Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Développement durable et territoire

 | 
Bertrand Zuindeau

Partie IV. Enjeux sectoriels

Chapitre 30. Tourisme et développement durable

Constanza Parra

Volltext

1Comme chacun peut facilement le constater, le tourisme à grande échelle conduit parfois à des résultats assez désastreux tant sur le plan socioéconomique qu’environnemental. L’image de certaines destinations côtières situées au bord de la mer Méditerranée, complètement transformées par la construction d’un mur interminable de bâtiments en béton et surchargées de visiteurs pendant la période estivale, s’avère assez révélatrice à cet égard. Néanmoins, il serait très discutable de réduire la relation entre tourisme et développement durable (DD) aux effets négatifs que cette activité peut avoir sur un territoire. La relation entre tourisme et durabilité s’avère en réalité complexe et ambivalente en raison d’impacts négatifs et positifs entrecroisés.

2Les impacts négatifs du tourisme ont déjà été analysés à de multiples reprises dans la littérature académique, au travers d’exemples montrant comment la durabilité des territoires peut être mise à mal.

3En effet, les logiques sous-jacentes au secteur touristique et les exigences du DD apparaissent, à bien des égards, antinomiques. Ces contradictions s’observent dans les conduites de touristes et dans l’organisation de l’offre touristique. Elles trouvent aussi à se manifester dans les objectifs des politiques publiques et dans les options prises par les communautés d’accueil concernant les choix de développement des régions. Par exemple, la volonté de promouvoir une valeur culturelle et esthétique de long terme, conforme au DD, rivalise avec une valeur commerciale de court terme. De même, l’impératif de durabilité écologique des destinations s’oppose aux pollutions liées au déplacement des touristes ainsi qu’aux effets négatifs sur un site, résultant d’une surcharge potentielle de visiteurs (Barré, 2009). En outre, la globalisation croissante et la concentration de l’industrie touristique sont de nature à entrer en tension vis-à-vis de l’enjeu de distribution équitable des revenus du tourisme parmi les communautés d’hôtes. La liste des conflits entre tourisme et durabilité pourrait ainsi s’allonger, eu égard au caractère multidimensionnel des deux entités : du DD bien sûr, mais aussi du secteur touristique, lequel englobe des éléments biophysiques, économiques, culturels, sociaux, institutionnels, politiques et de gouvernance, en perpétuelle mouvance.

4Cependant, il ne faut pas écarter a priori le potentiel de développement territorial dont sont porteuses les activités touristiques, sur un plan économique certes (emploi, revenus, etc.), mais aussi éventuellement en termes de progrès social : il y aurait là un ensemble d’impacts positifs qui relativiserait le diagnostic défavorable sur les liens entre activités touristiques et DD. Il est vrai, une manière de dépasser de tels rapports ambivalents est de favoriser des formes de tourisme d’emblée plus appropriées au DD : on parle alors d’« écotourisme » ou plus directement encore de « tourisme durable ».

5Ce chapitre envisage de restituer les caractéristiques de l’évolution historique du tourisme et d’en proposer une lecture en termes de DD. Puis, il explicitera les traits des formes nouvelles que sont le tourisme durable et l’écotourisme, toujours à la lumière du DD.

Évolution historique

Tourisme : genèse et développement

6Sous l’influence du courant des Romantiques, apparu au cours du XVIIIe siècle en Grande Bretagne, le Grand Tour réalisé par les nobles dès la moitié du XVIe siècle, marqué par les visites de Rome, des temples grecs à Delphes, à Athènes, Éphèse, etc., a été élargi avec la visite des aires naturelles. Celles-ci ont été perçues par des poètes tels que Lord Byron et John Keats comme une alternative spirituellement rajeunissante à la société industrielle (Graburn, Jafari, 1991).

