes, intérêts d’emprunts, assurances…).

59Par coûts différés, on distingue trois types de coûts :

  • les coûts de maintenance, soient les coûts liés à la conservation en bon état de marche du bâtiment (entretien…) ;

  • les coûts d’exploitation, soient les coûts liés au fonctionnement des ouvrages et des équipements dans des conditions définies de sécurité, sûreté, propreté, hygiène, confort et économie ;

  • les coûts de modification fonctionnelle comme les coûts liés aux déménagements de personnes ou les redistributions de plateau en cas de restructurations.

60En moyenne, les coûts différés peuvent représenter 3 à 4 fois les coûts de travaux, d’où l’intérêt de raisonner en « coût global ». Il est courant d’employer le terme de « surcoûts » visant à décrire le supplément d’investissement nécessaire pour bénéficier d’économies ultérieures (cas d’un équipement ou de matériaux plus performants). Notons d’emblée le paradoxe qui désigne donc par « surcoûts » le prix pour accéder à une certaine qualité… Dans notre esprit, la notion de surcoûts devrait davantage désigner les coûts induits par les bâtiments de moindre qualité (ceux qui n’ont pas fait l’objet d’investissements suffisants à l’origine). On retrouverait ainsi les bases de l’économie : la moindre qualité a un coût tandis que la qualité, elle, a un prix.

  • 9 Ce qui, évidemment, ne doit pas s'interpréter comme une tendance générale de la démarche HQE à favo (...)

61Cette approche du coût global se réduit à un exercice dynamique d’optimisation des coûts privés, sans tenir compte des coûts externes, c’est-à-dire la différence entre le coût social et les coûts privés. Cette distinction permet de rappeler que l’optimisation d’une fonction de préférence d’un agent privé (les maîtres d’ouvrages) ne conduit pas forcément à la meilleure situation sociale. La notion de coût global requerrait une internalisation des coûts externes afin de garantir l’optimum social. Nous pouvons illustrer nos propos à partir d’un cas concret, celui de la géothermie : à l’échelle d’une opération privée, le coefficient de performance d’une pompe à chaleur permet actuellement de réduire d’un facteur de 3 à 4 la facture énergétique… En revanche, la généralisation de cette pratique (à l’échelle d’une agglomération par exemple) peut menacer le biotope des nappes phréatiques en élevant artificiellement de quelques degrés la température… et donc « coûter » plus cher au final à la collectivité en termes d’atteinte à une ressource vitale9.

62Une façon intermédiaire d’intégrer les coûts externes consisterait à compléter l’approche du coût global par des analyses en cycle de vie de chacun des produits et procédés liés à la construction.

63En attendant, le coût global tel qu’il est pratiqué dans la démarche HQE ne garantit pas l’atteinte de l’intérêt général.

Une dimension spatiale mal appréhendée

64Une critique récurrente adressée à la démarche HQE concerne la dimension spatiale inadaptée à l’échelle des enjeux. On exposera dans ce paragraphe l’avantage de raisonner en termes holistiques plutôt qu’à l’échelle des projets.

65Premièrement, la localisation d’un bâtiment, aussi bien conçu soit-il, détermine également une série de coûts dans son usage comme les coûts de transport, les frais d’adduction, les éventuels effets de coupure, etc. Ainsi, une maison de moindre qualité thermique située en centre ville, coûtera toujours moins chère (les frais de santé et l’inconfort mis à part) qu’une maison « à énergie positive » située au sommet d’une montagne…

66Deuxièmement, la juxtaposition de constructions ayant fait l’objet d’une démarche HQE ne permet pas l’atteinte d’un optimum général : nulle part ne sont intégrées les capacités de charge écologique du territoire (cf. notre exemple ci-dessus des pompes à chaleur) ou même les économies d’échelles générées par une réflexion d’ensemble (versus la somme des solutions optimales conçues à l’échelle des opérations). Ainsi, reprenant le thème de l’énergie, la solution collective conduirait par exemple à la création d’un réseau de chaleur alors qu’une simple application de démarches HQE juxtaposerait des solutions dimensionnées « au mieux », mais au final plus coûteuses.

67Troisièmement, le changement d’échelle (de la parcelle au quartier par exemple) induit un changement de paradigmes de pensée avec l’apparition de nouvelles problématiques liées à l’urbanisme (transports, déchets, bruit, aménagements des espaces publics, sécurité,…) ou à la gouvernance (multitude d’acteurs issus d’horizons différents comme les habitants, élus, associations, commerçants…).

 

68En conclusion, les greenbuildings apportent leur contribution au DD dans la mesure où elles permettent effectivement de mieux intégrer l’environnement dans le secteur de la construction. Toutefois, ces techniques restent cantonnées globalement à une échelle spatiale réduite et à une thématique qui ne recouvre pas entièrement le paradigme du DD (avec la bonne approche spatiale des enjeux, la gouvernance ou la dimension sociale…). À l’instar de René Passet (1996), nous entrevoyons parmi les futures pistes à creuser, les voies d’une approche multidimensionnelle des systèmes complexes que sont les territoires, de la ville en particulier.

Bibliographie

MIQCP (Mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques), 2006, Ouvrages publics et coûts global, disponible sur : http://www.archi.fr/MIQCP/IMG/pdf/COUT_GLOBAL_p.1_A_p.100-2.pdf

Passet R., 1996, L’Économique et le Vivant, 2e éd., Paris, Economica.

Pigou A. C., 1920, Economics of Welfare, 4th ed. 1932, London, Macmillan.

Notes

1 Acronyme de Building Research Establishment Environmental Assessment Method.

2 Citons à titre d’exemple deux procédés techniques : la ventilation double-flux qui consiste grâce à un échangeur calorique à récupérer la chaleur de l’air sortant ou la mise en place d’un puits canadien consistant à préchauffer l’air à partir des calories issues de la Terre.

3 Le Minergie-P exige que l’indice pondéré d’efficacité énergétique ne dépasse pas les 30 kWh/an/m² en énergie primaire. Le Minergie Standard fixe cette valeur à 42.

4 Si un projet ne peut pas être classé dans une version standard BREEAM, il fera l’objet d’une étude spécifique conduite par le Building Research Establishment (BRE), équivalent du CSTB – Centre scientifique et technique du bâtiment – français.

5 Une remarque fréquente (mais fausse pour le coup) concernant la démarche HQE consiste à critiquer le concept de « haute » qualité environnementale, considéré comme trop cher, et à proposer une approche plus simple de « Qualité environnementale » (faisant fi de la « haute » qualité) afin de rester plus « raisonnable »…

6 L’Association des industries de produits de construction qui se définit elle-même comme étant « une organisation au service des industries des produits de construction ». En termes de gouvernance, il n’est pas neutre de constater que la propriété de la marque HQE soit détenue par un lobby industriel.

7 L’actuel « Plan, urbanisme, construction et architecture » (PUCA) rattaché au ministère de l’Écologie.

8 Allusion faite ici à la théorie des grands ensembles des années 1960-1970 qui s’est traduite à partir des années 1980 en crise des banlieues… À l’aube du XXIe siècle, un nouveau consensus émerge parmi les techniciens, en rupture a priori avec les attentes d’une partie de la population : celui de la ville dense sans voiture ! Affaire à suivre…

9 Ce qui, évidemment, ne doit pas s'interpréter comme une tendance générale de la démarche HQE à favoriser les coûts externes, bien au contraire.

Auteur

Docteur en économie, responsable « environnement » de l’Agence de développement et d’urbanisme de Lille, gchautard@adu-lillemetropole.org

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540