Version classiqueVersion mobile

Enkhuizen au xviiie siècle

 | 
Thierry Allain

Troisième partie : L’identité en question

Du déclin à l’identité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Parvenu au terme de notre étude, il est possible de corriger quelque peu l’opinion couramment retenue au sujet d’Enkhuizen au XVIIIsiècle. On peut parler d’un déclin de la ville dans les domaines économiques qui firent sa fortune, dans la mesure où le déclassement subi était réel. Il est évident que les navires portant les armes de la vierge au hareng furent moins nombreux à sillonner les routes maritimes au large des côtes européennes. Les difficultés d’accès au port, constamment menacé d’ensablement, constituèrent de redoutables handicaps à l’heure d’une compétition accrue entre ports néerlandais, et tout particulièrement avec Amsterdam. Cependant, la ville avait déjà connu une restructuration économique dans un passé proche. En effet, le commerce maritime en direction de la Scandinavie avait déjà décliné avant 1650, laissant la primauté à la pêche du hareng.

C’est à propos de cette activité qu’Enkhuizen connut le plus fort recul, et c’est ici que se place la principale rupture. ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search