7Entre la fin du XIXe et la seconde guerre mondiale se construisent les bases du tourisme contemporain. À cette époque en effet, convergent une disponibilité de revenus plus importants et l’institutionnalisation du temps libre, tous deux permettant le paiement de vacances et la pratique d’activités de loisir. De même, voyager devient possible grâce au développement technologique facilitant le transport de personnes vers les différents sites d’attraction touristique. En France, la promulgation en 1936 de la Loi instituant les congés payés est identifiée comme un évènement décisif dans l’histoire du tourisme, consolidé quelques années plus tard par la croissance économique atteinte pendant les Trente Glorieuses. L’expansion économique a permis une production et une consommation de masse de biens et de services, dont le tourisme. La richesse de cette période explique aussi l’investissement public dans différentes infrastructures touristiques et routières. Il s’agit, en France, de l’époque du Plan Racine et des Missions interministérielles d’aménagement touristique du littoral qui ont donné naissance aux stations balnéaires telles que la Grande-Motte et le Cap d’Agde.

8À partir des années soixante, les institutions internationales et le monde académique commencent à s’intéresser au phénomène touristique. C’est à ce moment que les Nations Unies décrivent le tourisme comme « une activité humaine fondamentale et très souhaitable, méritant l'éloge et l'encouragement de tous les peuples et des gouvernements » (cité dans Medlik, 2003, p. 59). La promotion du tourisme a eu un impact sur les politiques publiques touchant cette activité ; les pays occidentaux, pour la première fois, commencent à considérer le tourisme comme une compensation au déclin industriel de certains territoires. Parallèlement, les politiques de la Banque Mondiale, pendant les années 1970, ont explicitement encouragé des pays en voie de développement à investir dans le tourisme pour attirer des devises étrangères (Ghimire, 1997, cité dans Christ et al., 2003 ; Jafari, 1974). Ainsi, les gouvernements ont commencé à concevoir le tourisme comme un moyen de développement économique et comme une stratégie de redistribution des richesses économiques entre le Nord et le Sud (Jafari, 1973).

9Au moment où la croissance du nombre de touristes et le développement de l’infrastructure touristique semblaient irrésistibles, sont parus les premiers travaux dénonçant les coûts socioéconomiques et environnementaux du tourisme. La mise en œuvre des premières politiques publiques cherchant à contrôler cette activité s’en est suivie.

Les limites du tourisme à la lumière du développement durable

10À la suite de la dénonciation des problèmes écologiques dans le Rapport Meadows et lors de la Conférence de Stockholm, au début des années 1970, surviennent les premiers travaux mettant en avant les coûts socioéconomiques et environnementaux du tourisme (Jafari, 1974 ; Gunn, 1973 ; Pigram, 1980). D’une part, ces écrits dénoncent la forte pression des infrastructures touristiques en faisant notamment référence au tourisme dénaturant les Îles du Pacifique. D’autre part, ces travaux relèvent l’indulgence avec laquelle les pays en voie de développement adoptent le tourisme comme une sorte de panacée, mettant exclusivement l’accent sur son caractère prospère (Gray, 1970, cité par Jafari, 1974).

11Dans la continuité de ces débats, Budowski (1976) est l’un des premiers à aborder la question des liens entre tourisme et environnement. Il affirme que le tourisme est une activité contradictoire car il possède à la fois le potentiel de soutenir la conservation de l’environnement et le potentiel de le détruire. Selon lui, la relation tourisme-environnement peut être conflictuelle, car un déplacement a toujours un potentiel d’impact négatif ; symbiotique car le tourisme peut être au service de la mise en valeur durable des territoires ; et coexistante car le tourisme et l’environnement peuvent s’avérer à la fois incompatibles et cohabiter pour leur bénéfice mutuel (Page, Dowling, 2002). Ces travaux précurseurs ouvrent la voie à une réflexion scientifique et institutionnelle sur la relation complexe entre tourisme et durabilité économique, sociale et écologique.

12Tourisme et durabilité économique : depuis les années soixante, le tourisme est considéré comme un mode de développement alternatif à une industrialisation lourde et polluante (Jafari, 1973). Certes, il existe plusieurs avantages dans la stimulation du développement économique à travers le tourisme. Il génère de l’emploi, il attire des investissements étrangers, et donc il augmente les revenus du pays. Pourtant, on ne peut méconnaître le fait que le tourisme génère des impacts négatifs risquant de s’avérer plus importants que les bénéfices (Butler, 1980). En premier lieu, les répercussions d’une forte saisonnalité et la variabilité de la demande touristique jouent sur la stabilité socioéconomique des destinations. Ensuite, le rapatriement des profits générés par le tourisme vers le siège social des multinationales favorise un investissement limité dans les destinations d’accueil. À cela s’ajoute un faible effet multiplicateur, notamment dans le cas du tourisme de luxe, secteur qui offre de nombreux produits d’importation. Par ailleurs, ce même tourisme utilisera simultanément une main-d’œuvre locale pour des postes sous-qualifiés et une main-d’œuvre étrangère pour les emplois de responsabilité. Enfin, il convient de mentionner les distorsions générées par l’arrivée massive de touristes dans les différents marchés locaux, notamment en termes d’inflation sur le prix des biens et services liés à l’immobilier.

13Tourisme et durabilité sociale : cette relation concerne les transformations socioculturelles induites par le tourisme dans les communautés d’hôtes. L’arrivée du tourisme sur un territoire donné génère des anticipations en termes d’emploi et de revenu, lesquelles incitent souvent la population locale à abandonner ses occupations avec l’espoir de meilleures opportunités. Cependant, de la même façon que les avantages économiques sont contestables, le tourisme apparaît également comme un des responsables de la modification des valeurs et des modes de vie traditionnels (Lanquar, 1985 ; Proulx, 2006). D’une part, le tourisme incite les locaux à quitter leurs terres familiales et à transformer leur organisation sociale ; d’autre part, il est à l’origine de l’avènement et de la diffusion de valeurs étrangères liées au mode de production et de consommation capitaliste.

14Tourisme et durabilité écologique : les opérations touristiques bétonnées sur les zones côtières sont devenues le symbole manifeste des pressions et des dégâts environnementaux du modèle fordiste (Jafari, 1974). Au-delà de l’impact des déplacements massifs de touristes, le système écologique de ces destinations est globalement affecté par une activité touristique intense. La pollution esthétique, les embouteillages, le traitement de déchets, ainsi que la pression exercée par la construction des bâtiments et des marinas dans des zones fragiles sont les signes de ces dégâts environnementaux (Cazes, Lanquar, 2000). Une des conséquences de cette dégradation est le désintérêt progressif de la population locale dans la préservation de son territoire. Et quant aux études de capacité de charge, elles sont assez souvent négligées en faveur de critères économiques.

15En somme, le tourisme à grande échelle ou « de masse » constitue un contre-exemple de DD, en transformant parfois les territoires et leurs populations d’une manière irréversible. Toutefois, il nous semble approprié de nuancer cette conclusion en faisant également état des implications positives du tourisme. En effet, dans sa forme la plus simple, le voyage est source d’enrichissement personnel. Il est vecteur d’échange entre le touriste et l’hôte et par conséquent permet une ouverture sur la culture des peuples. On peut aussi argumenter que l’idée d’un statu quo socioculturel pour les communautés d’hôtes est plutôt hypothétique, voire impossible, dans une société caractérisée par la rapidité de la propagation de l’information via les medias. Un tel statu quo n’est d’ailleurs pas requis par le DD. À partir de cet entrecroisement d’implications positives et négatives apparaissent des réflexions sur la quête de modes touristiques alternatifs, fondés sur le respect de tous les types de cultures et environnements naturels. Ces constatations amènent à l’idée de tourisme durable et ses multiples déclinaisons : tourisme responsable, solidaire, écotourisme, non consommateur…

À la recherche d’un autre tourisme

16À partir des années 1980, un nouveau discours sur le besoin d’un tourisme alternatif émerge. La littérature académique, les politiques publiques du secteur et l’action des institutions internationales lui ont progressivement fait écho. Quant au touriste, protagoniste du voyage, il est sujet à des transformations graduelles. Certains se montrent préoccupés par la situation environnementale ; d’autres s’avèrent critiques envers l’esthétique des infrastructures touristiques (Eagles et al., 2002). Ces inquiétudes ont simultanément réveillé chez ce public une sorte de nostalgie du monde rural, jusqu’alors « oublié » ou laissé de côté pendant le boom du développement touristique côtier. Dans l’ensemble, ce nouveau discours et ce premier changement de la demande touristique déclenchent une toute première mutation de l’industrie touristique. Certes, le type touristique fordiste continue à dominer jusqu’à aujourd’hui ; cependant, cela n’empêche pas le déroulement d’un processus d’adaptation de l’offre vers des formes touristiques alternatives.

17Une rupture majeure coïncide avec l’arrivée du concept de DD. Suite à la publication du Rapport Brundtland, l’institutionnalisation du DD s’est traduite par son application à plusieurs secteurs de la vie économique et politique, notamment le tourisme. Cette évolution a donné naissance à l’expression « tourisme durable », qui a permis de dépasser une vision où tourisme et développement étaient perçus comme antagonistes, pour construire une approche fondée sur la capacité de l’activité touristique à être compatible avec la durabilité. Il nous semble important de souligner l’action des institutions internationales dans l’introduction d’une éthique dans le champ touristique. Dès les années 1990, on assiste ainsi à une floraison d’instruments censés appliquer l’éthique du DD au tourisme : Lanzarote Charter for Sustainable Tourism (1995), Agenda 21 for Tourism and Travel Industry (1996), Global Code of Ethics for Tourism (1999), Quebec Declaration on Ecotourism (2002), Davos Declaration on Climate Change and Tourism (2007), etc. Ainsi, de nos jours, un grand nombre de chartes et de déclarations internationales – concernant les professionnels du tourisme, les gouvernements, les touristes et les communautés d’hôtes – balisent les actions visant l’intégration entre tourisme et durabilité. Cependant, bien que ces documents témoignent d’une prise de conscience du besoin d’appliquer le DD au tourisme, ils demeurent des instruments volontaires appelant à la libre adhésion des citoyens et des gouvernements. Pour autant, cela ne signifie pas que l’impact de l’action internationale soit inefficace : la popularité de la Charte européenne de tourisme durable et sa mise en œuvre dans différents parcs de l’Europe montrent comment un mot d’ordre initialement global s’est transformé en un projet territorial concret.

Tourisme durable et écotourisme

18Comme nous l’avons évoqué précédemment, les connexions entre tourisme et durabilité sont nombreuses. Le tourisme durable est ainsi supposé répondre à la gageure d’une expérience touristique de qualité qui soit capable simultanément d’assurer viabilité économique, durabilité écologique et équité sociale en termes intra et intergénérationnels. L’Organisation mondiale du tourisme a fourni une des définitions les plus utilisées de développement touristique durable comme « toute forme de développement, aménagement ou activité touristique qui respecte et préserve à long terme les ressources naturelles, culturelles et sociales et qui contribue de manière positive et équitable au développement économique et à l’épanouissement des individus qui vivent, travaillent ou séjournent dans ces espaces » (Blangy et al., 2002, p. 13). Cette définition contient les deux perspectives proposées dans ce chapitre pour aborder la relation entre tourisme et DD, à savoir le respect et la préservation du patrimoine et la capacité du tourisme à produire des ressources destinées à favoriser le développement dans les territoires de destination. Cette capacité devra prendre en considération le caractère composite du secteur touristique, la transversalité des politiques publiques en jeu et le défi du juste équilibre entre le nombre de visiteurs et la capacité de charge d’une destination, dans un contexte marqué par la croissance incessante du nombre de touristes dans le monde.

19La question est maintenant de savoir comment appliquer les principes directeurs du DD au tourisme, et notamment à la pratique touristique, à la gouvernance des destinations et aux différentes composantes qui constituent cette activité. Ces enjeux nous renvoient à la question du système de gouvernance nécessaire pour transformer le tourisme en source de durabilité territoriale. Parmi le grand nombre de travaux qui traitent du tourisme durable, nous avons choisi d’analyser le cas de l’écotourisme, notamment à cause des impératifs environnementaux auxquels les territoires d’écotourisme se trouvent subordonnés.

20L’écotourisme n’est pas synonyme de tourisme durable. Tandis que la notion d’écotourisme renvoie à un segment précis à l’intérieur de l’industrie touristique, le tourisme durable est un concept que fait plutôt référence à l’application du DD à toutes sortes d’activités et de projets touristiques. Le concept d’écotourisme a été employé pour décrire un type de tourisme fondé sur la nature, sensible aux conditions environnementales et sociales, et géré selon les principes du DD (Blamey, 2001). Ainsi, l’écotourisme repose sur des écosystèmes purs et singuliers pour attirer des visiteurs et dès lors, il requiert un système de gouvernance capable de garantir la durabilité territoriale.

21C’est au Mexicain Ceballos-Lascuráin qu’est attribuée la première utilisation du mot espagnol ecoturismo dans les années 1980. Dans le cadre de son travail dans une ONG environnementaliste, il a pris conscience, d’une part, du nombre croissant de visiteurs intéressés par l’observation d’oiseaux et, d’autre part, du rôle potentiel de ces visiteurs dans la conservation de la nature et le dynamisme socioéconomique des aires visitées (Page, Dowling, 2002). À partir de ce constat, Ceballos-Lascuráin a forgé le terme d’écotourisme pour décrire un type de « voyage de découverte dans un cadre naturel préservé et dépourvu de pollution, dont l’objectif premier est celui d’étudier, admirer et apprécier un paysage naturel, sa flore et sa faune, ainsi que toute forme de patrimoine culturel (passé et présent) d’un territoire » (traduit de Blamey, 2001, p. 5). Plus tard, la Société internationale d’écotourisme (1991, citée par Western, 1993, p. 8) définit l’écotourisme comme : « une forme de voyage responsable dans les espaces naturels qui contribue à la protection de l’environnement et au bien-être des populations locales ». On notera également un certain nombre de travaux soulignant les enjeux pédagogiques de l’environnement, l’importance de la gouvernance des destinations et le besoin de bâtir une collaboration entre les différents acteurs concernés par l’écotourisme : population locale, acteurs publics, ONG, industrie touristique, touristes, etc.

22Au total, si l’on veut résumer les principes de l’écotourisme, d’après Blamey (2001), on peut dire qu’ils sont au nombre de trois :

  1. L’écotourisme est une activité axée sur la nature. Ce principe fait référence aux caractéristiques de l’éco-destination en ce qui concerne sa pureté, son niveau de préservation et l’existence d’une faible empreinte humaine. Ce critère vient du fait que la nature et la qualité environnementale sont les atouts territoriaux les plus importants susceptibles d’attirer les visiteurs. Les touristes souhaitent visiter une destination pourvue d’une richesse naturelle unique et qui soit la moins modifiée et la moins polluée possible. De préférence, on trouve ces attributs dans des parcs naturels et autres territoires naturels protégés.

  2. L’écotourisme comporte un but éducatif. Des aspirations d’ordre éducatif et « interprétatif » de l’environnement naturel et culturel sont des attributs spécifiques de l’écotourisme par rapport à d’autres formes de tourisme axées sur la nature. La dimension interprétative a, en effet, toujours joué un rôle clé dans la construction d’un imaginaire touristique agréable et significatif pour les touristes. Dans l’écotourisme, cette dimension interprétative va au-delà du loisir et touche aussi la sphère du transfert des savoirs sur le territoire visité. Étant donné que l’écotourisme réunit un groupe humain sensible au cadre naturel, les destinations ont pour mission d’offrir aux visiteurs des alternatives touristiques créatrices de conscience écologique et des comportements responsables qui contribuent à l’édification d’une gouvernance sociétale durable. Dans certains cas, l’engagement des visiteurs se matérialise par le paiement d’une adhésion monétaire volontaire destinée à la conservation du territoire en question. On peut aussi espérer que ce processus de création de conscience écologique se diffusera parallèlement au sein de la population locale.

  3. L’écotourisme est gouverné conformément aux principes du DD (Weaver, 2001). D’abord, la durabilité écologique fait référence à la compatibilité entre tourisme et qualité environnementale des destinations. Étant donné que l’écotourisme se pratique dans des territoires fragiles et que, par définition, il dépend de la qualité environnementale de la destination, garantir la durabilité écologique est un enjeu majeur. C’est pourquoi l’écotourisme est associé aux expériences touristiques à petite échelle avec un faible impact sur les écosystèmes. Par ailleurs, comportement responsable et engagement actif des visiteurs peuvent en renforcer les aspects positifs. Autrement dit, l’écotourisme ne doit pas seulement être respectueux du patrimoine naturel, mais doit aussi contribuer activement à l’amélioration des conditions de durabilité des destinations à travers la restauration, protection et conservation de la nature. Les territoires peuvent affronter ces défis à travers, par exemple, le développement d’actions éducatives et de recherche, la mise en œuvre de codes de bonne conduite, des politiques d’aménagement adéquates, le contrôle de la capacité de charge des sites, etc.

23La durabilité économique fait référence à la viabilité économique de l’écotourisme et à la distribution équitable des revenus dans la communauté locale. On espère que l’écotourisme génèrera de l’emploi, qu’il aura un effet multiplicateur positif, et produira des ressources suffisantes pour subvenir aux besoins de la communauté et à l’entretien de la destination (Weaver, 2001). La capacité de l’écotourisme à générer des ressources qui seront réinvesties dans la conservation de la nature est une des ambitions centrales de cette activité. La durabilité économique dépend par conséquent de la demande touristique et de sa saisonnalité. Tandis que l’arrivée d’un nombre trop élevé de visiteurs entre en contradiction avec la capacité de charge, l’absence de touristes rendra cette activité non viable.

24Enfin, la durabilité sociale, elle-même pluridimensionnelle, est mobilisée pour apprécier la capacité d’une communauté à vivre en harmonie sociale avec l’écotourisme et à en faire une occasion d’échange culturel et d’intégration sociale. La durabilité sociale requiert qu’une communauté garde ses traits culturels distinctifs, malgré la pression qu’exerce ce que l’on est conduit à appeler la « culture touristique ». Gagnon et Lapointe (2006) soulignent l’importance de prendre en considération les besoins des communautés d’hôtes dans un sens large, en prenant en considération l’ensemble des besoins, économiques, sociaux, culturels, esthétiques, de dignité et des droits de l’homme.

 

25Les contradictions générées par les destinations touristiques et la manière dont on tente de les résoudre fournissent des pistes de réflexion intéressantes pour la problématique du DD. Comme le montre le cas de l’écotourisme, le tourisme est beaucoup plus qu’une industrie ou un phénomène économique. Il s’agit plutôt d’un projet territorial multidimensionnel à part entière. À la fois l’exigence de durabilité de l’écotourisme et le fait qu’aucune activité économique ne se développe isolément conduisent à insister sur le rôle central de la gouvernance. En effet, pour avancer dans la résolution des contradictions inhérentes à la pratique touristique, il est nécessaire de compter sur une gouvernance capable de garantir la durabilité à long terme. Il est essentiel que les hôtes, les écotouristes, le secteur public, le secteur privé et tout acteur concerné par la vie d’un territoire participent à la planification de l’écotourisme afin de protéger l’équilibre socioéconomique et écologique souhaité. Dans ce contexte, nous pensons que le processus d’application de la Charte européenne de tourisme durable dans certains Parcs naturels régionaux en France constitue une expérience de gouvernance intéressante, dont le but ultime est la réconciliation des trois piliers du DD via le tourisme à l’échelle d’un espace naturel protégé. Dès lors, le tourisme est appréhendé comme une composante à part entière du système socioéconomique local. Dès l’élaboration et la mise en œuvre de ce type de chartes, surviendront de multiples interactions, discussions et négociations collectives qui seront à la base d’un apprentissage communautaire nécessaire à la durabilité territoriale (Parra, 2010).

Literaturverzeichnis

Barré H., 2009, « Le tourisme : Janus du patrimoine ? », in C. Moumouni et C. Dubé (éd.), Regards croisés sur le patrimoine, Actes du Colloque de Luxembourg, Québec, Presses universitaires de l’Université de Laval, p. 63-72.

Blamey R. K., 2001, « Principles of ecotourism », in D. Weaver (éd.), The Encyclopedia of Ecotourism, Wallingford, CABI Publishing, p. 5-22.

Blangy S., Dubois G., Kouchner F., 2002, Écotourisme : expériences françaises, Paris, coll. « Guide de savoir-faire ».

Budowski G., 1976, « Tourism and conservation : conflict, coexistence and symbiosis », Environmental Conservation, 3, p. 27-31.

Butler R. W., 1980, « The concept of a tourist area cycle of evolution: implications for management of resources », Canadian Geographer, 24 (1), p. 5-12.

Cazes G., Lanquar R., 2000, L’Aménagement touristique et le développement durable, Paris, PUF.

Christ C., Hillel O., Matus S., Sweting J., 2003, Tourism and Biodiversity: Mapping Tourism's Global Footprint, UNEP and Conservation International (online) Available in : www.unep.org/PDF/Tourism_and_biodiversity_report.pdf [accessed on September 2009].

Eagles P., McCool S., Haynes C., 2002, Sustainable tourism in protected areas: guidelines for planning and management, Gland, Cambridge, International Union for Conservation of Nature and Natural Resources.

Gagnon C., Lapointe D., 2006, « Écotourisme et développement durable viable. Une dialectique, un cadre interprétatif », in C. Gagnon, S. Gagnon (éd.), L’écotourisme entre l’arbre et l’écorce : de la conservation au développement viable des territoires, Québec, Presses de l’Université de Québec, p. 13-42.

Ghimire K., 1997, « Emerging Mass Tourism in the South », Discussion Paper n ° 5, Geneva, UNRISD.

Graburn N., Jafari J., 1991, « Introduction », Tourism Social Science Annals of Tourism Research, 18, p. 1-11.

Gray, H. P., 1970, International Travel – International Trade, Lexington Heath, Lexington Books.

Gunn C., 1973, Report of Tourism – Environment Study Panel Destination USA, Washington, D.C., Report of the National Tourism Resources Review Commission, 5, p. 25-34.

Jafari J., 1973, Role of tourism in socio-economic transformation of developing countries, M.S Thesis, Faculty of graduated School of Cornell University.

Jafari J., 1974, « The socio-economic costs of tourism to developing countries », Annals of Tourism Research, 1, p. 227-259.

Lanquar R., 1985, Sociologie du tourisme et des voyages, Paris, PUF.

Medlik S., 2003, Dictionary of travel, tourism and hospitality, (third edition), Oxford, Butterworth-Heinemann.

Page S., Dowling R., 2002, Ecotourism, Edinburgh, Pearson Education Limited.

Parra C., 2010, The governance of ecotourism as a socially innovative force for paving the way for more sustainable paths : the Morvan Regional Park case, Thèse de doctorat en Sciences économiques, Université des Sciences et Technologies de Lille.

Pigram J., 1980, « Environmental implications of tourism development », Annals of Tourism Research, 7 (4), p. 554-583.

Proulx L., 2006, « L’écotourisme : une activité d’épanouissement collectif et individuel ? Impacts sociaux et culturels du tourisme », in C. Gagnon, S. Gagnon (dir.), L’écotourisme entre l’arbre et l’écorce : de la conservation au développement viable des territoires, Québec, Presses de l’Université de Québec, p. 13-42.

Weaver D., 2001, Ecotourism, Milton, John Wiley & Sons Australia.

Weaver D. B., Lawton L., 2007, « Twenty years on: the state of contemporary ecotourism research », Tourism Management, 28 (5), p. 1168-1179.

Western D., 1993, « Defining ecotourism », in K. Lindberg, D. Hawkins (ed.), Ecotourism: a guide for planners and managers, Vermont, The Ecotourism Society, 1, p. 7-11.

Autor

Post-doctoral research fellow, IPSE, University of Luxembourg, constanzaparra@yahoo.com

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540